Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 octobre 2018 1 08 /10 /octobre /2018 15:30
Lévitation Acoustique: Comment le son peut devenir physique

Imaginez combien la vie serait plus facile si vous étiez capables de faire léviter des objets. Les trains de Maglev, par exemple, utilisent des aimants puissants pour repousser les wagons du train sur les rails.

Mais les aimants sont juste une manière de l’accomplir – et ils demandent à ce que le l’objet ait une force magnétique repoussante. Maintenant les scientifiques ont Japon ont montré qu’un effet similaire peut être accomplit avec du son.

Dans cette vidéo ils montrent qu’il n’est non seulement possible de faire léviter des objets dans l’air en utilisant des ondes radios, mais aussi de les faire bouger. Les résultats peuvent être assez artistiques – regardez vers 1 minute pour voir ce qui est possible de faire.

Puis ils font léviter des allumettes, des gouttes d’eau, des visses et des noisettes.

Les chercheurs de l’Université de Tokyo disent qu’ils espèrent raffiner leur technique comme cela elle pourra être utilisée pour manipuler des composants électroniques délicats pour l’assemblage de hardware.

Source : Telegraph

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2018 1 08 /10 /octobre /2018 11:28

Le code secret derrière les numéros 369 de Nikola Tesla est enfin révélé !

Le secret derrière les numéros de code Tesla 369

Nikola Tesla a fait d'innombrables expériences mystérieuses, mais il était un tout autre mystère à lui seul. 
Presque tous les esprits géniaux ont une certaine obsession. 
Nikola Tesla en avait un assez gros !
Il marchait autour d'un pâté de maisons à trois reprises avant d'entrer dans un bâtiment, il nettoyait ses assiettes avec 18 serviettes de table, il vivait dans des chambres d'hôtel avec un nombre divisable par 3 seulement, il faisait des calculs sur les choses dans son environnement immédiat pour s'assurer que le résultat est divisable par 3 et baser ses choix sur les résultats. 

Il faisait tout en séries de 3.
Certains disent qu'il avait un trouble obsessionnel-compulsif, d'autres disent qu'il était très superstitieux.
Cependant, la vérité est beaucoup plus profonde.

"Si vous connaissiez la magnificence des trois, six et neuf, vous auriez une clé de l'univers." - Nikola Tesla

Son obsession n'était pas seulement avec les chiffres, mais surtout avec ces chiffres : 369 !
Il a eu un cas extrême de TOC et il était superstitieux, mais il a choisi ces chiffres pour une raison.
Tesla a affirmé que ces chiffres étaient extrêmement importants. Personne n'a écouté.
Il a même calculé les points nodaux autour de la planète liés aux nombres trois, six et neuf !
Mais pourquoi ces chiffres ?
Qu'est-ce que Nikola Tesla a essayé de faire comprendre au monde ?
NOTE : Les choses vont devenir beaucoup plus étranges en bas !

D'abord, nous devons comprendre que nous n'avons pas créé les mathématiques, nous l'avons découvert. C'est la langue et la loi universelles. 

Peu importe où vous vous trouvez dans l'Univers, 1 + 2 sera toujours égal à 3 ! 
Tout dans l'Univers obéit à cette loi !

 

 



 
Il y a des modèles qui se produisent naturellement dans l'Univers, des modèles que nous avons découverts dans la vie, des galaxies, des formations d'étoiles, l'évolution et presque tous les systèmes naturels. 
Certains de ces motifs sont le Ratio d'Or et la Géométrie Sacrée.

Un système vraiment important auquel la nature semble obéir est "The Powers of 2 Binary System" dans lequel le motif commence à partir d'un et continue en doublant les nombres. 

Les cellules et les embryons se développent selon ce modèle sacré : 1, 2, 4, 8, 16, 32, 64, 128, 256.....

 

 


 
Certains appellent ces modèles le Blueprint de Dieu.

Les mathématiques, par analogie, seraient l'empreinte du pouce de Dieu. (laissant toute religion de côté !)

Dans les mathématiques vortex (la science de l'anatomie du tore), il existe un modèle qui se répète : 1, 2, 4, 8, 7 et 5, et ainsi de suite sur 1, 2, 4, 8, 7, 5, 5, 1, 2, 2, 4, 4, 8, 7, 5, 5, 1, 2, 2, 4.....


Comme vous pouvez le voir 3, 6 et 9 ne sont pas dans ce modèle. 
Le scientifique Marko Rodin pense que ces nombres représentent un vecteur de la troisième à la quatrième dimension qu'il appelle un "champ de flux". 
Ce champ est censé être une énergie dimensionnelle supérieure qui influence le circuit d'énergie des six autres points.

Randy Powell, un étudiant de Marko Rodin dit que c'est la clé secrète de l'énergie libre, quelque chose que nous savons tous que Tesla a maîtrisé.


 

 



Laisse-moi vous expliquer !

Partons de 1, doublé c'est 2 ; 2 doublé c'est 2 ; 4 doublé c'est 4 ; 4 doublé c'est 8 ; 8 doublé c'est 8 ; 8 doublé c'est 16 ce qui signifie 1 + 6 et cela équivaut à 7 ; 16 doublé c'est 32 résultant en 3 + 2 égale 5 (vous pouvez faire 7 doublé si vous voulez ce que vous obtenez 14 résultant en 5) ; 32 doublé c'est 64 (5 doublé est 10) résultant en un total de 1 ; Si nous continuons à suivre le même schéma : 1, 2, 4, 8, 7, 7, 5, 1, 1, 2.....

Si nous partons de 1 en marche arrière, nous obtiendrons toujours le même motif seulement en marche arrière : La moitié d'un est 0,5 (0+5) égal à 5, la moitié de 5 est 2,5 (2+5) égal à 7, et ainsi de suite.
Comme vous pouvez le voir, il n'y a aucune mention de 3, 6 et 9 ! 

C'est comme s'ils étaient au-delà de ce modèle, libres de ce modèle.

 

 



Cependant, il y a quelque chose d'étrange une fois que vous commencez à les doubler. 3 doublé est 6 ; 6 doublé est 12 ce qui donnerait 3 ; dans ce modèle il n'y a pas de mention de 9 ! 
C'est comme si 9 était au-delà, complètement libre des deux schémas.
Mais si vous commencez à doubler le 9, il en résultera toujours 9 : 18, 36, 72, 144, 288, 576.....
C'est le Symbole des Lumières !

Si nous allons à la Grande Pyramide de Gizeh, non seulement il y a les trois pyramides plus grandes de Gizeh, toutes côte à côte, reflétant les positions des étoiles dans la ceinture d'Orion, mais nous voyons aussi un groupe de trois pyramides plus petites immédiatement à l'écart des trois pyramides plus grandes.


 

 



Nous trouvons beaucoup de preuves que la nature utilise une symétrie triple et sextuple, y compris la forme hexagonale de la tuile hexagonale du nid d'abeille commun.
Ces formes sont dans la nature, et les anciens ont imité ces formes dans la construction de leur architecture sacrée.
La magnificence de 9 !

 

 

 




Disons qu'il y a 2 opposés, appelez-les clairs et foncés si vous le voulez. Ils sont comme les pôles Nord et Sud d'un aimant.
Un côté est 1, 2, et 4 ; l'autre côté est 8, 7 et 5 ; Tout comme l'électricité, tout dans l'Univers est un flux entre ces 2 côtés polaires, comme un pendule oscillant : 1, 2, 4, 8, 7, 5, 5, 1, 2... (et si vous imaginez le mouvement, c'est comme le symbole de l'infini).


 

 

 


 
Cependant, ces deux côtés sont gouvernés par 3 et 6 ; 3 gouverne 1, 2 et 4 tandis que 6 gouverne 8, 7 et 5 ; et si vous regardez de près le modèle, il devient encore plus époustouflant : 1 et 2 égale 3 ; 2 et 4 égale 6 ; 4 et 8 égale 3 ; 8 et 7 égale 6 ; 8 et 7 égale 6 ; 7 et 5 égale 3 ; 5 et 1 égale 6 ; 5 et 1 égale 6 ; 1 et 2 égale 3.....

Le même modèle sur une échelle supérieure est en fait 3, 6, 3, 3, 6, 6, 3, 3, 6, 6.....
Mais même ces deux côtés, 3 et 6 sont gouvernés par le 9 qui montre quelque chose de spectaculaire.
En regardant de près le modèle de 3 et 6, vous vous rendez compte que 3 et 6 égale 9, 6 et 3 égale 9, tous les nombres ensemble égalent 9, les deux sens excluant et incluant 3 et 6 !
Ainsi, 9 signifie l'unité des deux côtés. 

9 est l'Univers lui-même !
La vibration, l'énergie et la fréquence !
3, 6 et 9 !

"Si vous voulez trouver les secrets de l'univers, pensez en termes d'énergie, de fréquence et de vibration." - Nikola Tesla

Il y a une vérité philosophique plus profonde là-dedans !
Imaginez ce que nous pouvons accomplir si nous appliquons ces connaissances sacrées dans la science de tous les jours.....

"Le jour où la science commence à étudier des phénomènes non physiques, elle fera plus de progrès en une décennie que dans tous les siècles précédents de son existence." - Nikola Tesla


Source :
https://operationdisclosure.blogspot.com/2018/08/the-secret-behind-tesla-code-numbers-369.html

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2018 1 08 /10 /octobre /2018 05:27
Un groupe de plus de 500 scientifiques a publié les raisons pour lesquelles ils rejettent la théorie de l’évolution de Darwin

Pensez à la théorie de l’évolution. C’est un fait largement accepté par la communauté scientifique et même par le public. Elle est enseignée ainsi dans les écoles du monde entier. Cependant, plus de 500 scientifiques ont déclaré qu’ils rejettent complètement la théorie de l’évolution.

Le professeur Colin Reeves est l’un de ces scientifiques qui a affirmé :

“Le darwinisme était une idée intéressante du XIXe siècle, quand des explications à la volée donnaient une base plausible, voire scientifique, dans laquelle nous pouvions intégrer les faits biologiques. Cependant, ce que nous avons appris c’est que la science de l’époque de Darwin remet en question la capacité de la sélection naturelle à créer des systèmes biologiques complexes – et nous n’avons encore qu’à faire des mouvements de main pour être en accord avec la théorie évolutionniste”.

Ces scientifiques se sont réunis pendant quelques années pour créer une “Dissidence scientifique contre le Darwinisme”. Un site web dédié relate des défauts du darwinisme.

 

De multiples théories devraient être l’objet de discussions

Cette bataille, pour ainsi dire, se poursuit encore aujourd’hui, avec de nouvelles informations qui émergent tout le temps. Le sujet du darwinisme est très controversé. Ce groupe ne sera pas le premier groupe scientifique à aller à l’encontre de la théorie, et beaucoup d’entre eux ont déjà été évincés pour cette raison.

La théorie de l’évolution est quelque chose qui est poussé à un niveau quasi dogmatique sur la population et dans le monde scientifique, ce qui peut être l’une des raisons pour lesquelles ce groupe de scientifiques exprime leurs préoccupations. Il y a de multiples théories qui ont de la substance et qui devraient être discutées tout autant.

 

Des blocs de construction complexes bien plus qu’une simple coïncidence

C’est le cas de Francis Nick, prix Nobel, qui a été le co-découvreur de l’ADN à doubles hélices. M. Crick croit que ces éléments constitutifs complexes de la vie, comme l’ADN, doivent être plus qu’une simple coïncidence et des mutations aléatoires. Crick est l’un des nombreux scientifiques qui croient qu’il se passe quelque chose de plus incroyable, peut-être un être ou des êtres supérieurs intelligents en sont à l’origine.

 

L’origine de la vie

En plus de tout cela, il est très malsain pour une communauté d’avoir peur de remettre les choses en question, ce qui est aussi la nature même d’être un scientifique après tout. Il semble que l’intuition humaine mène de plus en plus vers quelque chose de plus, et de nombreux esprits scientifiques brillants sont d’accord.

Il y a beaucoup de questions à se poser, et peut-être qu’un jour nous découvrirons l’origine de la vie. D’ici là, on peut espérer que les scientifiques pourront remettre en question les théories actuelles et en formuler de nouvelles sans conséquences ridicules.

Quelle est la théorie de l’évolution de Darwin ?

Source: Disclose.tv, le 8 août 2018Traduction Nouvelordremondial.cc

Partager cet article
Repost0
7 août 2018 2 07 /08 /août /2018 09:07
Des horloges atomiques plus précises et stables grâce à un élément rare
La précision dans la mesure du temps est fondamentale concernant certains systèmes comme les GPS, les télécommunications ou encore la synchronisation temporelle des différentes zones du monde. Les horloges atomiques permettent d’atteindre un haut degré de précision, mais les atomes utilisés sont généralement, sur le long terme, affectés par leur environnement extérieur. Des physiciens ont découvert que le lutécium pouvait remédier à ce problème en affichant à la fois une très grande précision et une très grande stabilité.
 

Une horloge atomique fonctionne via l’immuabilité du rayonnement électromagnétique émis par un électron lors de la transition d’un niveau d’énergie à un autre, stabilisant ainsi le signal oscillant de sortie. Pour ce faire, un laser illumine l’atome à une certaine fréquence, et l’oscillation produite permet d’obtenir le temps avec une grande précision. Selon l’atome utilisé, une horloge atomique peut prendre moins d’une seconde de retard sur 50 millions d’années.

Cependant, la course à la précision n’est jamais terminée. Une équipe de physiciens singapouriens du Center for Quantum Technologies (CQT) a en effet découvert que par rapport au césium et au rubidium, qui sont aujourd’hui utilisés dans les horloges atomiques, le lutécium offrait une plus grande précision et une plus grande stabilité. « Les véritables performances d’une horloge atomique proviennent des propriétés de l’atome — notamment l’insensibilité de cet atome à son environnement. Je dirais que le lutécium occupe la première place en terme d’insensibilité » explique Murray Barrett, directeur de recherche au CQT. Les résultats ont été publiés dans la revue Nature Communications.

image: https://trustmyscience.com/wp-content/uploads/2018/06/lutecium.jpeg?x36300

Un cube d’1 cm3 de lutécium. Le lutécium est un élément chimique de la famille des lanthanides et appartenant aux terres rares. C’est le plus rare des lanthanides. Il est impossible de l’obtenir directement pur, le procédé de séparation est hautement complexe et justifie son prix très élevé. Crédits : Alchemist-hp

Le lutécium, noté « 71Lu », est le dernier élément de la famille des lanthanides et fait partie des terres rares. Ses applications sont aujourd’hui extrêmement limitées compte-tenu de sa grande rareté et de son prix très élevé. Avec le thulium, le lutécium est le plus rare des lanthanides, présent à hauteur de 0.5 ppm dans la croûte terrestre. Il n’est jamais pur car toujours mêlé aux autres terres rares et le procédé de séparation utilisé fait intervenir une technologie complexe, justifiant son prix élevé.


 
Depuis la création de la première horloge atomique en 1955, les scientifiques ont essayé divers atomes afin d’obtenir la précision de mesure la plus haute possible. Le premier élément testé, le césium, oscille à une fréquence micro-onde de 9’192’631’770 périodes de radiation. Au cours des dernières années, des atomes comme le rubidium, le strontium ou l’ytterbium se sont révélés plus rapides et précis. Le lutécium opère également à ces fréquences, mais dispose d’un avantage supplémentaire : il n’est pratiquement pas affecté par les changements de température et de pression extérieurs.
 

 

Ce sont ces facteurs environnementaux qui finissent par perturber l’oscillation du quartz dans les montres et, de la même manière, dans les horloges atomiques. « Nous avons clairement montré que le lutécium est le moins sensible à la température des atomes utilisés dans toutes les autres horloges atomiques » explique Kyle Arnold, physicien au CQT. En outre, les auteurs montrent que le lutécium peut être utilisé comme l’ytterbium ; en faire une horloge atomique ne serait donc pas compliqué.

image: https://trustmyscience.com/wp-content/uploads/2018/06/horloge-cqt.jpeg?x36300

Les physiciens du CQT, devant le prototype d’horloge au lutécium. Crédits : CQT

Cette stabilité et cette précision sont extrêmement importantes pour des expériences visant à étudier la gravité, la vitesse de la lumière dans le vide ou encore certains phénomènes quantiques. Bien que cette découverte soit prometteuse, il reste encore du travail avant de pouvoir intégrer efficacement le lutécium à une horloge atomique ; certains obstacles doivent être contournés dans le but d’éviter des imprécisions techniques. « Je ne pense pas que ce soit trop technique et difficile à réaliser, mais je pense que les gens attendent de voir comment cela fonctionne » conclut Murray.

 
Partager cet article
Repost0
5 juillet 2018 4 05 /07 /juillet /2018 00:01
Les scientifiques ont découvert que le chromosome Y humain dégénère rapidement et pourrait disparaître complètement d’ici 4,6 millions d’années
Ou sont les hommes ?

Le chromosome Y peut être un symbole de masculinité, mais il devient de plus en plus clair qu’il est tout sauf fort et durable. Bien qu’il porte le gène « interrupteur principal », SRY, qui détermine si un embryon se développera en tant que mâle (XY) ou femelle (XX), il contient très peu d’autres gènes et est le seul chromosome qui n’est pas nécessaire à la vie. Les femmes, après tout, se débrouillent très bien sans.

De plus, le chromosome Y se dégrade rapidement, laissant les femelles avec deux chromosomes X parfaitement normaux, mais les mâles avec un X et un Y ratatiné. Si le même taux de dégénérescence se poursuit, il ne reste que 4,6 millions d’années au chromosome Y avant qu’il ne disparaisse complètement. Cela peut sembler long, mais ce n’est pas le cas si l’on considère que la vie existe sur Terre depuis 3,5 milliards d’années.

Le chromosome Y n’a pas toujours été comme ça. Si nous remontons 166 millions d’années dans le temps, aux tout premiers mammifères, l’histoire était complètement différente. Le premier chromosome « proto-Y » était à l’origine de la même taille que le chromosome X et contenait tous les mêmes gènes. Cependant, les chromosomes Y ont un défaut fondamental. Contrairement à tous les autres chromosomes, dont nous avons deux copies dans chacune de nos cellules, les chromosomes Y ne sont toujours présents qu’en une seule copie, transmise de père en fiston.

Cela signifie que les gènes du chromosome Y ne peuvent pas subir de recombinaison génétique, le « brassage » des gènes qui se produit à chaque génération et qui contribue à éliminer les mutations génétiques nuisibles. Privés des avantages de la recombinaison, les gènes chromosomiques Y dégénèrent avec le temps et finissent par disparaître du génome.

Malgré cela, des recherches récentes ont montré que le chromosome Y a développé des mécanismes assez convaincants pour « ralentir », ce qui freine le taux de perte de gène jusqu’à un éventuel arrêt.

Par exemple, une étude danoise récente, publiée par PLoS Genetics, a séquencé des portions du chromosome Y de 62 hommes différents et a constaté qu’il est sujet à des réarrangements structurels à grande échelle permettant « l’amplification génique » – l’acquisition de copies multiples de gènes qui favorisent la fonction des spermatozoïdes sains et atténuent la perte de gènes.

L’étude a également montré que le chromosome Y a développé des structures inhabituelles appelées « palindromes » (séquences d’ADN qui se lisent de la même façon du début à la fin et de la fin au début comme pour le mot « kayak »), qui le protègent de toute dégradation supplémentaire. Ils ont enregistré un taux élevé d' »événements de conversion génique » dans les séquences palindromiques sur le chromosome Y – il s’agit essentiellement d’un processus de « copier-coller » qui permet de réparer les gènes endommagés en utilisant une copie de sauvegarde intacte comme modèle.

En ce qui concerne d’autres espèces (les chromosomes Y existent chez les mammifères et certaines autres espèces), de plus en plus de preuves indiquent que l’amplification du gène du chromosome Y constitue un principe général à tous les niveaux. Ces gènes amplifiés jouent un rôle essentiel dans la production de sperme et (du moins chez les rongeurs) dans la régulation du coefficient de masculinité des descendants. En écrivant récemment sur la biologie moléculaire et l’évolution, les chercheurs ont démontré que cette augmentation du nombre de copies de gènes chez la souris est le résultat de la sélection naturelle.

Sur la question de savoir si le chromosome Y va effectivement disparaître, la communauté scientifique, comme le Royaume-Uni à l’heure actuelle, est actuellement partagée entre ceux qui sont « pour » et « contre ». Ce dernier groupe soutient que ses mécanismes de défense font un excellent travail et qu’ils ont sauvé le chromosome Y. Mais les partisans du « pour » disent que tout ce qu’ils font, c’est de permettre au chromosome Y de s’accrocher avec ses ongles, avant de tomber de la falaise. Le débat se poursuit donc.

Jenny Graves de l’Université La Trobe en Australie, une des principales partisanes de l’argument de la fin du chromosome Y, affirme que, si l’on adopte une perspective sur le long terme, les chromosomes Y sont inévitablement condamnés – même s’ils tiennent parfois un peu plus longtemps que prévu. Dans un article publié en 2016, elle souligne que les rats épineux japonais et les taupes ont entièrement perdu leurs chromosomes Y – et soutient que les processus de perte ou de création de gènes sur le chromosome Y entraînent inévitablement des problèmes de fertilité. Ceci peut à son tour conduire à la formation d’espèces entièrement nouvelles.

La mort des hommes ?

Comme nous vous le disions dans le chapitre d’un nouveau livre en ligne, même si le chromosome Y chez l’homme est en voie de disparition, cela ne signifie pas nécessairement que les hommes eux-mêmes vont disparaître. Même chez les espèces qui ont perdu complètement leurs chromosomes Y, les mâles et les femelles sont encore nécessaires à la reproduction.

Dans ces cas, le gène SRY « interrupteur principal » qui détermine la masculinité génétique s’est déplacé vers un chromosome différent, ce qui signifie que ces espèces produisent des mâles sans avoir besoin d’un chromosome Y. Cependant, le nouveau chromosome déterminant le sexe – celui vers lequel le gène SRY progressera – pourrait alors recommencer le processus de dégénérescence en raison du même manque de recombinaison qui a condamné leur chromosome Y précédent.

Cependant, ce qui est intéressant à propos des humains, c’est que, bien que le chromosome Y soit nécessaire pour la reproduction humaine normale, bon nombre des gènes qu’il porte ne sont pas nécessaires si vous utilisez des techniques de procréation assistée. Cela signifie que le génie génétique pourrait bientôt être en mesure de remplacer la fonction génétique du chromosome Y, permettant ainsi aux couples féminins de même sexe ou aux hommes infertiles de concevoir. Cependant, même s’il est devenu possible pour tout le monde de concevoir de cette façon, il semble hautement improbable que les humains fertiles cessent tout simplement de se reproduire naturellement.

Bien qu’il s’agisse d’un domaine intéressant et controversé de la recherche en génétique, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Nous ne savons même pas si le chromosome Y disparaîtra. Et, comme nous l’avons montré, même si c’est le cas, nous continuerons très probablement d’avoir besoin d’hommes pour que la reproduction normale puisse se poursuivre.

Quoi qu’il en soit, il y aura des préoccupations beaucoup plus pressantes au cours des 4,6 millions d’années à venir.

Source: WeForum, le 6 avril 2018Traduction Nouvelordremondial.cc

Partager cet article
Repost0
7 mai 2018 1 07 /05 /mai /2018 05:21
L’être humain a en fait 9 sens de perception et pas 5

Depuis l’Antiquité, il est communément admis que l’humain possède cinq sens : le toucher, l’ouïe, l’odorat, la vue ainsi que le goût. Cependant, les scientifiques s’accordent de plus en plus à remettre cet élément en question, pour porter le nombre des sens à neuf?!

Les cinq sens de l’être humain est une notion en vigueur depuis le Traité de l’âme (livre II), un ouvrage de l’illustre philosophe grec Aristote. A l’époque, les sens identifiés ont été considérés comme un ensemble de capacités permettant d’identifier et d’obtenir des informations sur notre environnement afin de mieux l’appréhender, c’est pour cette raison qu’il était question de sens « externes ».

Plus de 2000 ans après, la science admet désormais que nous possédons non pas cinq mais neufs sens. Quels sont-ils ? Selon François Le Corre, docteur spécialiste des sens à l’Université Pierre et Marie Curie (Paris 6) et auteur de la thèse intitulée Distinguishing the senses : individuation and classification (2014), il existerait quatre autres sens dits « internes » que nous utilisons également :

L’intéressé explique que «?l’expérience que nous avons de notre monde, ou de notre environnement direct, n’est pas unisensorielle mais bien plutôt multisensorielle?», et affirme avoir découvert que «?la perception auditive pouvait être fortement influencée par la perception visuelle, ou encore que la perception auditive pouvait influencer notre perception gustative?», des propos recueillis par France Culture. François Le Corre a également indiqué que la science avait «?trop longtemps négligé les sens qu’on appelle internes au profit des sens qu’on dit externes, parce qu’observables?», et que désormais, il existe «?un large consensus chez les scientifiques de type “sciences dures” en faveur de l’hypothèse qu’il existe plus de cinq sens?».

Ainsi, les quatre sens internes à ajouter aux cinq sens externes sont la thermoception, la nociception, la proprioception et l’équilibrioception. La thermoception n’est autre que la capacité à ressentir les températures, la nociception permet de ressentir la douleur, la proprioception (ou kinesthésie) est la capacité à localiser nos propres membres et enfin, l’équilibrioception est celle permettant de maintenir notre équilibre. Si ces facultés sont une évidence pour tous, il faut savoir que désormais, celles-ci sont considérées comme des sens à part entière.

Sources : France Culture | PositivR | Science Post

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2017 1 11 /12 /décembre /2017 21:49
Nouvelle Théorie : La Conscience ne réside pas dans le Cerveau ni dans la Même Dimension

Dans des travaux de recherche publiés récemment et produits par une équipe du Blue Brain Project, des neurologues ont appliqué une branche classique des mathématiques appelée topologie algébrique dans une toute nouvelle façon de regarder dans le cerveau, en découvrant qu’il contient des groupes de neurones.

« Chaque groupe de neurones, selon sa taille, forme son propre objet géométrique de haute dimension. Nous avons trouvé un monde que nous n’avions jamais imaginé aupravant », explique Henry Markram, neurologue de l’EPFL en Suisse. « Il y a des dizaines de millions de ces objets, même dans un petit grain du cerveau, à travers sept dimensions. Dans certains réseaux, nous avons même trouvé des structures jusqu’à onze dimensions. »

Et c’est juste pour l’instant. L’initiative de recherche suisse est consacrée à la construction d’une reconstruction du cerveau humain à l’aide d’un superordinateur.

Quant à la complexité du cerveau et pourquoi tant de choses restent un mystère, « Les mathématiques généralement appliquées à l’étude des réseaux ne peuvent pas détecter les structures et les espaces de haute dimension que nous voyons maintenant clairement. »

Ce que la conscience est et où elle réside n’est encore qu’une théorie à ce jour. Dans l’édition de septembre 2017 de NeuroQuantology, une revue de neurosciences et de physique quantique, un article novateur a été publié qui pourrait accélérer la compréhension scientifique de la conscience:

Notre cerveau n’est pas un organe de traitement de l’information « autonome »: il joue un rôle central dans notre système nerveux intégral avec des échanges d’informations récurrents avec l’organisme tout entier et le cosmos. Dans cette étude, le cerveau est conçu pour être encastré dans un champ holographique structuré qui interagit avec les structures sensibles résonnantes des différents types de cellules de notre corps.

Le Dr Dirk K. F. Meijer, professeur à l’Université de Groningen aux Pays-Bas, suppose essentiellement que la conscience réside dans un champ entourant le cerveau dans une autre dimension. Le corps entier est un canal et un collaborateur avec la conscience comme une boucle de rétroaction.

Si vous aimez la science, alors vous serez ravis de voir ces scientifiques rattraper intellectuellement les sages et mystiques qui savent cela depuis des milliers d’années.

Alors, comment les « voyants » du passé et du présent sont-ils parvenus à comprendre la conscience avant la science?

C’est grâce à l’expérience directe en se connectant à des champs supérieurs de conscience, c’est-à-dire la Conscience Universelle couplée à l’observation de la Nature, que l’on peut commencer à avoir une vision d’ensemble de la Vie.

Extrait du livre What Is God? Rolling Back the Veil:

La conscience de la Création, que les peuples indigènes appellent Éther, est le médium universel qui relie et infuse la totalité de l’existence comme force déterminante de toute la matière. Tout ce qui se passe dans le monde observable est symbolique de la conscience. C’est là que tout ce qui est observé et traité à travers la conscience, que ce soit au niveau individuel ou collectif, devient pertinent. C’est là que toutes les « significations » et tous les « buts » dérivent de l’expérience subjective au niveau local, bien que toute la vie à partir d’un état de totalité non locale n’ait pas d’autre signification que d’exister; pour BE.

Écrit en lien avec l’expérience mystique, What Is God? (Qu’est-ce que Dieu?, ndlr) reflète plusieurs aspects de l’hypothèse du Dr Meijer. En résumé, votre champ énergétique multidimensionnel est un champ toroïdal récursif en boucle contenant votre aura. Le cerveau est un récepteur des pensées générées entre votre aura (champ énergétique) en collaboration avec d’autres champs énergétiques (haut/bas) de la conscience.

La conscience elle-même est multidimensionnelle.

Il continuera à adopter une approche multidisciplinaire dans sa recherche pour élucider les mystères les plus profonds de l’Univers et de la connexion de l’humanité au Cosmos. Entre-temps, imaginez si notre système éducatif introduisait ce fait méconnu chez les enfants dès leur premier jour d’école.

Ne seriez-vous pas heureux d’en apprendre davantage sur le fonctionnement de l’Univers – la science, les mathématiques et le monde spirituel – soudainement pertinent, personnel et interconnecté à votre être?

Pouvons-nous assumer davantage de responsabilités pour nos actions, pour nous-mêmes et pour le monde?

Source: Collective Evolution, le 6 novembre 2017

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2017 1 11 /12 /décembre /2017 14:46
LE CODE SECRET DES GROUPES SANGUINS, PAR LE DOCTEUR JACQUES LAURENT

Voilà quelques décennies déjà que le Docteur Laurent s’est intéressé aux travaux du Dr Takeji Furukawa (1891-1940). Il voulait trouver une réponse, à travers ses recherches, à la question du déterminisme lié à chacun des 4 groupes sanguins ( O, A, B, AB ). Visiblement celle-ci semblait être positive, mais le Dr Laurent souhaitait l’appliquer à ses propres observations du comportement de ses patients face à l’alimentation, la maladie, la relation avec autrui, … 
Et pour se faire, il étudia le comportement des populations, en remontant à l’origine de l’humanité. Il établit alors une corrélation entre le mode de vie primitif des hommes et leur groupe sanguin, et en établit quatre archétypes : Adam étant l’archétype de l’ Humanité Primordiale à laquelle se rattache le Groupe Sanguin O, Caïn, celui de l’ Humanité Sédentaire à laquelle se rattache le Groupe A, Abel, à l’Humanité Nomade et au Groupe B et enfin l’ Humanité Prophétique avec Seth-Hénoch, au Groupe AB.

Ainsi, le Dr Laurent a déterminé que face aux réactions de survie les plus primitives, il existe 4 comportements psychologiques différents, à l’image des réactions d’incompatibilité transfusionnelle des 4 Groupes Sanguins, et que le fait de s’éloigner de ces schémas primitifs cela peut entraîner des dysfonctionnements dans son corps (apparition de maladie, …) et dans son comportement en société (tension, déprime, …).

Mais quelles sont les limites de ce déterminisme ? Jusqu’où doit-on en tenir compte dans ses choix de vie ? Le décryptage de ce code secret des groupes sanguins pourrait nous conduire tous à Gattaca un jour ? 

 

 

Pour en savoir plus sur l’auteur : 
http://www.4humanites.com/pensee-uniq…

 

Trouvé sur Youtube  Miasme TV

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2017 7 12 /11 /novembre /2017 02:59
“Le Big Bang n’est pas le début de l’univers et nous le savons depuis 40 ans”, selon un astrophysicien

Selon un astrophysicien, “… le Big Bang n’est pas le début de l’univers et les scientifiques sont au courant depuis près de 40 ans…”

Penser que l’univers et tout ce qui s’y trouve sont nés à l’époque du Big Bang, c’est «l’une des plus grandes idées fausses en science» selon un auteur astrophysicien et scientifique.

Il s’agit d’une image «attrayante et belle» qui explique beaucoup de ce que nous voyons, mais «malheureusement», c’est aussi «incorrect», et les scientifiques «savent depuis près de 40 ans», affirme un article pour Forbes rédigé par l’astrophysicien et scientifique Ethan Siegel, qui l’appelle «l’une des plus grandes idées fausses de l’univers».

Selon Siegel, l’idée originale suggère que l’univers a émergé d’un état chaud et dense qui se développe et se réchauffe. Si nous «continuons à extrapoler» dans le passé, l’univers deviendrait «plus chaud, plus dense et plus compact» jusqu’à un moment où la densité et la température augmentent à des valeurs infinies, où toute la matière et l’énergie dans l’univers sont concentrées en un seul point : une singularité.

Il est entendu que cette singularité (où les lois de la physique “disparaissent”) est aussi “le point final”, qui représente l’origine de l’espace et du temps, soutient l’auteur de l’article.

Néanmoins, il continue, il y a des casse-tête et des paradoxes que la théorie du Big Bang ne peut pas expliquer. «L’Univers n’a pas de températures différentes dans des directions différentes, même si une zone à des milliards d’années-lumière dans une région n’a jamais eu le temps (depuis le Big Bang) d’interagir ou d’échanger des informations avec une région des milliards d’années-lumière dans direction opposée.”

En 1979, le scientifique américain Alan Guth a proposé une alternative à la singularité du Big Bang : la théorie de l’inflation cosmique, qui consistait en une phase précoce de la croissance exponentielle avant le Big Bang, et qui pourrait résoudre tous ces problèmes.

début de l'univers

 

Si le Big Bang n’était pas le début de l’univers, qu’est-ce que c’était ?

Dans cet état cosmique, les fluctuations quantiques continueraient d’exister et au fur et à mesure que l’espace augmenterait, elles se répandraient dans l’univers, créant des régions avec des densités d’énergie légèrement plus élevées ou légèrement inférieures à la moyenne.

Siegel dit, ajoutant que lorsque cette phase de l’univers à sa fin, cette énergie «deviendrait matière et rayonnement, créant ainsi un état chaud et dense synonyme du Big Bang».

Pour tester cette idée, il fallait mesurer les fluctuations de la lumière excédentaire du Big Bang et trouver un modèle particulier compatible avec les prévisions d’inflation. Dans les années 1990, 2000, puis à nouveau en 2010, les scientifiques ont mesuré ces fluctuations en détail et ont trouvé exactement cela.

“Le grand Big Bang est définitivement arrivé mais après la phase d’inflation cosmique. Ce qui s’est passé avant l’inflation (ou si l’inflation était éternelle dans le passé) est encore une question ouverte, mais une chose reste certaine : le Big Bang n’est pas le début de l’univers”, conclut le scientifique.

Sources : Ancient CodeForbes

 

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2017 7 01 /10 /octobre /2017 17:14
Un nouveau tableau périodique interactif révèle comment chaque élément influence la vie quotidienne

Vous êtes-vous déjà demandé la façon dont les différents éléments influent sur tout, de ce que vous mangez à la façon dont vous vous déplacez dans la ville ? Si c’est le cas, vous allez aimer le nouveau tableau périodique interactif développé par l’ingénieur logiciel Boeing, Keith Enevoldsen.

Le tableau périodique des éléments, en images et mots, révèle comment des éléments apparemment obscurs (comme le gallium et le tantale) influencent la vie quotidienne. En regardant le tableau, par exemple, on apprend que le ruthénium est utilisé dans les interrupteurs électriques, le potassium abonde en fruits et légumes, et le brome rend le film photographique possible.

 

Bien que le nouveau tableau s’adresse aux enfants, les adultes peuvent également se retrouver fascinés par le travail d’Enevoldsen.

tableau périodique interactif

Inhabitat signale que chaque élément du tableau interactif comprend une description ainsi qu’une liste d’utilisations potentielles. Les tableaux sont également codés par couleur pour montrer comment les éléments sont regroupés. Les symboles indiquent si un élément est un gaz, un liquide ou un solide, et d’autres symboles révèlent si l’élément est commun dans le corps humain, la croûte terrestre, qu’il soit radioactif, magnétique ou noble, et s’il est rarement ou jamais trouvé dans la nature.

Chaque fois qu’un nouvel élément est ajouté, l’ingénieur logiciel l’ajoute au tableau. En novembre 2016, par exemple, 113 Nihonium (Nh), 115 Moscovium (Mc), 117 Tennessine (Ts) et 118 Oganesson (Og) ont été découverts. Enevoldsen les a rapidement ajoutés au tableau.

En savoir plus en visitant le tableau périodique des éléments.

Source : The Mind Unleashed

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog