Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 décembre 2021 4 02 /12 /décembre /2021 10:41
Un superaliment dans le bol

Un superaliment dans le bol

Digeste, nutritif, antioxydant… On ne compte plus les bienfaits du lait de quinoa pour la santé. Comment tirer profit du riz des Incas dans nos boissons végétales ? Peut-on le fabriquer facilement soi-même ? Décortiquons ensemble ce petit grain de génie qui a tant à nous offrir.

Lait de quinoa : quels bienfaits ?

Lait de quinoa : une composition de choix

Si le lait de quinoa a de quoi séduire, c’est d’abord parce qu’il concentre un panel exceptionnel de vitamines et minéraux. Il renferme entre autres du magnésium, précieux allié du système nerveux et antistress reconnu, et du potassium, indispensable à la transmission de l’influx nerveux. Par ailleurs, son fer non héminique en fait un compagnon parfait des petits déjeuners des personnes végétariennes ou anémiées. Véritable source d’énergie, il se distingue aussi par la présence de vitamine B (qui participe au bon fonctionnement du métabolisme) et de vitamine E (qui exerce une action antioxydante remarquable).

Mais la petite graine andine bat à plate couture nos céréales habituelles pour d’autres raisons. À commencer par sa concentration en acides aminés essentiels, présents en proportions bien équilibrées. Comparé au blé ou au maïs, elle détient un taux particulièrement élevé de lysine, sans pour autant lésiner sur la méthionine, la cystine, l’arginine, l’histidine ou l’isoleucine. Une vraie championne protéinée ! Autre singularité de cette pseudo-céréale : son profil lipidique qui combine des acides gras essentiels que notre corps ne peut synthétiser (acides linoléique et alpha-linolénique).

Lait végétal sans gluten ni lactose

Par ailleurs, elle ne comporte ni gluten ni lactose : un bon point pour toutes les personnes intolérantes qui souhaitent mettre un peu de variété au menu.

Que faire avec du lait de quinoa ?

Malgré toutes ses vertus, le lait de quinoa présente un goût terreux assez marqué qui ne convainc pas tous les palais. Pour le boire tel quel, mieux vaut donc l’adoucir avec un trait de miel, de sirop d’agave ou d’érable. Mieux encore, invitez-le dans un smoothie banane-kiwi : un moyen ingénieux de dire adieu aux sucres ajoutés tout en profitant d’une synergie entre fer et vitamine C !

Entre le quinoa et vous, ce n’est toujours pas l’amour fou ? Ni salé ni sucré, cette boisson végétale profite de sa relative neutralité pour se dissimuler facilement dans toutes les préparations salées ou sucrées : utilisez-la pour doper l’air de rien vos porridges, mueslis, quiches ou pâtisseries healthy !

 

Bouteille de lait de quinoa maison
Un atout santé

Lait de quinoa bio

Pour dénicher du lait de quinoa, direction le magasin bio. Plus rare en version nature, il est souvent associé à d’autres ingrédients pour atténuer ses notes herbacées – on le retrouve bien souvent en duo avec le lait de riz. Certaines marques n’accordent par ailleurs qu’une place toute relative au quinoa. Dommage, car on perd donc au passage une partie de ses bienfaits nutritionnels.

Préparation du lait de quinoa maison

Vous l’aurez compris : pour déguster un lait 100 % quinoa, le fait-maison est roi ! Trois grandes méthodes cohabitent pour réaliser sa boisson :

  • avec des flocons de quinoa : la méthode la plus simple et la plus rapide qui n’exige aucun trempage ;
  • des graines de quinoa classiques : trempées durant une nuit, elles peuvent être mixées telles quelles ou cuites au préalable pour une boisson plus sucrée ;
  • avec des graines germées : pour un lait de quinoa « vivant » d’une richesse nutritionnelle incomparable.

Lait de quinoa maison

On passe aux fourneaux ! Voici 2 recettes de lait de quinoa à réaliser chez vous – même sans appareil à boissons végétales.

 
Lait aux flocons de quinoa
 
 
Jeune femme tenant un blender et versant du lait végétal dans un verre
 
Pour les aventuriers pressés, voici une version express du lait au quinoa sans sucres ajoutés. Bien sûr, libre à vous d’y intégrer une pointe de sucre si le cœur vous en dit.
 
Type de plat Drinks
 
Temps de préparation 5 minutes
Temps total 5 minutes
 
Portions 4
Equipement
  • blender

Ingrédients

  • 100 g flocons de quinoa
  • 750 ml eau

Instructions

  • Placez dans la cuve du blender les flocons de quinoa avec l’eau tiède.
  • Mixez jusqu’à obtention d’une texture homogène.
  • Filtrez la préparation à travers un torchon propre (ou un sac à lait végétal) pour ne récupérer que le jus. Gardez la pulpe (okara) pour l’incorporer dans des galettes ou des gâteaux !
  • Transvasez le lait de quinoa dans une bouteille en verre et conservez au réfrigérateur. Consommez dans les 5 jours.

Lait de quinoa épicé

Une variante tout en douceur avec cette déclinaison de boisson de quinoa aux épices, à savourer chaude ou froide.

Ingrédients (pour 1,5 L) :

  • 200 g de quinoa cru
  • 1,5 L d’eau
  • 1 c. à c. de vanille en poudre
  • 1 c. à c. de cannelle
  • 1 c. à s. de sirop d’agave

Préparation :

  • La veille, versez les grains de quinoa dans un saladier, couvrez d’eau à hauteur et laissez tremper toute la nuit.
  • Le lendemain, égouttez le quinoa et placez-le dans une casserole. Versez la moitié de l’eau indiquée, puis faire chauffer.
  • Quand les graines ont ramolli, versez le quinoa dans la cuve du blender avec le reste d’eau. Mixez jusqu’à obtention d’une consistance lisse.
  • Ajoutez la vanille et la cannelle et laissez infuser quelques minutes. Filtrez à travers une étamine, et placez au frais dans une bouteille en verre.
Partager cet article
Repost0
2 décembre 2021 4 02 /12 /décembre /2021 05:39

Un atout fer et protéines à ne pas négliger !

Lait de noix de cajou : une boisson végétale onctueuse à souhait

Moins répandu que le lait de soja ou d’amande, le lait de noix de cajou tente lui aussi sa percée dans l’univers des boissons végétales. Doux et crémeux, il s’immisce avec brio dans des recettes sucrées ou salées. En bonus, il offre une mine de nutriments à notre organisme. Découvrons une autre manière de savourer au quotidien ce doux fruit de l’anacardier.

Lait de noix de cajou : quelle est sa composition ?

Traditionnellement, le lait de cajou ne renferme que deux ingrédients : des noix de cajou et de l’eau. Mais dans le commerce, la réalité est parfois tout autre. Il voit ainsi sa saveur rehaussée par du sucre ou des arômes, ou sa texture modifiée par des épaississants : autant d’éléments qui tendent hélas à dégrader son profil nutritionnel. Pensez donc bien à examiner son étiquette, en choisissant a minima une boisson bio et sans sucres ajoutés. Certaines versions sont enrichies en calcium, ce qui peut être intéressant pour les végétaliens.

Pour garder la main sur la liste des ingrédients, optez pour une lait végétal fait maison. Mettez simplement les noix à tremper pendant toute une nuit afin de les attendrir. Le lendemain, mixez-les avec de l’eau, puis filtrez la préparation obtenue. Vous pourrez même recycler l’okara, la pulpe restante, en l’intégrant dans des cakes ou des biscuits healthy – ou en confectionnant une crème de noix de cajou, qui remplacera ingénieusement la crème fraîche !

Lait de noix de cajou et calories

Tout dépend bien sûr du ratio entre eau et noix de cajou de la boisson. En toute logique, plus elle est riche en oléagineux, plus sa valeur énergétique grimpe – mais sa valeur nutritive également !

Parmi les différentes marques du marché, le lait de cajou oscille généralement entre 30 et 40 kcal/100 ml, ce qui le place plutôt dans la moyenne « basse » des laits végétaux.

Boisson végétale de noix de cajou faite maison

 

Quels sont les bienfaits et propriétés du lait de noix de cajou ?

S’il en contient une proportion suffisante, le lait de noix de cajou reprend en grande partie les bienfaits du fruit de l’anacardier. Parmi les oléagineux, il remporte la palme du plus riche en fer : il constitue donc un apport intéressant pour les personnes anémiées ou suivant un régime végétarien. Il fournit également des protéines végétales à hauteur de 6 g par poignée, parfaites pour le maintien de la masse musculaire.

Son profil lipidique est également digne d’intérêt : bien qu’elle ne renferme que peu d’acide gras oméga 3, la noix de cajou comporte une belle teneur en acide oléique, un acide gras monoinsaturé bénéfique pour le système cardiovasculaire.

Bien pourvu en calcium, magnésium et zinc, le lait de noix de cajou contribue également à la santé osseuse, musculaire et immunitaire. Sa concentration en folates en fait aussi un allié des femmes enceintes, puisque ces vitamines jouent un rôle majeur dans le développement du système nerveux du fœtus.

Vous avez des difficultés à dormir ? La noix de cajou est riche en tryptophane, un acide aminé essentiel précurseur de la sérotonine, l’hormone du bien-être. C’est notamment grâce à cette dernière que notre corps fabrique la fameuse mélatonine, qui régule notre cycle veille-sommeil. Un petit lait de cajou chaud avant de dormir, cela se tente !

Sans gluten ni lactose, cette boisson végétale convient très bien aux personnes sensibles ou intolérantes. On fera cependant attention en cas d’allergie antérieure à un fruit à coque.

Goût du lait de noix de cajou

Moins marqué que le lait de soja, le lait de noix de cajou présente une saveur assez neutre et douce. Peu sucré en bouche, il est surtout prisé pour sa consistance crémeuse et onctueuse particulièrement agréable.

Lait de noix de cajou fait maison

 
 
Boisson végétale à base de noix de cajou
 
Sortez votre mixeur ! Voici une recette simplissime de lait de noix de cajou à réaliser tranquillement chez soi.
 
Type de plat Drinks
Keyword boisson naturelle
 
Temps de préparation 5 minutes
Temps total 5 minutes
 
Portions 750 ml
Calories 150kcal
Equipment
  • blender

Ingrédients

  • 100 g noix de cajou non grillées non salées
  • 750 ml eau

Instructions

  • La veille au soir, placez les noix de cajou dans un peu d’eau afin qu’elles se ramollissent. Faites tremper toute une nuit.
  • Le lendemain, égouttez les noix de cajou, et placez-les dans un blender. Ajoutez l’eau, et mixez jusqu’à obtenir une préparation bien homogène.
  • Passez le liquide obtenu au chinois, et récupérez la pulpe pour une utilisation ultérieure.
  • Conservez votre lait dans une bouteille en verre au réfrigérateur, et consommez-le dans les 3 jours.

Si vous souhaitez sucrer votre préparation, ajoutez un peu de miel, de sirop d’agave ou des dattes séchées, et mélangez une seconde fois. Vous pouvez également y adjoindre une pointe de vanille ou de cannelle pour relever le tout.

Comment utiliser le lait de cajou ?

En cuisine, le lait de cajou s’emploie exactement comme un lait classique. Versé à la dernière minute dans votre tasse de café ou glissé dans un cake aux olives, il sera parfait. Envie de changement ? Voici quelques idées en vrac pour le déguster de manière plus audacieuse :

  • En smoothie : son onctuosité se prêtera à merveille à toutes les préparations fruitées. Essayez-le avec une banane et une pointe de cacao non sucré !
  • Dans un porridge : dans une casserole, faites gonfler des flocons d’avoine dans votre lait de noix de cajou quelques minutes à feu doux. Agrémentez votre bouillie d’une cuillère de purée de cajou, d’une pomme râpée et de quelques raisins secs.
  • Avec un granola ou un muesli : en version froide dans votre bol, il contrebalancera le croustillant de vos céréales du matin.
  • Dans un velouté : accompagné de courge ou de carottes, il transforme une simple soupe en un mets soyeux et crémeux.
  • Dans une crème glacée : lancez-vous dans la préparation de popsicles, des esquimaux santé pour cet été !
Partager cet article
Repost0
2 décembre 2021 4 02 /12 /décembre /2021 00:51
Pour ceux qui se sont fait vacciner il existe un anti-dote, un médicament vieux d’un siècle, la Suramine, que l'on trouve dans les Aiguilles de Pin ! 
Recette de la Tisane aux Aiguilles de Pin contre le Vaccin
Jacques Daudon : Pour ceux qui se sont fait vacciner !
Le thé aux aiguilles de pin est l’un des antioxydants les plus puissants qui soient et il était déjà connu pour traiter le cancer, l’inflammation, le stress et la dépression, la douleur et les infections respiratoires. 
Il tue également les parasites. 
Mais surtout, ce qui nous intéresse est dans ses effets inhibiteurs de la cascade de coagulation qui provoque des mini-caillots, avec des accidents vasculaires cérébraux et des cycles menstruels anormalement lourds – et aussi contre la réplication et la modification inappropriées de l’ARN et de l’ADN.

Recette aiguilles de pin sylvestre : 
Bien rincer une petite botte d’aiguilles de quoi remplir une cuillère à soupe.
Séparer les bouts marrons et les jeter.
Découper les aiguilles en petits morceaux.
Mettre l’équivalent d’une grande tasse d’eau dans un poêlon, et y ajouter la cuillère à soupe d’aiguilles découpées.
Amener à ébullitions durant 1 minute,
puis couvrir et infuser 8 à 10 min.
Verser dans la tasse sans filtrer et attendre que les aiguilles coulent toutes au fond.
C’est Prêt ! Le goût est excellent – on peut y ajouter un peu de citron.

Partagé par 
Giuseppe : 
https://www.etresouverain.com/2021/07/06/jacques-daudon-pour-ceux-qui-se-sont-fait-vacciner/#comment-2877
 
 
La Vitamine C est aussi un puissant antioxydants grâce à l'apport de 2 électrons négatifs qui vont neutraliser tous les ions positifs présents dans les environnements artificiels et qui s'accumulent dans nos organismes perturbant le bon fonctionnement de nos organes !
Partager cet article
Repost0
25 février 2021 4 25 /02 /février /2021 18:11
Huile essentielle de pamplemousse : une sacrée alliée détox

À l’instar de ses cousines mandarine zest et orange douce, l’huile essentielle de pamplemousse séduit par ses notes douces et rafraîchissantes. Mais derrière cet agrume pétillant se cachent de nombreux bienfaits santé. Profondément détoxifiante, cette essence se voit invitée dans de nombreux régimes pour ses propriétés brûle-graisses. Mais saviez-vous qu’elle tient également toutes ses promesses pour assainir l’air ambiant ou redonner du tonus ? Enquête sur ce petit bijou de l’aromathérapie qui n’a pas fini de vous étonner !

Huile essentielle de pamplemousse : un nom qui prête à confusion !

 

Le mot « pamplemousse » vous évoque certainement cet agrume à chair rose vif présent sur les étals de nos supermarchés. Pourtant, ce terme générique définit avant tout le fruit de deux arbres bien distincts :

  • Citrus maxima, ou pamplemoussier, originaire d’Asie du Sud-Est ;
  • Citrus x paradisi, hybride issu du croisement du pamplemoussier et de l’oranger doux, principalement cultivé aux États-Unis et en Israël.

Si le premier donne naissance au « vrai » pamplemousse, peu rencontré en Occident, le second correspond à notre bien-aimé pomelo que nous consommons habituellement. Un abus de langage qui se poursuit jusqu’en aromathérapie, puisque l’huile essentielle de pamplemousse est communément extraite… de l’écorce du pomelo ! Obtenue par expression à froid des zestes, elle prend d’ailleurs la double appellation d’essence de pamplemousse.

Quels sont les bienfaits de l’huile essentielle de pamplemousse ?

 

Indigestions, courbatures ou baisse de moral : l’huile essentielle de pamplemousse résout décidément nombre de petits maux du quotidien. Décryptons ensemble quelques-uns de ses champs d’action.

Un antiseptique aérien majeur

 

Avec sa forte teneur en monoterpènes (90 à 97 % de limonène), elle s’affiche comme un puissant bactéricide et antiviral des voies aériennes. Employée en diffusion, elle se révélera efficace pour désinfecter les pièces de vie, tout en laissant un parfum fruité des plus agréables.

Un tonique du système digestif

 

Ses propriétés « détox » la rapprochent grandement de l’huile essentielle de citron zest. Véritable drainant hépatique, l’essence de pamplemousse régule le foie, stimule la production de bile et facilite la digestion. Elle trouvera toute sa place après un lendemain de fête ou un repas trop copieux, en soulageant nausées et ballonnements.

Un délassant musculaire

 

Décontractante, cette huile atténue les raideurs, les crampes et les tensions musculaires. Utilisez-la en voie cutanée pour un massage de la zone concernée, après l’avoir soigneusement diluée dans une huile végétale à hauteur de 10 à 15 %.

Un rééquilibrant du système nerveux

 

Particulièrement tonifiante, cette essence d’agrumes est souvent qualifiée de neurotrope : elle activerait le système nerveux sympathique qui maintient notre organisme en alerte. Mais elle ne semble pas seulement dynamisante : elle tendrait à s’adapter au terrain psychologique de chacun. Une personne dépressive pourra bénéficier d’un regain de positivité, tandis qu’une personne anxieuse se verra davantage apaisée.

Une invitée de marque en cosmétique

 

Huile essentielle de pamplemousse pour la peau

 

Vous souffrez d’acné ou tout simplement d’une peau grasse ? Employer l’huile essentielle de pamplemousse sur le visage reste tout à fait possible pour réduire la production de sébum. Prenez cependant soin de la diluer à 2 % maximum dans une huile végétale.

Huile essentielle de pamplemousse pour les cheveux

 

Dans un shampoing, à hauteur d’une ou deux gouttes, elle évitera l’effet « cheveux gras » et ralentira la perte capillaire.

Huile essentielle de pamplemousse pour maigrir : rêve ou réalité ?

 

En relançant les circulations sanguine et lymphatique, elle favorise l’élimination des toxines et rétablit un bon équilibre hydrique. De ce fait, elle participe à éliminer la rétention d’eau ainsi que la cellulite. Par ailleurs, elle disposerait d’une action lipolytique qui contribuerait à réduire l’accumulation des cellules adipeuses sous-cutanées. En ce sens, elle peut accompagner un processus de perte de poids – dans le cadre d’un régime alimentaire adapté et d’un mode de vie sain, bien sûr.

 

Huile essentielle de pamplemousse, est-elle coupe-faim ?

 

Reste alors cette question qui revient sans cesse : l’huile essentielle de pamplemousse, coupe-faim ou non ? Difficile à dire. Si certains lui portent des propriétés anorexigènes – d’après des études expérimentales portant sur le rat – d’autres lui attribuent au contraire des vertus apéritives qui stimuleraient l’appétit. Le débat reste ouvert !

Comment utiliser l’huile essentielle de pamplemousse ?

Comme toute huile essentielle qui se respecte, l’essence de pamplemousse exige une utilisation précautionneuse et raisonnée. En ce sens, nous vous conseillons toujours de bénéficier d’un avis médical avant d’entamer tout accompagnement aromatique.

Huile essentielle de pamplemousse et grossesse

 

De manière générale, l’huile essentielle de pamplemousse pourra être utilisée sans risque par diffusion à partir du troisième mois de grossesse, ainsi que pour les enfants de plus de 12 mois. En voie cutanée, on la réservera aux adultes et enfants de plus de 6 ans, hors femmes enceintes ou allaitantes.

Attention toutefois à la présence de furocoumarines dans les écorces d’agrumes, qui la rendent particulièrement photosensibilisante : proscrivez donc toute exposition au soleil pendant les 8 à 12 heures suivant l’application.
Par ailleurs, elle demeure irritante pour la peau : vous devrez donc la diluer systématiquement dans une huile végétale, à raison de 20 % grand maximum.

Enfin, elle renferme de nombreuses molécules potentiellement allergisantes. Lors d’une première utilisation, effectuez a minima le test du pli du coude : déposez-y deux gouttes d’huile essentielle et guettez la présence d’une éventuelle réaction au cours des 24 heures suivantes.

Huile essentielle de pamplemousse, à boire ?

 

Quant à la voie orale, essentiellement à visée digestive, mieux vaut l’envisager uniquement sous prescription médicale.

Pour en savoir plus

La rédaction de Toutvert vous conseille aussi :

Partager cet article
Repost0
25 février 2021 4 25 /02 /février /2021 08:06
Le coeur de palmier : idéal pour apporter une touche fraîche et exotique à ses recettes

Le coeur de palmier est consommé comme un légume. Parfois appelés « chou palmiste » et dégustés crus en France, les coeurs de palmier sont idéaux pour apporter une touche rafraîchissante et exotique à ses recettes, comme les salades. Mais il peut être cuit si vous le souhaitez. Une fois préparé, il fournit des bienfaits intéressants. Voici tout ce que vous devez savoir sur le coeur de palmier !

Coeur de palmier : quelle plante ?

Le coeur de palmier est la partie intérieure de la tige de plusieurs palmiers poussant dans les régions tropicales. Il se présente sous la forme de tissus végétaux tendres de couleur blanchâtre.

Son goût est doux et rappelle celui du coeur d’artichaut.

Où poussent les coeurs de palmier ? 

Les coeurs de palmier poussent en Amérique du Sud. Ils sont principalement produits en Équateur, au Brésil et au Costa Rica.

Coeur de palmier : nutrition et composition

Dans 100 grammes de coeurs de palmier, vous pouvez retrouver les minéraux suivants :

Mais également des vitamines :

Coeur de palmier : quelles calories ?

Dans 100 grammes, il y a 45 kcal.

Quels sont les bienfaits du coeur de palmier ?

Le coeur de palmier est riche en fibres. Il est donc un aliment digeste pouvant être consommé par tous. Pour les intestins paresseux, il peut aider à les stimuler.

Sa quantité de minéraux et vitamines en fait un aliment idéal dans le cadre d’une alimentation saine et équilibrée malgré sa teneur en sel (pour le conditionnement en conserve). Lorsque vous le cuisinez, il ne faut donc pas le saler.

Coeur de palmier : que faire avec ? 

Le coeur de palmier peut être consommé froid, dans une salade. Il se marie bien avec le riz, le maïs, les tomates, les pois chiches et les haricots rouges.

Mais il peut également être cuit pour être servi chaud sous forme de gratins, quiches, pizzas, lasagnes, omelettes ou pour accompagner des fruits de mer. Dans la cuisine française, la version chaude des coeurs de palmier reste rare.

Recette avec du coeur de palmier 

Si vous ne savez pas comment cuisiner les coeurs de palmier, voici trois idées recettes pour vous régaler !

Le coeur de palmier en salade

Plusieurs recettes de coeurs de palmier en salade peuvent être réalisées. En voici une très fraîche et très simple à préparer :

  • Égouttez 200 g de coeurs de palmier
  • Coupez-les en rondelles
  • Réalisez votre sauce vinaigrette avec 1/2 jus de citron et 2 cuillères à soupe d’huile de pépins de raisin. N’hésitez pas à l’ajuster en fonction de vos goûts.
  • Versez votre vinaigrette sur vos coeurs de palmier.
  • Disposez-les dans vos assiettes.
  • Décorez votre salade avec quelques feuilles de mâche et plusieurs tomates cerise.
  • Saupoudrez de piment d’Espelette.

Mais il peut également être cuit pour être servi chaud sous forme de gratins, quiches, pizzas, lasagnes, omelettes ou pour accompagner des fruits de mer. Dans la cuisine française, la version chaude des coeurs de palmier reste rare.

Recette avec du coeur de palmier 

Si vous ne savez pas comment cuisiner les coeurs de palmier, voici trois idées recettes pour vous régaler !

Le coeur de palmier en salade

Plusieurs recettes de coeurs de palmier en salade peuvent être réalisées. En voici une très fraîche et très simple à préparer :

  • Égouttez 200 g de coeurs de palmier
  • Coupez-les en rondelles
  • Réalisez votre sauce vinaigrette avec 1/2 jus de citron et 2 cuillères à soupe d’huile de pépins de raisin. N’hésitez pas à l’ajuster en fonction de vos goûts.
  • Versez votre vinaigrette sur vos coeurs de palmier.
  • Disposez-les dans vos assiettes.
  • Décorez votre salade avec quelques feuilles de mâche et plusieurs tomates cerise.
  • Saupoudrez de piment d’Espelette.
Cuisinés en salade
Cuisinés en salade
Coeurs de palmier rôtis au four

Pour cette recette, très peu d’ingrédients sont nécessaires :

  • Une boîte de coeurs de palmier
  • Un citron vert
  • Deux cuillères à soupe d’huile d’olive
  • Un bouquet de persil
  • Du sel et du poivre

Préparation.

 

En premier, égouttez les coeurs de palmier et épongez-les sur un papier absorbant. Mettez à chauffer l’huile d’olive dans une poêle, ajoutez les coeurs de palmier et laissez cuire 5 minutes environ tout en mélangeant souvent (il faut que vos coeurs de palmier soient bien dorés).

Salez, poivrez et parsemez de persil ciselé. Servez bien chaud accompagné du citron vert que vous aurez coupé en quartiers.

Houmous de coeurs de palmier

Les étapes pour réaliser cette recette sont les suivantes :

  • Egouttez 400 g de coeurs de palmier
  • Passez-les au mixer
  • Ajoutez une gousse d’ail écrasée et un oignon nouveau coupé grossièrement
  • Émincez finement les tiges de l’oignon et conservez-les
  • Mixez le tout afin d’obtenir une purée
  • Versez une cuillère à café de jus de citron jaune ou vert et 8 cuillère à soupe d’huile d’olive
  • Mixez une nouvelle fois
  • Versez votre préparation dans un saladier
  • Salez et mélangez
  • Mettez au frais et sortez votre houmous 5 à 10 minutes avant de le déguster
  • Poivrez sur le dessus et versez les tiges d’oignon.

Comment conserver le coeur de palmier ? 

Le coeur de palmier en conserve n’a pas de Date Limite de Consommation (DLC), mais une Date Limite d’Utilisation Optimale (DLUO). Cette date passée signifie que les qualités organoleptiques ne sont plus garanties.

Une fois votre boîte de conserve ouverte, il est conseillé de consommer les coeurs de palmer dans les 2-3 jours. Dans l’idéal, il ne faut pas les égoutter et il est nécessaire de les mettre dans une boîte hermétique pour éviter leur dessèchement.

Si vous le souhaitez, vous pouvez congeler vos coeurs de palmier.

 

Où acheter des coeurs de palmier ?

Il est très facile de trouver des coeurs de palmier dans les supermarchés.

Vous pouvez en acheter en boîte de conserve ou disposés dans un bocal en verre. Ils se trouvent tout au long de l’année.

Pour en savoir plus

La rédaction de Toutvert vous conseille aussi : 
 
Partager cet article
Repost0
27 janvier 2020 1 27 /01 /janvier /2020 22:22
La méditation protègerait le cerveau du vieillissement

La méditation intensive préserverait le cerveau du vieillissement, nouvelle preuve selon une étude pilote de l’Inserm

 La méditation, exercice mental puissant qui consiste à entraîner son esprit à focaliser son attention, retarderait le vieillissement du cerveau ! Pour démontrer cette hypothèse dans la population générale, l’Inserm lance une étude financée à hauteur de 6 millions d’euros par la Commission Européenne. Baptisée Silver santé Study, elle recrute 150 volontaires de plus de 65 ans non méditants, sur la ville de Caen (Normandie). Un groupe pratiquera la méditation, un autre l’anglais et le troisième rien (contrôle), pendant 18 mois. Puis des examens médicaux et études comportementales (stress, sommeil…) permettront de comparer l’effet des différentes interventions. Cette étude est la suite logique de travaux menés sur un petit groupe d’experts méditants, par Gaël Chételat, chercheuse Inserm à l’Université de Caen-Normandie, en collaboration notamment avec Antoine Lutz de l’Université de Lyon et le moine bouddhiste Matthieu Ricard, publiés dans Scientific Reports.

Six experts en méditation, ayant entre 15 000 et 30 000 heures de méditation au compteur (correspondant à une retraite méditative d’au moins 3 ans), d’une moyenne d’âge de 65 ans, se sont prêtés à des examens médicaux. Ils ont passé une IRM structurelle pour révéler l’anatomie de leur cerveau, et une TEP (tomographie à émission de positons) pour en mesurer le métabolisme (fonctionnement). Les résultats obtenus ont été comparés à ceux de 67 personnes du même âge non méditants et aussi à ceux de 186 volontaires de 20 à 87 ans pour avoir l’évolution du cerveau en fonction de l’âge. Les effets du temps sur le cerveau sont connus. Ils entraînent globalement une réduction du volume cérébral, de matière grise (corps cellulaires et connexions) ainsi qu’une baisse de son métabolisme, certaines structures étant plus touchées que d’autres.

La méditation à long terme pourrait préserver le cerveau des effets de l’âge

Une étude de l’université de Californie de Los Angeles, avait déjà montré les bénéfices sur le volume cérébral de la méditation sur 100 personnes de 24 à 77 ans. Cette fois les chercheurs de l’Inserm de l’Université de Caen se sont concentrés sur les séniors. Et les résultats confirment et complètent les précédents : ceux qui méditent intensément ont une réduction du volume cérébral et du métabolisme moindre que les autres! Notamment, certaines structures particulièrement affectées par l’âge sont préservées. Gaël Chételat dévoile les images d’IRM anatomiques. “Le cortex frontal (contrôle des émotions) et le cortex cingulaire (prise de décision, empathie, émotion) ainsi que l’insula (émotions) des méditants sont plus volumineux et / ou ont un métabolisme plus élevé que celui des témoins du même âge“, affirme-t-elle. Même lorsque les différences de niveau d’éducation ou de style de vie sont prises en compte.”  En outre, l’étude n’a pas montré un effet flagrant sur le volume général de l’hippocampe (impliqué dans la mémorisation), mais une sous-structure, la corne d’Ammon “la plus sensible à la maladie d’Alzheimer”, a, est, été préservée.

Au final donc, “La méditation à long terme pourrait préserver le cerveau des effets de l’âge, procurer une réserve cérébrale qui permettrait de reculer notamment le commencement de la maladie d’Alzheimer“, conclut Gaël Chételat. C’est pourquoi la chercheuse lance à présent un appel à tous les volontaires qui seraient intéressés par s’inscrire à l’étude Silver Santé study “afin de découvrir les différents facteurs de vie qui permettent de bien veillir“. Résultats attendus pour 2019.

Source: https://www.sciencesetavenir.fr/

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2019 4 11 /07 /juillet /2019 19:31
Le bissap, l’infusion des Tropiques qui fleure bon la santé

Le bissap : quelles origines ?

 

Les pharaons sirotaient déjà le « thé rose d’Abyssinie » sur les bords du Nil. Également connue au Moyen-Orient, le sirop d’hibiscus est devenu populaire dans toute l’Afrique de l’Ouest : depuis la Guinée où il a pris le nom d’oseille de Guinée. Mais c’est au Sénégal, qu’il a adopté son nom wolof de « bissap ».

Pourquoi l’hibiscus sabdariffa et pas un autre ? Retenez qu’il existe trente mille variétés d’hibiscus : dont trois seulement sont comestibles ! L’hibiscus « rosa-sinensis » (celui que les tahitiennes se mettent à l’oreille), et l’hibiscus « syriacus » (celui qui pousse en France), mais l’un et l’autre ont peu d’intérêt gustatifs. Seul le troisième, l’hibiscus sabdariffa, a vraiment du goût. Quant au gombo, c’est une plante proche de l’hibiscus, mais ce n’en n’est pas un.

Depuis vraisemblablement ses Indes originelles, le bissap a essaimé : boisson nationale de la Guinée, du Sénégal et du Bénin, il est « karakandji » en Centrafrique, « foléré » au Cameroun, de « oseille pays » en Martinique et Guadeloupe où il parfume le Ti-punch, « flor de Jamaïca » au Mexique.

Ailleurs encore ? Eh oui, dans la cuisine cajun, pour épicer les écrevisses.

Recettes de bissap

 

Comme tous les hibiscus, l’hibiscus sabdariffa donne de larges belles fleurs, qui peuvent mesurer jusqu’à huit centimètres de diamètre. Notez que ses pétales sont comestibles. Mais pour faire le bissap, c’est le calice de la fleur, qui est utilisé : autrement-dit la partie qui enveloppait la fleur encore en bourgeon, puis qui relie les pétales à la tige.

Fleurs séchées d'hibiscus
Fleurs séchées d’hibiscus
Le bissap : sirop, infusion

 

Simple, que de préparer du sirop de bissap : plongez une poignée de calices rouges séchés dans de l’eau bouillante pendant cinq minutes, ajoutez un peu de sucre pour en atténuer l’acidité. Voici votre sirop de bissap prêt à agrémenter un bon verre d’eau fraîche.

Vous préférez une infusion ? Quelques calices séchés dans de l’eau chaude, elle est parfumée ! Si vous le voulez, ajoutez quelques feuilles de menthe (c’est ainsi que l’on fait en Mauritanie), de la cannelle (comme en Arabie Saoudite), de la fleur d’oranger. Sinon, le citron se marie très bien avec le bissap.

Notre recette de bissap au citron

 

Faites bouillir 50 cl d’eau, plongez-y les calices d’hibiscus séchés. Couvrez et faites infuser dix minutes. Laissez refroidir. Coupez un citron vert en deux : pressez son jus dans l’infusion. Agrémentez avec du miel, et servez vos invitez en ajoutant des glaçons.

En confiture et friandises

 

Quant à en faire de la confiture, préparez 250 grammes de sirop avec du bissap séché, ajoutez ensuite une proportion équivalente de sucre. Et faites comme avec toutes vos confitures, dans votre bassine de cuivre.

Sur les marchés, le bissap congelé se vend en guise de délicieux sorbets.

Peu cher, il est accessible au plus grand nombre. Et n’est pas réservé aux seules fêtes : même s’il est très prisé pour rompre le jeûne de la fin du ramadan, car il facilite la digestion.

Bissap : ses bienfaits et propriétés

 

Le bissap contient des acides organiques, des anthocyanosides qui lui donnent sa couleur rouge pourpre, des flavonoïdes, des mucilages (qui lui donnent sa consistance gélatineuse, également utilisée en pharmacie comme excipient et laxatif), de la pectine et de l’eugénol (l’huile essentielle caractéristique de l’odeur de chez le dentiste, aux vertus antiseptiques et analgésiques).

Cette boisson a une action anti-inflammatoire (sur les voies respiratoires), antisapasmodique (contre les spasmes intestinaux et les douleurs menstruelles), dépurative (pour le foie, et les voies urinaires car il est diurétique) et anti-asthénique (il est riche en vitamine C).

Le bissap est aussi réputé faire baisser la tension artérielle : s’il n’exonère évidemment en aucun cas d’un suivi médical en cas d’hypertension, une étude menée par l’Université de Boston a démontré son efficacité sur une population en bonne santé, mais ayant un seuil élevé de tension artérielle.

Bissap et diabète

 

Si vous avez du diabète de type 2, pas de souci pour boire du bissap : non seulement, il contient très peu de sucre, mais il aide l’organisme à lutter contre la résistance à l’insuline. Là aussi, il fait partie de l’hygiène de vie.

Le bissap serait aussi bon pour la silhouette : peu calorique, il remplace surtout très avantageusement les sodas. En somme, ce n’est pas un médicament, mais une boisson saine, qui est une bonne alternative aux mauvaises habitudes.

Il est, par exemple, un bon moyen de faire une cure de printemps sans danger, car naturelle et sans excès. Si vous ne dépassez pas les trois tasses par jour, il aura tout simplement des vertus dépuratives.

Ses contre-indications

 

Bissap et grossesse

Il est réputé galactogène. Néanmoins, si vous n’avez pas l’habitude d’en boire, prenez toujours conseil auprès de votre médecin, avant d’introduire un élément nouveau dans votre alimentation.

Pour en savoir plus

 

La rédaction vous invite à lire ces autres articles :
Partager cet article
Repost0
11 juillet 2019 4 11 /07 /juillet /2019 09:28
Le jus de grenade, régalez-vous pour le meilleur

La grenade, tout un symbole civilisationnel

 

Fruit du grenadier (Punica granatum), la grenade a donné son nom au projectile aussi bien qu’à la pierre semi-précieuse qu’est le grenat. La grenade est très présente dans la symbolique biblique, car elle fait partie des sept fruits importants de la Terre promise.

De l’apparence d’une grosse pomme, la grenade est depuis des siècles, cultivée dans toute l’Asie occidentale et centrale, le Proche-Orient et le bassin méditerranéen. La peau et le jus de Grenade servaient à teindre les tapis d’Orient et la laine en Inde. Bouillie, la peau servait de vermifuge contre le vers solitaire.

Quant au sirop de Grenade, il était exclusivement fabriqué sur l’île de Grenade, dans les Antilles, pour agrémenter et colorer quelques cocktails. Depuis, la recette a sauté le pas pour rejoindre le continent et agrémenter la mexicaine Tequila. Agave et grenade font bon ménage !

Par chance, la grenade est un fruit pour nous d’hiver : il enrichit le panier, en une saison où les fruits rouges sont rares. Ces grenades viennent surtout des vergers californiens : il s’agit de la variété de grenades « wonderful ».

La grenade, une bombe d’antioxydants

 

Les graines de la grenade sont les arilles : une grenade en contient environ quatre cents, qui se logent dans les lobes du fruit. Ces petites graines triangulaires ont un goût acidulé et fruité.

La grenade est un trésor d’antioxydants, qui en font un véritable antidote aux grands maux de notre époque : ils favorisent l’élasticité des artères et éloignent ainsi les problèmes cardio-vasculaires, et participent d’une bonne hygiène de vie contre les cancers hormono-dépendants : un formidable deux en un, le tout à haute dose.

Jus de grenade : un concentré de bienfaits
Jus de grenade : un concentré de bienfaits

 

Jus de grenade : ses bienfaits

 

La grenade, contre les maladies inflammatoires

 

De surcroît, cette concentration en antioxydants intervient favorablement contre les maladies inflammatoires, elles aussi en explosion : les bactéries de notre intestin fabriquent des composés anti-inflammatoires que sont les urothilines, à partir d’un polyphénol (l’ellagitanine) présent dans la grenade.

La grenade, contre Alzheimer ?

 

C’est ce même composé anti-inflammatoire, qui freinerait le développement de la plaque toxique entre les neurones, à l’origine de la maladie d’Alzheimer. Des découvertes encore au stade de la recherche.

Autre vertu plus méconnue, la grenade freine le développement de la cataracte.

La grenade, un antibactérien buccal

 

La grenade participe de l’hygiène buccale : antibactérienne et antifongique, elle prémunit des gingivites et parodontites. Le dentiste s’éloigne avec goût…

La grenade, ses valeurs nutritives

 

Le jus de grenade est un vrai cocktail d’antioxydants : bien plus que le thé vert. Car ce cocktail d’antioxydants se compose d’une très haute teneur en vitamine C, sans comparaison supérieure à celle du citron, en acide ellagique (très employé en cosmétique comme anti-âge) en flavonoïdes qui lui donnent sa couleur si rouge, et en tanins.

Sachez aussi que la grenade contient du sucre, environ 15 gr de sucre pour une grenade : là, c’est une véritable indication pour bien choisir votre jus de grenade, et ne pas se retrouver avec un jus de sucre.

Jus de grenade : un concentré de bienfaits
Jus de grenade : un concentré de bienfaits

 

Jus de grenade : la recette

 

Ce n’est pas compliqué. Et c’est la meilleure garantie pour obtenir tous les bénéfices du fruit : coupez votre grenade en deux et plongez-la dans un bol d’eau froide, de manière à enlever plus facilement la pellicule blanche de l’intérieur du fruit. Celle-ci remonte à la surface, les arilles restant au fond du bol.

Vous n’êtes pas obligé d’avoir un blender, pour faire un bon jus de grenade : égouttez vos graines de grenade, et écrasez-les à l’aide d’une fourchette. Puis filtrez ce jus avec un chinois. C’est prêt !

Avec le presse-agrumes, pas besoin de décortiquer les grains à l’eau froide : c’est même la seule façon de s’en dispenser : coupez votre grenade en deux, et pressez-la comme vous le faites avec une orange. C’est aussi le moyen le plus sûr de ne pas peindre involontairement sa cuisine en rouge.

Jus de grenade : où en acheter ?

 

La grenade est un fruit sucré : pour éviter de vous retrouver avec de l’eau hautement sucrée, choisissez un jus de grenade 100% pur jus, naturel et sans additifs. Pour cette troisième mention, cela reste néanmoins plus délicat : le jus de grenade s’oxyde, difficile qu’il soit sans conservateurs.

Préférez aussi le jus de fruit pressé au jus de fruit pasteurisé : celui-ci a fait l’objet d’une pasteurisation « flash », susceptible de détruire la vitamine C. Dans le cas de la grenade, c’est franchement dommage.

Jus de grenade : posologie

 

Quand et combien en boire ?

 

Il n’est pas nécessaire de boire des litres entiers de jus de grenade pour en retirer les bénéfices : et ce d’autant qu’il contient aussi du sucre. Le matin de préférence, buvez un verre de vingt-cinq millilitres de jus de grenade, vous en retirerez tous les bénéfices. Et buvez-le fraîchement pressé, ce que vous permet le fait de la faire vous-même. .

Si vous êtes sportif, le jus de grenade vous apporte l’énergie nécessaire aux muscles, et favorise votre récupération. Il vaut mieux que les barres chocolatées.

Notre idée recette : jus de grenade, pommes et carottes

 

Tant qu’à sortir votre blender, ne vous privez pas : mélangez les arilles de grenade avec deux pommes granny et une carotte crue. C’est simple et délicieux.

Pour en savoir plus

 

La rédaction de Toutvert.fr vous propose ces autres articles :
Partager cet article
Repost0
23 février 2019 6 23 /02 /février /2019 21:59

C’est l’une des doyennes des plantes sur Terre : très riche en minéraux, surtout en silice, la prêle des champs renforce le squelette, Reminéralisante, diurétique et anti-inflammatoire, cette plante appartient de longue date à la phytothérapie.

 La prêle des champs, au secours de l’ossature et des cheveux

Une plante reminéralisante

 

La prêle des champs (Equisetum arvense), ou encore queue de cheval en raison de sa forme, pousse dans presque tous les champs et prairies humides du monde, à la seule exception de l’Australie. Affaire d’Histoire géologique ? Cette plante est l’une des plus vieilles plantes au monde, ainsi que l’attestent des prêles fossilisées datant de la Préhistoire, mais aussi son système de reproduction basé sur les spores, tout comme les champignons et les mousses.

Singularité, cette plante est aux deux-tiers composée d’éléments inorganiques : sels de potassium, calcium, et surtout silice qui aide à fixer le calcium. C’est la tige encore verte de la plante, qui est de utilisée depuis Pline l’Ancien.

Une plante médicinale riche en silice
Une plante médicinale riche en silice

La prêle en phytothérapie

 

 

Sa grande force : elle renforce l’ossature !

Reminéralisante et alcalisante, cette plante médicinale est idéale en cas de fracture osseuse et d’ostéoporose, et plus globalement en cas de douleurs articulaires ou de rhumatismes. Pour les mêmes raisons, la prêle intéresse également les sportif(ve)s, car elle favorise aussi la souplesse des tendons.

Cette plante médicinale est drainante et diurétique. Elle est excellente en cas d’infections et d’inflammations urinaires (cystites). Astringente, elle est également reconnue pour traiter les incontinences bénignes.

Et tant, qu’à faire, ses effets diurétiques sont utiles contre les tendances à la rétention d’eau. Si vous voulez vous rééquilibrer en douceur après une période de libations, buvez pendant quelques jours, de la tisane de prêle.

Pour régénérer la peau

 

 

Cette plante médicinale est vulnéraire, car elle stimule la production des tissus conjonctifs et du collagène. La prêle est de longue date reconnue contre les maladies de peau depuis les démangeaisons, dartres, aphtes, eczémas, jusqu’aux vergetures et ulcères variqueux.

Mais cette plante médicinale n’aide pas seulement la peau en superficie : elle aide à reconstruire les muqueuses des poumons (avis aux fumeurs). La raison ? Le défaut de silicium est un marqueur vasculaire. Elle renforce les tissus affectés par cette déficience : les bronches des insuffisances respiratoires ou les micro-vaisseaux des personnes diabétiques.

Prêle et cheveux

 

Cette plante médicinale ne reminéralise pas seulement les os, mais également le cuir chevelu. Et régule la production de sébum. Avantage : cette plante convient à tous types de cheveux. Raison pour laquelle la prêle est utilisée dans les (bons) produits cosmétiques.

Si vous préférez être nature, faites simplement bouillir entre cinq et dix cuillerées de prêle fraîche dans un litre pendant une vingtaine de minutes. Laissez refroidir le temps que les tiges s’infusent. Appliquez sur vos cheveux humides, en vous massant le cuir chevelu. Il n’est pas nécessaire de rincer. Répéter l’opération trois fois par semaine. Conserver votre décoction de préférence dans un flacon en verre.

A noter qu’elle est aussi un excellent remède contre la tendance aux saignements de nez ou encore à la sudation excessive.

Les différentes variétés de prêles

 

 

Prêle des champs ou prêle des marais ?

Facile à dire, ces deux prêles cohabitent, sauf sur le littoral méditerranéen. Comment distinguer la prêle des champs aux vertus médicinales, cosmétiques et même gustatives, de sa cousine toxique ? Les tiges de celle-ci sont bien plus cannelées, et elle n’ouvre que sur un seul épi.

En cas de doute, c’est comme pour les champignons, mieux vaut prévenir que guérir. Vous avez confondu ? En effet, la prêle des marais est toxique, car elle contient des alcaloïdes, mais elle n’est pas mortelle (sauf pour les chevaux). Vous allez être incommodé (maux de ventre, diarrhée). Attention, même la prêle des champs est déconseillée aux femmes allaitantes et aux jeunes enfants.

Chez nous, les connaisseurs savent préparer les jeunes pousses de prêles, façon petites asperges cuites. Au Japon, même pas peur, on la mange crue, elle est réputée pour prévenir l’apparition de maladies dégénératives. Évitez d’improviser tout de même.

Comment la consommer la prêle ?

 

Cette plante médicinale s’utilise essentiellement par voie interne, décoctions, tisanes, gélules, ampoules, teinture-mère, extraits de fluides.

La prêle en tisane

 

Pour une infusion, dosez environ une cuillère à café de prêle séchée pour quinze centilitres d’eau. Vous pouvez boire jusqu’à trois tasses par jour de cette décoction, durant cinq jours au maximum.

Une plante médicinale riche en silice
Une plante médicinale riche en silice

Astuce, saupoudrez vos plats et crudités de prêle des champs séchée : elle leur donnera une petite pointe d’amertume, et vous fera faire une cure en douceur.

Où trouver de la prêle ?

 

En ville, cette plante médicinale séchée ou bien en poudre se trouve en herboristerie et en magasin bio.

Si vous avez un bout de jardin, n’hésitez pas à en faire pousser : non seulement vous cultiverez vos futures tisanes, mais cette plante est antifongique, ce qui est excellent pour le reste de votre potager.

Pour en savoir plus

 

La rédaction de Toutvert.fr vous conseille également :
Partager cet article
Repost0
23 février 2019 6 23 /02 /février /2019 11:38

En Afrique connue pour soulager la « maladie du vieil homme », l’écorce de prunier d’Afrique fait aujourd’hui partie de la phytothérapie très prisée en Europe contre l’hyperplasie bénigne de la prostate (HPB). Sauf que cette essence en est en danger d’extinction : au secours de la prostate, mais pas de la planète.

 Le prunier d’Afrique, au secours de la prostate… à son propre péril

Le Prunier d’Afrique, description

 

Le Prunier d’Afrique (Pygeum africanum ou Prunus africana) est un arbre endémique des zones montagneuses de l’Afrique subsaharienne et, dans l’océan Indien, de Madagascar et des Comores, soit d’écosystèmes pluvieux mixtes.

En dépit de sa hauteur d’un trentaine de mètres, le prunier d’Afrique est de la même famille que les roses : mais ce premier dure un peu plus longtemps, une bonne centaine d’années ! Quant à sa feuille persistante, elle fait plutôt penser à celle du laurier.

Prunier d’Afrique en photos

Voici des représentations de ses feuilles, fruits et de son écorce broyée.

Ses feuilles et ses fruits
Ses feuilles et ses fruits

 

 

 

Prunier d'Afrique, contre les problèmes de prostate
Prunier d’Afrique, contre les problèmes de prostate

 

Son écorce broyée
Son écorce broyée

Ses bienfaits

 

L’écorce du prunier d’Afrique est un concentré de phytostérols (naturellement présents dans les végétaux, ils ont une structure proche du cholestérol et en régulent le taux dans l’organisme), et de triterpènes (également très répandu dans la nature, notamment dans les résines, cet hydrocarbure insaturé inhibe la croissance des tumeurs).

A partir de la cinquantaine, près d’un homme sur deux connaît une hyperplasie (augmentation du volume) bénigne de la prostate, qui comprime la vessie et l’urètre, occasionnant une gêne pour uriner. Or, le traitement classique des molécules de synthèse, qui inhibent l’enzyme responsable de cette hypertrophie, ont potentiellement pour inconvénient des troubles sexuels.

Une efficacité reconnue

 

D’où l’intérêt que représente la phytothérapie. Et parmi celle-ci, le palmier nain, les racines d’orties, les graines de citrouille, mais aussi le prunier d’Afrique. Un remède traditionnel des régions africaines où pousse cette plante, et découvert au XVIIIeme siècle par les Européens.

Ce sont même des Français, qui ont standardisé l’extrait de prunier d’Afrique, pour le traitement de l’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) : 14% de triterpènes dont les stérols.

A la suite d’une vingtaine d’essais cliniques, il lui a été reconnu, une « certaine efficacité » contre la pollakiurie (le fait d’avoir anormalement souvent envie d’uriner), contre l’hypertrophie bénigne de la prostate, et l’adénome (une tumeur bénigne) de la prostate.

De fait, grâce à son effet décongestionnant, son écorce augmente l’élasticité vésicale, stimule la sécrétion de la prostate, et inhibe l’enzyme à l’origine de l’augmentation de volume de la prostate.

Prunier d’Afrique, comment l’utiliser ?

 

Prunier d’Afrique en gélules

 

En vente libre, il se présente sous la forme de gélules d’extraits mous d’écorce, vendues sous forme de gélules molles : généralement de 50 mg, la dose journalière étant de 100 milligrammes d’extrait mou d’écorce du prunier d’Afrique, pour une cure de six à huit semaines.

Prunier d’Afrique, et les laboratoires Mylan ?

 

Depuis le mois de mars 2018, les capsules d’extrait d’écorce de prunier d’Afrique commercialisées par les laboratoires Mylan ont été supprimées de la vente. C’était pourtant l’un des deux laboratoires-phares de la commercialisation de l’extrait standardisé.

Mais en 2017, certains lots avaient fait l’objet d’un rappel, jugés non conformes par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

Prunier d’Afrique bio

 

Aujourd’hui, aux côtés des deux principaux laboratoires qui commercialisaient la capsule d’extrait d’écorce de prunier d’Afrique, nombre de marques, dont certaines valorisant le fait qu’elle sont bio, proposent de l’extrait standardisé, selon des normes identiques.

Attention à l’automédication

 

Si vous êtes un homme qui souffre de problèmes de miction, évitez l’autodiagnostic : avant de préférer la phytothérapie à la molécule de synthèse, commencez par une visite médicale. En effet, si l’HBP ne veut pas du tout dire que vous avez un cancer de la prostate, un contrôle médical ôtera le moindre doute.

Faut-il ensuite, préférez le prunier d’Afrique à, par exemple, le palmier nain ? Faites-vous conseiller, plutôt que de vous ruer sur toutes les offres qui se bousculent un peu trop sur internet.

Le prunier d’Afrique, pas d’effets secondaires

 

C’est ce qui le rend intéressant : le prunier d’Afrique n’engendre pas de troubles sexuels ou de baisse de la libido. Il peut, en certains cas, tout au plus occasionner de la diarrhée ou de la constipation.

Et si on lit régulièrement qu’il est déconseillé aux femmes enceintes ou allaitantes, reconnaissez qu’elles ne sont pas gênées par leur prostate.

Côté écologie

 

Le prunier d’Afrique subvenait sans problème à une récolte de subsistance. Sauf que, depuis les années 1970, son écore est devenue un commerce à l’échelle quasi-mondiale : eh oui, les populations américaine et européenne vieillissent !

Après avoir été interdit d’importation en Europe, à la suite de son inscription à l’annexe II de la CITES (La Convention sur le commerce international des espèces de flore et de faune menacées d’extinction), le prunier d’Afrique originaire du Cameroun est désormais à nouveau autorisé.

Avec un risque majeur pour l’écosystème de cette zone de l’Afrique.

Pour en savoir plus

 

La rédaction de Toutvert.fr vous invite à lire ces autres articles :
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog