Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 novembre 2014 6 01 /11 /novembre /2014 12:20

Par La Voix de la Russie | Personne n’avait osé jusqu’ici toucher au modèle vedette de la cosmologie, depuis 30 ans : le sacro‐saint trou noir, fond de commerce de toute une communauté, fer de lance de la « cosmologie quantique ». Après l’article publié par Stephen Hawking, intitulé « Les trous noirs n’existent pas » c’est un scientifique français, Jean-Pierre Petit, ancien directeur de recherche au CNRS, qui enfonce le clou. De quoi décrire un univers radicalement nouveau. Hawking soulève les problèmes, J.P.Petit apporte des solutions ... décoiffantes.

Les trous noirs n’existent pas (Partie 1)

La Voix de la Russie : Jean‐Pierre Petit, Stephen Hawking, qu’il est aujourd’hui inutile de présenter, vient de défrayer la chronique, de mettre la communauté des black hole men en émoi en publiant un article intitulé « les trous noirs n’existent pas ». Vous venez de publier un article reprenant le même titre. Expliquez‐nous.

JPP : J’ai essayé de positionner mon propre article sur la question sur le site de mise en ligne de preprints arXiv, comme Hawking l’a fait pour le sien. Mais mon papier, très structuré et solide, a été immédiatement bloqué, de même que dix autres articles que j’ai essayé de positionner sur ce site, où je suis visiblement « blacklisté ».

LVdlR : Qui bloque dans ce site où en principe les modérateurs ne font que refuser des articles correspondant à une activité commerciale déguisée, à des manifestes politiques ou des attaques ad hominem insultantes ? J’imagine qu’il n’y a rien de tout cela dans vos 12 articles bloqués. Vous aviez déjà par ailleurs déjà mis en ligne plusieurs articles sur arXiv dans le passé.

JPP : Depuis 2008 le CNRS s’est débrouillé pour faire figure de porte d’accès à arXiv, par l’intermédiaire de sa base de données HAL, vers laquelle les soumissions sont automatiquement redirigées.

LVdlR : Mais ne pourriez‐vous pas mettre ce travail en ligne sur HAL ?

JPP : Pour cela il faut obligatoirement relever d’un laboratoire reconnu par le CNRS. J’ai donc été demander de l’aide à Cuby, directeur de mon ancienne unité, le Laboratoire d’astrophysique de Marseille. Refus immédiat. Motif : vous êtes retraité.

LVdlR : Décidément...

JPP : Et vous savez très bien pourquoi. Depuis 38 années, toutes mes recherches de cosmologie et d’astrophysique sont entièrement axées sur la faisabilité des voyages interstellaires. Je ne m’en suis jamais caché. Il y a quelques décennies, des scientifiques pouvaient encore dire « qui vous dit que la Terre n’est pas la seule planète habitée de tout l’univers ? ». Aujourd’hui, la vie extraterrestre intelligente est devenue une évidence pour tout le monde. Reste cette « barrière luminique », dernier rempart, protégeant notre géocentrisme imbécile.

LVdlR : Barrière à laquelle vous vous attaquez.

JPP : J’ai abouti à des résultats solides que j’ai évoqués dans une interview précédente. L’univers est un Janus, il a deux visages (mathématiquement, on dit qu’il est « bimétrique »). Sur l’un, les particules à énergie et masse positive, les étoiles, la Terre, vous, moi. Sur l’autre les particules à énergie et masse négative. Dans ce second « secteur », les lois de la Relativité Restreinte jouent aussi, mais la vitesse de la lumière est beaucoup plus élevée.

LVdlR : De ... quelle lumière ?

JPP : Celle de photons d’énergie négative, que nous ne pouvons pas voir.

LVdlR : Quel rapport avec les voyages interstellaires ?

JPP : Si on découvre un moyen technico‐scientifique d’inverser la masse d’un vaisseau et de ses occupants, alors celui‐ci pourrait cheminer à une vitesse beaucoup plus élevée. Cela rendrait les voyages interstellaires « non-impossibles ».

LVdlR : Avec comme corolaire le surgissement d’un dossier qui dérange par excellence. Mais revenons au blocage à propos des trous noirs.

JPP : La situation est devenue telle depuis des décennies que si un chercheur veut toucher au modèle du trou noir et s’il ne s’appelle pas Stephen Hawking, son article est immédiatement refoulé par tous les organes de publication pour qui un tel article revient à proposer une nouvelle théorie sur la Terre creuse ou le mouvement perpétuel.

LVdlR : J’imagine que vous avez envoyé des articles vers les plus grandes revues internationales.

JPP : Depuis six mois, 15 refus d’articles, sans soumission à un expert.

LVdlR : Mais, l’argument invoqué ?

JPP : Le plus souvent il n’y en a aucun. Sinon « ça n’est pas le genre de la revue » ou « désolés, nous ne publions pas de travaux à caractère spéculatif ».

LVdlR : Mais vous allez continuer.

JPP : Cette bataille ne fait que commencer. Mais je vous signale que pour publier deux articles importants, l’un dans Nuevo Cimento en 1994 et l’autre dans Astrophysics and Space Science en 1995 j’avais du faire 58 envois...

LVdlR : Le grand public est totalement ignorant de cet aspect des choses.

JPP : A chaque fois c’est une attente interminable. Comme ces travaux ont un lien direct avec ceux de Sakharov, j’ai envoyé une version à la revue russe Gravitation and Cosmology. International quarterly Journal. Par deux fois ces gens nous ont promis une réponse rapide, mais cette affaire dure maintenant depuis plus de quatre mois. Pourtant les mathématiques liées à ce travail sont en partie nées en Russie dans les années 70, avec cette figure des maths russe qu’est Alexandre Kirillov, dont le nom figure bien sûr dans les références de l’article. Kirillov a sûrement des élèves capables d’expertiser ce travail.

LVdlR : Il n’y a pas d’autres « portes d’entrée » que les revues ?

JPP : Il existe bien des lieux où un chercheur peut se soumettre aux tirs croisés de ses collègues, ce sont les séminaires. Mais mes demandes restent lettre morte, depuis des années, partout, alors que je ne demande qu’à enfiler les gants et à monter sur le ring, à descendre dans les fosses aux lions.

LVdlR : Un exemple ?

JPP : Depuis 2006 l’astrophysicien Alain Riazuelo a positionné sur le site de son unité de recherche, l’Institut d’Astrophysique de Paris, une critique de mes théories. Elle y est toujours et ce texte porte tort au scientifique que je suis. J’ai immédiatement demandé à celui‐ci de pouvoir répondre à ses objections en séminaire, en transmettant également cette demande au directeur de son laboratoire.

LVdlR : Et leur réponse ?

JPP : Pas de réponse, depuis huit ans. Mais Riazuelo ne prendra pas le risque d’une telle confrontation. Il sait pertinemment qu’à ce genre de jeu je n’ai jamais perdu un combat.

LVdlR : Un... combat ?

JPP : Ca n’est qu’une image. Il n’est pas nécessaire d’élever la voix. L’ambiance est plus celle d’une partie d’échecs.

LVdlR : Avec au bout un échec et mat ?

JPP : Tout à fait. En séminaire, « je n’ai jamais perdu une partie » et ce lâche le sait très bien. La proposition court toujours.

Dans la page Wikipedia francophone consacrée l’historique des trous noirs, un mathématicien français, Michel Mizony, a tenté de donner écho à une publication, effectuée dans une revue sérieuse, à comité de lecture, où des doutes étaient émis concernant l’existence de tels objets. Alain Riazuelo, solidement implanté dans Wikipedia (où je suis « banni à vie » depuis 2005 pour avoir révélé l’identité d’un intervenant‐thésard, Yacine Dolivet, qui avait fini par m’agacer par les sottises qu’il déballait. Docteur es-supercordes il est aujourd’hui « mathématicien dans une banque » et continue d’intervenir, ne serait-ce quedans cette page sur l’historique des trous noirs, sous le pseudonyme de le Ya Ya) a immédiatement et par deux fois supprimé cette contribution, considérée comme « du vandalisme ».

LVdlR : Autrement dit, si un scientifique fait mine d’évoquer une polémique concernant le modèle du trou noir, il est immédiatement taxé de vandalisme.

JPP : Exactement. Ce qui est plus fou, et vous le lirez dans les discussions figurant dans cette page, c’est que le simple fait de mentionner un article, publié dans une revue à comité de lecture et exprimant un semblant de scepticisme, selon Alain Riazuelo, « ce serait instiller le doute auprès du grand public sur un fait à propos duquel il n'y en a aucun chez les spécialistes du sujet ».

LVdlR : C’est : « Touche pas à mon trou noir ! ». Mais, ces trous noirs, ils existent ou pas !?!

JPP : Il faut reprendre la genèse du concept. En 1915, Einstein réinvente le monde, en remplaçant les particules par de la géométrie, en introduisant l’espace temps.

LVdlR : En un mot ? ...

JPP : Avant Einstein, la matière, et la lumière, les photons, sont des objets qui cheminent dans un espace à trois dimensions en suivant des trajectoires qui, s’agissant des objets matériels, sont influencées par des forces, dont la force de gravitation. Einstein remplace cela par des géodésiques d’une hypersurface espace‐temps.

LVdlR : : La, je sens que nos lecteurs vont décrocher...

JPP : On va employer une image en se situant dans un espace à 2 dimensions. On imagine d’abord que des particules cheminent sur un plan, un « univers 2D euclidien, sans courbure » et que leurs trajectoires sont influencées par des forces. Dans la figure ci‐après j’ai représentée schématiquement, un astre 2D empli de matière de densité constante, entouré par le vide, représenté par un disque gris, ainsi que les trajectoires de particules attirées par ce confetti dematière.

LVdlR : Mais il y a aussi une droite, en rouge.

JPP : Cela correspond à la trajectoire rectiligne d’un photon, dans le vide, insensible à la force de gravité, telle qu’on l’imaginait avant Einstein.

LVdlR : Et là vous avez remplacé ce « terrain de jeu plat, sans courbure », par un cône émoussé.

Les trous noirs n’existent pas (Partie 1)

JPP : Un cône émoussé qui est formé de la réunion d’une portion de sphère, grisée, et d’un tronc de cône. La portion de sphère, c’est mon astre 2D empli de matière de densité constante (figurée par une portion de surface à courbure constante) et le tronc, le cône, c’est le vide qui est autour. Et j’ai fait figurer les géodésiques.

LVdlR : Ces courbes, comment les obtient‐on ?

JPP : Il suffit d’un rouleau de scotch.

LVdlR : Si je comprends bien, si je m’amuse à coller des bandes de scotch, délicatement, sur la carrosserie de ma voiture, je vais consteller de géodésiques cette « surface-voiture » ?

JPP : Exactement. En dessous, j’ai projeté ces courbes sur un plan, qui est « la façon dont nous nous représentons les choses ».

LVdlR : En fait, les forces, ça n’existe pas. Il n’y a que de la courbure. Einstein, tel un prestidigitateur, a fait disparaître les forces en les remplaçant par des courbures de l’espace.

JPP : Cela a été fait sur un univers, considéré comme une hypersurface 4d et non un espace euclidien 3d. Au passage, dans ce cas, les géodésiques qui représentent les trajectoires des photons sont affectées par les masses, par la gravitation. En dessous j’ai projeté ces géodésiques qui deviennent « des trajectoires » et on voit que les trajectoires des photons (courbe rouge) ne sont plus « des droites », ce qui a pu être confirmé observationnellement en 1918, par Eddington, lors d’une éclipse. Un autre effet est celui des lentilles gravitationnelles. De plus, Einstein a proposé une équation qui permet de construire des solutions.

LVdlR : Des solutions à des problèmes. Mais quelles sont les données ?

JPP : La distribution des masses. Si je reprends l’exemple ci-dessus, je pourrais dire : « J’ai une masse contenue dans mon confetti 2d, et je dispose des trajectoires qui vont avec. Accessoirement l’observation me montre que celle de photons est courbée. La géométrie « qui va bien », qui rend compte de cela, est mon cône émoussé. Et comme cette interprétation géométrique rend compte de la courbure des trajectoires des photons, cela veut dire que ce modèle est meilleur que celui de l’espace plat, plus la force de gravitation de Newton, qui ne rend pas compte de l’influence de la gravitation sur la trajectoire des photons (ce qu’on appelle l’effet de lentille gravitationnelle).

En 1916, l’astrophysicien Karl Schwarzschild calcule la solution exacte de l’équation d’Einstein pour une boule de matière contenue dans une sphère, de densité uniforme.

LVdlR : C’est « le cône émoussé 3d ». Mais tout cela nous éloigne du trou noir, non ?

JPP : Quand vous regardez le ciel qui est au‐dessus de votre tête, la moitié des étoiles sont « célibataires » et l’autre moitié vit en couples. Les ménages à trois, ou plus, sont instables. Dans les couples, il y a un très grand nombre où l’une des étoiles est une étoile très émissive, qui envoie des bouffées de gaz. On appelle cela le « vent stellaire ». Dans le cas du Soleil c’est le « vent solaire ». L’autre étoile peut être une étoile à neutrons, un objet très petit, très dense, résidu de l’explosion, sous forme de supernovae, de l’étoile qui avait été jusque là le compagnon de la première.

LVdlR : Ces étoiles à neutrons, il y en a beaucoup ?

JPP : Vous soulevez là un aspect essentiel en astronomie. Le cosmos est très vaste. Dans notre seule galaxie il y a déjà 200 milliards d’étoiles et vous savez que quand le télescope spatial Hubble regarde dans une « fenêtre » qui a l’aspect du chas d’une aiguille tenue à bout de bras, il détecte 10.000 galaxies. Ainsi, quand les théoriciens prédisent que tel ou tel objet pourrait exister, si ça n’existe pas, on ne trouve rien. Mais s’il a vu juste, on trouve d’abord un objet, puis cinq, puis 100 puis des dizaines de milliers. La découverte progresse alors de manière exponentielle. Vous en avez un exemple actuellement avec les exo-planètes. En 1931 l’astronome Américain Fritz Zwicky avait, lors d’une célèbre conférence donnée au Caltech, expliqué que les étoiles massives devaient connaître des fins explosives, se transformer en supernovae. Le scepticisme a été général. Têtu, il partit lui‐même, seul, à la recherche de ces objets. En 1935 il trouve le premier. Trois ans plus tard il avait fait une douzaine d’observations, dans de lointaines galaxies.

LVdlR : En observant quoi ?

JPP : Dans ces galaxies apparaissait soudain un point très lumineux, qui disparaissait quelques mois plus tard. Aujourd’hui ces objets se comptent par dizaines de milliers. Même chose pour les étoiles à neutrons, dont l’existence avait été prévue par le Russe Lev Landau en 1932. Peu après, Zwicky a suggéré que ces objets pourraient émettre des rayons X.

LEGENDE : L’astrophysicien Fritz Zwicky, « père des supernovae »

La première étoile à neutrons été découverte en 1967 par l’anglaise Jocelyn Bell. Aujourd’hui on en dénombre des milliers.

LVdlR : Alors que l’existence des trous noirs a été conjecturée en 1967, 47 années plus tard, les observateurs s’accrochent à l’unique objet de ce genre : Cygnus X1. Il faut avouer que là où on trouve le plus de trous noirs c’est dans les pages des revues de vulgarisation scientifique, pas dans le ciel.

JPP : Il faut garder en tête que les étoiles à neutrons ou les supposés trous noirs émettent le même genre de rayonnement X. Il est émis par des électrons quand ceux‐ci subissent une forte accélération. Alors « ils protestent ».

LVdlR : Ce signal X, c’est le cri de l’électron qui tombe sur une étoile à neutrons, ou un trou noir. Mais qu’est-ce qui différencie les deux ?

JPP : Au niveau du signal : rien. La différence se situerait au niveau de la masse de l’objet. Comme on verra plus loin, celle des étoiles à neutrons ne peut pas dépasser plus de 3,3 masses solaires. On évalue la masse du compagnon invisible de l’étoile Cygnus X1 à 6 masses solaires. On en conclut donc que c’est un trou noir. Mais si une conjugaison d’erreurs de mesures (Cygnus X1 est censé être à 6000 années lumières de nous) se conjuguent, alors cette source X deviendrait une bête étoile à neutrons. Un des arguments qui soulèvent le scepticisme quant à l’existence des trous noirs stellaires, c’est leur anormale rareté. En effectuant un parallèle avec les supernovae et les étoiles à neutrons, compte tenu des progrès des moyens observationnels, on devrait actuellement les compter par milliers. Les années qui passent ne font qu’accroître le scepticisme.

LVdlR : Pourquoi les étoiles à neutrons ne peuvent-elles pas avoir une masse dépassant 3,3 masses solaires ?

JPP : Prenez un engin spatial. Si vous voulez l’installer sur une orbite donnée, plus cette orbite sera lointaine, plus il vous faudra dépenser d’énergie. Et, vis à vis d’un objet comme la Terre, pour une sonde spatiale de masse donnée, si vous voulez lui faire quitter l’attraction terrestre il vous faudra dépenser l’énergie correspondante.

LVdlR : Revenons à une étoile à neutrons qui aurait une masse supérieure à 3,3 masses solaires.

JPP : Prenons un objet de masse m qui serait à sa surface. Il représente une énergie mc2. La plus belle fille du monde ne peut pas donner plus que ce qu’elle a. De même, une masse m, même si elle se transformait entièrement en énergie, ne pourrait produire plus que E = mc2 selon la célèbre relation d’Einstein. Eh bien si l’étoile à neutrons a une masse supérieure à 3,3 masses solaires, l’énergie à fournir pour permettre à une masse m de la quitter dépasse mc2. Donc aucun objet ne peut s’en échapper. Et c’est valable aussi pour les photons, qui ont une énergie hV. Eux aussi perdent de l’énergie pour quitter une masse. Déja, quand une étoile à neutrons a une masse, disons de 3,2 masses solaire, et qu’elle émet un photon d’énergie hV, celui-ci « rame » pour quitter l’étoile. Son évasion lui coûte de l’énergie, et quand il a réussi à s’échapper il n’a plus qu’une énergie inférieure. On appelle cela le « redshift gravitationnel ». Quand la masse atteint 3,3 le photon consomme toute son énergie. Et comme un photon, c’est un grain d’énergie, il n’existe plus.

LVdlR : Les étoiles à neutrons sont censées, pour beaucoup, constituer le résidu de l’explosion d’une supernovae. On peut supposer que ce phénomène a le bon goût de ne laisser comme résidu que des étoiles à neutrons d’une masse inférieure à cette masse critique.

JPP : Mais si celle‐ci est en couple avec une étoile bien émissive et suffisamment proche, celle‐ci va faire croitre sa masse en lui envoyant de l’hydrogène, à cause du vent stellaire. Inéluctablement, des étoiles à neutrons devraient alors dépasser les 3,3 masses solaires. Les astronomes se sont tournés vers les théoriciens en leur disant « quand ça se produit, que se passe‐t-il ? ».

LVdlR : Et c’est là que ceux‐ci leur ont donné le modèle du trou noir.

JPP : Il faut voir comment cela s’est joué. Si vous revenez au dessin du cône émoussé de tout à l’heure, vous voyez qu’il n’y a pas un seul objet géométrique, mais deux.

LVdlR : Oui, il y a une calotte sphérique et un tronc de cône, les deux étant raccordés.

JPP : Quand Karl Schwarzschild a produit en 1916 sa solution de l’équation d’Einstein, elle était aussi en deux parties. La première, qu’on appellera « la solution de Schwarzschild extérieure » décrivait ce qui se passait dans le vide, à l’extérieur de l’astre, d’une sphère emplie de matière d’une densité constante. La seconde décrivait son intérieur, correspondait à la « solution de Schwarzschild intérieure ». Cela permettait aussi de calculer des géodésiques qui se situent à l’intérieur de l’astre, de la même façon que vous pouvez faire courir des géodésiques qui empiètent sur la portion sphérique de votre cône émoussé.

LVdlR : Mais ça n’a plus de sens physique !

JPP : Assimilez la Terre à une sphère de densité constante. On peut aussi décrire « la géométrie qui lui est associée » avec ce couple de solutions de ce type. Et on pourra alors calculer les trajectoires géodésiques d’objets qui la traversent de part en part.

LVdlR : Quels objets ?!?

JPP : Les neutrinos, qui interagissent si faiblement avec la matière qu’ils sont capables de traverser la Terre entière sans s’en apercevoir, de même que le Soleil. Si on disposait de télescopes à neutrinos, on pourrait faire des mesures, mais c’est loin d’être le cas.

LVdlR : Revenons aux trous noirs.

JPP : Les théoriciens ont alors « vendu » aux astronomes la solution de Schwarzschild extérieure, qui décrit une portion de l’univers où il n’y a ni matière, ni énergie. Ils leur ont livré une solution se référant à une région de l’espace où règne le vide, où il n’y a aucune matière, pour décrire un objet au contraire hyperdense. Immédiatement, cette solution a été affectée par toutes sortes de pathologies, faciles à comprendre. Quand on essayait de pénétrer à l’intérieur d’une sphère critique, d’une sphère horizon appelée sphère de Schwarzschild, un dénominateur devenait nul. Comme les solutions étaient décrites avec en particulier une variable de temps t et une « distance radiale » r, John Archibald Wheeler (inventeur de la dénomination « trou noir ») avait même dit, pour négocier ce problème : « C’est simple : quand on rentre dans un trou noir, t devient la variable radiale et r le temps » et des tas d’autres excentricités mathématique du même tonneau. Il y a 20 ans, feu l’astrophysicien Jean Heidmann avait coutume de dire « quand on veut parler de trous noirs il faut laisser son bon sens au vestiaire ».

LVdlR : Mais alors, que se passait‐il quand une étoile à neutrons voyait sa masse dépasser 3,3 masses solaires ?

JPP : On pensait qu’elle implosait.

LVdlR : Et les neutrons ?

JPP : Il n’y avait plus de neutrons, ni de particules. Seulement « de la matière », d’une nature non définie. Je peux donner une image illustrant la façon dont ces gens voyaient la chose. Imaginez un puits très profond, dans lequel vous entassez des ampoules électriques. Elles sont au contact, comme les neutrons dans l’étoile. Vous imaginez bien que vous ne pouvez pas entasser des ampoules indéfiniment. Il arrivera un moment où la résistance du verre s’avérera incapable d’encaisser la pression.

LVdlR : Et on aura une dégringolade de débris de verre vers le fond de ce puits.

JPP : C’est là qu’intervient quelque chose dont Kipling dirait « que c’est grosse astuce et force magie ». Dans cette solution de Schwarzschild extérieure, il y a une variable t qu’on décide de considérer comme étant le temps vécu par un observateur extérieur. Quand l’étoile à neutrons reçoit la quantité fatidique de matière émise par l’étoile voisine, elle implose, en un millième de seconde. Mais pour l’observateur extérieur, tout ceci semble se dérouler en un temps infini. Il y a découplage des temps.

LVdlR : Il y a plusieurs temps !?!

JPP : En Relativité Générale, l’écoulement du temps dépend de l’endroit où on se trouve. Imaginez un être qui soit insensible à la gravitation, qui habite sur une étoile à neutrons. Imaginons qu’il puisse, tel un personnage du Petit Prince, y faire pousser des pommiers, eux aussi insensibles à la gravitation. Une pomme se décroche d’un pommier et tombe à la surface de l’étoile à neutrons. Le type ramasse cette belle pomme rouge, et la porte à sa bouche. Soudain il réalise qu’elle est devenue ... verte.

LVdlR : Parce que la forte gravitation qui règne à la surface d’une étoile à neutrons altère l’écoulement du temps ?

JPP : Exactement. Laissons pour le moment de côté cette idée de « trous noirs géants » qui seraient censés être au centre des galaxies. On y reviendra plus loin. La densité liée à ces objets n’a absolument plus rien à voir avec celle des étoiles à neutrons. Ces objets sont aussi beaucoup plus grands, beaucoup moins denses. Par contre, quand vous mettez dans une boite d’allumettes la matière d’une étoile à neutrons, cela représente des milliards de tonnes. Au voisinage d’une étoile à neutrons, le champ gravitationnel varie très vite avec la distance. Si une telle étoile se transformait en trou noir, avec une surface horizon, et si des astronautes courageux tentaient de franchir cette frontière, quitte à ne plus jamais pouvoir revenir, leur vaisseau serait distendu et disloqué. Il en serait de même pour leurs corps, les molécules qui le composent. Par contre une telle plongée serait envisageable dans un « trou noir géant ».

LVdlR : Les passagers du vaisseau ne s’apercevraient de rien ?

JPP : Non. Par contre, pour un observateur extérieur cette plongée n’en finirait pas, durerait un temps infini. Du fait de ce dérapage temporel, les messages radio envoyés par les passagers deviendraient inaudibles, en dégringolant dans le grave, à l’infini. L’image du vaisseau virerait au rouge, puis à l’infrarouge. Qu’il s’agisse de « trous noirs géants » ou de « trous noirs stellaires » c’est ce découplage temporel qui est la clé de voute du modèle.

LVdlR : Comme cette implosion d’étoile à neutrons, pour un observateur extérieur, dure un temps infini, le théoricien déclare qu’il ne se sent pas tenu de décrire le résultat d’une opération qui, à ses yeux, se déroule en un temps infini. Il ne se sent pas non plus tenu de décrire le contenu d’une sphère qu’on ne pourra jamais observer, puisqu’aucune lumière ne peut en sortir. On alors ça lui permet d’envisager et de raconter n’importe quoi en toute impunité, en employant toujours le conditionnel.

JPP : La suite, vous la connaissez. Les « découvertes » concernant des tas de choses inobservables se sont succédées. En 1974 Hawking est devenu célèbre en « démontrant » que les trous noirs devaient être « lisses » et qu’en émettant du rayonnement, ils devaient se dissiper en 10^50 années. On cherche à composer avec des paradoxes (le paradoxe de l’information) liés à des objets dont on ne sait même pas s’ils existent. Si vous voulez en savoir plus sur « l’état de l’art », procurez‐vous le numéro 1161 de juin 2014 de la revue Science et Vie qui titrait, en page de couverture :

L’expression « Au-delà du réel » me semble tout à fait appropriée. Depuis des décennies toute la physique théorique et la cosmologie ont perdu tout contact avec la réalité. Feu mon ami le mathématicien Jean-Marie Souriau avait coutume de dire que la physique théorique était devenue un vaste hôpital psychiatrique où les fous avaient réussi à faire enfermer ceux qui étaient réfractaires à cette folie collective dont la théorie des cordes est un parfait exemple. Une discipline que Souriau qualifiait « de mathématique sans rigueur et de physique sans expérience ». Vous y trouverez dans ce numéro de Science et Vie 15 pages de « cosmo blabla ». Tout est au conditionnel : « serait... pourrait, expliquerait ... », comme l’immense majorité des pseudo découvertes contemporaines. Vous savez ainsi que l’approche des supercordes fournirait 10^500 théories possibles. Récemment je me suis aperçu qu’Andréi Linde, auteur de la théorie de l’inflation cosmique, est aussi un des pères des « baby univers ». Il les a récemment ... dénombrés. Selon l’approche envisagée, leur nombre se situerait entre 10^56 et 10^82. Et le public avale tout cela.

LVdlR : Comment voulez-vous qu’il réagisse ? Il n’y comprend rien.

JPP : Dans une vidéo on assiste à un show à deux avec deux personnages. L’un, tenant de la théorie des cordes et l’autre, Carlo Rovelli, chef de file d’une nouvelle approche, celle de « la gravitation à boucles » se livrent à un numéro grotesque. A un moment l’homme des supercordes dit que « dans sa discipline, on n’explique rien, et on ne prévoit rien, et que c’est ennuyeux ». Rovelli lui répond : N’en soyez pas ennuyé. Pour nous, c’est la même chose. C’est à la deuxième minute de la vidéo (en anglais). Accompagnés par la salle, tous deux éclatent de rire.

LVdlR: Rovelli est dans un labo de Marseille, donc près de votre résidence.

JPP : Je lui ai demandé de me recevoir en séminaire, par deux fois. Refus clair et net. Mais revenons à cet article du Science et Vie de Juin 2014. On lit qu’en 2013 un certain Polchinski a suggéré que les trous noirs puissent être entourés par un « mur de feu », qui disloquerait toute matière avant qu’elle n’atteigne la sphère horizon. Quand à l’intérieur du trou noir, pas de problème : « ce serait (toujours au conditionnel) un embrouillamini de supercordes infiniment petites ». Dans cet article on ressort une vieille lune, déjà déclinée dès les années 70, par des gens comme Wheeler et Sakharov : l’identité de nature entre les trous noirs et les particules. Une « fantastique unification » mais qui, en l’état, « manque de tout support théorique ». On lit « qu’il reste un énorme travail à faire, mais que le profit pourrait être considérable ».

LVdlR : Cet article ressemble à un mouvement de défense vis à vis des doutes récemment exprimés par Stephen Hawking.

JPP : Il y en aura d’autres. Je me souviens de ce que m’avait dit un jour le rédacteur en chef d’une revue de vulgarisation scientifique : « quand les ventes
Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2014_06_30/Les-trous-noirs-n-existent-pas-Partie-1-8534/
baissent, on fait du trou noir ». S’il s’avère que les trous noirs n’existent pas, 95 % des spécialistes de cosmologie du monde entier vont se retrouver au chômage. Des centaines de thèses de doctorat et des milliers d’articles parus dans des revues scientifiques seront bons pour la décharge, les ventes des revues de vulgarisation vont fléchir.

LVdlR : Bon, mais si vous soutenez cette idée, il faut quand même une confirmation observationnelle, non ?

JPP : Oui, ces objets, on ne les observe simplement pas. La confirmation qu’un objet n’existe pas, c’est qu’on ne l’observe pas, point.

LVdlR : Mais ... les trous noirs géants ?

JPP : J’aborderai cette question plus loin. La, on a bien un phénomène. Des étoiles orbitent à très grande vitesse autour d’un objet, ce qui lui donne une masse de millions de masses solaires voire dans d’autres galaxies atteignant le milliard de masses solaires. Mais ces objets ne sont pas des trous noirs.

LVdlR : Pourquoi les a‐t‐on immédiatement qualifiés de trous noires géants ?

JPP : Parce qu’il FAUT que les trous noirs existent, d’une manière ou d’une autre. Sinon c’est toute la cosmologie et l’astrophysique qui s’effondrent. La cosmologie est pleine de trucs qu’on ne comprend pas, comme les quasars.

LVdlR : Eux aussi sont des trous noirs ?

JPP : Bien sûr.

LVdlR : Et vous avez évidemment une toute autre idée sur la question.

JPP : Présentée en 1997 dans mon livre « On a perdu la moitié de l’univers ». Mais c’est un autre sujet.

Crédit images : JP Petit

Lire la suite.

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 03:56
 
 
 
       
  

Le Big Bang, a il existé ?  
Jean-Marc Bonnet-Bidaud

Jean-Marc Bonnet-Bidaud

Jean-Marc Bonnet-Bidaudest astrophysicien au Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), spécialiste de l'astronomie des hautes énergies et des étoiles en fin de vie. Avec l'historien et philosophe des sciences Thomas Lepeltier, il a co-dirigé la publication de l'ouvrage collectif Un autre cosmos ? qui vient de paraître dans la collection "Philosophie des sciences" de l'éditeur Vuibert (150 p., 19 €). L'idée centrale du livre est d'inciter les chercheurs à se pencher sur des modèles cosmologiques alternatifs à celui du Big Bang. Celui-ci suppose notamment l'existence d'une matière et d'une énergie dites noires, qui composent à elles seules plus de 95 % du contenu de l'Univers, et dont la nature reste inconnue à ce jour. La matière ordinaire dont sont faits les étoiles, les planètes et ce qui se trouve à leur surface ne compte en effet, selon ce modèle, que pour moins de 5 % du total

Une étude à paraître dans The Astrophysical Journal signale, à partir de l’étude du mouvement de plus de 400 étoiles proches de nous, l'absence curieuse de la matière noire dans l’environnement immédiat du Soleil. Si d'autres travaux le confirment, cela pourrait poser un problème au modèle qui décrit notre Univers et son histoire. De manière plus générale, ce modèle standard de la cosmologie comprend 95 % d'inconnues. Est-ce que cela ne fait pas beaucoup ?

Cela me paraît vraiment beaucoup pour dire, comme l'affirment certains, que nous avons pratiquement tout résolu et que la cosmologie est devenue désormais une science de précision. Pour le physicien que je suis, ces inconnues fragilisent le modèle que l'on a de l'Univers. C’est la raison pour laquelle nous voulons, par ce livre collectif, essayer d’ouvrir d’autres horizons.

Quels sont les grands problèmes auxquels se heurte selon vous ce modèle cosmologique ?

Enormément de questions se posent et nous avons sélectionné six aspects différents, pour lesquels le débat scientifique devrait être ouvert mais ne l'est pas. Le modèle du Big Bang, qui nous explique comment l'Univers s'est construit et a évolué, est basé sur des hypothèses très strictes et très restrictives. Nous avons essayé d'avoir une vision plus large en analysant ces hypothèses et en expliquant qu'il pouvait avoir d'autres façons que celle du modèle standard d'aborder ces six grands domaines. Il y a tout d'abord la géométrie du cosmos et l'outil que l'on utilise pour y mesurer les distances. Un changement même mineur de cette mesure change totalement l’évolution de l’Univers. Le deuxième aspect, c'est la fameuse question de l'expansion de l'Univers : nous observons un décalage vers le rouge de la lumière d'objets lointains et nous en déduisons que l'Univers se dilate. Mais cette interprétation n'est qu’une des hypothèses possibles et l'on n'a pas forcément besoin d'avoir un Univers en expansion pour obtenir ce décalage vers le rouge de la lumière. C'est important car il s'agit de la base même du modèle du Big Bang. Le troisième point est la formation des éléments légers dans l'Univers, qui a longtemps été présentée comme une preuve absolue du Big Bang. En réalité, pour être cohérent, il faudrait maintenant revenir sur ces calculs pour y intégrer par exemple le rôle possible de la matière noire. Le quatrième aspect est un élément essentiel à l'heure actuelle de la cosmologie moderne : le fameux rayonnement fossile. C'est cette lumière diffuse, observée dans le domaine des micro-ondes, qui baigne tout l'Univers. Après sa découverte en 1965, elle a servi à la renaissance du modèle du Big Bang, qui la considère comme la trace refroidie d'un Univers autrefois dense et chaud. Cette interprétation est certes plausible mais elle reste seulement une hypothèse car aucune mesure physique ne peut actuellement confirmer de façon indiscutable qu’il s’agit du rayonnement du fond de l’Univers et ce rayonnement pourrait aussi bien être produit plus localement par d'autres processus physiques.

Il y a également la question de ces mystérieuses matière et énergie noires...

Thomas Buchert, qui enseigne la cosmologie à l'université de Lyon et qui a écrit un chapitre à ce sujet dans le livre, se dit, comme tout physicien, qu'il est très ennuyeux de décrire un Univers avec des inconnues. Il s'est donc intéressé aux hypothèses de base de la cosmologie. On a été amené, pour pouvoir résoudre les équations de la relativité qui concernent l'évolution de l'Univers, à adopter les hypothèses très simples – trop probablement par rapport à la complexité naturelle – d'un cosmos homogène et isotrope, c'est-à-dire identique dans toutes les directions. En introduisant de petites modifications dans l'homogénéité de l'Univers, Thomas Buchert et d'autres chercheurs sont capables de montrer que l'on peut se passer de matière et d'énergie noires ! Il reste encore à rendre compte de toutes les observations mais c'est une des avancées récentes de la cosmologie qui n'est guère mise en avant, alors même qu'elle n'invente pas de processus ou de composantes qui ne soient pas observables et qu'elle modifie seulement des hypothèses de départ probablement trop simplistes.

La dernière pierre d'achoppement que votre livre évoque est la question de l'inflation.

Pour que le modèle du Big Bang marche, en plus de lui rajouter de la matière et de l'énergie noires, il faut aussi que, dans les temps très proches du début de l'expansion, l'Univers ait connu une accélération phénoménale (une dilatation d'un facteur 1050 en une fraction de seconde), qui aurait permis d'uniformiser sa densité et sa température. Or on ignore quel processus physique a pu l'engendrer car il faut injecter une énergie incroyable pour accomplir cette inflation. Là aussi, d'autres visions sont possibles qui s'en dispensent, et notamment un modèle cyclique de contractions-dilatations de l'Univers. Il faut cependant bien avouer que tous ces modèles restent très spéculatifs. Plus largement, nous voulions mettre le doigt sur le fait que nous n'avons sans doute pas de théorie correcte de la gravitation. Même chose pour la théorie de la matière : le modèle standard de la physique des particules doit lui aussi être amélioré. On est donc condamné à un pari sur l’avenir. Tous ces bémols devraient conduire les cosmologistes à être plus prudents et modestes...

En réclamant un réexamen sans tabou de notre façon de voir le cosmos, cet ouvrage de philosophie des sciences a un côté iconoclaste. Avez-vous rencontré des difficultés pour le réaliser ?

Nous tenions à avoir l'avis de chercheurs respectés qui travaillaient dans le cadre du Big Bang, en leur demandant de se faire l'avocat du diable dans leurs domaines. Nous voulions aussi travailler de préférence avec des auteurs français. Mais l'un d'eux a trouvé intolérable que des scientifiques puissent contester le Big Bang et il a fait campagne auprès de certains autres, qui ont ensuite poliment décliné notre offre... Malgré ces difficultés, le cahier des charges est respecté. Mais, en tant que scientifique, je ne comprends pas qu'un tel débat puisse poser des problèmes ni qu'on veuille faire obstacle à tout ce qui peut scientifiquement alimenter une vision critique du discours dominant. En lisant l'article dont vous faisiez état au début de notre discussion, sur l'absence surprenante de matière noire dans le disque de notre galaxie, j'ai relevé une phrase amusante : "Nous avons le sentiment que toute tentative d'interprétation ou d'explication de nos résultats qui irait au-delà de celle présentée dans cet article serait hautement spéculative à ce stade." Comme si les auteurs, effrayés eux-mêmes de ne pas avoir trouvé ce qu'il "fallait" trouver, disaient "Surtout n'utilisez pas nos résultats !". Il y a comme une pression pour diminuer l'impact des résultats discordants alors que normalement, dans la science, c'est le contraire qu'il faut faire.

Dans ce livre, vous "remerciez" les astrophysiciens et les cosmologistes qui vous ont traités par le mépris... En caricaturant, on a l'impression qu'il faut accepter le modèle dominant pour avoir le droit de faire de la cosmologie et d'entrer dans la caste. Qu'est-ce que cela nous dit sur le fonctionnement de la recherche ?

Cela nous dit quelque chose de pas très amusant. Il y a de nombreux cas dans l'histoire qui montrent que quand on s'accroche à une description, quand les pensées se figent et deviennent très peu perméables aux critiques, la science perd dix, vingt ans, voire des siècles. J'aimerais bien que la science bouge, que les débats s'instaurent, que les connaissances progressent, mais j'ai le sentiment personnel que cet aspect frigorifié ralentit l'avancée de la recherche. C'est peut-être lié à son économie : pour proposer un projet, il faut pratiquement que vous soyez sûr du résultat que vous allez trouver. Or ce n'est pas la démarche naturelle de la science : on devrait explorer et faire autant d'expériences pour invalider les concepts que pour les valider. Dans ce livre, nous voulions souligner à quel point notre conception de l'Univers est fragile. Le modèle du Big Bang nous sert de colonne vertébrale et je n'ai rien contre. Cette façon de penser l'Univers dans sa globalité et son évolution était un bon excitateur de neurones au départ. Mais cela fait sans doute vingt ou trente ans qu'on aurait dû s'apercevoir qu'on est sur une forme de fausse piste. Quand cela ne marche pas, il faut regarder ailleurs mais trop peu d'efforts sont faits dans cette direction. On ne veut pas trop aller dans l'inconnu et il faudra sans doute des découvertes fortuites très fortes pour faire basculer les choses. Je serais un jeune chercheur, je serais moyennement enthousiaste à l'idée de me lancer dans la cosmologie puisqu'on nous dit que tout est trouvé. Cela me fait penser à lord Kelvin qui prétendait, à la fin du XIXe siècle qu'il n'y avait plus rien à découvrir en physique et qu'on allait seulement raffiner des décimales. C'était juste quelques années avant l'arrivée de la relativité et la mécanique quantique...

Propos recueillis par Pierre Barthélémy (@PasseurSciencessur Twitter)

(Crédit photo : François Guenet / Fedephoto.com)

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 11:54

Regardez cette expérience de résonance extraordinaire…

 Une expérience de résonance extraordinaire: la géométrie sacrée du son

La géométrie sacrée du son

Ces résultats sont tirés de l’expérience aux figures de Chladni à l’aide d’un générateur de sons, un pilote WAVE (système de haut-parleur) et une plaque métallique fixée au haut-parleur. Ajoutez du sable à la plaque et commencez ensuite à jouer une tonalité.

Certaines fréquences font faire vibrer la plaque en métal de façon à ce qu’elle crée des zones où il n’y a aucune vibration. Le sable « se verse » sur ces zones en créant de beaux motifs géométriques. Lorsque la fréquence augmente les motifs à pas graphique dans les modes de tangage deviennent plus complexes.

Les “Cymatics” (expérience d’une interaction physique avec leur environnement sonore) révèlent la symétrie étrange et belle dans l’œuvre de la nature.

Inspirées par le travail du Dr Hans Jenny, les images sont le miroir des symétries trouvées dans le monde naturel, des formes dissimulées dans les flocons de neige aux formations nuageuses hexagonales massives trouvées sur Saturne.

« Si vous voulez comprendre l’univers, pensez à l’énergie, à la fréquence et à la vibration. » ~ Nikola Tesla

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 03:15

Le générateur électrique Tesla breveté le 2 janvier 1894 (patent 511 916) a été remis au goût du jour par un inventeur James Robitaille. Ce chercheur a déposé une trentaine de brevets relatifs à l’électronique, aux moteurs électriques, etc. Vous pouvez voir l’ensemble de ses brevets déposés sur http://patent.ipexl.com/inventor/ja.... Il semble donc bien que nous ayons affaire à un ingénieur inventeur qui non seulement comprend la technologie de Tesla mais est également en capacité de la reproduire, de l’adapter et de fournir une documentation gracieusement à tous ceux qui souhaitent construire leur propre générateur.

La philosophie de la diffusion de cette technologie est particulière. Dans un premier temps, il s’agissait de construire un prototype à partir du brevet de Tesla et d’en vérifier les performances. Ensuite, considérant que la commercialisation et l’industrialisation d’une telle technologie seraient bloquées, une documentation de 35 pages avec photos, fournisseurs, schémas, plans, brevet de Tesla, choix des matériaux, etc a été diffusée via le site Fix The World. En 24 heures, 20 000 personnes ont téléchargé ce manuel gratuit, une trentaine de pays à ce jour dispose de cette documentation pour reproduire cette technologie. C’est donc bien dans l’esprit de rendre hommage à Nicolas Tesla, d’offrir au monde sa technologie et de faire un pied de nez à ceux qui bloquent ces avancées depuis un siècle, que cette opération non commerciale a été menée. Chapeau bas à Monsieur Robitaille et au site Fix the World (réparer le monde).

Hommage à Tesla : son générateur électrique offert au monde

Générateur Tesla

Ce système permet de pomper l’énergie du vide quantique à un certain seuil de résonance et de produire 10 KW à 15 KW aussi bien en 110 volt que 220 volt. Robitaille propose une technologie Tesla accompagnée de quelques touches modernes. Au vu de la documentation diffusée gratuitement et mondialement, il apparaît que le choix de la robustesse et de la longévité technique soient au rendez-vous. Un générateur ainsi conçu devrait avoir une durée de vie d’un demi siècle. Si cette initiative se propage et porte les fruits attendus, nous sommes alors bien en face d’une révolution technologique majeure mondiale qui aurait du voir le jour il y a 120 ans.


Comment fonctionne ce générateur ?

Il lui faut une source d’alimentation de départ, telle qu’une batterie ou une manivelle pour alimenter le moteur et faire monter le tout en résonance. Ce moteur fait tourner le rotor dans le cœur du générateur. La configuration du circuit oscillatoire dans le cœur du générateur provoque la résonance. Une fois la résonance obtenue, ce système peut produire entre 10 et 15 KW de puissance. 1 KW est réadmis en entrée. Il est alors possible de débrancher le moteur de la source d’alimentation de démarrage. Nous sommes donc bien selon le brevet de Tesla en présence d’un générateur surnuméraire de 1000 à 1500%.


La guerre du dogme entropique :

Le principe d’entropie est systématiquement évoqué contre toute technologie dite surnuméraire, à savoir, qui produit plus d’énergie qu’elle n’en consomme. Le second principe de la thermodynamique interdit doctement une telle possibilité, tout allant de l’ordre vers le désordre. Or, il faut se rendre à l’évidence que des cas particuliers échappent à cette conception très académique. Il faut envisager une révision de cette conception en émettant l’idée de poly-entropie, voire de neg-entropie déjà observable avec les vortex par exemple. Pour l’aviation, quand l’Académie des sciences affirmait qu’un plus lourd que l’air ne volerait jamais, apparaissaient déjà les premiers avions. Face à la réalité, ce dogme académique s’éteignit. Il en sera de même si cette technologie Tesla se propage hors commercialisation à travers le monde. Devant l’évidence matérielle, il faut jeter les dogmes limitatifs et revoir sa copie en ouvrant une nouvelle ère.

Fabriquer des unités en France

Pour l’instant tout est à faire en France pour fabriquer hors commerce de tels générateurs. Il est nécessaire de regrouper un pôle qui comprend des traducteurs pour toute la documentation et communication en anglais, quelques ingénieurs qui comprennent le brevet de 1894 de Tesla, des professionnels maîtrisant un tour de micro mécanique, des ingénieurs en électromécanique. Il faudrait avoir une intendance qui permette de trouver des fournisseurs en Europe pour disposer des matériaux nécessaires à une telle réalisation, il faudrait une véritable solidarité de toute la presse alternative de notre pays pour suivre pas à pas ces développements et rendre public le plus largement possible une telle initiative. Morphéus demeure structurellement trop modeste pour coordonner une telle démarche, mais déjà ce numéro est un appel en direction de la presse alternative pour qu’elle joue solidairement son rôle. Si des ingénieurs, tourneurs, fraiseurs, électromécaniciens, traducteurs, ou autres compétences veulent se rassembler bénévolement autour du projet que nous nommerons « Hommage à Tesla », écrivez à la rédaction de Morphéus. Nous ferons le bilan de toutes les compétences et moyens disponibles réunis d’ici septembre 2014.

Frédéric Morin

Partager cet article
Repost0
3 août 2014 7 03 /08 /août /2014 11:50

L’instant de la décorporation astrale, durant lequel l’esprit quitte le corps, a été photographié par le scientifique russe Konstantin Korotkov à l’aide d’une caméra bioélectrographique.onnotera que ce phenomène se réalise chaque soir lorsque vous dormez votre ame quitte lecorps et part dans l'astral avec la glande pineale activée pour réver et visualiser, lapreuve c'estde sevoir descendre vers son lit car on se réveille des fois plus rapidement ou etre très sensible . Rjames

Photographie d’une âme quittant le corps

L’image a été prise par visualisation de décharge gazeuse (« Gas Discharge Visualization ») une technique avancée de photographie Kirlian qui montre la force vitale de la personne quitter peu à peu son corps.

Selon Korotkov, avant que l’esprit ne surfe sur la fantasmagorie de l’infini, le nombril et la tête sont les premières parties qui corps à perdre leur force vitale (qui serait l’âme), et l’aine et le cœur sont les dernières parties.

Dans d’autres cas, Korotkov a remarqué que « l’âme » des personnes qui souffrent d’une mort violente et inattendue apparaissent généralement dans un état de confusion dans ses mesures avant de retourner à leur corps dans les jours qui suivent la mort. Ce pourrait être à cause d’un surplus d’énergie inutilisée.

(Source : Joe Martino, Collective Evolution) news of tomorrow

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 05:53
Physique Quantique : un savant Russe démontre que l’univers est basé sur 3 particules primordiales

Les politiciens vous diront toujours « trois choses ». Il y a la thèse l’antithèse et la synthèse. Les catastrophes vont souvent par trois, jamais 2 sans 3 dit l’adage.
Les Romains croyaient trois était le nombre ultime: « Omne trium perfectum » était leur mantra – tout ce qui vient par trois est parfait, idée reprise dans le christianisme (Trinité) et bon nombre d’autres religions. La mythologie hindoue par exemple se fonde sur une trinité :
-Brahma, responsable de la création
-Vishnu, responsable du maintien
-Shiva, responsable de la destruction
La particularité de la mythologie hindoue réside dans le pragmatisme de cette trinité. Ces 3 visages de l’éternité influent directement sur le destin humain, en se manifestant dans la dimension temporelle Maintenant, il semblerait que Mère Nature fonctionne aussi sur selon le modèle du trois. Surtout à l’orée de la physique – la mécanique quantique.
C’est un physicien nucléaire soviétique proposé l’idée dans les années 1970 mais il a été accueillie avec dérision. Pendant 45 ans, les sceptiques ont tenté de discrédite la théorie de Vitaly Efimov et de mettre en défaut ses équations.
Ils ont échoué; et sa théorie « bizarre » est maintenant sur le point d’être prouvé.
Efimov estime qu’un ensembles de trois particules pourraient se ranger dans un modèle infini en couches et cela aide à déterminer la composition de la matière elle-même. Les avancées technologiques permettent maintenant à ces groupes de trois particules quantiques à être étudiés et manipulés.
L’état quantique – maintenant connu comme « l’état d’Efimov » – n’est visible que dans des conditions extrêmement froides. Question, lorsqu’ils sont refroidis à quelques milliardièmes de degré au-dessus du zéro absolu, elle se comportent de façon étrange. Si vous voulez les détails techniques, lire l’article de Quanta Magazine qui examine les travaux de recherche récents .
Mais le comportement des trios de particules est parfaitement résumée par le commentaire de professeur de physique Randy Hulet: «C’est comme les couches d’un oignon …. Vous voyez des molécules à une couche. Pelez la couche suivante, et vous voyez qu’il y a une molécule il 22,7 fois plus petite. Trois groupes de recherche indépendants dans trois pays différents ont maintenant montré que les prédictions de Efimov soient correctes.
Le résultat: Nous sommes maintenant sur le point d’une meilleure compréhension de la façon dont fonctionne l’univers.
Il est tout au sujet d’une progression de poupée de style russe des trios de particules, qui s’étend à l’infini de l’échelle quantique minuscule à celle de l’univers – et au-delà.
C’est aussi un aperçu de la façon dont le monde fou de particules quantiques se transforme dans l’univers prévisible que nous habitons.
«Nous sommes très heureux de ce résultat », a déclaré un chercheur. «Dans le monde moléculaire complexe, il y a une nouvelle loi. »

http://www.news.com.au/technology/science/physics-has-a-law-that-explains-everything-and-its-brought-to-you-by-the-number-three/story-fn5fsgyc-1226937146601

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 15:26

L’antimatière est-elle soumise à la même gravité que la matière ordinaire ou à une forme inconnue d’antigravité? Des expériences seont en court au CERN pour mesurer les propriétés de cette matière «miroir».
L’ antimatière possède la même masse que les particules ordinaires mais en diffère en ce qu’il a une charge opposée. Elément de base des séries de science-fiction série »comme « Star Trek » , l’antimatière est d’un grand intérêt pour les scientifiques car elle a le potentiel de révolutionner notre compréhension sur la façon dont fonctionne l’univers.

Avec la découverte, en 1998, d’une accélération de la vitesse d’expansion de l’univers, récompensée la semaine dernière par le prix Nobel de physique, l’idée d’une «pression négative» ou sorte de gravité répulsive a gagné du terrain.

Si l’antimatière réagissait différemment de la matière à la gravitation «ce serait une révolution» pour la physique, souligne Patrice Pérez (Institut de recherche sur les lois fondamentales de l’Univers -Irfu/cea).

Cette matière «miroir» de celle que nous connaissons, l’antimatière reste difficile à observer car tout atome d’antimatière s’annihile au contact de la matière, en produisant une énorme quantité d’énergie.
[AD]
Un atome d’hydrogène est formé d’un proton ayant une charge électrique positive et d’un électron négatif. Un atome d’antihydrogène est constitué d’un proton négatif (antiproton) et d’un électron positif (positron).

De premiers atomes d’antihydrogène, produits en 1995 au Centre européen de recherches nucléaires (Cern) à Genève, s’étaient annihilés quasi-instantanément au contact de la matière.  D’importants progrès ont été accomplis : des atomes d’antihydrogène ont été piégés pendant plus de 16 minutes au Cern, selon les résultats, publiés en juin dernier, d’une nouvelle expérience qui devrait faciliter l’étude de l’antimatière.

Il s’agit ensuite de mesurer la «vitesse de chute» des atomes d’antihydrogène ainsi créés, précise Patrice Pérez qui espère que cette expérience pourra être réalisée au Cern d’ici 2016.

Il serait alors possible de savoir si l’antimatière subit la même accélération due à la pesanteur que la matière.

L’instant où les positrons en trop sont arrachés donnerait, selon M. Pérez, le «top départ» de la chute verticale, et leur désintégration au contact de la matière «le temps d’arrivée».

Il resterait ensuite à inventer un vaisseau spatial qui carbure à l’antimatière, projet déjà envisagé par la NASA

 

Une fusée qui carbure à l’antimatière

Pour propulser une fusée, la problématique est différente car on ne cherche pas à faire de l’énergie la moins chère possible sans polluer mais à embarquer un minimum de carburant pour un maximum de puissance. L’antimatière se relève alors être une excellente candidate. Pour mieux vous rendre compte, une mission vers la planète Mars doit embarquer environ 250 tonnes de carburant conventionnel (hydrogène et oxygène liquides) pour un voyage de presqu’une année alors que 10 milligrammes d’antimatière seraient suffisants pour aller sur mars en 1 mois seulement selon la NASA [source]. Toujours selon la NASA, un coût de 250 millions de dollars serait suffisant pour produire ces 10 milligrammes d’antimatière (sous forme de positrons) avec les technologies actuelles. Dans ce cas, cette solution pourrait être envisagée mais tout de même coûteuse.

 

NASA schema 

Schéma de principe du moteur à antimatière pensé par la NASA pour aller sur Mars. © NASA.

 

Dans star trek l’Entreprise utilise un système de propulsion hypothétique qui déforme l’espace de telle manière que les distances entre les étoiles sont, en fait, fortement réduites (Einstein montra que la matière déforme l’espace ; en d’autres mots, l’espace n’est pas « plat » mais courbe). Les moteurs pouvant faire voyager à une vitesse plus rapide que la lumière fonctionnent à l’antimatière. Le mélange de la matière et de l’antimatière serait certainement la source d’énergie la plus efficace qu’un vaisseau spatial puisse utiliser : dans ce cas l’antimatière (de l’antihydrogène congelé) est manipulée avec des champs magnétiques et ne peut jamais entrer en contact avec la matière ordinaire.

En fait, les « moteurs à antimatière » actuellement à l’étude n’utilisent pas forcément directement l’énergie d’annihilation matière/antimatière pour la propulsion mais exploitent les rayonnements énergétiques (appelés rayons gamma) qui sont produits lors de la rencontre matière/antimatière. Ce rayonnement permet alors de chauffer un fluide comme l’hydrogène. Cependant, il faut tout de même fabriquer cette antimatière avant sur Terre et l’embarquer dans ce moteur et cela est encore loin d’être possible avec les technologies actuelles mais sûrement pas impossible à long terme surtout si l’antimatière permet à l’engin de s’affrenchir facilement de notre gravité. Affaire à suivre.

 

http://www.unexplained-mysteries.com/news/258612/cern-runs-new-anti-gravity-experiment
http://www.20minutes.fr/sciences/803702-antimatiere-est-elle-soumise-antigravite-experiences-preparation

http://science-for-everyone.over-blog.com/article-de-l-antimatiere-pour-propulser-une-fusee-dans-l-espace-79934463.html

 

Source : http://www.neotrouve.com/?p=4647

 

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 11:42

L'énergie noire est le nom donné à une composante hypothétique de notre univers, présentant la particularité d'avoir une pression négative. Elle serait responsable de l'accélération de l'expansion cosmique mise en évidence de façon expérimentale en 1998.


96 % du contenu de l'univers est de nature inconnue. Les mystérieuses matière noire et énergie noire en sont-elles les composantes ? Ou bien est-ce une erreur dans l'équation d'Einstein ? Des questions auxquelles le futur satellite Euclid de l'Esa répondra. Réalisateur : Pierre-François Didek (Karamoja Productions). Directeur de collection : Vincent Minier (Laboratoire AIM Paris-Saclay). © AstrophysiqueTV-Dailymotion

Pour tout savoir sur l'énergie noire, consultez notre dossier complet.

 

Un schéma montrant la part relative de l'énergie noire (dark energy) dans l'univers. Son estimation varie mais on donne généralement une valeur légèrement supérieure à 70 %. La matière normale ne compterait que pour 4 % environ dans le contenu énergétique de l'univers observable, le reste étant de la matière noire (dark matter) © Nasa CXC M.Weiss
Partager cet article
Repost0
16 juillet 2012 1 16 /07 /juillet /2012 10:52

mouvement perpetuel

 

 

 

A ce jour, on peut lire sur le mouvement perpétuel que son impossibilité découle des lois de la thermodynamique.

Néanmoins, le mouvement perpétuel en question n'a rien à voir avec ces dernières, car il découle de la loi la plus fondamentale de la nature, le principe unificateur de l'univers, la condition même de la connaissance scientifique, la relativité, et plus précisément le principe de relativité générale "d'échelle de grandeur" autrement exprimé : violation du principe d'équivalence.

Le mouvement perpétuel est la transformation physique d'un système réversible et cyclique pour faire du travail sans consommation d'énergie.
Il se présente sous la forme d'une roue sur laquelle sont fixés des mécanismes réversibles, ce qui la rend automatiquement réversible.

Chaque mécanisme est équipé d'un levier de commande qui se déplace dans un angle de 22,5 degrés, ce qui détermine suivant sa longueur, l'espace dans lequel il peut évoluer, et d'un poussoir qui permet de transformer sous la pression du levier de commande actionné par l’énergie sous forme de moment cinétique introduite dans la machine, un mouvement rotatif en mouvement rectiligne, provoquant ainsi le déplacement d'une masse " invariante " et la compression d'un ressort, ce qui rend automatiquement cette dernière positivement mais inversement chargée.

Il y a 2 butées pour obtenir le mouvement de chaque levier de commande : une en bas de la roue, et l'autre en haut.

Au passage de la butée du bas, la masse, par l'intermédiaire du levier de commande et du poussoir, est positivement rapprochée du barycentre de la roue mais inversement du centre de la terre, une biellette fonctionnant par gravitation la maintient dans cette position; la roue, en tournant, rencontre la 2ème butée qui se trouve en haut. Le levier de commande, à ce moment précis, permet à la biellette de se dégager par gravitation et au ressort de renvoyer la masse à sa position initiale de départ, mais une deuxième fois éloignée du centre de la terre, ce qui explique la réversibilité d'un mécanisme et, par là même, de la machine.

Au moment où la masse du bas est rapprochée du barycentre de la roue, et que celle du haut est revenue en arrière à sa position de départ initiale, ces dernières se trouvent en superposition d'états
.
La roue, en tournant, permet, dans une unité de temps, à la masse qui se trouve en haut, plus loin et en bas en tournant plus près du centre de la terre, de parcourir une distance plus grande que celle qui se trouve en haut plus près et en bas en tournant plus loin du centre de la terre. Et comme la relativité "d'échelle de grandeur", par rapport au barycentre de la roue, est restreinte pour 2 masses elle devient générale pour toutes les masses.

Il se produit une dichotomie au profit des masses éloignées du barycentre de la roue, ce qui explique l'énergie sous forme de moments cinétiques (balourds additionnés), et par là même sa conservation.

Le barycentre de la roue se trouvant relativement déplacé, cette dernière se trouve en perpétuelle recherche d'un impossible équilibre.

Seul le déport des masses permet de définir le nombre de mécanismes pour que le couple moteur surpasse le moment antagoniste, et cela sur la base de la loi de la gravitation universelle.

Cette loi de la gravitation universelle dit :

Que la matière attire la matière, en raison directe des masses, ce qui signifie qu’une masse double, triple, quadruple exerce à la même distance une attraction double, triple, quadruple.
La matière attire la matière, en raison inverse du carré des distances, ce qui signifie qu’une masse placée successivement à une distance double, triple, quadruple du corps attiré, exerce sur lui, une attraction quatre fois, neuf fois, seize fois moins intense.
Une masse sphérique attire comme si toute sa substance était réunie à son centre, vers lequel, le corps attiré, tend à se diriger et se dirige en effet, si aucune cause ne l'en empêche.

La masse ayant un poids de 2,240Kg a donc un demi-produit de 1,120Kg, ce dernier le demi-produit 1,120Kg face à 4,480Kg devient 1/4 de produit parce que le moment antagoniste est composé d'une masse et d’une compression qu'il faut monter (en somme le poids de 2 masses) l'inverse carré de 4 est bien 1 : 4 = 1/4 et 1 x 4 = 4, mais étant donné que la roue est réversible, on peut très bien l’expliquer par une simple démonstration géométrique, ce qui permet de supprimer toutes sortes d'équations.

 

Lire la suite sur : link

 

Audio : link

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog