Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 11:54

Regardez cette expérience de résonance extraordinaire…

 Une expérience de résonance extraordinaire: la géométrie sacrée du son

La géométrie sacrée du son

Ces résultats sont tirés de l’expérience aux figures de Chladni à l’aide d’un générateur de sons, un pilote WAVE (système de haut-parleur) et une plaque métallique fixée au haut-parleur. Ajoutez du sable à la plaque et commencez ensuite à jouer une tonalité.

Certaines fréquences font faire vibrer la plaque en métal de façon à ce qu’elle crée des zones où il n’y a aucune vibration. Le sable « se verse » sur ces zones en créant de beaux motifs géométriques. Lorsque la fréquence augmente les motifs à pas graphique dans les modes de tangage deviennent plus complexes.

Les “Cymatics” (expérience d’une interaction physique avec leur environnement sonore) révèlent la symétrie étrange et belle dans l’œuvre de la nature.

Inspirées par le travail du Dr Hans Jenny, les images sont le miroir des symétries trouvées dans le monde naturel, des formes dissimulées dans les flocons de neige aux formations nuageuses hexagonales massives trouvées sur Saturne.

« Si vous voulez comprendre l’univers, pensez à l’énergie, à la fréquence et à la vibration. » ~ Nikola Tesla

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 03:15

Le générateur électrique Tesla breveté le 2 janvier 1894 (patent 511 916) a été remis au goût du jour par un inventeur James Robitaille. Ce chercheur a déposé une trentaine de brevets relatifs à l’électronique, aux moteurs électriques, etc. Vous pouvez voir l’ensemble de ses brevets déposés sur http://patent.ipexl.com/inventor/ja.... Il semble donc bien que nous ayons affaire à un ingénieur inventeur qui non seulement comprend la technologie de Tesla mais est également en capacité de la reproduire, de l’adapter et de fournir une documentation gracieusement à tous ceux qui souhaitent construire leur propre générateur.

La philosophie de la diffusion de cette technologie est particulière. Dans un premier temps, il s’agissait de construire un prototype à partir du brevet de Tesla et d’en vérifier les performances. Ensuite, considérant que la commercialisation et l’industrialisation d’une telle technologie seraient bloquées, une documentation de 35 pages avec photos, fournisseurs, schémas, plans, brevet de Tesla, choix des matériaux, etc a été diffusée via le site Fix The World. En 24 heures, 20 000 personnes ont téléchargé ce manuel gratuit, une trentaine de pays à ce jour dispose de cette documentation pour reproduire cette technologie. C’est donc bien dans l’esprit de rendre hommage à Nicolas Tesla, d’offrir au monde sa technologie et de faire un pied de nez à ceux qui bloquent ces avancées depuis un siècle, que cette opération non commerciale a été menée. Chapeau bas à Monsieur Robitaille et au site Fix the World (réparer le monde).

Hommage à Tesla : son générateur électrique offert au monde

Générateur Tesla

Ce système permet de pomper l’énergie du vide quantique à un certain seuil de résonance et de produire 10 KW à 15 KW aussi bien en 110 volt que 220 volt. Robitaille propose une technologie Tesla accompagnée de quelques touches modernes. Au vu de la documentation diffusée gratuitement et mondialement, il apparaît que le choix de la robustesse et de la longévité technique soient au rendez-vous. Un générateur ainsi conçu devrait avoir une durée de vie d’un demi siècle. Si cette initiative se propage et porte les fruits attendus, nous sommes alors bien en face d’une révolution technologique majeure mondiale qui aurait du voir le jour il y a 120 ans.


Comment fonctionne ce générateur ?

Il lui faut une source d’alimentation de départ, telle qu’une batterie ou une manivelle pour alimenter le moteur et faire monter le tout en résonance. Ce moteur fait tourner le rotor dans le cœur du générateur. La configuration du circuit oscillatoire dans le cœur du générateur provoque la résonance. Une fois la résonance obtenue, ce système peut produire entre 10 et 15 KW de puissance. 1 KW est réadmis en entrée. Il est alors possible de débrancher le moteur de la source d’alimentation de démarrage. Nous sommes donc bien selon le brevet de Tesla en présence d’un générateur surnuméraire de 1000 à 1500%.


La guerre du dogme entropique :

Le principe d’entropie est systématiquement évoqué contre toute technologie dite surnuméraire, à savoir, qui produit plus d’énergie qu’elle n’en consomme. Le second principe de la thermodynamique interdit doctement une telle possibilité, tout allant de l’ordre vers le désordre. Or, il faut se rendre à l’évidence que des cas particuliers échappent à cette conception très académique. Il faut envisager une révision de cette conception en émettant l’idée de poly-entropie, voire de neg-entropie déjà observable avec les vortex par exemple. Pour l’aviation, quand l’Académie des sciences affirmait qu’un plus lourd que l’air ne volerait jamais, apparaissaient déjà les premiers avions. Face à la réalité, ce dogme académique s’éteignit. Il en sera de même si cette technologie Tesla se propage hors commercialisation à travers le monde. Devant l’évidence matérielle, il faut jeter les dogmes limitatifs et revoir sa copie en ouvrant une nouvelle ère.

Fabriquer des unités en France

Pour l’instant tout est à faire en France pour fabriquer hors commerce de tels générateurs. Il est nécessaire de regrouper un pôle qui comprend des traducteurs pour toute la documentation et communication en anglais, quelques ingénieurs qui comprennent le brevet de 1894 de Tesla, des professionnels maîtrisant un tour de micro mécanique, des ingénieurs en électromécanique. Il faudrait avoir une intendance qui permette de trouver des fournisseurs en Europe pour disposer des matériaux nécessaires à une telle réalisation, il faudrait une véritable solidarité de toute la presse alternative de notre pays pour suivre pas à pas ces développements et rendre public le plus largement possible une telle initiative. Morphéus demeure structurellement trop modeste pour coordonner une telle démarche, mais déjà ce numéro est un appel en direction de la presse alternative pour qu’elle joue solidairement son rôle. Si des ingénieurs, tourneurs, fraiseurs, électromécaniciens, traducteurs, ou autres compétences veulent se rassembler bénévolement autour du projet que nous nommerons « Hommage à Tesla », écrivez à la rédaction de Morphéus. Nous ferons le bilan de toutes les compétences et moyens disponibles réunis d’ici septembre 2014.

Frédéric Morin

Partager cet article
Repost0
3 août 2014 7 03 /08 /août /2014 11:50

L’instant de la décorporation astrale, durant lequel l’esprit quitte le corps, a été photographié par le scientifique russe Konstantin Korotkov à l’aide d’une caméra bioélectrographique.onnotera que ce phenomène se réalise chaque soir lorsque vous dormez votre ame quitte lecorps et part dans l'astral avec la glande pineale activée pour réver et visualiser, lapreuve c'estde sevoir descendre vers son lit car on se réveille des fois plus rapidement ou etre très sensible . Rjames

Photographie d’une âme quittant le corps

L’image a été prise par visualisation de décharge gazeuse (« Gas Discharge Visualization ») une technique avancée de photographie Kirlian qui montre la force vitale de la personne quitter peu à peu son corps.

Selon Korotkov, avant que l’esprit ne surfe sur la fantasmagorie de l’infini, le nombril et la tête sont les premières parties qui corps à perdre leur force vitale (qui serait l’âme), et l’aine et le cœur sont les dernières parties.

Dans d’autres cas, Korotkov a remarqué que « l’âme » des personnes qui souffrent d’une mort violente et inattendue apparaissent généralement dans un état de confusion dans ses mesures avant de retourner à leur corps dans les jours qui suivent la mort. Ce pourrait être à cause d’un surplus d’énergie inutilisée.

(Source : Joe Martino, Collective Evolution) news of tomorrow

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 05:53
Physique Quantique : un savant Russe démontre que l’univers est basé sur 3 particules primordiales

Les politiciens vous diront toujours « trois choses ». Il y a la thèse l’antithèse et la synthèse. Les catastrophes vont souvent par trois, jamais 2 sans 3 dit l’adage.
Les Romains croyaient trois était le nombre ultime: « Omne trium perfectum » était leur mantra – tout ce qui vient par trois est parfait, idée reprise dans le christianisme (Trinité) et bon nombre d’autres religions. La mythologie hindoue par exemple se fonde sur une trinité :
-Brahma, responsable de la création
-Vishnu, responsable du maintien
-Shiva, responsable de la destruction
La particularité de la mythologie hindoue réside dans le pragmatisme de cette trinité. Ces 3 visages de l’éternité influent directement sur le destin humain, en se manifestant dans la dimension temporelle Maintenant, il semblerait que Mère Nature fonctionne aussi sur selon le modèle du trois. Surtout à l’orée de la physique – la mécanique quantique.
C’est un physicien nucléaire soviétique proposé l’idée dans les années 1970 mais il a été accueillie avec dérision. Pendant 45 ans, les sceptiques ont tenté de discrédite la théorie de Vitaly Efimov et de mettre en défaut ses équations.
Ils ont échoué; et sa théorie « bizarre » est maintenant sur le point d’être prouvé.
Efimov estime qu’un ensembles de trois particules pourraient se ranger dans un modèle infini en couches et cela aide à déterminer la composition de la matière elle-même. Les avancées technologiques permettent maintenant à ces groupes de trois particules quantiques à être étudiés et manipulés.
L’état quantique – maintenant connu comme « l’état d’Efimov » – n’est visible que dans des conditions extrêmement froides. Question, lorsqu’ils sont refroidis à quelques milliardièmes de degré au-dessus du zéro absolu, elle se comportent de façon étrange. Si vous voulez les détails techniques, lire l’article de Quanta Magazine qui examine les travaux de recherche récents .
Mais le comportement des trios de particules est parfaitement résumée par le commentaire de professeur de physique Randy Hulet: «C’est comme les couches d’un oignon …. Vous voyez des molécules à une couche. Pelez la couche suivante, et vous voyez qu’il y a une molécule il 22,7 fois plus petite. Trois groupes de recherche indépendants dans trois pays différents ont maintenant montré que les prédictions de Efimov soient correctes.
Le résultat: Nous sommes maintenant sur le point d’une meilleure compréhension de la façon dont fonctionne l’univers.
Il est tout au sujet d’une progression de poupée de style russe des trios de particules, qui s’étend à l’infini de l’échelle quantique minuscule à celle de l’univers – et au-delà.
C’est aussi un aperçu de la façon dont le monde fou de particules quantiques se transforme dans l’univers prévisible que nous habitons.
«Nous sommes très heureux de ce résultat », a déclaré un chercheur. «Dans le monde moléculaire complexe, il y a une nouvelle loi. »

http://www.news.com.au/technology/science/physics-has-a-law-that-explains-everything-and-its-brought-to-you-by-the-number-three/story-fn5fsgyc-1226937146601

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 15:26

L’antimatière est-elle soumise à la même gravité que la matière ordinaire ou à une forme inconnue d’antigravité? Des expériences seont en court au CERN pour mesurer les propriétés de cette matière «miroir».
L’ antimatière possède la même masse que les particules ordinaires mais en diffère en ce qu’il a une charge opposée. Elément de base des séries de science-fiction série »comme « Star Trek » , l’antimatière est d’un grand intérêt pour les scientifiques car elle a le potentiel de révolutionner notre compréhension sur la façon dont fonctionne l’univers.

Avec la découverte, en 1998, d’une accélération de la vitesse d’expansion de l’univers, récompensée la semaine dernière par le prix Nobel de physique, l’idée d’une «pression négative» ou sorte de gravité répulsive a gagné du terrain.

Si l’antimatière réagissait différemment de la matière à la gravitation «ce serait une révolution» pour la physique, souligne Patrice Pérez (Institut de recherche sur les lois fondamentales de l’Univers -Irfu/cea).

Cette matière «miroir» de celle que nous connaissons, l’antimatière reste difficile à observer car tout atome d’antimatière s’annihile au contact de la matière, en produisant une énorme quantité d’énergie.
[AD]
Un atome d’hydrogène est formé d’un proton ayant une charge électrique positive et d’un électron négatif. Un atome d’antihydrogène est constitué d’un proton négatif (antiproton) et d’un électron positif (positron).

De premiers atomes d’antihydrogène, produits en 1995 au Centre européen de recherches nucléaires (Cern) à Genève, s’étaient annihilés quasi-instantanément au contact de la matière.  D’importants progrès ont été accomplis : des atomes d’antihydrogène ont été piégés pendant plus de 16 minutes au Cern, selon les résultats, publiés en juin dernier, d’une nouvelle expérience qui devrait faciliter l’étude de l’antimatière.

Il s’agit ensuite de mesurer la «vitesse de chute» des atomes d’antihydrogène ainsi créés, précise Patrice Pérez qui espère que cette expérience pourra être réalisée au Cern d’ici 2016.

Il serait alors possible de savoir si l’antimatière subit la même accélération due à la pesanteur que la matière.

L’instant où les positrons en trop sont arrachés donnerait, selon M. Pérez, le «top départ» de la chute verticale, et leur désintégration au contact de la matière «le temps d’arrivée».

Il resterait ensuite à inventer un vaisseau spatial qui carbure à l’antimatière, projet déjà envisagé par la NASA

 

Une fusée qui carbure à l’antimatière

Pour propulser une fusée, la problématique est différente car on ne cherche pas à faire de l’énergie la moins chère possible sans polluer mais à embarquer un minimum de carburant pour un maximum de puissance. L’antimatière se relève alors être une excellente candidate. Pour mieux vous rendre compte, une mission vers la planète Mars doit embarquer environ 250 tonnes de carburant conventionnel (hydrogène et oxygène liquides) pour un voyage de presqu’une année alors que 10 milligrammes d’antimatière seraient suffisants pour aller sur mars en 1 mois seulement selon la NASA [source]. Toujours selon la NASA, un coût de 250 millions de dollars serait suffisant pour produire ces 10 milligrammes d’antimatière (sous forme de positrons) avec les technologies actuelles. Dans ce cas, cette solution pourrait être envisagée mais tout de même coûteuse.

 

NASA schema 

Schéma de principe du moteur à antimatière pensé par la NASA pour aller sur Mars. © NASA.

 

Dans star trek l’Entreprise utilise un système de propulsion hypothétique qui déforme l’espace de telle manière que les distances entre les étoiles sont, en fait, fortement réduites (Einstein montra que la matière déforme l’espace ; en d’autres mots, l’espace n’est pas « plat » mais courbe). Les moteurs pouvant faire voyager à une vitesse plus rapide que la lumière fonctionnent à l’antimatière. Le mélange de la matière et de l’antimatière serait certainement la source d’énergie la plus efficace qu’un vaisseau spatial puisse utiliser : dans ce cas l’antimatière (de l’antihydrogène congelé) est manipulée avec des champs magnétiques et ne peut jamais entrer en contact avec la matière ordinaire.

En fait, les « moteurs à antimatière » actuellement à l’étude n’utilisent pas forcément directement l’énergie d’annihilation matière/antimatière pour la propulsion mais exploitent les rayonnements énergétiques (appelés rayons gamma) qui sont produits lors de la rencontre matière/antimatière. Ce rayonnement permet alors de chauffer un fluide comme l’hydrogène. Cependant, il faut tout de même fabriquer cette antimatière avant sur Terre et l’embarquer dans ce moteur et cela est encore loin d’être possible avec les technologies actuelles mais sûrement pas impossible à long terme surtout si l’antimatière permet à l’engin de s’affrenchir facilement de notre gravité. Affaire à suivre.

 

http://www.unexplained-mysteries.com/news/258612/cern-runs-new-anti-gravity-experiment
http://www.20minutes.fr/sciences/803702-antimatiere-est-elle-soumise-antigravite-experiences-preparation

http://science-for-everyone.over-blog.com/article-de-l-antimatiere-pour-propulser-une-fusee-dans-l-espace-79934463.html

 

Source : http://www.neotrouve.com/?p=4647

 

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 11:42

L'énergie noire est le nom donné à une composante hypothétique de notre univers, présentant la particularité d'avoir une pression négative. Elle serait responsable de l'accélération de l'expansion cosmique mise en évidence de façon expérimentale en 1998.


96 % du contenu de l'univers est de nature inconnue. Les mystérieuses matière noire et énergie noire en sont-elles les composantes ? Ou bien est-ce une erreur dans l'équation d'Einstein ? Des questions auxquelles le futur satellite Euclid de l'Esa répondra. Réalisateur : Pierre-François Didek (Karamoja Productions). Directeur de collection : Vincent Minier (Laboratoire AIM Paris-Saclay). © AstrophysiqueTV-Dailymotion

Pour tout savoir sur l'énergie noire, consultez notre dossier complet.

 

Un schéma montrant la part relative de l'énergie noire (dark energy) dans l'univers. Son estimation varie mais on donne généralement une valeur légèrement supérieure à 70 %. La matière normale ne compterait que pour 4 % environ dans le contenu énergétique de l'univers observable, le reste étant de la matière noire (dark matter) © Nasa CXC M.Weiss
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog