Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 octobre 2019 4 31 /10 /octobre /2019 22:46

Des SCIENTIFIQUES ont découvert un nouvel état de la matière, dans une percée promettant une révolution imminente de la puissance informatique.

Percée scientifique : Un nouvel état de la matière vient d’être découvert

Cette découverte marquante devrait permettre d’augmenter l’espace de stockage et d’accélérer l’informatique quantique. La recherche est axée sur l’informatique quantique, une méthode de pointe permettant des performances exponentiellement plus rapides que l’informatique traditionnelle. Dans l’informatique quantique, les données sont traitées en qubits au lieu des octets binaires traditionnels sous la forme de 0 et de 1.

Cela permet de calculer des valeurs comprises entre 0 et 1, ce qui accélère instantanément la vitesse de traitement des données.

Le professeur Javad Shabani, de l’Université de New York, a dit : « Nos recherches ont permis de mettre en évidence les preuves expérimentales d’un nouvel état de supraconductivité matière-topologique. »

« Ce nouvel état topologique peut être manipulé d’une manière qui pourrait à la fois accélérer le calcul quantique et booster le stockage. »

Le professeur Shabani et son équipe ont examiné une transition d’un état quantique de son état conventionnel à un nouvel état topologique, mesurant la barrière énergétique entre ces états.

Les physiciens y sont parvenus en mesurant directement les caractéristiques de signature de cette transition dans le paramètre d’ordre régissant la nouvelle phase de supraconductivité topologique.

Ils se sont concentrés sur d’étranges particules de Majorana, qui sont leurs propres antiparticules, des substances ayant la même masse, mais avec la charge physique opposée.

Les particules de Majorana fascinent les physiciens en raison de leur capacité à stocker des informations quantiques dans un espace de calcul spécial où les informations quantiques sont protégées du bruit ambiant.

Cependant, il n’y a pas de matière hôte naturelle pour ces particules, aussi connues sous le nom de fermions de Majorana.

Les chercheurs ont donc cherché à synthétiser de nouvelles formes de matière sur lesquelles ces calculs pourraient être effectués.

Le professeur Shabani a ajouté : « La nouvelle découverte de la supraconductivité topologique dans une plate-forme bidimensionnelle ouvre la voie à la construction de qubits topologiques évolutifs permettant non seulement de stocker des informations quantiques, mais aussi de manipuler les états quantiques sans erreur. »

Cette découverte révolutionnaire coïncide avec une autre découverte qui alimente l’espoir que les ordinateurs quantiques deviendront bientôt commercialement viables.

Le matériau supraconducteur, le ditelluride d’uranium (UTe2), a été mis au point pour la première fois dans les années 1970, mais des scientifiques du National Institute of Standards and Technology (NIST) en ont découvert des propriétés inconnues qui pourraient s’avérer essentielles au développement des ordinateurs quantiques.

Les développeurs d’ordinateurs quantiques ont dû relever des défis considérables pour maintenir la cohérence quantique assez longtemps pour effectuer les calculs requis parce que les relations entre qubits sont si délicates, ce qui les rend très faciles à perturber de l’extérieur, des perturbations courantes, comme des champs magnétiques faibles.

Les scientifiques ont découvert que le supraconducteur non seulement n’est pas magnétique, mais qu’il a une forte résistance aux champs magnétiques, ce qui est extrêmement rare pour ce type de matériau.

Cela signifie qu’il pourrait être utilisé pour concevoir des qubits qui seraient moins susceptibles de perdre la cohérence quantique, réduisant ainsi les erreurs actuellement courantes dans les ordinateurs quantiques.

Source: Express.co.uk, le 19 août 2019Traduction par Aube Digitale

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2019 4 31 /10 /octobre /2019 12:04
L’US NAVY CONSIDÈRE LA PROPULSION ÉLECTROMAGNÉTIQUE  ET LES BREVETS DU BOUCLIER TESLA  COMME FONCTIONNELS.
Écrit par le DR MICHAEL SALLA le 16 aout 2019.
La Marine des Etats-Unis (US Navy) est intervenue pour la deuxième fois cette année pour appuyer une demande de brevet pour une technologie de système de propulsion exotique déposée par un de ses employés, le Dr. Salvatore Pais, qui avait été rejetée par le Bureau des Brevets et des Marques Américain. The Drive de Brett Tingley a réalisé un examen complet des nombreux détails de l’invention proposée par le Dr. Pais, et de la raison pour laquelle la Marine est intervenue pour appuyer deux de ses applications.
 
La première fois que la Marine est intervenue, il s’agissait d’une demande de brevet pour un « Appareil hybride aérospatial et sous-marin* » (HAUC), capable de générer un vide quantique (une bulle électromagnétique) autour de l’appareil lui permettant de se déplacer dans l’air et l’eau à d’énormes vitesses. Voici comment Tingley a résumé les capacités du HAUC :
US US10144532B2 Salvatore Cezar Pais The United States Of America As Represented By The Secretary Of The Navy
Priority 2016-04-28 • Filed 2016-04-28 • Granted 2018-12-04 • Published 2018-12-04
A craft using an inertial mass reduction device comprises of an inner resonant cavity wall, an outer resonant cavity, and microwave emitters. The electrically charged outer resonant cavity wall and the electrically insulated inner resonant cavity wall form a resonant cavity. The microwave emitters … Source Google Patents
Un véhicule utilisant un dispositif de réduction de masse inertielle comprend une paroi de cavité résonante interne, une cavité résonante externe et des émetteurs à micro-ondes. La paroi de la cavité résonante externe chargée électriquement et la paroi de la cavité résonante interne isolée électriquement forment une cavité résonante. Les émetteurs de micro-ondes
 
Dans la demande de brevet pour l’HAUC, il est spécifié que les capacités de propulsion radicales et de manœuvrabilité sont rendues possibles par un champ magnétique d’une puissance incroyable qui sert essentiellement à créer un vide quantique autour de lui qui lui permet de s’affranchir des forces aérodynamiques et hydrodynamiques et de sa propre masse inertielle. Par conséquent, la capacité de générer des ondes électromagnétiques de haute fréquence est cruciale pour les capacités supposées de cet appareil hybride théorique qui peut se déplacer pratiquement sans effort à travers l’air et l’eau à des vitesses incroyables avec peu ou pas de résistance ou d’inertie.
La demande de l’HAUC a été rejetée le 28 novembre 2017 jusqu’à ce que le Directeur de la Technologie de l’Entreprise d’Aviation Navale de la Marine, James Sheehy, intervienne pour le compte du Dr. Pais, ce que j’ai mentionné dans un article précédent. Le brevet fut finalement accepté un an plus tard, le 4 décembre 2018.
Cependant, une autre demande de brevet révolutionnaire de Pais, pour un « Supraconducteur de climatisation piézoélectrique* » a été initialement rejetée par l’examinateur du brevet comme l’a expliqué Tingley :
*Piezoelectricity-induced Room Temperature Superconductor
US US20190058105A1 Salvatore Cezar Pais United States Of America As Represented By The Secretary Of The Navy
Priority 2017-08-16 • Filed 2017-08-16 • Published 2019-02-21
The present invention is a room temperature superconductor comprising of a wire, which comprises of an insulator core and a metal coating. The metal coating is disposed around the insulator core, and the metal is coating deposited on the core. When a pulsed current is passed through the wire, … Source Google Patents
La présente invention concerne un supraconducteur à température ambiante comprenant un fil, qui comprend une âme isolante et un revêtement métallique. Le revêtement métallique est disposé autour de l'isolant central et le revêtement métallique est déposé sur le noyau. Lorsqu'un courant pulsé est passé à travers le fil,..
 
Néanmoins, le brevet de supraconducteur de climatisation de Pais fut rejeté sous le code 35 U.S.C. 101 parce que l’examinateur a conclu que « l’invention présentée était inopérante et ne présentait donc aucune utilité » et « qu’aucune affirmation de supraconductivité de climatisation n’avait été reconnue ou vérifiée jusqu’ici par la communauté scientifique ». Ce code stipule que les brevets ne seront accordés que pour des « procédés, machines, procédés de fabrication ou composition de matériaux, nouveaux et utiles, ou pour toute nouvelle amélioration utile des précédents ». Selon le Manuel de la procédure d’examen des brevets (MPEP) code 2164.07, les brevets sont rejetés pour ces raisons dans les cas « où l’examinateur conclut qu’une application revendique une invention qui est non-utile, inopérante ou qui contredit les principes scientifiques reconnus ».
Une fois de plus, le Dr. Sheehy est intervenu et le 27 novembre 2018 il a écrit une lettre à l’examinateur de brevets dans laquelle il déclarait :

Je suis familier de la demande de brevet susmentionnée (et son annexe jointe), ainsi que du développement, de l’usage et des propriétés du supraconducteur de climatisation piézoélectrique. En raison de ma formation et de mon expérience professionnelle, je suis considéré comme un expert en la matière et peux être considéré comme « une personne versée dans l’art » du sujet de la demande de brevet susmentionnée. J’affirme donc que l’invention décrite dans la demande de brevet référencée ci-dessus est fonctionnelle et faisable par la physique décrite dans la demande de brevet et le rapport de vérification par les pairs décrit dans l’Annexe de l’Inventeur.


 

 

La référence de Sheehy au fait que la demande de brevet était « fonctionnelle et faisable » est hautement significative, comme le fait observer Tingley Au cœur de ces questions se trouve le terme « fonctionnel ». Dans la plupart des demandes de brevet, les demandeurs doivent apporter la preuve de la faisabilité du brevet ou de l’invention, ou de la mesure dans laquelle un brevet est décrit de manière à ce que toute personne familière de technologies ou de techniques similaires soit capable de le comprendre, et de le reproduire théoriquement. 

Cependant, dans ces documents du brevet, l’inventeur Salvatore Pais, l’avocat de propriété industrielle Mark O. Glut de la Division du centre des appareils de guerre aéronavale (NAWCAD) et le Directeur de la Technologie de l’Entreprise de l’Aviation Navale des Etats-Unis le Dr. James Sheehy, affirment tous que ces inventions sont non seulement théoriquement faisables, mais fonctionnelles.
En bref, Pais et son employeur prétendent que ses inventions fonctionnent actuellement. En plus de la lettre de soutien de Sheehy, une lettre a également été écrite pour le compte de Pais par son avocat de propriété industrielle Mark Glut qui a souligné que l’invention du supraconducteur de climatisation était à la fois « fonctionnelle et faisable ». Le 6 juin 2019, Pais et Glut ont eu une conférence téléphonique avec l’Examinateur de Brevets, Paul Wartalowicz. Tingley a découvert grâce aux requêtes de la loi sur la Liberté de l’Information (FOIA) que l’appel était en cours pour surmonter le dernier rejet.
En plus du HAUC abordé précédemment, un autre brevet accepté est le « Générateur de Champ électromagnétique à haute énergie (HEEMFG) » qui est essentiellement un champ de force électromagnétique. L’importance de ce brevet est expliquée par TingleyDans le brevet du HEEMFG*, la technologie est décrite comme capable de créer ce qui est essentiellement un champ de force sortant tout droit de la science-fiction, qui pourrait générer « un bouclier défensif impénétrable sur mer et sur terre capable de protéger des installations spatiales militaires et civiles, contre des menaces telles que des missiles balistiques antinavires, des missiles de croisière évitant les radars, des attaques frontales de chars de combat (systèmes basés à terre ou sur mer), ainsi que de contrecarrer les effets d’éjections de masse coronale solaire ou défendre les satellites militaires cruciaux d’un système spatial antisatellite (ASAT).

US US10322827B2 Salvatore Cezar Pais The United States Of America As Represented By The Secretary Of The Navy

Priority 2017-02-14 • Filed 2017-02-14 • Granted 2019-06-18 • Published 2019-06-18
A high frequency gravitational wave generator including a gas filled shell with an outer shell surface, microwave emitters, sound generators, and acoustic vibration resonant gas-filled cavities. The outer shell surface is electrically charged and vibrated by the microwave emitters to generate a … Source Google Patents
Générateur d'ondes gravitationnelles à haute fréquence comprenant une coque remplie de gaz avec une surface de coque externe, des émetteurs à micro-ondes, des générateurs de son et des cavités remplies de gaz résonant aux vibrations acoustiques. La surface de la coque extérieure est chargée électriquement et vibrée par les émetteurs à… Source Google Brevets
 
La similarité avec le bouclier électromagnétique de Nikola Tesla est frappante. Dès les années 1930, Tesla a présenté un bouclier électromagnétique basé sur des ondes scalaires, expliqué comme suit Les Ondes Scalaires peuvent être transformées en un dôme surmontant des installations, telles que des villes ou des bâtiments (y compris des maisons d’édition). Un tel champ de force d’ondes scalaires est généralement appelé un Bouclier Tesla, et il serait analogue aux « boucliers » présentés dans la populaire série télévisée « Star Trek ». Les Boucliers Tesla ont une application uniquement défensive et ne pourraient en aucun cas être utilisés comme armes offensives (bien qu’un escadron de soldats pénétrant dans un Bouclier Tesla serait instantanément désintégré). La seule défense contre le tir d’un canon d’ondes scalaires serait un Bouclier Tesla.

La référence de Sheehy au fait que la demande de brevet était « fonctionnelle et faisable » est hautement significative, comme le fait observer Tingley Au cœur de ces questions se trouve le terme « fonctionnel ». Dans la plupart des demandes de brevet, les demandeurs doivent apporter la preuve de la faisabilité du brevet ou de l’invention, ou de la mesure dans laquelle un brevet est décrit de manière à ce que toute personne familière de technologies ou de techniques similaires soit capable de le comprendre, et de le reproduire théoriquement. 

Cependant, dans ces documents du brevet, l’inventeur Salvatore Pais, l’avocat de propriété industrielle Mark O. Glut de la Division du centre des appareils de guerre aéronavale (NAWCAD) et le Directeur de la Technologie de l’Entreprise de l’Aviation Navale des Etats-Unis le Dr. James Sheehy, affirment tous que ces inventions sont non seulement théoriquement faisables, mais fonctionnelles.
En bref, Pais et son employeur prétendent que ses inventions fonctionnent actuellement. En plus de la lettre de soutien de Sheehy, une lettre a également été écrite pour le compte de Pais par son avocat de propriété industrielle Mark Glut qui a souligné que l’invention du supraconducteur de climatisation était à la fois « fonctionnelle et faisable ». Le 6 juin 2019, Pais et Glut ont eu une conférence téléphonique avec l’Examinateur de Brevets, Paul Wartalowicz. Tingley a découvert grâce aux requêtes de la loi sur la Liberté de l’Information (FOIA) que l’appel était en cours pour surmonter le dernier rejet.
En plus du HAUC abordé précédemment, un autre brevet accepté est le « Générateur de Champ électromagnétique à haute énergie (HEEMFG) » qui est essentiellement un champ de force électromagnétique. L’importance de ce brevet est expliquée par TingleyDans le brevet du HEEMFG*, la technologie est décrite comme capable de créer ce qui est essentiellement un champ de force sortant tout droit de la science-fiction, qui pourrait générer « un bouclier défensif impénétrable sur mer et sur terre capable de protéger des installations spatiales militaires et civiles, contre des menaces telles que des missiles balistiques antinavires, des missiles de croisière évitant les radars, des attaques frontales de chars de combat (systèmes basés à terre ou sur mer), ainsi que de contrecarrer les effets d’éjections de masse coronale solaire ou défendre les satellites militaires cruciaux d’un système spatial antisatellite (ASAT).

US US10322827B2 Salvatore Cezar Pais The United States Of America As Represented By The Secretary Of The Navy

Priority 2017-02-14 • Filed 2017-02-14 • Granted 2019-06-18 • Published 2019-06-18
A high frequency gravitational wave generator including a gas filled shell with an outer shell surface, microwave emitters, sound generators, and acoustic vibration resonant gas-filled cavities. The outer shell surface is electrically charged and vibrated by the microwave emitters to generate a … Source Google Patents
Générateur d'ondes gravitationnelles à haute fréquence comprenant une coque remplie de gaz avec une surface de coque externe, des émetteurs à micro-ondes, des générateurs de son et des cavités remplies de gaz résonant aux vibrations acoustiques. La surface de la coque extérieure est chargée électriquement et vibrée par les émetteurs à… Source Google Brevets
 
La similarité avec le bouclier électromagnétique de Nikola Tesla est frappante. Dès les années 1930, Tesla a présenté un bouclier électromagnétique basé sur des ondes scalaires, expliqué comme suitLes Ondes Scalaires peuvent être transformées en un dôme surmontant des installations, telles que des villes ou des bâtiments (y compris des maisons d’édition). Un tel champ de force d’ondes scalaires est généralement appelé un Bouclier Tesla, et il serait analogue aux « boucliers » présentés dans la populaire série télévisée « Star Trek ». Les Boucliers Tesla ont une application uniquement défensive et ne pourraient en aucun cas être utilisés comme armes offensives (bien qu’un escadron de soldats pénétrant dans un Bouclier Tesla serait instantanément désintégré). La seule défense contre le tir d’un canon d’ondes scalaires serait un Bouclier Tesla.


 
 
Bouclier Tesla. Illustration de Hal Crawford

En résumé, voici trois brevets qui ont été attribués jusqu’ici à Pais au nom du Secrétaire de la Marine qui est le bénéficiaire. Dans l’ordre chronologique, ce sont 
- le bouclier
HEEMFG dont le titre complet est le « Générateur de champ électromagnétique et méthode pour générer un champ électromagnétique » (accordé le 20/11/2018. 
- un «
 Appareil utilisant un dispositif de réduction de la masse inertielle » (accordé le 4/12/2018), 
- et le «
 Générateur d’Ondes gravitationnelles à haute fréquence » (accordé le 18/06/2019).
 
A ce jour, les brevets accordés à Pais ont rencontré un considérable scepticisme scientifique. Tingley a interviewé le Dr. Mark Gubrud, un physicien de l’Université de Caroline du Nord, qui a déclaré ce qui suit à propos de la demande de brevet de supraconducteur de climatisation : Le brevet de Pais est un flot intimidant de charabia que la plupart des physiciens de métier qualifieraient d’absurdité, bien que beaucoup d’entre eux abandonneraient tout simplement par confusion, et il y en a toujours qui seront crédules. De quoi, cependant, il est difficile de le dire, étant donné que ce que prétend Pais n’est pas vraiment évident, mis à part le supraconducteur de climatisation, qui, s’il était avéré, ferait les gros titres. Pais emploie un discours très subtil pour que cela paraisse plausible pour ceux qui savent ce qu’est la vraie physique, mais n’en comprennent pas grand-chose. Ce qui inclut probablement la plupart des examinateurs de brevets, des journalistes et les propres soutiens de Pais au sein de la Marine.
 
Pour conclure cet article, Tingley est arrivé aux conclusions suivantes :
Si la Marine a effectivement réussi à développer des supraconducteurs de climatisation et des champs de force électromagnétiques fonctionnels, ces technologies révolutionneraient la guerre d’une manière inégalée depuis des siècles, ou même jamais, sans mentionner les conséquences sur le paradigme de la technologie militaire. Pourtant cela laisse ouverte la principale question : si la Marine dispose vraiment de ces technologies, ou même pense en disposer à court terme, pourquoi rendre ces brevets publics ?
Tingley examine un certain nombre de possibilités, y compris le fait que les demandes de brevet de Pais fassent partie d’une subtile campagne de désinformation de la Marine pour déstabiliser la Chine et d’autres concurrents militaires des Etats-Unis. Parmi ces possibilités, il y en a une qui est proche de la vérité sur la base de mes recherches sur les Programmes Spatiaux secrets de l’US Navy et de l’Air Force, qui ont été documentées dans deux livres respectivement disponibles ici et ici.
Tingley déclare : Il ne faut pas exclure que certaines percées scientifiques dans des systèmes de propulsion extrêmement exotiques puissent avoir été faites et que la Marine soit désireuse d’investir beaucoup d’argent dans leur développement ultérieur. Peut-être que ces avancées se sont produites il y a de nombreuses années et que ce n’est que maintenant que le Pentagone est disposé à les divulguer progressivement.
 
C’est précisément ce que je pense qu’il se passe avec les demandes de brevet de Pais. L’US Navy fait savoir au monde que des technologies ont fait l’objet de recherches et développements secrets il y a des décennies, et sont mises en œuvre dans des programmes spatiaux classifiés. C’est la raison pour laquelle Pais, Sheehy et Glut affirment tous que le supraconducteur de climatisation (ainsi que les autres inventions de Pais) sont fonctionnelles et faisables. On nous dit que la Marine a déjà développé ces technologies dans des programmes spatiaux secrets, et qu’il est temps que les physiciens traditionnels s’éveillent à la vérité et que des entreprises commerciales commencent à développer ces technologies pour l’industrie aérospatiale civile.
 
Autres lectures
Envois et traduction de Patrick T.
Partager cet article
Repost0
16 janvier 2019 3 16 /01 /janvier /2019 11:40

Selon des scientifiques, les humains MODERNES descendent d’un couple unique qui s’est accouplé il y a 200 000 ans.

Nous sommes TOUS cousins : Comment toute l’humanité descend d’UN couple il y a 200 000 ans

La conclusion étonnante a été tirée par des chercheurs qui ont étudié des millions de “codes-barres” génétiques de 100 000 espèces différentes – y compris les humains – et qui croient qu’une union particulière a donné naissance à des milliards de personnes au cours des siècles.

On dit que la reproduction du couple solitaire qui a vécu il y a environ 100 000 à 200 000 ans a eu lieu après un événement catastrophique qui a presque anéanti toute la race humaine. Mark Stoeckle et David Thaler, qui ont dirigé l’étude menée par l’Université Rockefeller et l’Université de Bâle, sont arrivés à cette conclusion après avoir examiné l’ADN mitochondrial que les mères transmettent de génération en génération.

Les scientifiques affirment que cela a montré “l’absence d’exceptionnalisme humain” et que les humains sont en fait “avec une diversité génétique moyenne”.

Le Dr Stoeckle a dit : “On aurait pu croire qu’en raison de leur nombre élevé d’habitants et de leur vaste répartition géographique, les humains auraient pu mener à une plus grande diversité génétique que les autres espèces animales.”

Et il a ajouté : “A une époque où les humains accordent tant d’importance aux différences individuelles et collectives, nous devrions peut-être consacrer plus de temps à la manière dont nous nous ressemblons et dont nous nous rapprochons le reste du règne animal.”

Le Dr Stoeckle a même affirmé que bien que les humains soient intrinsèquement différents des animaux, en termes de biologie de base, “nous sommes comme les oiseaux”.

Les résultats publiés dans le rapport intitulé Évolution humaine sont les dernières révélations issues du monde de la science et jettent le doute sur les modèles de l’évolution humaine à travers les âges auxquels on a cru auparavant.

Stoeckle et Thaler pensent que 90 % des espèces animales vivantes aujourd’hui descendent de parents qui ont tous commencé à procréer à la même époque, il y a moins de 250.000 ans.

Le Dr Thaler a dit : “Cette conclusion est très surprenante et je l’ai combattue de toutes mes forces.”

Source: Express.co.uk, le 24 novembre 2018Traduction Nouvelordremondial.cc

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2019 5 11 /01 /janvier /2019 22:46
Le kilogramme a désormais un nouveau poids

Combien pèse un kilogramme ? 1.000 grammes ou 2,20462 livres. Mais d’où vient cette valeur et comment chacun peut-il être sûr d’utiliser la même mesure?

Depuis 1889, les pays membres de la Conférence générale des poids et mesures se sont mis d’accord pour utiliser un bloc de métal standard, conservé près de Paris, pour définir le kilogramme. Mais bien que le bloc moderne soit stocké dans un environnement hautement contrôlé, son poids peut légèrement varié car l’usure lui font perdre de la masse et la saleté, peut l’alourdir. Pour résoudre ce problème, les scientifiques du monde entier ont passé près de deux décennies à discuter de la manière dont le kilogramme pourrait être défini par rapport à des mesures constantes naturelles. Ils ont finalement pris une décision.

Le premier kilogramme (appelé à l’origine le grave) a été défini en 1793 par une commission de l’Académie française des sciences, qui souhaitait un meilleur standard que les quantités fixes de céréales utilisées traditionnellement. La commission a décidé que la nouvelle mesure serait la masse d’un décimètre cube d’eau distillée à 4°C (la température à laquelle l’eau a sa densité la plus élevée dans des conditions standard). Cela présentait l’avantage de permettre aux laboratoires les mieux équipés de reproduire cette norme. Par la suite, un prototype de cette masse a été coulé en laiton.

Malheureusement, cette définition de la masse dépend d’une autre mesure variable, le mètre. À cette époque, le mètre n’a été défini que provisoirement comme une partie de la distance du pôle Nord à l’équateur. Une fois que la valeur du mètre et la température de l’eau à sa plus haute densité ont été définies avec plus de précision, le kilogramme a également dû être remplacé. Et un nouveau prototype a été coulé en platine pour représenter cette masse.

Ce prototype a finalement été remplacé par le prototype international kilogramme (IKP) utilisé aujourd’hui, moulé dans un mélange de platine et d’iridium pour le rendre très dur et l’empêcher de réagir avec de l’oxygène. L’IPK et six autres exemplaires sont conservés par le Bureau international des poids et mesures dans le pavillon de Breteuil, à Saint-Cloud, près de Paris, pour servir de référence aux mesures. Des exemplaires de l’IPK sont acheminés dans le monde entier afin de garantir que tous les pays participants utilisent la même norme.

Mais même l’IPK moderne peut changer progressivement de masse. La réponse du Bureau international des poids et mesures a été de revoir les définitions du kilogramme, ainsi que toutes les autres unités de mesure de base utilisées en science (connues sous le nom d’unités SI pour système international).

Au lieu de mesurer le kilogramme par rapport à un bloc stocké dans un coffre-fort, nous pouvons le définir en fonction de valeurs précises : des constantes de la nature. Accepter une définition a pris du temps, car nous devions être en mesure de mesurer ces constantes à des normes précises avec une incertitude de 30 parties par milliard (ce qui signifie que les mesures sont précises à 0,00000003 unité près).

Les scientifiques l’ont déjà fait pour le temps et la longueur. Une seconde ne représente plus une fraction du temps nécessaire à la Terre pour tourner, ce qui peut changer lorsque le globe accélère ou ralentit. Au lieu de cela, une seconde est à présent définie par le temps nécessaire pour qu’une certaine quantité d’énergie soit libérée sous forme de rayonnement à partir d’atomes de césium 133. Spécifiquement, une seconde équivaut à 9 192 631 770 transitions dans les niveaux hyperfins du césium 133 à l’état fondamental. C’est le même, peu importe quand et où il est mesuré. […]

La création de la nouvelle définition a pris énormément de temps car les scientifiques ont dû créer des dispositifs très précis pour mesurer la constante de Planck avec un degré de précision suffisant. La méthode a également fait l’objet de controverses, car elle romprait le lien entre le kilogramme et d’autres unités SI de base, notamment la mole, qui mesure la quantité d’une substance en fonction du nombre de particules dont elle est composée. Certains scientifiques ont proposé des méthodes alternatives.

Suite à un vote symbolique, le Bureau international des poids et mesures et les instituts de mesure nationaux du monde entier utiliseront la nouvelle définition du kilogramme, ainsi que les nouvelles définitions des unités SI de base restantes, de la mole, du kelvin (température), l’ampère (courant) et le candela (intensité lumineuse).

Pour la plupart des gens, la vie quotidienne continuera comme d’habitude malgré les redéfinitions. Un sac de sucre standard contiendra autant de sucre qu’avant. Mais certains de ces changements, par exemple en Kelvin, apporteront des avantages pratiques aux scientifiques effectuant des mesures très précises. Et pour répondre à la question « Combien pèse un kilogramme ? », nous n’aurons plus à comparer des blocs de platine ni à nous soucier de les rayer.

The Conversation

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2018 1 08 /10 /octobre /2018 15:30
Lévitation Acoustique: Comment le son peut devenir physique

Imaginez combien la vie serait plus facile si vous étiez capables de faire léviter des objets. Les trains de Maglev, par exemple, utilisent des aimants puissants pour repousser les wagons du train sur les rails.

Mais les aimants sont juste une manière de l’accomplir – et ils demandent à ce que le l’objet ait une force magnétique repoussante. Maintenant les scientifiques ont Japon ont montré qu’un effet similaire peut être accomplit avec du son.

Dans cette vidéo ils montrent qu’il n’est non seulement possible de faire léviter des objets dans l’air en utilisant des ondes radios, mais aussi de les faire bouger. Les résultats peuvent être assez artistiques – regardez vers 1 minute pour voir ce qui est possible de faire.

Puis ils font léviter des allumettes, des gouttes d’eau, des visses et des noisettes.

Les chercheurs de l’Université de Tokyo disent qu’ils espèrent raffiner leur technique comme cela elle pourra être utilisée pour manipuler des composants électroniques délicats pour l’assemblage de hardware.

Source : Telegraph

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2018 1 08 /10 /octobre /2018 11:28

Le code secret derrière les numéros 369 de Nikola Tesla est enfin révélé !

Le secret derrière les numéros de code Tesla 369

Nikola Tesla a fait d'innombrables expériences mystérieuses, mais il était un tout autre mystère à lui seul. 
Presque tous les esprits géniaux ont une certaine obsession. 
Nikola Tesla en avait un assez gros !
Il marchait autour d'un pâté de maisons à trois reprises avant d'entrer dans un bâtiment, il nettoyait ses assiettes avec 18 serviettes de table, il vivait dans des chambres d'hôtel avec un nombre divisable par 3 seulement, il faisait des calculs sur les choses dans son environnement immédiat pour s'assurer que le résultat est divisable par 3 et baser ses choix sur les résultats. 

Il faisait tout en séries de 3.
Certains disent qu'il avait un trouble obsessionnel-compulsif, d'autres disent qu'il était très superstitieux.
Cependant, la vérité est beaucoup plus profonde.

"Si vous connaissiez la magnificence des trois, six et neuf, vous auriez une clé de l'univers." - Nikola Tesla

Son obsession n'était pas seulement avec les chiffres, mais surtout avec ces chiffres : 369 !
Il a eu un cas extrême de TOC et il était superstitieux, mais il a choisi ces chiffres pour une raison.
Tesla a affirmé que ces chiffres étaient extrêmement importants. Personne n'a écouté.
Il a même calculé les points nodaux autour de la planète liés aux nombres trois, six et neuf !
Mais pourquoi ces chiffres ?
Qu'est-ce que Nikola Tesla a essayé de faire comprendre au monde ?
NOTE : Les choses vont devenir beaucoup plus étranges en bas !

D'abord, nous devons comprendre que nous n'avons pas créé les mathématiques, nous l'avons découvert. C'est la langue et la loi universelles. 

Peu importe où vous vous trouvez dans l'Univers, 1 + 2 sera toujours égal à 3 ! 
Tout dans l'Univers obéit à cette loi !

 



 
Il y a des modèles qui se produisent naturellement dans l'Univers, des modèles que nous avons découverts dans la vie, des galaxies, des formations d'étoiles, l'évolution et presque tous les systèmes naturels. 
Certains de ces motifs sont le Ratio d'Or et la Géométrie Sacrée.

Un système vraiment important auquel la nature semble obéir est "The Powers of 2 Binary System" dans lequel le motif commence à partir d'un et continue en doublant les nombres. 

Les cellules et les embryons se développent selon ce modèle sacré : 1, 2, 4, 8, 16, 32, 64, 128, 256.....

 


 
Certains appellent ces modèles le Blueprint de Dieu.

Les mathématiques, par analogie, seraient l'empreinte du pouce de Dieu. (laissant toute religion de côté !)

Dans les mathématiques vortex (la science de l'anatomie du tore), il existe un modèle qui se répète : 1, 2, 4, 8, 7 et 5, et ainsi de suite sur 1, 2, 4, 8, 7, 5, 5, 1, 2, 2, 4, 4, 8, 7, 5, 5, 1, 2, 2, 4.....


Comme vous pouvez le voir 3, 6 et 9 ne sont pas dans ce modèle. 
Le scientifique Marko Rodin pense que ces nombres représentent un vecteur de la troisième à la quatrième dimension qu'il appelle un "champ de flux". 
Ce champ est censé être une énergie dimensionnelle supérieure qui influence le circuit d'énergie des six autres points.

Randy Powell, un étudiant de Marko Rodin dit que c'est la clé secrète de l'énergie libre, quelque chose que nous savons tous que Tesla a maîtrisé.


 



Laisse-moi vous expliquer !

Partons de 1, doublé c'est 2 ; 2 doublé c'est 2 ; 4 doublé c'est 4 ; 4 doublé c'est 8 ; 8 doublé c'est 8 ; 8 doublé c'est 16 ce qui signifie 1 + 6 et cela équivaut à 7 ; 16 doublé c'est 32 résultant en 3 + 2 égale 5 (vous pouvez faire 7 doublé si vous voulez ce que vous obtenez 14 résultant en 5) ; 32 doublé c'est 64 (5 doublé est 10) résultant en un total de 1 ; Si nous continuons à suivre le même schéma : 1, 2, 4, 8, 7, 7, 5, 1, 1, 2.....

Si nous partons de 1 en marche arrière, nous obtiendrons toujours le même motif seulement en marche arrière : La moitié d'un est 0,5 (0+5) égal à 5, la moitié de 5 est 2,5 (2+5) égal à 7, et ainsi de suite.
Comme vous pouvez le voir, il n'y a aucune mention de 3, 6 et 9 ! 

C'est comme s'ils étaient au-delà de ce modèle, libres de ce modèle.

 



Cependant, il y a quelque chose d'étrange une fois que vous commencez à les doubler. 3 doublé est 6 ; 6 doublé est 12 ce qui donnerait 3 ; dans ce modèle il n'y a pas de mention de 9 ! 
C'est comme si 9 était au-delà, complètement libre des deux schémas.
Mais si vous commencez à doubler le 9, il en résultera toujours 9 : 18, 36, 72, 144, 288, 576.....
C'est le Symbole des Lumières !

Si nous allons à la Grande Pyramide de Gizeh, non seulement il y a les trois pyramides plus grandes de Gizeh, toutes côte à côte, reflétant les positions des étoiles dans la ceinture d'Orion, mais nous voyons aussi un groupe de trois pyramides plus petites immédiatement à l'écart des trois pyramides plus grandes.


 



Nous trouvons beaucoup de preuves que la nature utilise une symétrie triple et sextuple, y compris la forme hexagonale de la tuile hexagonale du nid d'abeille commun.
Ces formes sont dans la nature, et les anciens ont imité ces formes dans la construction de leur architecture sacrée.
La magnificence de 9 !

 




Disons qu'il y a 2 opposés, appelez-les clairs et foncés si vous le voulez. Ils sont comme les pôles Nord et Sud d'un aimant.
Un côté est 1, 2, et 4 ; l'autre côté est 8, 7 et 5 ; Tout comme l'électricité, tout dans l'Univers est un flux entre ces 2 côtés polaires, comme un pendule oscillant : 1, 2, 4, 8, 7, 5, 5, 1, 2... (et si vous imaginez le mouvement, c'est comme le symbole de l'infini).


 


 
Cependant, ces deux côtés sont gouvernés par 3 et 6 ; 3 gouverne 1, 2 et 4 tandis que 6 gouverne 8, 7 et 5 ; et si vous regardez de près le modèle, il devient encore plus époustouflant : 1 et 2 égale 3 ; 2 et 4 égale 6 ; 4 et 8 égale 3 ; 8 et 7 égale 6 ; 8 et 7 égale 6 ; 7 et 5 égale 3 ; 5 et 1 égale 6 ; 5 et 1 égale 6 ; 1 et 2 égale 3.....

Le même modèle sur une échelle supérieure est en fait 3, 6, 3, 3, 6, 6, 3, 3, 6, 6.....
Mais même ces deux côtés, 3 et 6 sont gouvernés par le 9 qui montre quelque chose de spectaculaire.
En regardant de près le modèle de 3 et 6, vous vous rendez compte que 3 et 6 égale 9, 6 et 3 égale 9, tous les nombres ensemble égalent 9, les deux sens excluant et incluant 3 et 6 !
Ainsi, 9 signifie l'unité des deux côtés. 

9 est l'Univers lui-même !
La vibration, l'énergie et la fréquence !
3, 6 et 9 !

"Si vous voulez trouver les secrets de l'univers, pensez en termes d'énergie, de fréquence et de vibration." - Nikola Tesla

Il y a une vérité philosophique plus profonde là-dedans !
Imaginez ce que nous pouvons accomplir si nous appliquons ces connaissances sacrées dans la science de tous les jours.....

"Le jour où la science commence à étudier des phénomènes non physiques, elle fera plus de progrès en une décennie que dans tous les siècles précédents de son existence." - Nikola Tesla


Source :
https://operationdisclosure.blogspot.com/2018/08/the-secret-behind-tesla-code-numbers-369.html

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2018 1 08 /10 /octobre /2018 05:27
Un groupe de plus de 500 scientifiques a publié les raisons pour lesquelles ils rejettent la théorie de l’évolution de Darwin

Pensez à la théorie de l’évolution. C’est un fait largement accepté par la communauté scientifique et même par le public. Elle est enseignée ainsi dans les écoles du monde entier. Cependant, plus de 500 scientifiques ont déclaré qu’ils rejettent complètement la théorie de l’évolution.

Le professeur Colin Reeves est l’un de ces scientifiques qui a affirmé :

“Le darwinisme était une idée intéressante du XIXe siècle, quand des explications à la volée donnaient une base plausible, voire scientifique, dans laquelle nous pouvions intégrer les faits biologiques. Cependant, ce que nous avons appris c’est que la science de l’époque de Darwin remet en question la capacité de la sélection naturelle à créer des systèmes biologiques complexes – et nous n’avons encore qu’à faire des mouvements de main pour être en accord avec la théorie évolutionniste”.

Ces scientifiques se sont réunis pendant quelques années pour créer une “Dissidence scientifique contre le Darwinisme”. Un site web dédié relate des défauts du darwinisme.

 

De multiples théories devraient être l’objet de discussions

Cette bataille, pour ainsi dire, se poursuit encore aujourd’hui, avec de nouvelles informations qui émergent tout le temps. Le sujet du darwinisme est très controversé. Ce groupe ne sera pas le premier groupe scientifique à aller à l’encontre de la théorie, et beaucoup d’entre eux ont déjà été évincés pour cette raison.

La théorie de l’évolution est quelque chose qui est poussé à un niveau quasi dogmatique sur la population et dans le monde scientifique, ce qui peut être l’une des raisons pour lesquelles ce groupe de scientifiques exprime leurs préoccupations. Il y a de multiples théories qui ont de la substance et qui devraient être discutées tout autant.

 

Des blocs de construction complexes bien plus qu’une simple coïncidence

C’est le cas de Francis Nick, prix Nobel, qui a été le co-découvreur de l’ADN à doubles hélices. M. Crick croit que ces éléments constitutifs complexes de la vie, comme l’ADN, doivent être plus qu’une simple coïncidence et des mutations aléatoires. Crick est l’un des nombreux scientifiques qui croient qu’il se passe quelque chose de plus incroyable, peut-être un être ou des êtres supérieurs intelligents en sont à l’origine.

 

L’origine de la vie

En plus de tout cela, il est très malsain pour une communauté d’avoir peur de remettre les choses en question, ce qui est aussi la nature même d’être un scientifique après tout. Il semble que l’intuition humaine mène de plus en plus vers quelque chose de plus, et de nombreux esprits scientifiques brillants sont d’accord.

Il y a beaucoup de questions à se poser, et peut-être qu’un jour nous découvrirons l’origine de la vie. D’ici là, on peut espérer que les scientifiques pourront remettre en question les théories actuelles et en formuler de nouvelles sans conséquences ridicules.

Quelle est la théorie de l’évolution de Darwin ?

Source: Disclose.tv, le 8 août 2018Traduction Nouvelordremondial.cc

Partager cet article
Repost0
7 août 2018 2 07 /08 /août /2018 09:07
Des horloges atomiques plus précises et stables grâce à un élément rare
La précision dans la mesure du temps est fondamentale concernant certains systèmes comme les GPS, les télécommunications ou encore la synchronisation temporelle des différentes zones du monde. Les horloges atomiques permettent d’atteindre un haut degré de précision, mais les atomes utilisés sont généralement, sur le long terme, affectés par leur environnement extérieur. Des physiciens ont découvert que le lutécium pouvait remédier à ce problème en affichant à la fois une très grande précision et une très grande stabilité.
 

Une horloge atomique fonctionne via l’immuabilité du rayonnement électromagnétique émis par un électron lors de la transition d’un niveau d’énergie à un autre, stabilisant ainsi le signal oscillant de sortie. Pour ce faire, un laser illumine l’atome à une certaine fréquence, et l’oscillation produite permet d’obtenir le temps avec une grande précision. Selon l’atome utilisé, une horloge atomique peut prendre moins d’une seconde de retard sur 50 millions d’années.

Cependant, la course à la précision n’est jamais terminée. Une équipe de physiciens singapouriens du Center for Quantum Technologies (CQT) a en effet découvert que par rapport au césium et au rubidium, qui sont aujourd’hui utilisés dans les horloges atomiques, le lutécium offrait une plus grande précision et une plus grande stabilité. « Les véritables performances d’une horloge atomique proviennent des propriétés de l’atome — notamment l’insensibilité de cet atome à son environnement. Je dirais que le lutécium occupe la première place en terme d’insensibilité » explique Murray Barrett, directeur de recherche au CQT. Les résultats ont été publiés dans la revue Nature Communications.

image: https://trustmyscience.com/wp-content/uploads/2018/06/lutecium.jpeg?x36300

Un cube d’1 cm3 de lutécium. Le lutécium est un élément chimique de la famille des lanthanides et appartenant aux terres rares. C’est le plus rare des lanthanides. Il est impossible de l’obtenir directement pur, le procédé de séparation est hautement complexe et justifie son prix très élevé. Crédits : Alchemist-hp

Le lutécium, noté « 71Lu », est le dernier élément de la famille des lanthanides et fait partie des terres rares. Ses applications sont aujourd’hui extrêmement limitées compte-tenu de sa grande rareté et de son prix très élevé. Avec le thulium, le lutécium est le plus rare des lanthanides, présent à hauteur de 0.5 ppm dans la croûte terrestre. Il n’est jamais pur car toujours mêlé aux autres terres rares et le procédé de séparation utilisé fait intervenir une technologie complexe, justifiant son prix élevé.


 
Depuis la création de la première horloge atomique en 1955, les scientifiques ont essayé divers atomes afin d’obtenir la précision de mesure la plus haute possible. Le premier élément testé, le césium, oscille à une fréquence micro-onde de 9’192’631’770 périodes de radiation. Au cours des dernières années, des atomes comme le rubidium, le strontium ou l’ytterbium se sont révélés plus rapides et précis. Le lutécium opère également à ces fréquences, mais dispose d’un avantage supplémentaire : il n’est pratiquement pas affecté par les changements de température et de pression extérieurs.
 

 

Ce sont ces facteurs environnementaux qui finissent par perturber l’oscillation du quartz dans les montres et, de la même manière, dans les horloges atomiques. « Nous avons clairement montré que le lutécium est le moins sensible à la température des atomes utilisés dans toutes les autres horloges atomiques » explique Kyle Arnold, physicien au CQT. En outre, les auteurs montrent que le lutécium peut être utilisé comme l’ytterbium ; en faire une horloge atomique ne serait donc pas compliqué.

image: https://trustmyscience.com/wp-content/uploads/2018/06/horloge-cqt.jpeg?x36300

Les physiciens du CQT, devant le prototype d’horloge au lutécium. Crédits : CQT

Cette stabilité et cette précision sont extrêmement importantes pour des expériences visant à étudier la gravité, la vitesse de la lumière dans le vide ou encore certains phénomènes quantiques. Bien que cette découverte soit prometteuse, il reste encore du travail avant de pouvoir intégrer efficacement le lutécium à une horloge atomique ; certains obstacles doivent être contournés dans le but d’éviter des imprécisions techniques. « Je ne pense pas que ce soit trop technique et difficile à réaliser, mais je pense que les gens attendent de voir comment cela fonctionne » conclut Murray.

 
Partager cet article
Repost0
5 juillet 2018 4 05 /07 /juillet /2018 00:01
Les scientifiques ont découvert que le chromosome Y humain dégénère rapidement et pourrait disparaître complètement d’ici 4,6 millions d’années
Ou sont les hommes ?

Le chromosome Y peut être un symbole de masculinité, mais il devient de plus en plus clair qu’il est tout sauf fort et durable. Bien qu’il porte le gène « interrupteur principal », SRY, qui détermine si un embryon se développera en tant que mâle (XY) ou femelle (XX), il contient très peu d’autres gènes et est le seul chromosome qui n’est pas nécessaire à la vie. Les femmes, après tout, se débrouillent très bien sans.

De plus, le chromosome Y se dégrade rapidement, laissant les femelles avec deux chromosomes X parfaitement normaux, mais les mâles avec un X et un Y ratatiné. Si le même taux de dégénérescence se poursuit, il ne reste que 4,6 millions d’années au chromosome Y avant qu’il ne disparaisse complètement. Cela peut sembler long, mais ce n’est pas le cas si l’on considère que la vie existe sur Terre depuis 3,5 milliards d’années.

Le chromosome Y n’a pas toujours été comme ça. Si nous remontons 166 millions d’années dans le temps, aux tout premiers mammifères, l’histoire était complètement différente. Le premier chromosome « proto-Y » était à l’origine de la même taille que le chromosome X et contenait tous les mêmes gènes. Cependant, les chromosomes Y ont un défaut fondamental. Contrairement à tous les autres chromosomes, dont nous avons deux copies dans chacune de nos cellules, les chromosomes Y ne sont toujours présents qu’en une seule copie, transmise de père en fiston.

Cela signifie que les gènes du chromosome Y ne peuvent pas subir de recombinaison génétique, le « brassage » des gènes qui se produit à chaque génération et qui contribue à éliminer les mutations génétiques nuisibles. Privés des avantages de la recombinaison, les gènes chromosomiques Y dégénèrent avec le temps et finissent par disparaître du génome.

Malgré cela, des recherches récentes ont montré que le chromosome Y a développé des mécanismes assez convaincants pour « ralentir », ce qui freine le taux de perte de gène jusqu’à un éventuel arrêt.

Par exemple, une étude danoise récente, publiée par PLoS Genetics, a séquencé des portions du chromosome Y de 62 hommes différents et a constaté qu’il est sujet à des réarrangements structurels à grande échelle permettant « l’amplification génique » – l’acquisition de copies multiples de gènes qui favorisent la fonction des spermatozoïdes sains et atténuent la perte de gènes.

L’étude a également montré que le chromosome Y a développé des structures inhabituelles appelées « palindromes » (séquences d’ADN qui se lisent de la même façon du début à la fin et de la fin au début comme pour le mot « kayak »), qui le protègent de toute dégradation supplémentaire. Ils ont enregistré un taux élevé d' »événements de conversion génique » dans les séquences palindromiques sur le chromosome Y – il s’agit essentiellement d’un processus de « copier-coller » qui permet de réparer les gènes endommagés en utilisant une copie de sauvegarde intacte comme modèle.

En ce qui concerne d’autres espèces (les chromosomes Y existent chez les mammifères et certaines autres espèces), de plus en plus de preuves indiquent que l’amplification du gène du chromosome Y constitue un principe général à tous les niveaux. Ces gènes amplifiés jouent un rôle essentiel dans la production de sperme et (du moins chez les rongeurs) dans la régulation du coefficient de masculinité des descendants. En écrivant récemment sur la biologie moléculaire et l’évolution, les chercheurs ont démontré que cette augmentation du nombre de copies de gènes chez la souris est le résultat de la sélection naturelle.

Sur la question de savoir si le chromosome Y va effectivement disparaître, la communauté scientifique, comme le Royaume-Uni à l’heure actuelle, est actuellement partagée entre ceux qui sont « pour » et « contre ». Ce dernier groupe soutient que ses mécanismes de défense font un excellent travail et qu’ils ont sauvé le chromosome Y. Mais les partisans du « pour » disent que tout ce qu’ils font, c’est de permettre au chromosome Y de s’accrocher avec ses ongles, avant de tomber de la falaise. Le débat se poursuit donc.

Jenny Graves de l’Université La Trobe en Australie, une des principales partisanes de l’argument de la fin du chromosome Y, affirme que, si l’on adopte une perspective sur le long terme, les chromosomes Y sont inévitablement condamnés – même s’ils tiennent parfois un peu plus longtemps que prévu. Dans un article publié en 2016, elle souligne que les rats épineux japonais et les taupes ont entièrement perdu leurs chromosomes Y – et soutient que les processus de perte ou de création de gènes sur le chromosome Y entraînent inévitablement des problèmes de fertilité. Ceci peut à son tour conduire à la formation d’espèces entièrement nouvelles.

La mort des hommes ?

Comme nous vous le disions dans le chapitre d’un nouveau livre en ligne, même si le chromosome Y chez l’homme est en voie de disparition, cela ne signifie pas nécessairement que les hommes eux-mêmes vont disparaître. Même chez les espèces qui ont perdu complètement leurs chromosomes Y, les mâles et les femelles sont encore nécessaires à la reproduction.

Dans ces cas, le gène SRY « interrupteur principal » qui détermine la masculinité génétique s’est déplacé vers un chromosome différent, ce qui signifie que ces espèces produisent des mâles sans avoir besoin d’un chromosome Y. Cependant, le nouveau chromosome déterminant le sexe – celui vers lequel le gène SRY progressera – pourrait alors recommencer le processus de dégénérescence en raison du même manque de recombinaison qui a condamné leur chromosome Y précédent.

Cependant, ce qui est intéressant à propos des humains, c’est que, bien que le chromosome Y soit nécessaire pour la reproduction humaine normale, bon nombre des gènes qu’il porte ne sont pas nécessaires si vous utilisez des techniques de procréation assistée. Cela signifie que le génie génétique pourrait bientôt être en mesure de remplacer la fonction génétique du chromosome Y, permettant ainsi aux couples féminins de même sexe ou aux hommes infertiles de concevoir. Cependant, même s’il est devenu possible pour tout le monde de concevoir de cette façon, il semble hautement improbable que les humains fertiles cessent tout simplement de se reproduire naturellement.

Bien qu’il s’agisse d’un domaine intéressant et controversé de la recherche en génétique, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Nous ne savons même pas si le chromosome Y disparaîtra. Et, comme nous l’avons montré, même si c’est le cas, nous continuerons très probablement d’avoir besoin d’hommes pour que la reproduction normale puisse se poursuivre.

Quoi qu’il en soit, il y aura des préoccupations beaucoup plus pressantes au cours des 4,6 millions d’années à venir.

Source: WeForum, le 6 avril 2018Traduction Nouvelordremondial.cc

Partager cet article
Repost0
7 mai 2018 1 07 /05 /mai /2018 05:21
L’être humain a en fait 9 sens de perception et pas 5

Depuis l’Antiquité, il est communément admis que l’humain possède cinq sens : le toucher, l’ouïe, l’odorat, la vue ainsi que le goût. Cependant, les scientifiques s’accordent de plus en plus à remettre cet élément en question, pour porter le nombre des sens à neuf?!

Les cinq sens de l’être humain est une notion en vigueur depuis le Traité de l’âme (livre II), un ouvrage de l’illustre philosophe grec Aristote. A l’époque, les sens identifiés ont été considérés comme un ensemble de capacités permettant d’identifier et d’obtenir des informations sur notre environnement afin de mieux l’appréhender, c’est pour cette raison qu’il était question de sens « externes ».

Plus de 2000 ans après, la science admet désormais que nous possédons non pas cinq mais neufs sens. Quels sont-ils ? Selon François Le Corre, docteur spécialiste des sens à l’Université Pierre et Marie Curie (Paris 6) et auteur de la thèse intitulée Distinguishing the senses : individuation and classification (2014), il existerait quatre autres sens dits « internes » que nous utilisons également :

L’intéressé explique que «?l’expérience que nous avons de notre monde, ou de notre environnement direct, n’est pas unisensorielle mais bien plutôt multisensorielle?», et affirme avoir découvert que «?la perception auditive pouvait être fortement influencée par la perception visuelle, ou encore que la perception auditive pouvait influencer notre perception gustative?», des propos recueillis par France Culture. François Le Corre a également indiqué que la science avait «?trop longtemps négligé les sens qu’on appelle internes au profit des sens qu’on dit externes, parce qu’observables?», et que désormais, il existe «?un large consensus chez les scientifiques de type “sciences dures” en faveur de l’hypothèse qu’il existe plus de cinq sens?».

Ainsi, les quatre sens internes à ajouter aux cinq sens externes sont la thermoception, la nociception, la proprioception et l’équilibrioception. La thermoception n’est autre que la capacité à ressentir les températures, la nociception permet de ressentir la douleur, la proprioception (ou kinesthésie) est la capacité à localiser nos propres membres et enfin, l’équilibrioception est celle permettant de maintenir notre équilibre. Si ces facultés sont une évidence pour tous, il faut savoir que désormais, celles-ci sont considérées comme des sens à part entière.

Sources : France Culture | PositivR | Science Post

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog