Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 septembre 2019 3 25 /09 /septembre /2019 12:53
Canalisé par Sylvain Didelot

Canalisé par Sylvain Didelot

Bonsoir à vous et bonsoir à tous ici, et maintenant.

Je suis Sanat Kumara et je viens vous parler d’énergie, l’énergie est belle est bien le sujet de ce jour, l’énergie de l’amour qui vous traverse, l’énergie du temps, l’énergie de l’espace, nous allons beaucoup parler d’énergie mais vous aider à comprendre quelle est votre propre énergie, ce que vous représentez par et pour l’énergie.

Il nous est souvent demandé si des énergies peuvent venir perturber vos habitations. Il nous est souvent demandé si les nouveaux systèmes, si les nouvelles ondes peuvent vous nuire.

J’ai voulu ce soir répondre très clairement à cette question, à ce positionnement dans l’énergie.

Sachez ceci : l’énergie la plus grande de votre habitation est, reste et restera vous-mêmes, ce que vous êtes dans l’énergie. Vous êtes celui qui développe la plus grande énergie, vous êtes celui qui peut imprégner les murs de sa mémoire, vous êtes celui qui peut imprégner un espace de sa mémoire par des rituels, par des actions, par des émotions, tout cela vient s’enregistrer dans la mémoire des lieux où vous êtes.

Alors bien sûr, je parle ici d’énergie très subtile. Si en votre corps il existe des ondes, des fréquences, qui peuvent nuire au bon fonctionnement de votre corps, j’aimerais aussi que vous sachiez que votre corps, lui, est capable de se déphaser un tout petit peu de ces fréquences et de se décaler et donc de s’adapter à toutes fréquences.

Sylvain est en train de me parler de compteur spécifique qui enverrait des ondes dans vos énergies, d’énergie Wifi, comme vous l’émettez quand vous parlez en ondes, mais d’une manière générale, moi je vous parle d’ondes en général, de toutes ces ondes, à moins d’être totalement focalisés sur vous, et c’est très très rare, ces ondes en fait ne peuvent vous affecter que très très très faiblement. Par contre, la peur que vous avez de ces ondes, elle, peut vous affecter énormément, énormément.

Alors bien sûr les ondes, les fréquences émises par vos objets de communications, vos téléphones, n’ont pas à être posés trop près du corps, cela bien sûr est une évidence, pas trop près, pas trop longtemps. Parce que tous les objets rayonnent sur vous, ce que vous portez cela rayonne sur vous, ce que vous entendez cela rayonne sur vous, le décor autour de vous rayonne sur vous, donc tout ce qui émet des rayons d’ordre négatif est comme tout autre objet négatif et n’a pas à être sur vous en permanence. Les objets négatifs, j’entends que vous me demandez de quoi il peut s’agir ici, et bien en fait tout objet visant à diminuer votre fréquence. Si je parle en dehors des technologies, je peux vous indiquer qu’il est certaines plantes qui n’ont rien à faire à côté de vous, mais que vous ne trouverez jamais à côté de vous, que vous trouverez en plein milieu d’une jungle, parce qu’elles sont perturbantes et qu’elles ont leur place là-bas. Il existe aussi des pierres et des minéraux, ils ne sont pas tous positifs, certains d’entre eux peuvent dérégler votre propre horloge biologique, mais généralement vous n’y accédez pas ou vous ne les portez pas. Toutes les roches météoritiques, par exemple, n’ont pas à rester près de vous, elles résonnent avec un Univers extra-terrestre et pas avec votre essence terrienne, donc si vous les utilisez vous devrez les utilisez très peu de temps et ne pas les garder sur vous.

Il existe comme cela, des tas d’objets qui en fait peuvent un tout petit peu changer la fréquence, changer l’énergie, changer la vibration de votre corps et avoir des conséquences, à long terme j’insiste, à long terme, mais votre propre fréquence peut s’aligner n’importe quand. Vous pouvez être désalignés la moitié de la journée et vous aligner complètement pendant 10 minutes, cela aura un effet vraiment restructurant sur vous.

Alors qu’est-ce que s’aligner sur sa fréquence ? Je vais vous le dire, mais avant j’aimerais répondre à d’autres questions que j’entends : comment les guides peuvent-ils répondre à des questions d’ordre technique ? Cela semble très technique ce soir, ce que je suis en train de vous dire, mais ce sont des questions que vous vous posez, nous avons accès à tout votre champ d’information. Alors bien sûr je suis en train de parler d’une illusion dans l’illusion, mais c’est toujours ce dont nous parlons, d’une illusion dans une illusion mais c’est une illusion fréquentielle. Alors cela ne nous gêne pas d’employer votre vocabulaire d’ondes électromagnétiques plutôt que de parler d’ombre ou d’énergie sombre. Parce qu’on parle ici de la même chose, une entité du monde astral ou du bas astral cherche bien, par sa fréquence, à diminuer votre fréquence, à prendre de votre énergie, nous revenons encore et toujours à l’énergie.

Pour centrer les énergies qui vous habitent, pour entrer dans la fréquence même du cœur à la source de votre puissance personnelle, je vous invite à un exercice de verticalisation, autrement dit à recevoir l’énergie de la Source. J’ai presque envie de rire quand vous êtes en train de parler de ce qui rayonne autour de vous, mais vous avez oublié ce qui rayonne partout autour de vous, au-dessus, en dessous, et qui sont les sources d’énergies de la Terre-Mère et du Père-Céleste. C’est bien à ses sources-là que vous devriez vous connecter en conscience. Si vous avez peur des autres sources, soyez en amour avec ces sources-là, respectez-les. Ainsi l’énergie de la Terre-Mère, évidemment vous avez entendu parler de ces racines, du fait d’être enraciné, du fait d’être sur terre, et bien oui, sous vos pieds, dans vos genoux, dans vos chevilles, et au niveau du hara aussi, se trouvent des points d’ancrage au sol, d’ancrage à la terre qui vous permettent de remettre sans cesse votre état vibratoire à l’état le plus juste qui soit. Donc c’est important de récréer mentalement des racines, de se sentir mentalement connectés à la terre, et encore mieux, physiquement connectés à la terre, si vous le pouvez, mais en tout cas dans un espace mental cela doit être clair : vous êtes connectés à la terre. La Terre-Mère vous permet déjà d’obtenir énormément d’énergie, énormément d’informations pertinentes pour votre corps, pour votre cœur, pour cet espace intérieur que vous êtes. Et il y a l’énergie du Père-Céleste bien sûr, l’énergie que vous appelez d’en haut.

J’aimerais vous dire que cette énergie en fait elle est partout, elle est l’amour dans chaque espace vide, elle est le temps et l’espace en même temps, elle est une fréquence très élevée. Cette fréquence-là, vous pouvez la recevoir dès que vous rentrez dans l’émotion d’amour, dans la sensation d’amour, c’est-à-dire dans la sensation d’être reliés à cela. Je suis relié au Tout, cessez de placer dans ces phrases et dans ces mots l’idée de ne pas en être digne. Vous êtes reliés au Tout, dignes ou indignes ne compte pas ici, vous êtes toujours reliés au Tout, mais plus vous en prenez conscience, à chaque fois que vous en prenez conscience, vous entrez à l’intérieur de vous dans un nouvel espace, vous créez une nouvelle structure encore une fois, vous améliorez votre structure personnelle. Votre propre matrice d’énergie commence à se regonfler de toute l’énergie de l’Univers, car vous êtes reliés à tout l’Univers, pas seulement à ce temps, à cet espace, à cette dimension, mais à tout l’Univers, à toutes les dimensions.

Le fait simple de savoir cela, d’enregistrer cela en vous par visualisation, par des prières, par la danse qui est aussi un moyen de se relier entre la Terre et le Ciel, et bien tout cela vous permet de recevoir les informations pertinentes et de restituer en vous l’énergie propre à chacun de vos organes, l’énergie propre à chacune de vos structures, pour peu que vous y prêtiez attention en conscience, quelques minutes par jour, pour vous réaligner sans cesse. L’énergie, la vibration, sont des mots similaires. Lorsqu’on vous a dit tout est énergie, on pourrait vous dire aussi tout est vibration. L’énergie génère une fréquence, la fréquence génère une énergie.

Qui a commencé ? IL n’y a pas de commencement, il n’y a pas de fin ici, tout est du même ordre. Vibrer appelle une énergie, et ressentir une énergie appelle une vibration. Vous savez très bien, en nous recevant, en recevant les énergies de lumière en votre corps, ou du simple magnétisme personnel, vous ressentez la vibration de cette énergie sous forme de chaleur, sous forme d’onde, sous forme de bien-être, quelle que soit sa fréquence et quel que soit le corps que va toucher cette énergie, vous la ressentez. Cette énergie crée la vibration. Mais vous savez aussi que si vous écoutez une musique céleste, que si vous faites brûler un encens particulier, que si vous vous mettez à danser, vous allez entrer en vibration, et en entrant en vibration vous allez ressentir, ici, maintenant, l’énergie qui vous traverse, cette sensation de retrouver l’essence même de votre être. Ce n’est pas un jeu, c’est sans doute une nécessité dans votre temps, que de retrouver l’exercice de cela, que de retrouver la pratique de cela. En d’autre temps cette pratique était effectuée par ce mot que vous appelez la prière.

 Les prières sont toujours entendues, elles sont ce qui nous permet d’accéder en votre plan, elles sont ce qui nous autorise à venir vous aider, à venir vous aimer devrais-je dire, car cette vibration d’amour entraine l’énergie d’amour et modifie votre corps, votre cœur, votre espace, des situations. Donc pendant un temps ce fut la prière qui fut l’exercice, elle l’est toujours, et nous vous remercions de participer à ces nombreux cercles autour du monde qui permettent d’agrandir la chaîne de lumière que nous mettons en place avec vous. Dans un monde plus moderne, l’idée de méditer reste bien sûr toujours présente et j’allais dire, pour vous, revient à la mode, mais la méditation consiste à être alignés ici et maintenant, car l’indicateur de l’énergie c’est le présent. Mesurer votre énergie dans le passé ne serait que donner à votre mental les moyens de juger ce qu’était cette énergie.

Vous ne pouvez l’apprécier et l’appréhender que dans le moment présent, et vous ne pouvez la modifier que dans le moment présent, parce que ce moment présent est un moment de grande énergie, c’est celui où toute votre énergie se développe pour créer tout un monde, toute une existence, toute une illusion autour de vous. Mais mes frères, mes sœurs, réfléchissez à ceci : quand vous fermez les yeux, l’énergie de ce qui est autour de vous se modifie et peut bouger. Vous pouvez choisir d’aller dans un autre monde, un autre temps et un autre espace en fermant les yeux.

Faites cet exercice avec moi, fermez les yeux et répétez mentalement les mots que je vais prononcer ici :

je suis dans un temps de pure joie,

je suis dans un espace de pur amour,

je suis dans l’énergie de la paix.

Ouvrez les yeux, regardez à nouveau le monde dans lequel vous êtes et considérez qu’il est déjà un pas vers plus de joie, plus de paix, plus d’amour.

Recommençons, vous allez voir, nous allons faire briller les objets autour de vous. Fermez les yeux :

ici et maintenant, en mon nom Divin, j’accède à un espace de pure joie, à un temps de pur amour, je suis la paix.

Gardez les yeux fermés, vous sentez peut-être autour de vous l’énergie bouger, fluctuer, changer, parce que le monde dans lequel vous êtes change, au moment où nous parlons, ici et maintenant, ce monde change, et vous venez de glisser un tout petit peu plus vers un autre monde, avec plus de paix, plus de joie, plus d’amour.

Ouvrez les yeux, observez de manière neuve, totalement neuve, tout ce qui est autour de vous. Regardez comme les objets autour de vous trouvent une nouvelle luminosité, un nouvel éclat, une nouvelle énergie. Mais votre corps aussi s’est ici placé dans une nouvelle énergie et un nouveau temps.

Et c’est un temps où il va connaitre plus de joie et plus d’amour. Alors cet exercice que je vous donne, que je reprécise, c’est donc bien de fermer les yeux, de choisir votre monde, et d’entrer dans ce monde en ouvrant les yeux. Mais mes frères mes sœurs, c’est ce que vous faites chaque matin. Chaque matin en ouvrant les yeux, vous avez ouvert vos yeux dans un nouveau monde, dans un nouvel espace et dans un nouveau temps.

Vous avez passé votre nuit, parfois, à choisir ce nouvel espace, ce nouveau lieu, ce nouveau temps, à partir de vos croyances, à partir de ce que vous pensiez possible, mais vous n’avez plus à attendre la nuit. A chaque fois que vous fermez les yeux, que vous placez votre espace, votre esprit, dans un minimum de paix, vous pouvez choisir un nouveau temps, un nouvel espace et le visualiser, entrez à nouveau dans ce monde. L’avantage de l’inconscience de la nuit, c’est que rien ne vous empêche de croire et de savoir en même temps. Ce que vous faites. Vous ne douterez pas, quand vous vous lèverez demain matin, d’être demain matin, et que le monde a peut-être changé. Alors que là, votre esprit a sans doute commencé à dire : mais non, j’aime beaucoup ce que tu es Monsieur, Maître Kumara, mais je n’imagine pas qu’en fermant les yeux 15 secondes j’ai pu changer le monde. Comment cela est-il possible ?

La question n’est pas comment ? Il n’y a pas de comment, il n’y a pas de quand, il n’y a pas d’espace. La vraie question c’est plutôt : qu’est-ce qui t’empêche de le croire, qu’est-ce qui t’empêche de croire que tu as changé le monde, là, maintenant ? 

 Parce que c’est là-dessus qu’il va falloir aller chercher mon ami. C’est dans ce qui t’empêche de croire cela qu’il va falloir fouiller, c’est dans cet espace là qu’il va falloir faire des recherches, pour s’apercevoir que tout cela n’était qu’une illusion et que certains savent très bien que cette illusion n’est provoquée que par ton choix de vision, que par l’envie que tu as de désirer voir le monde tel que tu veux le voir, mais que ce monde peut-être vu d’une autre manière, afin d’y trouver une nouvelle énergie, et d’émettre une nouvelle vibration, et par ta propre lumière de créer un nouveau monde, par ton propre choix de créer ce monde, à ton image, à l’image du Dieu bien sûr que tu es dans l’énergie.

Dans l’habitat vous êtes le Dieu, vous êtes l’énergie la plus grande et la plus forte. Alors quand vous vibrez dans une autre vibration, quand vous avez réussi à faire en sorte que votre corps soit dans une bonne vibration, quel que soit le moyen, dans cet encens, dans cette musique, dans cette lumière, dans cette vibration, peu importe comment vous avez réussi, étendez votre vibration. Fermez les yeux à nouveau, et étendez la vibration de ce que vous ressentez en ce moment à tout votre corps, à toute cette pièce, ressentez comme l’énergie, la lumière, les espaces viennent modifier tout cela, toute cette pièce est illuminée maintenant de cette puissante vibration qu’est la vôtre, à toute cette maison, à tout mon appartement, à tout ce lieu et prenez le temps de ressentir comme un retour de cette énergie en votre corps, un retour où votre corps dit oui, oui à cela. Vous êtes une grande énergie, une très grande énergie. Bien sûr il existe des systèmes que sont les rayons et les flammes, qui vous permettent de modifier là aussi les énergies, mais par vous-mêmes vous êtes déjà très grands. Par vous-mêmes vous n’avez pratiquement besoin de rien, que d’être dans la conscience, que d’être conscients de l’énergie que vous êtes, de l’énergie qui vous traverse, et encore une fois de cesser ce langage d’indignité.

Alors cette énergie que vous êtes danse avec d’autres énergies, et vous avez à vos côtés une femme, un mari, des enfants, des voisins, qui eux aussi sont des flammes d’énergie. Quand je parle de flammes d’énergie c’est parce que vous êtes bien des lumières vivantes en réalité. Et bien ces flammes d’énergie, elles vont refléter votre propre énergie. Je ne suis pas en train de vous parler de ce que vous appelez l’effet miroir ici, je suis en train de vous dire que votre énergie, votre flamme, peut éteindre une autre flamme, ou allumer une autre flamme, et qu’il vous appartient toujours de décider de : est-ce que je vais allumer la flamme, ou éteindre la flamme ? Est-ce que je vais aider l’autre à s’épanouir dans sa croyance, même si ce n’est pas la mienne ? Ou est-ce que je vais réduire sa flamme pour faire en sorte qu’il soit comme moi, dans le même état vibratoire, dans la même énergie, est-ce bien utile ? C’est comme si le bleu demandait au rouge d’être bleu, ou le rouge demandait au bleu d’être rouge …

Cela est-il vraiment si important dans l’énergie, de perdre la sensation de couleur, de vivre dans un monde en noir et blanc stéréotypé par un alignement à chacun ? Ce que je suis en train de vous dire en fait, en clair, c’est que l’intolérance qui arrive parfois dans ce monde, ne va faire qu’une seule chose lorsqu’elle se poursuit : c’est transformer ce monde de couleur en un monde en noir et blanc, en un monde fade ou sans doute vous n’auriez peut-être plus envie d’être. Mais laisser à chacun ses choix, sa volonté, son libre arbitre, c’est faire en sorte que ce monde reste en couleur et augmenter sa propre vibration. Je ne t’empêche pas d’être qui tu es, mais ne m’empêche pas d’être qui je suis. Vous avez besoin aujourd’hui d’exprimer votre propre liberté, parce que la liberté est aussi un moyen d’étendre son énergie, donc ce mot il est très clair, c’est le mot de ce temps, c’est le mot de cet espace, c’est le mot de ce temps même où je vous parle : liberté et libération.

Il s’agit bien ici de se sentir libre dans son espace, libre d’être qui vous êtes, peu importe que cela ne plaise pas, dans votre espace personnel restez qui vous êtes, assumez ce choix d’être qui vous êtes, ne vous pliez pas à tout et à tous. Ils n’ont pas à vous obéir, mais vous n’avez pas non plus à obéir à tout aveuglément. Vous devez être dans l’acceptation, dans la compréhension, en laissant l’autre être ce qu’il est en vous permettant d’être ce que vous êtes. C’est cela la liberté. Ce n’est pas une bataille, c’est le fait d’accepter ce qui est pour vous. Je ne suis pas non plus en train de dire que vous n’avez plus rien à défendre, à combattre, mais de vous poser cette question : qui cherche à se défendre, qui cherche à combattre, qu’est-ce que je défends ici, qu’est-ce que je combats ?

A chaque fois que pensez être dans la lumière, quelqu’un vous dira que vous êtes dans l’ombre, à chaque fois que vous pensez être dans l’ombre, quelqu’un vous dira qu’en fait vous êtes dans la lumière. Elle est où cette réalité là-dedans ?. Choisissez-la. Vibrez avec votre réalité, parce qu’il n’y en a pas, mais vibrez avec ce qui est vrai pour vous, et oui répandez-le, oui parlez-en sans prêcher, simplement en parler quand cela est possible, et vous rentrerez là-aussi dans votre plus grande énergie. Ne restez pas frustrés à ne pas en parler, mais peut-être parfois trouvez l’espace où vous pouvez en parler. Ce n’est pas l’espace familial, ce n’est pas l’espace de l’entreprise. Cela peut-être un de vos forum, cela peut-être totalement virtuel et pas forcément réel, parce que vous n’avez pas à prêcher, mais vous avez à étendre ce qui apporte en vous la joie, à étendre cette petite passion, cette petite flamme qui est en vous et qui est en fait, quelque part, une partie de votre mission si c’est votre flamme intérieure, si c’est ce qui vous fait vibrer. Etendez cette flamme, trouvez le terrain fertile pour planter cette graine, et votre énergie grandira là-encore.

L énergies de ce temps, vous autorisent et vous permettent d’agrandir la flamme de votre cœur, d’agrandir la flamme de votre existence, en renonçant temporairement à certains combats et en acceptant de laisser votre propre énergie, votre propre essence, vos propres rythmes, vos propres envies, je dirais vos propres passions, prendre le dessus un peu. Autorisez-vous la joie, autorisez-vous le jeu. L’être humain est un être qui perd son énergie parce qu’il ne joue plus. Il travaille.

Travailler n’est pas jouer. Quand vous jouez vous êtes toujours plein d’énergie à jouer, mais quand vous travaillez j’ai des doutes. Alors voyez comment vous pouvez jouer, mes frères, mes sœurs, comment vous pouvez transformer éventuellement un travail en un jeu, comment vous pouvez étendre votre passion en quelque chose de positif pour vous, qui vous apporte la paix, la joie, l’amour. Souvenez-vous ce sont des éléments de transformation de l’énergie dans la vision. C’est ce qui vous permet de changer votre monde, votre espace. Mais comment pouvez-vous émettre la joie, la paix, l’amour, si elle n’est pas déjà un petit peu dans le corps ? Alors peut-être même, avant de faire cet exercice de transmission d’un monde à l’autre, autorisez-vous à ressentir cette paix, cette joie, cet amour. Il n’y a pas de quantité pour ces énergies, un peu de joie, un peu de paix et un peu d’amour, cela reste de la joie, de la paix et de l’amour, et c’est suffisant. C’est la graine. Semez-la dans votre cœur, posez cette petite joie, ce grand amour, et cette paix en vous. Et puis recommençons. Qu’est-ce qui m’a apporté le plus de joie aujourd’hui ? Un moment simple : cela peut être prendre votre café, discuter avec une amie, discuter avec votre enfant, voir un sourire, caresser un animal, cela vous a apporté cette joie OK. Prenons cette joie, plaçons-la en nous. Qu’est-ce qui vous a apporté aujourd’hui le plus d’amour ? Un câlin avec l’être qui vous accompagne, un sourire de quelqu’un que vous ne connaissiez pas, une rencontre dans la rue, la sensation d’être connectés à un ami même s’il est virtuel, le regard d’un animal, l’énergie d’une pierre ? Peu importe ce qui a engendré en vous le plus d’amour, je prends cela, prenez-le, mettons-le en nous. Et quelle est enfin l’énergie, qui en nous, aujourd’hui, nous a apporté le plus de paix ? Quel est ce moment où nous nous sommes sentis stables ? C’est peut-être ici, c’est peut-être maintenant, mais il y a un moment où je me suis senti présent et aligné, un moment simple où j’ai profité du moment présent, ou j’ai été un peu dans le JE. Trouvez ce moment, gardez-le dans votre tête, positionnons-le en nous.

Avec cette joie, avec cette paix, et avec cet amour, fermons à nouveau les yeux les amis. Que la paix, la joie et l’amour qui imprègnent mon corps soient diffusés dans le temps et dans l’espace. En ouvrant vos yeux vous allez à nouveau être dans un autre temps et un autre espace. Que contient ce temps et cet espace ? Mais ce que vous venez d’émettre : votre paix, votre joie et votre amour. Donc vous allez aller vers de plus en plus de paix, de plus en plus de joie, de plus en plus d’amour. Comment peut-il en être autrement, c’est ce que vous venez de vibrer, de résonner. Comprenez que l’exercice que je viens de faire en conscience, vous le faites toute la journée, vous le faites en permanence. Mais pourquoi certains d’entre vous choisissent les moments de stress, pour recréer des moments de stress ?

Parfois il peut être utile de vous poser en disant : stop, stop, trop d’énergie négative ici et maintenant, stop ! Qu’est-ce qui m’a apporté de la paix, qu’est-ce qui m’a apporté de la joie, qu’est-ce qui m’a apporté de l’amour, et de prendre une minute pour prendre cette paix, cette joie, cet amour en vous, une minute, et la rayonner dans le monde.

Non pour que vous en receviez les bénéfices, même si cela va être le cas, mais bien pour que le monde en vive les bénéfices, car il ne pourra plus vibrer de la même manière devant vous, car ce qui semblait si difficile auparavant, prendra une autre couleur, une teinte parfois légèrement différente, si vous êtes énervés peut-être une teinte un peu moins agaçante, juste quelque chose qui soit de l’ordre de la frustration. Mais revenez encore quelques temps plus tard vers de la paix, de la joie, et de l’amour, et vous verrez cette frustration se transformer en angoisse, et revenez de temps en temps dans cet état de paix, de joie et d’amour et cette angoisse se transformera en une incertitude, et revenez dans cette joie, dans cette paix et dans cet amour et cette incertitude va se transformer en paix. Replongez-vous dans cette paix, dans l’appréciation en remerciant pour cela et alors cette paix va se transformer en joie et en amour, et votre monde sera transformé. Ce que je dis là est un processus qui peut prendre une minute, une heure, dix heures, mais qui fonctionnera toujours, si vous voulez bien le poser sur vous, si vous voulez bien en faire l’essai mes amis et comprendre, comme je l’ai dit au début et c’est ma leçon du jour, que vous êtes la plus grande énergie de votre monde, pour vous-mêmes, et que c’est bien vous qui devez rayonner votre conscience, la puissance, l’énergie même de votre conscience.

Je reviens encore une fois sur certains propos, lorsque vous manquez d’énergie souvenez-vous : connectez-vous à la Terre-Mère, connectez-vous au Père-Céleste, augmentez votre taux vibratoire. Ainsi, tout ce qui est autour de vous essaye de vous atteindre par une vibration basse, ou par une vibration différente, n’aura plus aucun impact. En vous reliant à la Terre et en vous reliant au Ciel vous créez sur vous un bouclier d’énergie immuable, intraversable, impénétrable, je ne sais quel mot utiliser, pour vous dire à quel point vous allez devenir invincibles, invisibles à ces champs d’ondes, invisibles à ces champs d’énergie, parce que vous émettrez vous-mêmes une contre-énergie, autre chose.

Ce monde a trop longtemps attendu de vous que vous suiviez l’énergie des autres, mais souvenez-vous je vous ai dit : libérer, libération, soyez dans ce qui vous plaît, dans ce que vous êtes vraiment, même si vous ne l’êtes qu’une minute par jour, soyez-le, libérez-vous de tout le reste pendant ce temps-là, pendant cet espace-là. Ce sont des petits morceaux quotidiens que je vous donne, mais quand vous comprendrez cela, vous comprendrez que vous n’avez pas à éteindre la flamme de votre prochain, qu’en éteignant l’énergie de quelqu’un cela vous demande plus d’énergie à vous, de le faire. Donc laissez chacun briller comme il le désire, et si vous êtes avec des amis, comprenez que lorsque vous réunissez deux flammes elles forment une flamme plus grande encore, c’est bien cela que j’ai proposé aujourd’hui, que j’ai déjà dit aujourd’hui à travers mon canal. Mais c’est de cela dont il s’agit : d’une flamme qui rencontre une autre flamme. Et plus vous serez dans le même sens, plus la joie, la paix et l’amour viendront imprégner votre travail, finalement même. Et puis ce travail va devenir quoi ? Ce que je vous ai dit toute à l’heure : un jeu. Un jeu c’est quelque chose de simple, où j’utilise mes frères et sœurs, pour avancer avec un objectif. J’oublie même l’énergie qui s’appelle argent pendant un certain temps, et je me contente d’une énergie qui s’appelle : arrivée à destination. Laissez la flèche atteindre sa cible, quel que soit votre objectif, qu’il soit privé ou qu’il soit professionnel, ici, le fait que les gens aient l’impression de jouer ensemble dans la même équipe, va bien sûr vous aider à obtenir ce que vous appelez la performance. D’ailleurs vous parlez même de performance énergétique parfois, mais c’est bien de cela qu’il s’agit pour votre corps aussi. IL ne s’agit pas de perdre toute votre énergie mais bien de jouer dans une équipe, dans une visée, dans un objectif auquel vous devez adhérer, sinon vous perdez de l’énergie.

Alors je sais que certains d’entre vous n’ont pas le choix et se retrouvent dans un travail où ils perdent quotidiennement de l’énergie. Mais je vous l’ai dit, mes frères, mes sœurs : revenez 5 minutes par jour à la Terre-Mère et au Père-Céleste. Rechargez vos batteries à cette batterie infinie qu’est votre planète et qui contient une énergie infinie, pour peu que vous y soyez connectés en conscience, en imaginant des racines, en mettant vos pieds sur un véritable sol et en ressentant l’énergie du Père comme étant la vibration d’amour qui vous traverse et en vous sentant reliés au Tout.

J’ai exprimé ici ce qu’est tout cela. A tous ceux qui actuellement traversent une maladie, à tous ceux qui actuellement traversent des conditions difficiles, je dis ceci : votre maladie est aussi une transmutation, une transformation de l’énergie. Votre hospitalisation, les conditions de vie dans laquelle vous êtes, la situation dans laquelle vous êtes-vous invite à transformer votre énergie. Cette énergie sera transformée de toute façon. Si vous avancez dans le pardon et l’acceptation de ce qui est, tout sera fait et tout sera juste, vraiment juste. Malgré tout ce que vous pouvez imaginer, tout sera juste, car l’Univers vous veut toujours le plus grand bien. Je vous demande, mes frères, mes sœurs, dans ces situations, de vous sentir rassurés et aimés, car en vérité, ici, c’est bien l’œuvre Divine qui s’accomplit à travers vous, et qui vous permet de créer votre propre espace de paix, votre propre espace de lumière, votre propre espace d’amour.

Il n’y a jamais eu de séparation, jamais. Et c’est la bonne nouvelle. Vous n’avez jamais été séparés de votre propre source, de votre propre lumière, et c’est bien à elle que vous vous connectez pour recevoir toute l’énergie qui vous traverse aujourd’hui, qui vous traverse ici, maintenant, dans cet espace et dans ce temps. Mais vous l’aurez compris, vous pouvez choisir des espaces, vous pouvez choisir des temps, encore mieux, encore plus vibrants pour vous. Redevenez les Dieux que vous êtes, ne laissez personne vous dire que vous n’êtes pas cela, que vous ne méritez pas cela. Ceux-là ne cherchent qu’à faire grandir leur flamme et à diminuer la vôtre et cela leur prend beaucoup d’énergie, alors vous pouvez les plaindre en esprit, et être en compassion avec eux, en comprenant qu’en faisant cela ils s’affaiblissent et en comprenant qu’ils n’ont pas ici choisi le chemin le plus optimal. C’est un chemin et tout sera utilisé pour les faire avancer, mais ce n’est pas le chemin le plus sûr qui soit. Le chemin le plus sûr qui soit c’est bien d’aimer, c’est d’aider l’autre à grandir, à travers soi et à travers l’autre, de lui permettre d’étendre sa flamme, même si vous n’êtes pas d’accord, mais de lui permettre de se développer dans son énergie, dans ce qui le passionne et dans ce qu’il aime, ou dans ce qu’elle aime.

Et pour vos animaux il en est de même, si vous voulez étendre leurs énergies, quand vous sentez qu’ils veulent jouer, jouer un peu avec eux. Eux ont compris tout de suite que le jeu génère de l’énergie. Ce n’est pas seulement pour s’occuper que vos animaux décident de jouer, vos animaux domestiques j’entends. Mais même les animaux sauvages jouent entre eux, parce qu’évidemment c’est important. Et regardez bien comme ce monde est fabriqué pour que vous cessiez de jouer entre vous, pour que vous cessiez de vous amuser entre vous. Regardez l’énergie de ceux que vous appelez les jeunes, ils jouent entre eux, ils se voient régulièrement, ils sont en pleine santé. Et que se passe-t-il ? On vous apprend à devenir âgés, enfermés, et à ne plus jouer. Mais rejouez, revivez, continuez le jeu, le jeu de cette existence, un jeu réel, un jeu de communication. Même apprendre à communiquer avec les énergies autour de vous que peuvent être les autres règnes : animal, végétal, minéral, c’est déjà un jeu. Jouez à cela, ne cherchez pas la performance, l’efficacité, mais le jeu, l’amusement.

Tout cela, tout ce que je dis aujourd’hui est là pour vous emplir d’une nouvelle énergie. Mais cette énergie elle est disponible, elle n’a jamais été tarie, la Source ne sera jamais tarie, aucun appareil n’arrivera à tarir cette Source, puisque cette énergie elle est galactique, pas seulement terrestre. Elle vient d’un temps, elle vient d’un espace qui se contracte sans cesse pour vous redonner de l’énergie. Alors que votre Univers semble s’étendre, il existe des points dans l’Univers où l’énergie se contracte en des faisceaux invisibles, dirigés sur tous les plans et tous les espaces, pour leur redonner de l’énergie.

Et c’est un cycle perpétuel, un cycle permanent. Si vous manquez d’énergie, c’est que vous ne laissez pas la vie en vous couler, c’est que vous vous opposez à tout ce qui est. Si vous voulez retrouver une énergie petit à petit, changez de monde. Choisissez un autre espace et un autre temps. Vous pouvez choisir cela avant de vous endormir en demandant à ce que vous viviez dans un nouveau temps et un nouvel espace, fait de plus d’amour, de plus de paix et de plus de joie, mais ne soyez pas dans l’espoir, au moment où vous prononcez cela, mais dans la certitude que cela sera fait. Et dès le lendemain, dès votre premier regard sur ce monde, remerciez d’être dans ce nouvel espace de joie, de paix et d’amour, avec plus de paix, plus de joie, plus d’amour, et plus de solutions peut-être pour ceux qui ont des problèmes. Elle est là la promesse du Divin, l’énergie est là, pas forcément à travers les Guides que nous sommes, mais parce que la réponse elle est déjà là, parce que vous êtes le Dieu de ce monde, de votre propre monde, de votre propre création. Chacun d’entre vous est capable de créer un monde entier avec une seule de ses pensées. Alors imaginez ce que focaliser vos pensées, ce que naître dans la certitude de l’énergie peut vous apporter. Reliez au Divin car vous êtes son instrument bien-sûr, l’instrument d’une puissance bien plus grande, qui observe son enfant grandir, à travers votre énergie, votre lumière, votre amour.

Que mes mots aujourd’hui vous apportent la joie et plus d’énergie encore. Je peux encore enseigner ceux qui le désirent, appelez-moi à vos côtés, je saurai vous aider à trouver les espaces de paix en chacun d’entre vous, vous aider à trouver votre temps, votre espace, votre rôle. Là nous pouvons intervenir pour vous aider, et vous aider à vous approcher de ce qui vous apporte encore plus d’énergie. Mais n’oubliez pas ce mot : énergie, énergie. Energie égale vibration, alors soyez vibrants mes amours, soyez vibrants mes amis, et n’oubliez pas que la plus grande vibration de l’Univers vous traverse sans cesse, et que cette vibration vous permet tout, sans la moindre exception, que celle de vos croyances.

Je salue l’âme de lumière en chacun d’entre vous, l’espace de lumière en chacun d’entre vous, et je bénis ce moment que nous venons de passer à recevoir aussi de l’énergie, car ce fut un moment d’échange bien-sûr.

Partagé par : https://messagescelestes.ca – Messages Célestes

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2019 6 20 /07 /juillet /2019 19:40
Canalisé par Jean-Frédéric

Canalisé par Jean-Frédéric

Bonjour à vous chers enfants de la terre, Je suis Sanat Kumara.

Les informations que je m’apprête à vous transmettre sont de la plus haute importance, elles viendront à l’encontre de bien de vos croyances devenues obsolètes à présent.

Chers enfants, vous entrez dans la dernière ligne droite de la dualité, vous commencez également tous ensemble en tant que collectif aussi bien qu’au niveau personnel à entrer dans les prémices du chemin de l’unité.

Il faut savoir qu’à l’origine, les énergies dites de l’ombre et de la lumière ne font qu’une, elles sont unifiées, cette unification, permet entres autres de créer à partir des régions célestes les plus élevées et de matérialiser cette création jusque dans les plans les plus denses de la matière.

Chacune de ces deux énergies est complémentaire à l’autre.

Il n’y a pas d’ombre sans lumière, et il n’y a pas de lumière sans ombre, le rôle de ces forces d’évolution sur cette planète dite « école » qu’est la terre, est de vous permettre d’apprendre à maîtriser ces deux principes dans la dualité et la densité afin de les unifier en restaurant progressivement votre unité originelle.

Au début de la création, c’était la lumière qui dominait puis, il y a eu la chute, l’involution et depuis lors c’est l’ombre qui domine sur terre.

À présent, il a été décrété par les différents Conseils Elohims, Divins, Archangéliques, Ascensionnés et Intergalactiques que seul le chemin de l’unité, de la paix et de la complémentarité pouvait permettre à Gaïa et à ses habitants de sortir des sentiers de la séparation et de la souffrance.

En conséquence, il va falloir faire de nombreux efforts aussi bien au niveau personnel que collectif pour rectifier et remplacer les nombreuses fausses croyances et données erronées que vous avez sur ce que vous pensez être la nature des énergies dites d’ombre et de lumière.

Le plan de Dieu Père/Mère créateur pour vous est très simple, il veut le meilleur, c’est-à-dire que vous deveniez la meilleure version de vous-même en dépassant les obstacles qui sont mis sciemment sur votre chemin dans ce but précis.

Il souhaite également que l’ensemble de ses enfants soit enfin en paix.

Il n’est pas juste que sous prétexte que certains de vos frères et sœurs ont choisi un autre chemin d’apprentissage que vous, d’avoir des griefs personnels vis-à-vis d’eux.

Nous sommes tous des enfants du Dieu Père /Mère créateur, nous sommes donc tous frères et sœurs et nous ne pouvons pas avoir de bonnes relations avec le Dieu Père/Mère créateur si nous sommes en guerre avec certains de ses enfants.

Dans les temps à venir, même si le monde entier vous pousse à générer toujours plus de dualité en vous et à l’extérieur de vous, il sera véritablement déterminant que vous arriviez a contrario à développer votre unité intérieure comme extérieure, que vous la renforciez afin qu’elle ne puisse plus être remise en cause ou déstabilisée par qui que ce soit ou quoi que ce soit.

On ne sort pas de la dualité en y ajoutant plus de dualité, on n’obtient jamais la paix durable par la guerre, c’est uniquement par la paix et par la compréhension profonde de ces deux mécanismes complémentaires que sont les forces de l’ombre et de la lumière, les forces célestes et matérialistes, les forces du masculin et du féminin sacrés et leur utilisation unifiée au service du genre humain et pour le plus grand bien de tous, qui permettra véritablement à l’humanité de sortir de la division, de retrouver sa Part Divine et d’instaurer le Nouvel Âge d’Or sur terre.

À présent, vous savez exactement ce qu’il vous reste à faire, cesser les vaines querelles, divisions et débats stériles et commencez à planter en vous et à l’extérieur de vous les graines de l’unité, de la paix, et du consensus, tout ce qui a des racines se développe de façon durable, devenez des semeurs d’unité.

La fin de la dualité ne passera pas par la victoire d’un camp sur l’autre, car la lumière et l’ombre sont d’égale puissance, c’est pour cela que leurs affrontements durent depuis des éons, il n’y a donc qu’un chemin de paix, d’unité, de collaboration qui peut permettre véritablement la fin des conflits et la fin de la dualité.

Plus de guerres ne fera qu’ajouter de la dualité à la dualité et cela ne peut en aucun cas aboutir à l’unité, chacun doit prendre ses responsabilités, changer ses croyances, changer ses « a priori », arrêter d’être dans le jugement permanent envers autrui, afin d’atteindre l’unité.

Les conflits entre l’ombre et la lumière comme nous les connaissons sur terre depuis des millénaires sont instrumentalisés, ces deux énergies à la base complémentaires, une fois polarisées à l’extrême, sont mises en opposition de façon artificielle afin que certains puissent dans l’astral ou dans la matière en tirer quelques bénéfices éphémères en faisant croire à l’ensemble que cette dualité est réelle.

Cette opposition étant contre nature elle est largement inférieure à la capacité de complémentarité et d’unité que ces deux énergies Divines peuvent atteindre lorsqu’elles sont utilisées de façon unifiée.

Celui qui atteint l’unité, n’a plus rien à craindre des êtres ou des énergies polarisées, car il n’y a plus de résonance en lui avec ces énergies détournées, il est en unité avec toute la création, il n’y a plus de parti pris, de conflit, de rancœur ou de vengeance vis-à-vis d’un camp ou d’un autre, uniquement la paix.

Malgré les fausses croyances véhiculées depuis toujours par certains hommes pour prendre l’ascendant et le pouvoir sur leurs congénères, la véritable nature de ces deux énergies qui permettent de créer et de maintenir la vie est amour.

Nombre d’entre vous seront surpris de constater, lorsque vous oserez faire la paix avec vos parts d’ombre, l’immensité de leur amour qui brûle pour vous en secret depuis toujours et qui vous sera alors révélé.

Ombre et lumière font tourner la roue de l’évolution, à présent l’humanité accède à l’unité, recherchez le gris, le consensus, la solution qui apaise les conflits, les tensions et les divisions, dans les 2 camps.

Soyez celui qui réunit au lieu d’être de celui qui divise, soyez celui qui pardonne au lieu d’être celui qui condamne, n’est-ce pas donc cela l’amour inconditionnel ?

Salutation chers enfants de la Terre

Je Suis Sanat Kumara

 

Partagé par : https://messagescelestes.ca – Messages Célestes

 

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2019 5 12 /07 /juillet /2019 19:19
Message de Sanat Kumara - Vous êtes une Force dont l’heure est venue

Bien-Aimés,

Nous venons sur les ailes de l’amour pour vous dire que beaucoup est demandé à ceux qui ont tenu la Lumière de Dieu qui ne manque jamais en ces temps. Sachez que vous accomplissez déjà ces tâches et que nous venons vous donner force et élévation et vous faire savoir que vous n’êtes pas seuls dans vos efforts, et que vous avez le plein soutien de tous les Êtres de Lumière dans tout le cosmos.

Il y aura beaucoup de choses qui continueront de se produire dans votre vie quotidienne au cours des jours à venir. Le grand nettoyage et la grande purification continueront à se produire en chacun de vous et vous découvrirez que cela va prendre fin et que votre chemin va devenir clair. Vous aurez la connaissance et la capacité d’être au service de la Lumière. C’est vous qui êtes prêts pour le grand rôle que chacun d’entre vous joue. Une grande partie de votre préparation s’est déroulée sur les plans supérieurs au-delà du sommeil et nous vous demandons donc d’avoir foi et confiance en votre capacité d’agir rapidement quand le moment viendra.

Votre rôle premier et avant tout, reste toujours le même – celui de retenir et d’ancrer les énergies cosmiques pour qu’elles coulent à travers vous dans le noyau cristallin de la Terre Mère. Ce service en soi est du plus grand bénéfice, et pour le plus grand bien de tous. La plupart d’entre vous sont devenus très compétents dans ce domaine et nous sommes très fiers et honorés de votre engagement chaque jour – car même si vous continuez à être mis à l’épreuve par le grand nettoyage dans votre propre vie personnelle, vous donnez toujours vos pensées et intentions pour servir ce but. L’univers entier applaudit vos efforts et les percées que vous avez faites pour apporter le Paradis sur Terre. Vous avez accompli beaucoup plus que vous ne le pensez.

Dans les jours à venir, nous vous demandons de consacrer aussi une partie de votre vie quotidienne à invoquer et à décréter que la Lumière Cosmique soit ancrée dans la Terre. Un excellent décret est affiché sur le site Web du Scribe. Ce décret est très puissant et comme vous le dites, SACHEZ que vous, en tant que Co-créateur avec Dieu Père/Mère, avez la pleine autorité pour le mettre en manifestation. Répéter ce décret au moins sept fois de suite établira fermement votre grande intention pour ce jour. Au fur et à mesure que vous serez plus nombreux à répondre à cet appel, un grand bien peut se manifester. S’il vous plaît comprenez, Bien-Aimés, que vous n’êtes pas tenus de faire quoi que ce soit d’autre qu’avant, mais seulement que vous le faites avec plus de fréquence, de force et de grande intention, car vous êtes les mains, la voix et les pieds des Saints qui travaillent pour apporter les plus grands changements dans le temps le plus sûr et le plus rapide pour faciliter l’ascension de la Terre et de tous ses habitants.

Sachez aussi qu’aucune personne qui a un amour inné pour le Créateur dans son cœur ne sera laissée pour compte. C’est une erreur de croire que seuls quelques élus parviendront à leur ascension et que tous les autres devront répéter leurs expériences sur une autre planète au cours d’une incarnation future. Ce n’est pas dans le Plan Divin. Comme nous, de la Hiérarchie Spirituelle, vous l’avons dit à maintes reprises, chacun sur la Terre s’élèvera dans les dimensions supérieures. Vous le faites déjà tous ! Il est vrai qu’il y en a beaucoup qui ont choisi de ne pas vivre directement ce qui se passera en ces temps, car leur tâche était de fixer les bases de ce qui arrive maintenant, et ayant fait cela, ils ont choisi de quitter la planète. Tout est un choix à partir de maintenant.

Quand nous regardons chacun de vous (et nous le faisons souvent, Bien-Aimés), nous nous émerveillons devant votre incroyable ténacité, votre foi et votre endurance. Nous voyons que vous commencez à libérer tout ce qui ne vous sert plus et que vous avez vraiment l’intention de vous pardonner, à vous et à tous les autres, de quelque manière que ce soit, pour préparer toute l’humanité à la prochaine étape. Chaque jour, demandez et visualisez la Lumière Blanche Dorée du Christ pour vous ancrer dans votre espace sacré du cœur et vous percevoir comme un enfant Doré du Christ, un Maître de Vie qui est venu sur Terre en ce temps pour aimer la Terre et tous Ses Royaumes, et toute l’humanité retrouvant alignement, intégrité et perfection. Vous êtes et vous continuerez à le faire ! Chaque jour de votre vie, aussi éprouvé que vous soyez, invoquez la force et la ténacité inhérentes en vous et appelez la Lumière sur la Terre.

Nous souhaitons également que vous réalisiez que si vous lisez ce message, alors vous êtes celui qui a choisi ce service à ce moment très spécial de l’histoire de la Terre et de l’histoire de la galaxie entière et des galaxies sans fin. C’est à ce point que votre travail est et continue d’être important, Bien-Aimés. Nous avons plus que jamais besoin de vous ! Accrochez-vous à votre Lumière et à votre vision la plus haute pour la Terre et tous ses habitants. Laissez aller tout ce qui vous empêcherait d’accomplir cette tâche, car cela n’a plus aucune pertinence ou importance. La chose la plus grande et la plus importante que vous puissiez faire chaque jour est de vous souvenir de la Lumière que vous êtes et de la rayonner vers l’extérieur pour englober tous et chacun sur son parcours. N’ayez pas peur de rayonner cette Lumière Blanche Dorée de vous à tous ceux que vous rencontrez, car vous ne savez pas à quel point cela renforce et aide les autres sur leur chemin vers la Lumière.

Nous, Sanat Kumara et Lady Vénus, vous gardons dans nos cœurs et vous habilitons avec notre propre flamme d’Amour, de Lumière et de liberté maintenant. Acceptez ce cadeau de notre part et suivez votre chemin en toute confiance que vous faites l’œuvre du Créateur dans tout ce que vous faites chaque jour. Vous êtes une Force dont l’heure est venue !

Traduit par Diane L. pour https://messagescelestes.ca

Partagé par : https://messagescelestes.ca – Messages Célestes

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2019 2 02 /07 /juillet /2019 20:27
Canalisé par Sylvain Didelot

Canalisé par Sylvain Didelot

Bonsoir à vous.

J’aligne ce corps à la réception de mes énergies, je suis Sanat Kumara.

Je vous invite à accepter les énergies du moment présent, je vous invite à comprendre à quel point vous êtes ici et maintenant exactement au bon endroit, exactement au bon moment et qu’il ne peut en être autrement.

Les énergies qui traversent votre monde, actuellement, sont de très grandes énergies de transformation. Vous êtes invités à recentrer votre esprit sur ce qui est important pour vous. Ce mot de solidarité qui a été évoqué pour ce mois, est avant tout un mot qui évoque l’entraide entre humain, l’assistance, le nécessaire besoin de préparer une vie plus communautaire, de préparer des modes de vie plus locale.

Je ne dis pas qu’il ne s’agit pas d’être connectés au monde, de rester connectés à la vibration de ce monde, j’exprime simplement à quel point il vous est nécessaire de reconnaitre en chacun votre frère et votre sœur. Vous arrivez dans des moments de votre histoire où les peuples vont tous, un à un, reprendre leur pouvoir face à des événements qui peuvent être plus ou moins traumatiques. Donc certains d’entre vous sont en train de vivre cette épreuve de reprendre le pouvoir, reprendre les droits humains sur leur vie, les droits de décision, les droits d’avancer, les droits d’évolution, les droits de cheminement, les droits de changement.

Alors pour cela, pour certains vous semblez quitter votre travail, pour d’autres vous semblez quitter votre famille, pour d’autres vous semblez quitter votre époux, votre épouse. Il n’en est rien, il n’en est vraiment rien. Ici et maintenant nous réunissons les guerriers de lumière afin qu’ils soient prêts au combat de la lumière. Il ne s’agit pas d’une guerre mais bien de mettre en œuvre des systèmes justement solidaires, communs, d’aide et d’assistance pour que chacun trouve sa part.

Vous êtes invités à aider les plus pauvres d’entre vous. Vous êtes invités à être compatissants envers chaque personne. Cette compassion, cette humanité est d’autant plus importante que vous êtes poussés par des instincts intérieurs et extérieurs à être plutôt centrés sur vous-mêmes, en vous disant que vous êtes déjà en train de survivre, mais la majorité de ceux qui pensent survivre aujourd’hui vivent déjà une vie très luxueuse par rapport à ceux que vous avez laissés dans la rue et dont il est temps de s’occuper.

Vous savez qu’en tant que Sanat Kumara tout cela m’interpelle encore plus fortement. J’ai vécu tellement de vies dans cette rue, dans ces rues. Je vous invite à la compassion et à l’amour, je vous invite à œuvrer pour faire en sorte que chaque personne trouve un toit, si vous le pouvez, car cette lumière est importante, cette solidarité de temps, d’argent, de vie, d’espace, peu importe comment vous allez appeler cela, est importante. Car tout ce que vous donnez bien sûr vous est rendu au centuple. Vous ne pouvez espérer d’aide de l’extérieur tant que vous-mêmes ne prêtez pas aide et assistance à d’autres personnes, particulièrement aux plus faibles d’entre vous. L’énergie qui traverse le temps va vous offrir vraiment la possibilité d’expérimenter ce qu’est l’union, l’amour, celui qui unit les gens autour d’une œuvre grande.

Ouvrez votre cœur, ne le fermez pas, ne soyez pas déçus de ce qui semble ne pas arriver. Tout cela est parfaitement positionné dans le plan Divin, un plan qui ne vise qu’à une seule chose : amener l’unité sur ce plan, sur cette terre, dans cet espace et dans ce temps.

Je ne suis pas invité à prononcer avec vous tout ce qui est en train d’arriver, tout ce qui va arriver sur ce plan, je suis cependant invité à vous dire à quel point l’unité, cette sensation en vous d’unité, cette sensation est importante, pourquoi, parce que certains d’entre vous sont déjà connectés à cette unité. Alors pour eux vous allez vivre, comme Sylvain mais comme d’autres, dans le corps vous allez vivre des choses qui ne vous appartiennent pas à cent pour cent, qui n’ont qu’un écho dans le corps, mais votre corps devient alors l’instrument, la corde qui vibre à la même fréquence que cette planète qui sent arriver des changements importants.

Ce n’est pas vous. Recyclez ces énergies, laissez-les circuler, ne vous inquiétez pas, elles visent à soulager le passé, elles visent à créer un espace libre dans ce temps que vous appelez le futur, un espace de paix. Il est temps que la paix s’installe sur ce monde. Vous avez encore peu de temps, mes frères, mes sœurs, pour positionner la paix en ce monde, et c’est tellement important pour vous aider à passer cette prochaine étape d’évolution de l’humanité que vous êtes en train de vivre. Il n’y a pas d’épreuve. Pour certains l’épreuve c’est d’être seuls, et pour d’autres c’est d’être accompagnés. Mais dans les deux cas vous êtes invités au changement. Ne restez plus seuls. A tous ceux d’entre vous qui m’écoutent ce soir, à toutes celles qui sont seules, à tous ceux qui sont seuls, ne restez pas seuls. L’humanité ne peut se développer seule. Chacun d’entre vous qui à cet instant, à ce moment, s’imagine que seul il va pouvoir progresser, évoluer, en lisant, en apprenant, il se trompe. Il va évoluer en vivant l’énergie qui traverse ce plan actuellement.

Vos lectures ne sont que des soutiens du corps mental, mais n’oubliez pas de gérer vos émotions, n’oubliez pas de nourrir votre spiritualité par une élévation de conscience, par le fait de regarder plus haut que soit, plus haut que ce petit moi. Acceptez l’idée d’être le serviteur d’une force puissante et aimante, joyeuse, heureuse, qui se manifeste à travers votre corps. Acceptez d’être cela, par qui l’énergie est traversée et qui vit l’expérience de la matière dans un temps transitoire, passant d’une ère à une autre.

Ils sont nombreux, ceux, venus s’incarner sur votre plan actuellement pour connaitre ce moment, pour connaitre cet instant Divin que vous êtes en train de traverser, cet espace puissant dans lequel vous êtes, le combat personnel, celui qui vous empêche d’être votre propre créateur dimensionnel, votre propre créateur temporel expérimentant d’autres temps, d’autres espaces. L’ennemi est toujours le même, il est toujours la peur, mais cette peur n’est due qu’au fait de vous imaginer être plus que ce que vous êtes, et en même temps de vous croire moins que ce que vous êtes. Voici ce que je veux dire entre imaginer et croire, alors vous imaginez être une portion de Dieu, mais vous vous trompez, vous êtes Dieu, pas une portion, même si c’est très symboliquement représentatif, je veux bien l’entendre, même si cela donne un sens à vos limites, mais sortez de cette image et comprenez que vous êtes l’intégralité de la Divinité, l’intégralité de l’expérience, pas un morceau mais l’intégralité vivant à travers un morceau.

C’est important de revenir dans le fait que tout est ce que vous êtes. Tout est ce que vous êtes. Vous ne pouvez vous réduire au bien ou vous réduire au mal, vous êtes à la fois le bien et le mal. Vous ne pouvez vous réduire au monde matériel et au monde immatériel, vous vivez sur tous ces plans, vous êtes tous ces plans, vous n’en n’avez pas la perception. Acceptez dans cet instant de recevoir les énergies les plus hautes qui soient pendant que je prononce ces mots : Je suis celui qui vient au nom de Dieu, pour servir la multitude. Comprenez alors que vous êtes serviteurs de Dieu, chacun d’entre vous, exerçant son propre ministère à l’endroit où il est, sa propre capacité à aimer, à diffuser l’amour. Alors dans l’apparence des rôles seront distribués.

Le rôle de Sylvain est d’être un catalyseur, quelqu’un qui génère les énergies, qui pousse les énergies et en même temps d’en être le gardien. Certains d’entre vous seront des émetteurs puissants d’amour, vous l’êtes tous plus ou moins. Certains d’entre vous seront des piliers d’énergie permettant même de maintenir les dimensions entre elles, et pour chacune de ces personnes elle aura l’impression d’avoir un poids sans cesse sur elle, sans jamais comprendre, durant toute sa vie, quel est ce poids qu’elle semble porter et qu’elle ne comprend pas. Vous soutenez le temps, vous soutenez le fait que la force d’énergie soit encore là, et il faut pour cela régulièrement des piliers de cet espace. Certains d’entre vous sont là pour aider par l’amour, par le fait de se lier par l’amour avec d’autres plans, certains d’entre vous sont là pour aider les minéraux, d’autres d’entre vous pour les végétaux, d’autres d’entre vous pour les animaux, certains pour plusieurs de ces règnes, parce que l’humain, ce règne particulier, n’est pas le plus intelligent, mais le plus grand serviteur, celui qui a le plus de facilité finalement à servir le Dieu en lui, lorsque vous comprendrez, qu’en vérité, vous êtes au service. Comment pouvez-vous croire que ce Dieu va rejeter un seul de ses serviteurs ? Comment pouvez-vous croire que chacun d’entre eux ne reçoit pas exactement ce dont il a besoin ? Ce service d’amour, cette énergie d’amour que vous êtes, elle se disperse sur la planète, c’est bien cela le service, c’est de toute façon une forme d’union, une forme d’amour, une forme de compassion, cela se passe avec lui, cela se passe en lui dans cette énergie Divine.

Dans ce moment de solidarité, c’est important de comprendre que vous êtes serviteurs d’une énergie qui vous traverse et qui vous informe en permanence de ce qui est bon pour vous, alors arrêtez d’écouter tout ce qui vous limite, car celui qui vous informe de ce qui vous traverse, de ce qui vous met en joie, celui-là est votre véritable Maître. Laissez d’abord les idées, les énergies, la joie vous imprégner, laissez cela vous imprégner. Changez cet état d’être, modifiez vos émotions face à cela, ne soyez pas en rejet, cessez d’imaginer que c’est impossible mais que c‘est un des possibles. Parce que si vous avez eu une idée, si vous avez eu l’instinct de quelque chose, c’est que cela est possible pour vous, mais acceptez que cela est sur votre chemin, pas forcément dans le temps et dans l’espace que vous imaginiez par contre. Vous souhaitez toujours l’immédiateté, mais tout se positionne, préparez-vous à ce changement, préparez-vous à ce que vous avez senti en vous comme étant bon. Votre rôle est de vous préparer pour cette fête et cette réjouissance, de recevoir par l’esprit Divin ce qui vous a déjà été infusé par une idée, joyeuse, en vous. Alors vous êtes préparés, alors chaque instant est une préparation, une célébration à cela et tout s’alignera sur votre route quand le moment sera opportun, quand l’Univers aura aligné chacun de ses pions pour que le domino de votre existence soit d’une simplicité angélique, je dis angélique parce que bien sûr ces énergies sont présentes à vos côtés. Le rôle des anges est de soutenir le service que vous offrez, ce sont des serviteurs des serviteurs, ils ne sont pas là pour choisir, ils ne remplacent pas la Divinité.

Ils sont là pour aider le serviteur, pour l’aider à se diriger, peut-être lui dire comment bien faire les choses, mais pas lui dire quoi faire, mais comment bien faire ce qui aura été décidé, si possible, le plus en alignement avec cette énergie, avec cette joie, avec ce qui est traversé. Voilà quel est le rôle des anges : aider et assister, dans ce monde, dans le suivant, aider et assister comme vous, mais le service il est là.

Comprenez que vous servez celui qui vous veut le plus grand bien, et vous n’aurez plus peur, le Maître chassera les voleurs, il prendra soin de vous. Vous n’êtes pas sans gardien, et vous n’êtes pas son gardien. Ressentez à quel point vous êtes protégés, cessez de vous croire, encore une fois, seuls. Allez voir vos frères et sœurs sans peur, discutez, parlez de ce que vous désirez, passez des bons moments ensemble. Voyez comment établir une nouvelle société. N’attendez pas de ceux qui prétendent être vos Maîtres de décider de ce que sera votre société. Soyez, vous, ceux qui peuvent générer les idées qui seront acceptées. Regardez ce qui se passe à l’intérieur de vous, ressentez ce que vous sentez bon, essayez-le, testez-le, prenez votre temps, et vous verrez qu’une nouvelle société va se dessiner où chaque bonne idée sera reprise et non rejetée systématiquement, car les bonnes idées, en vérité, ne coûtent pas forcément très cher et en tout cas lorsqu’elles sont solidaires elles se produisent simplement. Vous entrez dans l’air de la solidarité, dans l’air où le peuple humain va pouvoir décider même d’utiliser cette énergie qu’est l’argent pour ses propres projets, pour décider de ce qui va le faire avancer en communauté. Je ne suis pas en train de dire non plus de créer des communautés partout car vous avez déjà une communauté, elle s‘appelle la ville, le village, la rue, c’est déjà une communauté, mais c’est déjà une communauté où la plupart d’entre vous vivent séparés. Il ne vous est pas demandé de connaitre tous vos voisins non plus, mais de comprendre que partout la communauté existe, qu’il ne s’agit pas simplement de créer des communautés où les gens s’entendent bien, c’est inutile, j’insiste, c’est inutile. Autant attendre que vous arriviez, j’allais dire, de notre côté. Ne vous inquiétez pas, vous vous entendrez bien ici, parce que vous êtes là justement pour créer une unité entre ceux qui s’entendent et ceux qui ne s’entendent pas, pour trouver quelque chose qui crée une unité qui cesse de séparer. La peur elle vient toujours de la séparation. Vous séparez quoi ? Les hommes, les femmes, les blancs, les noirs, les juifs, les musulmans, les chrétiens. Vous trouvez toujours un moyen de disséquer, de séparer les gens entre eux, mais accordez-leur le pouvoir de vivre qui ils sont, avec moins de jugement, avec plus de compréhension et alors tout cela prendra sa place. Cette communauté sera simple, et il existe déjà des lieux qui ont compris cela, et votre jeunesse a déjà compris cela, mais vous, ceux que j’allais appeler les anciens quelque part, vous êtes la génération qui va construire le monde suivant, certains d’entre vous ne le verront pas, mais vous êtes au bord de cette construction et l’humanité est en train de se construire, sauf que, comment vous expliquer cela de manière rationnelle… si jusque-là quelques fondations ont été posées, faites-moi confiance, la maison va, en moins de 5 ans, être terminée.

Alors il est temps de cesser de faire des fondations, construisez maintenant, construisez dans ce que vous sentez bon pour unir, pour être dans l’amour, pour être dans l’union. Soyez solidaires, pas solitaires, n’abandonnez personne ici. Je suis sans doute en train de répéter un message que vous connaissez et qui dit : aimez-vous les uns les autres, ou aidez-vous les uns les autres, mais c’est devenu tellement important. Vous ne pouvez plus passer à côté de quelqu’un qui demande une aide, si cela est possible pour vous, faites-le. Faites-le parce que chaque serviteur sert l’unité. Pensez-vous que l’unité sera faite si un seul des serviteurs n’est lui-même pas servi ? Serviteur du Divin ce n’est pas un poste subalterne, c’est un poste où vous êtes, j’allais dire, grassement payés de l’énergie Divine qui vous accordera toute grâce pour peu que vous continuiez, dans une part de ce que vous faites, à être au service de cet amour qui vous traverse, de ce « comment as-tu aimé » cette question primordiale, parce que comment as-tu aimé c’est comment as-tu servi la Divinité, comment t’es-tu associé au Tout pour t’apercevoir qu’en vérité tu ne te servais pas toi, tu servais le Tout. Qu’as-tu fait pour ton prochain ? Comment reconnais-tu cette unité ? Nous sommes encore là sur ces questions primordiales de votre arrivée dans notre plan, de la décision de votre choix d’incarnation.

Oh vous pouvez prendre bien des routes, mais la route de l’amour, la route de la compassion, la route de la solidarité vous empêchera bien des embûches. Car si vous n’êtes pas solidaires, le jour où vous aurez besoin d’aide, il n’y aura personne. Aimez votre prochain comme vous-mêmes, vous pouvez trouver cela assez niais, vous pouvez vous trouver mille excuses pour ne pas pouvoir : je n’ai pas le temps, je n’ai pas envie, je n’ai pas l’espace… Tout cela est faux, parce que vous avez oubliez qu’il existe un moyen de servir qui s’appelle la prière, et la prière c’est un service que vous rendez à l’humanité tout entière. Que personne ici ne me dise qu’il n’a pas une minute par jour pour prier. La prière cela peut être un remerciement à Dieu de son existence, la prière cela peut être le fait de ne pas demander, mais le fait de remercier et d’offrir sa grâce à l’Univers en disant merci pour cette vie que tu m’as accordée aujourd’hui, pour cet espace que j’ai pu vivre quelles qu’en soient les expériences : merci. Vous êtes habitués à la prière pour recevoir, mais comprenez qu’il existe aussi des prières pour donner, pour être au service, car celui qui sert sera servi, celui qui aide sera aidé. C’est une règle simple qui ne demande pas d’argent, juste un peu de temps peut-être, un peu d’engagement peut-être.

C’est important dans un moment, encore une fois, où votre monde va vous permettre cela, dans une inclusion, c’est comme si vous alliez changer le monde quelque part et cette inclusion dont je parle c’est le fait d’être inclus dans une unité encore plus grande, dans une sensation d’unité bien plus grande que votre planète. C’est dans ces moments, c’est dans ces instants, vous y êtes, vous le ressentez dans votre corps, cela vous angoisse, vous ressentez que quelque chose change. Je vous ai dit encore une fois, tout est fait pour préparer le corps, l’esprit, l’espace, le temps, à ce que vous puissiez servir l’œuvre de la manière la plus grande qui soit pour vous, donc ne niez rien de l’expérience, ne rejetez rien de ce qui vous arrive. Tout ici arrive dans une perfection absolue, pour faire de vous celui qui servira la plus grande œuvre en lui, par lui, pour lui, et « celui » c’est la Divinité et vous-mêmes assemblés. Vous n’êtes pas qu’un rayon de soleil dans l’apparence, vous êtes aussi le soleil, la Source, dans toute votre énergie. Vous n’êtes pas invités à créer de nouvelles religions, vous êtes simplement invités à vous unir, invités à comprendre que ce qui vous amène la joie en vous est en fait un commandement Divin, invités à être patients et à vous dire : ah j’ai reçu ce commandement, j’ai reçu cette joie, j’ai reçu cette sensation que tout allait bien se passer alors je n’accélère pas, je ne redonne pas de pouvoir au serviteur, je donne du pouvoir à l’unité, car je sais que ce qu’il m’a commandé et cette joie qui m’a traversé je la connaitrai, à un moment où à un autre, et qu’il est en train de préparer le terrain par d’autres serviteurs pour que je puisse, à travers cette joie, accomplir mon service encore mieux. Aucun Maître n’a d’intérêt à ne pas servir ceux qui le servent.

Cette unité est voulue, ce service est voulu par vous-mêmes, par votre âme, vous avez décidez de vous incarner pour incarner l’amour encore plus, pour comprendre encore mieux ce qu’était l’amour, pour servir l’amour. Ce mot il n’est pas niais non plus, il est exactement la clef vous permettant de créer de nouveaux temps, pour vivre d’autres espaces, et l’amour c’est un sentiment positif, joyeux. Dans votre monde il aura toujours son pendant, il aura toujours sa facette un peu cachée j’allais dire, une certaine tristesse qui va peut-être avec l’amour, une certaine souffrance qui peut aller avec l’amour, mais quel prix minimum, par rapport à ce que peut vous apporter cette clef, car à chaque fois que vous ressentez l’amour vous êtes en fait le plus bel émetteur qui soit, la plus belle énergie qui soit et vous êtes au service. Aimez-vous les uns les autres, aimez ce que vous faites, aimez ce que vous êtes, quelle que soit la forme d’amour, la forme d’association dans laquelle vous êtes, vous servez le plan Divin et vous vous servez donc vous-mêmes.

Certains d’entre vous disent je vis seul, je n’aime pas mon métier, que puis-je aimer ? N’aimez-vous pas votre corps ? Non je n’aime pas mon corps, il n’est pas comme je veux. Vous faut-il perdre un membre, vous faut-il être malades, vous faut-il ces épreuves-là pour comprendre que le corps aussi mérite toute votre attention et tout votre amour et qu’en vérité lui-même est votre propre serviteur ? Alors aimez-le ce corps, quel que soit son état, aimez-le car chaque molécule de celui-ci représente une image de qui vous êtes. Vous êtes une molécule de Dieu.

Chacun d’entre vous a envie de recevoir l’amour Divin en lui, alors pensez-vous que la moindre molécule de votre corps n’ait pas envie de recevoir votre amour à vous qui en êtes le représentant holographique ? Pensez-vous que votre corps soit en tellement mauvais état qu’il ne mériterait pas à chaque instant vos grâces ?

Le corps il est le pont, le constructeur, celui qui vous amène vers l’expérience de qui vous êtes. Vous avez besoin de ce véhicule pour transférer votre espace, pour générer la matière. Il est celui par qui tout arrive, il est le miracle. Jamais aucun d’entre nous ne viendra ici pour vous donner une leçon, pour râler comme vous dites, chacun  d’entre nous viendra ici vous révéler qui vous êtes, vous amener à votre plein potentiel, vous dire : cesse d’apprendre, tu es déjà qui tu dois être, tu es déjà l’essence même de la vie mais quand tu comprendras que tu sers un Maître plus grand que toi, alors à travers toi l’œuvre s’accomplira, sans que tu comprennes, mais elle s’accomplira. Chaque chose que tu demanderas, chaque chose que tu désireras Dieu te l’offrira parce que tu es son serviteur. Mais c’est à toi de choisir ton service. C’est à toi de choisir ce qui honore l’amour en toi. Commence par honorer l’amour de toi, de toi-même. Comprend que le mental n’est qu’un enfant qui demande de l’attention. Rassure-le, mais ne lui laisse pas le pouvoir. Comprend que tes émotions sont ce qui permet de commencer à parler à l’Univers, tiens-les en laisse ces émotions, elles ne te servent pas, elles ne sont que des indicateurs, mais tu peux aussi toi-même décider de ce qu’elles t’indiquent, c’est-à-dire reprendre la main sur ce jeu émotionnel qui est le vôtre en ce moment, parce qu’en vérité la majorité de vos émotions sont choisies, non subies. Vous choisissez d’être en peine parfois parce que c’est la solution la plus simple pour vivre ce que vous vivez, que cela vous permet de trouver un temps, un délai avant l’action. Mais cessez de vous donner un délai, agissez, laissez de côté ces émotions. Il ne s’agit pas de dire : oh mais Sanat Kumara tu souhaites de nous que nous n’ayons plus d’émotion, non je souhaite que ces émotions ne vous dominent pas plus que le temps qu’elle prennent pour vous indiquer de ce que vous traversez. Les émotions elles sont comme un pont sous lequel vous passez, si vous vous arrêtez sur ce pont en disant c’est sombre, c’est noir, cela me semble si loin, vous ne sortirez jamais du tunnel. Traversez ce tunnel, ne le maudissez pas, avancez. J’ai été de ceux bien sûr qui ont donné cet enseignement du « tremble mais avance » à Sylvain et à d’autres. Quant au corps spirituel il est en train de s’insérer en vous de manière beaucoup plus profonde aujourd’hui. Vous commencez à recevoir de plus en plus d’information intuitive, c’est-à-dire des choses qui ne passent pas par votre mental, mais qui peuvent passer par le corps, qui peuvent passer par une intuition, qui peuvent passer par quelque chose de simple en vous. Vous n’êtes qu’au début de ce processus, parce que vous traversez une zone du temps, une zone de l’espace, qui si elle provoque des bouleversements planétaires provoque aussi l’augmentation vibratoire de tous vos corps, les raccrochant l’un à l’autre. Et c’est une bonne nouvelle, c’est ce qui amène l’humanité à se réveiller à son inconscience je dirais, parfois, ou au fait d’avoir positionné sa conscience dans ce qui finalement ne compte que le temps d’un instant. Nous sommes là pour le service, chacun d’entre nous.

Nous pouvons œuvrer, vous aider à vos côtés. Aucun ange ne peut vous aider, ce que je veux dire par là c’est tous les anges vous aident, mais ce que je veux dire c’est que c’est bien vous qui allez faire le chemin. Chacun des anges ici a comme mission de vous apporter votre clef, le pas suivant, ce qui peut vous aider à progresser parfois pour certains d’entre vous, ils vont prononcer des choses très très simples : arrête de pleurer, arrête de te plaindre. Et pour d’autres cela va être plus complexe : va dans ce sens, agit vers cela, il serait bien que tu utilises ton énergie et ta maîtrise pour autre chose, des informations de ce type. Il s’agit ici d’une guidance, non d’un ordre, mais ils sont bien là pour révéler comment en vous peut être accomplie l’œuvre la plus grande, non la mission mais le service, le service que vous pouvez rendre à l’unité par vous-mêmes. Et si vous servez l’unité, de toute façon vous vous servirez vous-mêmes. Vous ne pouvez vous exclure du service, c’est pourquoi le sacrifice n’est jamais demandé, c’est votre choix, vous pouvez, mais c’est votre choix, ça n’est jamais demandé par l’unité, jamais, à aucun instant. Soyez fiers d’être dans cette époque, dans ce temps, dans cet espace, peu importe que cette époque soit très bousculée, très bousculante j’allais dire. Elle est pleine de toutes les couleurs qui vont faire de votre existence une grande, j’allais dire, puissance. Je n’ai pas le terme nécessaire dans cette conscience. L’unité ici est en train de vous offrir le plus grand cadeau qui soit. L’unité est en train de vous offrir l’expérience la plus grande qui soit, dans ces temps que vous vivez, dans vos corps.

Je vous laisse à cet exemple et je vous laisse disserter, peut-être discuter entre vous de ce message, qui contient, je l’espère, une partie des clefs pour vous aider à avancer, mais nous serons là, toujours, pour vous.

 

Partagé par : https://messagescelestes.ca – Messages Célestes

Partager cet article
Repost0
15 juin 2019 6 15 /06 /juin /2019 00:21
Message de Sanat Kumara - « Un nettoyage massif a eu lieu cette semaine. Vous avez fait table rase et Gaïa est prête pour ses nouveaux souverains ! »

Note : Ce soir, j’ai demandé à recevoir des messages pour les Artisans de Lumière de la Terre. Sanat Kumara est venue parler après que mon Soi Supérieur ait donné son message. C’est la première fois que je me connecte avec Sanat Kumara et sa présence est très puissante, apaisante et pleine d’amour.

Je demande à « celui qui EST » d’être patient maintenant parce que j’ai un autre message et c’est que je voudrais annoncer, je suis Sanat Kumara, je suis le Logos Planétaire de Gaïa à ce moment précis. J’ai vu les nombreux messages remarquables donnés ici et j’aimerais ajouter ma propre essence au message aux Artisans de Lumière de Gaïa.

Un nettoyage a eu lieu, Mes Chers. Un nettoyage des obscurs qui ont gouverné Gaïa pendant des millénaires. Cela s’est produit pendant la majeure partie de votre vie, c’est certain, mais le défrichage final a eu lieu cette semaine même. Mère Dieu a décrété qu’ils n’auraient plus le droit d’avoir une emprise sur Gaïa. Leur temps d’affrontements avides de pouvoir et de vies pleines de colère et de malheurs s’achèverait. Elle leur a donné de nombreuses occasions de se conformer à ses souhaits, mais ils n’ont pas écouté. Ils ont en effet été expulsés de force cette semaine même.

Ce nettoyage a été fait par une combinaison de nombreuses forces de lumière. Vous, Artisans de Lumière de la Terre, avec les Galactiques et leur Alliance des Chapeaux Blancs, avez été les principaux responsables de l’exode massif des obscurs de Gaïa. C’était un plan très difficile et stimulant, c’est certain. Difficile, épuisant, déchirant et désagréable. Cependant, c’était le décret de Mère, alors nous avons tous travaillé ensemble pour y arriver.

Si vous ne vous souvenez pas d’avoir travaillé sur ce projet massif cette semaine, ne soyez pas surpris. Beaucoup, beaucoup d’entre vous ont effectivement travaillé sur ce projet, mais c’était une partie de vous dont vous n’êtes pas au courant.

Comme ce Soi Supérieur partagé, il y a beaucoup de morceaux de vous (Étincelles d’Âme qu’elle l’appelait) mais vous n’en connaissez pas la plupart, seulement vous-même dans ce corps en 3D. Vous pouvez être infirmière, enseignante ou étudiante à ce moment de cette vie en 3D ; mais une autre partie de vous peut être un guerrier de la lumière !

J’ai mentionné que cet événement était déchirant et qu’il en était ainsi parce qu’en tant qu’êtres de Lumière, nous ne pouvons pas imaginer choisir la  » mort  » plutôt que d’être réunis avec notre Créateur. Mais ces êtres ont choisi de ne pas être réunis avec leur Créateur, mais d’être emmenés au Soleil Central pour y être retraités.

Artisans de Lumière de la Terre, de Gaïa, mon but en venant ici ce soir pour partager ce message avec vous est de vous avertir que Gaïa est prête pour vous maintenant. Elle est prête à ce que ses nouveaux Souverains prennent le pouvoir et apportent la Nouvelle Terre que vous avez tous créée et construite.

Prenez vos plans pour partager votre nouvelle prospérité et faites-en une réalité pour tous. En tant que votre logo planétaire, il m’incombe de veiller sur Gaïa et c’est un honneur pour moi de le faire lorsque les Artisans de Lumière auront décrété qu’ils iront de l’avant pour créer le nouvel âge d’or !

Nous (nous tous) qui avons travaillé pour combattre l’obscurité, ces millénaires ont travaillé pour vous fournir une « ardoise propre » pour que vous puissiez faire vos nouvelles bonnes actions. Nous entrerons tous ensemble dans la Nouvelle Terre et utiliserons nos compétences et nos talents au mieux de nos capacités. J’ai hâte de travailler avec vous tous. Je serai aux côtés de vous, les Anges Humains. Je suis Sanat Kumara et je vous offre Adonaï ce soir. Merci de m’avoir écouté.

Traduit par Marie-Louise pour https://messagescelestes.ca

Partagé par : https://messagescelestes.ca – Messages Célestes

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2018 5 19 /10 /octobre /2018 17:21
Message de Sanat Kumara: La Dualité

Voici quelques temps que je ne m’étais pas exprimé, je suis Sanat Kumara.

Je vais aujourd’hui vous parler de dualité, je vais vous parler de ce monde duel qui est le vôtre et de tous, j’allais dire, les aspects guerriers qu’il est nécessaire, utile, possible, de modifier maintenant dans vos champs d’énergie, pour vous permettre de quitter un petit peu, peut-être parfois temporairement, le monde de la dualité. Alors le monde de la dualité c’est bien sûr le monde physique, le monde de la matière, de l’esprit, du corps, et cette énergie dispensée ici dans le corps, dans la matière, et bien cette énergie elle est polarisée. Vous avez l’habitude pour vos charges électriques de parler de charges positives, et de charges négatives. Vous reconnaissez bien sûr dans mes paroles des symboles que vous comprenez, le Tao, celui que vous appelez le Yin Yang, le bien, le mal, le principe masculin, le principe féminin, l’ombre et la lumière, la peur et l’amour, ce dont nous allons parler ce soir finalement.

Et bien ce monde de la dualité, il est créé pour séparer. Alors il a été créé pour séparer, c’est-à-dire vous l’avez créé, nous l’avons créé tous ensemble pour vivre une expérience duelle, c’est-à-dire une expérience où nous devrons, dans l’énergie, et par le nombre de vies qui est nécessaire, bien comprendre que nous devons éclairer de la Divinité. Je dis nous, parce que je m’inclue à votre expérience, nous ne sommes pas séparés, ni vous ni moi, à aucun moment. Donc nous devons éclairer l’expérience dite positive et éclairer l’expérience dite négative.

Ces deux expériences sont à éclairer, et je devrais dire, on devrait apporter notre lumière, et nous sommes présents en tant que Dieu sur ce monde, en incarnation. Quand je dis nous je m’inclue dans cette race humaine, parce que j’ai aussi actuellement une incarnation humaine, même si je m’adresse par un canal, j’ai tout de même décidé de revivre une incarnation humaine et voyez mon esprit est déjà ailleurs, c’est possible.

Alors dans cet esprit, l’être Divin que vous êtes, le Dieu que vous êtes, l’énergie primordiale que vous êtes, peut apporter la lumière, l’énergie primordiale, l’énergie de la Source, à tout ce que cette énergie voit, conçoit ou croit, et en fait vous apportez de l’énergie à ce monde non densifié à la base, un monde non dense, et cette énergie va venir densifier, va venir, je vais utiliser vos mots, rendre réelle l’expérience irréelle. Parce qu’effectivement cette expérience de la vie dans la monde de la dualité, c’est en fait une projection de votre conscience, une projection, comment pourrais-je dire cela…, un éclat de votre conscience, une portion infime de votre conscience supérieure j’entends, incarnée dans la matière.

Alors quand vous venez éclairer l’expérience dans ce monde de la dualité, vous venez aussi la vivre, en fait vous vivez ce que vous éclairez, vous vivez ce que vous projetez, vous vivez donc dans une illusion que vous créez vous-mêmes, et vous êtes pris, j’allais dire, à votre propre piège, à vos propres victoires et à vos propres échecs, dans le monde de la dualité.

Je vais poursuivre mon discours, vous allez comprendre qu’il n’y a pas d’échec.

Il ne peut y avoir d’échec de la part de la lumière, cela n’est pas possible. Ici, vous êtes venus donc densifier la matière, la rendre vraie, rendre l’expérience réelle aux yeux de l’esprit en 3 dimensions, aux yeux de l’esprit incarné dans ce corps, dans vos corps. Et donc forcément, pris dans ce piège, vous ne vous apercevez même plus à quel point vous êtes créateurs. Le fait de créer la matière, l’énergie de densifier le décor qui est par exemple autour de moi ici, ou de créer votre existence par le simple fait de vous imaginer existants, c’est devenu tellement simple pour vous que vous croyez, vous avez fini par faire une croyance intérieure, que tout cela c’est vrai. Et pire que cela : n’est vrai que tout cela, n’est vrai que ce que je vois, que ce que je perçois, que ce que je touche, que ce que finalement et en vérité j’expérimente à travers mes 5 sens, mais ces 5 sens ne sont que les éléments vous permettant de goûter à votre propre création.

Vous savez, vous êtes persuadés que votre vue vous montre la réalité, en vérité votre vue ne fait que traduire une énergie en couleurs, en expériences, en dimensions, mais c’est une traduction. La réalité c’est que vous recevez uniquement des signaux à l’intérieur de vos cortex, et que ces signaux sont traduits en formes, en matières, en expériences de la 3D.

Je dis cela parce que vous verrez bientôt, d’ici quelques années, votre technologie évoluer suffisamment pour provoquer, devant vous et dans votre tête uniquement, la vision de choses qui n’existent pas, c’est-à-dire qui ne sont pas réelles. On vous placera, vous le verrez pour certains, des capteurs, on peut appeler cela comme ça, et ces capteurs vont générer une image dans votre cerveau. Ce sera juste des signaux électriques, cela va devenir de plus en plus simple, et vous allez vivre dans ces univers. Vous savez, certains connaissent déjà les réalités dites virtuelles et vous avez l’impression réellement d’être dans ces décors qui sont projetés par des gens qui programment l’expérience. Mais la réalité c’est : vous avez été très très fins, vous êtes ces gens qui programmez l’expérience réelle de vivre l’expérience de gens qui regardent un programme. Vous avez fait une double encapsulation de ce que vous êtes réellement. Cet univers il est aussi virtuel que celui de vos jeux vidéos, il parait simplement plus réel à vos yeux parce que la définition en est très très claire, parce que le mouvement rapide continue à générer une image fixe. Mais quand votre technologie en arrivera là, que sera vraiment la réalité ? Celle de vos 5 sens, mais vos 5 sens on leur joue des tours assez facilement.

Je vous invite vraiment à vous voir comme le programmateur de l’expérience maintenant. Parce que quitter le monde de la dualité, c’est aussi considérer que la partie en vous qui opère un jugement, à travers des croyances, et bien c’est aussi une sorte de sens quelque part, c’est un sens qui vous trompe : cela c’est bien, cela ce n’est pas bien, mais tout cela est à l’intérieur de vous, bloqué comme une perception, une perception qui vous semble vraie, mais une perception qui engendre la douleur, la souffrance, la séparation, puisse qu’en fait toute douleur nait de deux éléments : le désir et la souffrance. Pourquoi je dis que le désir entraine la douleur, tout simplement parce que le fait de ne pas avoir ce que vous désirez entraine chez vous la souffrance. Alors qu’en réalité vous pourriez choisir la facette opposée, et vous réjouir de ce que vous avez, au lieu de souffrir de vos désirs. C’est un choix de vision bien sûr.

Et j’insiste voyez, pourquoi ici le mot choix de vision devient intéressant, parce que vous reprogrammez votre matrice intérieure, votre programme intérieur, votre structure intérieure, pour recevoir de nouveaux messages, différents, plus légers. Le désir entraine la souffrance, quand vous cessez de désirer vous ne souffrez plus. Et l’autre expérience qui apporte la souffrance c’est la séparation. Le fait de me sentir séparé de mon frère, de ma sœur, ou des éléments extérieurs, m’apporte la souffrance, parce que je détiens en moi l’information de l’unité. Vous détenez tous en vous l’information de l’unité que vous êtes, de cette structure unique, énergétique, vibrante, que vous êtes dans le noyau de la Source, mais vous ne vivez pas cette expérience, vous ne vivez pas l’expérience d’être scindés dans un tout.

Quelque chose à l’intérieur de vous semble, entre les mémoires du corps qui savent cela et la réalité, s’opposer. Ainsi lorsque vous êtes séparés, vous quittez une autre notion qui s’appelle l’amour. L’amour c’est ne pas être séparés. Quand vous aimez, quand vous êtes en amour avec quelque chose ou avec quelqu’un, c’est que vous vous unissez avec cette personne, avec cette situation, avec cet environnement, avec l’expérience. C’est bien une expérience d’union, pas physique, mais une union, j’allais dire, psychologique, avec l’expérience, avec l’objet, avec le lieu, voilà ce qu’est l’amour.

A l’opposé de l’amour, vous le savez, dans l’autre jugement, il y a la peur, et la peur c’est aussi un désir, le désir de conserver, de conserver ce que vous pensez être acquis et donc de ne pas laisser l’impermanence, la fluidité, de ne pas laisser les choses être ce qu’elles sont. Vous voyez nous commençons à entrer dans la non-dualité, accepter ce qui est tel que c’est, mais vous allez voir en quoi cela est puissant, dans le changement de vision, parce que lorsque vous avez peur vous êtes encore dans la séparation, ou dans le non désir, je m’explique. Vous avez peur de mourir, parce que vous désirez vivre et que vous apportez beaucoup de désirs à cette vie, même illusoire.

Vous avez peur de perdre un être cher, parce que vous le désirez, parce qu’il y a une espèce de possession qui s’est mise en route et vous allez être dépossédés de cela, comprenez bien cela, parce que dans l’énergie et dans la structure vous vous êtes trop assimilés à cette personne, vous ne vous êtes pas associés, vous vous êtes assimilés. Cela veut dire que vous ne lui avez plus laissé son propre degré de liberté, et donc si il s’en va ou si elle s‘en va cela va être terrible et vous avez peur de le perdre, mais peur de perdre quoi ? Pas la personne en réalité, mais l’énergie, le sentiment et l’amour que vous aviez mis ici, parce que vous pensez encore qu’au-delà de la forme cet amour ne peut coexister.

Il existe encore, il coexiste encore, c’est-à-dire il existe dans les deux sens, dans les deux énergies, dans les deux espaces, même séparés par celui que vous appelez la mort. La peur de manquer d’argent, c’est une peur courante celle-là, en fait c’est celle de ne pas pouvoir assouvir vos désirs, même si vous avez désigné pour cela l’argent comme étant le seul vecteur, ce qui est une erreur aussi.

Donc voyez, toutes ces peurs derrière toutes les peurs, il y a un désir, le désir de garder la vie, le désir de garder la foi, le désir de garder l’expérience, le désir de garder son mari, le désir de garder sa maison, le désir de garder sa santé. Je ne suis pas en train de vous dire que tout cela est négatif, je ne peux pas employer de terme duel à mon tour. Ce que je suis en train de dire c’est : cette vision-là entraîne bien la souffrance. Ce désir de conserver tous ces acquis, pour vous, entraîne votre souffrance.

Alors il ne s’agit pas de se positionner dans l’état d’esprit de dire : ok je peux tout perdre, allez-y ! Ce n’est pas cela ici que demande la source, la Source elle demande déjà d’être dans la gratitude de ce que vous avez. La gratitude c’est une force d’union, c’est aussi une force d’amour, pas dans la crainte de ce que vous risquez de perdre ou que vous n’avez pas, mais dans la joie de ce que vous avez aujourd’hui, là maintenant. Parce que conserver ce que vous avez, conserver cette joie c’est avant tout, l’apprécier, donner de l’énergie aussi à cela, et ne pas considérer que c’est un acquis, il n’y a pas d’acquis.

Il n’y a qu’une règle : l’impermanence. Donc comme tout est impermanent vous vous devez, dans cette existence, cela fait partie des règles du jeu, de répéter sans cesse vos croyances positives et négatives. C’est ce que vous faites machinalement.

Mais pourquoi dans les croyances positives ne positionnez-vous pas le remerciement pour ce que vous avez, pour l’être qui est à vos côtés, pour cet instant, pour la présence Divine, pour la présence de Dieu en vous aussi ? Le remerciement n’est fait que dans des cas extrêmes. J’observais toute à l’heure, donc Sanat Kumara, quelqu’un à qui on disait qu’il était guéri d‘une maladie très très grave pour vous. Vous savez tout de suite évidemment cette personne s’est réfugiée auprès de son docteur en disant, merci, merci, merci docteur.

Vous voyez que le remerciement là est opéré, mais il faut que vous soyez au bord du gouffre pour remercier pour ce que vous avez. Ce que je ne vous dis pas c’est que le docteur ne lui a pas dit non plus, le docteur n’avait rien fait. Nous avons agi à travers lui, à travers sa conscience, à travers le cercle de prières que vous avez créé pour l’aider à guérir, cette personne. Peu importe qu’elle nous remercie nous ou pas, nous n’en sommes pas là, mais j’observais cette expérience de remerciement, de remerciement pour ce qu’elle avait encore : la vie, la force, la force de voir. Mais pourquoi attendre la fin, pourquoi attendre de perdre quelque chose pour remercier de cette présence, parce que ce remerciement, cette force de gratitude, elle vient signifier à votre énergie supérieure, en dehors de l’illusion, que l’illusion que vous vivez on la garde comme cela.

Tout ce que vous remerciez peut être conservé de la même manière, tout ce que vous ne remerciez pas, là où la force de gratitude n’est pas, cela veut dire que tout peut s’envoler, tout peut s’en aller, tout peut disparaître, cela n’a pas vraiment d’importance pour vous. Mais vous voyez combien finalement cela en a. Mais vous faut-il le perdre pour en prendre conscience ? Alors là cela devient intéressant dans la non-dualité, puisque la non-dualité c’est aussi un exercice qui va vous pousser à dire merci pour les expériences négatives, que vous avez jugé négatives, mais de les remercier, de comprendre que ces énergies n’ont qu’une seule vocation , ces expériences n’ont qu’une seule vocation : vous aider à encore plus implanter l’énergie Divine dans la matière, qui est quand même une des bases, un des fondement de votre existence.

Alors remercier une expérience négative c’est avant tout être conscient que vous la percevez négative et vous avez le droit de vous tourner vers votre Divinité en disant : je perçois cette expérience négative, et en même temps savoir qu’elle m’apporte le plus grand bien, savoir qu’elle m’apporte sur un plateau une expérience qui va me permettre de m’élever dans ma Divinité.

Alors je vous entends, et j’entends certains d’entre vous : en quoi perdre tout mon argent, perdre mon travail, perdre ma femme, viendrait m’aider dans ma Divinité ? Mais est-ce que vous avez associé la définition de ce que vous étiez à votre argent, à votre femme, à votre travail ? Si oui, vous vous êtes perdus. Avez-vous remercié ce travail ? En fait vous vous y êtes associés, vous avez considéré cela encore une fois comme un acquis. Quelle est l’expérience ici ? L’appréciation. La divinisation de la matière dans son expérience réelle vous amène à quoi ? Elle vous amène à la joie de vivre une sorte de remerciement permanent pour tout ce qui est. La joie c’est votre état naturel. Merci pour ce décor, merci pour cette maison, merci pour ce qui m’entoure, merci pour cet air, merci… alors évidemment vous n’allez pas répéter merci toute la journée, ce n’est pas ici l’expérience que je vous propose. La gratitude elle se produit effectivement par ce sentiment de joie.

Le fait d’être joyeux c’est déjà un remerciement et c’est déjà perçu comme un remerciement. Lorsqu’on vous offre un cadeau et que vous êtes joyeux, cette joie c’est déjà merci. C’est déjà cela de poser la joie. Donc vous voyez comme la joie, comme le sourire, est déjà une validation de l’expérience, et l’acquittement d’une expérience que vous jugez positive, et quand vous observerez les expériences négatives, peut-être avec cette même joie : ah, ce challenge que l’on m’apporte cela m’a fait vibrer, cela m’a fait bouger, je n’ai pas encore compris à quoi cela servait, mais bon sang Seigneur je ne doute pas une seconde que tout cela m’apporte mon plus grand bien, merci. Pourquoi perdre l’argent pour le retrouver, les pertes ne sont pas permanentes, si vous ne le retrouvez pas c’est que vous vous jugez indignes, ou que vous avez déterminé d’une condition comme un travail ou je ne sais quoi pour récupérer de l’argent, parce que vous avez décidé de ce que devait être votre valeur, de ce que ou quoi devait vous l’apporter. Le travail ici c’est de ne pas s’associer à un morceau de l’expérience, mais à toute l’expérience. Vous n’êtes pas que le travail, vous n’êtes pas que votre relation familiale, vous n’êtes pas que vos émotions, que vos pensées, que votre corps.

A chaque fois que vous vous associez à un seul de ces éléments, c’est lui qui va vous lâcher, parce que quand il vous lâche, vous allez vous rattraper aux autres expériences. Quand votre corps vous lâche, quand vous êtes malades, souvent un de vos premiers réflexes c’est de dire : mais quand je vais aller mieux, je vais aller dans la nature, je vais sortir, je vais changer mes habitudes.

Donc vous allez, regardez, commencer à vous associer à ce qui est autour. Vous n’êtes pas tout le temps en train de prier pour que : je vais conserver mon corps et rester là, non, pour vous dire vraiment ou commencer à percevoir à travers cette maladie, cette expérience, que l’environnement compte aussi, que vos proches, que tout ce que vous avez rejeté un petit peu de votre expérience comptent aussi, parce que c’est ce à quoi vous allez vous accrocher de la manière la plus tenace, qui peut vous lâcher à un moment ou à un autre, si ce n’est pas remercié à sa juste valeur aussi, mais comme le reste, parce que, dans cette dualité, quand l’expérience est vécue totalement, elle doit être changée, modifiée. Tout bouge, tout est impermanence.

C’est une autre règle de l’univers. Donc dans cette dualité, vous êtes venus apprendre à aimer, à bénir, à apporter de la lumière à ce que vous aimez, je n’aime pas ce mot qui signifie amour, et amour vous n’avez pas la bonne définition de l’association. L’amour vous l’avez associé à ce qui est bien, et la haine ou la peur à ce qui n’est pas bien, mais ce n’est pas grave, je vais quand même dire à ce que vous aimez et à ce que vous n’aimez pas. Vous êtes venus aussi vous associer à ces expériences négatives, en disant elles vont vous parler à un moment ou à un autre, elles vont forcer votre corps, votre esprit, votre âme, à modifier ses comportements, à modifier son énergie, pour embrasser encore plus l’expérience, le temps qui sera nécessaire pour vous. Mais ne croyez pas être seuls ou avoir été abandonnés à ces moments-là, ce n’est pas du tout cela, au contraire. Vos guides ne sont jamais autant présents que dans l’épreuve de vous apporter la réalité de votre Divinité, et de vous apporter la réalité de ce qui est à diviniser en vous, à éclairer en vous.

Alors, beaucoup qui ont suffisamment de recul par rapport à l’expérience – pour avoir du recul par rapport à l’expérience il faut que ce soit une ex-périence, dans le passé – comprennent que cette expérience du passé finit par vous dire : finalement cela m’a apporté ceci, cela m’a apporté cela, cela m’a permis de reconnaitre les vraies valeurs, de reconnaitre mon vrai chemin, de reconnaitre la paix, de reconnaitre la simplicité, de reconnaitre quoi là-dedans, de reconnaitre la Divinité là-dedans , de reconnaitre l’amour là-dedans, de reconnaitre que je pouvais m’associer, que je n’avais pas à juger parce qu’en fait ce sont mes jugements qui m’ont fait du mal.

Je juge quoi ? Qu’il faut que je gagne autant pour être heureux, qu’il faut que je sois avec telle personne pour être heureux, que je possède telle dernière invention pour être heureux ? Mais en fait, quand tout cela vous quitte vous finissez par vous apercevoir qu’être heureux c’est un état souhaité à l’intérieur, c’est une proposition que vous avez acceptée, un état d’être qui ne dépend pas de l’extérieur, qui dépend de votre volonté d’être joyeux ou pas. Avez-vous déjà remarqué ce trait du corps qui finalement, ce corps vous connait plus que vous-mêmes parfois, qui fait que, poussés dans vos retranchements, poussés dans une grande colère, ou poussés dans une situation complètement extrême, d’un seul coup sans savoir pourquoi, vous avez un fou-rire ? Alors vous dites c’est nerveux, c’est complètement inapproprié, mais vous souriez car quelque chose à l’intérieur de vous se dit : mais c’est tellement gros que cela ne peut être qu’une illusion quoi ! C’est tellement gros tout cela ! Alors après ce rire et ce sourire vous finissez par le réintellectualiser et par vous dire : allez, on laisse tomber, on verra bien ce qui se passe, qui peut vous permettre d’ouvrir un autre espace, au lieu d’imaginer ce qui vas se passer, de laisser ce qui va se passer réellement arriver, et de ne pas commencer à préjuger l’expérience avant même qu’elle n’arrive. Donc le jugement c’est aussi quelque chose qui s’opère dans le passé et dans le futur, pas seulement dans le présent, et en fait quand vous opérez un jugement sur le futur – cela va être bien ou cela va être pas bien – en fait vous êtes déjà en train de jouer le rôle de la dualité et de ne pas dire merci à l’expérience qui arrive.

En ne lui disant pas merci, si elle est bonne elle ne va pas rester, si elle est mauvaise peut-être qu’elle ne va pas rester non plus, mais vous ne pourrez pas rendre permanent quelque chose que vous n’aurez pas accepté dans un état neutre, cela c’est important ce que je viens de dire : vous ne pourrez pas garder permanent quelque chose que vous n’aurez pas accepté dans un état neutre. C’est-à-dire dans un état de : ce n’est pas ce que je voulais, mais on me l’a offert, et c’est là, et je dis merci. Cela, ça va devenir vraiment dans votre structure, dans l’impermanence, et cela va rester. Donc vous le voyez les jugements du passé vont retenir vos énergies du corps dans le passé et peuvent créer des maladies qui servent aussi à vous rappeler à quel point vous avez laissé ces choses dans le passé, mais qu’il n’était pas nécessaire d’y laisser votre énergie. Y laisser votre énergie c’est quand vous retournez dans la dualité, dans le monde du : j’aurais dû faire ceci, j’aurais dû faire cela. Non l’expérience et le joueur sont déjà écrits, tout à été réalisé parfaitement, selon un scripte Divin absolument parfait.

Pas un mot, pas une phrase, pas une virgule qui n’ait été exactement à sa bonne place, pour vous aider à être ce que vous êtes aujourd’hui, pas que en négatif, pour vous, pour vous aider à être ce personnage, cette structure intérieure, pour vous aider dans cette ouverture il fallait parfois un peu de pression, un peu d’oppression, ce choix parfois de quitter l’homme que vous aimez, j’ai bien dit de quitter l’homme que vous aimez, parce que vous vous êtes aperçu que l’aimer n’est pas une raison suffisante pour s’associer avec quelqu’un, et qu’aimer c’est naturel chez vous, aimer tout le monde c’est quelque chose de naturel.

Ce n’est pas quelque chose où vous commencez à décider : lui j’ai le droit de l’aimer, lui je n’ai pas le droit de l’aimer. Ce n’est pas une question de droit cela, c’est une question d’énergie. Quand vous êtes joyeux, quand vous êtes dans la joie, encore une fois, dans cet état qu’est la joie qui est un état non-duel d’accord, mais vous appréciez tout ce qui est autour de vous, et tout le monde, et même le pire de votre ennemi, quand vous êtes dans la joie et que vous le regardez, vous laissez passer, il ne s’est rien passer, il ne vous touche plus, il ne vous affecte plus. Donc la joie, le sourire, la gaité, c’est une des clefs qui vous permet de quitter cette dualité, j’ai encore dit temporairement, parce que vous êtes venus vivre cette dualité quand même, elle n’est pas niée ou niable dans l’énergie. Mais c’est important d’exercer la joie, d’exercer le bonheur, et d’avoir une vision positive pour utiliser un de vos termes de l’existence.

Qu’est-ce que signifie une version positive peut être non duelle de l’existence ? Je m’unis à tout et à tout le monde, ce que j’ai chacun le mérite, ce que je n’ai pas chacun le mérite. Ce que je veux dire par là c’est : je cesse de décider à la place des autres moi-même ce qui serait bon ou mauvais pour eux. Cela aussi vous ne pouvez le faire que quand vous êtes dans un espace déjà en paix avec vous-mêmes, sinon vous apportez une tempête à une tempête. L’être Divin auquel vous êtes reliés, lui effectivement est en capacité de décider avec vous, en conscience ou hors conscience, dans des champs de voyage astral, ou dans des champs conscients, par méditation, par d’autres exercices, par l’instauration de la paix en vous, par des instaurations de ce samadhi, cette expérience fantastique de liaison et de fusion, peut vous apporter des réponses sur ce qui serait entre guillemets, serait, bon dans l’apparence pour vous. Lui le sait, lui le peut, lui connait le chemin le plus court et parfait pour vous amener dans votre réalité parfaite, dans un autre moment présent où tout est parfait pour vous.

Mais vous-mêmes vous ne le pouvez pas, parce que vous n’avez qu’une vue partielle des possibles, vous n’avez qu’une vue partielle des possibles pour vous, et une vue encore plus partielle des possibles pour un autre que vous. Donc vous pouvez inciter chacun à la joie, vous ne vous tromperez jamais, vous pourrez inciter chacun à l’amour, vous ne vous tromperez jamais. Parce que tout cela ça permet d’établir cette connexion dont je vous parle, avec celui ou celle qui sait, avec vous, être en capacité de vous guider dans l’expérience, à travers cette dualité, dans l’expérience qui est la plus fantastique, la plus haute de vous-mêmes, dans votre plus haut aspect vibratoire. C’est cela aujourd’hui qui est le possible des moins que vous êtes en train de parcourir là, c’est de vous proposer en fait de juger le moins possible, d’être le moins possible dans le jugement de votre prochain. C’est une proposition que l’on vous fait.

Mais quand vous cessez de juger, quand vous laissez simplement les personnes, les situations être ce qu’elles sont, et travaillez, j’allais dire, objectivement sur ces expériences, alors vous allez rentrer en communication intuitive avec votre esprit supérieur. Il est très très près de vous aujourd’hui. Votre puissance première, votre Divine présence I AM, certains l’appellent ainsi, comme mon ami Saint-Germain, cette énergie elle est en communication avec vous lorsque vous cessez de vouloir prendre la main totalement sur la situation. Nous revenons sans doute ici sur des éléments appelés lâcher prise, en tout cas un état de paix ou un état stable, stable. A l’intérieur de vous la transformation elle s’opère dans un état stable, c’est-à-dire ne pas entrer dans les sables mouvants de la peur, ou dans le vent des angoisses, une certaine stabilité, un silence qui laisse place à autre chose qu’à une pensée compulsive passant sans cesse d’un jugement à l’autre : est-ce que cela c’est bien, est-ce que cela c’est pas bien, est-ce que je dois choisir telle situation ou telle autre situation, oh je vous en pris mes guides, guidez-moi. Mais qu’est-ce que c’est que cette question ?

C’est encore imaginer qu’un choix est meilleur qu’un autre, c’est encore entrer dans le monde de la dualité. Nous n’y rentrerons pas, nous vous aiderons à comprendre que, quel que soit votre choix, vous ne pouvez pas vous tromper. Encore une fois une grande partie du scénario est écrite. Vous ne pouvez pas vous tromper. Vous allez toujours vers votre plus grande lumière, soyez-en persuadés, si vous êtes persuadés de l’inverse vous finirez par voir ce pourquoi vous avez fait ce choix. Donc restez persuadés que, quel que soit le choix que vous allez faire, le grand régulateur, le grand ordonnateur, le grand GPS Divin vous l’appelez comme vous voulez, va vous rediriger dans votre bonne direction. Mais quelle est cette bonne direction ?

Elle a été énoncée des dizaines de fois, je ne fais aujourd’hui que répéter quelques fois quelle est cette bonne direction : la paix, l’amour, la joie. Ce sont les clefs de la non-dualité, la paix, quoi qu’il se passe je choisis la paix. Ok il y a cette situation, j’ai à la régler, je ne la nie pas, mais je n’ai pas à la régler dans un état émotionnel instable. Je ne suis pas mes émotions, donc tant que je ressens trop d’émotions, je ne suis pas en capacité d’être en paix, donc pas en capacité de communiquer avec l’énergie qui en moi va m’aider à vivre l’expérience de la manière la plus agréable qui soit. Agréable, désagréable, c’est encore un jugement, mais en tout cas ici c’est vrai, de la manière la plus agréable qui soit.

En quittant la pensée compulsive, en quittant les émotions compulsives, je vais pouvoir me poser, prendre suffisamment de recul pour me dire : mais que se passe-t-il en réalité ? Est-ce que moi l’esprit Divin je dois accorder de l’énergie à cela ? Est-ce que je dois accorder de l’énergie à cette guerre ? Est-ce que je dois accorder de l’énergie à ces peurs ? Est-ce que je dois accorder de l’énergie à ces angoisses ? Toutes les guerres, quelles qu’elles soient, tout ce que vous combattez, tout ce pourquoi vous dites : vous devez prier pour ceci, vous devez prier pour cela… on ne peut pas prier pour l’arrêt d’une guerre, on prie pour la paix tout court. Vous ne pouvez pas prier pour l’arrêt de quelque chose qui est censé ne plus exister, vous ne pouvez pas créer quelque chose dont vous ne voulez plus l’existence. Créer l’arrêt de la guerre, vous allez l’aider mais vous allez perpétrer la guerre.

Alors que quand vous désirez la paix, quand vous désirez le meilleur traitement qui soit pour l’homme, pour les animaux, pour la nature, vous cessez d’apporter de l’énergie à ce mot-là. Et si en plus vous continuez, et ce qui est vrai, à être persuadés que l’univers, l’énergie, veut le plus grand bien à tout cela, voudrait annuler chacune des pensées erronées que vous avez eues à l’intérieur de vous, qui vous ont fait croire que vous deviez être séparés. La séparation elle crée aussi des guerres bien sûr, la séparation elle crée aussi des souffrances animales.

Tant que vous vous sentirez séparés de l’animal et que vous considérerez que ce règne est inférieur à vous, vous continuerez à exercer sur eux une souffrance inutile. Mais il en est de même pour un tas d’autres exemples. Cette paix, dans tous les règnes dans tous les espaces et dans tous les temps, elle va être nécessaire aussi pour supprimer les peurs. Les peurs, la peur, je l’ai dit toute à l’heure, cette peur est souvent derrière le masque d’un besoin, le masque d’un désir, mais cette peur elle est aussi générée par les circonstances qui sont autour de vous, par des lois, etc… Il ne vous est pas demandé de les combattre, mais, encore une fois, les combattre c’est les renforcer, mais d’imaginer, en vous, que l’univers, et c’est ce qu’il fait déjà, est en train d’apporter la civilisation la plus parfaite qui soit. Mais souvent avant qu’une civilisation ne soit parfaite, encore une fois, il faut qu’elle vibre et qu’elle vive quelques expériences paroxystiques, c’est-à-dire un peu au bord du gouffre, et c’est souvent dans l’expérience humaine, dans l’expérience de la densité, dans l’expérience de la matière et de la dualité, ce moment où vous êtes au bord du gouffre qui vous fait vous révéler.

Combien d ‘entre vous ce sont révélés par des maladies, par des cancers, par des dépressions, par des deuils, par des angoisses très très fortes ? Combien d’entre vous ont dû passer par là pour, à un moment shifter, passer à autre chose, se positionner un petit peu, j’allais dire, au-dessus de cette vision et cesser d’accorder de l’énergie à la vision inférieure qui leur faisait croire qu’ils n’étaient rien, qu’ils ne pouvaient rien, qu’il étaient condamnés ? Il vous a fallu passer à travers cela, et vous apercevoir que vous n’étiez pas cela, accepter l’expérience comme étant celle qui vous fait grandir, pour être ce que vous êtes aujourd’hui. Tant que vous repoussez l’expérience, vous retardez votre éveil en fait, l’éveil ici, dans le sens de reconnaitre que tout est déjà là, voir cette part de lumière et pas seulement vous concentrer sur l’ombre, même si la part de lumière parfois peut vous sembler très très fine, quasiment inexistante, c’est quand même sur elle qu’il faut se concentrer, mais pas par peur, mais par la joie de la voir : il y a cette lumière, et moi je la vois, et c’est elle que je vois, c’est cette lumière que je vois, oui il y a de l’ombre autour, oui il y a des choses à changer, mais l’impermanence est un cycle.

Mon corps changera, l’énergie changera, mon environnement changera, mais je prends tout cela en moi et je l’accepte, et si je l’accepte en moi, la preuve que je l’accepte en moi, c’est que je vais l’accepter chez les autres moi-même, je vais l’accepter dans toutes les expériences. Donc si je refuse à quelqu’un d’autre quelque chose que j’accepte en moi, c’est que je me suis menti à moi-même.

Je me suis fais croire que moi j’avais cette vision, mais je ne l’accorde pas à l’autre, au prochain. Moi je peux guérir, toi tu ne le peux pas. Ah bon ? Vous révélez à vous-mêmes que vous portez un masque, vous faites semblant de regarder cette lumière en fait, mais juste semblant. Vos actes envers les autres doivent correspondre réellement à cette lumière que vous pensez émaner. Tant que vous jugez votre prochain, encore une fois, vous êtes encore dans un jugement de vous-mêmes. Tant que vous ne vous autorisez pas tout, tout, vous ne vous autorisez pas le miracle. Je ne suis pas ici en train de dire qu’il faut être totalement libertaire avec tout, tout le monde, et toutes les situations. Bien sûr certaines choses dans la matière, dans la densité, sont très dures à vivre et sans doute totalement inutiles en termes d’expériences, bien que tout soit utilisé par l’énergie, donc inutile est un terme ici qui correspond vraiment à votre énergie. Ce que je suis venu dire c’est que, plus je vais être dans l’acceptation, plus je vais accepter l’autre en tant que moi-même, plus je vais faire à celui que j’appelle l’autre la même chose que j’aimerais qu’on me fasse, et plus je vais acquérir l’énergie que je donne à l’autre. Parce que quand je la donne à l’autre, c’est comme si je la validais à l’intérieur de moi. Quand je lui accorde un peu de ma richesse, même le minimum que je peux, à celui qui manque d’argent, c’est à moi que j’offre de l’argent.

Quand j’accorde de l’amour à celui qui manque un peu d’amour, mais c’est à moi que j’offre de l’amour. Quand j’offre le logis et le couvert, à quelqu’un qui semble ne pas pouvoir ce soir y avoir droit, c’est à moi que j’offre le logis et le couvert, dans la maison Divine, intérieure. Il n’y a pas d’autre. Quitter la dualité c’est aussi donc quitter ce monde de la séparation pour revenir dans l’amour véritable, mais faites-le selon l’élan de votre cœur, quand vous le sentez, quand vous ne le sentez pas, mais si vous voulez un miracle pour vous, il n’y a pas d’autre terme, si vous désirez le miracle pour vous, j’allais dire, soyez le petit miracle pour les autres. Vibrez, montrez, et remerciez l’expérience. Ne vous remerciez pas en croyant recevoir une récompense, ce serait encore faux ici. Je ne comprends pas, je t’ai offert ceci, tu ne me dis pas merci ?

Ce n’est pas à lui de dire merci, ce n’est pas à elle de dire merci, ce n’est pas à cette situation de vous remercier j’allais dire, c’est à vous de remercier pour avoir l’occasion de la vivre, dans le plus grand amour qui soit, dans la plus grande sagesse, sans rien attendre. Car quand vous n’attendrez rien vous serez en connexion avec celui qui peut tout. Parce que n’attendre rien c’est quitter le monde des désirs, quitter le monde des désirs c’est laisser celui qui sait vraiment ce que vous voulez vous le donner. Laissez cette ouverture à l’intérieur de vous et quittez cette dualité qui est l’expérience de la 3ème dimension.

Mais vous voyez on peut quitter parfois un petit peu cette expérience en retournant dans la paix, dans des axes de non-désirs, dans des actes de paix et d’amour pour son prochain, de paix, de joie et d’amour. Souvenez-vous, c’est ce que vous voulez vraiment, la paix, la joie, l’amour, la liberté. Offrez cette paix, cette joie, cet amour et cette liberté aux situations, aux personnes, aux animaux, à la vie elle-même, et vous en vivrez les échos, et n’attendez rien de cet esprit de cette matière, elle est illusion. Ce que vous recevrez, vous le recevrez au centuple de votre propre Divinité, qui aura compris que l’acte que vous faites, vous le faites toujours pour vous-mêmes, parce qu’il n’y a pas d’autre, il n’y a que vous, projetés dans les sentiments, dans les émotions du jeu de ce plan. Je vous invite à tranquillement recevoir ce message, à en comprendre les quelques clefs, à les appliquer, à les vivre, parce que quand vous les vivrez vous cesserez de croire que vous êtes en train de survivre. N’acceptez pas tout.

Soyez qui vous êtes. Vous pouvez quitter les gens et les aimer tout de même, vous pouvez quitter des situations et les aimer tout de même, mais il ne s’agit pas de haïr pour changer. Haïr la situation ne la fera jamais changer, l’aimer, l’accepter un minima, vous aidera. Je n’ai pas prononcé le mot pardon, je sais à quel point il est peut être difficile parfois pour vous, et je le comprends, je le conçois, je vis cela aussi, mais je voulais laisser ce soir ce message.

Moi Sanat Kumara, je bénis maintenant, chacune des présences qui entend, écoute, lis ce message. Comprenez que nous sommes unis, comprenez que nous allons présenter ce que nous sommes à chacun d’entre vous, dans l’énergie, dans la paix, dans la joie et dans l’amour. C’est donc cette paix, cette joie et cet amour, que je tenais à vous diffuser, ici, maintenant. Merci à vous.

Source : http://sylvaindidelot.com

Partagé par : www.messagescelestes-archives.ca – Messages Célestes

Partager cet article
Repost0
30 juin 2018 6 30 /06 /juin /2018 19:32
Message de Sanat Kumara - Comment lâcher le mental alors qu’on en a besoin ?
Message de Sanat Kumara reçu par Agnès Bos-Masseron

 

 

Question : Comment lâcher le mental alors qu’on en a besoin ? Quand quelqu’un veut lâcher l’addiction à la cigarette, il arrête, mais lâcher l’addiction au mental…

Le mental est une très mauvaise marque de cigarette. Tu as besoin de l’intellect, tu as besoin de la clarté, tu as besoin de l’intuition, tu as besoin de la transparence de la pleine présence qui fait que tu connais. Cela n’est pas le mental.

L’humanité ne sait plus les règles de son fonctionnement. Le mental n’est que les ondes embrouillées de vos radios chaotiques ou les fumées des plus mauvaises cigarettes. Le mental n’est pas l’intellect.

Tu as besoin d’être pleine présence éveillée, la pleine présence qui honore chaque fraction de création, qui sait se taire et écouter, et donc entendre, qui entend la voix du cœur, la voix de sa propre intuition, la voix de l’infinie connaissance qui résonne dans les étoiles, qui résonne dans chaque fibre de création.

La réponse à toutes les questions, la réponse dont tu as besoin professionnellement ou dans tes fonctions de mère, d’épouse ou d’amie, est présente dans chaque brin d’herbe, dans chaque étoile, au cœur de ton cœur. Elle résonne à l’infini, au cœur du silence. Encore faut-il honorer le silence, intensifier la présence, accepter d’être écoute, simplifier, arrêter de “fumer les très mauvaises marques de cigarettes” qui embrouillent les pistes et semblent faire croire que l’on doit chercher la réponse, alors que la réponse est inscrite dans les fibres de ton cœur, dans les fibres du cœur de celui ou celle avec qui tu es en relation, dans le cœur des étoiles, dans le cœur de chaque fibre de création.

Bien comprendre que, de par cette servitude incessante au mental qui s’agite et qui soi-disant pense, tout s’embrouille et l’on vit dans les méandres enfumés, loin de la clarté. La simplicité implique dynamiser l’attention offerte à la présence. Ne plus écouter les milliers de pensées et ne plus les nourrir. Être la pleine présence et la pleine clarté. Être écoute et réapprendre la voix de l’intellect. La voix de l’intellect est la voix du cœur. Les deux sont un. Réapprendre cette clarté qui connaît. Être de cognition et de connaissance parce que l’être est être d’amour et que la connaissance est le chant du cœur.

Source : https://www.anandamath.org

Partagé par : www.messagescelestes-archives.ca – Messages Célestes

Partager cet article
Repost0
5 mars 2018 1 05 /03 /mars /2018 03:25
Message de Sanat Kumara - Qui peut croire que le corps a un âge, alors qu’éternellement il émerge et se fond ?

Message de Sanat Kumara reçu par Agnès Bos-Masseron le 8-4-17

 

Dans la relation avec le corps, reconnaître la permanence. Cela est le secret de l’immortalité. Ne plus voir le corps enfermé dans la ligne du temps, il ne l’est pas. Car la ligne du temps n’est pas. Voir le corps d’éternité, au cœur de chaque cellule, ce qui est.

Vous parlez de permanence, installer son regard, son attention, au cœur de cette permanence, non depuis l’extérieur mais depuis l’évidence que seul est cela, et que le regard, l’attention, dans sa structure même, dans sa nature même, est la permanence.

Ne plus percevoir le corps dans la ligne du temps, le temps n’est pas. Ne plus percevoir le corps dans l’espace, l’espace n’est pas. Seule est la permanence, l’éternel, l’immuable, le sans-forme. La forme est la gloire du sans-forme. La forme est le chant de dévotion offert au sans-forme par le sans-forme, le chant de dévotion. Le chant de dévotion est le mantra. Un mantra pensé n’est pas un mantra. Un mantra est chant de dévotion, le chant du cœur.

La base est l’assise verticale. La base est la simplicité. L’humanité s’est laissé aveugler par des soi-disant complexes toujours croissants. La vie est pure simplicité, déploiement de simplicité, déploiement de simplicité. Le simple s’autodépasse et s’exprime en diverses expressions.

Quelle que soit la diversité, rester en relation avec le un et retrouver le rythme d’harmonie qui honore l’illusion du temps, la ramenant à l’intemporel. Un rythme juste, dynamique et reposé, dynamique, vital et royal, un rythme juste. Des journées dépouillées de tous ces faux importants, de tous ces mirages où l’on perd son temps à courir après le temps, où l’on perd son temps à emplir le temps, oubliant le chant de l’éternel, le chant de la permanence. Il est vrai, la permanence est l’inévitable. Il est vrai qu’il est un art au sein de l’harmonie, d’honorer à travers son incarnation la permanence.

Entrer en relation avec le corps comme on entre en relation avec le sacré. Au sein de la forme, honorer le sans-forme. Au sein des apparences, honorer le vrai, le beau et le bon. Exposer son corps au rythme juste, à l’harmonie, au simple bonheur d’être. Nourrir son corps de joie pure et saine. La joie est la nourriture des cellules.

Offrant toutes les croyances, offrir celle de l’âge, l’âge n’est pas. Le corps est une succession de jaillissements. Puis l’énergie à nouveau se fond dans sa source pour rejaillir en forme, la danse du sans-forme. Le corps n’est pas une matière figée qui se transforme au cours du temps. La matière éternellement émerge et se fond. La structure du corps éternellement émerge et se fond. Eternellement.

Qui pourrait croire que la matière est inerte ou figée ? Qui pourrait croire que le corps a un âge, alors qu’éternellement la matière du corps émerge et se fond. Le corps est l’éternel renouvelé. Seule la croyance plaque le temps et la transformation du temps, et l’apparence suit la croyance. Offrir toutes les croyances et retrouver cette vitalité d’un corps qui éternellement émerge et se fond en sa source, la permanence. Retrouver cette enfance éternelle, nature de la vie, et l’incarner avec respect infini. Ramener sa forme à la gloire du sans-forme avec amour infini. Ramener la forme à la gloire du sans-forme avec amour infini.

Et surtout rester hors des dissensions, hors de ces énergies crispées que l’on nomme malheur ou souffrance. La souffrance n’est qu’une illusion. La souffrance n’est qu’une histoire que le mental se raconte pour entretenir son état de fantôme. Lâcher prise des histoires et des soi-disant drames, et offrir au corps l’aliment de la joie, l’aliment de l’énergie vitale. Exercer le corps. Il est énergie mouvance et non figé. Il est danse, loin du statique, dynamique.

… Sortir le corps de la chaîne du temps. Le temps n’est pas. Sortir le corps de cette croyance que la matière peut être figée, le figé n’est pas. Le corps est la gloire du sans-forme. Le corps immuable éternellement émerge et se fond. Le corps n’a pas d’âge, comprenez-vous ?

A quoi l’humanité fait-elle référence lorsqu’elle parle du temps ? A quoi l’humanité fait-elle référence lorsqu’elle parle d’un âge ? Qui a un âge ? Point le corps, point l’Être. Aucun aspect de l’individualisation n’a d’âge. Comprenez le mirage. L’âge n’existe pas. Le corps n’est pas figé. Le corps n’est pas une matière inerte qui semble se déployer et s’installer dans un état de décadence. Le corps n’est pas figé. Le corps éternellement émerge et se fond. Chaque émergence, éternellement neuf, la gloire du sans-forme.

L’apparence de la décadence n’est que l’expression de la croyance. Changer la croyance et changer le mode de relation avec la structure du corps. Changer surtout cette espèce d’inévitable de la décadence et d’un comportement qui s’aligne à la croyance de décadence, alors que le corps éternellement émerge et se fond, éternellement nouveau, vital, que le corps est nourri de la joie et que le corps est la gloire du sans-forme.

Déployer le dynamisme et la vitalité, comme un enfant dont le jaillissement est la pure expression de la vie. Simplement, l’enfance est éternelle.

Comprenez bien que ce qui semble le réel n’est pas le vrai. Ce qui semble le réel n’est que la précipitation de croyances. Enlever les croyances pour que resplendisse le vrai, le simple, le beau, le vénérable, et qu’en la forme, quelle que soit la forme, resplendisse la gloire du sans-forme.

Nous vous saluons.

Source : https://www.anandamath.org/

Partager cet article
Repost0
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 08:02
Message de Sanat Kumara - Porter la vision d’une société Lumière

Message de Sanat Kumara reçu par Agnès Bos-Masseron le 30-12-16

 

En cette célébration de l’intemporel à travers la célébration du passage du temps (année nouvelle), comprenez cela, le temps n’est pas linéaire. Si l’on veut considérer le temps dans le simultané, l’on pourrait parler de passage du temps comme cette émergence et ce retour du temporel dans l’intemporel. Le passage est donc la pleine conscience du cœur du cœur, la source de l’émergence de l’apparence du temps.

Le passage entre chaque cycle est la célébration de cette source. La célébration de cette source est la célébration de l’intention d’être l’éternité de l’Être, de l’intention d’être la pleine expression unique du beau, du bon, du parfait, du vénérable, et la célébration de l’expression unique de cette perfection à travers chaque parcelle de temps.

Cette expression unique est la précipitation de l’intention. Dans cette célébration du passage entre deux cycles, animer pleinement l’intention qui est la nature de l’intemporel et l’intention spécifique au cycle qui s’ouvre.

L’on pourrait dire que l’année en soi est un cycle, une complétude. L’on pourrait dire que cette année spécifique ouvre à un cycle qui lui-même est complétude, une ère peut-être. Imprimer l’intention qui est la nature de cette ère dans la complétude de l’ère visionnée, dans son premier souffle et dans ce passage préparant ce premier souffle.

Car vous le savez, tout est contenu dans la première impulsion de création.

Le service est de maintenir cette vision de façon claire, la vision la plus belle, la vision de la simple puissance de l’harmonie, la vision d’une civilisation lumière, non un rêve mais la concrète réalisation, le concret épanouissement de la nature de la création. Tenir la vision d’une ère de pure harmonie, d’une société lumière d’êtres qui savent que leur corps est temple, que la terre est temple, que le cosmos est temple, temple offert à l’harmonie et temple qui honore l’harmonie.

Comprenez-vous ce qu’est l’harmonie ? L’harmonie est ce juste milieu, ce point qu’est l’infini. L’harmonie n’est ni du côté du bien, et bien sûr pas du côté de l’absence de bien. L’harmonie est ce qui transcende le bien ou son absence. L’harmonie est ce chant, cette complétude, cette simple justesse. L’harmonie est en soi l’énergie pleinement rassemblée. L’harmonie est en soi la pleine présence.

Porter cette vision d’une société lumière, sans projeter ni mentaliser ce que pourrait être la société telle qu’elle se présente maintenant qui évoluerait vers une croissance d’harmonie. Il s’agit de changer de diapason.

L’existence alors est simple. L’histoire est la simple histoire du créé qui n’admet pas les opposés, qui restant le juste milieu reflète l’harmonie du silence dans un monde qui semblerait céleste car il est moins dense, pleinement relié à sa source, en contemplation de sa source, léger, léger, à peine exprimé peut-être, et pourtant cet à peine exprimé est la pleine expression, un monde céleste, un monde où la forme est fluide, un monde qui ne connaît pas le solide, tout en connaissant l’infiniment stable, l’immuable, un monde où tout est conscience, regard exprimé à travers une forme céleste, légère et infinie, touchant l’infini, restant infinie tout en étant finie, une existence qui n’accepte que le simple.

L’histoire ne se déroule pas, n’est pas tendue vers un devenir, elle est l’expression de la contemplation du beau et du bon, non le beau et le bon dans une dualité, le beau et le bon dans son état d’absolu, la forme contemplation du Sans-forme.

La société alors est symphonie et murmure, puissante et délicate. La beauté n’a pas pour critère son opposé. Le seul critère est l’absence d’opposé. Les êtres ont des corps infiniment fluides, des corps d’immortalité, des corps d’amour pur, de joie pure, des corps d’éternité, des corps qui sont la précipitation de leur unicité, des corps élancés. Ces corps se savent la création tout entière, et les milliards de ces corps forment le prisme du corps divin.

Imprimer comme intention dans la fibre de ce cycle qui se prépare (l’année nouvelle), l’offrande du duel. Le beau n’est plus en référence à son absence. Le bien n’est pas en référence à son opposé. Les opposés sont fondus dans l’harmonie. L’harmonie est le juste milieu.

Cela donne naissance à une création fluide, à l’équilibre de danseurs cosmiques qui tournent, virevoltent et jaillissent au sein d’un point d’éternité, sortant peut-être juste de l’éternité pour que l’éternité soit consciente de sa nature, prenant une forme pour que le Sans-forme soit conscient de sa divinité, une forme d’indicible beauté, beauté, reflet du simple, de l’absolu.

Etablir sa conscience hors du duel, le plus beau don qui puisse être offert au collectif de l’humanité, le plus beau don que chaque être peut offrir à sa complétude. Etablir ne serait-ce que cela dans la structure de ses cellules, hors de fabulation ou de mentalisation d’une société meilleure par rapport à quelque chose de moins bon.

Maintenir la vision de la création qui n’admet plus le duel dans son regard et dans sa conscience, et qui pourtant est l’émergence, la précipitation du niveau le plus fin d’expression.

N’oubliez pas, l’Être est la danse éternelle et l’éternel éveillé. Seule est la simplicité du non-duel. Vous appelez cela le monde des dieux. Les dieux sont un autre visage des êtres humains et de tous les êtres créés, une autre facette du prisme.

Nous vous saluons.

 

Site : http://anandamath.org
Partagé par : www.messagescelestes-archives.ca – Messages Célestes

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source.
 
Partager cet article
Repost0
17 juillet 2015 5 17 /07 /juillet /2015 02:11
Message de Sanat Kumara - Technologie Arcturienne

Notre technologie qui comporte plusieurs niveaux et divers aspects, dont l’un est lié à la durée de la vie. J’imagine qu’il est inconcevable pour vous qu’un être puisse vivre des millions d’années. Les Arcturiens résident entre la cinquième dimension et la neuvième. La plus grande partie de notre civilisation se trouve dans la cinquième et notre technologie utilise les propriétés uniques de la lumière. Comme je l’ai précisé antérieurement, nous maîtrisons les forces opposées, et j’entends par là les forces subatomiques et la dynamique quantique.

Dans notre corps quinquadimensionnel, notre durée de vie naturelle est de plusieurs milliers d’années de temps terrestre. Avant de devenir une civilisation intergalactique, nous avons maîtrisé l’art de la régénération du corps physique, une technologie qui nous a permis d’explorer l’univers, sans devoir nous soumettre à la cryogénisation.

La chambre de régénération consiste en un tube arrondi aux deux extrémités et dans lequel nous entrons aux divers cycles de notre vie. Plus une situation est exigeante et épuisante pour notre force vitale, plus nous entrons souvent dans ce tube.

Cette technologie m’a permis de vivre pendant des millions d’années et d »’explore les dimensions de la conscience pour développer des aptitudes que je n’aurais jamais pu acquérir si j’avais été limité à la durée de vie naturelle limitée à quelques milliers d’années.

Au cours de mes explorations, j’ai observé les états corporels propres à chacune des dimensions et j’ai préféré l’énergie de la neuvième. L’existence dans cette réalité me confère une présence lumineuse et c’est pourquoi certaines personnes me considèrent comme un maître « ascensionné ».

Je porte habituellement mon costume de commandant de secteur, mais mon champ énergétique scintille d’une lumière blanche, ce qui est un simple effet physique. Etant dans un état de basse énergie, même les Arcturiens de la cinquième dimension me perçoivent comme une lueur. Un être de la troisième dimension peut se sentir dépassé par ma présence. Comme je peux me déplacer entre la cinquième et la neuvième dimension, certains êtres qui m’ont rencontré on mal interprété leur expérience. Quiconque me rencontre me perçoit en fonction de son propre degré de développement. Un être qui ne connaît pas la mécanique quantique ni les technologies des formes de lumière risque de me prendre pour un dieu. Je peu apparaître dans la dimension où réside un être, puis disparaître, grâce à un changement de fréquence vibratoire qui se produit par une interface entre mon intention et un dispositif arcturien. Sans celui-ci, que j’ai toujours sur moi, je serais incapable de passer d’une dimension à une autre. Il s’agit d’une version réduite du dispositif qui se trouve dans le vaisseau et au moyen duquel ce dernier peut donner à sa structure moléculaire une fréquence vibratoire supérieure ou inférieure.

Lorsqu’un humain me rencontre dans le tunnel de la perception imitée et de la compréhension intellectuelle, il s’illusionne facilement sur mes capacités, à moins d’être particulièrement intelligent ou expérimenté en la matière. Comme je possède une énergie charismatique et que la lumière composant mon corps d’une dimension supérieure est très intense, et comme j’ai des aptitudes qui semblent surnaturelles, un humain peut tomber dans l’un des pièges les plus grands et les plus insidieux de la conscience humaine : l’adoration d’un autre être.

J’ai moi aussi mes limites et mes faiblesses. Certaines de mes limites, comme celles de tout Arcturien et de tout être intergalactique, sont contournées par une technologie de pointe et par la connaissance des potentialités existantes. C’est ici qu’intervient l’interaction entre la personnalité de l’être et la technologie afin d‘exercer une action bienveillante ou malveillante.

Il existe des êtres que vous appelleriez des intelligences extraterrestres et qui possèdent une technologie très puissante, mais dont la personnalité est très suspecte. Certains de ces êtres sont incroyablement arrogants. De notre point de vue, la haute technologie et l’arrogance forment une très mauvaise combinaison. Les « dieux » vengeurs de vos religions appartiennent à cette catégorie. D’autres religions parlent de dieux bienveillants qui nous conviennent mieux comme description.

Je vous dirai toutefois qu’ils ne sont pas plus des « dieux » que moi. C’est simplement qu’ils furent perçus comme tels par des peuples primitifs aux connaissances limitées. Il est difficile, sinon impossible, de comprendre la vraie nature d’une réalité supérieure quand on réside dans une dimension inférieure. Par rapport à un être hautement dimensionnel on ne peut y faire l’expérience que des séquelles de la rencontre énergétique ainsi que des limites perceptuelle spécifiques à la dimension où l’on réside.

Je mentionnerai ici l’un de ces êtres bienveillants. Je vais simplement le nommer. Vous l’appelez Jésus de Nazareth. Pour moi, c’est un Arcturien. De tous les Arcturiens que j’ai connus, il est vraiment le plus bienveillant et le plus compatissant. Il a su appliquer notre technologie comme aucun autre ne l’a fait. Il vous en parlera lui-même en temps venu.

Extrait du message de Sanat Kumara – Arcturiens retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

Extrait du livre LE GRAND POTENTIEL HUMAIN – Les Pléiadiens, les Hathors et les Arcturiens aux Editions ARIANE.

Partagé par : Messages Célestes

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog