Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 avril 2021 7 11 /04 /avril /2021 20:51
L’ARMÉE AMÉRICAINE MET AU POINT LE LASER LE PLUS PUISSANT DU MONDE POUR VAPORISER LES DRONES

L’armée américaine semble développer un laser qui est “un million de fois plus puissant” que tout ce qui a été utilisé auparavant – au lieu de concentrer un faisceau de lumière pour détruire une cible, la nouvelle arme tirera de courtes impulsions, un peu comme les armes à rayon laser des films de science-fiction, selon New Scientist.
Le laser tactique à impulsions ultracourtes (UPSL pour Tactical Ultrashort Pulsed Laser) pour les plates-formes de l’armée sera conçu pour tirer des salves de type impulsions pendant une brève durée de 200 femtosecondes ou un quadrillionième de seconde. Le laser, en tirant des impulsions de lumière semblables à des balles, serait suffisant pour vaporiser un drone, un missile de croisière, un mortier, et/ou toute autre menace à proximité. L’UPSL peut également fonctionner comme une arme à impulsions électromagnétiques (EMP).
La simple intensité d’un laser à impulsions de plusieurs térawatts peut provoquer un effet non linéaire dans l’air et produire une filamentation qui se focalise automatiquement”, selon le rapport de recherche sur l’innovation dans les petites entreprises (SBIR) intitulé “Tactical Ultrashort Pulsed Laser for Army Platforms”.

Les armes laser sont utiles pour combattre les drones et les missiles ennemis. Le coût par coup dépend de la quantité d’énergie disponible, ce qui est bien moins cher que le lancement de coûteux missiles d’interception.
Un modèle prototype de l’UPSL pourrait être prêt d’ici 2022. Sous l’administration Trump, le financement du développement des armes laser a augmenté de façon spectaculaire. De nombreux types d’armes laser à ondes continues ont été mis en service ces dernières années.
Nous avons décrit certains de ces systèmes laser qui ont été mis en œuvre, y compris l’arme laser à haute énergie (HEL) avec différents niveaux d’énergie de sortie mesurés en kilowatts
La Marine devrait installer le laser à haute énergie et l’éblouisseur optique intégré (HELIOS) avec des capteurs de surveillance à bord d’un destroyer non spécifié de la classe Arleigh Burke Flight IIA au début des années 2020.
L’armée de l’air a mentionné une feuille de route pour les armes laser pour cette décennie. Elle prévoit de monter des lasers sur des jets furtifs.
La guerre n'est pas finie, mais la Lumière l'emporte de jour en jour sur l'obscurité.

Partager cet article
Repost0
11 avril 2021 7 11 /04 /avril /2021 10:31
+ Voyage dans l’espace – Leçon 1.
 

Unité spatiale d’amélioration des matériaux universels. Introduction vidéo par M. Keshe

Unité spatiale d’amélioration du corps universel. Introduction vidéo par M. Keshe
COMMENT FONCTIONNE L'UNITÉ SPATIALE D’AMÉLIORATION  DE LA FONDATION KESHE ?
Sentir les GaNS
Si vous tenez des GaNS dans votre main et que vous ressentez quelque chose de spécifique pour chaque GaNS, alors vous savez que votre Âme est connectée à votre forme physique, parce qu’elle ressent ce que c’est mais pas au niveau physique – au niveau des champs. Comme elle n’a pas de niveau de matière, elle traduit la connaissance au niveau physique pour que le corps puisse la ressentir. Nous pouvons alors ressentir avec notre corps ce que ce GaNS essaie de nous donner.
En fait, c’est la même chose que de serrer un arbre dans ses bras, nous pouvons comprendre son émotion. Lorsqu’il souffre, nous pouvons lui donner : en l’embrassant, nous lui transférons toute l’énergie de l’Âme, l’amour et la paix avec lesquels il peut soulager sa douleur et guérir. Il est clair que notre geste sera immensément plus puissant, lorsqu’il est associé à une intention claire.
Lorsque nous embrassons quelqu’un à l’endroit où il a mal, nous lui donnons de l’énergie jusqu’à ce point et nous élevons l’Âme de sorte que la douleur n’existe pas.
Voici quelques exemples de ce que peuvent faire ressentir les GaNS :
  • Le CH3 à forte teneur – il donnera un goût de douceur,
  • Le PbO est amer, vous voulez le cracher,
  • Le ZnO vous donne une émotion d’amour et d’attention,

Bonnes Nouvelles du 3 Septembre 2020 UEU

Dans l’exposition de Linz, qui s’ouvre aujourd’hui, 3 septembre 2020, les deux versions de l’UEU seront présentées : l’Unité d’Amélioration Universelle du corps et l’Unité d’Amélioration pour créer des matériaux.

 

Par son annonce officielle de l’ouverture de l’exposition de l’UEU à Linz, en Autriche, le Conseil Universel a spécialement invité les représentants de tous les gouvernements à assister et à tester eux-mêmes l’UAU. Ils pourront ainsi se familiariser avec la nouvelle technologie et la promouvoir.
Ils ont également fait une offre à toutes les nations que la KF est prêt à installer, à ses propres frais, des unités de fabrication industrielle pour produire les technologies développées par la KF ; afin d’assurer l’abondance naturelle, la santé et le bien-être de tous les peuples. Une décision intelligente compte tenu de tous les emplois perdus dans la pandémie !
Une fois que les nouvelles usines industrielles de plasma seront installées, les écoles seront invitées régulièrement afin de familiariser les enfants et les étudiants avec la nouvelle science et ses technologies.
Comment l’UAU traite-t-elle les maladies ?
« Beaucoup d’entre vous pensent que lorsque vous avez un cancer, il vous suffit d’aller dans l’unité et vous serez guéri. Non. Lorsque vous entrez dans le système, votre âme de la forme physique (mental) décide, conjointement avec le système, que « je veux changer, je veux l’élévation ». Si, cependant, vous êtes convaincu que le conflit avec votre fils est si important que vous préférez mourir plutôt que de vivre avec lui, le système n’interviendra pas. C’est vous qui devez entrer avec la bonne émotion dans le système.
En tant que Fondation Keshe, nous avons intégré l’éthique de la paix et de la liberté dans le système. Ainsi, le système n’extraira pas de cancer ; il offrira plutôt l’équilibre intérieur à la personne, qui, en fin de compte, éradiquera le cancer si le mental peut accepter l’aide.
Vous devez entrer dans le système avec amour et attention ; et le système vous donnera ce que vous demandez. C’est vous qui devrez vous positionner ». M. Keshe
Quelle est la prochaine étape ? : M. Keshe a déjà développé la prochaine version de l’UAU en tant qu’unité personnelle (voyage spatial individuel) et une autre pour les applications de masse dans les zones de désastres (alimentation, médicaments, etc.).
Avant-première de la vie à Linz : La deuxième partie du KSW344 présente une vidéo dans le hall d’exposition de Linz. La vidéo commence à 2:50:00 ou juste le clip sur facebook. M. Keshe lui-même vous offre une visite personnelle de l’exposition – profitez-en !
Iran : Hier, 31 août, la sécurité officielle de l’Iran et le bureau de la présidence ont déclaré que la KF-Iran était une entreprise iranienne légitime. Cela va ouvrir de nombreuses nouvelles portes à la Fondation Keshe.
Source :
 
---------------------------------
Voyage dans l’espace
Leçon 1
Les astronautes sont formés pour leur voyage, même s’il ne se déroule que dans l’espace pas si profond avec des fusées obsolètes. Alors que la KF se prépare à emmener l’humanité entière dans l’espace, M. Keshe a commencé la série d’enseignements qui nous préparera à voyager dans l’espace lointain dans le vaisseau spatial appelé "Ame".
--------------------------------
"Le livre "La vie des maitres" par Baird Tomas Baird Tomas Spalding
nous montre que nous sommes tous capable de faire ce qu nous appelons des miracles. Jésus nous le disait. Des scientifiques nous en apprennent.
 
--------------------------------
Le site de la fondation :
Partager cet article
Repost0
2 août 2020 7 02 /08 /août /2020 20:19
L’homme qui a résolu le secret de Tesla pour amplifier la puissance électrique de près de 5000%

Jim Murray électrise le monde depuis plus de 50 ans. Sa vie d’expérience a produit des dizaines de brevets, d’inventions et maintenant une découverte vraiment remarquable qui peut fondamentalement changer la façon dont les êtres humains utilisent l’énergie pour toujours.

Quand il n’avait que cinq ans, Jim dit au Free Thought Project qu’il avait déjà développé une affinité pour les moteurs et l’électricité. Cette curiosité a été piquée par les trains miniatures de son père que Jim a passé des heures à bricoler. Son don naturel et sa passion d’enfance ont favorisé la création de son premier électroaimant à l’âge de six ans.

Au cours des prochaines années, Jim a permis à sa curiosité intellectuelle de le mener dans plusieurs domaines. Il a étudié et construit des fusées et des radios lorsqu’il était à l’école primaire, et au moment où il est entré au lycée avait développé un intérêt pour la physique nucléaire. Cela a conduit Jim à la construction d’un accélérateur d’électrons linéaire, qui a été inscrit dans le New England Science Talent Search de 1964. Cette entrée a remporté la première place de Murray dans les compétitions scientifiques scolaires, municipales et d’État. De plus, son projet a été exposé au Boston Museum of Science.

Il ne fallut pas longtemps après l’obtention du diplôme que Jim a commencé à examiner sérieusement le travail de Nikola Tesla. Il était fasciné par les incroyables affirmations de Tesla concernant la production et la transmission d’énergie, et il a juré de redécouvrir les secrets non divulgués du grand scientifique. Les efforts de Jim l’ont finalement conduit à des individus comme Otis T. Carr, qui prétendaient avoir connu Tesla personnellement. Ils lui ont également donné une meilleure compréhension de plusieurs secrets de Tesla perdus.

Au cours de sa vie professionnelle, Jim a mené des recherches et des expérimentations sur diverses applications technologiques, ce qui a finalement contribué au développement de son dispositif SERPS (Switched Energy Resonance Power Supply). Ce circuit électronique hautement spécialisé a la capacité de “grossir” la puissance effective qui lui est appliquée de près de 50 fois. Lorsque Jim a couplé son appareil à la technologie de commutation ultra-rapide de 5 nanosecondes brevetée par son ami Paul Babcock, il a réussi à augmenter sa puissance électrique de 4790% par rapport à l’entrée. Ce type de performance, s’il était commercialisé, ferait trembler les plus grandes entreprises de distribution d’électricité.

Jim explique:

L’énergie électrique est fournie par un transformateur spécial pour alimenter une charge résistive. Le potentiel magnétique non-guidé est alors capturé et stocké temporairement, avant d’être renvoyé à la source par la même charge électrique. Cette puissance oscillante a des propriétés complètement différentes de la puissance électrique conventionnelle, et réduit en fait la puissance totale requise de la source. La conséquence de cette dynamique énergétique est que la charge résistive peut être alimentée plus de deux fois plus efficacement, alors que la puissance nette fournie par la ligne est réduite à une très petite valeur.Les implications de cette technologie pour la conservation de l’énergie dans le futur sont absolument étonnantes!

Après avoir vu cette incroyable innovation en action, il est difficile de croire que M. Tesla a atteint ce même plateau technologique il y a près de cent ans et, encore, il y a eu des progrès minuscules, jusqu’à tout récemment, dans l’industrie de la production d’énergie.

Il suffit d’examiner le contenu des brevets de Tesla pour comprendre pourquoi le célèbre scientifique était surveillé par le FBI. Ce n’est un secret pour personne qu’après la mort de Tesla en 1943, les agents du gouvernement ont saisi une grande partie de ses recherches privées.

La recherche de Jim a également été examinée par le FBI. Il raconte au Free The Thought Project que lui aussi a eu une altercation avec le FBI à cause d’un des projets sur lesquels il travaillait.

En 1966, peu de temps après la mort de mon père, je suis revenu du travail un jour pour trouver un étrange message qui m’attendait.

Quand Jim a tenté de déterminer la source du message, il a reçu une note disant:

Prenez le métro Hudson-Manhattan jusqu’à Newark, New Jersey, et arrivez au 11 Centre Place, FBI Newark, au plus tard à 10h00 demain matin. Demandez à voir l’agent Harold Miller, il vous attendra.

À son arrivée, les agents ont commencé à interroger Jim au sujet de ses recherches. Après les avoir informés de son intérêt pour le travail de Nikola Tesla, Jim dit:

Les agents se sont regardés en silence, puis ont griffonné quelques notes supplémentaires, qui ont été insérées dans un dossier contenant mon nom. J’ai appris plus tard qu’une fois que vous devenez une personne d’intérêt, le FBI conserve indéfiniment votre dossier!

Heureusement, Jim n’a pas laissé cette tactique alarmiste évidente dissuader ses recherches. Maintenant, grâce aux progrès technologiques modernes et au travail inlassable d’hommes courageux comme Jim Murray, nous pouvons commencer à comprendre la nature vraiment révolutionnaire de l’œuvre originale de Tesla.

Les ramifications de l’application en masse de la technologie SERPS ne sont rien d’autre que le changement de paradigme. Il est largement connu que la «variable énergétique» est un facteur primordial dans les politiques américaines. La poursuite de l’énergie est sans aucun doute un catalyseur de nombreuses décisions prises régulièrement par les politiciens. Cependant, la plupart des Américains sont seulement conscients des efforts de recherche qui impliquent l’utilisation du charbon, du pétrole, de l’énergie nucléaire, de l’énergie éolienne et solaire. Ces avenues d’exploration acceptées reçoivent plus de 5 milliards de dollars de subventions par an, alors que les chercheurs indépendants comme Jim sont totalement ignorés.

L’impact environnemental positif des technologies radicales comme SERPS ne peut pas non plus être sous-estimé. Tandis que les législateurs continuent à se faire entendre sur la question du réchauffement climatique, cette technologie pourrait réduire considérablement l’empreinte carbone de la planète entière.L’extraction du charbon à ciel ouvert détruit des pans entiers, les projets de sables bitumineux sont déjà à l’origine du deuxième taux de déforestation le plus rapide et la fracturation hydraulique pour le pétrole et le gaz naturel peut nécessiter jusqu’à 15,8 millions de gallons d’eau par puits.

En 2012, la production totale d’énergie éolienne aux États-Unis a dépassé 60 gigawatts, soit une capacité suffisante pour alimenter près de 15 millions de foyers. Alors que les sources d’énergie renouvelables telles que l’énergie éolienne, solaire et hydraulique ont été largement critiquées comme étant inefficaces pour répondre aux demandes énergétiques du pays. La vérité évidente est que grâce à l’utilisation de technologies comme l’appareil SEPRS, nous pouvons plus que répondre à nos besoins énergétiques.

Tant qu’il existera des organisations juridiquement capables d’assurer la suppression des technologies émergentes, l’intérêt supérieur de la population sera toujours subordonné aux intérêts de ceux qui détiennent le contrôle des systèmes énergétiques traditionnels. Les mêmes systèmes qui assurent la trésorerie à l’élite et continuent à détruire notre planète dans le processus.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la nouvelle technologie étonnante de Jim, vous pouvez visiter son site Web ici:

http://teslaspowermagnification.com/

En plus de redécouvrir les secrets technologiques de Tesla, Jim se consacre également à révéler ces secrets pour le bénéfice de tous. Bien qu’il ait déjà obtenu un financement indépendant pour sa technologie, Jim tente également d’obtenir du financement pour publier un livre qui expliquera à tout le monde comment cela se fait. Si vous souhaitez aider Jim, vous pouvez faire un don à son Go Fund Me ci-dessous.

……..

Man Solves Tesla’s Secret To Amplifying Power By Nearly 5000%

 

 

-Voir plus ici: http://www.activistpost.com/2015/11/man-solves-teslas-secret-to-amplifying-power-by-nearly-5000.html

Source: http://rustyjames.canalblog.com/archives/2018/02/13/36140364.html

Partager cet article
Repost0
2 août 2020 7 02 /08 /août /2020 10:07

L'Inde avance à grand pas vers son indépendance énergétique, grâce à l'énergie libre et gratuite !

L’Inde avance à grand pas grâce à l’énergie libre

Journaliste à la retraite, Verdi

 



"Toute la matière perceptible provient d’une substance originelle ou ténuité inconcevable, remplissant tout l’espace, l’akasha ou l’éther luminifère sur lequel agit la vie donnant le Prana ou la force créatrice appelant à l’existence, rendant infinis les cycles et toutes choses et phénomènes..." Nikola Tesla

Journaliste à la retraite, Verdi combat depuis des mois Macron, la marionnette des ultra-riches, et l'oligarchie mondialiste messianique.
Dans cette vidéo,
Verdi partage une information capitale :
L’Inde avance à grand pas vers son indépendance énergétique grâce à l’énergie libre.
"L’Inde, dit
Verdi, ne supprimera pas la Génératrice d’énergie libre -TEWARI - malgré les menaces du Royaume-Uni, des États Unis, et de l’Arabie Saoudite. Malgré la résistance des lobbys pétroliers, l’idée de disposer d’une énergie libre et gratuite progresse à grande vitesse, dans les pays échappant à la domination occidentale. 
C’est le cas de l’Inde, qui soutient la recherche dans le sens qu’a décrit Nikola Tesla, sur l’utilisation de l’énergie cosmique : "Encore quelques générations qui passent, et nos machines seront conduites par la force obtenue à n’importe quel point dans l’univers… 
C’est une simple question de temps et les hommes réussiront à connecter leurs machines aux rouages mêmes de la nature." 

 

 

Vidéo privé - à voir avec l'autorisation de l'auteur.
 

Nikola Tesla est un ingénieur et inventeur serbe, né en 1856. 
Il est l’inventeur du moteur électrique asynchrone ou encore de la bobine à électro-aimants. 
"L’Inde estime que son propre programme d’énergie libre (ou gratuite), est une question de fierté nationale, et n’a pas peur de risquer de se mettre à dos les pays du pétrodollar, en apportant son soutien au générateur AC sans réaction synchrone (RLG) inventé par son propre citoyen, Paramahamsa Tewari, un ingénieur électricien, et ancien directeur exécutif du Nuclear Power Corporation of India." 


Source : https://reseauinternational.net/linde...

https://reseauinternational.net/linde-ne-supprimera-pas-le-generateur-denergie-libre-tewari-malgre-les-menaces-du-royaume-uni-des-etats-unis-et-de-larabie-saoudite/ 


L’énergie libre c’est quoi ? 

"L’énergie libre aussi appelée 'énergie du vide' est une énergie électromagnétique contenue dans l’univers, dans la matière, des recherches tendant à montrer que cette source d’énergie peut être partiellement convertie en énergie utilisable. 
Cette énergie renouvelable existerait depuis 20 ans. 
Plusieurs inventeurs indépendants ont tenté de montrer la véracité de l’existence de cette énergie au travers de machines à énergie libre."

Source : https://www.agence-france-electricite...
https://www.agence-france-electricite.fr/economie-energie/produire-electricite/energie-libre/


Partagé par
Félix sur : 
https://bouddhanar.blogspot.com/2019/09/linde-avance-grand-pas-vers-son.html

Partager cet article
Repost0
29 mai 2020 5 29 /05 /mai /2020 06:39

La vérité sur les générateurs d’énergie à point zéro qui permettent de produire son énergie gratuitement !

Nikola Tesla : Produire son énergie gratuitement

Solutions énergétiques gratuites ou bon marché pour le propriétaire d’une maison. 
Nous vous apportons les idées les plus avant-gardistes et essayons de les expliquer d’une manière que nous pouvons tous comprendre. 
Les compagnies d'électricité pourraient ne pas être satisfaites du lancement de ce livre : le Nikola Tesla Secret. 
Il s'agit des découvertes d'un génie sur la capacité de produire gratuitement de l'électricité. 
Même l'une des critiques du livre a déclaré que tout cela concerne les entreprises de services publics qui se sont tenues à l'écart, car cela pourrait mettre fin à leur indépendance.
Eh bien, c’est formidable de jeter un coup d’œil au livre et d’examiner si oui ou non il peut nous donner beaucoup de grands avantages comme promis.
Le secret de Nikola Tesla vous montre comment mettre en place un circuit qui peut être utilisé pour économiser de l’électricité. 
Le générateur Tesla est capable de générer de l’énergie rayonnante gratuite qui peut être utilisée à de nombreuses fins électriques. 
Ce système réduit simplement votre dépendance à l’électricité produite par les entreprises puisqu’il n’est pas nécessaire d’acquérir des batteries coûteuses pour stocker l’électricité excédentaire.
La facilité d’installation de la machine peut être un autre gros point positif ; vous pouvez trouver toutes les pièces de rechange dans n’importe quel magasin d’électronique local et vous ne paierez pas plus de $100 pour la construction. N’est-ce pas intéressant ?


 



L’appareil secret de Tesla exploite l’énergie du soleil, de sorte qu’il vous offre un système sans émission qui est totalement respectueux de l’environnement. 
La partie la plus intéressante de la construction est que vous pouvez en tirer profit. 
Les appareils électriques que vous mettez sous tension à l’aide de cet appareil vous feront automatiquement économiser plus d’argent. 
Même les appareils lourds comme les réfrigérateurs, les téléviseurs plasma et les horloges peuvent être inclus dans la liste des appareils alimentés par l’appareil Tesla que vous avez construit.
Nikola Tesla a travaillé intensément au développement de sa technologie électrique dans son laboratoire à Colorado Springs. 

L’un d’entre eux est la haute tension et les courants élevés avec ses appareils électriques qui font voler des étincelles autour du laboratoire tandis que de l’antenne, d’épais éclairs bleus s’élèvent à 100 pieds dans le ciel et des coups de tonnerre se font entendre à plus de 15 milles de là.

 

Générateur secret d’énergie à point zéro de Nikola Tesla

 



1. TRANSFORMATEUR comprenant :
a. Bobine épaisse de courte longueur et de quelques tours, qui agit comme primaire dans l’émetteur et comme secondaire dans le récepteur.
b. Bobine mince de plus grande longueur et de nombreux tours, qui agit comme le secondaire dans l’émetteur et comme le primaire dans le récepteur. Cette bobine aurait une longueur de 50 milles, soit un quart de la longueur d’onde d’une onde lumineuse dont le circuit avait une longueur de 185 000 milles.
c. Cœur magnétique attaché à la terre et borne surélevée.

2. SOURCE D’ÉLECTRICITÉ dérivant de l’énergie du charbon ou d’une chute d’eau (ou du réseau).

3. MISE À LA TERRE.

4. CONTENEUR D’AIR LIQUIDE (-197°F) qui provoque “un grossissement extraordinaire des oscillations dans le(s) circuit(s) résonnant(s)”.

5. TERMINAL ÉLEVÉ ou bulbe à bulbe pour accumuler la charge stockée. Pour obtenir la fréquence la plus élevée possible, une borne de faible capacité (comme un ressort appris) et de haute pression est utilisée.

Les émetteurs grossissants d’émission et de réception sont construits essentiellement de la même manière. La longueur et la taille de la tour et du transformateur sont en relation harmonieuse avec les propriétés électromagnétiques de la terre. Il a une fonction polyvalente. Les ondes stationnaires k générées en relation résonnante avec les courants terrestres connus pourraient être utilisées comme fréquences porteuses pour la transmission de l’énergie électrique. 
 

 

 


Les vrais scientifiques savent depuis des siècles que la terre est un électro-aimant géant ayant un pôle magnétique Nord et Sud. 
Tesla utilisait ces connaissances pour diffuser de l’électricité tout comme les ondes radio et TV sont diffusées.
Vous pouvez en apprendre davantage sur Nikola Tesla et ses célèbres et phénoménales découvertes dans sa vie. Les détails pourraient être trop longs à explorer ici. 

Ainsi, vous pouvez chercher avec le moteur de recherche Google, et obtenir des réponses ailleurs.

Sources : https://thetruthabout1111awakeningcode.blogspot.com
https://fr.prepareforchange.net/2019/07/07/la-verite-sur-les-generateurs-denergie-a-point-zero/

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2018 2 18 /09 /septembre /2018 11:13
L'ordinateur quantique de Feynman avec des ions arrive en chimie

Plusieurs voies existent pour fabriquer des ordinateurs ou pour le moins des simulateurs quantiques spécialisés performants. L'une d'elles utilise des pièges à ions pour lutter contre le problème de la décohérence. Pour la première fois, elle a été appliquée avec succès à des calculs de chimie quantique avec des molécules simples.

On a fêté en mai, cette année, le centenaire de la naissance de Richard Feynman. Le génial physicien est mort trop tôt pour assister à l'essor des calculateurs/simulateurs quantiques et au boom des travaux sur les ordinateurs quantiques qui, eux, sont par définition programmables pour effectuer n'importe quel algorithme et pas un seul comme dans le cas d'un calculateur quantique. Il serait intéressant de savoir ce qu'il aurait dit de ces travaux. D'une part parce qu'il a été un des pionniers de l'introduction de l'idée des ordinateurs/simulateurs quantiques au début des années 1980 et d'autre part parce qu'il n'avait pas sa langue dans sa poche. Or plusieurs experts encore aujourd'hui pensent qu'il n'est pas très crédible d'imaginer voir, un jour, des ordinateurs quantiques vraiment plus performants que des superordinateurs classiques.

En ce qui concerne les simulateurs quantiques, les choses semblent se présenter bien mieux. Et en tout état de cause, on peut comprendre pourquoi des entreprises comme Google et IBM investissent dans des travaux sur l'informatique quantique, car ils pourraient bien aboutir à une nouvelle révolution technologique comparable à celles issues du laser et des semi-conducteurs.

Le CEA l'a bien compris depuis longtemps et il n'est pas en reste car il poursuit des recherches dans ce domaine depuis des années. Ces derniers mois, il a même annoncé que son Centre de calcul recherche et technologie (CCRT) collaborait avec Atos, leader international de la transformation digitale, pour mettre à disposition des utilisateurs industriels du CCRT l'Atos Quantum Learning Machine (QLM). Cette machine, construite par Atos, est l'un des simulateurs quantiques les plus performants au monde. Le CEA a également organisé plusieurs manifestations et publié un dossier sur les révolutions quantiques passées et surtout à venir.

 À l’occasion de la parution du nouveau numéro de sa revue d’information scientifique Clefs CEA, le CEA, en partenariat avec l’École polytechnique, a organisé, le 14 juin 2018, une conférence et table ronde pour percer les secrets des technologies quantiques. © CEA Recherche

L'une des premières applications des simulateurs quantiques envisagées par Feynman consistait à utiliser les lois de mécanique quantique avec des objets quantiques pour simuler d'autres objets quantiques difficilement modélisables, même avec des superordinateurs. En l'occurrence, l'objectif était de pouvoir décrire les propriétés quantiques des molécules un peu complexes en chimie quantique ou encore celui d'objets tout aussi complexes relevant de la physique nucléaire ou des particules élémentaires.

 
 

La décohérence, l'obstacle à vaincre pour les ordinateurs de Feynman

 

Ces dernières années, l'idée des simulateurs quantiques de Feynman est bel et bien arrivée en chimie quantique et en physique nucléaire puisque l'on est arrivé à simuler le comportement de la molécule d'hydrogène, de d'hydrure de lithium, un composé inorganique de formule LiH, mais aussi celui d'un noyau d'atome simple, celui de deutérium. Toutefois, on est toujours confronté au même problème qu'avec les ordinateurs quantiques, celui de la décohérence.

Le calcul quantique nécessite un assez grand nombre de qubits, l'équivalent des bits classiques des ordinateurs, qui puissent rester dans un état de superposition quantique suffisamment longtemps pour que des calculs soient effectués (l'intrication quantique intervient aussi dans ces calculs). Or, cette superposition des états quantiques, comme on dit, est d'autant plus fragile que les qubits sont nombreux de sorte que la cohérence de ces états est détruite d'autant plus rapidement, ce qui au minimum introduit des erreurs dans les calculs. On peut comparer les physiciens et les ingénieurs jouant au jeu du calcul quantique à des constructeurs de châteaux de cartes. Plus ils sont gros, plus ils sont instables et susceptibles de s'effondrer à cause des perturbations extérieures (vent, vibrations etc.).

Les chercheurs dans le domaine du calcul quantique ont donc deux stratégies pour lutter contre la décohérence. Trouver des systèmes quantiques qui sont le plus possible protégés des perturbations de l'environnement pour maintenir suffisamment longtemps la superposition quantique et/ou trouver des astuces pour corriger les erreurs de calculs produites par la décohérence qui génère du bruit dans la musique des calculs quantiques. Cette dernière stratégie n'est pas nouvelle car même les ordinateurs classiques sont affectés par des bruits et nécessitent donc ce que l'on appelle des codes correcteurs d’erreurs pour fonctionner efficacement.

Un piège de Paul avec 20 qubits

 

Plusieurs types de calculateurs sont explorés pour résoudre ces problèmes. Il y a par exemple des simulateurs ou des ordinateurs quantiques dont les qubits sont portés par des circuits supraconducteurs. Il y a aussi de telles machines qui utilisent des ions piégés dans, par exemple, un piège de Paul. C'est le cas avec un simulateur quantique construit est utilisé par une équipe internationale de chercheurs menée par Cornelius Hempel de l'université de Sydney en Australie.

Comme l'explique un article sur arXiv, ces chercheurs sont les premiers à avoir fait des calculs de chimie quantique avec des pièges à ions. Il s'agissait là aussi de calculer les niveaux d'énergie d'une molécule d'hydrogène (H2) et d'hydrure de lithium. Le simulateur quantique était constitué d'ions calciums pilotés par laser et portant 20 qubits. Seuls 4 qubits ont été utilisés pour mener à bien les calculs.

Il reste du chemin à faire, les molécules simulées sont encore très simples, ce qui permet de vérifier les résultats des calculs facilement, par exemple avec des ordinateurs classiques. Mais à terme, d'ici quelques décennies, on pourrait bien avoir des simulateurs quantiques capables de trouver des voies de synthèse inédites pour, par exemple, catalyser des réactions chimiques importantes. On peut penser à la production d'engrais ou de cellules solaires organiques et de batteries bien plus performantes et moins coûteuses que ce que l'on sait faire aujourd'hui et même de nouvelles molécules pour lutter contre les infections ou le cancer.

Record : l'ordinateur quantique de Feynman simule sa plus grosse molécule

 

Article de Laurent Sacco publié le 15/09/2017

Des chercheurs d'IBM sont parvenus à simuler la plus grosse molécule à ce jour à l'aide d'un ordinateur quantique. Cette performance pourrait bien révolutionner la chimie des médicaments.

Au début des années 1980, probablement frustré par les difficultés concernant la résolution des équations quantiques de la théorie de force nucléaire forte (la QCD), même en utilisant des ordinateurs classiques en suivant les idées proposées par Kenneth Wilson, le prix Nobel de physique Richard Feynman a proposé de contourner le problème en utilisant la mécanique quantique elle-même. Plus généralement, il s'agissait d'utiliser celle-ci pour simuler efficacement le comportement d'un système quantique à l'aide d'un autre système quantique. Feynman a donc été un de ceux qui ont posé les bases théoriques de ce que l'on appelle de nos jours « des simulateurs et des ordinateurs quantiques ».

Une des applications prometteuses de ces machines, qui exploitent les concepts centraux de la mécanique quantique (les amplitudes de probabilité pour un système physique possédant des énergies données, leur principe de superposition et le mystérieux phénomène d'intrication quantique qu'exhibe spectaculairement l'effet EPR), est la description de molécules en chimie quantique. Potentiellement, celle-ci pourrait nous permettre de mieux comprendre les propriétés chimiques de certains médicaments et, donc, de les améliorer, voire de les concevoir sur mesure pour traiter une maladie.

 

L'ordinateur quantique de Feynman arrive en chimie

Article de Laurent Sacco publié le 15/01/2010

Il y a presque 30 ans, Richard Feynman proposait d'utiliser les lois de la mécanique quantique pour simuler les systèmes quantiques eux-mêmes, comme des molécules, et ce plus efficacement qu'avec des ordinateurs classiques. Un groupe de chercheur vient de concrétiser cette idée en simulant une molécule d'hydrogène.

Dans un ordinateur classique, la façon dont s'effectuent les calculs, avec des courants d'électrons, n'est pas fondamentalement différente de celle d'un ordinateur qui serait constitué de boules de billard ou d'engrenages. On manipule des bits d'informations selon les lois de la physique classique.

Or, nous le savons depuis plus de 80 ans, le monde est fondamentalement quantique et il repose sur un substratum hors espace et hors temps. Nous ne pouvons nous en faire de représentations exactes, en accord avec notre intuition et de notre expérience de la vie de tous les jours. Si l'on veut continuer à utiliser des images d'ondes et de particules classiques, ce ne peut être que de façon approximative. Ces représentations doivent être limitées par les inégalités de Heisenberg et sont gouvernées par des amplitudes de probabilités qui interférent.

Simuler le comportement d'un système quantique par des calculs numériques sur un ordinateur classique est donc forcément limité. Cela devient d'autant plus gênant lorsqu'on cherche à comprendre, par exemple, des objets foncièrement quantiques et complexes comme des hadrons faits de quarks, même si on réalise aujourd'hui des prouesses à l'aide d'ordinateurs classiques capables de retrouver la masse du proton.

Pour tenter de contourner l'obstacle, le grand physicien et prix Nobel de physique Richard Feynman a eu l'idée de faire réaliser des calculs quantiques par les systèmes quantiques eux-mêmes. Cette idée émise au début des années 1980 est à l'origine de tous les travaux modernes sur les ordinateurs quantiques et les notions subtiles d'informations et de calculs quantiques.

Richard Feynman avait de multiples talents, dont celui de joueur de Bongo. © Tom Harvey

 

Deux photons pour un calcul

On s'aperçut alors que certains calculs étaient plus faciles et plus courts au sein d'ordinateurs quantiques. Pour résoudre ces problèmes particuliers, le temps de calcul sur un ordinateur classique croît exponentiellement avec la complexité du problème. Mais pour un système quantique, la croissance suit seulement une loi polynomiale.

La clé pour atteindre ce résultat repose sur la notion de qubit, elle-même étroitement dépendante de la notion de superposition des états d'un système quantique.

De même qu'une particule peut, d'une certaine façon, se retrouver simultanément dans deux endroits à la fois, des calculs quantiques peuvent être menés simultanément (d'une certaine façon aussi). Voilà qui explique en partie pourquoi on peut espérer parfois un gain de temps avec des ordinateurs quantiques.

Malheureusement, pour surpasser les ordinateurs classiques, il faut utiliser plusieurs qubits. Or, lorsque leur nombre augmente, ils deviennent de plus en plus difficiles à obtenir car l'objet les portant devient de plus en plus « gros » et donc dirigé par les lois de la physique classique. Le phénomène de décohérence intervient alors toujours plus rapidement, détruisant la superposition des états et rendant impossibles des calculs quantiques un tant soit peu importants.

On ne sait toujours pas comment s'affranchir de ce problème et c'est peut-être impossible... Toutefois, un groupe de chercheurs mené par Alán Aspuru-Guzik de l'Université d'Harvard et Andrew White de l'Université de Queensland à Brisbane (Australie) vient bel et bien de réussir à faire fonctionner un petit ordinateur quantique. Leur dispositif utilise une paire de photons intriqués pour calculer, avec une excellente précision, les niveaux d'énergies d'une molécule d'hydrogène H2.

Le principe du calcul avait été trouvé par l'équipe d'Harvard et c'est celle de Brisbane qui l'a finalement réalisé en laboratoire. Les chercheurs pensent que cette approche nouvelle pour enfin concrétiser les idées de Feynman dans le domaine de la chimie quantique doit pouvoir déboucher sur des applications plus ambitieuses. Ils pensent que la simulation quantique de molécules plus complexes, comme celle du cholestérol, devrait être à portée de main. Ce ne sera cependant pas la prochaine étape dans cette voie de simulation quantique des molécules, d'autres plus simples seront considérées avant.

Partager cet article
Repost0
13 août 2018 1 13 /08 /août /2018 11:12
D-Wave X2, le supercalculateur quantique 100 millions de fois plus rapide qu’un PC classique
 
 

L’avenir de nos PC passera-t-il par les ordinateurs Quantique ? Il semble que pour Google et la NASA cela ne fait aucun doute. Des investissements massifs dans ce domaine viennent de donner naissance au supercalculateur D-Wave 2X.

Supercalculateur Dwave

D-Wave 2 calcule 100 millions de fois plus vite qu’une machine classique

Selon la présentation de Google et de la NASA, D-Wave X2 à une puissance de calculs incomparable à celle des ordinateurs classiques. Le chiffre lancé fait rêver puisque le monstre « noir » de 10 à 15 milliards de dollars, serait capable de calculer 100 millions de fois plus vite qu’une machine classique. En terme plus simple, Hartmut Neven, responsable de la branche Intelligence artificielle quantique chez Google explique

« Ce qu’une machine D-Wave fait en une seconde prendrait 10 000 ans à un ordinateur conventionnel. »

Dans un de ses posts, l’homme explique que ce supercalculateur D-Wave X2 a résolu un problème d’optimisation 100 millions de fois plus rapidement qu’une machine classique.

D-Wave 2 ne parle pas en bit mais en qubits

Pour parvenir à une telle performance, D-Wave X2 utilise un nouveau type d’information. Dans un PC classique, cette dernière est codée selon deux états 0 ou 1, les fameux bits. D-Wave X2 exploite de son côté les « qubits », un codage plus évolué car l’information est transcrite en données élémentaires pouvant avoir plusieurs états en même temps. Ce domaine étrange ouvre de nouvelles portes en matière de calcul car le fonctionnellement de D-Wave X2 exploite certaines propriétés de particules en dehors des règles de la physique conventionnelles.

D-Wave X2 vaut entre 10-15 milliards de dollars. Il n’est cependant qu’un premier pas vers les ordinateurs quantiques. En effet, si sa puissance de calcul est monstrueuse à l’heure d’aujourd’hui, elle est encore loin d’être exploitable de manière classique. Ce supercalculateur ne peut résoudre que certains types de problèmes, les problèmes d’optimisation. Ceci étant, la NASA estime cependant que D-Wave X2 propose une véritable « rupture technologique ».

Son fonctionnement est aussi très particulier car il que demande que certaines conditions sont respectées citons des protections contre les interférences magnétiques et surtout des températures plus que glaciales vis-à-vis de sa puce (proches du zéro absolu).

 

 

qubit : Wikipédia

Le qubit se compose d’une superposition de deux états de base, par convention nommés |0> et |1> (prononcés : ket 0 et ket 1). Un état qubit est constitué d’une superposition quantique linéaire de ces deux états. Une mémoire à qubits diffère significativement d’une mémoire classique.

Un bit classique se trouve toujours soit dans l’état \left|0 \right\rangle, soit dans l’état \left|1 \right\rangle. Dans le cas général, un qubit se trouve dans une superposition de ces deux états, que l’on peut décrire par une combinaison linéaire des deux états : \alpha \cdot \left| 0 \right\rangle + \beta \cdot \left| 1 \right\rangle. Les coefficients α et β étant deux nombres complexes vérifiant la relation de norme |\alpha|^2 + |\beta|^2=1 (On peut choisir la phase (arbitraire) de la fonction d’onde de telle façon que \alpha soit un nombre réel positif,

Partager cet article
Repost0
7 mai 2018 1 07 /05 /mai /2018 15:27
Fabriquer un Mini-Magrav en 5 étapes

Cette vidéo va vous aider à fabriquer votre Mini-Magrav

Lire la suite sur :

Partager cet article
Repost0
7 mai 2018 1 07 /05 /mai /2018 11:25
Google a récemment dévoilé son ordinateur quantique à 72 Qubits

Google a annoncé un ordinateur de 72-qubits universel qui promet les mêmes faibles taux d’erreur que la société a vu dans son premier ordinateur quantique de 9-qubits. Google croit que cet ordinateur quantique, baptisé Bristlecone, pourra nous mener à l’ère de la suprématie quantique.

Paré pour la suprématie quantique

Google avait indiqué qu’il construirait un ordinateur quantique de 49-qubits pour atteindre la “suprématie quantique”. Cette réalisation montrerait que les ordinateurs quantiques peuvent exécuter certains problèmes scientifiques bien définis plus rapidement que les supercalculateurs les plus rapides au monde.

Dans une annonce récente, Google a déclaré:

Si un processeur quantique peut fonctionner avec une marge d’erreur suffisamment faible, il serait capable de surpasser un supercalculateur classique pour un problème informatique bien défini, ce qu’on appelle la suprématie quantique. Les circuits aléatoires doivent être importants en nombre de qubits et en longueur (profondeur).

Bien que personne n’ait encore atteint ce but, nous estimons que la suprématie quantique peut être démontrée avec 49 qubits, une profondeur de circuit supérieure à 40 et une erreur de deux qubits inférieure à 0,5 %. Nous croyons que la démonstration expérimentale d’un processeur quantique dépassant un supercalculateur serait un moment décisif dans notre domaine et demeure l’un de nos principaux objectifs.

Peu de temps après que Google ait commencé à évoquer son ordinateur quantique de 49 qubits/s, IBM a montré que pour certaines applications quantiques spécifiques, 56 qubits/s ou plus peuvent être nécessaires pour prouver la suprématie quantique. Il semble que Google voulait éliminer tout doute, alors désormais ils expérimentent avec un ordinateur quantique de 72 qubits .

Ne vous laissez pas berner par les chiffres. À l’heure actuelle, les supercalculateurs les plus puissants ne peuvent simuler que 46 qubits et pour chaque nouveau qubit qui doit être simulé, les besoins en mémoire doublent généralement (bien qu’une certaine efficacité à l’échelle du système puisse être obtenue grâce à de nouvelles innovations).

Par conséquent, pour que nous puissions simuler un ordinateur quantique de 72 qubits, nous aurions besoin de millions de fois plus de RAM (2^ (72-46)). Nous ne pourrons probablement pas utiliser tant de RAM dans un supercalculateur bientôt, donc si Bristlecone sera capable d’exécuter n’importe quel algorithme plus vite que nos supercalculateurs les plus puissants, alors l’ère de la suprématie quantique sera bien arrivée. (…)

Tom’s Hardware, le 5 mars 2018

Partager cet article
Repost0
26 mars 2018 1 26 /03 /mars /2018 00:20

Une machine à laver écolo à 40$ qui économise l'eau !

 

 


C’est une machine à laver un peu spéciale conçue par Alex Cabunoc et Ji A You, deux étudiants en design du "Art Center College of Design de Pasadena" en Californie. 
À la place d’un moteur électrique pour fournir l’énergie mécanique nécessaire à la rotation du tambour, ce sont vos jambes qui font le boulot ! 

Giradora : la machine à laver écolo

Zoom sur Giradora, la machine à laver à pédale !

Les deux étudiants ont eu cette idée grâce au programme "safe agua" (Protéger l'eau potable) au Pérou. 
Sur place, ils ont remarqué que les femmes pouvaient passer jusqu’à 6 heures par jour pour laver manuellement leurs linge, pièce par pièce, dans une position courbée pouvant causer des troubles musculosquelettiques (TMS) dans le dos.
Très simple d’utilisation, la machine à laver Giradora fonctionne sans électricité : on remplit d’eau le tambour de la machine à laver miniature, on ajoute le linge puis la lessive. 

Ensuite, on recouvre la cuve d’un couvercle sur lequel on s’assoit, puis on active la pédale pour laver le linge.
Une fois le lavage terminé, on vide l’eau usée, et il ne reste plus qu’à remplir de nouveau la cuve d’eau pure pour rincer les vêtements et essorer le tout. 



 

 



 

Ce lave-linge a plusieurs avantages :
• Faire du lavage du linge une tâche beaucoup moins pénible et plus rapide, car il n’y a qu’à s’assoir et pédaler.
• Pas besoin d’électricité, donc idéal pour les régions qui ne sont pas reliées au réseau électrique et il permet de réduire la consommation d’électricité pour les foyers déjà reliés à ce réseau.

• Réduire le gaspillage de l’eau, puisque la machine Giradora consomme 30 % d’eau en moins que le lavage à main.

Destinée pour être vendu dans les pays en voie de développement, son prix est de seulement 40 dollars. L’ambition de deux jeunes étudiants est de distribuer 150.000 unités d’ici cinq ans dans les pays d’Amériques du sud et en Inde, et ils ont commencé par la tester au Pérou. 

Une initiative comme on les aime chez Consommer Durable : nous leur souhaitons bonne chance !

 
Par Alexlemaire
Source :
https://www.consommerdurable.com/2017/12/giradora-machine-a-laver-a-pedales/

À lire aussi :
La lessive en poudre faite maison pour le linge blanc
Entretien écolo : comment faire sa lessive au savon noir ?
Je fais ma lessive à 30°C

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog