Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 avril 2022 3 13 /04 /avril /2022 13:22
Microparticules de plastique : une catastrophe sanitaire

Résidus de plastique, omniprésents dans le fond des océans

***

Lettre de Rodolphe Bacquet, lanceur d’alerte d’ « Alternatif Bien-être » :

Une fois n’est pas coutume, les médias mainstream se sont fait le relais d’une étude scientifique prenant la mesure d’un danger pour notre santé… qui n’est pas un virus.

Cette étude n’a cependant pas eu l’écho qu’elle mérite – écrasée par une actualité saturée par la guerre en Ukraine et la présidentielle – ni surtout amené les médias en question à proposer des solutions face à ce danger.

L’étude en question, publiée le 24 mars dernier dans la revue Environment International, révélait l’empoisonnement croissant du sang humain par des microparticules de plastique.

***

Le fond de nos veines ressemble au fond des mers

Vous connaissez déjà l’existence de ces microplastiques : ce sont les milliards d’objets en plastique (bouteilles, emballages, barquettes, etc.) qui, en se décomposant, se délestent de ces résidus microscopiques capables de s’infiltrer partout : dans l’eau, dans l’air, dans la terre.

La pollution des océans par ces particules prend des proportions dantesques, à tel point que vous êtes assuré, aujourd’hui, d’en trouver dans chaque poisson pêché.

Nous savons depuis quelques années que nous ingérons ces microplastiques lorsque, précisément, nous mangeons ce poisson… ou que nous consommons un hamburger servi dans une barquette en plastique, puisque nous pouvons les retrouver dans nos selles.

Les emballages jetables ne sont donc pas seulement un scandale écologique, mais aussi une bombe à retardement sanitaire, puisque la preuve est désormais faite que ces microplastiques infiltrent le sang humain.

Des chercheurs de l’Université libre d’Amsterdam ont en effet analysé le sang de 22 volontaires, à la recherche de 5 types de plastique.

Et ils en ont trouvé dans le sang de 17 d’entre eux. 17 sur 22, soit presque 3 sur 4.

Les trois plastiques les plus représentés dans le sang des volontaires étaient :

  • Le PET (polytéréphtalate d’éthylène), bien connu pour son usage dans la fabrication de bouteilles d’eau, mais intervenant aussi dans la confection de vêtements et de prothèses médicales – présent chez la moitié des volontaires ;
  • Le polyéthylène, utilisé dans les sacs et emballages, notamment alimentaires – un tiers des volontaires en avaient dans le sang ;
  • Le polymère styrénique, utilisé dans le polystyrène mais aussi certains caoutchoucs.
    Les chercheurs ont également trouvé, mais dans de moindres proportions des microparticules de polyméthacrylate de méthyle, plus connu sous le nom de Plexiglas.

***

Une découverte, et beaucoup de questions

Cette étude est une première, et si pour les confirmer d’autres mesures doivent être effectuées, dans d’autres pays et sur des échantillons plus larges de population, ces résultats ainsi que le fait qu’on ait retrouvé des traces de plusieurs plastiques chez certains volontaires, ne laisse guère de doutes sur l’ampleur du phénomène.

Maintenant, nous savons que ces microplastiques ne se contentent pas de se retrouver dans nos intestins, mais circulent dans notre sang.

Ce que nous ne savons pas est vertigineux.

Ces plastiques se promènent-ils dans tout le système sanguin, et sont-ils notamment susceptibles de traverser la barrière hémato-encéphalique qui protège notre cerveau des pathogènes ?

Une autre question est posée dans la conclusion de l’article :

« Il reste à déterminer si les particules de plastique sont présentes dans le plasma ou sont transportées par des types de cellules spécifiques (…). Si les particules de plastique présentes dans le sang sont bien transportées par les cellules immunitaires, la question se pose également de savoir si de telles expositions peuvent potentiellement affecter la régulation immunitaire ou la prédisposition aux maladies à base immunologique. »

Ce sont, évidemment, les conséquences à long terme qui sont la plus grande inconnue de cette découverte.

Car nous n’avons guère de recul : la surproduction de plastiques non-dégradables n’a guère plus d’un demi-siècle.

… et leur décomposition à grande échelle est donc récente. Nous sommes la première génération de l’humanité dont le sang est contaminé au plastique.

***

Une autre question se pose donc naturellement : Comment éviter cet empoisonnement ?

Étonnamment, aucun des médias ayant relayé l’étude d’Amsterdam ne donne de conseil pour éviter cette pollution aux microplastiques.

Je conviens que c’est difficile, et j’en suis moi-même réduit à vous donner des conseils pratiques, sans garantie de leur efficacité si un beau jour on cherche des microplastiques dans votre sang !

La tâche est d’autant plus difficile que la dégradation en microparticules de « plastiques anciens », qui vieillissent… s’ajoute à la production actuelle, qui est encore plus forte.

D’après une étude de 2019, nous consommerions – en fonction de notre âge et notre sexe – entre 39.000 et 52.000 particules de plastiques par an (chiffre vraisemblablement sous-estimé).

En d’autres termes, il est très difficile d’y échapper.

Mais nous pouvons réduire notre exposition à ces microplastiques par des mesures simples.

La même étude de 2019 permet en effet d’identifier les principales sources (alimentaires) d’ingestion de ces plastiques.

Source n°1 : l’eau en bouteille
Sans surprise, c’est l’eau en bouteille (plastique, évidemment) la première source d’ingestion de PET.

Les auteurs de l’étude de 2019 ont trouvé une sacrée différence entre les consommateurs de ces eaux en bouteilles et les consommateurs de l’eau du robinet : 90’000 plastiques ingérés en moyenne par les premiers, contre 4’000 pour les seconds !

Évidemment, l’eau du robinet n’est pas l’idéal non plus car elle contient d’autres composants peu désirables.

Néanmoins, c’est la dose qui fait le poison… et on peut filtrer l’eau du robinet.

Source n°2 : le sel de mer et le sucre
Le sel de mer est truffé de microplastiques, ce qui paraît logique puisque les eaux des océans et des mers sont aujourd’hui largement contaminées par ces particules.

Contre cela, il n’y a pas à tortiller : réduire leur consommation.

Dans l’étude, le sucre et le miel apparaissent également comme sources de microplastiques : leur conditionnement est en cause, d’autant que la recherche a été menée aux Etats-Unis.

Cela ne signifie donc pas que vous devez à tout prix vous priver de l’un comme de l’autre, mais sans aucun doute réduire le sucre et, dans tous les cas, préférer le miel bio.

Source n°3 : poissons et fruits de mer
La contamination des poissons et des fruits de mer n’est pas un scoop : c’est un problème connu depuis plusieurs années, notamment pour les métaux lourds.

Cela concerne également les particules de plastique.

Une fois de plus, il n’y a guère d’échappatoire, et la « balance bénéfice-risque » (!) de la consommation de poissons reste en faveur des habitants des mers.

En revanche, je vous donnerai le même conseil que pour les métaux lourds : c’est-à-dire de privilégier les petits poissons.

Plus un poisson est un prédateur au bout de la chaîne alimentaire… plus il est truffé de cochonneries. Le thon doit rester une exception… et l’anchois un mets de choix !

Source n°4 : la bière, les jus et sodas
Les boissons industrialisées sont à la fois très contaminées par les eaux utilisées dans leur élaboration… et les bouteilles employées pour les contenir.

Ainsi la bière figure-t-elle en bonne place des sources d’ingestion de plastique dans l’étude de 2019.

Que ce soit pour l’alcool ou le sucre, il s’agit de toute façon des boissons à consommer au mieux à titre exceptionnel.

Source n°5 : les emballages alimentaires
Les plats tout-faits achetés au supermarché, les produits vendus dans les fast-foods, bref d’une manière générale toute la production issue de l’industrie agro-alimentaire, est vendue et distribuée dans des emballages dont on retrouve des traces dans le sang.

Je ne saurais que trop vous conseiller non seulement d’éviter ces produits ultra-transformés et hyper-conditionnés…

Mais aussi de prendre les devants lorsque vous conservez ou emmenez à l’extérieur d’autres produits, de meilleure qualité, en emmenant des contenants dépourvus de plastique.

Bocaux en verre, gamelles et boîtes en inox sont ainsi préférables.

Pour le plastique donc, c’est comme pour le reste : c’est la dose qui fait le poison. J’espère vous avoir aidé à réduire la vôtre !

Portez-vous bien,

Rodolphe Bacquet

***

Henri Dubost

In girum imus nocte ecce et consumimur igni

Partager cet article
Repost0
18 février 2022 5 18 /02 /février /2022 09:12
Des dattiers vieux de 2000 ans renaissent dans le désert israélien

Source : Lematin

Qualifiées d’« antiquités botaniques », d’anciennes graines de dattiers ont été récupérées par une scientifique britanno-israélienne. À force de patience, elle a fait renaître des dattiers âgés de 2000 ans.

 

Lorsqu’on lui a dit qu’elle était «folle», la scientifique Sarah Sallon a dû redoubler d’efforts de persuasion pour obtenir de vieilles graines jalousement conservées par des archéologues. Mais son intuition était bonne: les graines ont germé et fait renaître des dattiers vieux de 2000 ans.

C’est à la pointe sud d’Israël, en plein désert, que l’on déguste des dattes d’une variété que l’on croyait longtemps disparue, fruits du palmier de Judée. Tout a commencé en 2004, lorsque Sarah Sallon, médecin britanno-israélienne reconvertie en botaniste, a toqué à la porte du département d’archéologie botanique de l’université israélienne Bar Ilan.

Inspirée par des lectures sur des semences de lotus vieilles de 500 ans retrouvées en Chine et ayant germé, elle a voulu acquérir quelques graines de palmiers de Judée soigneusement consignées après leur découverte dans les années 1960 sous des débris à Massada, citadelle construite par le roi Hérode (Ier siècle avant J.-C.) en surplomb de la mer Morte.

«C’est impossible»

«Ils m’ont dit: «tu es complètement folle, ça ne marchera jamais!»», se souvient la septuagénaire au chapeau de brousse et aux yeux bleu clair. À force de les «enquiquiner», elle a obtenu cinq de ces «antiquités botaniques», sur une collection de milliers de graines.

Je lui ai demandé de quand elles dataient, elle m’a dit 2000 ans. Je lui ai répondu que c’était impossible.

Elaine Solowey, spécialiste d’agriculture durable

Ces précieuses semences en main, elle est allée trouver Elaine Solowey, spécialiste d’agriculture durable, dans le kibboutz Ketura, près de la frontière avec la Jordanie. «Elle m’a dit: «ces graines viennent de Massada. Essaye de les faire germer»», relate Mme Solowey. «Je lui ai demandé de quand elles dataient, elle m’a dit 2000 ans. Je lui ai répondu que c’était impossible».

Après quelques mois de réflexion sur la bonne manière de s’y prendre, Elaine Solowey a hydraté et planté les graines, utilisant de l’engrais à base d’enzyme mais écartant tout produit chimique. Sur l’ardoise de sa serre où elle cultive des dizaines de plantes, chaque visite était conclue par la mention «rien à signaler».

Éclosion

Jusqu’à un jour de mars 2005, où elle aperçoit un petit pot qui commence à craquer. «Je n’en croyais pas mes yeux», raconte Mme Solowey, la tête recouverte d’une casquette à l’effigie du premier dattier «ressuscité», surnommé Methuselah (Mathusalem) en référence au personnage biblique connu pour sa longévité.

«Seulement à ce moment-là j’ai commencé à vraiment en prendre soin. Je n’en avais pas compris l’importance», reconnaît celle qui avait sous les yeux la plus ancienne graine germée au monde, ayant fait son entrée dans le Livre Guinness des records. Sur les cinq graines données par l’université, seule celle-ci s’est développée. Deux avaient été gardées pour des recherches scientifiques, permettant grâce à la datation radiocarbone d’en confirmer l’ancienneté.

Les dattiers de Judée ont progressivement disparu au fil des invasions et des guerres qui ont rythmé la région, notamment à partir du Ier siècle av. J.-C. et la conquête romaine, explique Mme Sallon, auteure d’un article sur le sujet dans la revue américaine «Science».

Les palmiers sont «comme des enfants, il faut les éduquer sinon ils deviennent sauvages», sourit-elle. «Il faut les arroser, récupérer le pollen des arbres mâles et polliniser à la main les arbres femelles pour produire des dattes superbes. Si la continuité est altérée, tout s’effondre».

Retour à la vie

Planté en 2011, Methuselah était un pied mâle. Incapable de se satisfaire d’un palmier sans fruit, Sarah Sallon est partie en quête d’autres graines et en a obtenu une trentaine, découvertes dans des caves du désert de Judée, dont Qumrân, célèbre pour les manuscrits de la mer Morte qui y ont été retrouvés.

Pour la scientifique, «l’environnement unique de la mer Morte a contribué à préserver les graines, non seulement en raison de l’aridité mais aussi de l’atmosphère, à 400 mètres au-dessous du niveau de la mer, qui y est la plus dense au monde».

C’est une lueur d’espoir. Cela montre que la nature a plus d’un tour dans son sac.

Sarah Sallon, scientifique

Surprise ou petit miracle: l’une des graines germe en un plant femelle, baptisé «Hannah» et transplanté en 2019. Dès l’année suivante, «Hannah» livre ses premières dattes. Puis, au mois d’août dernier, une récolte abondante: 800 dattes marron clair, légèrement sèches mais au délicat goût de miel, dont quelques-unes seront mises en vente prochainement. Depuis, «Hannah» a une sœur, «Judith», mise en terre fin septembre.

«C’est une lueur d’espoir. Cela montre que la nature a plus d’un tour dans son sac», assure Sarah Sallon, inquiète de l’extinction «massive» d’espèces. «Elle peut laisser ses graines dormir pendant des milliers d’années, nous laisser penser qu’elles ont disparu et il suffit d’une paire de mains en or pour les ramener à la vie».

 

https://www.dreuz.info/2021/10/des-dattiers-vieux-de-2000-ans-renaissent-dans-le-desert-israelien-253035.html

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2021 2 28 /12 /décembre /2021 10:30
Découverte d’un récif corallien plus grand que l’Empire State Building au large de l’Australie

Les scientifiques explorant la Grande Barrière de corail ont récemment identifié un immense récif corallien. D’une hauteur supérieure à celle de l’Empire State Building, cette nouvelle structure séparée du récif principal est la première à être découverte dans la région depuis plus de 120 ans.

UNE PREMIÈRE DEPUIS PLUS DE 120 ANS

Réalisée le 20 octobre dernier par une équipe du Schmidt Ocean Institute, cette découverte a été réalisée au large de la pointe la plus septentrionale de l’Australie. La gigantesque structure a été identifiée par le navire de recherche Falkor dans le cadre de l’expédition « Northern Depths of the Great Barrier Reef », visant notamment à cartographier les fonds marins de la région. D’une base d’environ 1,5 km de large, le nouveau récif s’élève sur plus de 500 mètres et la pointe de sa flèche se situe à une quarantaine de mètres seulement sous la surface.

Légèrement détaché des récifs principaux, celui-ci rejoint les sept autres structures similaires identifiées dans la région à la fin du 19e siècle.

« Cette découverte inattendue illustre le fait que nous continuions à trouver des structures inconnues et de nouvelles espèces dans notre océan », déclare Wendy Schmidt, cofondatrice du Schmidt Ocean Institute. « Nos connaissances sur ce qui se trouve dans l’océan ont longtemps été très limitées. Mais grâce aux nouvelles technologies qui fonctionnent comme nos yeux, nos oreilles et nos mains dans ses profondeurs, nous avons la capacité d’explorer comme jamais auparavant. De nouveaux paysages océaniques s’ouvrent à nous, révélant les écosystèmes et les diverses formes de vie qui partagent la planète avec nous. »

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2021 2 28 /12 /décembre /2021 05:41

Selon une étude publiée le 9 septembre, il y aurait 24,4 milliards de milliards de particules de microplastiques, d’une taille comprise entre 1 et 5 millimètres, en suspension dans les mers du globe, cinq fois plus que les précédentes estimations.

Les images emblématiques des tortues saucissonnées dans des débris de bâche ou d’oiseaux nichant au milieu de bouchons de bouteilles en plastique sur une plage ne reflètent qu’une partie du problème de la pollution marine. Car en plus des millions de tonnes d’emballages, restes d’engins de pêche et autres macrodéchets aquatiques, il flotterait dans l’océan mondial cinq fois plus de particules de microplastiques que ce qu’estimait la communauté scientifique jusqu’en 2015. L’étude publiée jeudi 9 septembre dans la revue Microplastics and Nanoplastics, du groupe Nature, ne prétend pas que les quantités, certes gigantesques, de microplastiques présentes dans l’eau aient explosé en quelques années, mais explique que les travaux antérieurs avaient grandement sous-évalué le niveau de pollution.

 
Vidéo des déchets dans les canyons méditerranéens, 2018. IFREMER/RAMOGE EXPLORATIONS 2018

Vidéo des déchets dans les canyons méditerranéens, 2018. IFREMER/RAMOGE EXPLORATIONS 2018

Selon une étude publiée le 9 septembre, il y aurait 24,4 milliards de milliards de particules de microplastiques, d’une taille comprise entre 1 et 5 millimètres, en suspension dans les mers du globe, cinq fois plus que les précédentes estimations.

Les images emblématiques des tortues saucissonnées dans des débris de bâche ou d’oiseaux nichant au milieu de bouchons de bouteilles en plastique sur une plage ne reflètent qu’une partie du problème de la pollution marine. Car en plus des millions de tonnes d’emballages, restes d’engins de pêche et autres macrodéchets aquatiques, il flotterait dans l’océan mondial cinq fois plus de particules de microplastiques que ce qu’estimait la communauté scientifique jusqu’en 2015. L’étude publiée jeudi 9 septembre dans la revue Microplastics and Nanoplastics, du groupe Nature, ne prétend pas que les quantités, certes gigantesques, de microplastiques présentes dans l’eau aient explosé en quelques années, mais explique que les travaux antérieurs avaient grandement sous-évalué le niveau de pollution.

Selon l’équipe internationale menée par Atsuhiko Isobe, du Centre de recherches océaniques et atmosphériques de l’université de Kyushu (Japon), il y aurait 24,4 trillions (milliards de milliards) de ces particules d’une taille comprise entre 1 et 5 millimètres en suspension dans les océans, et non 5,5 trillions, comme estimé initialement ; ce qui représenterait entre 82 000 et 578 000 tonnes. Les analyses ont détecté en moyenne entre 113 000 et 5,3 millions de pièces de microplastiques au kilomètre carré, soit un poids de 130 grammes à 2,67 kilos.

 

 

Lire la suite 

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2021 2 28 /12 /décembre /2021 00:27
La Foudre pulvérise un Arbre
Un coup de foudre pulvérise un arbre en quelques secondes ! 

 

 
Une étonnante séquence de caméra de sécurité d'un lycée du Wisconsin montre un coup de foudre brisant un arbre de taille en quelques secondes. 
Selon un rapport des médias locaux, l'événement à couper le souffle s'est produit lors d'une tempête jeudi matin dans la ville de Wautoma. 
Alors que les élèves se préparaient à passer un test, ils ont été secoués de leurs études par un monstrueux coup de tonnerre venant apparemment juste à l'extérieur de l'école. 
La découverte d'un arbre abattu près du bâtiment et une vérification ultérieure des images de la caméra de sécurité les ont amenés à trouver la scène étonnante qui avait été filmée. 
 
Filibert : C'est par l'effet de pointe des aiguilles du pin que la foudre est attirée ! 
L'effet de pointe est une propriété physique qui concentre les électrons dans les objets pointus comme les aiguilles de pin, ces électrons négatifs en lien avec le sol vont attirer les ions positifs de l'air qui vont provoquer une sorte de court-circuit ! 
L'arbre éclate ici par la vaporisation explosive de l'eau du tronc qui monte à plus de 100 degrés en une fraction de seconde ! 
Les paratonnerres utilisent l'effet de pointe pour atirer les ions positifs de l'air qui se déchargeront dans le sol par l'épais fil de cuivre qui va dans la terre ! 


Diffusé par : http://areazone51ufos.blogspot.com/2021/04/un-coup-de-foudre-brise-larbre-en.html

Partager cet article
Repost0
20 mai 2021 4 20 /05 /mai /2021 10:57
Une nouvelle zone océanique a été découverte avec ses dizaines d’espèces de poisson inconnues

Les océans restent inconnus pour l’Humain: on a exploré que 5% des fonds océaniques. Alors, il n’est pas vraiment étonnant de découvrir de nouvelles zones sous-marines en 2018. C’est le cas aux Caraïbes où des chercheurs ont découvert une nouvelle zone océanique: le Rariphotique. Bien sûr, cela implique la découverte de nouvelles espèces de poisson.

La Terre n’est pas surnommée la planète bleue pour rien! 70% du globe est recouvert d‘océans. Et dans ces océans, seul 5% des fonds marins ont été explorés. Si l’on s’y intéresse vraiment, on peut faire de nouvelles découvertes tous les jours. Au sud des Caraïbes, près de Curaçao, des chercheurs ont trouvé une nouvelle zone océanique qu’ils ont appelée Rariphotique. Celle-ci est située entre 130 et 300 mètres de profondeur.

Ce qui est super intéressant pour les biologistes, c’est que cette zone abriterait des poissons venus se réfugier du réchauffement des eaux de surface et de la détérioration des récifs coralliens. Du coup, les chercheurs découvrent sans cesse de nouvelles espèces, comme si la biologie en était à ses premiers pas.

À la recherche de récifs

Les récifs coralliens peu profond subissent le réchauffement climatique et la pollution des océans. Ils se détériorent à vue d’œil et du coup les chercheurs ont essayé de trouvé d’autres récifs plus profonds qui ne sont pas touchés par le réchauffement des eaux et par la pollution.

“On estime que 95 % de l’espace habitable de notre planète est dans l’océan”, explique Carole Baldwin, conservatrice des poissons au Musée national d’histoire naturelle du Smithsonianvet auteure principale de l’étude. “Pourtant, seule une fraction de cet espace a été explorée, ce qui est compréhensible pour des zones situées à des milliers de kilomètres au large et à des kilomètres de profondeur, mais les récifs profonds tropicaux sont juste en dessous des récifs peu profonds et très étudiés.”

Carole Baldwin espère donc qu’avec la découverte de Rariphotique d’autres chercheurs seront motivés à explorer les fonds marins et trouver d’autres récifs du genre, des biotopes essentiels pour la vie sous-marine.

30 nouvelles espèces, 4.500 poissons différents

Alors, que trouve-t-on comme poisson dans cette nouvelle contrée sous-marine? Les chercheurs ont identifié 4.500 poissons différents dans le Rariphotique. Pour ce faire, ils ont dû prendre place dans de petits sous-marins capables de descendre jusque 300 mètres de profondeur.

Globalement, les espèces y vivant ressemblent beaucoup à celles que l’on trouve dans les récifs proches de la surface mais se rapprochent également des créatures vivant dans les eaux très profondes. Leur peau est presque transparente, comme les espèces vivant dans les abysses sauf qu’ici, les poissons sont extrêmement colorés. C’est bien simple, sur une zone de 200 mètres carré, les chercheurs ont découvert 30 nouvelles espèces. Ce n’est que le début!

Source: https://fr.express.live/

Partager cet article
Repost0
30 août 2020 7 30 /08 /août /2020 20:28
L’odeur de la pluie réduit le stress et 7 autres avantages de marcher sous la pluie

La plupart des gens peuvent prédire un orage sans regarder le ciel. Il leur suffit de renifler l’air. Mais l’odeur qu’ils sentent n’est pas vraiment celle de la pluie, qui est inodore. Ils sentent le pétrichor, une combinaison de composés chimiques qui est libérée lorsque les gouttes de pluie touchent le sol pour la première fois. Le vent les transporte vers les zones voisines et avertit les nez de l’arrivée de la pluie. (1, 2)

Certaines personnes décrivent l’odeur de la pluie comme un anti-stress. Cela peut être dû au fait que l’odeur est directement liée à l’hippocampe et à l’amygdale. Ces deux parties du cerveau sont impliquées dans les émotions et la mémoire. L’odeur de pétrichor peut faire remonter des souvenirs agréables comme patauger dans les flaques d’eau dans l’enfance. Ce sentiment de nostalgie peut soulager le stress. (1, 3)

Outre la réduction du stress que peut entraîner l’odeur de la pluie, la présence de la pluie comporte de nombreux avantages. En voici sept dont vous pourrez profiter la prochaine fois que vous serez sous une pluie battante.

7 Avantages de la pluie

 

1. Le bruit de la pluie est relaxant

 

Le bruit de la pluie et du clapotis des vagues n’est pas menaçant. Cela les rend relaxantes et explique pourquoi elles calment les gens. (4)

Certaines personnes écoutent même des sons de pluie sur support audio pour les aider à s’endormir. La pluie produit un bruit constant qui monte et descend progressivement en volume. Elle berce les auditeurs dans leur sommeil et n’interrompt pas leur cycle de sommeil. Elle peut également faire fonction de bruit blanc qui noie les autres sons susceptibles de vous réveiller. (4)

2. Elle réduit la pollution de l’air

 

Lorsqu’une goutte de pluie tombe, elle recueille les particules présentes dans l’air. Les gouttes de pluie attirent la suie et la pollution vers le sol. (5)

Avoir de l’air plus pur à respirer est un avantage pour tout le monde. Mais c’est particulièrement utile pour ceux qui sont plus sensibles à la pollution de l’air. Il s’agit notamment des personnes qui souffrent d’asthme ou qui sont jeunes, malades, âgées ou enceintes. Lorsque l’indice de qualité de l’air devient trop élevé, il leur est conseillé de rester à l’intérieur. Un bon orage leur permet de sortir à nouveau à l’extérieur en toute sécurité. (5)

3. Vous trouverez probablement la solitude en plein air

 

En cas de pluie ou de neige, les gens sont moins enclins à sortir et à faire de l’exercice. Une étude canadienne a montré que 4 mm de pluie diminuaient de 5,2 % les pas quotidiens des adultes. Avec 14 mm de pluie, leurs pas ont diminué de 8,3 %. (6)

 

Si vous aimez faire de l’exercice sans la présence d’autres personnes, cela peut être un avantage pour vous. Parfois, il est agréable de courir sans public. Et si vous aimez vous promener dans un parc habituellement bondé, le fait d’avoir le chemin à vous pour vous rendre à votre lieu de résidence peut être un changement bienvenu.

4. Ancrage pour les patients souffrant de stress post-traumatique

 

Pour les patients souffrant de stress post-traumatique, marcher sous la pluie peut contribuer à s’ancrer. Il s’agit d’une technique qui utilise les cinq sens pour aider les personnes à faire face aux flashbacks et à la dissociation. (7) Le marcheur peut sentir le pétrichor et ressentir la sensation de pluie sur sa peau. Il peut entendre la pluie qui tombe sur la terre et regarder les gouttes tomber du ciel. Il peut même utiliser le sens du goût en recueillant quelques gouttes de pluie sur sa langue. (7)

5. Vous pouvez faire de l’exercice plus longtemps et plus vite

 

L’exercice physique fait que vos muscles produisent de la chaleur. Pour vous rafraîchir, votre corps doit rediriger le flux sanguin pour produire de la sueur, ce qui diminue vos performances. L’eau de pluie vous refroidit et vous permet d’utiliser l’énergie plus efficacement. Lorsque vous faites de l’exercice sous la pluie, vous pouvez vous entraîner plus longtemps et aller plus vite. (8)

6. Faire de l’exercice sous la pluie augmente votre métabolisme

 

Une étude japonaise a fait courir des hommes en bonne santé sur un tapis roulant pendant 30 minutes dans une chambre qui simulait des conditions de pluie. Ils ont découvert que la demande énergétique augmente lorsqu’on court dans des conditions froides et pluvieuses, ce qui augmente le métabolisme. (9)

7. Votre corps apprend à s’adapter

 

Faire ses exercices habituels sous la pluie apprend à son corps à réagir à différentes conditions. Votre corps devra s’adapter à la marche ou à la course sur un trottoir glissant. Cela ajoute un élément de défi et améliore votre capacité d’entraînement. (8)

Remerciez la pluie

 

Que vous fassiez de l’exercice ou que vous recherchiez une bonne nuit de sommeil, la pluie est pleine de bienfaits. La prochaine fois que vous serez sous la pluie, prenez un moment pour apprécier toutes les bonnes choses qu’elle apporte.

Partager cet article
Repost0
30 août 2020 7 30 /08 /août /2020 10:26

Rachel & Pascal Poot, producteur bio de semences anciennes naturellement résistantes !

 
Pascal Poot : Des semences naturellement résistantes
 
Pacal Poot est installé à Olmet dans l’Hérault. 
Il a développé une méthode qui permet de cultiver et de sélectionner des centaines de variétés de légumes sans arrosage et sans utilisation de produits phytosanitaires en utilisant des semences anciennes capables de se défendre elles-même.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Semis 1 :
 
Pour bien réussir l'implantation d'une culture, il est généralement nécessaire de réaliser des opérations qui permettront aux semences d'être dans des conditions optimales pour germer rapidement et trouver dans le sol les éléments nécessaire à leur croissance.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
SEMIS DE TOMATES au Potager de santé & de vie avec Rachel Poot.
 
 
 
 
 
 
 
Bien commencer son potager. 
Il est recommandé de les semer seulement 5 semaines avant la date prévue de repiquage donc en général il est inutile de vouloir les semer avant le 20 mars sauf si vous voulez planter sous serre. 
Les semis de tomates s’effectuent comme les semis de poivron et d’aubergine mais nécessitent des températures moins élevées ; entre 10°C la nuit minimum et minimum 20 à 25 °C la journée. 
 
 
 
 
 
 
 
Partager cet article
Repost0
21 juillet 2020 2 21 /07 /juillet /2020 13:10
LE VOLCAN DE LAACHER OU VOLCAN EIFEL : LES CHERCHEURS S’ATTENDENT A DE PLUS PETITES ERUPTIONS

Le volcanisme de l’Eifel qui se situe dans le lac Laacher See en Allemagne est toujours actif. Les chercheurs ont mesuré que la terre se soulevait. Y a-t-il un risque d’éruption volcanique ?

Le volcan Eifel a explosé il y a 13 000 ans, ce qui ne signifie pas qu’il ne représente plus un danger. Ces dernières années, en particulier, la recherche s’est davantage concentrée sur le volcan. Va-t-il éclater? Les chercheurs pensent que c’est possible. Les chercheurs prouvent qu’il est encore actif : récemment, il est devenu beaucoup plus agité.
Ce volcan a explosé il y a 13 000 ans, depuis lors, c’est calme plat dans l’Eifel – mais le volcanisme de l’Eifel est toujours actif. Par conséquent, la terre s’élève. Très peu, d’un millimètre par an depuis très longtemps.

Actuellement, la surface de la terre s’écarte horizontalement, comme si quelque chose poussait vers le haut par le bas. Cela a été prouvé pour la première fois par des scientifiques américains. Dans une étude , ils ont évalué les données de mesure de milliers d’antennes GPS sur 20 ans – et ont ainsi découvert de nouvelles preuves du volcanisme actif dans la région de l’Eifel.

 

 

Le Laacher See près de Wassenach en Rhénanie-Palatinat. Photo: Thomas Frey / dpa

 

volcan Eifel: les mouvements du sol sont plus clairs
« L’Eifel est la seule région de l’étude dans laquelle le mouvement du sol était significativement plus important que prévu », explique l’auteur principal Corné Kreemer de l’Université du Nevada à Reno. « Les résultats suggèrent que la montée de matériaux rocheux pourrait provoquer ce mouvement du sol. » Si vous regardez tous les points, « alors il semble clair que quelque chose se prépare sous le cœur du nord-ouest de l’Europe. »

L’Eifel est un système volcanique actif. 

La dernière éruption volcanique de l’Eifel remonte à près de 13 000 ans. Selon les chercheurs, elle a été aussi puissante que le volcan philippin Pinatubo, qui en 1991 a catapulté cinq milliards de mètres cubes de cendres et de poussière dans l’air. Les scientifiques écrivent dans le « Geophysical Journal International » qu’il est supposé que le magma s’accumule sous l’Eifel à une profondeur d’environ 50 kilomètres. La zone de soulèvement avec le centre de l’Eifel comprend également le Luxembourg, l’est de la Belgique et le sud des Pays-Bas.

 

 

Le volcanisme de l’Eifel qui se situe dans le lac Laacher See en Allemagne est toujours actif. Les chercheurs ont mesuré que la terre se soulevait. Y a-t-il un risque d’éruption volcanique ?

Le volcan Eifel a explosé il y a 13 000 ans, ce qui ne signifie pas qu’il ne représente plus un danger. Ces dernières années, en particulier, la recherche s’est davantage concentrée sur le volcan. Va-t-il éclater? Les chercheurs pensent que c’est possible. Les chercheurs prouvent qu’il est encore actif : récemment, il est devenu beaucoup plus agité.
Ce volcan a explosé il y a 13 000 ans, depuis lors, c’est calme plat dans l’Eifel – mais le volcanisme de l’Eifel est toujours actif. Par conséquent, la terre s’élève. Très peu, d’un millimètre par an depuis très longtemps.

Actuellement, la surface de la terre s’écarte horizontalement, comme si quelque chose poussait vers le haut par le bas. Cela a été prouvé pour la première fois par des scientifiques américains. Dans une étude , ils ont évalué les données de mesure de milliers d’antennes GPS sur 20 ans – et ont ainsi découvert de nouvelles preuves du volcanisme actif dans la région de l’Eifel.

Ce n’est qu’au début de 2019 que des chercheurs allemands ont prouvé que l’Eifel est toujours un système volcanique actif. Depuis 2013, ils ont détecté huit séries de tremblements de terre à basse fréquence à une profondeur de 10 à 45 kilomètres sous le lac Laacher. C’étaient des indications que les fluides ignés pourraient monter du manteau supérieur dans la croûte terrestre, écrivaient-ils à l’époque dans le « Geophysical Journal International ».

Cependant, les résultats des deux études ne signifient pas qu’une éruption volcanique est actuellement imminente, explique Torsten Dahm du Centre allemand de recherche en géosciences (GFZ) à Potsdam, qui a participé à l’étude allemande. La nouvelle enquête américaine est « une belle confirmation » qu’il « y a de l’activité dans l’Eifel ». Et d’un point de vue différent: « Pour la première fois, il a été possible de mesurer les soulèvements actuels dans une zone plus étendue. 

 

 

Le Volcan Eifel : les chercheurs pensent qu’une éruption plus petite est probable

Dahm explique: «Quelque chose presse en son centre. Il pousse et il écarte également. Tout comme vous l’imaginez lorsque quelque chose pousse vers le haut par le bas. »Cela correspond aux hypothèses selon lesquelles« il y a un mouvement vers le haut dans le manteau supérieur ». Jusqu’à présent, il a été estimé à partir des sédiments de surface que le sol ne monte que de 0,3 ou 0,1 millimètre par an. 

« Mais les enquêtes ne modifient pas nos évaluations des risques volcaniques », explique Dahm. La probabilité est là qu’il pourrait y avoir une autre éruption. Un essaim sismique plus important est attendu dans le futur « très probablement encore dans l’Eifel oriental à Laacher See », estime le géophysicien.

De nouvelles enquêtes doivent suivre
«Nous avons observé des micro-tremblements qui migrent vers le lac Laacher. Ce qui est une observation assez claire. »Il était donc important« d’examiner cela de plus près ». Le défi consiste à «cartographier réellement» le réservoir magmatique. C’est la condition sine qua non pour pouvoir mieux évaluer « l’ampleur réelle du danger volcanique ».

Les mesures dans l’Eifel devraient être étendues, explique Thomas Dreher du bureau d’État de géologie et des mines de Rhénanie-Palatinat à Mayence. Le service sismique avait déjà été intensifié cette année, l’ensemble de mesure de l’Eifel s’est intensifié. « Mais nous voulons être encore plus à l’étude », dit-il. « Et c’est notre tour. »

Il ne voit aucun danger pour les personnes ou les infrastructures. « Pas dans les 1000 prochaines années non plus. »

Trouvé sur  Terra Projects

source : https://www.morgenpost.de/

Partager cet article
Repost0
24 mars 2020 2 24 /03 /mars /2020 11:42

Selon des Chercheurs l'Agriculture Biologique est en mesure d'atténuer le déclin des Abeilles ! 

L’agriculture biologique est favorable aux Abeilles

L'abeille, insecte pollinisateur par excellence, se présente comme une clé de voûte de la biodiversité. 
Et, alors que son déclin inquiète, aujourd'hui pour la première fois, une équipe de chercheurs montre que l'agriculture biologique pourrait bien lui profiter au-delà de ce que l'on imaginait.
En principe, quand arrive la fin du mois de juin, les apiculteurs ont récolté la moitié du miel d'une année. 

Mais "cette année, nous en sommes loin", alerte Henri Clément, porte-parole de l'Union nationale de l'apiculture française. 
Selon lui, c'est le changement climatique qui est à blâmer. 
Car dans certaines conditions climatiques, les fleurs ne produisent pas de nectar. 
Et les sécheresses de plus en plus fréquentes du début d'automne affectent la ponte des reines.
Mais des chercheurs du CNRS, de l'Inra et de l'université de La Rochelle (France) apportent aujourd'hui une bonne nouvelle en la matière

Ils ont analysé six années de données de suivi des abeilles domestiques
Leurs conclusions montrent que l'agriculture biologique est en mesure d'atténuer le déclin des abeilles. 
Surtout aux mois de mai et de juin, lorsque celles-ci souffrent de la faible disponibilité en fleurs, dans les régions d'agriculture intensive, entre les périodes de floraison du colza et du tournesol.

 

Cette étude a été réalisée grâce à un dispositif unique de suivi des colonies d’abeilles baptisé Ecobee. © Apis, Inra

 

 

 
 
Des abeilles mieux nourries !
Les chercheurs ont observé que les colonies entourées de parcelles agricoles biologiques produisent jusqu'à 37 % de couvain, 20 % d'abeilles adultes et 53 % de miel en plus que celles qui évoluent dans des paysages agricoles plus traditionnels. 

Ainsi l'agriculture biologique semble produire différents effets positifs.
La production de couvain -- destiné à devenir des ouvrières -- peut, en effet, être favorisée par une plus grande diversité de ressources en pollen -- grâce notamment aux "mauvaises herbes à fleurs" -- mise en parallèle avec une diminution de la mortalité due aux pesticides à une échelle locale. 

Quant aux réserves de miel, elles semblent augmenter grâce à une disponibilité accrue de fleurs mellifères à une échelle spatiale plus grande.
 


Par Nathalie Mayer, journaliste pour :
https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/agriculture-agriculture-biologique-bonne-abeilles-76618/#xtor=RSS-8

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog