Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 décembre 2021 2 28 /12 /décembre /2021 10:30
Découverte d’un récif corallien plus grand que l’Empire State Building au large de l’Australie

Les scientifiques explorant la Grande Barrière de corail ont récemment identifié un immense récif corallien. D’une hauteur supérieure à celle de l’Empire State Building, cette nouvelle structure séparée du récif principal est la première à être découverte dans la région depuis plus de 120 ans.

UNE PREMIÈRE DEPUIS PLUS DE 120 ANS

Réalisée le 20 octobre dernier par une équipe du Schmidt Ocean Institute, cette découverte a été réalisée au large de la pointe la plus septentrionale de l’Australie. La gigantesque structure a été identifiée par le navire de recherche Falkor dans le cadre de l’expédition « Northern Depths of the Great Barrier Reef », visant notamment à cartographier les fonds marins de la région. D’une base d’environ 1,5 km de large, le nouveau récif s’élève sur plus de 500 mètres et la pointe de sa flèche se situe à une quarantaine de mètres seulement sous la surface.

Légèrement détaché des récifs principaux, celui-ci rejoint les sept autres structures similaires identifiées dans la région à la fin du 19e siècle.

« Cette découverte inattendue illustre le fait que nous continuions à trouver des structures inconnues et de nouvelles espèces dans notre océan », déclare Wendy Schmidt, cofondatrice du Schmidt Ocean Institute. « Nos connaissances sur ce qui se trouve dans l’océan ont longtemps été très limitées. Mais grâce aux nouvelles technologies qui fonctionnent comme nos yeux, nos oreilles et nos mains dans ses profondeurs, nous avons la capacité d’explorer comme jamais auparavant. De nouveaux paysages océaniques s’ouvrent à nous, révélant les écosystèmes et les diverses formes de vie qui partagent la planète avec nous. »

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2021 2 28 /12 /décembre /2021 05:41

Selon une étude publiée le 9 septembre, il y aurait 24,4 milliards de milliards de particules de microplastiques, d’une taille comprise entre 1 et 5 millimètres, en suspension dans les mers du globe, cinq fois plus que les précédentes estimations.

Les images emblématiques des tortues saucissonnées dans des débris de bâche ou d’oiseaux nichant au milieu de bouchons de bouteilles en plastique sur une plage ne reflètent qu’une partie du problème de la pollution marine. Car en plus des millions de tonnes d’emballages, restes d’engins de pêche et autres macrodéchets aquatiques, il flotterait dans l’océan mondial cinq fois plus de particules de microplastiques que ce qu’estimait la communauté scientifique jusqu’en 2015. L’étude publiée jeudi 9 septembre dans la revue Microplastics and Nanoplastics, du groupe Nature, ne prétend pas que les quantités, certes gigantesques, de microplastiques présentes dans l’eau aient explosé en quelques années, mais explique que les travaux antérieurs avaient grandement sous-évalué le niveau de pollution.

 
Vidéo des déchets dans les canyons méditerranéens, 2018. IFREMER/RAMOGE EXPLORATIONS 2018

Vidéo des déchets dans les canyons méditerranéens, 2018. IFREMER/RAMOGE EXPLORATIONS 2018

Selon une étude publiée le 9 septembre, il y aurait 24,4 milliards de milliards de particules de microplastiques, d’une taille comprise entre 1 et 5 millimètres, en suspension dans les mers du globe, cinq fois plus que les précédentes estimations.

Les images emblématiques des tortues saucissonnées dans des débris de bâche ou d’oiseaux nichant au milieu de bouchons de bouteilles en plastique sur une plage ne reflètent qu’une partie du problème de la pollution marine. Car en plus des millions de tonnes d’emballages, restes d’engins de pêche et autres macrodéchets aquatiques, il flotterait dans l’océan mondial cinq fois plus de particules de microplastiques que ce qu’estimait la communauté scientifique jusqu’en 2015. L’étude publiée jeudi 9 septembre dans la revue Microplastics and Nanoplastics, du groupe Nature, ne prétend pas que les quantités, certes gigantesques, de microplastiques présentes dans l’eau aient explosé en quelques années, mais explique que les travaux antérieurs avaient grandement sous-évalué le niveau de pollution.

Selon l’équipe internationale menée par Atsuhiko Isobe, du Centre de recherches océaniques et atmosphériques de l’université de Kyushu (Japon), il y aurait 24,4 trillions (milliards de milliards) de ces particules d’une taille comprise entre 1 et 5 millimètres en suspension dans les océans, et non 5,5 trillions, comme estimé initialement ; ce qui représenterait entre 82 000 et 578 000 tonnes. Les analyses ont détecté en moyenne entre 113 000 et 5,3 millions de pièces de microplastiques au kilomètre carré, soit un poids de 130 grammes à 2,67 kilos.

 

 

Lire la suite 

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2021 2 28 /12 /décembre /2021 00:27
La Foudre pulvérise un Arbre
Un coup de foudre pulvérise un arbre en quelques secondes ! 

 

 
Une étonnante séquence de caméra de sécurité d'un lycée du Wisconsin montre un coup de foudre brisant un arbre de taille en quelques secondes. 
Selon un rapport des médias locaux, l'événement à couper le souffle s'est produit lors d'une tempête jeudi matin dans la ville de Wautoma. 
Alors que les élèves se préparaient à passer un test, ils ont été secoués de leurs études par un monstrueux coup de tonnerre venant apparemment juste à l'extérieur de l'école. 
La découverte d'un arbre abattu près du bâtiment et une vérification ultérieure des images de la caméra de sécurité les ont amenés à trouver la scène étonnante qui avait été filmée. 
 
Filibert : C'est par l'effet de pointe des aiguilles du pin que la foudre est attirée ! 
L'effet de pointe est une propriété physique qui concentre les électrons dans les objets pointus comme les aiguilles de pin, ces électrons négatifs en lien avec le sol vont attirer les ions positifs de l'air qui vont provoquer une sorte de court-circuit ! 
L'arbre éclate ici par la vaporisation explosive de l'eau du tronc qui monte à plus de 100 degrés en une fraction de seconde ! 
Les paratonnerres utilisent l'effet de pointe pour atirer les ions positifs de l'air qui se déchargeront dans le sol par l'épais fil de cuivre qui va dans la terre ! 


Diffusé par : http://areazone51ufos.blogspot.com/2021/04/un-coup-de-foudre-brise-larbre-en.html

Partager cet article
Repost0
20 mai 2021 4 20 /05 /mai /2021 10:57
Une nouvelle zone océanique a été découverte avec ses dizaines d’espèces de poisson inconnues

Les océans restent inconnus pour l’Humain: on a exploré que 5% des fonds océaniques. Alors, il n’est pas vraiment étonnant de découvrir de nouvelles zones sous-marines en 2018. C’est le cas aux Caraïbes où des chercheurs ont découvert une nouvelle zone océanique: le Rariphotique. Bien sûr, cela implique la découverte de nouvelles espèces de poisson.

La Terre n’est pas surnommée la planète bleue pour rien! 70% du globe est recouvert d‘océans. Et dans ces océans, seul 5% des fonds marins ont été explorés. Si l’on s’y intéresse vraiment, on peut faire de nouvelles découvertes tous les jours. Au sud des Caraïbes, près de Curaçao, des chercheurs ont trouvé une nouvelle zone océanique qu’ils ont appelée Rariphotique. Celle-ci est située entre 130 et 300 mètres de profondeur.

Ce qui est super intéressant pour les biologistes, c’est que cette zone abriterait des poissons venus se réfugier du réchauffement des eaux de surface et de la détérioration des récifs coralliens. Du coup, les chercheurs découvrent sans cesse de nouvelles espèces, comme si la biologie en était à ses premiers pas.

À la recherche de récifs

Les récifs coralliens peu profond subissent le réchauffement climatique et la pollution des océans. Ils se détériorent à vue d’œil et du coup les chercheurs ont essayé de trouvé d’autres récifs plus profonds qui ne sont pas touchés par le réchauffement des eaux et par la pollution.

“On estime que 95 % de l’espace habitable de notre planète est dans l’océan”, explique Carole Baldwin, conservatrice des poissons au Musée national d’histoire naturelle du Smithsonianvet auteure principale de l’étude. “Pourtant, seule une fraction de cet espace a été explorée, ce qui est compréhensible pour des zones situées à des milliers de kilomètres au large et à des kilomètres de profondeur, mais les récifs profonds tropicaux sont juste en dessous des récifs peu profonds et très étudiés.”

Carole Baldwin espère donc qu’avec la découverte de Rariphotique d’autres chercheurs seront motivés à explorer les fonds marins et trouver d’autres récifs du genre, des biotopes essentiels pour la vie sous-marine.

30 nouvelles espèces, 4.500 poissons différents

Alors, que trouve-t-on comme poisson dans cette nouvelle contrée sous-marine? Les chercheurs ont identifié 4.500 poissons différents dans le Rariphotique. Pour ce faire, ils ont dû prendre place dans de petits sous-marins capables de descendre jusque 300 mètres de profondeur.

Globalement, les espèces y vivant ressemblent beaucoup à celles que l’on trouve dans les récifs proches de la surface mais se rapprochent également des créatures vivant dans les eaux très profondes. Leur peau est presque transparente, comme les espèces vivant dans les abysses sauf qu’ici, les poissons sont extrêmement colorés. C’est bien simple, sur une zone de 200 mètres carré, les chercheurs ont découvert 30 nouvelles espèces. Ce n’est que le début!

Source: https://fr.express.live/

Partager cet article
Repost0
30 août 2020 7 30 /08 /août /2020 20:28
L’odeur de la pluie réduit le stress et 7 autres avantages de marcher sous la pluie

La plupart des gens peuvent prédire un orage sans regarder le ciel. Il leur suffit de renifler l’air. Mais l’odeur qu’ils sentent n’est pas vraiment celle de la pluie, qui est inodore. Ils sentent le pétrichor, une combinaison de composés chimiques qui est libérée lorsque les gouttes de pluie touchent le sol pour la première fois. Le vent les transporte vers les zones voisines et avertit les nez de l’arrivée de la pluie. (1, 2)

Certaines personnes décrivent l’odeur de la pluie comme un anti-stress. Cela peut être dû au fait que l’odeur est directement liée à l’hippocampe et à l’amygdale. Ces deux parties du cerveau sont impliquées dans les émotions et la mémoire. L’odeur de pétrichor peut faire remonter des souvenirs agréables comme patauger dans les flaques d’eau dans l’enfance. Ce sentiment de nostalgie peut soulager le stress. (1, 3)

Outre la réduction du stress que peut entraîner l’odeur de la pluie, la présence de la pluie comporte de nombreux avantages. En voici sept dont vous pourrez profiter la prochaine fois que vous serez sous une pluie battante.

7 Avantages de la pluie

 

1. Le bruit de la pluie est relaxant

 

Le bruit de la pluie et du clapotis des vagues n’est pas menaçant. Cela les rend relaxantes et explique pourquoi elles calment les gens. (4)

Certaines personnes écoutent même des sons de pluie sur support audio pour les aider à s’endormir. La pluie produit un bruit constant qui monte et descend progressivement en volume. Elle berce les auditeurs dans leur sommeil et n’interrompt pas leur cycle de sommeil. Elle peut également faire fonction de bruit blanc qui noie les autres sons susceptibles de vous réveiller. (4)

2. Elle réduit la pollution de l’air

 

Lorsqu’une goutte de pluie tombe, elle recueille les particules présentes dans l’air. Les gouttes de pluie attirent la suie et la pollution vers le sol. (5)

Avoir de l’air plus pur à respirer est un avantage pour tout le monde. Mais c’est particulièrement utile pour ceux qui sont plus sensibles à la pollution de l’air. Il s’agit notamment des personnes qui souffrent d’asthme ou qui sont jeunes, malades, âgées ou enceintes. Lorsque l’indice de qualité de l’air devient trop élevé, il leur est conseillé de rester à l’intérieur. Un bon orage leur permet de sortir à nouveau à l’extérieur en toute sécurité. (5)

3. Vous trouverez probablement la solitude en plein air

 

En cas de pluie ou de neige, les gens sont moins enclins à sortir et à faire de l’exercice. Une étude canadienne a montré que 4 mm de pluie diminuaient de 5,2 % les pas quotidiens des adultes. Avec 14 mm de pluie, leurs pas ont diminué de 8,3 %. (6)

 

Si vous aimez faire de l’exercice sans la présence d’autres personnes, cela peut être un avantage pour vous. Parfois, il est agréable de courir sans public. Et si vous aimez vous promener dans un parc habituellement bondé, le fait d’avoir le chemin à vous pour vous rendre à votre lieu de résidence peut être un changement bienvenu.

4. Ancrage pour les patients souffrant de stress post-traumatique

 

Pour les patients souffrant de stress post-traumatique, marcher sous la pluie peut contribuer à s’ancrer. Il s’agit d’une technique qui utilise les cinq sens pour aider les personnes à faire face aux flashbacks et à la dissociation. (7) Le marcheur peut sentir le pétrichor et ressentir la sensation de pluie sur sa peau. Il peut entendre la pluie qui tombe sur la terre et regarder les gouttes tomber du ciel. Il peut même utiliser le sens du goût en recueillant quelques gouttes de pluie sur sa langue. (7)

5. Vous pouvez faire de l’exercice plus longtemps et plus vite

 

L’exercice physique fait que vos muscles produisent de la chaleur. Pour vous rafraîchir, votre corps doit rediriger le flux sanguin pour produire de la sueur, ce qui diminue vos performances. L’eau de pluie vous refroidit et vous permet d’utiliser l’énergie plus efficacement. Lorsque vous faites de l’exercice sous la pluie, vous pouvez vous entraîner plus longtemps et aller plus vite. (8)

6. Faire de l’exercice sous la pluie augmente votre métabolisme

 

Une étude japonaise a fait courir des hommes en bonne santé sur un tapis roulant pendant 30 minutes dans une chambre qui simulait des conditions de pluie. Ils ont découvert que la demande énergétique augmente lorsqu’on court dans des conditions froides et pluvieuses, ce qui augmente le métabolisme. (9)

7. Votre corps apprend à s’adapter

 

Faire ses exercices habituels sous la pluie apprend à son corps à réagir à différentes conditions. Votre corps devra s’adapter à la marche ou à la course sur un trottoir glissant. Cela ajoute un élément de défi et améliore votre capacité d’entraînement. (8)

Remerciez la pluie

 

Que vous fassiez de l’exercice ou que vous recherchiez une bonne nuit de sommeil, la pluie est pleine de bienfaits. La prochaine fois que vous serez sous la pluie, prenez un moment pour apprécier toutes les bonnes choses qu’elle apporte.

Partager cet article
Repost0
30 août 2020 7 30 /08 /août /2020 10:26

Rachel & Pascal Poot, producteur bio de semences anciennes naturellement résistantes !

 
Pascal Poot : Des semences naturellement résistantes
 
Pacal Poot est installé à Olmet dans l’Hérault. 
Il a développé une méthode qui permet de cultiver et de sélectionner des centaines de variétés de légumes sans arrosage et sans utilisation de produits phytosanitaires en utilisant des semences anciennes capables de se défendre elles-même.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Semis 1 :
 
Pour bien réussir l'implantation d'une culture, il est généralement nécessaire de réaliser des opérations qui permettront aux semences d'être dans des conditions optimales pour germer rapidement et trouver dans le sol les éléments nécessaire à leur croissance.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
SEMIS DE TOMATES au Potager de santé & de vie avec Rachel Poot.
 
 
 
 
 
 
 
Bien commencer son potager. 
Il est recommandé de les semer seulement 5 semaines avant la date prévue de repiquage donc en général il est inutile de vouloir les semer avant le 20 mars sauf si vous voulez planter sous serre. 
Les semis de tomates s’effectuent comme les semis de poivron et d’aubergine mais nécessitent des températures moins élevées ; entre 10°C la nuit minimum et minimum 20 à 25 °C la journée. 
 
 
 
 
 
 
 
Partager cet article
Repost0
21 juillet 2020 2 21 /07 /juillet /2020 13:10
LE VOLCAN DE LAACHER OU VOLCAN EIFEL : LES CHERCHEURS S’ATTENDENT A DE PLUS PETITES ERUPTIONS

Le volcanisme de l’Eifel qui se situe dans le lac Laacher See en Allemagne est toujours actif. Les chercheurs ont mesuré que la terre se soulevait. Y a-t-il un risque d’éruption volcanique ?

Le volcan Eifel a explosé il y a 13 000 ans, ce qui ne signifie pas qu’il ne représente plus un danger. Ces dernières années, en particulier, la recherche s’est davantage concentrée sur le volcan. Va-t-il éclater? Les chercheurs pensent que c’est possible. Les chercheurs prouvent qu’il est encore actif : récemment, il est devenu beaucoup plus agité.
Ce volcan a explosé il y a 13 000 ans, depuis lors, c’est calme plat dans l’Eifel – mais le volcanisme de l’Eifel est toujours actif. Par conséquent, la terre s’élève. Très peu, d’un millimètre par an depuis très longtemps.

Actuellement, la surface de la terre s’écarte horizontalement, comme si quelque chose poussait vers le haut par le bas. Cela a été prouvé pour la première fois par des scientifiques américains. Dans une étude , ils ont évalué les données de mesure de milliers d’antennes GPS sur 20 ans – et ont ainsi découvert de nouvelles preuves du volcanisme actif dans la région de l’Eifel.

 

 

Le Laacher See près de Wassenach en Rhénanie-Palatinat. Photo: Thomas Frey / dpa

 

volcan Eifel: les mouvements du sol sont plus clairs
« L’Eifel est la seule région de l’étude dans laquelle le mouvement du sol était significativement plus important que prévu », explique l’auteur principal Corné Kreemer de l’Université du Nevada à Reno. « Les résultats suggèrent que la montée de matériaux rocheux pourrait provoquer ce mouvement du sol. » Si vous regardez tous les points, « alors il semble clair que quelque chose se prépare sous le cœur du nord-ouest de l’Europe. »

L’Eifel est un système volcanique actif. 

La dernière éruption volcanique de l’Eifel remonte à près de 13 000 ans. Selon les chercheurs, elle a été aussi puissante que le volcan philippin Pinatubo, qui en 1991 a catapulté cinq milliards de mètres cubes de cendres et de poussière dans l’air. Les scientifiques écrivent dans le « Geophysical Journal International » qu’il est supposé que le magma s’accumule sous l’Eifel à une profondeur d’environ 50 kilomètres. La zone de soulèvement avec le centre de l’Eifel comprend également le Luxembourg, l’est de la Belgique et le sud des Pays-Bas.

 

 

Le volcanisme de l’Eifel qui se situe dans le lac Laacher See en Allemagne est toujours actif. Les chercheurs ont mesuré que la terre se soulevait. Y a-t-il un risque d’éruption volcanique ?

Le volcan Eifel a explosé il y a 13 000 ans, ce qui ne signifie pas qu’il ne représente plus un danger. Ces dernières années, en particulier, la recherche s’est davantage concentrée sur le volcan. Va-t-il éclater? Les chercheurs pensent que c’est possible. Les chercheurs prouvent qu’il est encore actif : récemment, il est devenu beaucoup plus agité.
Ce volcan a explosé il y a 13 000 ans, depuis lors, c’est calme plat dans l’Eifel – mais le volcanisme de l’Eifel est toujours actif. Par conséquent, la terre s’élève. Très peu, d’un millimètre par an depuis très longtemps.

Actuellement, la surface de la terre s’écarte horizontalement, comme si quelque chose poussait vers le haut par le bas. Cela a été prouvé pour la première fois par des scientifiques américains. Dans une étude , ils ont évalué les données de mesure de milliers d’antennes GPS sur 20 ans – et ont ainsi découvert de nouvelles preuves du volcanisme actif dans la région de l’Eifel.

Ce n’est qu’au début de 2019 que des chercheurs allemands ont prouvé que l’Eifel est toujours un système volcanique actif. Depuis 2013, ils ont détecté huit séries de tremblements de terre à basse fréquence à une profondeur de 10 à 45 kilomètres sous le lac Laacher. C’étaient des indications que les fluides ignés pourraient monter du manteau supérieur dans la croûte terrestre, écrivaient-ils à l’époque dans le « Geophysical Journal International ».

Cependant, les résultats des deux études ne signifient pas qu’une éruption volcanique est actuellement imminente, explique Torsten Dahm du Centre allemand de recherche en géosciences (GFZ) à Potsdam, qui a participé à l’étude allemande. La nouvelle enquête américaine est « une belle confirmation » qu’il « y a de l’activité dans l’Eifel ». Et d’un point de vue différent: « Pour la première fois, il a été possible de mesurer les soulèvements actuels dans une zone plus étendue. 

 

 

Le Volcan Eifel : les chercheurs pensent qu’une éruption plus petite est probable

Dahm explique: «Quelque chose presse en son centre. Il pousse et il écarte également. Tout comme vous l’imaginez lorsque quelque chose pousse vers le haut par le bas. »Cela correspond aux hypothèses selon lesquelles« il y a un mouvement vers le haut dans le manteau supérieur ». Jusqu’à présent, il a été estimé à partir des sédiments de surface que le sol ne monte que de 0,3 ou 0,1 millimètre par an. 

« Mais les enquêtes ne modifient pas nos évaluations des risques volcaniques », explique Dahm. La probabilité est là qu’il pourrait y avoir une autre éruption. Un essaim sismique plus important est attendu dans le futur « très probablement encore dans l’Eifel oriental à Laacher See », estime le géophysicien.

De nouvelles enquêtes doivent suivre
«Nous avons observé des micro-tremblements qui migrent vers le lac Laacher. Ce qui est une observation assez claire. »Il était donc important« d’examiner cela de plus près ». Le défi consiste à «cartographier réellement» le réservoir magmatique. C’est la condition sine qua non pour pouvoir mieux évaluer « l’ampleur réelle du danger volcanique ».

Les mesures dans l’Eifel devraient être étendues, explique Thomas Dreher du bureau d’État de géologie et des mines de Rhénanie-Palatinat à Mayence. Le service sismique avait déjà été intensifié cette année, l’ensemble de mesure de l’Eifel s’est intensifié. « Mais nous voulons être encore plus à l’étude », dit-il. « Et c’est notre tour. »

Il ne voit aucun danger pour les personnes ou les infrastructures. « Pas dans les 1000 prochaines années non plus. »

Trouvé sur  Terra Projects

source : https://www.morgenpost.de/

Partager cet article
Repost0
24 mars 2020 2 24 /03 /mars /2020 11:42

Selon des Chercheurs l'Agriculture Biologique est en mesure d'atténuer le déclin des Abeilles ! 

L’agriculture biologique est favorable aux Abeilles

L'abeille, insecte pollinisateur par excellence, se présente comme une clé de voûte de la biodiversité. 
Et, alors que son déclin inquiète, aujourd'hui pour la première fois, une équipe de chercheurs montre que l'agriculture biologique pourrait bien lui profiter au-delà de ce que l'on imaginait.
En principe, quand arrive la fin du mois de juin, les apiculteurs ont récolté la moitié du miel d'une année. 

Mais "cette année, nous en sommes loin", alerte Henri Clément, porte-parole de l'Union nationale de l'apiculture française. 
Selon lui, c'est le changement climatique qui est à blâmer. 
Car dans certaines conditions climatiques, les fleurs ne produisent pas de nectar. 
Et les sécheresses de plus en plus fréquentes du début d'automne affectent la ponte des reines.
Mais des chercheurs du CNRS, de l'Inra et de l'université de La Rochelle (France) apportent aujourd'hui une bonne nouvelle en la matière

Ils ont analysé six années de données de suivi des abeilles domestiques
Leurs conclusions montrent que l'agriculture biologique est en mesure d'atténuer le déclin des abeilles. 
Surtout aux mois de mai et de juin, lorsque celles-ci souffrent de la faible disponibilité en fleurs, dans les régions d'agriculture intensive, entre les périodes de floraison du colza et du tournesol.

 

Cette étude a été réalisée grâce à un dispositif unique de suivi des colonies d’abeilles baptisé Ecobee. © Apis, Inra

 

 

 
 
Des abeilles mieux nourries !
Les chercheurs ont observé que les colonies entourées de parcelles agricoles biologiques produisent jusqu'à 37 % de couvain, 20 % d'abeilles adultes et 53 % de miel en plus que celles qui évoluent dans des paysages agricoles plus traditionnels. 

Ainsi l'agriculture biologique semble produire différents effets positifs.
La production de couvain -- destiné à devenir des ouvrières -- peut, en effet, être favorisée par une plus grande diversité de ressources en pollen -- grâce notamment aux "mauvaises herbes à fleurs" -- mise en parallèle avec une diminution de la mortalité due aux pesticides à une échelle locale. 

Quant aux réserves de miel, elles semblent augmenter grâce à une disponibilité accrue de fleurs mellifères à une échelle spatiale plus grande.
 


Par Nathalie Mayer, journaliste pour :
https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/agriculture-agriculture-biologique-bonne-abeilles-76618/#xtor=RSS-8

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2020 1 27 /01 /janvier /2020 12:19

YELLOWSTONE a connu près de 200 tremblements de terre qui ont secoué la région au cours du mois dernier, ce qui soulève la question suivante : est-il sur le point d’entrer en éruption ?

Supervolcan de Yellowstone : Une éruption est-elle imminente après 193 tremblements de terre en un mois ?

Selon les services de surveillance de l’US Geological Survey (USGS), la région de Yellowstone au Wyoming a connu 193 tremblements de terre au cours des 28 derniers jours. Toutes les secousses étaient relativement faibles, la plus importante ayant atteint une magnitude de 3 le 10 novembre. Bien que les tremblements dans la région de Yellowstone ne soient pas rares, près de 200 en un mois est rare, le Service des parcs nationaux indiquant que la région en compte habituellement environ 700 par an.

A son plus haut, elle peut ressentir jusqu’à 3 000 tremblements de terre par an.

Et les experts avertissent que ce n’est pas nécessairement la taille d’un tremblement de terre qui est un indicateur qu’un volcan pourrait entrer en éruption, mais la quantité de ceux-ci.

Scott Burns, professeur émérite de géologie à l’Université de Portland State, a dit : « Si vous avez des essaims sous un volcan en activité, l’hypothèse de travail est que le magma remonte en dessous. »

Cependant, d’autres ne s’entendent pas sur le fait qu’un essaim de séismes près d’un volcan pourrait être un signe avant-coureur des choses à venir.

Jamie Farrell, de l’Université de l’Utah à Salt Lake City, estime que cela fait partie du cycle naturel du volcan Yellowstone, en disant : « Les essaims sismiques sont assez fréquents à Yellowstone. »

« Rien n’indique que cet essaim soit lié au magma qui se déplace dans la croûte peu profonde. »

Le supervolcan de Yellowstone, situé dans l’État américain du Wyoming, a connu sa dernière éruption majeure il y a 640 000 ans.

Selon le United States Geological Survey (USGS), la probabilité d’une éruption à Yellowstone est d’environ 1 sur 730 000.

Alors que 640 000 ans se sont écoulés depuis la dernière éruption majeure, Yellowstone est sur le point d’exploser – mais il pourrait encore s’écouler plusieurs milliers d’années.

Cependant, les experts se préparent au pire en ce moment et étudient comment prévenir une éruption majeure qui pourrait anéantir instantanément de larges pans des États-Unis.

Un employé de la NASA croit avoir trouvé un moyen unique d’arrêter une éruption majeure – en introduisant de l’eau froide dans les chambres à magma de Yellowstone.

L’ingénieur de la NASA Brian Wilcox espère écarter la menace d’une super-éruption en refroidissant le magma dans les chambres du volcan.

Environ 60 à 70 % de la chaleur produite par Yellowstone s’infiltre dans l’atmosphère, mais le reste s’accumule à l’intérieur. Si l’accumulation est suffisante, cela peut déclencher une éruption.

En forant 10 kilomètres dans Yellowstone, un employé de la NASA croit qu’il serait possible de pomper de l’eau à haute pression qui permettra au liquide froid d’absorber une partie de la chaleur, avant qu’elle ne soit à nouveau pompée.

M. Wilcox a déclaré au journaliste Bryan Walsh dans le nouveau livre de ce dernier, End Times, que le plan pourrait coûter 3,5 milliards de dollars US et aurait l’avantage supplémentaire d’utiliser la vapeur de l’eau et du magma pour créer une électricité géothermique sans carbone à un prix beaucoup moins cher que toute autre énergie actuellement disponible sur le marché.

M. Wilcox a dit à M. Walsh : « Ce qui fait de Yellowstone une force de la nature, c’est que la caldeira emmagasine la chaleur pendant des centaines de milliers d’années avant que tout ne parte en fumée d’un coup. Ce serait bien si on évacuait cette chaleur avant qu’elle ne fasse beaucoup de dégâts. »

D’autres, cependant, ne sont pas aussi convaincus du caractère réalisable de l’idée de M. Wilcox.

Jake Lowenstern, un scientifique de l’USGS, a dit à M. Walsh : « Tout cela semble un peu fantaisiste. »

Source: Express.co.uk, le 23 novembre 2019Traduction par Nouvelordremondial.cc

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2019 4 21 /11 /novembre /2019 19:59
Des scientifiques constatent que les arbres ont un « cœur qui bat »

Il y a un grand nombre d’êtres vivants sur Terre, tous avec leurs propres caractéristiques et modes de vie singuliers. Des fourmis les plus petites aux énormes girafes et éléphants, tous ont en commun qu’ils sont vivants ! Les plantes et les arbres constituent un type d’organisme vivant. Même s’ils ne se déplacent pas comme les autres organismes, ou s’ils ont un rein et un foie, ils ont en fait leur propre ensemble d’organes, pour ainsi dire.

Le battement de cœur secret

Bien qu’un arbre n’ait certainement pas de cœur, l’idée qu’il ait son propre pouls et son propre sens du rythme n’est pas aussi attirante que beaucoup de gens ne le pensent. Selon une étude dirigée par András Zlinszky, Bence Molnár et Anders S. Barfod de Hongrie et du Danemark, les arbres ont en fait un type particulier de battement qui ressemble à celui d’un battement de cœur. Qui l’aurait su ?

Pour trouver ce battement de cœur caché, les chercheurs ont utilisé des techniques de surveillance avancées connues sous le nom de balayage laser terrestre pour étudier le mouvement de vingt-deux types différents d’arbres. Les résultats ont choqué tout le monde et ont révélé que la nuit, alors que les arbres dormaient, ils avaient souvent un battement qui palpitait dans tout leur corps, tout comme les humains et les autres êtres vivants le font aussi.

Qu’est-ce que c’est ?
Bien que ces battements ne représentent en aucun cas un éventuel rythme cardiaque, elles font le même travail en maintenant le rythme et en pompant des liquides dans l’organisme. Les impulsions que les scientifiques ont découvertes sont en fait l’arbre qui pompe et distribue l’eau dans tout son être, tout comme un cœur pompe le sang.

On a longtemps supposé que les arbres distribuent l’eau par osmose mais cette nouvelle découverte prouve le contraire. Cela pourrait changer la façon dont les humains perçoivent et comprennent les arbres pour toujours, donc beaucoup de choses pourraient changer maintenant. Les « battements de cœur » eux-mêmes étaient assez lents et réguliers, certains se produisant toutes les quelques heures. Malgré tout, c’est une découverte étonnante qui prouve que la nature est beaucoup plus complexe qu’on ne l’aurait jamais imaginé.

Ce n’est pas seulement le battement de cœur que l’étude a découvert, elle a aussi révélé que les arbres bougent beaucoup plus pendant la nuit, beaucoup plus que ce que les gens ne le pensaient à la base. Il s’avère qu’un grand nombre d’espèces ont laissé tomber leurs feuilles jusqu’à dix centimètres après le coucher du soleil. Lorsque les arbres font cela, c’est en fait parce qu’ils dorment (un autre trait humain/animal) et qu’ils entrent dans leur propre type de rythme circadien connu sous le nom de « mouvements circadiens des feuilles », ce qui est extrêmement intéressant à observer.

Les arbres et les plantes sont parmi les organismes vivants les plus mystérieux qui renferment tant d’informations et qui ont encore beaucoup de secrets à nous dévoiler. Certains disent même que les arbres ont la capacité de pleurer et de ressentir la douleur, ce qui changerait le monde si c’était vrai. Il nous reste encore beaucoup à apprendre et d’autres études nous permettront, nous l’espérons, de mieux comprendre le monde mystérieux, mais fascinant, des plantes et des arbres.

Source: Disclose.tv, le 17 septembre 2019Traduction par Nouvelordremondial.cc

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog