Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 août 2022 5 19 /08 /août /2022 05:01
Covid : Zelenko a-t-il été assassiné par Big Pharma?

Vladimir Zelenko est mort à 48 ans, le 30 juin, d’un « cancer rare et inexplicable ».

Comme Claire Séverac emportée fin 2016 par un « mal rare et inexplicable ».

Tous les deux dénonçaient les tromperies de Big Pharma et les crapuleries des politiciens véreux au service des labos. Disposant d’une audience certaine, ils pouvaient faire perdre des milliards aux mafias de l’industrie pharmaceutique.

Un médecin qui voulait vraiment soigner ses malades

Il était médecin de famille dans le comté de Rockland (New York) lorsque l’épidémie de grippe pangoline (inexplicable autrement que par des chimères) a commencé à tuer ses patients. Officiellement, il n’y avait aucun traitement pour combattre le covid. C’était la « vérité » martelée en continu par les médias du NWO dépendant des labos.

Zelenko a fait ce que tout médecin aurait dû faire, même si bien peu l’ont fait. En cherchant dans les publications médicales, il est tombé sur les expériences couronnées de succès du professeur Didier Raoult en France, confortées par les témoignages de médecins Sud-Coréens.

Il a aussi pris en compte les études du Docteur Roger Seheult préconisant l’utilisation du zinc et des ionophores de zinc.

Le zinc est un minéral indispensable aux  humains, et un léger supplément peut être utilisé pour renforcer les défenses naturelles. Un ionophore est un soluté porteur d’ions qui ouvre la paroi cellulaire pour permettre aux ions minéraux d’y pénétrer. Une direction de recherche complémentaire qui méritait qu’on s’y penche.

D’abord ne pas nuire (serment d’Hippocrate)

Il se trouve que l’hydroxychloroquine (HCQ) est un ionophore fiable qui a un schéma posologique et un profil d’innocuité établis. Des millions de personnes en bonne santé qui visitent des zones infectées par le paludisme ou qui y vivent, la prennent régulièrement à titre préventif. Cela depuis 80 ans.

Sans subir les troubles imaginaires décrits par des médicastres aux ordres de labos, et rabâchés ad nauseam par les loufiats des merdias dont la finalité n’est pas d’informer mais de terroriser les populations. Pour mieux les manipuler et les soumettre.

HCQ est vendu sans ordonnance dans toute l’Afrique et dans la plupart des pays d’Amérique du Sud. Et l’était aussi en Europe avant que Pfizer & Co y opposent leur veto. Pourtant, si le produit était toxique, depuis le temps, ça se saurait…

Zelenko a ajouté au protocole expérimental de Raoult, le sulfate de zinc et l’azithromycine, un antibiotique à large spectre qui prévient les agressions bactériennes opportunistes qui peuvent suivre les infections virales.

Sur ses 50 premiers patients, les 50 se sont rétablis après des symptômes légers ne nécessitant pas d’hospitalisation.

Zelenko a alors partagé son expérience dans une lettre et une vidéo adressées aux médecins et aux agences de santé, les informant de l’efficacité d’un traitement susceptible de sauver des vies.

La réponse à cet empêcheur de magouiller tranquille ne s’est pas faite attendre. Les agences fédérales aux USA, comme le mille feuilles des comités Théodule en France, ont dénoncé la prétendue nocivité de l’HCQ et, fait sans précédent, ont interdit aux médecins de prescrire un médicament qui aurait pu sauver des millions de vies.

Dans le même temps, selon un processus de cenSSure désormais classique, le rouleau compresseur des exclusions des réseaux sociaux et des déréférencements des moteurs de recherche se mettait en place, pour empêcher Zelenko de répondre aux calomniateurs, et surtout d’argumenter auprès de ses pairs.

La propagande de Big Pharma ne sait que mentir et menacer, voire pire

Les politiciens corrompus, relayés par les médias aux ordres, ont déversé un tsunami de mensonges sur le soi-disant danger de l’HCQ. Sachant bien que la plupart des téléphages et des web addicts n’étaient pas en mesure de porter un regard critique sur leurs assertions, faute de bagage scientifique suffisant.

En attendant les vaccins miracle élaborés en trois mois (!) ils ont mis Zelenko au pilori pour avoir proposé une alternative efficace et peu onéreuse à la panacée d’alors, le Remdesivir qui coûtait 3.200 $ par personne, était protégé par un brevet et approuvé par les autorités Américaines et Françaises, friandes de ristournes. Alors que ce médicament est d’une efficacité douteuse et toxique pour le foie et les reins.

Par la suite, il fallait amortir un autre investissement risqué, dans le pré-achat massif des thérapies géniques improprement appelées vaccins. Avec là aussi,  bakchichs et commissions à venir. D’où l’acharnement des dirigeants et leur rage contre les scientifiques honnêtes qui risquaient de leur faire perdre une partie de ce pactole.

Zelenko  a écrit ce que Raoult ou Perronne auraient pu signer : « Ma vie n’a plus jamais été la même. Je suis passé du jour au lendemain du statut de médecin obscur à celui de cible désignée sur la scène publique. J’ai été jeté dans une piscine avec les requins des médias et de la politique, pour y être dévoré. »

Néanmoins, le protocole Zelenko a été repris par quelques médecins et leurs résultats publiés dans une revue médicale. Dans le même temps, considérant que c’était son devoir de médecin, Zelenko a écrit au président Trump expliquant comment il avait déjà sauvé des centaines de vies. Trump lui accorda sa confiance. Erreur de timing !

Science et politique n’ont jamais fait bon ménage

Trump faisait déjà l’objet d’une détestation inédite chez les faiseurs d’opinion de la caste politique américaine. Pour  ces pseudo intellos, certes instruits mais très pourris de la tête, tout ce que disait Donald ne pouvait être que erreurs, mensonges, trucages… Pas comme les « honnêtes démocrates » qui ne trichent jamais…

Une opportunité inespérée pour le médiocre et ambitieux Anthony Fauci, qui n’avait aucun bilan à présenter dans la lutte contre la grippe pangoline.

Pourtant vainqueur dès le premier round contre Zelenko parce qu’il y avait des millions d’Américains, et parmi eux nombre de médecins et de scientifiques conditionnés par les merdias à croire que : « Si Trump le dit, c’est forcément faux ! »

Et encore, Zelenko a eu la « chance » de mourir avant qu’on lui applique le même traitement qu’au professeur Fourtillan en France : « À enfermer chez les fous ! » Un projet déjà bien avancé… Le paltoquet donnait des conseils au sénile Biden.

Après la mort de Zelenko, le très progressiste New York Times qui avait créé, fait unique dans les annales, une cellule de démolition du Président, réduit la nécrologie du médecin à ce résumé malhonnête :  « A promu un traitement Covid non fondé. Aucune étude n’a trouvé un avantage à son traitement, et certaines ont mis en évidence un risque d’arythmies cardiaques dangereuses.»

Sans vergogne, le NY Times a occulté les 35 études sur un total de 38 utilisant l’HCQ contre le Covid-19 démontrant la supériorité de ce médicament sur les autres thérapies avec dans l’ensemble 72 % de décès en moins.

Science et pognon ne sont pas faits non plus pour s’entendre

Le NY Times a préféré oublier aussi la campagne massive financée par Big Pharma pour discréditer l’HCQ. Avec un culot incroyable, des médicastres ont présenté une étude bidonnée portant sur 100.000 patients sur six continents.

Une supercherie publiée par le Lancet, l’une des plus fameuses revues médicales qui a été piégé.  Et été conduit à se rétracter deux semaines plus tard, L’étude était une fraude dès le départ, basée sur des données pré fabriquées qu’aucun expert du Lancet ne s’était donné la peine de vérifier.

La propagande anti-HCQ a falsifié en outre les données scientifiques avec trois essais cliniques conçus pour échouer, en provoquant des arythmies dangereuses, en limitant les tests à des patients atteints à un stade avancé. Pour ne pas dire des moribonds.

Pire encore, la posologie était quatre fois supérieure à la dose sûre. Empoisonnant délibérément des patients afin de créer l’illusion que l’HCQ était dangereuse et justifier son interdiction par des politicards complices. Plus de 500 patients sont morts dans ces essais de surdose pour préserver les bénéfices des labos !

Perte de confiance dans la médecine

Avant le covidus macronibus, on n’avait plus tellement confiance dans la flicaille devenue milice du tyran, chargée de traquer les opposants et de molester les manifestants. Tout en  laissant courir les délinquants.

On n’avait plus du tout confiance dans une justice islamo-gauchiste politisée à outrance. Décidant non plus en fonction du Droit mais selon son idéologie.

Mais on avait encore confiance dans la médecine. Grâce aux progressistes démocrates américains et à Macronescu, c’est fini !

Bien sûr, il reste des médecins scrupuleux, mais quand on ne les connaît pas bien, comment différencier le pourri prêt à vous injecter ses poisons pour optimiser son chiffre d’affaires et le bon docteur qui veut vous soigner ?

Zelenko parlait d’avilissement de la médecine. Au lieu d’enseigner des connaissances approfondies reliées par des raisonnements analytiques et soutenues par l’expérience, on a endoctriné les étudiants à se plier à l’autorité des « experts » fussent-ils autoproclamés. Et sous la coupe des politiciens les plus vérans véreux.

La tendance a empiré depuis que de nombreux médecins qui n’ont plus vu un malade de près depuis la fin de leurs études, sont salariés par des firmes pharmaceutiques comme chercheurs, ou VRP introduits dans les hôpitaux sous tutelle de Big Pharma.

Quand des décrets scélérats ont interdit la HCQ, les médecins qui ont soulevé des objections ont été interdits de publication dans les principales revues médicales contrôlées par Big Pharma. Et ceux qui ont insisté ont perdu leur droit d’exercer.

Médecins assassins

Zelenko a traité 7 500 patients n’en perdant que trois. Il a donc essayé de trouver sur quels arguments scientifiques ses détracteurs s’appuyaient pour faire interdire l’HCQ, médicament peu coûteux qui pouvait être administré sans délai aux patients pour prévenir la progression de la maladie.

Dans sa recherche, il a découvert que les CDC (Centers for Disease Control and Prevention) avaient fait des expériences similaires avec la chloroquine et l’HCQ, et étaient parvenus aux mêmes résultats que lui.

Non seulement la chloroquine et l’HCQ empêchaient la réplication virale, mais aussi des dizaines d’autres médicaments homologués agissaient de même ! Mais Fauci et les crapules du département américain de la Santé ne l’ont jamais dit au public.

Au lieu de cela, Fauci a fait tout ce qu’il pouvait pour empêcher que les preuves des avantages de l’HCQ atteignent le public, allant jusqu’à annuler sa propre étude.

On peut avancer sans risque de se tromper que les différents organismes qui chapeautent la santé en France, Ministère, commissions, Haute autorité de santé, ANSM, INSERM, comité spécial élyséen, en savaient au moins autant que Fauci.

Et leurs décisions prouvent qu’ils ont agi  de façon aussi criminelle, encouragés par le dictateur Macronescu, ses consultants avides et ses séides cupides.

Le testament de Zelenko

Dans son dernier message vidéo depuis son lit de mort à l’hôpital de Dallas, Zelenko a accusé l’Organisation mondiale de la santé d’être complice de Big Pharma pour empiéter sur la souveraineté des nations. Et il nous a exhortés :

« Résistez à leur programme diabolique et à leurs campagnes de peur, de verrouillages, d’isolement, de masques déshumanisants. Ils continueront à envoyer vague après vague des virus de la peur jusqu’à ce que vous acceptiez de vous soumettre à des psychopathes qui se prennent pour des demi-dieux. Dénoncez les ces faux dieux de la technologie, de la science, du gouvernement corrompu, de l’argent, du pouvoir, de la renommée, et désobéissez-leur massivement ! »

Christian Navis

Climats sous influence (climatorealist.blogspot.com)

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog