Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mai 2022 6 07 /05 /mai /2022 10:47
Zelensky conduit son peuple dans la tombe mais refuse de porter le chapeau

Zelensky conduit son peuple dans la tombe mais refuse de porter le chapeau.

Depuis le début de l’offensive russe, les causes réelles du conflit ont été ignorées, la propagande médiatique se contentant de rabâcher en boucle que Poutine est le méchant agresseur d’un gentil et paisible petit pays, qui ne demandait rien à personne. Un seul coupable : Poutine.

Exit les violences barbares perpétrées au Donbass qui ont fait 14 000 victimes en huit ans. Un grand classique des turpitudes de l’Occident, qui excelle à justifier ses propres guerres et à condamner celles des autres.

Place aux fake news à forte charge émotionnelle et priorité à la diabolisation outrancière du tsar Poutine, traité de fou, de criminel de guerre et de boucher par Biden.

Je constate simplement qu’il est plus facile à Biden de cracher sur Poutine que de marcher sur Moscou avec ses légions. Il est vrai que d’autres ont essayé avec le résultat que l’on sait…

À l’heure où le conflit se stabilise, puisque l’armée ukrainienne refuse le combat frontal et a fait le choix de s’abriter dans les villes, en utilisant les civils prorusses comme boucliers humains, comme c’est le cas à Marioupol, il est clair que seules les concessions territoriales et politiques de Zelensky pourront faire taire les armes. Il devra tôt ou tard accepter la partition de l’Ukraine.

La victoire de Poutine est donc inéluctable, malgré les boniments de la presse et des généraux de plateaux TV, qui ne savent que diaboliser le maître du Kremlin et dénigrer l’armée russe. Quand Poutine aura obtenu ce qu’il veut, et non pas ce que veut Biden, nous ferons le bilan.

Ces généraux en sont restés à l’ère soviétique, quand Moscou était l’ennemi numéro 1. Je le regrette profondément, car la Russie de 1990 ne demandait qu’à devenir notre amie. Quel gâchis !

La partition qui se profile met donc en porte-à-faux les hypocrites va-t-en-guerre occidentaux, qui ont laissé croire à Zelensky et au peuple ukrainien qu’ils pourraient vaincre l’armée russe, avec une aide militaire massive et des sanctions économiques à double tranchant.

Comme si Poutine était assez fou pour avoir ignoré ce risque et ne pas s’y préparer.

Quand les Ukrainiens vont comprendre qu’ils ont perdu au minimum la Crimée et le Donbass, et pourquoi pas toute la côte nord de la Mer Noire jusqu’à Odessa, ils vont pouvoir mesurer sur pièces où les ont conduits les gesticulations du clown chef de guerre, toujours prêt à crier victoire alors que les carottes sont cuites depuis le troisième jour de guerre.

L’Ours russe va bientôt présenter l’addition de cette coûteuse résistance.

Le pauvre pantin Zelensky a cru naïvement que l’Otan allait risquer une troisième guerre mondiale pour l’Ukraine, pays mafieux et corrompu s’il en est. Mais le seul objectif de Biden et de ses caniches européens aura été en réalité de faire durer cette guerre, afin d’affaiblir au maximum la Russie et de lui interdire tout rapprochement avec l’Europe pour plusieurs décennies.

C’est ainsi que le bonimenteur d’estrade en pull kaki a joué son rôle de résistant à l’envahisseur, faisant pleurer dans les chaumières d’Europe et d’Amérique, en espérant voir l’Otan se frotter enfin à la Russie. Quelle faute, laquelle aura causé des milliers de morts des deux côtés !

Zelensky a simplement oublié que la deuxième puissance militaire du monde possède une force nucléaire supérieure à celle des États-Unis et aligne des armes de dernière génération que les Occidentaux ne possèdent pas encore.

Au moindre écart de Biden, et rien n’empêche Poutine de couler le porte-avions USS Gérald R. Ford, fleuron de la marine américaine, avec un missile hypersonique. Et je vois mal Biden déclencher l’holocauste nucléaire pour un porte-avions, fût-il la vitrine de la Navy.

L’arrogante Amérique marche donc sur des œufs, car elle ne souhaite aucunement ajouter l’humiliation à sa douloureuse impuissance actuelle.

Nous en sommes donc là, après 35 jours de guerre. Les sanctions ne feront pas plier Moscou, alors que la coupure du gaz russe mettrait l’Europe à genoux et anéantirait l’industrie allemande, ce qui réjouirait l’Oncle Sam.

Les armements livrés inconsidérément à l’Ukraine ne renverseront pas la donne non plus.

Par conséquent, que reste-t-il comme option ? La capitulation.

Et c’est là que Zelensky, qui a conduit son peuple dans une impasse totale, refuse de porter le chapeau.

Ce que réclame Poutine, concessions territoriales et garanties de neutralité de l’Ukraine, sera soumis à référendum.

En clair, après avoir poussé son peuple à résister en pure perte, avec un lourd bilan humain et économique qui aurait pu être évité, le vaillant chef de guerre idole de l’Occident, va dire à son peuple :

« Nous avons perdu l’Ukraine et le Donbass. Que décidez-vous, stop ou encore ? »

Les Ukrainiens pourront donc remercier les Occidentaux, qui savaient parfaitement que Poutine ne lâcherait rien et que David ne terrasserait jamais Goliath. Une fois de plus, les Américains auront poussé les Européens à se comporter comme des salauds, en berçant le peuple ukrainien d’illusions.

Cette guerre n’est pas la nôtre et notre seul soutien aurait dû se limiter à une aide humanitaire massive. C’est à Kiev et Moscou qu’il appartient de régler le lourd contentieux du Donbass.

Quand on n’est même pas capable de faire respecter les accords de Minsk par Kiev, on ne joue pas les gros bras avec Moscou.

Jacques Guillemain

Partager cet article
Repost1

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog