Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 février 2022 3 23 /02 /février /2022 17:36
Message de Jésus - La Réincarnation

Mes bien-aimés, ce message sera un peu différent, parce que nous allons parler à quelqu’un qui vous est revenu, qui a fait un long voyage et qui a eu de nombreuses expériences. Nous allons voir comment ce pèlerin a progressé, comment ce pèlerin a fait un grand voyage, comment il a fait l’expérience de beaucoup de choses, même au-delà de ce que vous sentez habituellement être une vie, et il est revenu vers vous, il est revenu à vous parce qu’il y avait un appel qui est sorti sous forme de nombreuses prières que vous faisiez et lui demandez de revenir. Il y avait beaucoup de choses dans la conscience collective du groupe d’amis qui voulaient voir cette personne rire et partager les expériences qui se sont produites au cours des dernières semaines.

Bien-aimée, lors de votre voyage, vous êtes allée dans de nombreux pays différents, et je parle ici des lieux géographiques. Vous êtes allé dans un pays lointain connu sous le nom d’Italie. Vous êtes allé dans l’une des anciennes villes où vous avez vécu dans d’autres vies, où vous avez été l’un des sénateurs des instances dirigeantes plusieurs vies, où vous avez connu ceux qui vivaient à cette époque, et vous avez vécu, travaillé et eu des amis dans cet organisme.

Vous saviez aussi être le paysan, le mendiant, si vous voulez, qui s’asseyait à la porte du temple et demandait aux passants s’ils pouvaient partager avec vous. Vous avez donc ressenti dans cette vie le désir d’y retourner et d’y retrouver certains souvenirs. Il y avait en vous un appel qui disait : « Retournons voir ce que cela fait. Revenons en arrière et faisons l’expérience des bâtiments plus anciens « , ceux que vous avez vraiment parcourus au cours d’autres vies, et voyons ce que vous ressentiriez dans ces bâtiments qui s’approchent maintenant de cette vie, de cette perspective.

Et je vous demanderai, avez-vous ressenti l’histoire ancienne ?

Oui, je l’ai fait. J’avais l’impression d’y avoir déjà été.

C’est vrai ; beaucoup de vies. C’était vraiment un domaine où vous avez fait l’expérience d’une grande partie de la condition humaine ; comme je l’ai dit, en tant qu’homme d’État et mendiant et tout ce qu’il y a entre les deux, aussi. C’était pour vous une rétrospective. C’était pour vous un retour à la maison juste pour sentir que vous aviez été là avant, et comment cela aurait pu être et était dans une autre vie.

Maintenant, il y en a beaucoup de nos jours qui ne croient pas que l’on puisse avoir des vies différentes connues sous le nom de réincarnation. Quand on va visiter un lieu historique et qu’il y a un certain sentiment en vous, des souvenirs ou même un vague sentiment de  » J’ai été ici avant « , c’est ce qu’on appelle la preuve que, oui, la vie est continuelle.

Ça vous a paru enrichissant ? (Oui, c’était une sensation de richesse.) Oui, et vous l’avez regardé de ce point de vue, de cette vie, et vous avez aimé voir les belles œuvres d’art, que vous avez vraiment contribué à faire, parce que plusieurs des vies vous étiez l’artisan qui travaillait avec les métaux et même avec la pierre qui était taillée dans divers motifs complexes.

C’est vrai pour tout le monde quand on va visiter ce qu’on appelle les antiquités, l’histoire dans d’autres pays, même dans ce pays, et on a le sentiment de : « Je comprends ce que ce serait de créer cela. Mes mains comprennent quelque chose que ma tête ne comprend peut-être pas, mais mes mains ont un certain feeling. »

Ou lorsque vous visitez un lieu sacré et que vous savez que cela signifie quelque chose pour vous au-delà du simple sentiment que vous ressentez dans cette vie pour lui ; il y a une signification plus profonde en lui. Vous avez vécu ça ? (Je sentais que, comme si j’avais été là avant, mais je n’avais pas été là dans cette vie.) Oui, très vrai.

Mais l’intervalle entre le moment où vous avez senti que le corps n’était pas vraiment assez fort et celui où vous étiez dans le véhicule de transport, où étiez-vous à ce moment-là ? (J’étais présent, j’étais là, je pouvais le sentir.) Vous pouviez sentir le véhicule, oui. Seriez-vous surpris de savoir que dans l’intervalle, cette fraction de seconde où vous avez ressenti un certain sentiment de libération, seriez-vous surpris d’apprendre que vous êtes mort à ce moment-là ? (« Ça ne m’étonnerait pas, non. »)

Vous l’avez fait ; la mort elle-même ne prend, ce que vous appelleriez, qu’une fraction de seconde. Ce n’est pas long, et vous êtes parti. Vous avez eu une réunion avec votre groupe de conseillers de l’âme, et vous avez demandé si vous pouviez revenir et expérimenter plus dans cette vie. Tout cela s’est passé en une fraction de seconde ; pas même une seconde entière, mais une fraction de seconde, parce que c’était une pensée, un sentiment qui s’exprimait, et la permission – non pas que vous en ayez vraiment besoin – était que, oui, ce serait une chose intéressante pour vous à faire, de faire l’expérience du Paradis pendant plus ou moins un instant et ensuite revenir reprendre où vous en étiez au départ.

Maintenant, il est vrai que le corps a subi quelques changements, et vous travaillez toujours à le remettre là où il était avant l’expérience, mais il y avait plus dans l’expérience à connaître dans ce bâtiment vieux de six cents ans connu sous le nom d’hôpital. Il y avait plus d’expérience à avoir, et comme vous étiez allongé là, laissant le corps respirer et se ressusciter, il y avait beaucoup de choses qui se passaient à un niveau profond en vous.

Et je parle de cela pour le reste d’entre vous, parce qu’il va arriver un moment dans votre vie où vous allez donner la permission de quitter le corps, parce que vous ne voulez plus traîner le corps autour de vous. Vous n’avez plus besoin de traîner le corps autour de vous. En une fraction de seconde, il y a un sentiment de libération, et parfois, comme dans le cas du frère bien-aimé, il y a un sentiment de « Je n’ai pas fini ». Vous aviez ce sentiment très fort : « Je n’ai pas fini. Je ne veux pas partir tout de suite. »

Maintenant, je vous ai dit maintes et maintes fois en parlant de la libération du corps que c’est toujours un choix. Le corps ne peut jamais vous être repris. Il peut être fait pour regarder – la preuve de cela – que probablement vous devez le laisser derrière vous, mais c’est toujours un choix, et en une fraction de seconde en dehors du temps vous dites oui ou vous dites non.

Dans votre cas, vous aviez déjà terminé ce que votre groupe d’âmes avait rassemblé pour cette vie. Vous l’aviez déjà accompli ; cependant, étant le non-conformiste que vous êtes, vous aviez commencé à élaborer un nouveau plan. Il y avait donc un moment pour voir si c’était vraiment la voie que vous vouliez suivre pendant un certain temps et pour rencontrer le groupe d’âmes – les maîtres, les guides, peu importe comment vous voulez les appeler – et pour voir ce qu’ils en pensaient ; non pas que cela aurait eu de l’importance, car le choix est vôtre. Mais vous alliez vérifier pour voir. Et le sentiment était : « Allez-y. »

Oui, je voulais revenir.

Vous vouliez revenir. Il y avait un sentiment très fort de votre part, « Je veux revenir. » Alors ils ont dit : « Qu’il en soit ainsi », et vous êtes ici. Très bien. C’est merveilleux de pouvoir regarder à travers ces yeux (ceux de Judith) et de voir l’aspect physique de vous, parce que c’était vraiment dans le doute pendant un moment. C’est pour cela qu’il y avait tant de prières qui étaient offertes comme suit : « Ordre Divin, mais peut-être serait-il bien de le ramener si cela est permis ». (Je pouvais ressentir toutes les prières.) Il y en avait beaucoup qui priaient pour vous, beaucoup qui vous donnaient la permission de faire ce que vous aviez à faire, mais qui demandaient aussi : « Peut-on le laisser revenir ? Je n’avais pas fini de jouer avec lui. »

C’est vrai pour tout le monde, et je m’en sers comme exemple. Il viendra un moment où vous sentirez l’opportunité de lâcher prise, ou non, de la physicalité. Et vous pouvez avoir le sentiment très fort que, « Je n’ai pas encore fini. Il y a des domaines où je n’ai pas fait l’expérience du regroupement avec lequel je suis en ce moment. » Personne et rien ne peut se mettre en travers de votre chemin.

Vous êtes le créateur de votre réalité. Vous êtes le créateur de votre corps. Vous êtes le créateur de votre vie, de cette réalité – « r » minuscule. Vous en êtes le créateur. Nous avons dit à maintes reprises que c’est votre Réalité avec un « R » majuscule qui vous permet de rendre la réalité « r » minuscule et de la vivre pleinement. Et si vous en n’avez pas fini avec, vous pouvez vous retirer une seconde et revenir ensuite.

Vous avez donné à votre fils adoptif, celui qui vous aime tendrement, un moment de pause quand il a vu les yeux se retourner dans la tête, et il s’est demandé, « Que dois-je faire maintenant ? » Il a fait ce qu’il fallait, bien sûr, et vous avez un lien plus fort que jamais avec lui en raison de l’expérience partagée.

Parfois vous établissez ces expériences à l’avance afin de pouvoir ressentir l’Unité avec une autre, afin de pouvoir aller au-delà de l’association habituelle avec ceux qui sont dans votre famille, parce que vous voulez connaître la Vérité de votre être. Vous voulez savoir, « Qui suis-je vraiment ? Quel pouvoir ai-je vraiment ? Je peux vraiment lâcher le corps une seconde ou deux et le rajeunir ? »

Vous le faites instant par instant avec chaque respiration que vous prenez. Si vous ne preniez pas la prochaine respiration, le corps expirerait.

L’expérience la plus merveilleuse, et c’est une expérience que vous partagerez avec d’autres plus tard sur la route, parce que, encore une fois, une des choses que le groupe d’âmes vous a dites et que vous avez acceptées est que vous avez un chapitre sur l’enseignement. Maintenant, vous avez été enseignant toute votre vie par l’exemple, par l’amour que vous avez donné à ceux qui n’étaient peut-être pas aussi bien lotis que vous et qui avaient besoin d’un coup de main à l’époque, et vous avez dit : « Oui, je vais vous donner un coup de main. Tout ce dont vous avez besoin, je le donnerai. » Vous l’avez fait librement, parce que vous vous êtes vu dans l’autre, c’est-à-dire l’innocent qui lutte pour tirer le meilleur de tout.

Vous avez donc été enseignant, s’ils étaient ouverts pour le voir, mais maintenant vous allez dire quelques mots à quelqu’un juste en passant ; ce ne sera pas une démarche très formelle. Cela peut l’être, mais ce n’est pas obligatoire. Mais vous partagerez avec d’autres : « Vous savez, cette affaire de mort, cette histoire de mourant, c’est vraiment pas grand chose. Vous n’avez pas à en avoir peur. Et si vous arrivez à la porte de la mort et que vous n’avez pas envie de la franchir, vous n’avez pas à le faire. » Vous allez leur dire ceci. « Je sais. J’y suis déjà allé. »

Oui, cela va surprendre quelques personnes, mais ce n’est pas grave, parce que tout le monde que vous rencontrez est vraiment quelqu’un qui vous a invité à être juste en face d’eux à ce moment-là pour leur donner un mot ou deux qu’ils doivent entendre. Parfois, ils l’accepteront, et parfois ils ne l’accepteront pas, mais vous le donnez gratuitement, et il se peut qu’ils en redemandent plus tard. « Tu te souviens quand tu m’as dit telle ou telle chose ? Qu’est-ce que tu voulais dire par là ? Tu veux dire que tu peux mourir et revenir ? » Et vous direz : « Oui, notre Sauveur, Seigneur, celui avec qui nous marchions il y a deux mille ans, nous l’a montré, mais il l’a fait un peu plus dramatiquement. » Mais c’était mon scénario, vous voyez. Vous pouvez avoir votre propre résurrection du corps. En fait, vous l’avez fait.

« Je suis passé par là, je l’ai fait, » vous dites, « et il n’y a rien là de grave. » On a peur de lâcher le corps. On leur a enseigné ou lu qu’ils pourraient avoir à souffrir après avoir libéré le corps parce qu’ils ont été une si mauvaise personne dans leur vie, même s’ils ne savaient pas qu’ils étaient mauvais – et c’est seulement mauvais selon les règles des autres, pas selon les règles du cœur.

Vous avez souvent dit : « Hors de vue, hors de l’esprit, hors du corps, pour toujours. » Non. En vérité, il n’y a nulle part où aller. Une fois que vous commencez à comprendre cette partie, vous vous rendez compte que tous ceux avec qui vous avez déjà marché marchent toujours avec vous, et si vous voulez parler avec eux, allez-y. Parlez avec eux. Et puis, comme je vous l’ai dit à maintes reprises, écoutez, parce qu’ils peuvent vous répondre et vous répondront probablement. Et vous dites :  » Hmm. C’était quoi ça ?  »

Vous ne cessez jamais d’être. Vous ne finissez jamais. Vous êtes éternelle. Respirez profondément et dites : « Bon, d’accord, ça change tout. Peut-être que je peux encore aller surfer. » Il n’y a jamais rien qui vous empêche d’être le jeune. Il peut y avoir une pensée inconsciente que lorsque vous apportez plus d’années à vous-même, alors le corps devient un peu plus raide et il a un peu plus de douleurs et de maux. Peut-être qu’il n’y a plus tout à fait le même dynamisme dans l’étape que vous aviez l’habitude d’avoir quand vous étiez plus jeune.

Mais tout cela est dans la tête. C’est un enseignement générationnel, et vous n’en avez plus besoin. Vous êtes plus jeune que vous ne l’avez jamais été. Laissons-le bien assimiler. Donc si vous voulez vous lever et marcher facilement, si vous voulez faire de la gymnastique suédoise et devenir fort, allez-y.

Vous, ma bien-aimée qui avez eu l’expérience de la mort récente, vous vous êtes déjà donné un bon exemple, parce que même dans le bâtiment médical, vous marchiez dans le couloir pour renforcer vos jambes. Vous vouliez pas rester allongé dans le lit jusqu’à ce que les jambes soient comme des spaghettis cuits. Vous avez dit : « Non, ce n’est pas pour moi. Je suis revenu. » A ce moment-là, vous n’étiez pas vraiment conscient d’avoir été ailleurs et d’être revenu, mais vous vous êtes dit : « Eh bien, je suis là, et je veux être en train de faire. J’ai des choses que je veux faire. » Je vous ai entendu dire ça.

Et oui, c’est vrai pour tout le monde. Vous n’avez pas besoin de dire : « Eh bien, j’ai atteint un certain âge, et je suppose que c’est près de ma date d’expiration. Oh, ciel. Vous savez, je peux peut-être vivre au-delà de ma date d’expiration. » Et c’est ce que vous faites. Chaque matin à votre réveil, vous avez fait le choix de vivre au-delà de votre date d’expiration ; chaque matin. Donc, si vous pratiquez cela tous les matins, vous devez être un expert en la matière.

Vous vous réveillez le matin. Vous sortez du lit. Vous dites : « Oh, ça fait du bien. » Je vous vois vous étirer parfois. « C’était tellement, tellement bon, ah, wow. » Vous faites les exercices et vous devenez un peu plus souple ; vous faites bouger vos hanches, vous savez. Vous pouvez être comme votre chanteur vedette, celui avec les mouvements spéciaux : Elvis ; c’était son nom. Il était rempli de l’énergie de la musique.

Laissez-vous emplir chaque matin de l’énergie de l’univers. Sentez-vous aussi jeune que vous ne l’avez jamais été, parce que vous l’êtes. Sentez-vous assez souple pour faire ce que vous voulez. Bien-aimée, vous allez bientôt nous montrer les talons quand vous sautez et les cliquez ensemble. Peut-être verrons-nous cela à la prochaine réunion ? (Peut-être) Peut-être verrons-nous cela à la prochaine réunion ? (Peut-être) Peut-être verrons-nous cela à la prochaine réunion ? (Très probablement) Très bien, très bien, très probablement ; vous y travaillerez. Vous vous amuserez avec lui.

Et c’est l’essentiel pour tout le monde, peu importe le nombre d’années que vous avez eues dans cette vie, cette incarnation : l’essentiel, c’est la joie. L’essentiel, c’est de s’amuser avec elle. Et en s’amusant avec la vie, c’est contagieux. Vous êtes tous de merveilleux professeurs, parce que vos amis, vos associés vous ont vus être humains à tous les degrés. Ils vous ont vu prendre certaines années et agir d’une certaine façon parce qu’on l’attendait de vous. Maintenant, quand vous sortez et que vous vous sentez très flexible et très joyeux, ils vont faire le grand saut. Ils se demanderont : « Quel secret connaît-elle ? Je veux connaître son secret. Je veux savoir comment elle peut être si forte. Soulève-t-elle des poids ? »

Vous êtes tous de merveilleux professeurs, parce que tout le monde peut s’identifier à vous. Et s’ils vous voient rajeunir d’année en année, ce qui se produit, ils pensent qu’il y a peut-être une chance qu’ils puissent rajeunir, ou du moins qu’ils puissent l’essayer pour déterminer leur taille. Ils veulent savoir, « Qu’y a-t-il de plus ? »

C’était vous au moment de votre mort. Vous avez dit : « Je veux en savoir plus. Je n’ai pas encore fini. Puis-je y retourner ? » Bien sûr que si, vous pouvez. C’est un choix. Vous voilà donc, vous vous sentez aussi jeune que le lever du soleil (Merci). Je vous remercie, parce que c’est vous qui allez servir d’exemple à d’autres pour la manière dont cela peut être fait. Ils vous ont vu, ajoutant les années. Ils vous ont vu « humain », donc si vous pouvez faire une guérison aussi merveilleuse, comme ils l’appellent, ils peuvent peut-être devenir plus jeunes.

Vous allez donc enseigner. En fait, vous allez dire quelques mots à ceux qui ont besoin de l’entendre. Il y a ceux qui souffrent parce qu’ils pensent qu’ils sont finis. Il n’est pas nécessaire qu’ils soient terminés. Ce qui se passe, c’est que s’ils prennent la décision d’être finis et de décéder le corps, alors très vite ils se retournent et reviennent pour pouvoir revivre la vie humaine.

Bien-aimé, c’est une joie d’être avec vous. C’est une joie de parler, de pouvoir interagir les uns avec les autres. Vous savez quel plaisir c’est d’être en vie ? Oui, vous savez. Vous y êtes déjà allé. Vous êtes allé à la porte, vous avez ouvert la porte et vous avez dit : « Hmm, pas encore. J’ai d’autres choses à faire. »

C’est une joie d’être avec chacun d’entre vous. Chacun d’entre vous est en chemin, et vous avez le courage de faire des changements, d’avoir le courage de dire : « C’est peut-être comme ça pour les autres, mais moi, pour moi, je choisis la vie. Je choisis d’être souple. Je choisis d’avoir le sourire aux lèvres. »

Riez souvent. Riez profondément. Riez avec tout le corps, et je vous rencontrerai dans la joie.

Qu’il en soit ainsi.

– Jeshua ben Joseph (Jésus)
en s’exprimant à travers Judith

Traduit par Diane L. pour https://messagescelestes.ca

Partagé par : https://messagescelestes.ca – Messages Célestes

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog