Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 janvier 2022 6 01 /01 /janvier /2022 09:31
Des services secrets et des lobbys progressistes sont à l’œuvre pour renverser les gouvernements souverainistes

József Horváth - 26.11.2021

Le proverbe hongrois dit qu'un homme qui ment est plus facilement rattrapé que par un chien boiteux.
Nous, les Hongrois, nous sommes donc une nation optimiste après tout !

Quant à nos "pauvres" amis américains, ils ont l'air plutôt idiot.
Après cinq longues années, il s'avère qu'ils ont été trompés.

Christopher Steele, ancien agent du service de renseignement britannique (MI6), a été mandaté et, bien sûr, payé par les démocrates en 2016 pour rassembler des preuves des connexions russes risquées de Donald Trump pour la sécurité nationale.
Pendant quatre ans après son élection à la présidence, Trump a dû lutter contre cette accusation, dont Hillary Clinton était la principale porte-parole.
Et le Federal Bureau of Investigation (FBI) a lancé une enquête sur le président américain sur la base des allégations du dossier Steele.
Aujourd'hui, il est apparu que toute cette affaire faisait partie d'une opération de dénigrement réussie.
Le bureau du procureur a inculpé l'un des informateurs, Igor Danchenko, pour avoir menti, tout simplement.

Pas un mot de la connexion russe, que l'on avait proclamée redoutable, n'était vrai. Le FBI a été trompé, selon l'acte d'accusation.

Arrêtons-nous ici et réfléchissons. Dans quelle mesure est-il plausible que l'agence de renseignement la plus patriotique lance une enquête sur un président en exercice sans vérifier les informations de base ?
Pas vraiment.
Parce que si nous devions accepter cette allégation comme vraie, le service aurait dû être dissous il y a longtemps pour incompétence.

Et Donald Trump a été accusé d'être trop amical envers la Russie.
Ceci, parmi beaucoup d'autres choses, a contribué à sa défaite en 2020. La grande leçon est que, même si la vérité éclate au grand jour après cinq ans, le discrédit a quand même réussi.
Un mensonge a été diffusé, Trump a été discrédité, exposé, il a été renversé. Une chose contre laquelle les services secrets auraient dû protéger le président.
Mais malheureusement, toute l'agence a été "trompée".

Rétrospectivement, bien sûr, l'accusation n'est pas maligne, et les électeurs peuvent tout au plus retenir qu'ils ont été dupés.

Silvio Berlusconi pourrait s'étendre longuement sur des expériences similaires. L'ancien premier ministre italien et homme d'affaires prospère a été sali de la même manière et a été renversé.

Ces dernières années, une étrange vague de chute de gouvernements et d'hommes politiques a déferlé sur l'Europe centrale. Autriche, République tchèque, Slovaquie, Roumanie et plus récemment Bulgarie.

Ils ont tous en commun d'avoir fait tomber et évincé du gouvernement des hommes politiques et des partis opposés au courant libéral européen.

Ils n'ont pas été abattus sur la base de critères de la catégorie politique classique gauche-droite, mais pour leur engagement envers l'État-nation, leur rejet des topos libéraux - le multiculturalisme, la migration, les théories de genres - ont constitué la ligne rouge particulière.

Nous avons assisté à ce processus tout récemment en Bulgarie.

Le gouvernement de droite dirigé par Boyko Borisov n'étant pas favorable à la migration, à la propagande LGBTQ et ne voulant pas de bases militaires étrangères dans le pays, des organisations étrangères, en grande partie liées à George Soros, ont fait pression sur le gouvernement bulgare. Elles ont provoqué de violentes protestations qui ont conduit à la démission du Premier ministre en février.
Trois élections ont été organisées dans le pays avant que le résultat souhaité ne soit atteint avec beaucoup de difficultés. Avec un soutien financier étranger et une présence médiatique considérables. Une victoire étroite a été remportée par un parti nouvellement formé appelé "We Forward Change", dont plusieurs des principaux dirigeants avaient étudié aux États-Unis.

Les médias ont construit leur image de manière professionnelle.
Ils sont les sauveurs volontaires de la nation, jeunes, optimistes, hors de la politique, prêts à tout. Mais même avec cet important soutien étranger, ils n'ont pu gagner qu'à la troisième tentative, avec un taux de participation d'à peine quarante pour cent, le plus bas depuis trente ans.

Pour moi, tant la campagne de dénigrement contre Trump que les échecs des gouvernements en Europe centrale vont dans le même sens, mais offrent également un certain nombre de leçons.

La première est qu'il importe peu de savoir qui a raison.
Après cinq ans, il a été révélé que les connexions russes excessives du président Trump étaient un mensonge, si cette campagne de dénigrement ne pouvait ou ne voulait pas être exposée à temps par les services secrets.
Je ne serais pas très surpris si, dans quelques années, il s'avérait que le siège du Capitole par des gars était organisé par des mains habiles pour empêcher le retour éventuel du président sortant. Rétrospectivement, bien sûr, cela n'aura aucune importance.

Tout comme la ligne Strache, Kurz, Babiš, Fico, Borissov est révélatrice. Manipulation réussie, exagération des erreurs perçues ou réelles, accusations de corruption, exploitation de crises réelles, influence incitatrice des masses.
Tout cela avec un soutien médiatique fort et bien organisé, avec des financiers d'origine inconnue, avec une foule d'experts soi-disant indépendants alignés pour la bataille.
Si cela ne suffisait pas, ils se lanceraient dans la bataille pour le pouvoir avec des personnalités étrangères préparées professionnellement, avec un passé obscur, avec l'illusion de la pureté, avec l'apparence d'être anti-politique, et avec des mouvements qui agissent comme des partis.

Qui vont ensuite, s'ils gagnent, aligner les pays et nations renégats.
Ils prêtent allégeance aux États-Unis d'Europe, qui n'existent pas encore, ouvrent la porte à une migration aveugle et soutiennent la propagation violente des droits et de l'idéologie LGBTQ.

Et ce n'est que lorsqu'il est trop tard que les personnes trompées, souvent aveuglées, se réveillent. Parce qu'ils ont été trompés, jouets de ces forces.
En Bulgarie, on a découvert en vain que leur premier ministre par intérim est un citoyen canadien, ce qu'il a caché lors de sa nomination. Avec le recul, ça n'a pas d'importance.
Au vu de tout cela, personne ici ne peut croire que nous ne serons pas victimes d'opérations similaires lors des prochaines élections hongroises.
Tenons-nous la main ! Soyons calmes et très intelligents ! Car si nous nous laissons tromper et manipuler, nous nous exposons à un avenir douloureux.

source: https://magyarnemzet.hu/velemeny/2021/11/brutalis-ereju-beavatkozasra-keszulhetunk

*******

Attaquer les services secrets sert toujours les intérêts étrangers

László Földi, expert du renseignement sur la situation pré-électorale en Hongrie

Ces derniers jours, un nouveau scandale a été créé avec beaucoup d'imagination par ceux qui - manifestement avec une arrière-pensée politique - veulent prouver à tout prix que le Premier ministre du gouvernement Fidesz, Viktor Orbán, sur ordre de l'ancien ministre du Renseignement László Kövér, aujourd'hui président du Parlement, lors d'une cérémonie privée en 2020, a demandé aux services civils de surveiller l'opposition politique en Hongrie, parce qu'ils sont présumés représenter un risque pour la sécurité nationale.

Examinons les faits entourant cette affirmation sensationnelle !

Au début du printemps dernier, l'Office de l'information et de la protection de la Constitution a célébré son 30e anniversaire en privé, conformément à la mentalité du renseignement.

D'anciens hauts fonctionnaires ayant occupé des postes importants pendant et après le changement de régime, ainsi que des ministres ayant précédemment supervisé les services secrets civils, ont été invités.
Parmi eux, László Kövér, qui était présent non pas en tant que président du Parlement mais en tant qu'ancien chef politique des services civils, comme István Nikolits, ministre dans le cabinet de la coalition MSZP-SZDSZ Horn.

Les anciens ministres ont non seulement participé, mais ont également prononcé de courts discours, ce que personne n'a contesté, car tous les discours sont restés objectifs, étant donné l'importance de l'occasion et du lieu. Les auteurs du scandale n'ont pas été invités à l'Office de l'information ou à l'Office pour la protection de la Constitution, pas plus que les experts qui ont expliqué le sujet, de sorte que leurs plaintes sont loin des faits.

En tant que participant - József Czukor, le directeur général du Bureau d'information, m'a fait l'honneur de m'inviter à la cérémonie - je dois dire qu'aucun des discours prononcés à l'occasion du 30e anniversaire du Bureau d'information n'appelait à l'anarchie de la part du personnel actuel des services de renseignement.

Par conséquent, j'ose supposer que László Kövér n'a pas tenu un discours trompeur lors de la cérémonie à l'Office de protection de la Constitution, d'une manière différente de ce qu'il a dit à l'Intelligence Service.

De plus, nous sommes en décembre 2021, et les auteurs de la fuite n'ont pas été en mesure de présenter des faits indiquant que le contre-espionnage ou les services de renseignement ont effectué un travail illégal contre les partis politiques hongrois au cours des deux dernières années. Parce que si c'était le cas, ils n'auraient pas essayé d'utiliser un discours mal interprété pour essayer de prouver l'indéfendable, mais auraient cité l'acte illégal lui-même.

Cet effort désespéré des experts invités et de certains politiciens pour expliquer l'hypothèse du "et si" est un peu lamentable. Sans aucun doute, une opération de discréditation - une opération d'influence - peut être créée, mais pas avec un bilan aussi faible.

Au milieu de toutes les calomnies et commentaires, qui ont été produits avec beaucoup d'efforts, personne n'a posé les questions les plus pertinentes.
La première est la suivante : comment le fait que M. Kövér ait assisté à un événement protégé a-t-il été rendu public et qu'a-t-il dit ?
Qui est la taupe ?

L'autre question est la suivante : indépendamment du discours, peut-on soupçonner que des hommes politiques hongrois, chez eux et à Bruxelles, ont des contacts non autorisés avec des personnes des services étrangers, et si oui, quels types de contacts ?

Pourquoi, par exemple, certaines personnes à Bruxelles votent-elles régulièrement et ostensiblement contre les intérêts de la Hongrie ?

Sont-ils en colère parce qu'ils n'ont pas été autorisés à former le gouvernement, ou attaquent-ils les actions du cabinet Orbán lorsqu'on leur a demandé de le faire ?

Il convient de noter qu'au cours des onze dernières années, peu de projets de loi dans notre pays n'ont pas été dans l'intérêt du peuple hongrois, alors qu'on ne peut pas dire qu'il n'y ait pas eu d'erreurs au cours des trois derniers mandats.

Pour moi, il est moins important de savoir comment les personnalités publiques poursuivent leurs intérêts et objectifs politiques. Dans le but de gagner du pouvoir, malheureusement, à notre époque, de plus en plus de choses sont devenues acceptables, d'une manière qui n'est pas de bon goût.

Il ne m'appartient pas non plus, puisque je ne suis pas membre du service depuis assez longtemps, de savoir s'il y a eu un recrutement externe au détriment des citoyens hongrois, ou si certaines personnes se sentent à l'aise pour servir des intérêts étrangers.

Quoi qu'il en soit, si un tel cas devait se présenter, il est du devoir professionnel du service de contre-espionnage d'enquêter et de mettre en œuvre l'affaire, qu'il s'agisse d'une personne du parti au pouvoir ou des bancs de l'opposition.

Cependant, ce qui est extrêmement inquiétant et infiniment triste, c'est qu'il pourrait y avoir des officiers traîtres dans n'importe lequel des services secrets civils hongrois.
Ils ne peuvent pas être des soldats du parti, comme c'était le cas avant le changement de régime, mais des membres d'un groupe restreint de personnes qui font leur travail et qui sont obligés de défendre le pays en première ligne.

Il ne doit y avoir aucun aspect politique de parti dans leur travail opérationnel. La reconnaissance, du point de vue du contre-espionnage, est une protection opérationnelle et ne doit pas tenir compte du grade de l'auteur potentiel. Nous ne vivons plus dans les décennies du socialisme, où un acteur politique était invulnérable même s'il avait commis un crime.

Et les chefs des services secrets ont le droit, garanti par la loi, de refuser des ordres ou "seulement" des demandes liées à la politique des partis. C'est une preuve supplémentaire que même si on leur avait demandé de le faire, ils ne l'auraient pas fait, car ils sont responsables du personnel opérationnel qui leur est confié et de leur travail professionnel.
Comme aucune fuite de ce type n'a eu lieu - alors qu'il existe une "fuite" dans le système - cela prouve en soi que le gouvernement Orbán n'a demandé ni aux services de renseignement ni au contre-espionnage d'effectuer des tâches illégales.

Mais ! Le plus gros problème - qui relève de la catégorie des trahisons - est qu'avec cette nouvelle affaire, le travail des services a une nouvelle fois été rendu impossible, ne serait-ce que temporairement.
Maintenant, ils vont être occupés à s'expliquer et à trouver le traître.

Qui en profite ? Bien sûr, pour les services de contre-espionnage, qui peuvent être presque certains que le contre-espionnage hongrois fera obstacle à leurs attaques avec moins d'intensité.
Il y a donc un bénéficiaire dans tout cela, mais il est évident que ce n'est pas la sécurité de la Hongrie.

source: https://magyarnemzet.hu/velemeny/2021/12/a-titkosszolgalatok-tamadasa-idegen-erdek

*******

Chaîne "Ultrasons"  - Vidéo Youtube, 2 déc. 2021

Les services secrets étrangers contre Viktor Orbán

Notre invité était József Horváth, conseiller en matière de sécurité nationale au Centre pour les droits fondamentaux, qui a récemment écrit un article pour Magyar Nemzet (voir 1e traduction ci-dessus) sur les machinations des services secrets qui ont été mises en lumière récemment.

Sur la base de L'article traduit ci-dessous, on peut supposer que nous pouvons nous attendre à des événements similaires en Hongrie dans la période à venir.

Nous avons également interrogé l'analyste sur la déclaration de László Kövér, qui, selon des articles de presse, a déclaré que les opposants du Fidesz sont la plus grande menace pour la sécurité nationale de la Hongrie. (vidéo en hongrois, pas de sous-titres disponibles)

Résumé: Qui veut s'immiscer dans les élections hongroises ?

Les forces supra-européen qui travaillent pour des "États-Unis européen", avec la promotion de la migration, des théories du genre, et la répression des velléités souverainistes des nations.

Est-ce que ces forces LGBTQ, pro-immigration, pro-impérialistes interfèrent-elles dans les élections ?

Oui, c'est certain.

Quelles techniques sont utilisées par les services secrets pour s'immiscer dans la vie des nations ?

Si possible, en compromettant les adversaires par leurs points faibles, quitte à truquer le peu de matériel dont ils disposent, comme couper les parties indésirables d'un enregistrement. Si cela n'est pas possible, lorsque les services secrets n'ont rien trouvé à quoi s’accrocher, la nouvelle compromettante sera inventée (voir collusion Russie avec Trump).

Ensuite, la personne qui doit être éjectée, doit être acculée dans une position défensive, souvent très difficile, car tout est inventé de toutes pièces et elle perd sa crédibilité, sa force de travail car elle utilise son temps, son énergie à se défendre contre des moulins à vent.

 

Cela a été le cas avec Netanyahu, qui était accusé, et acquitté, x fois de corruption, jusqu'à ce qu'il soit éjecté et remplacé par un président qui plaisait aux Démocrates.

Pourquoi Kurz n'a-t-il pas tenu bon ?

Kurz a voulu sauver son parti et il a tiré la leçon avec ce qui s'est passé avec l'ibizagate, Heinz-Christian Strache, lorsqu'il avait été compromis par les services secrets.

 Donald Trump et l'accusation d'espionnage russe

C'est un exemple parfait: peu importe que c'était faux, cela a pu le mettre dans une sorte de siège éjectable durant 4 ans, il n'a pas pu gouverner, a été trahi par la CIA elle-même, et finalement bien que tout n'était que mensonge, il a été empêché d'agir à sa guise avant d'être finalement renversé.

Le FBI a enquêté sur le président en fonction, au lieu de contrôler les accusations - ce qui est très grave.

Horvàth Jozsef explique que celui qui gagne dans ce genre de bataille n'est pas le plus crédible, n'est même pas celui qui arrive à discréditer son adversaire mais celui qui discrédite le plus rapidement, car l'autre en face devra se justifier, se replier dans ses retranchements, et se retrouvera dans une position de faiblesse. Ce n'est plus le gros poisson qui mange le petit mais le plus rapide le plus lent.

Jeter le discrédit sur son adversaire est un outil, qui est utilisé indépendamment de la vérité, ou non, des faits.

Ce sont de grands professionnels qui sont à l’œuvre pour emballer le narratif pour le rendre crédible. Le but vise à remplacer un politicien démocratiquement élus du "mauvais camp" par un politicien qui sert la cause des opposants.

Les leçons de la Bulgarie

Il a fallu trois votations pour que le gouvernement souverainiste de Boïko Borissov, anti-immigration, démocratiquement élus soit renversé. La Bulgarie est un état clef pour la migration, à la frontière avec la Turquie. Pour le super-Empire-UE, une Bulgarie qui construit un mur contre l'invasion était insoutenable. Au troisième essai, les gens se sont moins mobilisé. La pandémie et la lassitude se cumulaient avec le fait que la propagande a présenté le nouveau candidat comme étant la solution au blocage, il représentait le renouveau, le progrès, la fraicheur, l'ouverture... il avait été parachuté en Bulgarie, après avoir été formé pour ce rôle aux USA.

En Hongrie, Màrki-Zay Peter, l'opposant désigné par la coalition anti-Orban, sorti du néant, présenté comme conservateur, père de 7 enfants. En réalité, c'est un faux conservateur, il est pro-migration, pro-LGBT, et épouse toutes les théories progressistes de l'UE . Màrki-Zay a également été formé aux USA, et on vient de découvrir ses liens avec Trudeau et qu'il a la nationalité canadienne.

Les petits partis ne peuvent pas arriver au pouvoir face à ces techniques si ce n'est en se regroupant indépendamment des programmes et des convictions. Cette technique est également une phénomène nouveau.

La Hongrie va devoir faire face, dans les mois à venir, à des pressions, des campagnes de calomnies, des influences d'une brutalité telle que le gouvernement n'en a jamais connue. Les méthodes actuelles de l'agenda supranationale de l'empire UE, seront plus brutales que jamais, vont tout mettre en œuvre pour arriver à manipuler l'opinion et les résultats des votation, afin de compromettre et renverser Orban. Toutes les mesures prises par le gouvernement seront salies, oui, le pire est à venir et ces attaques fabriquées seront téléguidées par ce "Deep state".

Les services secrets devront mettre la sécurité de la Hongrie au-dessus de tout et tous tirer à la même corde. Ce travail doit être au-dessus de toute motivation matérielle, il s'agit avant tout d'une quasi vocation.

 

Traductions: Albert Coroz

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog