Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 octobre 2022 2 04 /10 /octobre /2022 03:48
Ukraine : Reprise progressive de la guerre de mouvements

Des combats de forte intensité se déroulent actuellement sur les zones de contact fortifiées par l’Ukraine au Nord-Ouest de Donetsk, tandis que les Russes progressent autour de Bakhmout, et plus au sud dans les districts d’Avdiivka et de Pisky,

Par ailleurs, de longs convois de camions militaires, de chars et de pièces d’artillerie s’éloignent du Donbass pour se diriger au Sud-Ouest vers la ligne de démarcation entre la Novorossiya reconquise et les forces ukrainiennes pour le moment statiques.

La stratégie annoncée par Vlad se poursuit

Lors d’un discours offensif prononcé le 7 juillet dernier, Poutine a affirmé que l’armée russe n’avait « pas encore commencé les choses sérieuses ».

Les Occidentaux n’ont pas compris que la reprise du Donbass et de la Novorossiya n’étaient que des étapes intermédiaires avant le grand nettoyage.

L’objectif revendiqué n’est pas la destruction de l’Ukraine comme rabâchent les perroquets aux ordres du NWO, mais l’éradication de l’État mafieux-néonazi, satellite de l’OTAN et de l’UE, qui existait avant le Zygomyr et que ce minus a laissé se renforcer, dans un mélange d’incompétence, de tartuferies et de cupidité.

Depuis le 3 juillet 2022 et la prise de Louhansk, l’armée russe n’avait pas réalisé d’avancée majeure. Mais elle n’avait pas reculé non plus.

Il lui fallait effectuer une pause opérationnelle afin de reconstituer ses forces et surtout déployer des moyens d’esquive et de riposte aux armes modernes à longue portée fournies gratuitement au Zygomyr par l’OTAN et ses vassaux.

En attendant, les bombardements et les tirs de missiles se poursuivaient, visant à empêcher l’ennemi de se regrouper et de renforcer ses positions en y installant de nouveaux matériels. Malheureusement des zones civiles ont été atteintes puisque, selon leurs habitudes de lâches, les Ukronazis installent leurs centres de commandement dans des immeubles d’habitation, et leurs postes de tir et leurs dépôts de munitions dans des hôpitaux, des écoles et des commerces. Pour pleurnicher après.

Méthode inspirée par les terroristes palestiniens qui, à défaut d’empêcher les ripostes israéliennes, peuvent ensuite fustiger la cruauté de leurs ennemis. Avec la connivence des « grandes consciences » du Nouvel Ordre Mondial. Pas dupes mais complices.

Le bouclier levé, il est temps de tirer le glaive

Maintenant que les Russes disposent d’un parapluie efficace contre les missiles et drones de l’OTAN, avec une force mobile d’environ 400 S-300 et S-400  pointés sur l’ennemi, et attendent l’arrivée prochaine d’autres unités, le temps est venu de  bouger.

On signale en ce moment des mouvements de matériels en provenance de Melitopol, Berdiansk et Marioupol, villes gagnées par les Russes, mais aussi depuis la Russie continentale vers la Crimée via le pont routier et ferroviaire de Kertch inauguré en 2018 par Poutine.

Aux dernières nouvelles, des régiments de blindés seraient déjà regroupés dans la région de Kherson, ville prise le 2 mars dès le début de la guerre, avec le concours de  hiérarques locaux du SBU (police secrète).

Ces ralliements annonçaient les purges au sommet de l’État de plus d’un millier de hauts responsables qui s’insurgent contre les délires suicidaires pour leur pays de l’histrion de Kiev qui se croit généralissime, comme les Macronescu se prennent pour des stars de « Chez Michou ». Pitoyables acteurs ratés.

Les menaces des Ukronazis motivent les Russes

Le New York Times reconnaît que les agences américaines de renseignement fournissent d’énormes quantités d’informations à leurs partenaires ukrainiens,  mais oublie de dire que la CIA supervise les mises à pied, les disparitions et les exécutions des personnes jugées peu sûres. Ainsi que les promotions et retours en grâce de militaires et de politiciens aussi dociles que corrompus.

À Mykolaïv, ville citée par la désinformation comme la plus héroïquement anti-russe, les autorités dépitées ont fini par admettre que leurs concitoyens aidaient concrètement les Russes en leur fournissant des informations et en leur désignant des cibles.

Du coup, le gauleiter Vitaly Kym raté de peu par un missile dans son palais (appelé la Kommandantur) a instauré un couvre-feu de plusieurs jours 24/24, dans le but de faire des rafles chez les sympathisants des Russes.

Point n’est besoin d’être devin  pour soupçonner que les arrestations seront suivies d’exécutions sommaires, comme au Donbass, lorsque la ligne de combat passait dans un village disputé… pour ensuite accuser les Russes d’assassiner leurs propres partisans.

Le pantin de Kiev qui se cache derrière ses commanditaires, comme ses guerriers derrière leurs boucliers humains, a juré qu’il allait lancer une grande contre-attaque. Pour récupérer la Novorosiya, le Donbass et la Crimée avant septembre.

Bien que sachant ses ambitions totalement irréalistes, ses conseillers étrangers entretiennent leur marionnette dans ses illusions. Les stratèges de l’OTAN savent bien qu’une victoire contre les Russes n’est pas envisageable. Et qu’une escalade vers le conflit atomique serait préjudiciable pour tout le monde.

Par contre, faire durer les hostilités le plus longtemps possible pour affaiblir la Russie, économiquement et psychologiquement, leur conviendrait fort bien.

On peut alors se demander si les mouvements russes actuels ne viseraient pas dans un futur proche la région d’Odessa ? À libérer ou à encercler pour priver Kiev de son accès à la mer Noire et ainsi disposer d’un vigoureux moyen de pression afin de  convaincre l’OTAN et son Zygomyr  de cesser de faire tuer leurs gens pour rien.

On liquide tout et on dégage

Les Anglais, soi-disant neutres, affirment que selon leurs « hommes sur le terrain » (surtout ne pas dire mercenaires !) les forces ukrainiennes détruisent de plus en plus fréquemment leurs ponts, leurs dépôts de munitions et leurs liaisons ferroviaires dans les régions du sud tangentes aux armées russes.

C’est la politique de la terre brûlée quand on sait qu’il n’y a plus d’espoir et qu’on décide d’abandonner un champ de ruines à l’ennemi victorieux.

Cette débandade dans une folie destructrice afin de ne rien laisser debout, et surtout pas des preuves compromettantes de leurs crimes après la guerre, rappelle les actions des nazis au printemps 1945.

Dans cette logique, on peut compter les missiles américains Himars lancés par les Ukrainiens sur leurs miliciens, témoins gênants, prisonniers dans le camp d’Olevnika tenu par les Russes, accusés ensuite de se tirer eux-mêmes dessus !

Et les missiles qui viennent de frapper la centrale nucléaire de Zaporijjia, aux mains des Russes… Finalement trop bons puisqu’ils permettaient à l’Ukraine de continuer à recevoir l’électricité qui y est produite.

Comme par hasard, c’est la zone où les combats les plus violents se déroulent sur une ligne de front d’environ 350 kilomètres de long, qui s’étend vers le sud-ouest, des environs de Zaporijia à Kherson, parallèlement au fleuve Dniepr.

Là où ils ont libéré le pays, les Russes font de l’humanitaire

Au nord, dans les secteurs de la région de Kharkov contrôlés par Moscou et où les combats ont cessé après la fuite piteuse des glorieux héros de l’Ukraine, des soldats russes distribuent aux habitants des colis humanitaires contenant de la nourriture et des médicaments. Des secouristes et des majors pour les cas plus graves soignent les victimes des frappes aveugles des mercenaires d’Azov et autres soudards.

Le Zygomyr, toujours aussi ignoble dans ses éructations de troisième rôle de série B, reproche aux Russes d’aider les locaux pour s’attirer leur sympathie. En prévision d’éventuels référendums d’adhésion à la Russie, probablement à l’automne. Comme s’il y avait besoin de ça pour convaincre les russophones.

Évidemment le virtuose du piano à queue préférerait voir ses ex-compatriotes martyrisés depuis 8 ans, crever de maladies, de gangrène et de faim, plutôt que d’être redevables de leur survie à leurs frères russes.

Pour finir, une bonne nouvelle : Russie 157  Ukraine 16  Abstentions 6

Nos médias-menteurs ont beau clamer à l’unisson que « le monde entier déteste les Russes » le 7 août a eu lieu à Chennal (Inde) l’élection du président de la FIDE  (Fédération internationale des échecs).

Résultat sans appel : 157 pays sur 179 ont voté pour Arkadi Dvorkovitch qui a été (heureuse coïncidence !) vice-Premier ministre de Russie de 2012 à 2018.

Le candidat ukrainien a tenté de discréditer Dvorkovitch en le qualifiant d’ami de Poutine, mais loin de le desservir, cela a accru son prestige auprès des délégations !

Faudrait pas confondre les grands maîtres du jeu d’échecs (QI moyen > 200) avec les crétins suivistes de Cannes et de l’Eurovision, ou  les complexés péteux d’Amnesty International, noyés dans l’autocritique après s’être fait gronder par le Zygomyr.

Christian Navis

Climats sous influence (climatorealist.blogspot.com)

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog