Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 septembre 2022 4 22 /09 /septembre /2022 05:24
Ukraine : Les armes thermobariques, un degré de plus dans l’escalade

Le Zygomyr devait avoir un peu trop sniffé quand il a annoncé que, d’ici septembre, son armée en déroute aurait repris la Novorossiya, la Crimée et le Donbass.

Avec les canons Caesar offerts par l’assassin covidesque et les lance-roquettes multiples Himar cadeaux du vieux débris étasunien, le Zygomyr se prend pour un Napoléon brandissant un sabre de bois.

Sans que ses commanditaires réalisent qu’en accroissant son potentiel militaire, ils poussent les Russes à appliquer les principes de la riposte graduée en utilisant à leur tour des matériels plus performants qu’ils ont en réserve.

Des Américains engagés au combat

Le vieillard sénile de White House ne se contente pas de livrer du matos gratos. Comme les Ukrainiens ne savent pas s’en servir, en plus des formateurs envoyés sur place, Biden expédie des Marines américains surpayés, rompus à l’utilisation des lance-roquettes multiples depuis la guerre d’Irak de 2003. Ces mercenaires « institutionnels » participent activement aux combats sous uniforme ukrainien.

Car malgré la cenSSure, on apprend régulièrement par leurs familles endeuillées qui s’en ouvrent aux journalistes en Amérique, que ces reîtres se font dézinguer.

Trop sûrs d’eux, n’ayant eu affaire jusqu’à présent qu’à des Arabes désorganisés, ces mercenaires prennent de gros risques en réduisant leur mobilité pour ajuster leurs cibles. Et lorsqu’ils frappent délibérément des civils au Donbass, on n’entend guère le lamento des pleureuses de la « vertueuse » communauté internationale.

En même temps que ces soudards importés commettent leurs crimes, les Russes détruisent leurs matériels aussi vite que les USA peuvent les remplacer. Jusqu’à la rupture des stocks qu’il faudra des mois à reconstituer.

Quoi qu’il en soit, au plan du droit international, ce sont des actes de belligérance caractérisés qui justifieraient que les Russes s’en prennent directement aux Ricains.

Les armes nouvelles livrée à Kiev entraînent une escalade inéluctable

Poutine n’est pas homme à se laisser intimider. Puisque l’ennemi a monté d’un cran sa puissance de feu, grâce à la complicité irresponsable d’un Occident aveuglé par sa détestation de la Russie, il monte lui aussi d’un cran.

Un jeu dangereux qui peut mener à des frappes atomiques de semonce si la Russie est de nouveau menacée sur son territoire.

Depuis les Katiouchas (orgues de Staline) les armements ont fait d’énormes progrès mais le principe reste le même. Il faudrait rafraîchir un peu la mémoire des Boches.

https://www.youtube.com/watch?v=q91yFP9E9Ygt

Les missiles thermobariques. dernier avertissement avant le nucléaire

Les systèmes TOS-1A Solntsepek (« ensoleillement ») en cours de remplacement par les TOS-2 Tosochka plus légers et rapides, sont considérés comme les armes non nucléaires les plus puissantes au monde. Et la Russie est la seule à en disposer d’aussi perfectionnées.

En moins d’une seconde, dans un vacarme étourdissant, d’immenses champignons de feu sèment la mort et la désolation. Et nul ne peut y échapper. Aucun souterrain, aucune cave, aucune grotte, aucun bunker ne résiste au tsunami thermique. C’est ainsi qu’une partie des sous-sols de l’usine Azovstal de Marioupol ont été dératisés.

Le principe est à la fois simple et redoutable :  une première salve de missiles de 220 mm vaporise un gaz hautement inflammable au-dessus de la concentration ennemie.

Une milliseconde plus tard, une deuxième salve enflamme le mélange thermobarique. La température atteint instantanément  3 000° C et l’oxygène de l’air est consumé en une fraction de seconde. Avec pour conséquence un double phénomène de dépression puis de surpression colossales.

L’air est d’abord aspiré, créant un effet de pression négative par le vide, avant d’être relâché dans un souffle de feu inarrêtable qui s’immisce partout en pression positive.

La surpression s’infiltre dans les moindres recoins et cuit littéralement les ennemis. Les blindés offerts par les Boches deviennent alors des cocottes-minute.

Ces armes sont parfois qualifiées de bombes à vide. Mais leur effet mortel est moins le résultat du manque d’oxygène que du violent et subit traumatisme pulmonaire causé par le différentiel de pression, qui provoque aussi des commotions cérébrales.

Selon la revue Defense Technology, ce cocktail dantesque de feu et d’onde de choc ne laisse aucune chance aux cibles, même lorsqu’elles sont retranchées dans des abris.

À la périphérie de la frappe, les personnels les moins exposés ont les tympans éclatés, les petits os de l’oreille interne disloqués, le foie et la rate explosés, les yeux liquéfiés.

Les médias russes enthousiastes vantent « leurs démons vengeurs ». Les Chinois impressionnés, parlent du « souffle du dragon ». Et on se félicite qu’à la différence du nucléaire, le terrain nettoyé peut être investi quelques heures après.

Pour le moment les Russes n’ont fait que des démonstrations

Les pantins des médias du NWO affirment, accusateurs, détenir des preuves de l’usage des thermobariques. Quel talent journalistique ! Surtout quand on sait que la chaîne de télévision russe Zvezda a montré les effets dévastateurs d’un tir précis de TOS-1A filmé par drone dans la région de Tchernihiv, au nord de l’Ukraine.

Quinze jours plus tard, le service de presse des résistants du Donetsk a diffusé une longue vidéo pour  montrer des Ukronazis passés à la rôtissoire dans les secteurs de Kharkhov et de Kherson.

Début juillet, d’autres images ont montré que ces bombes à vide avaient été utilisées lors de l’offensive menée dans la région de Louhansk, afin de prendre le contrôle de la ville de Lyssytchansk perdue le 3 juillet par l’Ukraine.

Démoralisés, de nombreux soldats ukrainiens ont préféré se carapater. Sage initiative.

Il faut croire Vlad lorsqu’il annonce que son armée n’a encore servi que les hors-d’œuvre. Les Russes ont en réserve un missile porteur de 7 tonnes de carburant pressurisé, dispersé par des nanotechnologies, pour produire une explosion et une boule de feu égales à celle d’une charge nucléaire tactique. Sans les radiations.

Ce n’est qu’un avant-goût de ce qui attend les ennemis de la Russie

Les Russes et leurs prétendus « équipements obsolètes » ont prouvé qu’ils avaient eux aussi des lance-missiles multiples,  capables de tirer 24 vecteurs en quelques secondes et de réduire à néant une zone de 4 km carrés. Donc autrement plus offensifs que les M 142 Himars américains,

Mais les Ukrainiens et les otanesques qui les envoient se faire massacrer pour rien n’ont pas encore compris qu’il s’agissait jusqu’à présent d’avertissements sans frais, histoire de tester le matos. Provoquer les Russes, c’est les pousser à cogner plus fort.

La stratégie n’oublie pas le commerce

De même que les Francarabiens, les Boches et les Amerloques se servent de l’Ukraine pour faire des démonstrations in vivo de leurs armements, et réaliser un retour sur investissement de leur « générosité » en sollicitant leurs acheteurs habituels d’Amérique du Sud, d’Asie et du monde islamique… La Russie utilise le conflit en cours comme une vitrine de son savoir-faire en matière de technologies avancées.

Même si, pour le moment, l’usage des thermobariques haut de gamme est réservé à des unités spéciales surentraînées, et leur vente limitée à des pays sûrs comme la Biélorussie, c’est une tête de gondole attirante pour intéresser d’autres clients.

D’autant que le  TOS-1A sera bientôt mis plus largement sur le marché (avec des sécurités et une autodestruction actionnables par satellites en cas de mauvais usage) quand il aura été remplacé par le nouveau TOS-2 « Tosochka » déjà déployé du côté de Kharkhov où il a fait ses preuves.

Lors d’une démonstration à des clients étrangers, Alexander Mikheev, directeur général de Rosoboronexport a rappelé cette évidence : « Notre système de lance-flammes lourd est unique sur le marché mondial de l’armement. Il n’est produit nulle part ailleurs qu’en Russie. »

Pendant ce temps-là, le Zygomyr multiplie ses pleurnicheries avec lesquelles il sait si bien apitoyer les crapules politico-médiatiques de l’Occident et tout particulièrement son ami Macronescu qui découvre, atterré, que la guerre n’est pas une distraction pour jolis damoiseaux, et s’en va chercher en Afrique des guerriers mieux gaulés.

Alors qu’aucune convention internationale n’interdit l’usage des thermobariques, le Zygomyr multiplie les « enquêtes » jouant le procureur à petits bras pour impressionner la galerie, tempêter, menacer et exiger toujours plus d’aides.

« Cette forme de mise à mort est cruelle et très douloureuse » couine le pianiste naturiste. Ah bon ? Parce que les 14 000 personnes torturées et assassinées au Donbass par les paramilitaires néonazis de Kiev ont connu l’extase en rendant l’âme ?

Quand forcé par l’escalade des souteneurs du Zygomyr, l’ami Vlad passera aux choses sérieuses, j’entends balancera des charges nucléaires tactiques sur les otanesques, cela donnera du grain à moudre aux commissions d’enquêtes. Si elles ne sont pas réduites avant en chaleur, lumière et fumée.

Christian Navis

Climats sous influence (climatorealist.blogspot.com)

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog