Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juillet 2022 2 26 /07 /juillet /2022 11:53
Ukraine : Macron le guerrier ? Un roquet contre un ours !

L’animal de compagnie de quelqu’un en dit long sur sa personnalité.

Pour Poutine, c’est un ours. Pour le paltoquet, une vieille folle de « Chez Michou ».

L’opération de nettoyage en Ukraine, banc d’essai des nouvelles armes

Depuis le début des hostilités, l’armée russe a tiré dans les 1 500 missiles conventionnels à moyenne ou longue distance, causant de lourdes pertes à l’armée régulière d’Ukraine et neutralisant les fanatiques néonazis d’Azov et de Kraken.

Les missiles Poseidon et Iskander ont révélé leur redoutable efficacité. Mais les meilleurs sont le « Kinjal » (poignard en russe) et le « Zircon » qui appartiennent à une famille de nouvelles armes hypersoniques, presque invincibles à l’heure actuelle. Longs de 7,4 mètres pour un poids de 4 tonnes, ils ont atteint pratiquement toutes leurs cibles à une distance pouvant dépasser les 1000 km.

https://www.youtube.com/watch?v=RdLAcX9wAiE

Pour dératiser les souterrains

 Pour ne pas exposer inutilement les soldats russes, et limiter les risques de dommages collatéraux, ces missiles sont une arme idéale lorsque l’ennemi est embusqué dans des caves, des bunkers enterrés ou des galeries d’égouts.

De tels repaires sont difficiles à détruire avec des missiles classiques. Le missile hypersonique par contre, du fait de sa très haute vitesse dispose d’une capacité de pénétration très forte et d’une puissance destructrice au cœur même de la cible.

Premier succès le 18 mars, des Kinjal ont détruit un important entrepôt souterrain de missiles et de munitions de l’aviation ukrainienne à Deliatine, dans la région d’Ivano-Frankivsk. Envolés en fumée les cadeaux du paltoquet et des boches !

Puis après d’autres cibles moindres, le 18 juin dans l’ouest de l’Ukraine, la destruction d’un grand entrepôt d’armes fournies par les Occidentaux. Imprudemment stockées dans des hangars en préfabriqué. Le pont et la voie ferrée d’accès ont été aussi mis HS. Tant qu’à faire, quand on a extirpé la tumeur, autant empêcher les métastases.

La propagande otanesque se garde bien de préciser que si les satellites russes permettent de cibler avec précision les arsenaux de l’ennemi, mieux vaut savoir ce qu’ils contiennent. Et pour cela, des Ukrainiens russophiles, enrôlés de force dans l’armée du Zygomyr, fournissent de précieux renseignements.

Parmi les diverses opérations qu’on ne va pas toutes lister, ce serait lassant, les Russes ont anéanti samedi dernier à Tchortkiv, à 140 km de la frontière avec la Roumanie, un grand entrepôt de missiles antichars, de systèmes portatifs de défense aérienne et d’obus fournis au régime de Kiev par les USA et les pays européens.

Bien obligés de taper dans le tas puisque la seule façon de se battre que connaissent les Ukrainiens est de se terrer dans des caves et des souterrains d’usines abandonnées comme à Marioupol, et maintenant à Severodonetsk dans les décombres de l’usine chimique Azot. Des abris nécessitant des frappes chirurgicales afin de ne pas empoisonner toute la population. Ce que les Ukronazis espèrent pour en faire porter l’opprobre à leurs ennemis.

Des armes qui peuvent être équipées d’ogives nucléaires

 Pour certains experts militaires, si le Kinjal ne donne pas un avantage stratégique majeur, l’effet sur la propagande ennemie est indéniable. Elle ne peut plus prétendre, sans se couvrir de ridicule, que l’armée russe est dépassée et équipée de matériels obsolètes.

Le missile aéroporté Kh-47M2 « Kinjal », dérivé du système Iskander, et le «Zircon», tiré depuis des navires de surface ou des sous-marins, appartiennent à la famille de ces nouvelles armes développées par la Russie pour briser l’encerclement progressif de l’OTAN, décourager les appétits de la mondocrature tentée de s’emparer des fabuleuses richesses minières de la Sibérie comme le préconisait la sorcière Madeleine Albright, et pour disposer d’une arme capables d’échapper aux systèmes de défense comme les boucliers antimissiles américains.

D’une portée maximale de 2000 km, ces engins peuvent être dotés d’une ogive à fragmentation de 500 kg ou d’une ogive nucléaire.

Mais le nec plus ultra de l’armée russe est le planeur hypersonique Avangard. Pouvant emporter une charge nucléaire, il vole jusqu’à 33 000 km/h et change de façon imprévisible de cap ou d’altitude, le rendant quasiment impossible à intercepter.

https://www.youtube.com/watch?v=WvHExSSwEZo

Une nouvelle façon de concevoir la dissuasion

 Ce missile hypersonique fait partie des armes destinées à prévenir les pays occidentaux que la Russie a rattrapé son retard et mène en tête la course aux armements depuis qu’elle est devenue le premier pays au monde à avoir développé des vecteurs hypersoniques opérationnels.

Le système Avangard compte parmi les armes les plus modernes et les plus dévastatrices au monde. Produit en série depuis mars 2018, il est entré en service en 2019 à la division Dombarovsky

Un deuxième site de lancement opérationnel depuis le 5 juin a été placé en alerte de combat. Selon l’agence Tass, ces deux sites de lancement devraient suffire à assurer la sécurité de la Russie.

Composé d’un missile balistique et d’un glisseur hypersonique, le missile Avangard plane sur les hautes couches de l’atmosphère, ce qui lui permet d’avoir une trajectoire imprévisible à la différence de celle d’un engin balistique. Ses changements aléatoires de cap et de vitesse sont trop rapides pour être suivis par des radars et anticipés par des calculateurs.

Le planeur utiliserait la technique des rebonds atmosphériques successifs afin d’atteindre des distances intercontinentales en contournant les zones de défense en haute altitude comme le THAAD qui protège le continent Nord-Américain, ou le système Aegis basé en Roumanie et en Pologne depuis 2010, conformément à la stratégie d’encerclement de la Russie, dont l’Ukraine aurait du être le dernier pion gagnant.

La vitesse hypersonique du planeur serait périodiquement maintenue avant chaque rebond,  grâce un superstatoréacteur (scramjet en anglais). Lorsqu’il approche de sa cible, le planeur peut opérer des changements de cap serrés, le rendant invulnérable à tous les systèmes actuels de défense antimissiles.

Capable d’atteindre Mach 27, soit plus de 33.000 kilomètres heure, son usage ne le destine pas à rôtir des Ukronazis.  Mais à frapper plus loin. Par exemple chez les irresponsables qui ne cessent de fournir du matériel de plus en plus puissant au folklorique et fanatique Zygomyr.

Ce n’est pas du bluff. Pour John Kirby, porte-parole du Pentagone, ces engins sont «capables de nous créer des ennuis importants » (sic) car ils peuvent transporter des charges nucléaires.

Son alter ego français de l’Otan est allé chouiner ensuite auprès de l’AFP que ces missiles « créent un risque accru d’escalade et d’erreur de calcul », reconnaissant piteusement  que l’Alliance atlantique n’est pas en mesure de reproduire ce que fait la Russie.

La mise en service des missiles russes a conduit d’autres pays à accélérer leurs programmes hypersoniques, entraînant une course aux armements dans ce domaine.

La Chine affirme en avoir développé et en testé un, prenant de court les Occidentaux avec l’essai d’un planeur hypersonique, capable de se déplacer à une vitesse supérieure à Mach 5, soit plus de 6 000 km/h, qui peut faire le tour de la Terre en orbite avant de plonger vers sa cible.

« Nous sommes les premiers à avoir déployé ces armements, les Chinois l’ont fait aussi il y a peu. Mais les États-Unis n’ont pas cette arme pour l’instant », jubile Poutine.

La sagesse aurait voulu que les va-t-en guerre otanesques comprennent qu’il fallait se calmer.

Au lieu de ça, ils n’ont cessé de faire monter la pression en fournissant au zygomyr des armes de plus en plus précises et puissantes.

Si cette escalade déraisonnable continue, les Russes devront à leur tour monter d’un cran. Avant Satan l’arme de l’apocalypse, Avangard serait le dernier avertissement.

Il peut délivrer une charge conventionnelle tant qu’on ne s’énerve pas trop. Mais il peut aussi emporter une ogive nucléaire de 2 mégatonnes soit 130 fois Hiroshima. Et ce n’est qu’un gadget comparé au RS 28 Sarmat aka Satan 2 dont un seul exemplaire renverrait la France ou ce qu’il en resterait à l’âge des cavernes.

https://www.youtube.com/watch?v=rLZWUE7VVD0

Et si le paltoquet s’est protégé des Gilets Jaunes en se cachant dans le bunker  Jupiter sous l’Élysée, comme le péteux qu’il est, il ne sera à l’abri nulle part si Satan le vise.

Christian Navis

https://climatorealist.blogspot.com/

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog