Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 mai 2022 4 19 /05 /mai /2022 05:38
Covid : rien ne justifiait le cirque médiatique et la ruine du pays

INCROYABLE MAIS VRAI : les patients Covid ne représentent que 2% des hospitalisés en 2020[1]

« Le totalitarisme vit du mensonge. Lorsque la vérité se diffusera l’Empire s’écroulera »

Extrait de « La philosophie du porc dissident chinois » Liu Xiaobo, prix Nobel, mort en prison.

Résumé

Les autorités ont menti depuis le début du coronacircus. Les patients Covid en 2020 n’ont occupé au total que 2% des lits hospitaliers.
En conséquence comme l’épidémie est terminée selon le réseau sentinelle officiel :

Il parait normal d’exiger maintenant :

la suppression immédiate du Passe Sanitaire, 

la réhabilitation des personnels soignants ,

la suspension immédiate des campagnes de vaccination 

Encore peur ? Pour sortir de la secte, il faut, parait-il, un choc ….

Cette révélation assez extraordinaire tout de même sera -t-elle une alarme suffisante, plus que les presque 30000 décès liés aux pseudovaccins de l’UE déclarés par EudraVigilance, qui ne font rien bouger ?

Peut-être se diront-ils « tout ça pour ça » ? D’autant que tous comprennent et même presque déjà certains journalistes que les pseudo vaccins ne sont pas efficaces et ne protègent de rien… sauf de l’interdiction de boire un café en terrasse. Cher payé pour certains.[3]

11 NOVEMBRE 2021

L’agence technique de l’information sur l’hospitalisation (ATIH), une des nombreuses agences sanitaires multipliées par le pouvoir depuis les années 2000 (un problème, une agence), servira-t-elle à quelque chose, cette fois-ci ?

L’ATIH   gère tous les systèmes d’information des hôpitaux français, elle est au courant de toutes les hospitalisations qui ont lieu sur le territoire et de leurs motifs. D’après sa page de présentation, la ATIH est « un établissement public de l’État à caractère administratif placé sous la tutelle des ministres chargés de la santé, des affaires sociales et de la sécurité sociale ».

Curieusement, nos gouvernants et en particulier notre ministre de la Santé O. Véran, n’étaient pas au courant de ces études avant ces révélations voyantes… Trop d’agences sanitaires (plus d’une vingtaine …,  pas le temps de tout voir, les pauvres…

L’ATIH a publié le 28 octobre 2021 un rapport capital concernant le poids des patients Covid sur les hospitalisations en France en 2020. Résultat sans appel : ils n’ont représenté que 2% de la totalité des patients hospitalisés !

On peut imaginer que les rois d’internet et de YouTube vont se régaler à faire un florilège des annonces catastrophiques des nombreux pseudo-médecins de plateaux et  Mr Croque-mort, nous annonçant chaque soir le nombre de décès, sans bien sûr le relativiser avec le nombre de morts quotidien en Franc,e de l’ordre de 1700 par jour, dont cinq cents cancéreux.

Les médecins au mauvais esprit tentaient de faire entendre que ce chiffre nécessiterait pour le moins des preuves comme les autopsies. Mais souvenez-vous, elles étaient interdites, les patients non visibles par leurs familles, emballés rapidement dans de grandes housses, non habillés, et non examinés non plus par les vrais croque-morts avant incinération rapide.

Toute plainte ne pouvait pas obtenir de vérification autopsique, le corps ayant disparu.  Néanmoins, le jour où on le souhaitera, on devrait pouvoir au moins examiner les dossiers cliniques, à moins qu’un feu malheureux ne les fassent disparaitre à leur tour. Un assassin célèbre professait « pas de corps, pas de crime » Il a apparemment fait des émules.

 

Comment parler de ce rapport sans se faire traiter de tous les noms d’oiseaux en vigueur pour disqualifier les faits que vous rapportez. Et pourtant, nous savons qu’ils ont menti, nous savons qu’ils mentent encore, et particulièrement, sur les complications des injections. Le ministre de la Santé et ce n’est pas rien, nie les décès liés au vax. C’est Mr Coïncidence mais les familles des victimes se rebellent et on en sait de plus en plus. Malgré la désinformation officielle qui continue de s’exercer dans le paysage audiovisuel français, mais ça se corse pour eux et les fast checkers !

DEUX POUR CENT DES HOSPITALISES EN 2020

Les médias se gardent bien de mettre cette information à la Une de leurs journaux. Et il est amusant de voir comment certains tentent de minimiser l’information. Mais ça s’infiltre, comme la sortie de Mr retournement de veste, Martin Blachier[4] sur LCI.

« Les patients COVID représentent 2% de l’ensemble des patients hospitalisés au cours de l’année 2020, tous champs hospitaliers confondus »

On apprend également que « au cours de l’année 2020, les patients COVID représentent 5% de l’ensemble des patients pris en charge en service de soins critiques ». Certes, mais 5 % ce n’est pas encore énorme et ne semble pas justifier le coronacircus que nous avons subi et subissons encore quand le Président de la République et son Premier ministre continuent de vouloir faire croire à la reprise de l’épidémie, alors que ne réapparaissent que les rhumes, ce qui est bien normal en novembre [5]

Il faut écouter Martin Blachier sur LCP (à partir de 56mn) expliquer les contours de ce rapport devant un plateau de journalistes perturbés. A partir de quand retourner sa veste à temps ?

Après 2 confinements, des mesures sanitaires drastiques, et 200 milliards d’euros de coûts à cause de toutes les décisions prises, l’ATIH confirme que le Covid n’a pas été l’épidémie catastrophique qu’on a voulu nous faire croire, en dépit des annonces pessimistes de E.M et de J. Castex cette semaine de novembre 2021. N’ont-ils pas lu Soljenitsyne ?

Certains tentent bien de triturer les chiffres, mais au mieux on arrive à 19 % des hospitalisations liées au coronavirus. Ce ne fait toujours pas le poids !

Explications : les pourcentages de 2 % (et de 5 % pour les soins critiques) concernent le nombre de patients Covid hospitalisés, mais ne tiennent pas compte de la durée des hospitalisations, plus longue pour les patients Covid, que ce soit pour l’hospitalisation standard ou les soins critiques.

En regardant le nombre de journées d’hospitalisation, les pourcentages doublent quasiment. Ainsi, les patients Covid représentent 4 % du total de journées d’hospitalisation en 2020. En soins critiques, les patients Covid ont représenté 5 % des admissions, mais 8 % des journées d’hospitalisation. Et en se limitant aux seuls services de réanimation, les patients Covid ont représenté 11 % du nombre de patients admis en 2020, mais 19 % des journées d’hospitalisation sur l’année.

Bref, RIEN NE JUSTIFIAIT LE CIRQUE MEDIATIQUE ET LA RUINE PSYCHOLOGIQUE ET ECONOMIQUE DU PAYS pendant toute l’année 2020

Il est vrai que la pression hospitalière liée au Covid n’a pas été constante sur toute l’année :  pendant près d’un mois, à compter de la fin du mois de mars 2020, le nombre quotidien de patients en cours d’hospitalisation pour Covid dépassait 30 000, indique le rapport de l’AtTIH. Pic également atteint mi-novembre.

A l’inverse, pendant près de trois mois, entre mi-juin et mi-septembre, ce nombre de patients hospitalisés était inférieur à 5 000, soit plus de six fois moindre. Pendant un mois, entre juillet et août, le nombre de patients Covid hospitalisés est même descendu à 2 500, selon le rapport. Soit 14 fois moins que le pic de 35 000 hospitalisations pour Covid atteint en avril.

Selon le rapport, sur l’année 2020, les décès pour Covid ont représenté 12 % du total des décès hospitaliers (pour seulement 2 % des patients admis), 13 % des décès en soins critiques (pour 5 % des patients admis), et 16 % des décès en réanimation (pour 11 % des patients admis).  On n’est toujours très loin des chiffres évoqués pendant et après la crise, laissant croire aux patients atteints d’autres pathologies, tels des cancers en traitement, qu’ils devaient rester chez eux (et pourquoi pas un peu de Doliprane …) Le Premier ministre Edouard Philippe a interdit aux cliniques privées et aux services publics de recevoir les patients non-Covid sauf urgence (l’urgence devant être validée par l’ARS locale et non par le médecin et le malade). Le délire du Plan blanc a été réitéré en octobre 2020 mais de façon moins drastique. Les morts collatérales liés à ces décisions bureaucratiques de nos politiques ont été nombreuses et évalués dès maintenant à un nombre supérieur aux décès réellement Covid. Le chiffrage baisse d’ailleurs régulièrement pour ces derniers.

Les indicateurs mis en place par les autorités lors de l’épidémie ont volontairement exagéré cette pression hospitalière tel le taux d’occupation des lits en réanimation, qui obéissait à une méthodologie peu claire, l’amenant à afficher lors des pics des taux d’occupation des lits par les patients Covid supérieurs à 100 %.

Ce trucage fut dénoncé tout au long de la crise, les internes non dédiés au Covid s’ennuyant à coté de leurs lits vides de rhumatologie ou de cardiologie. Les cardiologues se plaignaient de ne recevoir que la moitié du nombre habituel d’infarctus et d’AVC, craignant des décès à domicile, ce qui fut confirmé sans que le décompte exact n’en soit connu pour l’instant. De nombreux auteurs écrivaient des tribunes sur le drame du Plan blanc, abandonnant des cancéreux à opérer, des malades orthopédiques souffrant du retard des interventions prévues et annulées par le gouvernement.

 Scénario mondial

Ainsi peu à peu, le voile se déchire. La monstruosité de la mise en scène mondiale qui confortait certains dans l’idée que cela ne pouvait qu’être vrai apparait. Mais malheureusement, les puissants tentent de poursuivre la mascarade, comme la poursuite du passe sanitaire et l’extorsion de consentement pour vaccination en France, mais aussi en Suisse, par exemple.

« Sans passe, pas de visites à leurs nouveau-nés pour les mères lucernoises. Fin septembre 21, l’hôpital cantonal de Lucerne a lancé discrètement un essai-pilote : désormais, sans certificat Covid renouvelé tous les deux jours, les nouvelles mamans n’ont plus le droit d’accéder à leurs bébés.  La nouvelle a d’abord été reprise dans un très court article de la Luzerner Zeitung. Vacciné, guéri ou testé négatif : depuis quelques semaines, il faut montrer un sésame valable – donc renouvelable tous les deux jours – pour avoir accès aux nouveau-nés à la maternité de Lucerne. La règle vaut pour tous les visiteurs, mais aussi… pour les mères.  « Inhumain, insensé, digne des essais du Troisième Reich »   Les réactions ont parfois été vives : rappelant l’importance capitale de l’allaitement et du contact corporel entre la mère et l’enfant dans les premiers jours de la vie… lire la suite :

https://www.covidhub.ch/sans-pass-pas-de-visites-a-leurs-nouveaux-nes-pour-les-meres-lucernoises/ 

Les Pays- bas envisagent de confiner alors que leur gestion de la crise de 2020 fut correcte. Les contaminations post vaccination augmentent, mais pas la mortalité.

Ainsi la manipulation mondiale organisée par l’OMS[6], au service de Bill Gates, du plan de Schwab a été efficace sur des peuples endormis dans un confort relatif, et des contrées sans guerre majeure depuis 70 ans. Comment pouvait-on imaginer que les gouvernements puissent agir contre leur peuple et partout dans le monde ?   Malheureusement, nous sommes bien dans ce cas de figure. Nous tentions de le faire comprendre, en octobre 2020, dans cette tribune de France soir, sans écho. « Inspiré du « Décryptage de la Pandémie de Covid-19 : un exercice d’ingénierie sociale machiavélique » d’après Amar − Septembre 2020 sur Saker francophone.

 Une des réflexions les plus fréquentes des internautes pour tenter de justifier les aberrations mortifères qui nous sont imposées par notre gouvernement est que les autres pays font comme nous et de citer le Canada [1], l’Australie ou la Nouvelle-Zélande ! Pourtant ces pays introduisent des méthodes totalitaires qui font frémir, et complètement dénuées, à l’évidence, de raison sanitaire sollicitant nos interrogations. Pourquoi ?

Les personnes normales, honnêtes, de bon sens ne peuvent pas croire que des puissances occultes dicteraient leur politique à notre chef d’état, aux italiens, espagnols ou belges, qui imposent des lois liberticides ruinant leurs peuples et continuent malgré les échecs patents de leur politique sanitaire. C’est vrai, ces puissances ne sont pas occultes, seulement occultées et le gouvernement mondial de la santé est une réalité que nous avons accepté et validé par des traités, cachés au peuple car non médiatisés.

Amar, sur Le Saker francophone, qui nous inspirent cette chronique, nous donnent les éléments d’information objectifs nécessaires pour comprendre enfin le comment et peut-être le pourquoi comme l’attitude de nos grands et honnêtes médecins :

« Monsieur Perronne fait radicalement fausse route comme d’ailleurs la plupart « des gens normaux » qui pensent que Boris Johnson s’est retrouvé à côté de la plaque ou encore qu’Agnès Buzyn et son Comité scientifique « se sont retrouvés dépassés ».

En réalité, les gouvernements de la planète n’ont commis aucune erreur même si c’est ce que l’on voudrait bien nous faire croire. Ils n’ont fait que suivre les consignes qui leur étaient données par le Conseil Mondial, lequel est sous l’emprise totale des eugénistes et malthusiens tels que Bill Gates ou David Rockefeller ».

La vérité des faits est têtue. On peut tromper quelques personnes toute leur vie, et tout le monde quelques temps mais pas tout le monde tout le temps, même avec la censure féroce et la propagande incessante que nous subissons.

Nicole Delépine

[1]https://www.atih.sante.fr/sites/default/files/public/content/4144/aah_2020_analyse_covid.pdf

 

[2]   Nicole Delépine Pédiatre, cancérologue, ancienne chef de service de cancérologie pédiatrique  APHP France  www.docteurnicoledelepine.fr et site ametist.org pour la défense des enfants atteints de cancer 

https://t.me/DrDelepine  sur Telegram

 

 

[3][3] voir l’association Verity France

[4] https://twitter.com/i/status/1458510021042577408

 

 

[5] Le réseau Sentinelles est un réseau de recherche et de veille sanitaire en soins de premiers recours (médecine générale et pédiatrie) en France métropolitaine. Créé en novembre 1984, il est développé sous la tutelle conjointe de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et de Sorbonne Université.

La surveillance des IRA a pour objectif le suivi des épidémies de COVID-19, de GRIPPE ainsi que celles dues aux autres virus respiratoires saisonniers (VRS, rhinovirus et métapneumovirus).

En France métropolitaine, la semaine dernière (2021s44), le taux d’incidence des cas d’infection respiratoire aiguë (IRA) vus en consultation (ou en téléconsultation) de médecine générale a été estimé à 96 cas pour 100 000 habitants (IC 95% [83 ; 109]). Ce taux est stable par rapport à la semaine 2021s43 (données consolidées : 102 [90 ; 114]).  COMMENT PEUT ON AFFIRMER SUR TOUTES LES CHAINES QUE L EPIDEMIE EVOLUE MAL

Les données nationales et régionales complètes sont disponibles en dernière page de ce bulletin.

[6]  Le conseil mondial de l’OMS dicte très officiellement la conduite sanitaire des pays signataires dont la France (francesoir.fr)

 

 

[1]https://www.atih.sante.fr/sites/default/files/public/content/4144/aah_2020_analyse_covid.pdf

 

[2]   Nicole Delépine Pédiatre, cancérologue, ancienne chef de service de cancérologie pédiatrique  APHP France  www.docteurnicoledelepine.fr et site ametist.org pour la défense des enfants atteints de cancer 

https://t.me/DrDelepine  sur Telegram

 

 

[3][3] voir l’association Verity France

[4] https://twitter.com/i/status/1458510021042577408

 

 

 

[5] Le réseau Sentinelles est un réseau de recherche et de veille sanitaire en soins de premiers recours (médecine générale et pédiatrie) en France métropolitaine. Créé en novembre 1984, il est développé sous la tutelle conjointe de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et de Sorbonne Université.

La surveillance des IRA a pour objectif le suivi des épidémies de COVID-19, de GRIPPE ainsi que celles dues aux autres virus respiratoires saisonniers (VRS, rhinovirus et métapneumovirus).

En France métropolitaine, la semaine dernière (2021s44), le taux d’incidence des cas d’infection respiratoire aiguë (IRA) vus en consultation (ou en téléconsultation) de médecine générale a été estimé à 96 cas pour 100 000 habitants (IC 95% [83 ; 109]). Ce taux est stable par rapport à la semaine 2021s43 (données consolidées : 102 [90 ; 114]).  COMMENT PEUT ON AFFIRMER SUR TOUTES LES CHAINES QUE L EPIDEMIE EVOLUE MAL

Les données nationales et régionales complètes sont disponibles en dernière page de ce bulletin.

[6]  Le conseil mondial de l’OMS dicte très officiellement la conduite sanitaire des pays signataires dont la France (francesoir.fr)

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog