Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 avril 2021 3 07 /04 /avril /2021 10:59
Hydroxychloroquine approuvée en Italie : le rapport scientifique complet

Je reviens sur le sujet car la nouvelle est de taille.

Alors que nos sommités médicales rebelles à la dictature sanitaire ambiante sont traînées dans la boue, diffamées et sommées de rendre des comptes devant le Conseil de l’Ordre, un rapport scientifique italien rend justice à la chloroquine et approuve son utilisation comme remède au covid-19 en prescription précoce.

https://www.francesoir.fr/societe-sante/hydroxychloroquine-en-phase-precoce-approuvee-en-italie-rapport-scientifique-complet

Le “charlatan Didier Raoult” avait donc raison et ses détracteurs, un ramassis de minables qui espéraient se faire une sommité médicale mondiale, ont bonne mine à vouloir jouer les Fouquier-Tinville de la médecine.

Ces sinistres bras cassés ont gobé le rapport frauduleux du Lancet sans rechigner, mais ils prétendent encore faire la loi !

Comme dit le Pr Raoult “Les Pieds nickelés font de la science”.

Le collectif de médecins qui a porté plainte contre le Pr Raoult ne totalisera jamais autant de titres, de récompenses et de décorations que n’en aligne Didier Raoult à lui seul. Son CV est tellement impressionnant qu’il faut être complètement déjanté pour oser porter plainte contre lui.

Ce rapport italien tombe à pic, au moment où le harcèlement des médias et des autorités médicales contre nos sommités de la médecine est à son comble.

Non seulement le Pr Raoult avait raison, mais il prouve que le gouvernement est bien responsable de la moitié des morts du covid-19, qu’on a refusé de soigner et qu’on a renvoyés chez eux sans traitement.

Quand le Pr Peronne affirme qu’on pouvait sauver 25 000 patients, il a également raison.

Les autorité italiennes ont eu le courage de faire machine arrière et autorisent dorénavant l’hydroxychloroquine.

Qu’attend Olivier Véran pour en faire autant ? Que la France totalise 100 000 ou 120 000 morts en 2021 ?

Je ne vais pas vous résumer l’article en totalité, mais rappelons que plusieurs études ont prouvé l’efficacité de la chloroquine. Les voici :

1.2 Études sur l’utilisation précoce du HCQ de la pathologie covid-19

1.2.1 Gautret et coll. 2020 : étude réalisée sur un petit nombre de patients (N = 42), mais avec un effet si important qu’elle fournit un taux élevé d’importance de l’information et des données : un avantage 50 fois supérieur de la thérapie HCQ+AZ (azithromycine) par rapport à la norme de soins standards (SoC) avec une valeur du p=0,0007 (ndlr : plus le p est proche de 0 plus la puissance statistique est importante et significative). Une réanalyse effectuée par Risch (Lover et coll., 2020) a montré que l’ampleur de l’effet est significativement plus importante pour le sous-ensemble d’asymptomatiques ou de patients atteints d’infection des voies respiratoires supérieures par rapport aux patients atteints d’infections des voies respiratoires inférieures. Ce résultat confirme en outre l’action thérapeutique spécifique de HCQ dans le traitement tôt de la covid-19.

1.2.2 Million et coll. 2020 : Étude rétrospective du Pr Didier Raoult avec HCQ et AZ à un stade précoce, impliquant un échantillon de 1061 patients covid-19 patients positifs traités par HCQ+AZ pendant au moins trois jours avec un suivi d’au moins 9 jours : 973 patients guéris, 88 en convalescence et 5 décès. Aucune cardiotoxicité n’a été observée: En 973 (91,7 %) patients que vous avez a obtenu une bonne réponse clinique et un dégagement viral dans les 10 jours. L’analyse statistique de ces données par test binomial est indiquée dans le tableau 2. (voir Sec. 1.3).

1.2.3 Zelenko et coll. 2020 : 405 patients traités par HCQ+AZ et Zinc : 398 guéris, 6 hospitalisés, 2 décédés. L’analyse statistique de ces données par test binomial est indiquée dans le tableau 2. (voir Sec. 1.3).

1.2.4 Barbosa et coll. 2020 : Étude contrôlée non randomisée sur un échantillon de 636 sujets asymptomatiques à haut risque d’infection par le SARS-CoV-2 informés des avantages et du risque de traitement HCQ+AZ : 412 ont accepté et ont rejoint le groupe de traitement, les 212 autres ont rejoint le groupe témoin. Le taux d’hospitalisation pour le groupe de traitement était significativement inférieur (1,2 % pour les patients qui avaient commencé le traitement avant 7 jours après l’apparition des symptômes et 3,2 % chez les patients qui l’avaient commencé après, contre 5,4 % du groupe témoin). Aucun effet cardiotoxique  n’a été trouvé dans l’échantillon et les effets secondaires les plus fréquents dans le groupe de traitement étaient la diarrhée (16,5 %), en prenant en compte que 12,9 % ont déjà été affectés avant de se joindre à l’étude. L’analyse statistique de ces données par test binomial est indiquée dans le tableau 2. (voir Sec. 1.3).

1.2.5 Eyewitness 2020 : il s’agit d’une étude toujours en cours et pas encore significative de par son petit échantillon. Jusqu’à présent, les données les plus importantes concernent l’innocuité du médicament : pas d’effet de cardiotoxicité ou d’autres effets secondaires graves attribuables au médicament.

1.2.6 Huang et coll. 2020 est une étude avec un petit nombre de patients (22), dont la clairance virale SARS-CoV2 a été évaluée en deux groupes :  traités avec HCQ ou avec lopinavir/ritonavir.

La réduction de la charge virale qui se produit avant avec HCQ ne se traduit pas par un avantage clinique immédiat, mais la situation pulmonaire s’améliore considérablement plus tôt chez les patients atteints traités avec HCQ, ainsi que des temps d’hospitalisation qui ont été réduits. Les auteurs concluent par une évaluation pragmatique : en l’absence d’un traitement spécifique, les anciens médicaments comme la chloroquine peuvent être relancés pour combattre cette nouvelle maladie et sauver des vies.

1.2.7 Ladapo et coll. 2020 : Méta-analyse de 5577 patients inclus dans 5 essais randomisés. L’utilisation du médicament HCQ réduit le risque d’infection, d’hospitalisation ou de décès de 24 %, sans autre toxicité cardiologique que la toxicité gastro-intestinale. Aucune interruption de la thérapie due à la toxicité.

1.2.8 Capucci et coll. 2020 : Étude prospective menée sur 350 patients dont 274 traités par HCQ et 76 patients avec l’association HCQ+AZ tôt à la maison par MMG. Aucune toxicité cardiaque détectée, taux d’hospitalisation de 5,8 % et 5,2 % respectivement. L’étude présente des données qui suivent les études observationnelles menées en urgence totale à Oveda (Dr Paola Varese), Piacenza (Prof. Luigi Cavanna) et Milan (Dr Andrea Mangiagalli): différentes populations, différents contextes de protection sociale, des zones où le taux de mortalité et d’hospitalisation est très élevé chez les patients non traités. L’analyse statistique de ces données par test binomial est indiquée dans le tableau 2. (voir Sec. 1.3).

1.2.9 Études qui ont émergé de l’expérience de Piacenza sur des patients covid19. 2 études ont été publiées sur les patients atteints de cancer et de covid-19, comme nous le savons et comme vous pouvez le deviner, les patients atteints de cancer sont un sous-groupe fragile de patients. Les résultats de la thérapie de HCQ sur le premier groupe de 25 patients ont été édités dans la revue Future Oncology (Stroppa et autres 2020) : dans ces patients le pronostic de Covid était meilleur avec HCQ + traitement antirétroviral. La deuxième étude (Cavanna et coll. 2020) comprend 51 patients atteints de cancer atteints de covid-19 ; les résultats de cette étude montrent que le pronostic est meilleur si le traitement basé sur l’hydroxychloroquine est lancé tôt. Un troisième travail de recherche effectué sur 124 patients externes traités par HCQ. L’étude comprend le premier mois d’activité sur cliniques externes ; dans l’échantillon, il n’y a pas eu de décès et le taux d’admissions à l’hôpital était inférieur à 4 %. Ces travaux seront expédiés en quelques jours pour être évalués par publication. 200 autres patients sont ensuite analysés, toujours suivis en ambulatoire à la maison; même parmi ceux-ci, aucun décès et taux d’hospitalisation de moins de 5 %. L’analyse statistique de certaines de ces données par test binomial est indiquée dans le tableau 2. (voir Sec. 1.3).

1.2.10 Yang et coll. 2020 : analyse secondaire des données fournies par l’étude Boulware   et coll. Dans lequel il est constaté (contrairement aux conclusions de Boulware et coll.), que le traitement précoce par HCQ atteint une signification statistique (valeur p  0,0496). Une autre étude analysée par Yang et coll. est celle de Mitja et coll. 2020 qui a démontré la formation de 55,6 % de plus d’anticorps contre le virus au 14e  jour chez les patients traités que dans le groupe contrôle. L’examen se termine avec un avantage en faveur de l’HCQ en administration précoce. Aucun effet secondaire majeur n’a été rapporté dans les études analysées.

1.2.11 Cassone et coll. 2020 : la méta-analyse est signée par Antonio Cassone (ancien directeur de l’ISS maladies infectieuses), Roberto Cauda (directeur des maladies infectieuses du -Gemelli, de Rome) et Licia Iacoviello (directrice du département d’épidémiologie et de prévention de Neuromed).  Dans cette méta-analyse, il y a une réduction de la mortalité jusqu’à 35 % chez les patients traités par HCQ (faible dose (max 400 mg/jour, traitement total maximum 4500mg, plus la réduction de la mortalité diminue). La méta-analyse a été menée pour évaluer l’association entre l’hydroxychloroquine (HCQ), avec ou sans azithromycine (AZM), et la mortalité totale dans covid-19 patients. Au total, 26 études scientifiques ont été incluses, pour un total de 44 521 patients impliqués, dont 7 324 patients de 4 essais cliniques randomisés (ECR). Sur les 26 études, 10 ont été consacrées à la combinaison HCQ et AZM. L’effet positif de cette bithérapie a disparu lorsqu’un apport quotidien supérieur à 400 mg ou une dose totale supérieure à 4 400 mg (tous les traitements) ont été utilisés respectivement. Selon la méta-analyse, l’efficacité du médicament, dépend de la posologie : si les 26 études excluent les 4 publications randomisées, il y a une réduction de la mortalité jusqu’à 35 %. L’effet de la bithérapie est mis en évidence principalement grâce à des études dans lesquelles des doses plus faibles de HCQ ont été utilisées (400 mg/jour, pour un maximum total de 4400 mg tout au long du traitement).

On le voit, aucune raison médicale ne pouvait justifier l’interdiction de la chloroquine, médicament connu depuis 70 ans et sans effets dangereux  sur la santé. 

Seules des raisons politiques ont poussé le gouvernement à interdire un médicament de quelques euros, en nous vantant l’onéreux remdésivir qui s’est avéré dangereux. Mais quel remède à quelques euros pourrait intéresser Big Pharma, avec un marché potentiel de plusieurs milliards pour soigner la planète entière ?

Mieux vaut excommunier quelques illustres sommités médicales plutôt que de sacrifier des milliards sur les marchés boursiers.

Par conséquent, la seule question qui vaille aujourd’hui est la suivante : Olivier Véran va-t-il persister à sacrifier des patients qu’on pourrait sauver en respectant scrupuleusement le protocole du Pr Raoult, ou bien va-t-il enfin se plier à son devoir élémentaire, qui est  d’assurer la santé publique ?

En attendant, ce scandale sanitaire est pire que celui du sang contaminé.

Si Véran avait fait son travail, nous aurions sauvé 30 000 patients et évité de détruire l’économie.

Des légions de médecins sont convaincus qu’on pouvait sauver des milliers de patients. La vidéo ci-dessous résume le scandale.

https://www.maltraites-ledoc.com/video

Comme il est dit dans cette vidéo, on a interdit aux généralistes de soigner leurs patients alors que le remède existait.

Le gouvernement a interdit au généralistes de soigner leurs patients, fait unique dans l’histoire de la médecine.

Ce fut le protocole des quatre “D” :

Doliprane, Dodo, Domicile, Décès !

Regardez-bien cette vidéo, elle explique les causes du massacre.

Macron, Véran, le Conseil scientifique et tous les décideurs qui ont paralysé la médecine de ville, sont responsables de ce crime de masse. C’est inexcusable.

Jacques Guillemain

Partager cet article
Repost0

commentaires

dannas 07/04/2021 17:26

attention à ne pas confondre chloroquine et hydroxychloroquine ce ne sont pas les mêmes molécules. Pour la chloroquine on atteint en effet très rapidement le seuil toxique. Il n'en est rien pour l'HCQ. Cordialement.

Lazare 07/04/2021 22:03

Merci pour la précision.
Beaucoup jouent sur cette ambiguité pour dénoncer l'hydroxychloroquine.

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog