Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 juillet 2018 2 24 /07 /juillet /2018 03:20
Les Banques Chinoises sont désormais deux fois plus Importantes que celles aux Etats-Unis

Beaucoup de choses sont plus grandes en Chine : la population, les IPOs, les barrages électriques, les Starbucks, même les moustiques. Il s’avère que les banques sont plus grosses aussi.

Les trois plus grandes banques du monde sont toutes chinoises. Le secteur bancaire du pays a atteint 35 billions de dollars au début de l’année, soit environ 3,1 fois le PIB annuel de la Chine. Il a dépassé les actifs bancaires de la zone euro de 31 billions de dollars – 2,8 fois le PIB de la zone euro – fin 2016. Et il a dépassé les banques américaines – 16 billions de dollars d’actifs – en 2010.

Comment cela s’est-il produit ? Et le reste du monde devrait-il s’inquiéter de son ampleur gargantuesque ?

Depuis plusieurs années, de nombreux rapports financiers occidentaux surveillent nerveusement les banques chinoises. Pour ce qui est des actifs des banques, il s’agit en grande partie de prêts consentis aux ménages et aux entreprises. Et les banques chinoises ont accumulé leurs actifs en prêtant comme des fous au cours de la dernière décennie. Si l’on additionne la dette des ménages, des entreprises et de l’État, le ratio du total par rapport au PIB est à peu près équivalent à celui de l’Amérique ou de la Grande-Bretagne. Mais la vitesse à laquelle la Chine est arrivée à ce stade est assez étonnante.

(Graphique, système bancaire chinois : bien plus qu’un géant domestique, par Eugenio Cerutti et Haonan Zhou, février 2018).

Richard Vague, ancien PDG d’une banque et président de la Fondation du Gouverneur Woods, a déclaré à The Week que, depuis 2008, la Chine a connu “la plus forte croissance de la dette privée de l’histoire du monde”.

On ne peut en vouloir à personne de se demander sérieusement si ce système de prêts est pérenne.

Mais c’est aussi là que nous devons vraiment nous occuper des différences entre le capitalisme hybride étrange de la Chine, géré par l’État, et l’approche beaucoup plus abstraite du marché libre de l’Amérique et de l’Occident.

Le gouvernement chinois et le gouvernement fédéral américain contrôlent la monnaie nationale. Les banques des deux pays consentent des prêts dans cette devise. Les deux gouvernements ont un système de banque centrale pour soutenir le reste des banques et servir de prêteur de dernier recours.

La différence est que le système de la Réserve fédérale américaine et les institutions connexes essaient au moins de fonctionner selon les principes du “libre marché” et d’éviter le risque moral. Les institutions chinoises, en revanche, sont beaucoup plus favorables à la planification centrale. En fait, la plupart des banques chinoises sont elles-mêmes la propriété de l’État. Le gouvernement chinois peut donc intervenir pour prévenir les crises bancaires dans une toute autre mesure. Richard Vague a dit que Pékin “réparera la rentabilité, réparera le capital, réparera la mauvaise dette des banques d’État…. par n’importe quel moyen que vous et moi ne verrions pas se produire aux États-Unis”.

Les banques américaines sont privées, de sorte qu’elles prennent des décisions de prêts en fonction des profits qu’ils rapporteraient. Mais les banques chinoises accordent beaucoup de prêts en fonction des préférences du gouvernement et des plans à long terme pour l’économie chinoise.97 % des actifs détenus par les banques chinoises sont nationaux, c’est-à-dire des prêts à d’autres entités en Chine. En Amérique et en Grande-Bretagne, les secteurs des entreprises, des ménages et des administrations publiques se partagent à peu près également le fardeau de la dette. Mais en Chine, environ les deux tiers de toute la dette est uniquement due par les entreprises. (Qui sont aussi en grande partie la propriété de l’État.)

En d’autres termes, une grande partie de cet énorme afflux de prêts a été une forme très détournée de politique industrielle financée par le gouvernement. “La Chine s’est engagée à un niveau de croissance élevé. Et la croissance, tout simplement, dépend du financement”, comme l’a dit Richard Vague.

Les banques chinoises doivent redoubler d’efforts pour réaliser des bénéfices et maintenir l’équilibre de leurs finances, simplement pour fonctionner comme des institutions financières et faire ce que les banques font tous les jours. Et le gouvernement pourrait bien laisser tomber les petites entreprises privées à la périphérie du secteur financier chinois.

Mais comme le gouvernement chinois possède la plupart des banques et qu’il imprime la monnaie, il peut techniquement maintenir ces banques en vie et leur prêter des fonds pour toujours.

Cela nous ramène vraiment à la base économique.

Il peut sembler bizarre de dire que les banques chinoises ne s’effondreront jamais, quelle que soit l’absurdité de leurs positions de prêt. Mais les systèmes bancaires ne sont que des flux d’argent. L’économie réelle – les entreprises, les biens et services, les projets de construction et tous les autres efforts pour produire de la richesse réelle – est une question indépendante. C’est là que les choses pourraient mal tourner pour la Chine.

L’idée de base du capitalisme est que les investisseurs privés en quête de profit prennent de meilleures décisions sur la façon d’utiliser les ressources du monde réel que les directives du gouvernement. La Chine essaie de prouver que ce concept est mauvais.

Comme Richard Vague l’a souligné, l’agitation politique et ouvrière constitue un énorme problème en Chine. Le gouvernement est prêt à recourir à des mesures de répression et à des arrestations politiques massives pour y mettre fin, mais il est évident que cela risque d’enrager davantage la population. Mieux vaut maintenir une croissance économique élevée, répartir les recettes entre les citoyens et satisfaire tout le monde. Si le gouvernement ne parvient pas à gérer correctement son économie, il n’y aura pas d’effondrement bancaire dramatique de type 2008. La croissance de son PIB ralentira, et les revenus stagneront. Et les citoyens chinois seront très agités.

Cela pourrait également être un problème pour le reste du monde. Les deux autres grandes économies mondiales sont l’Amérique et la zone euro, et ni l’une ni l’autre n’a fait un excellent travail pour maintenir sa croissance économique. Si la Chine s’effondre, il n’y aura plus personne pour empêcher l’économie mondiale de stagner. De surcroît, une mauvaise gestion de l’économie chinoise entraînera inévitablement une surcapacité : construire trop de biens pour que les citoyens chinois puissent les absorber avec leurs propres revenus. Cela entraînera une augmentation des exportations chinoises à bas prix sur l’économie mondiale, tuant les industries nationales dans d’autres pays et aggravant leurs inégalités et leurs troubles politiques.

M. Vague a fait remarquer qu’il y a aussi un certain nombre de petites économies de l’Asie et du Pacifique qui ont accumulé beaucoup de dettes et qui ne sont pas aussi bonnes que la Chine dans la gestion de leurs systèmes bancaires. Mais elles sont aussi profondément intégrées à l’économie de la Chine et dépendent de sa croissance continue. Si la Chine trébuche, “ils peuvent avoir de bonnes vieilles faillites bancaires d’une manière que la Chine sera probablement en mesure d’éviter”, a dit M. Vague.

Source: The Week, le 7 mai 2018Traduction Nouvelordremondial.cc

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog