Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mai 2018 3 30 /05 /mai /2018 11:48
CSG : le hold-up de Macron sur le pouvoir d’achat

Hold-up sur la CSG, Macron en fuite dans les sondages. Macron, l’illusionniste de la milliardisation heureuse, révolutionne la magie de la fiscalité. Avec le Hold-up sur la CSG, soi-disant sans violences, Macron révèle les secrets de Bercy : son art en matière de racket fiscal, une aberration fiscaliste applicable aux petits retraités pauvres. Oh grand et divin Macron, donnez-nous toujours plus notre nouvel impôt quotidien !

En témoignant de son attachement pour le racket fiscal, Macron a rendu hommage à Bercy et à cette histoire calamiteuse de son père spirituel, Hollande le faible, et de la pompe à phynance du Père UBU.

Le Hold-up sur la CSG est sans doute un critère essentiel pour juger de l’action de Macron de Bercy. Sa capacité à inventer et à imposer de nouvelles taxes est la mise en œuvre d’une politique « confiscaliste » qui accable les petits retraités français, ceux qui sont les victimes d’une gestion calamiteuse de la gabegie LREM et d’un mépris de classe. Les petits retraités pauvres sont rackettés et offerts en victimes sur un plateau à des milliardaires qui ont soutenu la campagne de Macron et qui se contenteront d’en capter les super-profits grâce à la finance de Macron. Dans le domaine du Hold-up sur la CSG, les petits retraités pauvres ont bien du mal à joindre les deux bouts. C’est un élément de plus qui sera compté au discrédit de Macron en 2019-2020.

Le Hold-up sur la CSG de Macron, une aberration fiscaliste inadaptée qui peut être définie et que l’on devrait pouvoir qualifier de délit d’outrage aux anciens. Le Hold-up sur la CSG éclaire l’actualité LREM d’un regard critique sur la politique de Macron de Bercy. Si l’on veut continuer à respecter les principes de l’égalité devant l’impôt et préserver les libertés publiques, Macron ne devrait pas se tromper sur les charges de Bercy.

Comprenons-nous bien, ce serait bien le régime de la fiscalité inégalitaire où la simple constatation de l’inégalité devant l’impôt permet d’infliger à Macron un désaveu irréfutable devant le tribunal constitutionnel.

En clair, le nouveau macronisme ne diabolise plus les milliardaires, mais les petits retraités pauvres. Le plus élémentaire bon sens déplore une ségrégation des petits retraités pauvres qui occasionne la méfiance de tous vis-à-vis de Macron de Bercy. La seule constatation de la ségrégation et de l’inégalité devant l’impôt sera sûrement l’assurance d’une condamnation automatique de la politique fiscaliste de Macron de Bercy par le tribunal constitutionnel. À quand un grand mouvement populaire de lutte contre le harcèlement fiscal ?

Macron de Bercy aurait fait sienne la remarque de Tocqueville : ce ne sont pas les peuples miséreux des petits retraités pauvres qui se révoltent mais ceux des milliardaires qui sont toujours les plus riches. Les petits retraités pauvres s’insurgent à juste titre et en silence contre les agressions fiscalistes dont ils sont les victimes de Macron de Bercy parce qu’ils ne jouissent déjà plus d’un pouvoir d’achat suffisant pour survivre.

BFM Business : « Ce « hold-up » fiscal qui pourrait coûter cher aux épargnants français. Le projet de loi de Finances de la Sécu pourrait remettre à plat la fiscalité sur les plus-values du capital dès 2018. Cette mesure concernerait au moins 15 millions d’épargnants possédant un PEA ou un PEE…

Dans le projet de loi de Financement de la Sécurité sociale (PLFSS) il est proposé de « simplifier les modalités de prélèvements de la CSG et des prélèvements sociaux sur certains revenus du capital ».

Ce projet de loi va toucher « au moins 15 millions » d’épargnants, a prévenu Jérôme Dedeyan. Dans le détail, 4,5 millions de Français possédant un plan d’épargne en actions (PEA) et plus de 10 millions ayant souscrit un plan d’épargne entreprise (PEE) seraient concernés. Si les gains réalisés par les épargnants sur ces produits sont exonérés d’impôts sur le revenu après cinq années de détention, ils restent soumis aux prélèvements sociaux, dont le taux n’a cessé de grimper en vingt ans, passant de 0,5% en 1996 à 15,5% aujourd’hui. Or lorsqu’on décide de clôturer aujourd’hui son PEA ou son PEE, le calcul est complexe.

Pour chaque portion de gain réalisé sur une année précise, on retient les prélèvements sociaux qui étaient en vigueur lors de la même année. Si un PEA a permis un gain de 7% en 1998, on applique sur ces gains les prélèvements sociaux en vigueur à l’époque (soit 10%), et ceci pour chaque année où il y a eu un gain, en sachant que depuis cette date, le taux de ces prélèvements a évolué neuf fois !

Pour calculer les prélèvements sociaux, il faut décomposer les gains selon leur date de réalisation et appliquer à chaque fois le bon taux. Une remise à plat du système passerait par une rétroactivité fiscale.

À ce moment là, le taux prélèvement de 17,2% en vigueur l’an prochain (avec la hausse de CSG de 1,7 point) s’appliquerait à la totalité des gains réalisés sur ces produits après 5 ans. Cette rétroactivité fiscale peut être retoquée par le Conseil constitutionnel, l’instance qui avait autorisé le gouvernement à faire ce « hold-up » sur l’assurance vie en 2013, à condition que soient respectés les taux en vigueur pendant la période d’acquisition des pleins avantages fiscaux (8 ans pour l’assurance vie, et probablement 5 ans pour le PEA).

« Cela veut dire que si mon plan a plus de 5 ans, on pourra m’appliquer cette rétroactivité au premier euro de plus-value passé les cinq ans« , conclut Jérôme Dedeyan. (BFM Business)

Le Hold-up sur la CSG, c’est le nouveau hold-up sur le pouvoir d’achat et Macron court toujours !

Pour Solidaires : « CSG et PPCR : En marche pour… un hold-up sur 5 millions d’agents publics ! Qu’il s’agisse de la simple compensation des 22% d’augmentation de la CSG au 1er janvier 2018, c’est un véritable hold-up qui est fait. Sur la forme, les mensonges de l’ex-candidat Macron sur le pouvoir d’achat atteignent d’indécents sommets, jamais vu jusqu’alors ! Sur le fond, l’opération d’appauvrissement des (petits retraités pauvres) entamée depuis 10 ans par Sarkozy, et poursuivie par Hollande continue de plus belle…

Solidaires fait le point sur le véritable hold-up en bande organisée dont sont victimes les (petits retraités pauvres) pour les 5 ans à venir. CSG : mentir pour se faire élire, puis continuer et au final arnaquer !

Pour Solidaires, des sommets d’indécence sont atteints avec une politique qui attaque frontalement les petits retraités pauvres. C’est une politique LREM indigne et scandaleuse avec les milliards de cadeaux fiscaux offerts aux plus riches. À ce jour, le Hold-up de Macron de Bercy avec l’augmentation de la CSG des petits retraités, c’est bien l’arnaque que nous n’avons cessé de dénoncer sur RL.

Hold-up sur les retraités : Le 15 mars mobilisation nationale des organisations syndicales de retraités pour protester contre la baisse des pensions dues à la hausse de la CSG et d’autres taxes. 60% des retraités viennent de lire le montant de leur pension (spoliée par Macron) sur leur compte bancaire.

Ils découvrent l’ampleur de la ponction liée à la hausse de 1,7 point de la CSG : 25 € par mois pour une pension de 1 500€, 34 € pour une pension de 2 000 €. Cela représente 4,5 milliards d’euros soustraits des pensions de retraite et d’invalidité sur une année alors que toute revalorisation est exclue pour 2018. Il est inédit que l’on s’en prenne ainsi aux retraités avec une ponction d’une ampleur sans précédent. Comme toute la population, les retraités subissent les hausses de taxes : les augmentations du prix des carburants, du gaz, des péages, des assurances et des complémentaires santé… Ce qui caractérise la vie des gens actuellement en France, c’est que le pays réel est soumis au racket fiscal LREM pro-migrants. La perte du pouvoir d’achat produit un mécontentement que sauront exploiter les militants de la vraie France en 2019-20120.

Éric Zemmour annonce la grande désintégration de la Famille, de l’autorité, de la nation par LREM pro-migrants. Au-delà de son aspect people, le mouvement En Marche ! de type Soros remet en cause toutes les valeurs traditionnelles pour la plus grande désagrégation des sociétés occidentales voulue par Soros.

Maintenant on le sait. L’élection de Macron n’était qu’une ruse de l’histoire politicienne déglingo post-PS. La devise LREM bienveillante pro-migrants n’est qu’une manière détournée de faire le jeu des impôts et des taxes LREM. L’antiracisme pro-migrants a façonné des sociétés multiculturelles où le communautarisme règne, où chacun suit sa coutume, affirme ses racines, et impose sa loi religieuse dans les quartiers.

Voilà pourquoi Macron veut « se faire » les petits retraités pauvres ! Les milliardaires et l’ensemble des très riches en rêvaient, Macron de Bercy l’a fait : s’attaquer aux petits retraités pauvres qui constituent une catégorie d’inutiles à charge, ceux qui creusent la dette de la sécu ! C’est pourquoi il faut absolument les priver de leur petite retraite pour en faire une rente afin de pouvoir continuer la gabegie LREM pro-migrants.

Avec la chute de Macron en fuite dans les sondages, il est clair que l’après-LREM a déjà commencé. Le bilan de Macron de Bercy attire les critiques, à droite et y compris à gauche. Les appétits s’aiguisent en vue des européennes de 2019 et des municipales de 2020. Le Hold-up sur la CSG, c’est tellement énorme !

C’est tellement trop… La limitation de vitesse à 80 km/heure, la hausse des taxes, les augmentations du prix des carburants, du gaz, des péages, des assurances et des complémentaires santé. Ça va forcément se retourner contre Macron de Bercy. Impossible d’ignorer le climat de violence qui se déchaîne de plus en plus contre la CSG socialiste de Macron de Bercy. Attaqués sur tous les fronts, les petits retraités pauvres, les classes moyennes, la population qui travaille et même la politique de la Famille, alors la majorité LREM ne pourra plus tenir, avec Macron de Bercy toujours plus autoritaire, et qui ne sera jamais apparu aussi fragile !

Pour information : Le Parlement sud-africain a donné le coup d’envoi d’une réforme de la Constitution pour autoriser l’expropriation sans compensation des terres agricoles des fermiers blancs au profit de la majorité noire. À une très large majorité, les députés ont adopté une motion mettant en place une commission chargée de réviser à cette fin l’article 25 de loi fondamentale d’Afrique du Sud.

C’est pourquoi aux prochaines échéances électorales européennes et municipales, il sera possible aux petits retraités pauvres de voter autrement, contre tous les profiteurs du type Macron-Zuma !

Le racket fiscal lucratif est une recette éprouvée depuis longtemps dans le monde de Bercy. Et ses résultats en termes de destructions sur le plan social et humain de la vie les petits retraités pauvres désignés comme non rentables sont remarquables partout où la résistance populaire n’aura pas été suffisante.

Pour conclure je dois citer l’autobiographie, « Long Walk to Freedom« , Nelson Rolihlahla Mandela :

« Madiba » fait la critique « d’hommes politiques vains et égoïstes qui placent leurs intérêts au-dessus de ceux des gens qu’ils prétendent servir. La politique, ce n’est qu’un racket pour voler de l’argent aux pauvres. »

Thierry Michaud-Nérard

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog