Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 février 2018 5 09 /02 /février /2018 01:01
Merkel isolée à cause de son immigrationnisme

En politique comme ailleurs, rien n’est gratuit. Angela Merkel paie aujourd’hui le prix de ses décisions irresponsables et de son ego démesuré.

Car au sein de l’UE, depuis des années, c’est la chancelière allemande qui décide de tout sans consulter qui que ce soit. Les autorités bruxelloises comptent pour du beurre. Même la BCE, soi-disant indépendante, se plie aux diktats de Berlin.

Toute l’Europe avance à la schlague. Elle règne sans partage depuis 12 ans.

Elle décide, elle exige, elle ordonne. Ce fut le cas en 2015 quand elle décida d’ouvrir les frontières à toute la misère du monde.

Ce fut aussi le cas quand, dépassée par le tsunami migratoire, elle voulut imposer des quotas de migrants à tous, en menaçant les pays de l’Est de représailles économiques.

Celle qui fut longtemps la reine d’Europe, celle que les présidents des Etats Unis appelaient en priorité lorsqu’ils souhaitaient consulter l’Union européenne, celle qui faisait la Une de la presse mondiale depuis des années, pourrait bien signer la fin de sa carrière politique plus tôt que prévu.

Certes, elle ne partira pas sous les tomates quand la fin de son règne arrivera, mais 60% des Allemands estiment qu’elle ne pourra pas rester en place si elle échoue à former une coalition.

Car le score de son parti aux législatives est le plus pitoyable depuis 1949.

Elle paie au prix fort l’arrivée d’1,5 million de migrants qui ont bouleversé le quotidien de millions d’Allemands, qui découvrent les joies d’une diversité qu’ils ne soupçonnaient pas.

L’Afd, le parti anti-migrants, anti-islam et anti-Merkel, a fait une entrée fracassante au Bundestag avec 92 députés !

Depuis un mois, les tractations pour former une coalition CDU-CSU avec les Libéraux et les Ecologistes  ont donc échoué. Le SPD a refusé de gouverner avec les conservateurs.

Ce qui bloque ? La politique immigrationniste de Merkel.

Elle refuse tout plafonnement des demandeurs d’asile et aucun accord n’a été trouvé sur le droit au regroupement familial.

On se dirige donc vers une gestion des affaires courantes et, si aucune coalition n’émerge des discussions, il faudra se résigner à préparer de nouvelles élections en 2018.

Une claque humiliante pour la chancelière, descendue brutalement de son piédestal, victime de l’ivresse des sommets.

Commentateurs, presse et politologues sont aussi nombreux ce lundi à prédire « la fin » de la chancelière.

Et en cas de nouvelles élections faute d’un compromis, rien ne dit que le score de son parti sera meilleur.

Celui de l’Afd, en revanche, pourrait bien s’améliorer pour dépasser les 100 députés au Bundestag.

A suivre…

Jacques Guillemain

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog