Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 septembre 2017 6 23 /09 /septembre /2017 12:12

Découvert dans une mine aux Canada, ce squelette de Nodosaure de 110 millions d'années est remarquablement conservé !

Un Dinosaure retrouvé pétrifié et presque intact

Les paléontologues qui l'ont étudié sont unanimes : ce dinosaure est "le fossile le plus impressionnant qu'ils aient jamais vu"
Découvert il y a six ans, ce Nodosaure est en effet étonnamment bien conservé et sa description en mai 2017 a fait sensation. 
On pourrait penser qu'il est mort il y a seulement quelques jours. 
Les détails de ses écailles, les pointes et même ce qui pourrait être les restes d'un repas sont encore bien visibles, plus de 110 millions d'années après sa disparition.
Ce qu'il faut retenir
Découvert dans une mine aux Canada, ce squelette de Nodosaure est remarquablement conservé.
Il est probablement mort noyé il y a 110 millions d'années.
L'étude de sa peau et de ses écailles est une aubaine pour les paléontologues. 

"À première vue, les blocs gris assemblés ressemblent à une sculpture de dinosaure longue de 2,7 mètres", écrit Michael Greshko dans son article à paraître dans le numéro de juin du National Geographic Américain. 
"Une mosaïque d'armures osseuses recouvre son cou et son dos, et les cercles gris décrivent des écailles individuelles. 
Son cou se courbe gracieusement vers la gauche, comme s'il allait atteindre une plante savoureuse. 
Mais ce n'est pas une sculpture réaliste. 
C'est un véritable dinosaure, pétrifié du museau aux hanches. Plus je le regarde, plus il paraît stupéfiant !"
Le reporter a pu assisté aux derniers préparatifs de ce fossile hors normes dans les locaux du laboratoire du Royal Tyrrell Museum, situé dans les Badlands de l'Alberta, au Canada, avant son exposition au public. Il s'agit d'une nouvelle espèce de Nodosaure, un type d'Ankylosaure. 



 

L’armure du Nodosaure vue de près. Les détails de la peau sont devenus un sujet d'études précieux. © Robert Clark, National Geographic, Royal Tyrrell Museum

 

 


Après avoir passé environ 110 millions d'années dans le ventre de la Terre enfermé dans la roche — il s'agit du plus vieux Dinosaure découvert à ce jour dans cette région —, l'animal a retrouvé la lumière il y a six ans, le 21 mars 2011, grâce à Shawn Funk et son excavatrice. 
L'homme travaillait alors dans une fosse de la grande mine Millenium (à 27 km de Fort McMurray, Alberta, et 676 km du musée), pour extraire des sables bitumineux, vestiges putréfiés d'organismes vivants.
Dans cette masse, un bloc plus résistant et dense a attiré son attention. 

Lui et son superviseur s'attendaient à découvrir des morceaux de bois ou de troncs fossilisés, voire des côtes, comme cela peut arriver, mais certainement pas "à rencontrer un dragon"



 

La tête et le cou de ce Nodosaure, couverts d’écailles en pointes, semblent ceux d'un reptile mort récemment. L’animal est pourtant mort il y a plus 110 millions d’années. © National Geographic, Royal Tyrrell Museum

 

 




Bien qu'en partie brisé, l'ensemble très bien conservé du corps prisonnier des roches offre aux paléontologues un aperçu très impressionnant de ce puissant herbivore cuirassé qui vivait au milieu du Crétacé. 
Emballés délicatement et acheminés au musée, les blocs ont ainsi passé ces cinq dernières années, pas moins de 7.000 heures, entre les mains d'experts pour leur restauration et leur étude. 
Presque millimètre par millimètre, grain par grain, le préparateur de fossiles Mark Mitchell et son équipe ont dégagé la peau et les os de la roche...
À le voir ainsi, on pourrait penser qu'il va bouger. 

Les paléontologues ont confié au journaliste qu'avoir "un tel niveau de fossilisation est aussi rare que de gagner au loto"
Aussi, on peut dire qu'ils ont gagné le gros lot. 
Ce ne sont pas que des os ou des dents (d'ailleurs, les tomodensitogrammes ont du mal à faire parler le squelette) qu'ils ont examinés mais aussi sa peau, ses écailles et leurs pointes, les crevasses de ses yeux, les narines et même des restes de repas dans son intestin, le tout sans presque aucune déformation. 
"Le dinosaure est si bien conservé qu'il aurait pu marcher il y a quelques semaines" commente le paléontologue spécialiste de la pigmentation animal Jakob Vinther.



 

Sans doute, les restes d’un repas du Dinosaure dans son intestin. © Robert Clark, National Geographic, Royal Tyrrell Museum

 

 


Qu’est-il arrivé à ce dinosaure ?
Même s'il ressemble un peu à nos tatous modernes, le Nodosaure pétrifié est décrit plutôt comme le Rhinocéros de l'époque : un grand herbivore armé de cornes de 50 cm de long sur ses épaules (voir illustration ci-dessous). 

Contrairement à ses cousins ankylosaures, il n'a pas de massue au bout de sa queue pour assommer les prédateurs. Le spécimen, qui a péri il y a entre 110 et 112 millions d'années, mesurait 5,5 m de long et devait peser près de 1.400 kg.
Après enquête, les chercheurs pensent que l'animal est mort noyé dans une rivière, probablement lors d'une brusque inondation. 

Le paysage où il vivait était bien différent de celui des plaines du Canada aujourd'hui tourmentées par les vents. 
L'endroit ressemblait davantage au sud de la Floride, rappellent-ils. 
Une chaleur humide régnait et les marécages étaient entourés de forêts de conifères et de fougères.

 

Illustration du Nodosaure. L’herbivore cuirassé possédait sur chacune de ses épaules des cornes de 50 cm de long. © Manuel Canales, Patricia Healy et Davide Bonadonna (dessin). Sources : Caleb Marshall Brown et Donald Henderson, Royal Tyrell Museum Of Palaeontology, Jakob Vinther, C. R. Scotese, Paleomap Project


 
Selon leur scénario, sa dépouille qui flottait a été emmenée jusqu'à la mer où, une semaine après sa mort, son ventre qui était gonflé, a explosé, l'entraînant alors jusqu'au fond. 
Les boues et les minéraux l'ont couvert et empli, lui assurant une conservation presque pour l'éternité... 
Heureux concours de circonstances pour les chercheurs qui l'examinent aujourd'hui. 
Une deuxième vie pour la plus grande joie des chercheurs qui s'attachent à recomposer son passé, bien conscients qu'il faudra encore "des années sinon des décennies pour tout comprendre".
À présent, l'animal pétrifié est prêt à rencontrer le public. 

Une gloire post-mortem l'attend.


Par  Xavier Demeersman
http://www.futura-sciences.com/planete/actualites/dinosaure-incroyable-dinosaure-retrouve-petrifie-presque-intact-67336/

Repost 0
Published by Lazare - dans Palèontologie
commenter cet article
13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 15:50
L’Histoire de l’Humanité Occultée : Des Squelettes Géants de 7 Mètres de Haut EXPOSÉS

Le Père Carlos Vaca – prêtre catholique – garda pendant des décennies les restes de squelettes d’une taille immense. La plupart des fragments d’os – d’êtres qui avaient une hauteur d’environ 7 mètres – ont été récupérés, à partir d’un site appelé « Changaiminas » en Équateur. Curieusement, Changaiminas traduit signifie « Cimetière des dieux ».

Il y a d’innombrables histoires de découvertes incroyables qui ont été faites autour de la planète. Curieusement, l’Équateur abrite de nombreuses découvertes étranges. L’une des découvertes récentes les plus populaires est la soi-disant ville perdue de Géant qui a été trouvée par un groupe d’explorateurs dans la jungle équatorienne.

En plus de la ville mystérieuse, dans le passé les gens ont trouvé des squelettes d’immense taille dans différentes parties de l’Équateur. Dans le sud de l’Equateur, près de la frontière avec le Pérou, les gens ont trouvé toutes sortes de choses étranges. Selon les rapports, les experts ont récupéré les os et les squelettes qui sont semblables aux humains mais beaucoup plus grands dans la taille.

Beaucoup de ces squelettes et ossements étaient cachés au public dans des collections privées partout dans le monde.

L’un des plus célèbres gardiens de «squelettes géants» serait le père Carlos Miguel Vaca, qui a gardé jusqu’à sa mort en 1999, plusieurs os et fragments provenant d’un site appelé «Changaiminas» en Équateur. Curieusement, Changaiminas traduit signifie « Cimetière des dieux ».

Le père Carlos Miguel Vaca Alvarado est né le 25 août 1912 à Loja, en Équateur. Il était le prêtre de la paroisse de Changaimina dans la province de Gonzanamá Loja en Equateur.

Le Père Carlos Vaca a été un prêtre catholique, un musicien et un archéologue qui a découvert en 1965 – par hasard la même année de l’expédition de Juan Moricz dans la grotte de Tayos et la découverte d’un monde souterrain – une colonie archéologique de squelettes Géant, , Située à Changaimina, connu sous le nom de «Museo del Padre Vaca» où il a gardé de nombreux objets qui ont été découverts dans les terres appartenant à M. Luis Guamán.

La collection comprenait des os de géants de sept mètres de hauteur supposés qui habitaient l’Équateur et d’autres parties de l’Amérique il y a des milliers d’années.

La collection était également composée d’ustensiles étranges, de minéraux et de composés de «propriétés magiques» qui, selon de nombreux auteurs, expliqueraient de nombreux mystères archéologiques qui n’ont pas encore été déchiffrés.

Certains des fragments d’os ont été censément envoyés à l’institut Smithsonian pour une analyse plus approfondie. Des reportages sur les squelettes et leur localisation ont été diffusés sur un programme télévisé en Équateur, dirigé par le célèbre réalisateur Alfonso Espinosa De Los Monteros.

Après la mort du Père Vaca, curieusement comme cela s’est passé avec le musée du Père Crespi, son contenu fut pillé.

Veuillez noter,les images du géant debout sont la reconstruction des fragments qui ont été trouvés en Equateur dans les années 60 et qui peuvent être visités dans le parc mystérieux d’Interlaken en Suisse depuis 2004.

En outre, en plus des squelettes d’immenses proportions, les chercheurs ont découvert de nombreux endroits plus curieux en Équateur. La ville perdue des géants est l’un d’entre eux.

Selon un article sur le site Earth4All écrit par Bruce Fenton, l’un des découvreurs:

EN 2012, UN GROUPE D’AVENTURIERS ÉQUATORIENS ONT ÉTÉ CONDUITS DANS LA JUNGLE POUR CHERCHER LA STRUCTURE QU’ILS AVAIENT VUE DANS UNE VIEILLE PHOTOGRAPHIE. LORS DE LA PREMIÈRE TENTATIVE, ILS SE SONT PERDUS, MAIS LE SORT A PRIS UN TOUR CHANCEUX, ILS ONT EFFECTIVEMENT TRÉBUCHÉ SUR UN DEUXIÈME SITE MÉGALITHIQUE, UNE PLATE-FORME DE PIERRE ÉTRANGE SITUÉE SUR LE BORD D’UNE PETITE RIVIÈRE. SUR LE PLANCHER DE LA JUNGLE ET DANS L’EAU MÊME, IL Y AVAIT UNE MULTITUDE D’ARTEFACTS ET D’OBJETS EN PIERRE ARTIFICIELLE. JUSQU’À PRÉSENT, CES ARTEFACTS N’ONT PAS ÉTÉ ADAPTÉS À UNE CULTURE CONNUE ET MÊME LEURS FONCTIONS PRÉCÉDENTES RESTENT UN MYSTÈRE POUR LA PLUPART. PEU DE TEMPS APRÈS LE MÊME GROUPE A LANCÉ UNE DEUXIÈME TENTATIVE POUR LE MUR MÉGALITHIQUE DANS LEUR PHOTOGRAPHIE, CETTE FOIS RÉUSSISSANT À ATTEINDRE LE SITE.

GRÂCE À NOS PROPRES EFFORTS POUR SENSIBILISER LE PUBLIC À CETTE INCROYABLE DÉCOUVERTE (OU REDÉCOUVERTE MÊME) DES IMAGES ET DES VIDÉOS DE L’EXPÉDITION ET D’AUTRES QUI ONT SUIVI ONT ENVOYÉ DES ONDES DE CHOC À TRAVERS LA COMMUNAUTÉ ARCHÉOLOGIQUE MONDIALE. AUCUN EXPERT N’A ÉTÉ EN MESURE D’EXPLIQUER QUI POURRAIT ÊTRE RESPONSABLE DE CE SITE NI QUAND IL AURAIT PU ÊTRE CONSTRUIT. TOUT SIMPLEMENT, IL N’EST PAS RAISONNABLE DE PENSER QUE CES SITES ONT ÉTÉ CONSTRUITS DANS L’INTÉRIEUR DANGEREUX DES LLANGANATES, IL EST PLUTÔT LOGIQUE DE SUPPOSER QUE LES STRUCTURES ONT ÉTÉ CONSTRUITES À UN MOMENT OÙ LA JUNGLE N’ÉTAIT PAS PRÉSENTE ET ONT DEPUIS ÉTÉ ENVAHIES. LES QUESTIONS SONT ALORS DE SAVOIR SI CELA POURRAIT ÊTRE IL Y A DES SIÈCLES, OU BEAUCOUP PLUS VRAISEMBLABLEMENT DE NOMBREUX MILLÉNAIRES DANS NOTRE PASSÉ!

Lire la suite sur :

Repost 0
Published by Lazare - dans Palèontologie
commenter cet article
14 juillet 2016 4 14 /07 /juillet /2016 07:44
Preuves irréfutables de la présence de géants sur Terre dans la Préhistoire

Sur les traces des géants…

Une fois n’est pas coutume, je vais vous parler d’un temps que les moins de 2 000 ans ne peuvent pas connaitre, la Terre en ce temps-là, accueillait des géants… humour, pour ceux qui ne comprendraient pas: lien

Pour l’image ci-dessus, c’est un pendentif vieux de 4500 ans environ montrant un géant. Les proportions de ce géant rappellent exactement celles des Dieux sumériens tout comme la configuration de son crâne. Ce pendentif a été offert par un archéologue à une de ses parentes, en Turquie en 1920.

Le manuscrit mexicain de Pedro de los Rios écrit : « Avant le Déluge que l’on estime à 4 008 ans après la création du monde, la Terra d’Anahuac était habitée par des êtres gigantesques, les Tzocuillixeo. »

Quand les Espagnols d’Hernan Cortès débarquent en Amérique, ils apprennent des sages des tribus indigènes qu’à l’origine des temps, des femmes et des hommes de grandes tailles existaient. Des ossements leur sont montrés. Cortès envoie même un fémur de géant à son Roi.

Nous retrouvons pareilles légendes autour du lac Titicaca jusqu’en Patagonie. Le marin et chroniqueur italien Antonio Pigafetta (1491 – 1534) dans Magellan, le premier tour du monde, y décrit un peuple gigantesque : « Un jour où nous nous y attendions le moins, un homme d’une stature gigantesque se présenta à nous. Il était si grand que nos têtes arrivaient à peine à sa ceinture ».

Des récits analogues ont été écrits par des navigateurs très connus comme Drake, Hernandez, Knyvet et de Weert. Près de Vichy, à Glozel, on relève des empreintes de mains gigantesques ayant appartenu à un homme il y a dix mille ans.

De vieux poèmes anglo-saxons racontent qu’en Grande-Bretagne habitaient des civilisations disparues, des hommes de grandes tailles. ]ennifer Westwood écrivain et experte dans la recherche des légendes anglaises, écrit qu’à l’origine, la Grande-Bretagne est une île peuplée de géants. On l’appelle alors Albion.

On raconte qu’après la chute de Troie, le héros Brutus décide d’envahir Albion avec son armée. Les géants sont défiés et vaincus, un seul est épargné, il s’agit de Gogmagog. Il mesure 4 mètres (source Albion : A Guide to Legendary Britain ; 1985).

Notre siècle compte aussi ses découvertes sur les géants…

En 1936 l’anthropologiste allemand Larson Kohl défriche sur la rive du lac Elyasi, en Afrique du Sud, des ossements ayant appartenu à un géant. Entre 1937 et 1941, les paléontologistes et anthropologistes allemands, le Pr Gustav von Königswald et le Pr Frank Weidenreich trouvent, dans des pharmacies chinoises du continent et de Hong-Kong, plusieurs ossements humains d’une taille impressionnante.

En 1944, le Pr Weidenreich fait un exposé sur ces restes de géants en présence de l’American Ethnological Society. Le Dr Rex Gilroy, un archéologue australien, directeur du Mount York Natural History Museum, découvre à Mount Victoria des empreintes fossilisées de pied de géants.

Le Dr Burkhalter de la société française de préhistoire, écrit en 1950 dans la revue du musée de Beytouth que l’existence des géants à la période acheuléenne, est un fait scientifique établi.

Lors de fouilles dans le Caucase, en 1964, on trouve dans une grotte d’Alguetca, près de Mangliss, des squelettes d’hommes mesurant de 2,80 mètres à 3 mètres. Le journaliste allemand Ernst Probst écrit sur le thème des géants. Il mentionne l’existence d’un tableau peint par un certain Bartholmaus Sarburgh, exposé au Musée de l’Histoire de Bern. La peinture reproduit un fémur de géant trouvé sur les bords du Rhin, à Oppenheim sur Mainz.

En 1895, un géant fossilisé de plus de 3,70 mètres est découvert par un orpailleur dans le comté d’Antrim. Il est exposé et photographié dans le dépôt de marchandises de la London and North-Western Rallway Company’s Broad Street, puis à Liverpool et à Manchester.

Qu’est donc devenu ce géant fossilisé de 3,70 m exposé dans un dépôt de Londres en 1895 ? Des analyses pourraient aujourd’hui nous apporter des réponses inestimables.

À travers toutes les époques, sous l’Empire romain, au Moyen-âge, au XIXème siècle et encore de nos jours, dans le monde entier, des scientifiques, des archéologues, des hommes d’Eglise, des voyageurs, des historiens témoignent, cherchent, compilent dans des documentations très denses les traces et les preuves de l’existence sur Terre des géants, ces hommes ayant mesuré parfois jusqu’à plus de 4 mètres.

Goliath a toujours été considéré comme un personnage de légende, au même titre que le géant du Petit Poucet. Jusqu’à ce que le neurologue Vladimir Berginer émette l’hypothèse qu’il ait réellement existé. Sa taille démesurée (que Berginer évalue à trois mètres) serait le résultat d’une tumeur de l’hypophyse, affection appelée acromégalie-gigantisme.

Si l’on en croit la Bible, Goliath appartenait à une tribu de la vallée de Réfaïm, dans l’actuelle région de Bashan. Or, sur les hauteurs du Golan, qui surplombe leur ancien territoire, s’élève encore aujourd’hui un monument vieux de 5 000 ans, le Gilgal Réfaïm.

Cinq cercles de pierres concentriques (le cercle extérieur a un diamètre de 159 mètres), ressemblant étrangement au site de Stonehenge, qu’on imagine bien être l’oeuvre de géants.

En outre, plusieurs éléments provenant de sources antiques semblent faire état de l’existence de géants – sinon du mythe – à l’époque : des représentations de géants sur des sceaux et dans des temples, des mentions de géants dans les légendes syriennes et égyptiennes, etc.

Depuis la fin des années 80, des chercheurs britanniques sont sur la piste de preuves. Sur le site funéraire de Tell es-Sa’idiyeh, en Jordanie, l’archéologue Jonathan N. Tubb et ses collaborateurs du British Museum ont mis au jour des ossements humains aux dimensions surprenantes. Une preuve de l’existence de géants dans l’Antiquité ?

Comme l’attestent ces 2 représentations, les Dieux Sumériens étaient eux aussi des géants.

On retrouve la trace de géants dans toutes les cultures ou presque, et j’en suis à me demander si ces statues et représentations de géants que l’on peut admirer encore de nos jours, ne seraient pas au final des représentations bien réelles, un hommage à de véritables géants qui auraient peuplés la Terre en des temps anciens, toutes les anciennes constructions sont de tailles gigantesques, et dédiées aux géants, que les moins de 2 000 ans ne peuvent pas connaitre !

Exemples : Les Moaï de l’ile de Pâques, les colosses de Memnon, les statues d’Abou Simbel, les grands Buddha, statues géantes de Bamiyan, en Afghanistan, Les têtes de Nemrut Dagi en Turquie, les dieux géants sumériens, les géants couchés d’Agrigente, têtes géantes à San Lorenzo sud du Mexique etc…

Mais continuons…

Les indiens qui habitent dans la région de Tianhuanaco, dans les Andes, (à 20 Km du lac Titicaca) disent que les colossales pierres qui ont bâti cette cité mégalithique ont été acheminées par des géants. Ils sont décrits comme des hommes très intelligents, à la peau claire.

Des fouilles ont permis de trouver des restes d’ossements, des crânes et des squelettes d’hommes mesurant plus de 3 mètres. La plus prestigieuse et la plus fascinante des découvertes est celle de tunnels souterrains s’étirant sur des kilomètres et menant à de majestueuses salles aussi grandes que des hangars d’avion.

Les indiens expliquent que ces souterrains parcourent une grande partie de l’Amérique du Sud.

Au XVème siècle, le capitaine espagnol Francisco Pizzaro est le premier à découvrir ces galeries souterraines dans la montagne des Incas. Toujours au Pérou, des découvertes inattendues, comme à Ollantaytambo ou Sacsayhuaman, posent la question de civilisation de géants disparus ayant certainement eu des connaissances scientifiques oubliées et particulièrement élaborées.

Bizarrement, en certain de ces lieux nous trouvons des représentations de dinosaures. Les sites mégalithiques renvoient en permanence à une civilisation de géants. C’est le cas de Carnac, de Stonehenge dont le nom celte Chior gaur signifie « la danse des géants », ou de son équivalent dans le nord d’Israël, à Gilgal Refaïm.

Il y a deux ans, en Bosnie, des pyramides ont été découvertes sous des forêts et de la végétation. Les légendes parlent encore dans ce cas précis de géants-constructeurs.

Nous trouvons pareillement dans le monde d’énigmatiques pyramides qui font l’objet du plus grand silence scientifique, comme en Chine centrale, dans les plaines du Qin Chuan. L’une d’entre elle surnommée la « grande Pyramide Blanche », pointe à environ 300 mètres de hauteur, soit deux fois la taille des plus imposantes pyramides d’Egypte.

L’une de ces pyramides égyptienne, Khéops, d’après des manuscrits appartenant à la tradition copte, aurait été construite par une race de géants.

L’étude des géants renverse notre compréhension du monde. Car il est possible que ces géants aient existé à une époque où tout était gigantesque.

Effectivement, nous abordons de manière scientifique toutes les formes de gigantisme, dans la flore, avec les dinosaures et y compris pour les singes avec le Gigantopithecus et le Meganthropus. Pourquoi avons-nous alors oublié les géants de la race humaine ?

Nous pourrions logiquement supposer que des hommes gigantesques auraient pu vivre à une époque où tout était gigantesque et connaître les dinosaures. Cela est d’autant plus troublant que dans son ouvrage Buried Alive, le Dr Jack Cuozzo va dans ce sens. Il montre la photographie dans la grotte de Bernifal (France ) d’un combat opposant un mammouth à un dinosaure.

De même, Fran Barnes, spécialiste en art pariétal écrit qu’à San Rafael Swell (Utah), il y a des dessins de la préhistoire qui ressemblent à un reptile ailé, un ptérosaurien.

L’ancien peuple de Sumatra a également produit de nombreuses pièces d’art avec des créatures ayant de longues queues, de longs cous et des crêtes semblant correspondre à des Hadrosaures. Une de ces pièces est d’ailleurs exposée au Musée Ethnographique de Budapest.

Des mosaïques de l’Empire romain datant de 200 ans avant J.C. reproduisent des dinosaures marins, des Tanystropheus. En 1571, les conquistadors rapportent que sur des pierres de sépulture Inca figurent d’étranges créatures. Le Dr Javier Cabrera en a authentifié plus de mille.

En 1496, l’Evêque Richard Bell est enterré à la Cathédrale de Carlisle, en Angleterre. Des dinosaures sont dessinés sur les parties en cuivre qui recouvrent sa tombe. Autre cas très intéressant. Dans le Queensland, plusieurs récits de tribus aborigènes décrivent des créatures ressemblant à des plésiosaures.

Dans le nord de cette région australienne, les Yarru (ou Yarrba) parlent d’une créature semblable vivant dans les cavernes d’une forêt équatoriale. Cette peinture est très intéressante car elle montre des Indiens ou des hommes autour d’un plésiosaure et représente tout l’appareil digestif, gastro-intestinal de l’animal.

Cela nous permet-il de penser que les chasseurs aborigènes auraient tué et dépecé ce dinosaure ? Ces grands animaux se sont-ils alors vraiment éteints il y a 70 millions d’années ?

Il est pertinent d’envisager une époque où les hommes et les dinosaures auraient cohabité, mais l’étude des géants remet en cause le darwinisme et l’évolutionnisme, les fondements de la science contemporaine… Et c’est d’ailleurs bien pourquoi la question de leur existence est négligée, ignorée, ridiculisée par la science moderne et comme écrasée sous une chape de plomb !

Pourtant comme nous le voyons, ils ont existés, et toutes les anciennes cultures et civilisations, leur rendent hommage, avec des statues et des constructions gargantuesques…

Source

La bible et l’Islam parlent de géants, juste deux exemples :

Pour la bible : Dans la Genèse, il est dit « Et il y avait des géants sur la Terre en ces temps-là (…)

Pour l’Islam : Il est mentionné dans un Hadîth que Dieu créa Adam au paradis avec une taille de 60 coudées soit environ 30 mètres actuels !

Tiré de wikipédia, quelques faits sur des empreintes et ossements fossiles :

XIXe siècle :

En 1833, des soldats auraient découvert, à Lompock Rancho, en Californie, le squelette d’un homme de 12 pieds, soit 4 mètres, dans un terrain dans lequel ils souhaitaient enfouir de la dynamite. En 1877, on aurait découvert, à Spring Valley (Nevada) près de la localité d’Eureka, en partie scellés dans du quartzite, les ossements d’une jambe humaine mesurant un mètre du genou à l’extrémité des orteils.

En 1879, un squelette de 2,95 mètres de haut aurait été extrait d’un tertre funéraire, à Brewersville (Indiana). Il avait un collier de mica autour du cou et, à ses pieds, une figurine humaine incrustée de silex. En 1890, L’anthropologue Georges Vacher de Lapouge a déterré le bras et un os de la jambe d’un homme de 3,5 mètres de hauteur à Castelnau-le-Lez, France et pour cette raison nommé « Géant de Castelnau ». Les os ont été étudiés à l’Université de Montpellier et cela a confirmé que l’être humain mesurait le double de la taille d’un être humain normal.

En 1893, un squelette géant est découvert près du phare de Caraquet, au Canada, par le gardien. La découverte est annoncée dans Le Courrier des provinces maritimes. En 1894, un compte-rendu de presse américain parle de la découverte de gigantesques ossements humains trouvés à Montpellier, France, par des ouvriers travaillant sur un réservoir d’eau.

Des crânes humains de 71, 79 et 81 centimètres de circonférence ont été signalés parmi des ossements humains qui ont indiqué une race d’hommes de trois à quatre mètres de haut. Les os auraient été envoyés à l’Académie de Paris.

XXe siècle :

En 1908, près du parc d’État de Dinosaur Valley, des empreintes de pas humains géants furent découverts dans la Glen Rose Formation. En 1912, dans la région du Transvaal de l’est (actuellement Mpumalanga) en Afrique du Sud, une empreinte géante de pied humain pétrifiée aurait été trouvée par le chasseur Stoffel Coetzee.

La même année, 18 squelettes mesurant entre 2,3 et 3 mètres auraient été découverts dans le Wisconsin par Charleton Voice. Leurs crânes seraient bien plus grands que ceux de l’homme du XXIe siècle. Il semblerait aussi qu’ils n’appartenaient pas tous à la même ethnie.

En 1935, le géologue Clifford Burdick aurait relevé sur les bords de la Paluxy River (Glen Rose, Texas) des empreintes de géants jouxtant celles de dinosaures. En 1936, l’anthropologue Ludwig Kohl-Larsen aurait découvert, sur la rive du Lac Eyasi (Tanzanie) des ossements humains géants. Il est connu pour la découverte de la grotte Mumba (Mumba cave). En 1956, il fit paraître un livre sur les mythes Hadzabe, dont certains à propos de géants.

En 1937, deux paléontologues allemands, Gustav Heinrich Ralph von Koenigswald et Franz Weidenreich, auraient trouvé en Chine plusieurs ossements humains d’une taille étonnante. Weidenreich est l’auteur d’un livre sur le sujet faisant référence au Gigantopithèque, qui est un singe et non un humain. En 1944, Weidenreich fait un exposé sur ces restes de géants à l’American Ethnological Society.

D’après Louis Burkhalter, des outils préhistoriques géants auraient été exhumés à Safita en Syrie et dans le sud du Maroc, par le capitaine R. Lafanechere. Les outils syriens pèseraient de 2,5 à 3,5 kg et ceux du Maroc de 4,15 à plus de 8 kg, ce qui validerait selon lui la théorie de l’existence historique de géants humains. La découverte d’autres outils géants a été mentionnée.

En 1964, dans une grotte d’Alguetca située près de Manglisi (province de Kvemo Kartli, Géorgie), des archéologues auraient mis au jour des squelettes d’hommes mesurant près de 3 mètres. En 2002, la ville de Dmanisi dans la même province a vu la découverte de vestiges attribués à l’Homo georgicus, qui n’est pas un géant.

En 1976, le squelette d’un être humain géant aurait été découvert près du château Trezzo d’adda, province de Milan, en Italie. Le squelette a été identifié comme Rodchis, le fils du roi de Lombardie Poto au VIIIe siècle. Son squelette était trop grand pour le tombeau de 2 mètres de long, ses genoux et la tête ont été pliés pour adapter sa taille énorme qui était d’environ 2,5 mètres de haut.

Rex Gilroy, auteur australien, aurait découvert, à Mount Victoria en Nouvelle-Galles du Sud, des empreintes fossiles de pieds de géants.

XXIe siècle :

En 2004, l’équipe de prospection Aramco Exploration Team aurait découvert en Arabie saoudite un squelette humain de proportions extraordinaires qui pourrait se rattacher au peuple Ad cité par le Coran.

En 2008, les os d’un être humain géant auraient été retrouvés dans les gorges de Borjomi, en Géorgie (Caucase). La nouvelle a été rapportée par 1TV, la première chaîne de télévision en Russie. Le géant a été estimé à 2,5 ou 3 mètres de haut. Ses os ont été étudiés par le Dr Abesalom Vekua, du Musée national Géorgien.

Louis Burkhalter de la Société préhistorique française a écrit en 1950 dans la revue du musée de Beyrouth que l’existence de géants à la période acheuléenne (durant la majeure partie de la période glaciaire) était un fait scientifiquement établi…

Terminons avec quelques clichés assez parlant :

Empreinte d’un Géant de 20 m au moins, à Ain Dara en Syrie…

Empreinte d’un Géant de Lepakshi en Inde…

Outils en silex trouvé à Botswana en Afrique…

D’après cette empreinte de pied (1 m 50) devant laquelle le professeur Schoch se fait prendre en photo en 2014, cet homme aurait fait environ 11 m…

Source: Homme & Espace

Repost 0
Published by Lazare - dans Palèontologie
commenter cet article
11 avril 2016 1 11 /04 /avril /2016 02:48
Un Chien de l’Enfer de 2 mètres de haut enterré près d’un Ancien Monastère au Royaume-Uni

Combien de fois les légendes ont-elles été validées par des fouilles archéologiques? Pratiquement jamais, mais quand ça arrive, tout le monde commence à y croire jusqu’à un certain degré.

Il y a 500 ans, des chiens noirs infernaux ont terrorisé les îles britanniques. L’un des plus célèbres d’entre eux étaient « Black Shuck, » un chien géant doté d’yeux rouges et d’une capacité d’adaptation remarquable. Une ancienne légende raconte que durant la nuit du 4 Août 1577, tandis qu’une tempête faisait rage à Blythburgh, Suffolk, les villageois se réfugièrent dans l’église Holy Trinity.

Soudainement, un coup de tonnerre éclaté et ouvrit les portes de l’Eglise. Le mastodonte fit alors irruption, en grondant et en grognant. Il projeta son regard injecté de sang sur un homme et un garçon, qu’il tua avant de prendre la fuite au moment où le clocher s’effondra.

Ce témoignage est décrit dans le livre du révèrent Abraham Fleming: « A Straunge and Terrible Wunder: »

Ce chien noir, ou le diable déguisé, qui courait d’un bout à l’autre de l’église avec une grande rapidité, et une hâte incroyable, passa entre deux personnes, qui étaient agenouillées et occupées à prier. La bête leur tordit le cou tous les deux en l’espace d’un battement de cils. Les deux personnes moururent ce soir-là d’une cause qui nous est inconnue. »

Les habitants de Blythburgh disent que les marques de ses griffes ornent encore la porte d’entrée de l’église. Et selon certains, la légende de Black Shuck a inspiré Sir Arthur Conan Doyle dans son oeuvre monumentale, Le Chien des Baskerville.

squelette

L’année dernière, des archéologues ont exhumé les ruines de l’abbaye Leiston dans le Suffolk, en Angleterre, et ils ont découvert les restes d’un chien géant qui mesurait autrefois 2 mètres de haut sur ses pattes arrières. Un vétérinaire a été appelé sur le lieu des fouilles et a estimé que le mastodonte pesait environ 200 kilos quand il était encore en vie. Ce squelette pourrait-il avoir appartenu à Black Shuck, le chien de l’enfer? Et pourquoi a t-il été enterré dans un lieu sacré, en positon foetale à la manière des anciens, en respect avec la spiritualité et la nature?

Qu’importe les résultats de la datation au carbone 14 que les scientifiques s’empressent de faire en ce moment même… l’histoire de Black Shuck va très certainement persister.

Source: LockLip

Repost 0
Published by Lazare - dans Palèontologie
commenter cet article
30 mars 2016 3 30 /03 /mars /2016 17:10
Le Mystère de la Race des géants et la censure de leur fossile

Dans son livre "Le Mystère de la Race des géants à la lumière du Créationnisme", Laurent Clauzy a répertorié les différents versets de la Bible mentionnant l'existence de Géants comme Goliath dans I Samuel XVII-4 ou le Roi de Basan Og dans la Génèse. Il cite également certaines légendes indiennes ou païennes de l'Europe nordique. L'auteur interpelle alors sur différents points : l'archéologie prouve-t-elle l'existence de ces géants ? Sont-ils les construdeurs des sites mégalithiques comme Stonehenge en Angleterre ou Gilgal Refaïm en Israël ?
Ce livre de 168 pages est disponible pour le prix de 16 Euros dans les Librairies France Livre, Librairie Duquesne, La Table d'Isis à Paris... L'auteur : Laurent Clauzy, BP 25, 91151 Etampes Cedex.

À travers toutes les époques, sous l'Empire romain, au Moyen-âge, au XIXème siècle et encore de nos jours, dans le monde entier, des scientifiques, des archéologues, des hommes d'Eglise, des voyageurs, des historiens témoignent, cherchent, compilent dans des documentations très denses les traces et les preuves de l'existence sur Terre des géants, ces hommes ayant mesuré parfois jusqu'à plus de 4 mètres.

Gravure de l'ouvrage "Les Géants dans l'histoire" représentant des géants d'après la découvertes d'ossements dans différentes parties du monde. ->

Le document Giants of Real Life recense les témoins de ces hommes aux dimensions extraordinaires. Au XVIème siècle, le physicien, linguiste et médecin de Philippe II d'Espagne, Goropius Becanus, affirme avoir vu un homme et une femme mesurant dix pieds (soit 3,50 m). Dans Descripcion y poblacion de las Indias, le dominicain Reginaldo de Lizzaraga, qui a vécu au Pérou de 1555 à 1599, retranscrit un mythe concernant des êtres de stature incroyable.
L'historiographe Pedro Cieza de Leon (1518 - 1560) raconte l'histoire d'une invasion de géants, recueillie auprès des indigènes de Santa Elena.
À partir de recherches archéologiques et documentaires, le fameux Père jésuite Athanase Kircher (1600 - 1681) publie en 1665 une étude et une classification précise de géants dans Mundus Subeterranus.
En Amérique, Le manuscrit mexicain de Pedro de los Rios écrit : "Avant le Déluge que l'on estime à 4 008 ans après la création du monde, la Terra d'Anahuac était habitée par des êtres gigantesques, les Tzocuillixeo." Quand les Espagnols d'Hernan Cortès débarquent en Amérique, ils apprennent des sages des tribus indigènes qu'à l'origine des temps, des femmes et des hommes de grandes tailles existaient. Des ossements leur sont montrés. Cortès envoie même un fémur de géant à son Roi. Nous retrouvons pareilles légendes autour du lac Titicaca jusqu'en Patagonie. Le marin et chroniqueur italien Antonio Pigafetta (v. 1491 - 1534) dans Magellan, le premier tour du monde, y décrit un peuple gigantesque : "Un jour où nous nous y attendions le moins, un homme d'une stature gigantesque se présenta à nou. Il était si grand que nos têtes arrivaient à peine à sa ceinture ».
Des récits analogues ont été écrits par des navigateurs très connus comme Drake, Hernandez, Knyvet et de Weert. Près de Vichy, à Glozel, on relève des empreintes de mains gigantesques ayant appartenu à un homme il y a dix mille ans. De vieux poèmes anglo-saxons racontent qu'en Grande-Bretagne habitaient des civilisations disparues, des hommes de grandes tailles. ]ennifer Westwood écrivain et experte dans la recherche des légendes anglaises, écrit qu'à l'origine, la Grande-Bretagne est une île peuplée de géants.
On l'appelle alors Aibion. On raconte qu'après la chute de Troie, le héros Brutus décide d'envahir Aibion avec son armée. Les géants sont défiés et vaincus, un seul est épargné, il s'agit de Gogmagog. Il mesure 4 mètres (source Albion : A Guide to Legendary Britain ; 1985). Notre siècle compte aussi ses découvertes sur les géants. En 1936 l'anthropologiste allemand Larson Kohl défriche sur la rive du lac Elyasi, en Afrique du Sud, des ossements ayant appartenu à un géant. Entre 1937 et 1941, les paléontologistes et anthropologistes allemands, le Pr Gustav von Königswald et le Pr Frank Weidenreich trouvent, dans des pharmacies chinoises du continent et de Hong-Kong, plusieurs ossements humains d'une taille impressionnante. En 1944, le Pr Weidenreich fait un exposé sur ces restes de géants en présence de l'American Ethnological Society. Le Dr Rex Gilroy, un archéologue australien, directeur du Mount York Natural History Museum, découvre à Mount Victoria des empreintes fossilisées de pied de géants. Le Dr Burkhalter de la société française de préhistoire, écrit en 1950 dans la revue du musée de Beytouth que l'existence des géants à la période acheuléenne, est un fait scientifique établi. Lors de fouilles dans le Caucase, en 1964, on trouve dans une grotte d'Alguetca, près de Mangliss, des squelettes d'hommes mesurant de 2,80 mètres à 3 mètres. Le journaliste allemand Ernst Probst écrit sur le thème des géants. Il mentionne l'existence d'un tableau peint par un certain Bartholmaus Sarburgh, exposé au Musée de l'Histoire de Bern. La peinture reproduit un fémur de géant trouvé sur les bords du Rhin, à Oppenheim sur Mainz.
En 1895, un géant fossilisé de plus de 3,70 mètres est découvert par un orpailleur dans le comté d'Antrim. Il est exposé et photographié dans le dépôt de marchandises de la London and North-Western Rallway Company's Broad Street, puis à Liverpool et à Manchester.
Qu'est donc devenu ce géant fossilisé de 3,70 m exposé dans un dépot de Londres en 1895 ? Des analyses pourraient aujourd'hui nous apporter des réponses inestimables. ->


Comme l'attestent ces 2 représentations, les Dieux Sumériens étaient eux aussi des géants. ->








 

À gauche, deux crânes déformés parmi de nombreux autres découverts au Pérou. Les hommes ont-il essayé d'accéder à la divinité en imitant la forme des crânes de leurs Dieux, cette forme allongée si particulière, comme on le voit sur cette tête d'Anunaki, Dieux de Sumer, (à droite) exposée au musée du Louvre ?

Les indiens qui habitent dans la région de Tianhuanaco, dans les Andes, (à 20 Km du lac Titicaca) disent que les colossales pierres qui ont bâti cette cité mégalithique ont été acheminées par des géants. Ils sont décrits comme des hommes très intellignets, à la peau claire. Des fouilles ont permis de trouver des restes d'ossements, des crânes et des squelettes d'hommes mesurant plus de 3 mètres. La plus prestigieuse et la plus fascinante des découvertes est celle de tunnels souterrains s'étirant sur des kilomètres et menant à de majestueuses salles aussi grandes que des hangars d'avion. Les indiens expliquent que ces souterrains parcourent une grande partie de l'Amérique du Sud. Au XVème siècle, le capitaine espagnol Francisco Pizzaro est le premier à découvrir ces galeries souterraines dans la montagne des Incas. Toujours au Pérou, des découvertes inattendues, comme à Ollantaytambo ou Sacsayhuaman, posent la question de civilisation de géants disparus ayant certainement eu des connaissances scientifiques oubliées et particulièrement élaborées. Bizarrement, en certain de ces lieux nous trouvons des représentations de dinosaures. Les cites mégalithiques renvoient en permanence à une civilisation de géants. C'est le cas de Carnac, de Stonehenge dont le nom celte Chior gaur signifie "la danse des géants", ou de son équivalent dans le nord d'Israël, à Gilgal Refaïim. Une étude de la Bible laisse penser que les Réfaïm sont des géants qui auraient pu se mélanger avec les Philistins. Goliath serait l'un d'entre eux (cf. Samuel XVII 4). Ainsi le site de Gilgal Réfaïm serait-il l'œuvre de géants ?

En 1874, l'historien assyriologue et archéologue François Lenormant écrit dans son encyclopédie Histoire d'après la Bible et les traditions des peuples orientaux, que "Les Hébreux connaissaient, parmi les plus anciennes populations de la Palestine, quelques géants". Il y a deux ans, en Bosnie, des pyramides ont été découvertes sous des forêts et de la végétation. Les légendes parlent encore dans ce cas précis de géants-constructeurs. Nous trouvons pareillement dans le monde d'énigmatiques pyramides qui font l'objet du plus grand silence scientifique, comme en Chine centrale, dans les plaines du Qin Chuan. L'une d'entre elle surnommée la "grande Pyramide Blanche", pointe à environ 300 mètres de hauteur, soit deux fois la taille des plus imposantes pyramides d'Egypte. L'une de ces pyramides égyptienne, Khéops, d'après des manuscrits appartenant à la tradition copte, aurait été construite par une race de géants.

Saint-Augustin développe de manière explicite le sens de la Bible concernant la construction de la Tour de Babel par la descendance de Cham, la branche maudite de Noé, celle qui est à l'origine de l'ésotérisme. Dans La Cité de Dieu, Saint-Augustin écrit que "Cette cité qui fut appelée confusion, c'est Babylone elle-méme, dont l'histoire des nations célèbre aussi la merveilleuse construction. Car Babylone signifie confusion. On en conclut que le géant Nébroth en est le fondateur..." (Saint Augustin, La Cité de Dieu, XVI, 4).

L'étude des géants renverse notre compréhension du monde. Car il est possible que ces géants aient existé à une époque où tout était gigantesque. Effectivement, nous abordons de manière scientifique toutes les formes de gigantisme, dans la flore, avec les dinosaures et y compris pour les singes avec le Gigantopithecus et le Meganthropus. Pourquoi avons-nous alors oublié les géants de la race humaine ? Nous pourrions logiquement supposer que des hommes gigantesques auraient pu vivre à une époque où tout était gigantesque et connaître les dinosaures. Cela est d'autant plus troublant que dans son ouvrage Buried Alive, le Dr Jack Cuozzo va dans ce sens. Il montre la photographie dans la grotte de Bernifal (France ->) d'un combat opposant un mammouth à un dinosaure. De même, Fran Barnes, spécialiste en art pariétal écrit qu'à San Rafael Swell (Utah), il y a des dessins de la préhistoire qui ressemblent à unreptile ailé, un ptérosaurien.

L'ancien peuple de Sumatra a également produit de nombreuses pièces d'art avec des créatures ayant de longues queues, de longs cous et des crêtes semblant correspondre à des Hadrosaures. Une de ces pièces est d'ailleurs exposée au Musée Ethnographique de Budapest. Des mosaïques de l'Empire romain datant de 200 ans avant J.C. reproduisent des dinosaures marins, des Tanystropheus. En 1571, les conquistadors rapportent que sur des pierres de sépulture Inca figurent d'étranges créatures. Le Dr Javier Cabrera en a authentifié plus de mille. En 1496, l'Evêque Richard Bell est enterré à la Cathédrale de Carlisle, en Angleterre. Des dinosaures sont dessinés sur les parties en cuivre qui recouvrent sa tombe. Autre cas très intéressant. Dans le Queensland, plusieurs récits de tribus aborigènes décrivent des créatures ressemblant à des plésiosaures. Dans le nord de cette région australienne, les Yarru (ou Yarrba) parlent d'une créature semblable vivant dans les cavernes d'une forêt équatoriale. Cette peinture est très intéressante car elle montre des Indiens ou des hommes autour d'un plésiosaure et représente tout l'appareil digestif, gastro-intestinal de l'animal. Cela nous permet-il de penser que les chasseurs aborigènes auraient tué et dépecé ce dinosaure ? Ces grands animaux se sont-ils alors vraiment éteints il y a 70 millions d'années ? Le Dr Clifford Burdick, géologue, pense que non. Il relève en 1935 sur les bords de Paluxy River à Glen Rose (Texas), des empreintes de géants juxtaposant celles de dinosaures (Voir TOP SECRET N°30). Au XVIème siècle, lenaturaliste Ulysses Aldrovandus évoque l'histoire d'un berger appelé Battista qui aurait tué près de Bologne en 1572, un grand lézard ressemblant à un Tanystropheus. D'anciens livres comme l'Historia Animalium au XVème siècle écrivent que ces créatures préhistoriques existent, mais sont extrêmement rares.

Conclusion

Il est pertinent d'envisager une époque où les hommes et les dinosaures auraient cohabité, d'autant plus que dans le Livre de ]ob (XXXX :10) sous le nom de Béhémoth, est décrit un animal ressemblant à un dinosaure.
Ainsi, comme nous l'avons vu, l'étude des géants remet en cause le darwinisme et l'évolutionnisme, les fondements de la science contemporaine... Et c'est d'ailleurs bien pourquoi la question de leur existence est négligée par la science moderne et comme écrasée sous une chape de plomb...

, agé de 36 ans, mesurant 2,57 mêtres, ce géant ukrainien est considéré comme l'homme le plus grand du monde. Ses pieds (chaussant du 64) ont bien des difficultés à supporter ses 200 kilos. Un indice de plus en faveur d'un changement de gravité qui expliquerait le gigantisme qu'a connu notre planète par le passé ?

Laurent Clauzy : Pour contacter l'auteur, écrireà la rédaction : roch®topsecret.fr

 

Laurent Glauzy: Le Mystère de la Race des... par Agent__001

Repost 0
Published by Lazare - dans Palèontologie
commenter cet article
24 février 2016 3 24 /02 /février /2016 20:02
L’ADN ancien révèle comment l’agriculture nous a changés
 

L’ADN ancien révèle comment l’agriculture a changé notre taille, la digestion et la couleur de la peau. Ceci est la raison pour laquelle vous pouvez boire du lait.

Pour la première fois, les chercheurs ont analysé de l’ADN ancien prélevé chez des humains qui ont vécu avant, pendant et après la révolution agricole, en leur permettant de cartographier la façon dont les génomes de nos ancêtres ont changé en réponse aux changements sociétaux.

Il est connu depuis longtemps que l’agriculture a changé à jamais l’homme, jusque dans notre ADN, mais jusqu’à maintenant, ces changements ont été reconstitués en regardant les variations génétiques dans les populations d’aujourd’hui, qui se sont tout simplement fait l’écho de ce qui est arrivé à l’époque. La nouvelle recherche, cependant, permet aux scientifiques de voir ces changements presque en temps réel.

«Il nous permet de mettre une heure et une date sur la sélection [naturelle] afin de l’associer à des changements environnementaux spécifiques, » a déclaré le chercheur principal, Iain Mathieson de la Harvard Medical School. « Dans ce cas, le développement de l’agriculture et de l’expansion des premiers agriculteurs en Europe. »

Grâce à l’utilisation de nouvelles techniques d’extraction, Mathieson et son équipe ont été en mesure de prendre de l’ADN de restes d’anciens humains et de créer une base de données génétiques de 230 anciens humains qui ont vécu à travers l’Europe il y a entre 2.300 et 8.500 ans.

En analysant ces génomes, ils ont pu identifier 12 régions du génome spécifiques qui ont changé pendant et aussi après la transition entre les communautés de chasseurs-cueilleurs à l’agriculture.

Sans surprise, beaucoup de ces variations étaient situées sur ou à proximité des gènes qui sont associés à la hauteur, la capacité à digérer le lactose, le métabolisme des acides gras, la pigmentation de la peau légère, et la couleur des yeux bleu – tous les traits qui ont déjà été liés à notre transition vers des sociétés fondées sur l’agriculture.

agriculture-prehistorique

Mais la nouvelle recherche, qui a été publiée dans Nature, fournit plus de perspicacité que nous n’ayons jamais eue dans comment et quand les anciens humains se sont adaptés à l’agriculture. Une grande découverte est que le gène qui permet aux adultes de digérer le lait ne devienne pas commun jusqu’à il y a environ 4000 ans – des milliers d’années plus tard qu’on ne le pensait.

 

L’étude a également montré que les premiers agriculteurs ont la peau foncée, mais que le gène de la peau claire est devenu plus communément transmis au cours des millénaires. Le chercheur principal, David Reich dit à Carl Zimmer du The New York Times que cela aurait pu être parce que les agriculteurs ont mangé moins de viande que les chasseurs-cueilleurs, de sorte que leur apport en vitamine D a été réduit. Les gens à la peau foncée auraient été en mesure de perdre moins de vitamine D grâce à l’exposition du soleil.

Un autre grand changement est que notre système immunitaire rampait jusqu’à là, ce qui a beaucoup de sens, parce que la maladie serait devenue un ensemble beaucoup plus commun avec l’apparition de l’agriculture.

« La période néolithique impliquait une augmentation de la densité de la population, avec des gens vivant à proximité les uns aux autres et des animaux domestiques, » dit l’un des chercheurs, Wolfgang Haak de l’Université d’Adélaïde en Australie. « Bien que cette conclusion n’est pas totalement une surprise, il était important de voir la sélection naturelle qui se passait en« temps réel ». »

La recherche prend également en charge l’hypothèse que les agriculteurs de l’Anatolie – Turquie moderne – ont d’abord apporté l’agriculture en Europe, et avec eux, des gènes plus petits du sud de l’Europe. Les gens en Europe du Nord sont plus grands cependant, parce qu’ils ont plus l’ascendance des populations de steppes eurasiennes.

Mais même si 230 est une taille impressionnante pour l’échantillon lorsque nous parlons d’individus morts depuis longtemps, il n’est pas très important selon les normes scientifiques et les chercheurs ne pouvaient pas en savoir autant qu’ils le voulaient. Par exemple, ils ne disposent pas suffisamment de preuves pour tirer une conclusion quant à savoir si les gènes qui contribuent au diabète de type 2 ou de haut indice de masse corporelle ont été sélectionnés pendant la naissance de l’agriculture.

L’équipe veut maintenant étudier l’ADN encore plus ancien pour essayer d’obtenir une meilleure idée du comment nous nous sommes retrouvés comme nous le sommes actuellement, et comment nos ancêtres ont migré et, se sont croisés à travers la planète.

« C’est un grand mystère du comment les populations actuelles se sont façonnées comme nous le sommes aujourd’hui, à la fois en termes de la façon dont nos ancêtres se déplaçaient, se sont entremêlés et comment les populations ont développé les adaptations qui nous ont aidé à survivre un peu mieux dans les différents environnements dans lesquels nous vivons « , dit Reich. « Maintenant que l’ADN ancien est disponible à l’échelle du génome entier et dans de grandes tailles d’échantillon, nous avons un nouvel instrument extraordinaire pour étudier ces questions. »

Traduction et adaptation de la Terre du Futur

source : http://www.sciencealert.com/

 

Repost 0
Published by Lazare - dans Palèontologie
commenter cet article
24 février 2016 3 24 /02 /février /2016 12:08
L'ADN ancien des européens révèle l'existence de mystérieuses migrations il y a 4800 ans

A la fin du Néolithique (ci-dessus un village néolithique reconstitué, situé à Uhldingen-Mühlhofen, Allemagne), le génome des européens a été brutalement bouleversé, probablement suite à l'arrivée de nouvelles populations sur le continent européen. Crédits: Spiridon MANOLIU

 

L'ADN des européens a été brusquement modifié il y a 4800 ans, révèle une étude menée sur 39 ossements anciens. Un résultat qui suggère l'arrivée d'importantes vagues migratoires en Europe à cette époque, un évènement demeuré jusqu'ici inconnu des scientifiques.

 

 

Une étude génétique menée sur 39 squelettes anciens suggère l'existence d'un bouleversement migratoire inconnu, survenu en Europe il y a 4800 ans. Cette découverte, effectuée par une équipe internationale regroupant notamment des chercheurs de l'Université d'Adélaïde (Australie) et de l'Université de Mainz (Allemagne), a été publié le 23 avril 2013 dans la revue Nature Communications.

Pour comprendre la portée de ce résultat, il faut d'abord savoir que les scientifiques considéraient jusqu'ici que l'ADN des Européens modernes était issu de deux événements migratoires majeurs : d'une part, un peuplement par les chasseurs-cueilleurs du Paléolithique, débutant il y a environ 35 000 ans et s'étalant sur 15 000 à 20 000 ans, et d'autre part une migration d'agriculteurs issus du Proche-Orient, entamée il y a 7500 ans environ.

Or, l'analyse de l'ADN mitochondrial réalisée par les auteurs de cette nouvelle étude sur ces 39 ossements humains, découverts il y a plusieurs années en Allemagne et en Italie,  bouleverse complètement ce scénario (pour mémoire, l'ADN mitochondrial se transmet de la mère aux enfants de façon quasiment inchangée, ce qui permet de reconstituer l'ascendance maternelle de nos ancêtres). Et pour cause, puisque l'étude de ces ossements a révélé qu'un autre événement migratoire inconnu jusqu'ici, survenu il y a 4800 ans, avait considérablement influé sur l'ADN des Européens modernes. Une influence qui serait même encore plus forte que l'impact génétique provoqué par l'arrivée des agriculteurs du Proche-Orient il y a 7500 ans,  dont les généticiens pensaient pourtant jusqu'ici qu'elle avait été déterminante dans la constitution de l'ADN des Européens d'aujourd'hui !

Qui sont ces mystérieux migrants arrivés en Europe il y a 4800 ans ? Selon les auteurs de l'étude, il pourrait notamment s'agir des populations associées à la culture dite campaniforme (l'objet caractéristique de la culture campaniforme est un gobelet en céramique en forme de cloche,  fréquemment retrouvé dans les sépultures), dont on sait qu'elles sont arrivées en Europe par la péninsule ibérique il y a 4000 à 5000 ans, pour s'implanter par la suite dans plusieurs bassins géographiques de l'Europe de l'Ouest. Ces populations sont notamment liées à l'expansion des langues celtiques le long de la côte atlantique, jusqu'en Grande-Bretagne.

Quant aux raisons permettant d'expliquer la brutalité du basculement génétique observé par les auteurs de l'étude lors de l'analyse génétique de ces 39 ossements, elles demeurent pour l'instant obscures. Mais gageons que cette découverte va inciter les scientifiques à se pencher de façon encore plus assidue sur cette période de l'histoire de l'Humanité, afin d'en extraire quelques premiers éléments de réponse...

Repost 0
Published by Lazare - dans Palèontologie
commenter cet article
24 janvier 2016 7 24 /01 /janvier /2016 05:59
Des crânes que la "science" ne peut pas expliquer

Des crânes que la "science" ne peut pas et ne veut expliquer, car ils remettent en cause les théories officielles !

 
 
 
Un peu partout dans le monde, des crânes sont découverts et ils défient toute explication. 
Il y a un débat qui fait rage entre les sceptiques, les chercheurs et les adeptes de l’explication extraterrestre.
 

Les crânes Paracas.

 
craneo-de-paracas3
 
En 1928, au Pérou, Julio Tello a découvert des restes (controversés) d’humains qui peuvent changer nos vues sur nos ancêtres et sur nos origines. 
Tello a découvert plus de 300 crânes mystérieux, qui pourraient peut-être avoir environ 3.000 ans.
En plus de la forme bizarre de ces crânes, une récente analyse d’ADN a donné des résultats énigmatiques et incroyables.  
En effet l'ADN des mitochondries ne correspond à rien de ce qu'il y a sur Terre !
Ces crânes sont 25% plus grands et 60% plus lourds que ceux des humains. 
 

Le crâne Rhodope.

 
Alien Skull Bulgaria
 
Depuis qu’il a été découvert il y a 38 ans, personne ne peut offrir de détails concluants sur ce crâne mystérieux. Il pèse environ 250 grammes, il y a six cavités mystérieuses qui, selon les adeptes de l’ufologie, auraient pu abriter des « organes sensoriels ». Cet être aurait pu avoir six yeux ou quelque autre série « d’organes inconnus ». Ce qui est le plus étrange, c’est qu’il n’a pas de bouche.
 

Le crâne Sealand.

 
Cr_neo_de_Sealand_origen_extraterrestr-2
 
 
C’est un des artéfacts des plus controversés depuis les récentes années. Ils posent de nombreux défis, auxquels la science ne peut répondre. 
Étrangement, peu de chercheurs démontrent de l’intérêt à étudier ce mystérieux artéfact, peut-être parce qu’ils craignent ce qu’ils pourraient trouver … quelque chose qui pourrait changer complètement notre vision actuelle sur l’origine des humains et notre entière histoire.
Après avoir été étudié par le Collège de Médecine Vétérinaire du Danemark, les chercheurs ont conclu qu’ils ne pouvaient pas fournir d’explications sur l’espèce à qui appartenait ce crâne. 
La datation au carbone a révélé qu’il date de 1200 à 1280 av. J.-C.
 

Crâne de bison préhistorique ayant un trou de balle de fusil.

 
uro disparado
 
Ce crâne est exposé au Musée de Paléontologie à Moscou. On peut y voir un trou, parfaitement rond, supposément causé par l’impact d’un projectile, lancé à très haute vitesse. 
Même s’ils n’ont jamais retrouvé le projectile, les chercheurs croient que ce trou a été causé par une balle de calibre similaire à ceux que nous utilisons aujourd’hui. 
Plus étrange encore, cet animal est natif de la région du Yakuzia, en Sibérie Orientale et a vécu dans cette région il y a 30,000 ans. 
 
 

Le crâne extraterrestre russe.

 
ady1(1)
 
Selon les journaux russes, ce crâne a été trouvé dans une caverne du Mont Bolshoi Tjach, il y a près de deux ans. 
Ce crâne ne ressemble à rien de connu et cet être marchait sur deux jambes. 
Ce qui est le plus mystérieux au sujet de ce crâne, c’est l’absence de voûte crânienne et de mâchoires. 
Les orbites oculaires sont inhabituellement grandes, mais le visage ressemble à celui d’un humain. 
 
 
Traduction de Michelle (du Blog "La Sphère Bleue) du texte trouvé sur : http://www.ancient-code.com/5-alien-skulls-that-science-cannot-explain/
 
 
 
Repost 0
Published by Lazare - dans Palèontologie
commenter cet article
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 08:28

Des squelettes de géants de plus de 5 mètres de haut exhumés en Australie dans les ruines d'une civilisation mégalithique !

Filibert : Contrairement à ce qui est dit dans l'article, il existe de nombreux géants découverts un peu partout sur la planète, mais ces découvertes sont souvent cachées au public, car ne correspondant pas à l'histoire officielle !

Un géant de 5,3 mètres exhumé en Australie

À Alice Springs en Australie
Le plus imposant des squelettes humains jamais exhumés a été découvert par une équipe d’archéologues de l’Université d’Adelaide sur le site archéologique d’Uluru près d’Ayers rock dans le parc national d’Uluru-Kata Tjuta, a rapporté l’Adelaide Herald ce matin.
Le gigantesque spécimen d’hominidé qui mesure près de 5,3 mètres de haut a été découvert près des anciennes ruines de l’unique civilisation mégalithique jamais trouvée en Australie, ce qui fait que la découverte représente un double mystère, a admis le professeur Hans Zimmer apparemment désemparé par les fouilles, de l’Université d’Adelaide.
"L’année dernière, la découverte sur le site archéologique d’Uluru nous a pris par surprise, mais celle-ci est encore plus incroyable !" a-t-il admis, visiblement abasourdi.  
"En théorie, un hominidé de cinq mètres de haut ne peut pas exister. 
Comment cela a-t-il pu se produire ? 
Comment c’est possible ? 
Bien que cette découverte est fascinante, nous avons plus de questions que de réponses," reconnaît-il.

 

squel2


La découverte d’un squelette humain de 5 mètres de haut près d’Ayers rock est le plus gros squelette humain jamais découvert et laisse les scientifiques avec "plus de questions que de réponses" a reconnu Hans Zimmer, professeur d’archéologie à l’Université d’Adelaide.
Certains experts ont émis l’hypothèse que le spécimen aurait souffert d’un cas extrême de gigantisme, une condition provoquée par la surproduction d’hormones de croissance, une théorie que le professeur Hans Zimmer rejette comme une "pure spéculation".
"Seules de plus amples recherches peuvent nous aider à percer le mystère concernant cette anomalie de la nature. 
Jusqu’à ce que nous ne trouvions plus de restes de squelettes, nous ne devrions pas nous précipiter dans des explications dangereuses", a-t-il déclaré aux journalistes locaux.  
"Nous avons trouvé plusieurs squelettes incomplets, dont les os étaient aussi d’une taille gigantesque. 
Il semblerait qu’une catastrophe majeure a complètement emporté toutes les traces de cette civilisation perdue et inconnu" note-t-il.  
"Ce spécimen n’est apparemment pas unique, ce n’est qu’une question de temps avant de découvrir d’autres spécimens similaires !" croit-il fermement.


Le site archéologique d’Uluru, exhumé en 2014 par une équipe de chercheurs de l’Université nationale australienne, a mené à la découverte d’une civilisation mégalithique jusqu’alors inconnue qui pourrait aider à résoudre le mystère de cette découverte.
"Nous avons découvert en février dernier un bloc mégalithique dont il est estimé que son poids approximatif est de 80 tonnes. 
L'origine du basalte contenues dans le monolithe se trouvent à 200 km du site. 
Comment ont-ils déplacer des centaines de blocs sur des dizaines de kilomètres dans le désert ? 
Quelles technologies cette civilisation a-t-elle bien pu utiliser ? 
Nous ne pouvons pas répondre à ces questions avec satisfaction à l’heure actuelle", admet John Thomas Buckler, le chef archéologue qui a effectué les fouilles en 2014.
 

squel1


Certains spécialistes croient qu’une catastrophe majeure a provoqué la destruction de la civilisation d’Uluru, transformant toute cette région fertile en désert stérile.
"Des dépôts ferreux sont trouvés partout dans le désert australien, ce qui prouve peut-être l’impact d’une météorite dans la région", explique le chercheur basé à Sydney, Allan DeGroot.  
"L’analyse des dépôts géologiques a confirmé qu’un gigantesque impact s’est produit dans la région il y a 3500 ans", admet l’expert principal.  
"La destruction catastrophique révélée par des traces de vitrification et des niveaux élevés de radioactivité dans les ruines du site archéologique d’Uluru nous incitent clairement à songer que les deux événements sont intimement liés", conclut-il.
Les qualités radioactives des restes du squelette ont extrêmement compliqué les travaux des scientifiques, mais l’équipe de Hans Zimmer espère qu’une coopération internationale avec d’autres grandes universités pourrait aider à résoudre l’énigme du géant.

Source : World News Daily Report, le 28 juillet 2015
http://www.nouvelordremondial.cc/2015/07/29/un-geant-de-5-metres-de-haut-deterre-en-australie/

Repost 0
Published by Lazare - dans Palèontologie
commenter cet article
15 novembre 2015 7 15 /11 /novembre /2015 17:28

Les crânes allongés sont-ils la preuve d’une origine extraterrestre ?

Filibert : Nous avons déjà abordé ce thème dans plusieurs articles, dont un sur leur ADN qui a été analysé ! Ils sont parfois appelés crânes de Néphilim !

Le Mystère des Crânes allongés à travers le Monde

De tous temps, l’homme s’est demandé s’il était possible que la vie ait pu émerger ailleurs et si toutefois, les extraterrestres n’avaient pas déjà posé le pied sur terre. Le fait qu’il ait retrouvé des crânes de forme tout à fait inhabituelle l’a évidemment poussé à se questionner un peu plus sur cette éventualité…

Des cranes de type allongé ont en effet été découverts et ce, partout dans le monde. 
Il est très clair que les anomalies qu’ils représentent sont tout à fait stupéfiantes et tentent à prouver qu’ils ne seraient peut-être pas issus de la civilisation dite humaine. 
Il semble en effet que les crânes ne comportent qu’une seule et unique suture alors que l’homme moderne en dispose de trois différentes. 
Qui dit plus gros crâne, dit sans aucun doute plus grosse capacité cérébrale. 
Il est donc logique de penser qu’ils auraient de leur vivant été plus évolués que nous. 
A noter tout de même qu’un crâne allongé n’est pas plus lourd que le crâne d’un homme moderne.

 

crane allongé  
Photo ci-dessus : Le crâne ovoïde d’une Mérovingienne bien née, découvert en Alsace près de la commune d’Obernai.

 
Nombreux sont aujourd’hui ceux qui pensent que ces crânes ont été volontairement allongés, nous savons en effet que certaines traditions que nous ne comprenons pas forcément visent à déformer le corps humain et ce, dans de nombreuses cultures à ce jour encore. 
Est-il possible qu’il ait s’agit ici d’un critère de beauté ? 
Ou d’une simple tradition ancestrale ? 
Et bien il semble que cela ne soit pas le cas puisqu’il ne faut pas oublier que ce genre de pratique ne changerait en aucun cas le nombre de sutures crâniennes.
L’auteur de cette courte vidéo pense donc que les individus à qui ont un jour apartenus ces crânes auraient pu avoir un lien avec certaines structures mégalithiques. 
Peut-être étaient-ils même originaires du continent Atlante ?
 

http://pleinsfeux.org/wp-content/uploads/2014/03/LEXISTENCE-DES-NEPHILIM-3.png
La présence de cheveux a permis de faire une analyse ADN qui montre que l'ADN des mitochondries ne correspond à rien de connu sur Terre (sans doute adaptées à un autre taux d'oxygène ce qui expliquerait leur disparition) (http://changera.blogspot.fr/2014/02/les-cranes-allonges-une-espece.html)  
 


 C’est au Mexique que de nombreuses statues décrites avec des crânes de forme allongée ont été découvertes. 
Dans la même région, de nombreux crânes ont aussi été mis à jour. 
Pourraient-ils prouver que l’homme est le résultat d’une communion entre les premiers humains et des extraterrestres ? 
Le Chili ne fait pas exception à la règle car dans ce pays aussi, des crânes auraient été découverts. 
D’ailleurs, ils sont nombreux à trôner en bonne place dans des musées. 
Nous pouvons également mentionner le Pérou, où certains crânes en effet auraient été retrouvés et notamment au Matchu Pitchu. 
Quoi qu’il en soit, tous se ressemblent étrangement et ont une seule et unique suture en haut du crâne, sur le dessus.
 

 http://i0.wp.com/www.elishean.fr/wp-content/uploads/2015/01/cr%C3%A2nes-allong%C3%A9s.jpg?resize=350%2C200


Alors, ces crânes sont-ils une quelconque preuve de notre évolution ? 
Ou n’étaient-ils que destiné à enjoliver le physique de ceux qui les ont porté ?
Il est très clair que ces artéfacts sont tout à fait stupéfiants. 
Aujourd’hui, nous n’en savons guère plus sur eux, leur origine et leur étrange physique, mais il est très clair que l’homme moderne se penche sur cette affaire et la prend relativement au sérieux. 
Il est donc possible qu’à terme, nous en sachions plus sur eux. 
Pour l’instant, nous devons nous contenter de ce que nous savons, c’est-à-dire pas grand-chose finalement.


http://www.mystere-tv.com
Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source: http://www.elishean.fr/

Repost 0
Published by Lazare - dans Palèontologie
commenter cet article

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog