Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 janvier 2020 1 13 /01 /janvier /2020 10:54

Les critiques de la politique iranienne du président Trump ont eu tort : les sanctions américaines exercent une pression considérable sur les mollahs au pouvoir en Iran et leur capacité à financer leurs groupes terroristes.

Grâce à Trump, les Mollahs font faillite

Avant que le département du Trésor américain n’applique des sanctions secondaires contre les secteurs du pétrole et du gaz iraniens, Téhéran exportait plus de deux millions de barils de pétrole par jour. Actuellement, les exportations de pétrole de Téhéran sont tombées à moins de 200 000 barils par jour, ce qui représente une baisse d’environ 90 % des exportations de pétrole de l’Iran.

L’Iran possède les deuxièmes réserves de gaz naturel et les quatrièmes réserves prouvées de pétrole brut au monde, et la vente de ces ressources représente plus de 80 % de ses recettes d’exportation. La République islamique dépend donc depuis toujours fortement des recettes pétrolières pour financer son aventurisme militaire dans la région et parrainer des milices et des groupes terroristes. Le budget présenté par l’Iran en 2019 s’élevait à près de 41 milliards de dollars, alors que le régime s’attendait à en générer environ 21 milliards à partir des revenus pétroliers. Cela signifie qu’environ la moitié des revenus du gouvernement iranien proviennent de l’exportation de pétrole vers d’autres pays.

Bien que le Guide suprême de l’Iran, l’ayatollah Ali Khamenei, se vante de l’autosuffisance économique du pays, plusieurs dirigeants iraniens ont récemment reconnu la situation économique désastreuse à laquelle le gouvernement est confronté. S’exprimant dans la ville de Kerman le 12 novembre, le président iranien Hassan Rouhani a reconnu pour la première fois que « l’Iran connaît une des années les plus difficiles depuis la révolution islamique de 1979 » et que « la situation dans le pays n’est pas normale ».

Rouhani s’est également plaint :

« Bien que nous ayons d’autres revenus, le seul revenu qui peut faire vivre le pays est l’argent du pétrole. Nous n’avons jamais eu autant de problèmes pour vendre du pétrole. Nous n’avons jamais eu autant de problèmes pour faire naviguer notre flotte de pétroliers… Comment pouvons-nous gérer les affaires du pays quand nous avons des problèmes avec la vente de notre pétrole ? »

Grâce à la politique américaine de « pression maximale », l’économie globale de la République islamique d’Iran a elle aussi subi de sérieux revers. Dernièrement, le Fonds monétaire international (FMI) a de nouveau ajusté ses prévisions pour l’économie iranienne et a souligné que l’économie iranienne devrait se contracter de 9,5 % plutôt que de 6 % d’ici la fin 2019.

L’une des raisons qui expliquent le tableau sombre de l’économie iranienne dressé par le FMI est liée à la décision de l’administration Trump de ne pas prolonger sa dérogation pour les huit principaux acheteurs de pétrole de l’Iran : la Chine, l’Inde, la Grèce, l’Italie, Taiwan, le Japon, la Turquie et la Corée du Sud. Au lieu d’afficher une croissance économique en 2019, l’économie iranienne atteindrait 90 % de sa taille à la fin de 2019 par rapport à il y a deux ans, selon un rapport récent de la Banque mondiale.

La monnaie nationale de l’Iran, le rial, continue également de perdre de sa valeur : elle est tombée à des creux historiques. Un dollar US, soit environ 35 000 rials en novembre 2017, vous permet d’acheter près de 110 000 rials.

En outre, la République islamique semble s’efforcer de compenser les pertes de recettes qu’elle subit. Il y a quelques jours, par exemple, les dirigeants iraniens ont triplé le prix de l’essence. Il semble qu’il soit désespéré de générer des revenus pour financer leur aventurisme militaire dans la région et soutenir leurs mandataires et leurs groupes terroristes.

Cette augmentation a immédiatement amené les gens à se soulever contre le gouvernement. Ces derniers jours, plusieurs villes iraniennes ont été le théâtre de protestations et de manifestations généralisées. Les manifestations ont d’abord éclaté à Ahvaz, puis se sont étendues à de nombreuses autres villes de la province du Khuzestan, ainsi qu’à Téhéran, la capitale, Kermanshah, Ispahan, Tabriz, Karadj, Shiraz, Yazd, Boushehr, Sari, Khorramshahr, Andimeshk, Dezful, Behbahan et Mahshahr.

La diminution des ressources de Téhéran a également incité les dirigeants iraniens à réduire les fonds destinés au groupe terroriste palestinien Hamas et au groupe militant libanais, le Hezbollah. Le Hamas a été contraint de mettre en place des « plans d’austérité » tandis que Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah, le mandataire de l’Iran, a également appelé le bras de collecte de fonds de son groupe « à donner l’occasion au djihad de gagner de l’argent et à l’aider dans cette bataille en cours ».

Au grand dam des détracteurs de Washington, la politique du président Trump à l’égard de l’Iran va dans la bonne direction. En durcissant les sanctions économiques, les mollahs au pouvoir et leurs proxys font faillite. D’autres nations doivent maintenant rejoindre les Etats-Unis en adoptant également une politique de « pression maximale » – même si elles préfèrent continuer à faire des affaires avec l’Iran et miner l’administration du président Trump – pour elles, une « double imposition ». Si l’Iran réussit à développer sa capacité d’acquisition d’armes nucléaires, il finira par les faire chanter.

Source: The Gatestone Institute, le 24 novembre 2019Traduction par Nouvelordremondial.cc

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog