Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 août 2018 7 05 /08 /août /2018 08:59
FIN DU MYSTÈRE AUTOUR DE LA MORT DE PIERRE BÉRÉGOVOY.

Lazare : Cette date du 1er mai pour la mort de Pierre Bérégovoy est une signature des Illuminati.

Vous savez que ces gens ne laissent rien au Hasard.

Le 1er mai 1993, Pierre Bérégovoy est retrouvé agonisant au bord d’un canal de la Nièvre près de Nevers.
 
Un commentaire suite à la vidéo du CRS de l'Elysée Marc Granié qui nous dit avoir des preuves de cet assassinat:
*******************
Pour Beregovoy je peux confirmer; mon père était à l’époque à l’état-major des armées et il est rentré très pâle en nous annonçant « ils l’ont achevé dans l’hélicoptère qui l’emmenait au Val de Grace ». Comme un médecin civil n’aurait pas signé le permis d’inhumer il fallait que ce soit un médecin militaire, plus obéissant.
*******************
Marc Granié a mis ces information en sécurité, rien ne sert de s'en prendre à d'autres témoins, messieurs les assassins. Comme pour les USA, une fois les escrocs à la tête de l'état arrêtés par nos forces de police, pour non respect des droits de l'homme et tricherie aux élections, les jugements pourront commencer.
Cela colle bien avec ce qui suit et nous donne la fin de cette sordide histoire. On lui a tiré dessus sur le lieu de son RDV, puis emmené à l'hôpital par des militaires qui l'ont achevé.
-------------------
«Bérégovoy avait un rendez-vous fatal»
Par Dominique LABARRIÈRE - Février 2003
Denis TILLINAC y croit. «Je publie ce livre parce que le suicide de Pierre Bérégovoy m'a toujours semblé suspect. Il n'y a jamais eu d'enquête sérieuse, et comme le délai de prescription est proche, j'estime que c'est le moment d'en ouvrir une», nous indique le patron de la Table ronde. Le plus chiraquien des éditeurs parisiens publie le livre de Dominique Labarrière, une enquête de plusieurs années sur la mort de Pierre Bérégovoy (*), le dernier Premier ministre socialiste de François Mitterrand, mort à Nevers en 1993.
Quelle est votre thèse sur la mort de Pierre Bérégovoy ?
Dominique Labarrière : Je suis convaincu qu'il a été assassiné. Je pense même que le 1er mai 1993, le long du canal, il avait rendez-vous avec quelqu'un. A cet endroit, protégé par quelques mètres de bois, on rejoint une route juste derrière. D'après moi, cette rencontre a mal tourné.
Quelles preuves avez-vous ?
 
«Mitterrand détestait Bérégovoy»
Beregovoy, Boulin, Coluche, Balavoine et qui encore? ça fait beaucoup !!!
Bérégovoy était un pur. C'était pas un vrai politicien et il avait devant lui un Mitterrand qui était une arsouille, qui était vraiment méchant avec lui, et la droite aussi. Sauf que, quand Balladur est arrivé à Matignon, on lui a demandé de faire le bilan des socialistes et il a dit non, pour respecter la mémoire de Bérégovoy, ce en quoi il a eu tort ».
Bernard Debré, député UMP et urologue, qui a opéré François Mitterrand de la prostate, de révéler une part des relations entre l'ancien Président de la République et son Premier Ministre, Pierre Bérégovoy.
Ainsi, Bernard Debré explique : « Bérégovoy était détesté de Mitterrand. Je vais vous dire une chose que je n'ai jamais dite nulle part. Mitterrand, pour des raisons que je n'ai pas à décrire mais que vous savez, un jour, me dit, alors que j'allais recevoir Bérégovoy dans mon service, « Vous l'aimez ? ». J'ai dit « Mr le Président, je n'ai pas à aimer ou pas aimer, je suis chef de service, je suis respectueux de l'Etat ». Il me dit « Moi, je ne l'aime pas ». Ça, je crois que Bérégovoy le savait et qu'il était très triste de conduire le PS à la défaite et d'être accusé par le Président. Il s'était voué au Président corps et âme ».
 
Hypocrisie habituelle ! François Mitterrand, hommage à Pierre Bérégovoy

 

Rien ne change, quand on veut salir un homme, s'en débarrasser on lance une accusation infondée, (DSK, Fillon...) jusqu'à, pour Bérégovoy, l'assassiner et maquiller cela en suicide. Ils suicident tant de gens en ce moment encore. Ils provoquent des crises cardiaques... Il faut leur retirer tout pouvoir. C'est urgent!

 

----------------------------------
Il y a un faisceau d'indices troublants. Pierre Bérégovoy n'a laissé aucun mot d'adieu, alors qu'il est très proche de sa famille. Son carnet a disparu. On sait qu'il notait tout sur ce carnet et qu'il l'avait dans sa poche une demi-heure avant sa mort. Je pense donc qu'il y avait sur ce carnet la trace du dernier rendez-vous. On voit aussi, sur l'unique photo du mort sur le brancard, que l'orifice sur le sommet du crâne n'est pas très grand et ne ressemble pas à la trace que laisse, dans la majorité des cas, un 357 Magnum. Il aurait fallu faire une expertise balistique. La famille a toujours réclamé en vain le rapport d'autopsie. En fait, il n'y a pas eu d'enquête. Sous la pression politique, en un quart d'heure, une vérité officielle s'est imposée, celle du suicide d'un homme désespéré.
 
« Ses proches attestent qu'il avait des projets, qu'il allait mieux »
Pourtant tout le monde a décrit un Pierre Bérégovoy profondément dépressif...
Oui, même son chauffeur et son garde du corps sont venus dire qu'il avait fait d'autres «tentatives» dans la journée du 1er mai 1993. Alors pourquoi l'avoir laissé seul avec l'arme dans la boîte à gants ? On a beaucoup brodé sur la «déprime» de Bérégovoy, pour mieux cacher le «lâchage» dont il avait été victime de la part de l'Elysée. D'accord, deux mois avant, au moment de son départ de Matignon, il n'était pas bien. Mais il avait remporté les élections législatives dans sa ville de Nevers et tous ses proches attestent qu'il avait des projets, qu'il allait mieux. Plus troublant : des témoins ont entendu deux coups de feu.
Tous les psychiatres que j'ai consultés voient mal un désespéré tirer un premier coup pour essayer l'arme, puis tirer une seconde fois pour se tuer. Ce cas de figure n'arrive jamais.
 
Mais qui aurait voulu l'assassiner ?
Des milieux d'affaires pouvaient craindre que l'ancien Premier ministre témoigne un jour. Pierre Bérégovoy était un honnête homme. Libéré des contraintes du pouvoir, il aurait témoigné devant la justice dans un certain nombre de dossiers.
J'ai découvert aussi que James Andanson, l'ancien photographe paparazzi, était à Nevers ce 1er mai 1993. Il connaissait très bien Bérégovoy et je suis très étonné qu'il ne se soit pas manifesté.
James Andanson, d'après moi, aurait pu jouer un rôle dans le rendez-vous fatal, peut-être une simple mise en relation. Quand on sait que le même Andanson a été retrouvé «suicidé» dans sa voiture le 6 mai 2000, on se pose des questions.
Pourquoi réveiller ces doutes dix ans après ?
Je sais que des gens disposent d'indices inédits qu'ils ont peur de communiquer. C'est le moment !
Le 1er mai prochain, cela fera dix ans et les faits seront prescrits. J'aimerais qu'une enquête officielle soit enfin menée.
(*) « Cet homme a été assassiné », de Dominique Labarrière, aux Editions la Table ronde.
Dominique Labarrière à propos de l'enquête sur la mort de Pierre Bérégovoy chez Thierry Ardisson

 

 
Il a été annoncé la chute de la 3ème tout à new-York le 11 septembre avant qu'elle ne tombe, même erreur ici. Le suicide est déclaré avant l'enquête.
 
Le livre : "Cet homme a été assassiné" – 25 février 2003 de DominiqueLabarrière
 
1er mai 1993. Pierre Bérégovoy, qui un mois plus tôt était encore Premier ministre, meurt d'une balle en pleine tête. La France entière s'émeut. Et s'interroge... Malgré la personnalité de la victime, malgré les circonstances troubles du drame, il n'est procédé à aucune enquête digne de ce nom. Dans la précipitation la plus choquante, la thèse du suicide est immédiatement officialisée. Pourquoi une telle hâte ? Pourquoi si peu d'investigations autour de la fin tragique d'un haut serviteur de l'État ? De quoi avait-on peur ? Dix années ont passé. La prescription est imminente. Cependant, les zones d'ombre subsistent. " Cet homme a été assassiné ", déclarait François Mitterrand le soir même des obsèques de Pierre Bérégovoy. Il l'a été médiatiquement. Il l'a été politiquement, cela n'est pas douteux... L'a-t-il été physiquement ? Cette enquête explore sans concessions mais avec rigueur et objectivité l'enchaînement des faits qui a conduit au drame. Elle décrit un système sournois et cruel qui, pour le député-maire de Nevers, s'est révélé une redoutable machine à tuer.
 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Deridus 21/12/2018 15:05

J'ai écrit "policier", c'est plutôt commissaire aux renseignements généraux : Hubert Marty Vrayance

Deridus 21/12/2018 14:35

Un témoignage intéressant d'un policier qui rapporte que Beregovoy aurait eu rendez-vous avec une femme selon des témoins.
Tout le témoignage est intéressant et peu connu.
https://www.youtube.com/watch?v=aR4j1Zd8OsQ

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog