Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 avril 2018 2 17 /04 /avril /2018 08:48
Trump : “Nous avons en notre possession les 33 000 emails ‘perdus’ d’Hillary Clinton”

Lazare : j'espère que l'on pourra trouver aussi les preuves pour la Syrie !

Le président Donald Trump a confirmé que les 33 000 emails perdus de Hillary Clinton ont été retrouvés à mesure que le ministère de la Justice progresse dans sa nouvelle enquête.

Dimanche, l’ancien chef du bureau de Washington pour l’investisseur du Business Daily, Paul Sperry, a tweeté un lien vers un article du New York Post qu’il a écrit dans lequel des sources du FBI lui ont dit qu’ils avaient trouvé les emails manquants.

En quelques minutes, le président Trump a reweeté l’article de M. Sperry dans une confirmation apparente des faits allégués par ce dernier.

Le New York Post a rapporté:

Depuis des mois, on nous raconte que les 33 000 emails perdus d’Hillary Clinton ont été effacés et détruits de façon permanente. Mais les notes du FBI récemment publiées suggèrent fortement qu’elles existent encore dans plusieurs endroits – et elles pourraient être récupérées, si seulement quelqu’un mettait en place un grand jury et les saisissait.

Lors d’une convocation avec des agents du FBI en mai, un cadre de l’entrepreneur de Denver qui gérait le serveur privé de Clinton a révélé qu’un sous-fifre ne s’était pas débarrassé de tous ses emails : ceux qu’il avait stockés dans un fichier de données qu’il utilisait pour transférer les emails du serveur des aides d’Hillary Clinton, qui les triaient ensuite pour les remettre au Congrès.

Le cadre de Platte River Networks, dont le nom a été expurgé du rapport de la convocation, a déclaré que le technicien de PRN Paul Combetta “a créé un” moyen “pour transférer les données des emails à partir des boîtes mails des serveurs officiels [de Clinton Executive Services Corp.] et a ensuite utilisé le logiciel BleachBit pour déchiqueter le ‘moyen’, mais le contenu des emails existait toujours ailleurs.”

À moins que l’un des assistants de Clinton n’ait eu la possibilité de se connecter au serveur PRN en tant qu’administrateur et de supprimer une adresse mail, ses emails archivés se trouvaient plus que probablement encore quelque part dans ce système. Et ils pourraient aussi se matérialiser sur un “disc dur partagé” interne que PRN a créé pour contrôler l’accès aux comptes de messagerie Clinton parmi les employés de PRN. PRN a reçu l’ordre du FBI de conserver tous les courriels et autres preuves depuis le début de son enquête l’année dernière.

Les emails “personnels” perdus de Clinton peuvent également être saisis sur un serveur Google. Selon les notes du FBI, Combetta “a transféré tout le contenu du courriel de Clinton à une adresse personnelle qu’il a créée.” Cependant le FBI n’a jamais réquisitionné Google pour le savoir.

Les documents du FBI révèlent également que le serveur d’Hillary a été mis en miroir sur un serveur cloud en Pennsylvanie maintenu par Datto Inc, une société de technologie qui assure la protection des données cloud to cloud.

Lorsque PRN a passé un contrat avec Datto, elle a demandé que le serveur d’Hillary soit sauvegardé localement et en privé. Mais les techniciens ont oublié de commander le nœud privé, et ils ont envoyé les données de sauvegarde du serveur “à distance au nuage sécurisé de Datto et non à un nœud privé local.” Le FBI n’ a jamais assigné le serveur de Datto non plus.

Ensuite, il y a l’ordinateur portable de Combetta qui était chargé de l’archive de courrier électronique de Clinton et prétendument les renvoyer à un assistant Clinton à Washington et qui insinue que les emails en questions avaient été ‘perdus’. Pas si vite: Le dernier dépôt de documents du FBI comprend une série d’entretiens avec un ancien “assistant spécial” non identifié de Clinton au département d’État, qui a déclaré que l’insaisissable ordinateur portable Apple a été effectivement “expédié à la Fondation Clinton à New York”.

Mais lors d’un entretien de suivi en juin, les agents du FBI ont inexplicablement laissé à ce témoin critique le soin de “poser des questions sur la cargaison” avec le responsable du service courrier de la fondation, qui travaille au Rockefeller Center. Le FBI n’a toujours pas l’ordinateur portable en sa possession.

Il s’avère que les enquêteurs savent également où se trouve le serveur d’origine d’Apple utilisé par Clinton au cours de ses deux premiers mois de mandat. La récupération de cet équipement est essentielle parce qu’il contient une masse de courriels invisibles du 21 janvier 2009 au 18 mars 2009 – une période critique pour Clinton alors secrétaire d’état. Les témoins affirment que l’équipement n’a pas été mis au rebut, comme qu’ils l’avaient cru au départ, mais qu’il a été “reconverti” en “poste de travail” utilisé par le personnel de la résidence de Clinton à Chappaqua.

Pourtant, le FBI dit qu’il “n’a pas pu obtenir le serveur Apple original pour une expertise médico-légale.” Au lieu de s’en emparer, l’agence a pris les témoignages des assistants de Clinton et ses avocats que le serveur est dépourvu d’emails pertinents. En fait, l’agence avoue à la page 27 de son résumé d’enquête de 47 pages qu’elle n’a pas non plus réussi à récupérer d’autres équipements et données: “L’incapacité du FBI à récupérer tout l’équipement du serveur et le manque de données complètes du journal de bord du serveur pour la période pertinente ont limité l’analyse médico-légale du FBI sur les systèmes du serveur. Par conséquent, la cyberanalyse du FBI s’est basée en grande partie sur les déclarations des témoins.”

Les enquêteurs du Congrès affirment que le directeur du FBI James Comey n’a même pas pris la peine d’envoyer des agents fouiller les maisons de Clinton à Chappaqua ou Washington DC. Il ne les a pas non plus envoyés dans les bureaux de la Fondation Clinton ou de Clinton Executive Services Corp. à New York.

“Les résidences Clinton et d’autres lieux auraient dû être traités comme dans n’importe quelle autre enquête criminelle – avec des assignations du grand jury fédéral ou des mandats de perquisition délivrés par les juges et exécutés en pleine nuit”, a déclaré l’agent spécial du FBI Michael M. Biasello, qui a travaillé pendant 27 ans sur des affaires criminelles à New York et dans d’autres bureaux extérieurs.

“Jamais – je le répète, jamais – au cours de ma carrière n’ai-je, ou n’importe quel agent du FBI à ma connaissance, enquêté sur une affaire criminelle sans avoir eu recours à un grand jury fédéral, à des assignations à comparaître devant un grand jury ou à des mandats de perquisition”, a-t-il déclaré. “C’est honteux qu’ils n’aient pas été utilisés dans cette affaire.”

Les preuves les plus accablantes contre Clinton n’ont peut-être jamais été détruites. Le FBI n’y a simplement pas touchées.

Source: Your News Wire, le 15 janvier 2018

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog