Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2016 3 15 /06 /juin /2016 11:40
Nikola Tesla : Mes inventions (5)

 

MES INVENTIONS

Chapitre IV
La découverte de la Bobine
et du Transformateur-Tesla

J’allai me consacrer entièrement, et avec un immense plaisir, à imaginer des moteurs et à développer de nouveaux types. J’étais mentalement dans une félicité que je n’avais jamais connue auparavant. Les idées affluaient de manière ininterrompue, et mon seul problème était de les retenir.
 
Les pièces des appareils que je concevais étaient pour moi parfaitement réelles et tangibles, jusque dans leurs moindres détails et je pouvais même relever leurs tout premiers signes d’usure. J’aimais imaginer les moteurs en fonctionnement perpétuel, car c’était un spectacle plus fascinant. Lorsqu’un penchant naturel se transforme en désir passionné, on avance vers son but chaussé de bottes de sept lieues. J’ai conçu, en l’espace de deux mois, pratiquement tous les types de moteurs et toutes les modifications des systèmes qui portent aujourd’hui mon nom. Les contingences de la vie ordonnèrent que j’arrête temporairement mes activités mentales stressantes, et je me demande si ce ne fut pas, tout compte fait, une providence. Une nouvelle prématurée, concernant l’administration des téléphones, m’a poussé à venir à Budapest et l’ironie du sort a voulu que j’accepte un poste de designer au Bureau Central des Télégraphes du gouvernement hongrois, pour un salaire dont je tairai le montant, car il serait inconvenant de le dévoiler ! Je sus, par bonheur, gagner la confiance de l’inspecteur en chef, qui me demanda d’effectuer les calculs, les plans et les estimations de nouvelles installations, jusqu’à ce que le réseau téléphonique soit opérationnel ; j’allai alors en prendre la direction. Les connaissances et les expériences pratiques que j’acquis durant cette fonction me furent très précieuses et j’eus beaucoup d’opportunités pour exercer mes talents d’inventeur. J’ai procédé à plusieurs améliorations des dispositifs du système central et j’ai mis au point un amplificateur téléphonique qui n’a jamais été déposé aux brevets et qui ne fut jamais décrit publiquement, mais qui aujourd’hui encore, me reviendrait. En reconnaissance de mes bons services, M. Puskas, l’administrateur de l’entreprise, lorsqu’il céda son affaire à Budapest, m’offrit un poste à Paris que j’acceptai avec joie.

Je n’oublierai jamais la profonde impression que cette ville magique a gravée dans mon esprit. Après mon arrivée, je passai plusieurs jours à errer dans les rues complètement bouleversé par ce nouveau spectacle. Les tentations étaient nombreuses et irrésistibles et, hélas, toute ma paie fut dépensée sitôt que je l’eus empochée. Lorsque M. Puskas vint prendre de mes nouvelles, je lui décrivis la situation très nettement en disant que « ce sont les 29 derniers jours du mois qui sont les plus difficiles ! » Je menai alors une vie très active qui ressemblait à ce qu’on appelle aujourd’hui « la mode Roosevelt ». Quel que fût le temps, j’allais tous les matins de mon lieu de résidence, boulevard St Marcel à une piscine en bordure de la Seine ; je plongeais dans l’eau, en faisais vingt-sept fois le tour, puis je marchais pendant une heure jusqu’à Ivry, où se trouvait l’usine de la société. C’est là que je prenais un petit-déjeuner frugal à sept heures et demie puis, j’attendais impatiemment l’heure du déjeuner ; entre temps, je devais casser des cailloux pour le directeur de l’usine, M. Charles Batchellor, qui était aussi un ami intime et l’assistant d’Edison. Par ailleurs, c’est ici que je fus mis en contact avec quelques Américains qui ont failli tomber amoureux de moi, à cause de mon adresse au… billard ! J’ai expliqué mes inventions à ces hommes, et l’un d’eux, M. D. Cunningham, chef du département mécanique, m’a proposé de fonder une société anonyme. Cette proposition me parut des plus bizarres. Je n’avais pas la moindre idée de ce que cela voulait dire, sauf que c’était une manière de régler les choses à l’américaine. Je n’eus toutefois pas y donner suite, car durant les mois qui ont suivi, je fus souvent en déplacement en France comme en Allemagne, afin de réparer les pannes dans les centrales électriques. De retour à Paris, je soumis à l’un des administrateurs de la société, M. Rau, un projet pour perfectionner leurs dynamos qui fut accepté. Mon succès fut total et les directeurs réjouis m’accordèrent le privilège de développer des régulateurs automatiques qui étaient très attendus. Peu de temps après, il y eut quelques problèmes avec l’installation électrique de la nouvelle gare à Strasbourg, en Alsace. Les câbles étaient défectueux et lors de la cérémonie d’inauguration, en présence du vieil empereur Guillaume Ier, il y eut une explosion suite à un court-circuit, qui arracha une grande partie du mur. Le gouvernement allemand ne voulut rien savoir, et pour la société française c’était une grosse perte. En raison de ma connaissance de l’allemand et de mes expériences passées, on me confia la tâche difficile d’arranger les choses, et c’est dans cette optique que je partis pour Strasbourg, au début de 1883.

Il y eut certains incidents dans cette ville qui m’ont laissé des souvenirs indélébiles. Par une étrange coïncidence, plusieurs hommes qui par la suite allèrent devenir célèbres, vivaient alors dans cette ville. Plus tard je devais dire : » Le virus de la célébrité faisait rage dans cette vieille ville. D’aucuns en ont été infectés, mais je l’ai échappé belle ! » Mes travaux sur les lieux, ma correspondance, et les conférences avec des officiels, occupaient mes jours et mes nuits ; toutefois, sitôt que je le pus, j’entrepris la construction d’un moteur simple dans un atelier de mécanique en face de la gare ; c’est dans ce but que j’avais apporté certains matériaux de Paris. Les expérimentations furent cependant repoussées jusqu’à l’été, et j’eus enfin la satisfaction de voir un effet de rotation obtenu avec des courants alternatifs de différentes phases et sans contacts glissants ou commutateur, exactement comme je l’avais conçu un an auparavant. Ce fut un vif plaisir, qui n’avait cependant rien à voir avec la joie délirante qui avait suivi ma première vision.

Parmi mes nouveaux amis se trouvait l’ancien maire de la ville, M. Bauzin, auquel j’avais déjà, dans une certaine mesure, fait connaître cette invention et quelques autres, et que je me suis efforcé de rallier à ma cause. Il m’était sincèrement dévoué et il présenta mon projet à plusieurs personnalités très riches ; toutefois, à ma grande déception, il ne trouva aucun écho. Il a cherché à m’aider par tous les moyens possibles, et à l’approche de ce 1er juillet 1919, je me souviens avoir reçu une sorte « d’aide » de cet homme charmant, non pas financière mais néanmoins très appréciable. En 1870, lorsque les Allemands envahirent le pays, M. Bauzin avait enterré une grande quantité de vin de Saint-Estèphe de 1801, et il en était arrivé à la conclusion qu’il ne connaissait pas d’autre personne plus méritante que moi, à qui il pourrait offrir ce précieux breuvage. C’est un de ces incidents inoubliables dont je parlais plus haut. Mon ami me pressa de rentrer à Paris au plus vite et d’y chercher des appuis. C’est bien ce qu’il me tardait de faire ; néanmoins, mes travaux et mes négociations prirent plus de temps, à cause de nombreux petits ennuis auxquels je dus faire face et, par moments, la situation semblait désespérée.

Je vais vous raconter une expérience plutôt cocasse, ne serait-ce que pour donner une idée du sens de la perfection et de « l’efficacité » des Allemands. Il fallait placer une lampe à incandescence dans un hall, et après que j’eus choisi le bon endroit, j’appelai un monteur pour qu’il effectue le branchement. Il y travailla pendant un certain temps, lorsqu’il décida qu’il fallait demander son avis à un ingénieur, ce qui fut fait. Ce dernier émit plusieurs objections, et, finalement, admit que la lampe devait être placée à 5 cm de l’endroit que j’avais désigné. Suite à cela, les travaux de branchement reprirent. Mais voilà que l’ingénieur parut préoccupé et il me dit qu’il fallait en avertir l’inspecteur Averdeck. Ce personnage important arriva alors, examina la chose, discuta, et finalement décida que la lampe devait être reculée de 5 cm, soit placée à l’endroit même que j’avais choisi. Toutefois, Averdeck lui-même ne tarda pas à avoir la frousse ; il me signala qu’il en avait informé l’inspecteur en chef Hieronimus et qu’il fallait attendre sa décision. L’inspecteur en chef ne devait pas pouvoir se libérer avant plusieurs jours, ayant d’autres obligations urgentes, et ce fut une chance qu’il ait accepté de se déplacer ; il s’ensuivit un débat de deux heures, au terme duquel il décida de faire déplacer la lampe de 5 cm. J’espérai que nous en étions au dernier acte, quand soudain il se retourna et me dit : « Le haut fonctionnaire Funke est tellement maniaque, que je ne me permettrai pas de donner des ordres pour le placement de cette lampe sans son accord explicite. » Par conséquent on s’attela aux préparatifs de la visite de cet éminent homme. Dès l’aube les travaux de nettoyage et d’astiquage commencèrent. Chacun se donna un coup de brosse, j’enfilai mes gants, et lorsque Funke arriva avec sa suite, il fut reçu en grande pompe. Après deux heures de délibération, il s’exclama soudain : » Il faut que j’y aille », et pointant un endroit au plafond, il m’ordonna de placer la lampe ici même. C’était exactement le point que j’avais choisi initialement.

À quelques variantes près, c’est ce qui se passait chaque jour ; j’étais déterminé toutefois à atteindre coûte que coûte mes objectifs et, finalement, mes efforts furent récompensés. Au printemps 1884, tous les points litigieux étaient réglés, la centrale était agréée, et je retournai à Paris avec une impatience fébrile. Un des administrateurs m’avait promis, en cas de succès, une compensation généreuse ainsi qu’une récompense équitable pour les améliorations que j’avais apportées à leurs dynamos, et j’espérai obtenir une somme importante. Ils étaient trois directeurs que j’appellerai A, B et C, pour des raisons d’ordre pratique. Lorsque j’appelai A, il me dit que B avait le dernier mot. Ce brave homme pensait que seul C pouvait décider, et ce dernier était presque sûr que A seul avait le pouvoir de décision. J’étais tombé dans un cercle vicieux, et je réalisai que ma récompense était un château en Espagne. L’échec total de mes tentatives pour obtenir des capitaux pour le développement de mon invention fut une nouvelle déception, et lorsque M. Batchellor me pressa de retourner en Amérique et de redessiner les plans des machines d’Edison, je décidai de tenter ma chance au pays qui promettait monts et merveilles. Mais j’ai failli rater cette chance. Je liquidai mes modestes biens, me fit prêter quelque argent et me retrouvai sur le quai de la gare lorsque le train avait déjà démarré. C’est alors que j’ai découvert que je n’avais plus ni argent, ni tickets. La question était de savoir comment réagir. Hercule, lui, avait beaucoup de temps pour tergiverser, mais moi, il fallait que je prenne une décision tout en courant à côté du train, la tête envahie par des émotions contraires, ressemblant à des oscillations dans un condensateur. Résolu, et grâce à mon habileté, je gagnai cette course contre la montre, et après avoir subi les expériences classiques, aussi banales que déplaisantes, je réussis à m’embarquer pour New York avec le restant de mes affaires, quelques poèmes et articles que j’avais rédigés, et un certain nombre de calculs se référant à la solution d’une intégrale insoluble et à ma machine volante. Durant le voyage, j’étais assis la plupart du temps à la poupe du bateau, attendant une occasion pour sauver quelqu’un d’une noyade, sans même penser au danger. Plus tard, lorsque j’eus intégré un peu du bon sens des Américains, je frémis à ce souvenir et m’émerveillai de mon ancienne folie. J’aimerais pouvoir décrire mes premières impressions dans ce pays. Dans les contes arabes, j’avais lu que des génies avaient transporté des gens dans un pays de rêves, pour y vivre des aventures heureuses. Mon cas était juste l’inverse. Les génies m’avaient transporté d’un pays de rêves dans celui de la réalité. Je venais de quitter un monde de beauté et d’arts, fascinant à tous points de vue, pour un monde grossier et repoussant, où tout était gouverné par les machines. Un policier bourru agitait son bâton qui, pour moi, ressemblait plus à un rondin. Je l’abordai poliment, le priant de m’indiquer mon chemin. « Six blocs de maisons plus loin et à gauche », me dit-il, en me fusillant du regard. « C’est cela, l’Amérique ? » me demandai-je, désagréablement surpris. « Elle a un retard de cent ans sur l’Europe, pour ce qui est de sa civilisation. » Mais lorsque je partis pour l’étranger en 1889 – cinq ans après mon arrivée ici – je fus convaincu qu’elle avait plus de cent ans D’AVANCE sur l’Europe et rien jusqu’à ce jour n’a pu me faire changer d’avis.

Ma rencontre avec Edison fut un des événements mémorables de ma vie. J’étais stupéfié par cet homme admirable qui avait accompli tant de choses, sans antécédents fortunés et sans formation scientifique. J’avais appris une douzaine de langues, m’étais plongé dans la littérature et les arts, j’avais passé les plus belles années de ma vie dans des bibliothèques pour lire tous les manuels qui me tombaient entre les mains, des Principes de Newton aux romans de Paul de Kock, et j’eus le sentiment que j’avais gaspillé la majeure partie de mon temps. Toutefois, je ne fus pas long à reconnaître que c’était ce que j’avais eu de mieux à faire. J’ai gagné la confiance d’Edison en quelques semaines, et voilà comment cela s’est produit.

Sur le S.S. Oregon, le paquebot à vapeur le plus rapide à l’époque, les deux dispositifs d’éclairage étaient tombés en panne et son départ avait été ajourné. Comme la coque avait été bâtie après leur installation, il était impossible de les démonter. La situation était sérieuse et Edison très ennuyé. Le soir venu, je pris les outils nécessaires et montai à bord du bateau, où je devais rester toute la nuit. Les dynamos étaient en très mauvais état, car elles avaient plusieurs courts-circuits et coupures, mais l’équipage aidant, je réussis à les remettre en bon état. À cinq heures du matin, en passant par la 5e Avenue pour aller à l’atelier, je tombai sur Edison accompagné de Batchellor et de quelques autres qui rentraient se coucher. « Voilà notre Parisien à traîner dehors toute la nuit », dit-il. Lorsque je lui dis que je venais de l’Oregon où j’avais réparé les deux machines, il me regarda sans souffler mot et continua son chemin. Lorsqu’il se fut un peu éloigné, je l’entendis dire cependant : « Batchellor, cet homme est sacrément doué », et à partir de là, j’eus les mains libres dans mon travail. Pendant près d’un an, je travaillais tous les jours sans exception de 10.30 H jusqu’au lendemain matin 5 H. Edison me dit : « J’ai eu beaucoup d’assistants très besogneux, mais vous, vous battez tous les records ! » Durant cette période, j’ai conçu 24 types de machines standards avec des noyaux courts, tous construits d’après le même modèle, pour remplacer les anciennes. Le manager m’avait promis 50 000 dollars à l’achèvement de ce travail, mais il s’avéra que ce n’était qu’une plaisanterie. Le coup fut très rude et je démissionnai. Immédiatement après cela, certaines personnes vinrent me trouver pour me proposer de fonder, à mon nom, une société de lampes à arc. J’acceptai, car j’y voyais une opportunité pour développer mon moteur. Toutefois, lorsque j’abordai ce sujet devant mes nouveaux associés, ils dirent : « Non, nous voulons des lampes à arc ; votre courant alternatif ne nous intéresse pas. » En 1886, mon système à arc était au point et il fut adopté pour l’éclairage des usines et de la ville ; j’étais libre, mais je ne possédais rien d’autre qu’un joli certificat d’investissement en actions de valeur hypothétique. S’ensuivit alors une période de luttes dans un tout autre domaine pour lesquelles je n’étais pas préparé ; je fus finalement récompensé, et en avril 1887 fut fondée la Tesla Electric Company, m’offrant un laboratoire complètement équipé. Les moteurs que j’y ai construits étaient exactement tels que je les avais imaginés. Je ne fis aucune tentative pour améliorer le design, et ne fis que reproduire les images telles qu’elles m’étaient apparues mentalement, et néanmoins le fonctionnement des moteurs répondait toujours à mes attentes.

Au début de 1888, je conclus un arrangement avec la société Westinghouse pour la construction de ces moteurs à grande échelle. Il restait toutefois de nombreux points litigieux à résoudre. Mon système était basé sur l’utilisation de courant de basse fréquence, mais les experts de Westinghouse avaient choisi du courant de 133 Hz en raison de certains avantages lors de la conversion. Ils ne voulaient pas se défaire de leurs appareils de forme standard, et je dus faire le nécessaire pour adapter mon moteur à leurs exigences. Par ailleurs, il devint nécessaire de construire un moteur capable de marcher irréprochablement à cette fréquence avec deux fils, ce qui ne fut pas une mince affaire.

À la fin de 1889, ma présence à Pittsburg n’était plus vraiment nécessaire, et je retournai à New York où je repris mes expérimentations dans un laboratoire dans Grand Street ; je commençai immédiatement à planifier des machines de hautes fréquences. Les problèmes de construction dans ce domaine jusque là inexploré furent nouveaux et plutôt singuliers, et je rencontrai de nombreuses difficultés. J’écartai celles à induction, craignant de ne pas pouvoir produire des ondes sinusoïdales parfaites, qui étaient d’une grande importance pour la résonance. Si cela n’avait pas été nécessaire, j’aurais pu m’épargner beaucoup de travail. Une autre caractéristique décourageante avec cet alternateur de hautes fréquences, semblait être l’inconstance de sa vitesse qui menaçait d’imposer de sérieuses limitations à son utilisation pratique. J’avais déjà remarqué, lors de mes démonstrations devant l’Institut américain des ingénieurs en électrotechnique, qu’il se déréglait, qu’il fallait le réajuster, et je ne pensais pas à cette époque que j’allais trouver le moyen, des années plus tard, de faire fonctionner un tel moteur à vitesse constante, au point que les variations se limiteraient à une petite fraction d’un tour entre les charges extrêmes.

Il devint souhaitable, pour bien d’autres raisons, d’inventer un appareil plus simple pour la production d’oscillations électriques. En 1856, Lord Kelvin avait publié la théorie de la décharge du condensateur, mais personne ne mit jamais cette connaissance importante en application pratique. J’y ai vu des possibilités et ai entrepris le développement d’un appareil à induction basé sur ce principe. Mes progrès furent tellement rapides que je fus en mesure de montrer, lors de ma conférence en 1891, une bobine donnant des étincelles de près de 13 cm. C’est à cette occasion que j’ai franchement avoué aux ingénieurs qu’il y avait un défaut dans la transformation avec ce nouveau procédé, à savoir une perte dans la distance d’éclatement. Des recherches ultérieures ont montré que, quel que fut le milieu utilisé, l’air, l’hydrogène, la vapeur de mercure, l’huile ou un courant d’électrons, le rendement était le même. C’est une loi qui ressemble beaucoup à celle de la conversion de l’énergie mécanique. On peut faire tomber un poids à la verticale depuis une certaine hauteur, ou le transporter à un niveau inférieur par un moyen quelconque, cela ne joue pas sur le travail fourni. Toutefois et heureusement, ce problème n’est pas catastrophique, car si on détermine correctement les mesures des circuits de résonance, on peut obtenir un rendement de 85%. Depuis que j’ai publié sa découverte, cet appareil est entré dans l’usage courant et a révolutionné bien des secteurs d’activité. Cet appareil a encore un grand avenir devant lui. Lorsque j’obtins, en 1900, des décharges puissantes de plus de 30 m, et que je lançai un courant tout autour du globe, je me souvins de la toute petite étincelle qui fusa dans mon laboratoire dans Grand Street, et je frémis de plaisir, comme lorsque je découvris le champ magnétique en rotation.

6. Le transformateur oscillant de Tesla (Bobine Tesla) présenté par Lord Kelvin devant la British Association, en août 1897. Ce petit dispositif compact de 20 cm de haut, donnait des serpentins lumineux de 0,2 m2, en utilisant une puissance de 25 watts du circuit d’alimentation de 110 Volts continu. Il était constitué d’un Tesla primaire et secondaire, d’un condensateur et d’une commande du circuit.

<7. Schéma des connexions en circuit dans le transformateur oscillant (Bobine Tesla, fig. 6) Le circuit secondaire qui se glisse dans le primaire est absent.

——————————————————

( À Suivre )

MES INVENTIONS de Nikola Tesla.

© 2006-2013 - Terre Nouvelle : www.terrenouvelle.ca/Messages
Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source.

Partager cet article

Published by Lazare - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

microneedle skin dermal roller 07/05/2014 14:08

I never knew that Nikola Tesla is this much awesome person. I studied about Edison than Tesla. No, I came to know about the reality that, Tesla could not be compare with any of the scientist I ever know, thank you.

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog