Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2016 3 15 /06 /juin /2016 07:33
Nikola Tesla : Mes inventions (4)
 

MES INVENTIONS

Chapitre III
Mes travaux ultérieurs

La découverte du champ magnétique en rotation.

À l’âge de dix ans, j’entrai au lycée, un bâtiment tout neuf et relativement bien équipé. Dans la salle de physique, il y avait plusieurs modèles d’appareils scientifiques classiques, des appareils électriques et mécaniques. Les enseignants nous faisaient de temps en temps des démonstrations et des expériences qui me fascinaient et qui furent un puissant aiguillon pour mes inventions. Par ailleurs, j’adorais les mathématiques et le professeur me félicitait souvent pour mes résultats en calcul mental.  Je les devais à mon aptitude à visualiser facilement les nombres et à faire les opérations, non de la manière automatique classique, mais comme si les nombres existaient vraiment. Jusqu’à un certain degré de complexité, il importait peu que j’écrivisse les symboles sur le tableau ou que je les visualisasse mentalement. Néanmoins, mon emploi du temps comprenait plusieurs heures de dessin libre, une discipline qui m’ennuyait et que j’avais du mal à supporter. C’était d’autant plus étonnant que la majeure partie de ma famille excellait dans ce type d’activité. Peut-être mon aversion venait-elle tout simplement du fait que je ne voulais pas me perturber l’esprit. S’il n’y avait pas eu quelques garçons particulièrement stupides qui étaient incapables de quoi que ce soit, j’aurais eu les plus mauvaises notes de la classe. Toutefois, c’était un handicap sérieux car, dans le système éducatif d’alors, le dessin était obligatoire ; mon inaptitude représentait une menace pour toute ma carrière et mon père avait tout le mal du monde à me faire passer d’une classe à l’autre. Lors de ma seconde année de formation dans ce lycée, je devins obsédé par l’idée de produire un mouvement continu en maintenant la pression de l’air. L’incident de la pompe, dont j’ai parlé plus haut, avait enflammé mon imagination d’enfant et j’étais impressionné par les multiples possibilités qu’offrait le vide. Mon désir d’exploiter cette énergie inépuisable grandit avec moi ; j’avançai cependant dans l’obscurité pendant plusieurs années. Finalement, mes efforts prirent forme dans une invention qui allait me permettre de réaliser ce qu’aucun autre mortel n’avait osé faire jusque là. Imaginez un cylindre capable de tourner librement sur deux paliers et partiellement entouré d’une cuve rectangulaire parfaitement ajustée. Le côté ouvert de la cuve est fermé par une cloison, de manière que le segment cylindrique à l’intérieur de la cuve divise le cylindre en deux compartiments, séparés par des joints coulissants hermétiques. Si un de ces compartiments est scellé et vidé de son air et si l’autre reste ouvert, il en résulte une rotation perpétuelle du cylindre. C’est du moins ce que je pensais.

Je me mis à construire un modèle en bois et l’assemblai avec d’infinies précautions ; je branchai la pompe sur un des côtés et je remarquai qu’effectivement le cylindre avait tendance à se mettre à tourner : j’étais fou de joie ! Je voulais arriver à faire des vols mécaniques, malgré un douloureux souvenir d’une chute que j’avais faite en sautant d’un toit avec un parapluie. Je voyageais mentalement tous les jours dans les airs et j’allais dans des régions très éloignées, mais je ne savais pas comment m’y prendre pour que ces rêves deviennent réalité. Et voilà que j’avais obtenu quelque chose de concret, une machine volante constituée d’un simple arbre rotatif, d’ailes battantes, … et d’un vide de puissance illimitée ! À partir de ce jour, je fis mes excursions journalières dans les airs, à bord d’un véhicule confortable et luxueux, digne du Roi Salomon. J’ai mis des années pour comprendre que la pression atmosphérique s’exerçait à angle droit sur la surface du cylindre et que le léger effet de rotation que j’avais remarqué était dû à une fuite ! Bien que j’en aie pris conscience étape par étape, j’allais éprouver un choc pénible. Je venais à peine de finir ma formation au lycée, lorsque je fus atteint d’une maladie très grave, ou plutôt de toute une flopée de maladies, et mon état physique devint tellement désespérant que tout le corps médical déclara forfait. À cette époque, j’avais le droit de lire des livres non répertoriés par la Bibliothèque Municipale ; elle me les confiait pour que je classe ces ouvrages, afin de les intégrer dans ses catalogues. Un jour, on me remit quelques volumes d’un genre littéraire tout à fait nouveau qui m’était totalement étranger ; ils furent tellement captivants que j’en oubliais complètement mon état désespéré. C’étaient les premiers ouvrages de Mark Twain, et je crois que je leur dois mon rétablissement miraculeux qui s’ensuivit. Vingt-cinq ans plus tard, je racontai cette expérience à M. Clemens avec lequel je m’étais lié d’amitié, et je fus très surpris de voir ce grand auteur de satires amusantes se mettre à pleurer.

Je continuai mes études au lycée supérieur de Carlstadt en Croatie, où habitait une de mes tantes. C’était une femme distinguée, l’épouse d’un Colonel, un vétéran qui avait participé à plusieurs batailles. Je n’oublierai jamais les trois années que j’ai passées chez eux. La discipline qui y régnait était plus sévère que celle d’une forteresse en état de siège. J’étais nourri comme un canari. Tous les repas étaient d’excellente qualité et délicieux, mais la quantité aurait pu être multipliée par dix. Ma tante découpait le jambon en tranches pas plus épaisses que du papier de soie. Et lorsque le Colonel voulait me servir de manière plus substantielle, elle l’en empêchait en disant d’un ton énervé : « Fais donc attention, Niko est très fragile ! » J’avais un appétit d’ogre et je souffrais comme Tantale. Toutefois, je vivais dans une atmosphère de raffinement et de bon goût, ce qui était plutôt exceptionnel vu l’époque et les circonstances. Les terres étaient basses et marécageuses, et je fus victime du paludisme pendant toute la durée de mon séjour, malgré les nombreux médicaments que je prenais. À certaines périodes, le niveau du fleuve montait et déversait toute une armée de rats qui se précipitaient dans les maisons pour tout dévorer, jusqu’aux bottes de piments. Ce fléau fut pour moi un divertissement bienvenu. Je décimai les rats par toutes sortes de moyens, ce qui m’a valu la distinction peu enviable de meilleur chasseur de rats de toute la commune. Finalement, ma formation toucha à sa fin, la misère cessa, et j’obtins mon baccalauréat qui me conduisit à la croisée des chemins.

Durant toutes ces années, mes parents n’ont jamais faibli dans leur décision de me voir embrasser une carrière dans le clergé ; cette seule idée me remplissait de terreur. J’étais devenu très intéressé par l’électricité sous l’influence stimulante de mon professeur de physique qui était un vrai génie, et qui nous démontrait les principes avec des dispositifs qu’il avait lui-même inventés. Je me souviens de l’un d’eux : c’était un appareil qui ressemblait à une ampoule susceptible de tourner librement, recouverte d’une feuille d’étain, qui commençait à tourner rapidement quand il le connectait avec une machine statique. Il m’est impossible de vous donner une idée précise de l’intensité de mes émotions lorsque je le vis obtenir ces phénomènes mystérieux. Chaque observation résonnait des milliers de fois dans ma tête. Je voulais en savoir plus sur cette force merveilleuse. Je n’avais qu’une envie, c’était faire moi-même des expériences et des recherches, et c’est le coeur gros que je me pliai à l’inévitable.

Alors que je me préparais au long voyage du retour à la maison, on me dit que mon père voulait que je participe à une expédition de chasse. Cette demande m’a paru bien étrange, parce que jusque là, mon père s’était toujours violemment opposé à ce type de sport. Mais quelques jours plus tard, j’appris que le choléra faisait rage dans son district, et profitant d’une opportunité, je rentrai à Gospic sans tenir compte du voeu de mes parents. Il est inouï à quel point les gens étaient ignorants des véritables causes de cette terreur qui frappait le pays tous les 15 à 20 ans. Ils pensaient que les agents mortels étaient véhiculés par l’air et ils vaporisaient des parfums irritants dans les pièces et les enfumaient. Pendant ce temps, ils buvaient de l’eau infectée et mouraient en masse. J’ai attrapé cette maladie le jour même de mon arrivée, et bien qu’ayant surmonté la crise, je dus garder le lit pendant neuf mois durant lesquels je pus à peine bouger. Mon énergie était totalement épuisée, et je me retrouvais, pour la seconde fois, à l’article de la mort. Lors d’une de ces crises, dont tout le monde pensait qu’elle allait m’emporter, mon père fit irruption dans la pièce. Je me souviens encore de son visage blême alors qu’il tentait de me réconforter, mais le ton de sa voix trahissait son manque d’assurance. Je lui dis : « Peut-être que je vais me rétablir si tu me laisses faire mes études d’ingénieur. » Il me répondit d’un ton solennel : « Tu iras dans le meilleur institut technologique du monde », et je savais qu’il était sincère. Il venait d’enlever un poids énorme de mes épaules ; toutefois, le soulagement serait arrivé trop tard pour permettre que je me rétablisse, si je n’avais pas déjà suivi une cure fabuleuse d’une décoction amère d’un type particulier de graine. Je me relevai, tel Lazare d’entre les morts, au grand étonnement de tous. Mon père insista pour que je passe une année à faire des exercices physiques au grand air, ce que j’acceptai à contrecoeur. Je passai la plupart de ce temps à me promener en montagne, vêtu d’une tenue de chasse et quelques livres en poche ; ce contact avec la nature me revigora physiquement et mentalement. J’inventai beaucoup de choses et je fis des plans, mais en règle générale, ils étaient loin de la réalité. Mon imagination était assez bonne mais ma connaissance des principes très limitée. Avec l’une de mes inventions, je voulais faire des envois transocéaniques de lettres et de colis à travers un tuyau sous-marin, dans des conteneurs sphériques capables de résister à la pression hydraulique. J’avais soigneusement conçu et dessiné la station de pompage qui devait envoyer l’eau dans le tuyau, et tous les autres détails étaient très bien étudiés. Il n’y eut qu’un détail insignifiant que j’ai traité à la légère. J’avais supposé une vitesse arbitraire de l’eau et, qui plus est, je m’amusais à l’augmenter encore, ce qui me permettait d’arriver à des résultats stupéfiants corroborés par mes calculs sans fautes. Toutefois, mes études ultérieures sur la résistance des tuyaux aux fluides, me décidèrent de laisser à d’autres le soin de perfectionner cette invention.

Un autre de mes projets était la construction d’un anneau autour de l’équateur, capable de flotter librement et qui pouvait être arrêté dans son mouvement de rotation par des forces contraires, ce qui permettrait de voyager à raison de 1600 kilomètres par heure, une vitesse impensable en train. Le lecteur doit sourire. Je veux bien admettre que le plan était difficilement réalisable, mais moins que celui de ce professeur new-yorkais qui voulait pomper l’air des régions chaudes vers les régions plus froides, ignorant complètement que le Seigneur avait déjà créé un mécanisme géant dans ce même but.

Un autre plan encore, beaucoup plus important et passionnant, était de puiser l’énergie du mouvement rotatif des corps terrestres. J’avais découvert que les objets, à la surface de la Terre, grâce à la rotation journalière du globe, sont emportés par lui alternativement vers et contre la direction du mouvement de translation. Cela entraîne un grand changement dans le moment, qui pourrait être utilisé de la manière la plus simple pour fournir une force motrice dans toute région habitée du globe. Je ne peux pas trouver les mots pour dire combien j’ai été déçu, lorsque je découvris plus tard que j’étais dans la même situation fâcheuse qu’Archimède qui avait vainement cherché un point fixe dans l’univers.

À la fin de mes vacances, je fus envoyé à l’École Polytechnique de Graz, en Styrie, que mon père considérait comme une des plus anciennes et des meilleures institutions. Ce fut un moment très attendu et j’entamai mes études sous de bons auspices, fermement décidé à réussir. Ma formation antérieure était au-dessus de la moyenne grâce à l’enseignement de mon père et à des opportunités qui m’avaient été offertes. J’avais appris un certain nombre de langues et potassé les livres de plusieurs bibliothèques, glanant des informations plus ou moins utiles. C’est alors que, pour la première fois, je pus choisir les disciplines que j’aimais, et le dessin à main levée ne devait plus m’ennuyer. J’avais décidé de faire une surprise à mes parents, et durant la première année, je commençais à étudier régulièrement à trois heures du matin pour finir vers onze heures le soir, les dimanches et les vacances inclus. Comme la plupart de mes camarades étudiants prenaient les choses à la légère, j’ai toujours obtenu facilement les meilleurs résultats. Au cours de cette année, je réussis neuf examens, et mes professeurs estimaient que je méritais plus que les meilleures notes. Armé de mes certificats très flatteurs, je rentrai à la maison pour un bref repos ; je m’attendais à un accueil triomphal et je fus vexé à mort lorsque mon père dévalua ces honneurs que j’avais eu tant de mal à obtenir. Toute mon ambition en fut presque anéantie. Toutefois, quelque temps après sa mort, j’ai été peiné de trouver toute une pile de lettres que mes professeurs lui avaient écrites pour le prévenir que s’il ne me retirait pas de l’Institut, j’allais mourir de surmenage. Je me suis alors consacré entièrement aux études de la physique, de la mécanique et des mathématiques, en passant tout mon temps libre dans les bibliothèques. Finir ce que j’avais commencé tournait à la manie, et m’a souvent créé bien des problèmes. Un jour, j’avais commencé à lire les oeuvres de Voltaire, lorsque j’appris, à ma grande consternation, que ce monstre avait rédigé pas moins de cent gros volumes imprimés en petits caractères, en buvant journellement 72 tasses de café noir. Il fallait que je les lise tous, mais lorsque je reposai le dernier livre, je fus très heureux et me dis : « Plus jamais ça ! »

Mes performances de la première année m’avaient valu l’estime et l’amitié de plusieurs professeurs. Parmi eux, il y avait le professeur Rogner qui enseignait l’arithmétique et la géométrie, le professeur Poeschl, qui tenait la chaire en physique théorique et expérimentale, et le Docteur Allé qui enseignait le calcul intégral et qui était spécialisé dans les équations différentielles. Ce scientifique fut le conférencier le plus brillant que j’aie jamais entendu. Il s’intéressa particulièrement à mes progrès et resta souvent une heure ou deux avec moi dans la salle de conférences pour me soumettre des problèmes que je résolvais à la perfection. C’est à lui que j’expliquai une de mes inventions de machine volante ; ce n’était pas une invention illusoire, mais basée sur des principes scientifiques intelligents ; elle est devenue réalisable grâce à ma turbine et fera bientôt son entrée dans le monde. Les professeurs Rogner et Poeschl étaient bizarres tous les deux. Le premier avait un tic dans sa façon de s’exprimer, dont les élèves se moquaient bruyamment à chaque fois ; suivait alors un silence long et embarrassant. Prof. Poeschl était un homme méthodique et typiquement allemand. Il avait des mains et des pieds énormes, comme les pattes d’un ours ; néanmoins, il menait ses expériences avec beaucoup d’adresse et une précision d’horloger, sans jamais faire la moindre erreur.

C’est au cours de ma deuxième année à l’Institut que nous reçûmes une dynamo Gramme de Paris, qui avait un aimant inducteur laminé en forme de fer à cheval, et une armature entourée de fils avec un commutateur. Elle fut branchée et le Prof. Poeschl nous montra des effets variés du courant. Tandis qu’il faisait les démonstrations, la machine fonctionnant comme un moteur, les balais posèrent problème en lançant des étincelles ; je fis alors remarquer que l’on pouvait faire fonctionner un moteur sans ces dispositifs. Là-dessus, il déclara que j’avais tort, et il nous gratifia d’un cours particulier sur le sujet, à la fin duquel il observa : « M. Tesla est peut-être capable de faire de grandes choses, mais il lui est impossible de réussir sur ce point. Cela reviendrait à convertir une force d’attraction constante, comme celle de la gravité, en mouvement de rotation, en d’autres termes en mouvement perpétuel, ce qui est inconcevable. » Toutefois, l’intuition est quelque chose qui transcende la connaissance. Nous possédons sans doute certains nerfs plus fins qui nous permettent de percevoir la vérité lorsque la déduction logique, ou tout autre effort volontaire du cerveau, est infructueuse. J’en fus troublé pendant quelque temps, impressionné par l’autorité du professeur, mais je fus bientôt convaincu que j’avais raison, et je me mis au travail avec toute l’ardeur et la confiance sans bornes de la jeunesse.

4. Un des premiers moteurs à induction polyphasé de Tesla, présenté pour la première fois en 1888 devant l’Institut américain des ingénieurs en électrotechnique. Le champ magnétique en rotation obtenu dans ce moteur par des courants alternatifs « déphasés » dans les bobines stationnaires, fait tourner le rotor en induisant des courants secondaires dans le rotor : le champ magnétique secondaire créé par ces courants amène le rotor à rattraper le champ magnétique primaire en rotation ; bien que s’en approchant, il ne le rattrape jamais. Ce moteur est celui des moteurs existants qui a le moins de problèmes : son rotor, dépourvu de collecteurs créateurs d’étincelles, de bagues et autres connexions électriques, est la seule partie du moteur en mouvement, et de ce fait, seuls les roulements du rotor sont susceptibles de s’user.

Je commençai à imaginer une machine à courant continu, à visualiser son fonctionnement et je suivis le flux changeant du courant électrique dans l’armature. Ensuite, j’imaginai une machine à courant alternatif (un alternateur) et je suivis son processus de fonctionnement de la même manière. Pour finir, je visualisai des systèmes comprenant des moteurs et des générateurs qui fonctionneraient de différentes manières. Les images que je voyais étaient parfaitement claires et tangibles. Tout le temps que je devais encore passer à Graz fut consacré à des efforts intenses mais stériles dans ce sens, et je commençais à baisser les bras, pensant que le problème était insoluble. En 1880, je me rendis à Prague, en Bohême, pour répondre au voeu de mon père de compléter mon éducation dans cette université. C’est dans cette ville que je fis une avancée certaine : je détachai le commutateur de la machine et étudiai le phénomène sous ce nouvel angle ; toutefois, les résultats n’étaient toujours pas concluants. L’année suivante, ma philosophie de la vie se modifia brusquement. Je réalisai que mes parents faisaient trop de sacrifices pour moi, et je décidai de les décharger de ce fardeau. La vague du téléphone américain venait de déferler en Europe et le système devait être installé à Budapest, en Hongrie. Cela me parut une opportunité idéale, d’autant plus qu’un ami de la famille se trouvait à la tête de l’entreprise. Ce fut alors que je fis ma plus grave dépression nerveuse, dont j’ai déjà parlé plus haut. Ce que j’ai dû endurer durant ma maladie dépasse toute imagination. Ma vue et mon ouïe ont toujours été exceptionnelles. Je pouvais clairement discerner des objets à une distance où les autres ne voyaient rien du tout. Dans mon enfance, j’ai souvent empêché que les maisons de nos voisins prennent feu, en appelant les secours dès que j’entendais les légers craquements et grésillements annonciateurs d’un incendie ; ces signes leur étaient inaudibles et ne perturbaient pas leur sommeil.

En 1899, lorsque, à plus de 40 ans, je menais mes expériences au Colorado, je pouvais entendre très nettement des coups de tonnerre à près de 900 km de là. Mes assistants plus jeunes avaient une ouïe qui ne dépassait guère les 250 km. Mon oreille avait donc une sensibilité treize fois supérieure. Pourtant, à cette époque, j’étais, pour ainsi dire, sourd comme un pot, en comparaison avec l’acuité auditive durant ma dépression nerveuse. À Budapest, je pouvais entendre le tic-tac d’une pendule qui se trouvait trois pièces plus loin. Une mouche venant se poser sur la table dans la pièce créait un bruit sourd dans mon oreille. Une voiture roulant à plusieurs kilomètres de moi faisait trembler tout mon corps. Le sifflement d’une locomotive, passant entre 30 et 50 km plus loin, faisait vibrer le banc ou la chaise sur lequel j’étais assis à un point tel que la douleur devenait insoutenable. Le sol sous mes pieds n’arrêtait pas de trembler. Si je voulais dormir tant soit peu, il fallait que je pose des coussinets en caoutchouc sous les pieds de mon lit. J’avais souvent l’impression que des grondements proches ou lointains devenaient des paroles qui auraient pu m’effrayer si je n’avais pas été en mesure d’en analyser les composants insignifiants. Lorsque j’interceptais périodiquement les rayons du soleil, je ressentais dans ma tête des coups d’une telle violence qu’ils m’étourdissaient. Il me fallait rassembler tout mon courage pour passer sous un pont ou toute autre structure, car j’avais alors l’impression qu’on enfonçait mon crâne. Dans l’obscurité, j’avais la sensibilité d’une chauve-souris, et un fourmillement bien spécifique sur mon front me permettait de détecter la présence d’objets à une distance de plus de 3,5 m. Mon coeur pouvait monter à plus de 260 pulsations par minute, mais le plus difficile à supporter, c’était les tremblements et les contractions nerveuses très douloureuses de tous les tissus de mon corps. Un médecin très réputé qui m’administrait journellement de fortes doses de bromure de potassium, déclara que j’étais atteint d’une maladie unique et incurable. Je regretterai toujours de ne pas avoir été, à cette époque, examiné par des spécialistes en physiologie et en psychologie. Je m’accrochais désespérément à la vie, mais je ne m’attendais pas à guérir. Peut-on imaginer qu’une telle épave physique se transformerait en un homme d’une ténacité et d’une force étonnantes, capable de travailler pendant trente huit ans sans pratiquement s’arrêter un seul jour, et toujours se sentir jeune et fort dans son corps comme dans son esprit ? Tel est mon cas. Un puissant désir de vivre et de continuer de travailler, associé à l’aide d’un ami et athlète dévoué, permirent ce miracle. Ma santé revint et avec elle la force mentale. Lorsque je ré-attaquai le problème, je regrettai presque que la bataille fût sur le point de se terminer. Il me restait tellement d’énergie. Lorsque je m’attelai à la tâche, ce n’était pas avec le type de résolution que les hommes prennent généralement ; pour moi, il s’agissait d’un voeu sacré, c’était une question de vie ou de mort. Si je devais échouer, je savais que je périrais. Maintenant, j’avais l’impression que j’avais gagné la bataille. La solution se trouvait dans les recoins les plus profonds de mon esprit, mais je ne pouvais pas encore lui permettre de s’exprimer librement. Je me souviendrai toujours de cet après-midi où je me promenai avec un ami dans les jardins publics en récitant de la poésie. À cet âge-là, je connaissais plusieurs livres par coeur et étais capable de les réciter mot pour mot. L’un d’eux était le Faust de Goethe. Le soleil était en train de se coucher quand je me remémorai ce passage grandiose :

»Sie rückt und weicht,der Tag ist überlebt

Dort eilt sie hin und fördert neues Leben,

Oh, dass kein Flügel mich vom Boden hebt.

Ihr nach und immer nach zu streben !

Ein schöner Traum indessen sie entweicht,

Ach zu des Geistes Flügeln wird so leicht

Kein körperlicher Flügel sich gesellen ! »

 

»Et le soleil descend dans le jour accompli ;

Il fuit pour engendrer mille formes nouvelles.

Ah ! pour l’accompagner que n’ai-je donc des ailes

Qui m’enlèvent bien loin de ce sol avili !

Beau rêve dont déjà s’éteignent les accords.

Pourquoi faut-il que ne réponde

À l’aile de l’esprit aucune aile du corps ! »*

Lorsque je prononçai ces mots évocateurs, une idée me vint comme le flash d’un éclair et la vérité me fut instantanément révélée. Avec un bâton, je dessinai dans le sable les diagrammes que mon compagnon comprit sur-le-champ ; je devais les présenter six ans plus tard à l’Institut américain des ingénieurs en électrotechnique. Les images que je voyais étaient claires et nettes et avaient la solidité du métal et de la pierre, si bien que je lui dis : « Vois ce moteur, et regarde comment je vais l’inverser. » Je ne peux pas vous décrire mes émotions. Pygmalion, lorsqu’il vit sa statue se mettre à bouger ne pouvait pas avoir été plus ému que moi. J’aurais donné mille secrets de la nature que j’avais découverts accidentellement pour celui que je venais de lui extorquer contre toute attente, et au péril de ma vie.

*Extrait de FAUST de Goethe, Flammarion, Paris, 1984. Traduction de Jean Malaplate

5. Nikola Tesla, âgé de 39 ans, à l’apogée de sa renommée.

——————————————————

( À Suivre )

MES INVENTIONS de Nikola Tesla.

© 2006-2013 - Terre Nouvelle : www.terrenouvelle.ca/Messages
Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source.
         

Partager cet article

Published by Lazare - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog