Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2016 1 13 /06 /juin /2016 17:11
Nikola Tesla : Mes inventions (3)

 

MES INVENTIONS

Chapitre II
Mes premières découvertes

J’aimerais revenir brièvement sur ces expériences extraordinaires, en raison de l’intérêt qu’elles pourraient avoir pour des étudiants en psychologie et physiologie, et aussi parce que cette période de souffrance fut d’une importance majeure pour mon développement mental et mes travaux ultérieurs. Il me faut tout d’abord préciser les circonstances et les conditions qui les ont précédées, car elles pourraient en fournir une explication, ne serait-ce que partiellement.  

Je fus obligé, dès mon enfance, à concentrer toute mon attention sur moi-même et j’en ai beaucoup souffert. Toutefois, je pense aujourd’hui que ce fut une sorte de bénédiction, car cela m’a appris à estimer la valeur inestimable de l’introspection dans la préservation de la vie et la réalisation de mes objectifs. Le stress permanent qu’engendre cette introspection et le flot incessant des impressions qui arrivent à notre conscience à travers toutes nos expériences, font que l’existence moderne devient périlleuse à plusieurs égards. La plupart des personnes sont tellement absorbées par le monde extérieur qu’elles sont complètement inconscientes de ce qui se passe en leur for intérieur. La mort prématurée de millions de gens a sa cause première dans ce fait. Même ceux qui sont plus respectueux d’eux-mêmes font souvent l’erreur de fuir leur imagination et ignorent les vrais dangers. Ce qui est vrai pour un individu l’est aussi, plus ou moins, pour l’humanité en tant que tout. Prenons, par exemple, le mouvement actuel de la prohibition. On est en train de prendre, dans ce pays, des mesures drastiques, voire anticonstitutionnelles, pour interdire la consommation d’alcool, alors que d’un autre côté, il est un fait prouvé que le café, le thé, le tabac, le chewing-gum et autres excitants que consomment souvent même les très jeunes, sont beaucoup plus dangereux, à en juger par le nombre des dépendants à ces produits. Par exemple, lorsque j’étais étudiant, j’ai constaté en consultant chaque année la nécrologie de Vienne, capitale des buveurs de café, que les décès dus à des problèmes cardiaques pouvaient atteindre 67% du chiffre global. On observera probablement la même chose dans des villes où la consommation de thé est excessive. Ces délicieux breuvages conduisent à un état de surexcitation et épuisent graduellement les vaisseaux ténus du cerveau. Ils interfèrent par ailleurs sérieusement sur la circulation artérielle et devraient donc être consommés avec d’autant plus de modération que leurs effets délétères sont lents et imperceptibles. Le tabac, quant à lui, incite à penser librement et sans stress et diminue la force de concentration nécessaire à tout effort intellectuel soutenu. Le chewing-gum n’est que d’un piètre secours, car il épuise très vite le système glandulaire et inflige des dégâts irréversibles, sans parler du phénomène de révulsion qu’il entraîne. L’alcool consommé avec modération est un excellent tonique, mais il devient toxique à plus grande dose, qu’il soit ingéré sous forme de whisky ou qu’il soit produit à partir du sucre dans l’estomac. Néanmoins, il ne faudrait pas oublier que tous ces produits sont de puissants facteurs de sélection de la Nature, obéissant à sa loi sévère mais juste, en vertu de laquelle seuls les plus forts survivent. Par ailleurs, les réformateurs zélés devraient tenir compte de l’éternelle perversité de l’homme, qui préfère de loin le laissez faire dans l’indifférence aux restrictions forcées. En d’autres termes, nous avons besoin de stimulants pour réussir au mieux dans les conditions de vie actuelles et nous devons agir avec modération et maîtriser nos appétits et penchants quels qu’ils soient. C’est ce que j’ai fait des années durant, et c’est pourquoi j’ai pu rester jeune de corps et d’esprit. Vivre dans l’abstinence n’était pas ce qui me plaisait le plus ; toutefois, je suis largement récompensé par la satisfaction que m’apportent mes expériences actuelles. Je vais citer quelques unes d’entre elles, dans l’espoir que certains adopteront mes préceptes et ma philosophie.

Il y a quelque temps, par une nuit d’un froid glacial, je retournai à mon hôtel. Le sol était glissant et aucun taxi en vue. Un homme me suivait à une vingtaine de mètres et il était tout aussi pressé que moi de rentrer au chaud. Tout d’un coup, mes jambes partirent en l’air, et au même moment, j’eus un flash dans ma tête. Mes nerfs réagirent et mes muscles se tendirent ; je virevoltai et atterris sur mes mains. Je repris ma marche comme si de rien n’était. L’autre homme m’avait alors rattrapé et me dit : « Quel âge avez-vous ? », en m’observant d’un oeil critique. « Pas loin de 59 ans », lui répondis-je, « pourquoi? » Il dit, « Eh bien, j’ai déjà vu des chats se comporter comme cela, mais un homme, jamais ! » Il y a environ un mois, je voulais m’acheter de nouvelles lunettes, et me rendis donc chez l’oculiste, pour passer les tests d’usage. Il me regarda d’un air incrédule pendant que je lisais facilement les caractères même les plus petits à une distance considérable. Lorsque je lui annonçai que j’avais plus de 60 ans, il resta bouche bée. Mes amis me font souvent remarquer que mes costumes me vont comme un gant, mais ce qu’ils ignorent, c’est que je les fais tailler sur mesures ; elles ont été prises il y a 35 ans et n’ont pas changé depuis ; mon poids non plus du reste.

À ce sujet, j’ai une histoire plutôt amusante à vous raconter. Un soir de l’hiver 1885, M. Edison, Edward H. Johnson, président de l’Edison Illuminating Company, M. Bachellor, directeur des usines et moi-même entrâmes dans un lieu en face du numéro 65 de la 5e Avenue, où se trouvaient les bureaux de la société. Quelqu’un proposa de deviner le poids de l’autre, et on me demanda de monter sur une balance. Edison m’inspecta à tâtons et dit : « Tesla pèse 152 lbs à 30 grammes près. » C’était tout à fait exact. Tout nu, je pesai 142 livres et depuis mon poids n’a pas bougé. Je chuchotai à M. Johnson, » Comment se fait-il qu’Edison ait pu deviner mon poids de manière aussi précise ? » Il me dit à voix basse » Eh bien, ce que je vais vous dire est confidentiel et il ne faudra pas le répéter : il a travaillé pendant longtemps dans les abattoirs de Chicago où il pesait des milliers de porcs tous les jours. Voilà pourquoi. » Mon ami, l’honorable Chauncey M. Depew, raconte qu’un Anglais, surpris par une des ses anecdotes, resta perplexe, et que c’est seulement un an plus tard qu’il en éclata de rire. Moi, il faut que je le confesse, j’ai mis plus d’un an pour comprendre la blague de Johnson.

Mon bien-être vient tout simplement du fait que je fais preuve de modération et de prudence dans ma vie et le plus surprenant de tout cela, c’est que trois fois durant ma jeunesse la maladie avait fait de moi une épave devant laquelle tous les médecins avaient baissé les bras. En outre, mon ignorance et mon insouciance m’ont fait courir toutes sortes de risques, de dangers et tomber dans des pièges dont je me suis sorti comme par enchantement. J’ai failli me noyer une dizaine de fois, me faire ébouillanté et être brûlé vif. J’ai été enfermé, oublié et j’ai manqué mourir de froid. Il s’en est fallu d’un cheveu que je me fasse attraper par des chiens enragés, des cochons et d’autres animaux sauvages. J’ai survécu à des maladies horribles et dû faire face à bien des mésaventures ; le fait que je sois aujourd’hui entier et en vie me paraît relever du miracle. Toutefois, en me rappelant tous ces incidents, je suis convaincu que si j’en ai été protégé, ce n’est pas du tout par hasard.

Le but d’un inventeur est de trouver des solutions pour préserver la vie. Que ce soit en mettant certaines énergies au service de l’humanité, en perfectionnant les appareils, ou en inventant des dispositifs qui rendent la vie plus confortable, il contribue à améliorer la sécurité de notre existence. Par ailleurs, il est plus à même de se protéger en cas de danger que l’homme moyen, parce qu’il est vigilant et prévoyant. S’il n’existait aucune autre preuve que je possédais ces qualités-là, mes expériences personnelles suffiraient à le démontrer. Le lecteur pourra en juger à la lecture de ces quelques exemples.

Alors que j’avais environ 14 ans, je voulus un jour effrayer quelques amis qui se baignaient avec moi. J’avais l’intention de plonger sous une longue structure flottante et de refaire tranquillement surface à l’autre bout. Je savais nager et plonger aussi naturellement qu’un canard et j’étais confiant dans mon succès. Je plongeai donc dans l’eau et lorsque je fus hors de vue, je me retournai et nageai très vite en direction opposée. Je pensai que j’avais largement dépassé la structure et je remontai à la surface, lorsqu’à ma grande consternation, ma tête heurta une poutre. Je replongeai très vite et me remis à nager très vite jusqu’à ce que l’air commençât à me manquer. Je remontai alors pour la deuxième fois, et ma tête toucha une nouvelle fois une poutre. Je commençai à désespérer. Toutefois, je rassemblai toute mon énergie et entrepris frénétiquement une troisième tentative, mais le résultat fut le même. Je ne pouvais plus respirer et la douleur devint insupportable ; la tête me tournait et je commençais à sombrer. C’est à ce moment-là, alors que la situation semblait désespérée, que j’ai eu un de ces flashes de lumière dans lequel la structure m’apparut en vision au-dessus de moi. Ai-je vu ou deviné qu’il y avait un petit espace entre la surface de l’eau et les planches qui reposaient sur les poutres, toujours est-il que, bien qu’au bord de l’évanouissement, je remontai et vins presser ma bouche près des planches ; je réussis à inhaler un peu d’air, mais malheureusement il était mélangé avec des gouttes d’eau qui ont failli me faire étouffer. J’ai répété cette procédure plusieurs fois comme en transe, jusqu’à ce que mon coeur, qui battait la chamade, revint à la normale et que je retrouvai mes esprits. Ensuite, je fis un certain nombre d’autres tentatives pour remonter à l’air libre, mais j’avais complètement perdu le sens de l’orientation, et j’échouai toujours. Finalement, je réussis malgré tout à sortir de mon piège, tandis que mes amis me croyaient déjà mort et s’étaient mis à la recherche de mon corps. Cette imprudence mit fin aux baignades cet été à ; toutefois, j’oubliai bientôt la leçon, et ce n’est que deux ans plus tard que je devais retomber dans une situation encore plus fâcheuse. Près de la ville où je faisais mes études à l’époque, il y avait une grande minoterie et un barrage qui traversait le fleuve. En règle générale, l’eau ne montait pas à plus de 5 à 8 cm au-dessus du barrage, et nager jusqu’à lui était un sport pas très dangereux auquel je m’adonnais souvent. Un jour, je me rendis seul au fleuve pour m’amuser comme d’habitude. Toutefois, lorsque je fus à une courte distance du mur, je réalisai avec effroi que l’eau avait monté et qu’elle m’emportait rapidement. J’essayai de revenir en arrière, mais il était trop tard. Heureusement, je réussis à m’agripper au mur avec les deux mains et donc à éviter d’être emporté par-dessus. La pression sur ma poitrine était très forte, et j’avais du mal à garder la tête hors de l’eau. Il n’y avait âme qui vive tout alentour et mes cris furent étouffés par le grondement de la cascade. Je m’épuisai petit à petit et eus de plus en plus de mal à résister à la pression. J’étais sur le point de lâcher prise et d’être précipité sur les rochers au bas de la cascade, lorsque je vis dans un éclair de lumière le diagramme familier illustrant le principe hydraulique qui veut que la pression d’un liquide en mouvement soit proportionnelle à la surface exposée, et automatiquement je me tournai sur mon flanc gauche. La pression fut réduite comme par magie et il me fut relativement plus facile de résister à la force du courant dans cette position. Cependant le danger était toujours là. Je savais que tôt ou tard je serais emporté dans les chutes d’eau, car il était impossible que des secours arrivent à temps, même si j’avais dû attirer l’attention de quelqu’un. Je suis ambidextre aujourd’hui, mais à l’époque j’étais gaucher et j’avais relativement peu de force dans mon bras droit. C’est pourquoi je n’osai pas me retourner pour me reposer sur l’autre côté, et il ne me restait donc plus rien d’autre à faire que de pousser mon corps le long du barrage. Il fallait que je m’éloigne du moulin auquel je faisais face, car le courant y était plus rapide et plus profond. Ce fut une entreprise longue et douloureuse et je fus près d’échouer à la fin, car je sentis une dépression dans le mur. Le peu de force qu’il me restait m’a quand même permis de la franchir, et je m’évanouis en atteignant la rive ; c’est là que l’on m’a trouvé. Ma chair était à vif sur tout mon côté gauche, et il a fallu des semaines avant que la fièvre ne tombe et que je sois guéri. Ce ne sont que deux de mes nombreux accidents, mais ils suffisent à révéler que si je n’avais pas eu cet instinct d’inventeur, je ne serais pas là aujourd’hui pour en parler.

Les gens me demandent souvent comment et quand j’ai commencé mes inventions. Pour autant qu’il me souvienne, la première tentative fut assez ambitieuse, car elle impliquait à la fois l’invention d’un appareil et d’une méthode. Pour la première j’avais déjà un prédécesseur, mais je fus le fondateur de la deuxième. Voici comment cela s’est passé. Un de mes camarades de jeu avait reçu une ligne et tout le matériel de pêche, ce qui fut un événement dans le village ; le lendemain, ils allèrent tous pêcher des grenouilles. J’étais resté seul parce que je m’étais justement disputé avec ce copain-là. Je n’avais jamais vu un vrai hameçon ; je pensais qu’il s’agissait de quelque chose d’extraordinaire, doté de qualités particulières, et je regrettais vraiment de ne pas être de la partie. Poussé par cette frustration, je me procurai un morceau de fil de fer, martelai un bout en pointe acérée entre deux pierres, le recourbai et l’attachai à une ficelle solide. Ensuite, je coupai une baguette, réunis quelques appâts et descendis jusqu’au ruisseau où il y avait des grenouilles en abondance. Toutefois, je n’ai pas pu en pêcher une seule, et je commençai à perdre courage lorsque j’eus l’idée de lancer l’hameçon tout nu devant une grenouille assise sur une souche. Au début elle se tassa, puis, petit à petit, ses yeux sortirent de l’orbite et furent injectés de sang ; elle enfla jusqu’à doubler de volume et happa rageusement l’hameçon. J’ai immédiatement tiré sur la ficelle. Je répétai inlassablement cette manoeuvre, et elle se montra infaillible. Lorsque mes camarades me rejoignirent, ils devinrent verts de jalousie parce qu’ils n’avaient rien attrapé du tout, malgré leur attirail sophistiqué. J’ai gardé le secret pendant très longtemps et je savourais mon monopole ; toutefois, dans l’ambiance des fêtes de Noël, je leur ai vendu la mèche. Chacun alors fut capable de faire comme moi, et l’été suivant il y eut une hécatombe parmi les grenouilles.

Dans mon expérience suivante, il semblerait que ce fut la première fois que j’aie agi sous une impulsion instinctive ; ces impulsions allaient me dominer ultérieurement et me pousser à mettre les énergies de la nature au service de l’humanité. En l’occurrence, j’ai utilisé des hannetons qui sont une véritable calamité dans ce pays, car parfois ils sont capables de casser les branches des arbres par le seul poids de leurs corps. Les buissons étaient noirs de hannetons. J’ai attaché quatre de ces bestioles sur des copeaux disposés en croix qui tournaient sur un pivot très mince et qui transmettaient leur mouvement à un disque plus grand, ce qui m’a permis d’obtenir une « puissance » considérable. Ces créatures étaient très performantes ; une fois qu’elles avaient commencé à tournoyer, rien ne pouvait plus les arrêter ; cela durait des heures, et plus il faisait chaud, plus elles travaillaient. Tout allait pour le mieux, lorsqu’un gamin bizarre entra en scène. C’était le fils d’un officier de l’armée autrichienne à la retraite. Ce galopin mangeait les hannetons vivants et en jouissait comme s’il dégustait les meilleures huîtres. Ce spectacle dégoûtant mit un terme à mes efforts dans ce domaine très prometteur et depuis, il m’est devenu impossible de toucher un hanneton ou un autre insecte.

Il me semble que c’est alors que j’ai commencé à démonter et à remonter les pendules de mon grand-père. J’ai toujours réussi la première opération, mais j’ai souvent échoué dans la deuxième. C’est pourquoi il mit un terme à mes activités d’une manière un peu brutale, et j’ai mis trente ans avant de reprendre une montre en mains. Peu de temps après cela, je me mis à fabriquer une espèce de fusil à bouchon, constitué d’un tuyau, d’un piston et de deux bouchons de chanvre. Pour tirer, il fallait presser le piston contre son ventre et pousser très vite le tube en arrière avec les deux mains. L’air entre les bouchons était alors comprimé et montait à une température élevée, jusqu’à ce que l’un des bouchons soit expulsé à grand bruit. L’astuce consistait à savoir sélectionner, parmi toutes les tiges creuses qui traînaient dans le jardin, celle qui avait un creux conique adapté,. Mon arme fonctionnait à merveille, mais mes activités entrèrent malheureusement en conflit avec les carreaux des fenêtres de notre maison, et je subis un découragement douloureux.

Si mes souvenirs sont exacts, j’ai ensuite commencé à tailler des épées dans des meubles mis à ma disposition. À cette époque, j’étais sous le charme de la poésie nationale serbe et plein d’admiration pour les actes de ses héros. Je passais des heures à abattre mes ennemis, représentés par les tiges de maïs, ce qui abîmait évidemment les récoltes, et me valut quelques fessées de ma mère, qu’elle ne me donna pas pour la forme mais avec le plus grand sérieux.

Tout cela, et bien d’autres choses encore, s’est passé avant que j’aie six ans et que je ne fréquente le cours préparatoire à l’école du village de Smiljan où je suis né. À la fin de cette année scolaire, nous déménageâmes à Gospic, une petite ville tout proche. Ce changement de résidence fut catastrophique pour moi. Cela m’a presque fendu le coeur de devoir me séparer de nos pigeons, de nos poules et de nos moutons, et de notre merveilleux troupeau d’oies qui s’envolaient dans les nuages le matin et qui revenaient gavées au crépuscule dans une formation de combat à faire pâlir de honte un escadron de nos meilleurs aviateurs actuels. Dans notre nouvelle maison, je me sentais comme un prisonnier regardant passer des étrangers dans la rue derrière ses stores. Ma timidité était telle que j’aurais préféré faire face à un lion rugissant qu’à un de ces types de la ville qui déambulaient sous les fenêtres. Toutefois, l’épreuve la plus dure fut celle du dimanche, lorsque je devais m’habiller et aller à la messe. Là il se passa un incident dont la seule pensée allait continuer de glacer mon sang comme du lait caillé pendant des années. C’était ma deuxième aventure dans une église, car peu de temps auparavant, j’avais été enfermé dans une vieille chapelle sur une montagne difficile d’accès, qui n’était fréquentée qu’une fois par an. Ce fut une expérience horrible, mais celle-ci était pire. Il y avait une dame très riche en ville, une femme gentille mais emplie de suffisance, qui venait toujours à la messe maquillée à outrance, vêtue d’une robe avec une énorme traîne, et accompagnée de sa suite. Un dimanche, je venais de faire sonner les cloches dans le beffroi et je me précipitais au bas des escaliers ; tandis que cette grande dame sortait d’un air majestueux, je sautai sur sa traîne. Elle se déchira dans un bruit formidable comme si une recrue inexpérimentée venait de tirer un feu de salve. Mon père était blanc de rage. Il me donna un léger soufflet sur la joue – le seul châtiment corporel que mon père m’ait jamais donné, mais je le ressens encore comme s’il datait d’hier. L’embarras de cette situation et la confusion qui a suivi sont inénarrables. Je fus quasiment mis au ban de la société jusqu’à ce quelque chose se passât qui me racheta dans l’estime de la communauté.

3. La maison familiale des Tesla à Gospic. Le lycée où il fit ses études est partiellement visible sur la droite. L’homme en soutane, à droite, est l’oncle de Tesla, Petar, évêque orthodoxe serbe en Bosnie.

Un jeune marchand très entreprenant avait fondé une caserne de pompiers. On avait acheté une nouvelle voiture de pompiers et des uniformes, et les hommes furent entraînés à des exercices de sauvetage, et à défiler. La voiture était en fait une pompe à incendie peinte en rouge et noir, que devaient faire marcher 16 hommes. Un après-midi, tout était fin prêt pour l’inauguration officielle, et le camion fut descendu à la rivière. Toute la population était là pour assister à ce grand spectacle. À la fin des discours et des cérémonies, l’ordre fut donné de pomper, mais il ne sortit pas une goutte d’eau du tuyau. Les professeurs et les experts essayèrent vainement de localiser la panne. C’était le fiasco total lorsque j’arrivai sur les lieux. Mes connaissances du mécanisme étaient nulles et je ne savais pratiquement rien en pneumatique, mais j’allai instinctivement inspecter le tuyau d’aspiration de l’eau dans la rivière, et je constatai qu’il était replié. Je m’avançai alors dans l’eau pour le déplier ; l’eau s’engouffra dans le tuyau et beaucoup d’habits du dimanche furent souillés. Lorsqu’Archimède courut tout nu dans la ville de Syracuse en hurlant « Eurêka ! », il n’a pas pu faire une plus grosse impression que moi ce jour-là. On me porta sur les épaules et j’étais le héros du jour.

Après notre installation dans cette ville, je commençai une formation de quatre ans à ce qu’on appelait l’école élémentaire secondaire, en préparation de mes études au lycée ou Real-Gymnasium. Durant toute cette période, mes efforts, mes exploits et mes ennuis allaient continuer. Je fus désigné, entre autres, champion national des pièges à corneilles. Ma manière de procéder était extrêmement simple. J’allais dans la forêt, je me cachais dans les fourrés et j’imitais le cri des oiseaux. D’habitude plusieurs me répondaient et un peu plus tard, une corneille descendait dans les buissons à côté de moi. Après quoi, il ne me restait plus qu’à lancer un bout de carton pour déjouer son attention, et de courir l’attraper avant qu’elle ait le temps de se dépatouiller des broussailles. C’est comme cela que j’en attrapais autant que je voulais. Toutefois, un jour, il se passa quelque chose qui me força à les respecter. J’avais attrapé un joli couple d’oiseaux et m’apprêtais à rentrer à la maison avec un ami. Lorsque nous quittâmes la forêt, des milliers de corneilles s’étaient rassemblées et faisaient un boucan effrayant. Elles nous prirent en chasse en quelques minutes et nous fûmes encerclés par les oiseaux. Soudain, je reçus un coup à l’arrière de ma tête qui m’a envoyé par terre. Les oiseaux alors m’attaquèrent de tous côtés ; je fus obligé de lâcher les deux oiseaux, et c’est avec soulagement que je pus rejoindre mon ami qui s’était réfugié dans une grotte.

Dans la salle de classe, il y avait quelques modèles mécaniques qui piquèrent ma curiosité et qui sont à l’origine de mon intérêt pour les turbines à eau. J’en construisis toute une série et je m’amusai beaucoup à les faire fonctionner. Je vais vous raconter un incident pour illustrer combien ma vie était extraordinaire. Mon oncle n’avait aucune estime pour ce genre de passe-temps et il me réprimandait souvent. J’avais pris connaissance d’une description fascinante des chutes du Niagara et j’avais imaginé qu’une énorme roue tournait grâce à ces chutes. Je dis à mon oncle qu’un jour, j’irai en Amérique pour réaliser ce rêve. Trente ans plus tard, mon projet sur les chutes du Niagara devint réalité, et je m’émerveillais du mystère insondable de l’esprit humain. J’ai construit toutes sortes d’autres d’appareils et d’engins, mais les meilleurs que j’aie jamais réalisés étaient mes arbalètes. Quand je tirais mes flèches, elles disparaissaient de la vue et, à courte distance, elles pouvaient traverser une planche de pin de 2,5 cm d’épaisseur. Comme je me suis énormément exercé à tendre mes arcs, j’ai fini par avoir de la corne sur mon ventre, qui ressemble à une peau de crocodile, et je me demande souvent si c’est à cause de ces exercices que je suis, encore aujourd’hui, capable de digérer des petits cailloux ! Il faut que je vous dise aussi mes performances avec ma fronde qui m’auraient certainement permis d’obtenir un succès fou à l’Hippodrome. Laissez-moi vous raconter un de mes exploits que j’ai réalisé avec cet ancien dispositif de guerre, qui va mettre à l’épreuve la crédulité des lecteurs. Je jouais avec ma fronde pendant que je marchais avec mon oncle le long de la rivière. Les truites s’amusaient à la nuit tombante et, de temps en temps, il y en avait une qui sautait hors de l’eau ; son corps brillant se reflétait nettement sur un rocher émergé à l’arrière-plan. Évidemment, n’importe quel garçon aurait pu toucher un poisson dans des conditions aussi favorables, mais j’élaborai un plan beaucoup plus difficile ; je décrivis à mon oncle ce que je voulais faire, dans les moindres détails. Je comptais tirer une pierre qui devait toucher le poisson, l’envoyer contre le rocher et le couper en deux. Aussitôt dit, aussitôt fait. Mon oncle me regarda et cria, en proie à une peur bleue Vade retro Satanas ! Il a fallu que j’attende quelques jours avant qu’il ne m’adressât de nouveau la parole. Je ne parlerai pas des autres exploits, quoique superbes ; j’ai le sentiment, cependant, que je pourrais tranquillement me reposer sur mes lauriers pendant mille ans.

——————————————————

( À Suivre )

MES INVENTIONS de Nikola Tesla.

© 2006-2013 - Terre Nouvelle : www.terrenouvelle.ca/Messages
Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source.

Partager cet article

Published by Lazare - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog