Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2016 1 13 /06 /juin /2016 11:08
Nikola Tesla : Mes inventions (2)
 

MES INVENTIONS

Chapitre I
Mon enfance

Le développement progressif de l’humanité dépend largement de ses inventions qui sont les produits par excellence de son esprit créateur. Son but ultime est la maîtrise totale du monde matériel, l’exploitation des forces de la nature pour les besoins de l’homme. C’est en cela que réside la tâche difficile de l’inventeur qui est souvent incompris et mal récompensé. Toutefois, il trouve d’amples compensations dans le plaisir d’exercer ses pouvoirs et dans le fait de savoir qu’il appartient à une classe exceptionnellement privilégiée, sans laquelle la race aurait péri depuis longtemps dans une lutte pénible contre les éléments impitoyables.

Pour ma part, j’ai déjà pu jouir plus que je ne le demandais de ce plaisir exquis, tant et si bien que pendant plusieurs années, je vécus de manière quasi permanente dans l’extase. J’ai la réputation d’être un travailleur acharné ; cela peut être juste, à condition que l’activité mentale soit synonyme de travail, car c’est à elle que j’ai pratiquement consacré toutes mes heures de veille. Par contre, si on définit le travail comme étant une performance définie, à réaliser en un temps donné et selon des règles strictes, alors, je dois être le pire des paresseux. Chaque effort entrepris sous la contrainte demande le sacrifice d’un peu d’énergie vitale. Je n’ai jamais payé ce prix-là ; au contraire, je me suis toujours épanoui dans mes pensées. Afin de rendre compte de mes activités de manière honnête et cohérente, dans cet ensemble d’articles publiés en collaboration avec les éditeurs de l’Electrical Experimenter, qui sont surtout destinés à nos jeunes lecteurs, il me faut revenir sur les impressions de ma jeunesse, bien que ce soit à contrecoeur, et de rappeler les circonstances et les événements qui ont joué un rôle décisif et déterminant dans ma carrière.

2. Maison natale de Nikola Tesla, à Smiljan en Licko, un comté de Croatie. (À droite, les ruines de l’église de son père). À sa naissance, cette région était un district militaire de l’Austro-Hongrie. (Institut Smithsonian)

Nos premières tentatives sont purement instinctives ; elles nous sont suggérées par une imagination vive et indisciplinée. À mesure que nous grandissons, la raison s’impose et nous devenons de plus en plus ordonnés et méthodiques. Toutefois, ces impulsions de la prime enfance, bien que n’ayant aucune productivité immédiate, sont de la plus haute importance, et peuvent modeler notre destin. En effet, je pense aujourd’hui que si je les avais comprises et entretenues au lieu de chercher à m’en défaire, mon legs à l’humanité en aurait été considérablement enrichi. Car c’est seulement lorsque j’atteignis l’âge adulte, que je pris conscience d’être un inventeur. Cela était dû à un certain nombre de causes. Premièrement, j’avais un frère extraordinairement doué ; il était un esprit rare, un de ces phénomènes de l’intelligence que toutes les investigations biologiques n’ont pas su expliquer. Sa mort prématurée laissa mes parents inconsolables. Nous avions un cheval qui nous avait été offert par un ami de la famille. C’était un animal magnifique, de race arabe, qui avait une intelligence presque humaine ; toute la famille en prenait grand soin et le chouchoutait car il avait, un jour, sauvé la vie de mon père en des circonstances étonnantes. C’était l’hiver, et une nuit, mon père fut appelé pour une urgence ; alors qu’il traversait une montagne envahie par les loups, le cheval prit peur et s’enfuit, après avoir jeté mon père violemment à terre. Il revint à la maison épuisé et ensanglanté, mais lorsque la cloche se mit à sonner l’alarme, le cheval repartit en flèche à l’endroit de l’accident ; l’équipe de recherche n’eût même pas le temps de les rejoindre, mais en route, elle rencontra mon père qui était sorti de son inconscience et était remonté sur son cheval, ne réalisant pas qu’il avait passé plusieurs heures étendu dans la neige. Ce cheval était aussi responsable des blessures de mon frère qui lui furent fatales. Je fus témoin de la scène, et bien que 56 années se soient écoulées depuis, mon impression visuelle n’a rien perdu de sa force. Tous les efforts que je pouvais faire semblaient nuls, en comparaison des résultats que mon frère avait obtenus. Tout ce que je faisais de valable ne faisait qu’intensifier le sentiment de perte de mes parents. C’est pourquoi je grandis avec peu de confiance en moi. Cependant, j’étais loin d’être considéré comme un gamin stupide à en juger par un incident dont je me souviens fort bien. Un jour, les conseillers municipaux passèrent dans la rue où je jouais avec d’autres garçons. Le plus âgé de ces hommes vénérables – un citoyen fortuné – s’arrêta pour nous donner à chacun une pièce en argent. S’approchant de moi, il s’arrêta net et me dit : « Regarde-moi dans les yeux ». Mon regard rencontra le sien, et je tendis ma main pour recevoir la pièce de valeur ; à ma grande consternation, il me dit : « Non ! Toi, tu n’auras rien, tu es trop intelligent ! » Une histoire amusante circulait sur mon compte. J’avais deux vieilles tantes au visage très ridé, et l’une d’elles avait deux dents en saillie, comme les défenses d’un éléphant, qu’elle enfonçait dans mes joues chaque fois qu’elle m’embrassait. Rien ne me faisait plus peur que l’idée d’être enlacé par ces parentes aussi affectueuses que repoussantes. Un jour, alors que ma mère me portait dans ses bras, on m’a demandé laquelle je préférais des deux. Après que j’eus examiné attentivement leurs visages, je dis d’un air dégagé en montrant l’une du doigt : « Celle-ci est moins laide que l’autre. » Par ailleurs, j’étais destiné, depuis ma naissance, à devenir un ecclésiastique et cette idée m’accablait continuellement. J’avais envie de devenir ingénieur, mais mon père était inflexible. Il était le fils d’un officier ayant servi dans l’armée du Grand Napoléon et il avait reçu une éducation militaire, tout comme son frère, qui était professeur de mathématiques dans une institution très importante. Curieusement, il rejoignit plus tard le clergé où il accéda à une position éminente. C’était un homme très instruit, un véritable philosophe naturaliste, un poète et un écrivain et on disait que ses sermons étaient aussi éloquents que ceux d’Abraham à Santa Clara. Il avait une mémoire exceptionnelle, et récitait souvent de longs extraits d’ouvrages en plusieurs langues. Il poussait souvent la plaisanterie en disant que si des textes classiques venaient à disparaître, il saurait les réécrire. Son style était très apprécié, il maniait la satire mieux que personne et ses phrases étaient courtes mais concises. Ses remarques empreintes d’humour étaient toujours originales et caractéristiques. Je peux en donner un ou deux exemples, pour illustrer le sujet. Il y avait, parmi les ouvriers qui aidaient aux travaux de la ferme, un homme qui louchait, appelé Mane. Un jour, alors qu’il fendait du bois, la hache manqua de lui échapper dans son élan et mon père, qui se tenait près de lui ne fut pas très rassuré ; il l’invita à la prudence en ces termes : » Pour l’amour de Dieu, Mane, ne confondez pas ce que vous regardez avec ce que vous voulez cogner ! » Un autre jour, il emmena un ami en promenade qui, négligemment, laissait pendre un pan de son manteau de fourrure contre une roue de la voiture. Mon père le lui fit remarquer en disant : « Relève ton manteau, tu abîmes mon pneu. » Il avait en outre une curieuse manie de se parler à lui-même et il menait souvent des conversations animées, où il donnait libre cours à un raisonnement pétulant, en changeant le ton de sa voix. Un auditeur non averti aurait pu jurer qu’il y avait plusieurs personnes dans la pièce. Bien que je doive toute ma créativité à l’influence de ma mère, l’éducation que mon père m’a donnée m’a certainement été salutaire. Elle comprenait toutes sortes d’exercices, comme celui de deviner les pensées l’un de l’autre, de découvrir les imperfections des locutions, de répéter de très longues phrases et du calcul mental. Ces leçons journalières devaient fortifier ma mémoire et mon raisonnement, et surtout développer mon sens critique ; il ne fait aucun doute qu’elles m’ont été très profitables.

Ma mère descendait d’une des plus anciennes familles du pays et d’une lignée d’inventeurs. Son père et son grand-père inventèrent de nombreux appareils ménagers, ou à usage agricole et autres. C’était véritablement une femme remarquable, dont les dons, le courage et la force morale étaient rares, qui s’était battue contre les aléas de la vie et qui eut affaire à plus d’une expérience éprouvante. Lorsqu’elle avait seize ans, une peste virulente balaya le pays. Son père était sorti pour administrer les derniers sacrements aux mourants, et pendant son absence, elle alla assister une famille voisine touchée par la maladie fatale. Tous les cinq membres de la famille moururent l’un après l’autre. Elle baigna les corps, les habilla et les étendit, les entourant de fleurs selon les coutumes du pays ; au retour de mon père, tout était prêt pour la célébration d’un enterrement chrétien. Ma mère était un inventeur de premier ordre et je pense qu’elle aurait pu faire de grandes choses, si elle n’avait pas été si éloignée de la vie moderne et des nombreuses opportunités qu’elle offrait. Elle inventa et construisit toutes sortes d’instruments et d’appareils, et tissait les plus beaux dessins avec des fils qu’elle avait elle-même préparés. Elle semait même les graines, faisait pousser les plantes et séparait elle-même les fibres. Elle travaillait infatigablement du lever du soleil jusque tard dans la nuit, et la plupart de nos vêtements et de nos tissus d’ameublement étaient le produit de ses mains. À plus de soixante ans, ses doigts étaient toujours suffisamment souples pour pouvoir faire trois noeuds en un clin d’oeil.

Toutefois, il y avait une autre raison très importante, pour laquelle mon pouvoir d’invention se développa si tardivement. Lorsque j’étais un garçonnet, je souffrais d’un handicap très particulier dû à l’apparence d’images, accompagnées souvent de puissants flashes de lumière, qui troublaient ma perception des objets réels et interféraient avec mes pensées et mes actions. C’étaient des images de choses et de scènes que j’avais réellement vues et jamais de celles que j’avais imaginées. Lorsqu’on me disait un mot, l’image de l’objet qu’il désignait se présentait rapidement à ma vue, et parfois je fus incapable de dire si ce que je voyais était réel ou non. Cela me gênait et m’angoissait beaucoup. Aucun des étudiants en psychologie ou en physiologie que j’ai consultés ne pouvait donner une explication satisfaisante à ce phénomène. Il semblerait que mon cas fut unique, bien que je dusse certainement être prédisposé à ce type d’expériences, car je savais que mon frère avait vécu la même chose. Selon ma théorie personnelle, les images étaient le résultat d’une action réflexe du cerveau sur la rétine dans des situations de grande excitation. Ce n’étaient certainement pas des hallucinations comme celles qui apparaissent dans des cerveaux malades et angoissés, car à d’autres égards j’étais tout à fait normal et calme. Pour vous donner une idée de mon malaise, imaginez, par exemple, que j’aie assisté à un enterrement ou à un autre spectacle éprouvant dans la journée ; dans le silence de la nuit suivante, une image très vivante de la scène surgissait immanquablement devant mes yeux sans que je puisse rien faire pour la supprimer. Parfois, elle restait toujours en place, bien que je pusse la traverser avec ma main. Si mon explication est juste, il devrait être possible de projeter sur un écran n’importe quelle visualisation et de la rendre perceptible. Une telle avancée serait une véritable révolution dans les relations humaines. Je suis convaincu que ce prodige peut et va être réalisé dans un futur plus ou moins proche. Je peux même ajouter que j’ai beaucoup réfléchi à ce problème pour essayer de trouver une solution.

Pour me débarrasser de ces images traumatisantes, j’ai tenté de concentrer mon esprit sur l’image d’une perception antérieure, ce qui m’a souvent permis d’obtenir un soulagement temporaire ; mais pour cela, il fallait que je fabrique continuellement de nouvelles images. Cependant, j’eus tôt fait de m’apercevoir que j’étais arrivé à l’épuisement de mon stock d’images, au bout de mon « film », parce que je ne connaissais pas encore grand chose de ce monde – seulement les éléments familiers et mon environnement immédiat. Alors que je pratiquai ce type d’exercice mental pour la seconde ou troisième fois, afin de chasser ces images de mon esprit, je m’aperçus qu’il m’apportait de moins en moins de soulagement. J’ai alors décidé instinctivement de faire des excursions au-delà des limites de mon monde familier mais restreint, et je vis de nouvelles scènes. Au début, elles étaient brouillées et vagues et elles s’évanouissaient lorsque j’essayais de me concentrer sur elles. Toutefois, avec le temps, elles devinrent de plus en plus nettes et distinctes, jusqu’à prendre l’apparence de choses concrètes. Je réalisai bientôt que j’étais au mieux de ma forme lorsque je forçais mon imagination à aller de plus en plus loin, pour obtenir continuellement de nouvelles impressions ; c’est ainsi que je me mis à voyager, mentalement, évidemment. Toutes les nuits, et parfois même pendant le jour, lorsque j’étais seul, j’allais voyager et je découvrais des endroits, des villes et des pays nouveaux. Je vivais là-bas, je rencontrais des gens, je me liais d’amitié avec certaines personnes et aussi incroyable que cela puisse paraître, elles étaient tout aussi aimables et tout aussi expressives que celles dans ma vraie vie.

Je continuais de pratiquer ces exercices jusqu’à 17 ans, lorsque mon esprit se tourna sérieusement vers les inventions. Je m’aperçus, à ma grande joie, que je possédais un immense pouvoir de visualisation. Je n’avais pas besoin de modèles, de dessins ou de faire des expérimentations. Je les imaginais et ils étaient réels dans mon mental. J’ai donc été conduit inconsciemment à créer ce que j’appelle une nouvelle méthode de matérialisation de concepts et d’idées créateurs, qui est en parfaite opposition avec la méthode purement expérimentale et qui est, à mon avis, beaucoup plus rapide et plus efficace. Lorsque quelqu’un commence à construire un appareil pour concrétiser une idée grossière, il est absorbé par tous les détails et imperfections du dispositif. À mesure qu’il le perfectionne et le reconstruit, sa force de concentration diminue et il perd de vue le principe de base. Il peut bien sûr arriver à des résultats de cette manière, mais c’est toujours au détriment de la qualité.

Ma méthode est différente. Je ne me précipite pas dans les travaux pratiques. Lorsque j’ai une idée, je commence tout de suite à l’élaborer dans mon imagination. Je modifie sa construction, je lui apporte des améliorations et je fais marcher l’appareil dans ma tête. Peu importe que je fasse marcher ma turbine dans mon mental ou que je la teste dans mon laboratoire. Je peux même savoir quand elle ne fonctionne plus correctement. Cela ne fait aucune différence pour moi ; les résultats sont les mêmes. C’est ainsi que je peux développer et perfectionner rapidement un concept sans toucher à la matière. Lorsque je suis arrivé au point où j’ai intégré dans mon invention tous les perfectionnements que je puisse imaginer et que je n’y vois plus rien qui ne soit parfait, je passe à la concrétisation de ce produit final élaboré dans mon cerveau. Invariablement l’appareil fonctionne tel que je l’avais imaginé et les expérimentations se passent exactement comme je les avais prévues. Cela fait vingt ans que je fonctionne comme cela, sans qu’il n’y eut jamais d’erreur. Et pourquoi en serait-il autrement ? La construction mécanique et l’électrotechnique conduisent systématiquement aux résultats voulus. Il n’existe pratiquement rien qui ne puisse être calculé ou étudié à l’avance, à partir des théories existantes et des données pratiques. La mise en application d’une idée originelle grossière, telle qu’elle se fait habituellement n’est, pour moi, rien d’autre qu’une perte d’énergie, de temps et d’argent. Toutefois, les revers de mon enfance m’ont encore apporté une autre compensation. Mes exercices mentaux ininterrompus ont développé mes capacités d’observation et m’ont permis de découvrir une vérité de première importance. J’avais remarqué que l’apparence des images était toujours précédée de véritables visions de scènes, dans des conditions particulières et généralement exceptionnelles, et j’étais forcé, à chaque fois, de déterminer l’impulsion originelle. Après quelque temps, cela devint presque automatique, et il me fut de plus en plus facile de faire la connexion entre les effets et leurs causes. À ma grande surprise, je pris bientôt conscience que chacune de mes pensées avait été conditionnée par une impression extérieure et qu’en outre toutes mes actions étaient commandées de la même manière. Au fil du temps, il m’était devenu évident que j’étais un simple automate dont les mouvements s’effectuaient en réaction à des stimuli de mes organes sensoriels, et qui pensait et agissait en conséquence. Dans la pratique, cela rejoint la science des téléautomates (nous dirions aujourd’hui la robotique) qui, pour le moment, est encore balbutiante. Mais ses possibilités latentes vont finir par apparaître au grand jour. Cela fait des années que je projette de construire des automates autonomes et je suis sûr que l’on peut concevoir des mécanismes qui vont fonctionner comme s’ils possédaient un certain degré d’intelligence et qui vont révolutionner le commerce et l’industrie.

C’est vers 12 ans que j’ai réussi pour la première fois, après de gros efforts, à effacer volontairement une vision, mais je n’ai jamais réussi à contrôler les flashes de lumière dont je parlais plus haut. C’était peut-être mon expérience la plus étrange et la plus inexplicable. Ils apparaissaient lorsque j’étais dans une situation dangereuse ou pénible ou lorsque j’exultais. À certaines occasions, j’ai vu des langues de feu partout autour de moi. Au lieu de diminuer, leur intensité n’a fait que croître avec le temps, jusqu’à atteindre leur maximum quand j’eus environ 25 ans. En 1883, alors que j’étais à Paris, un grand industriel français m’envoya une invitation à une partie de chasse que j’acceptai. J’avais passé beaucoup de temps à l’usine et le grand air me revigora. Lorsque je retournai en ville ce soir-là, j’eus la vive impression que ma tête était en feu. Je vis une lumière comme si un petit soleil se trouvait dans mon cerveau, et je passai la nuit à appliquer des compresses froides sur ma tête martyrisée. Finalement, les flashes diminuèrent dans leur fréquence et leur intensité, mais il a fallu plus de trois semaines pour qu’ils cessent complètement. Lorsqu’arriva la seconde invitation, j’ai refusé catégoriquement !

Ces phénomènes lumineux continuent de se manifester de temps en temps, comme lorsque j’ai une nouvelle idée pour faire progresser mes travaux, mais ils ne sont plus aussi déchirants car leur intensité est relativement faible. Lorsque je ferme les yeux, je vois toujours d’abord un fond d’un bleu uniformément sombre, comme le ciel par une nuit claire mais sans étoiles. En l’espace de quelques secondes, ce champ s’anime d’innombrables petites étincelles vertes, disposées en plusieurs couches, qui avancent vers moi. Puis apparaissent sur ma droite deux paires de belles lignes parallèles très étroites qui forment un angle droit, et qui ont toutes les couleurs, mais où le jaune, le vert et l’or prédominent. Ensuite les lignes deviennent de plus en plus éclatantes et l’ensemble est parsemé de taches de lumière scintillante très serrées. Cette image traverse lentement tout le champ de ma vision, et au bout de dix secondes, disparaît sur ma gauche, en laissant un fond d’un gris inerte et déplaisant, qui devient très vite une mer de nuages, cherchant manifestement à se transformer en formes vivantes. Il est étrange que je ne puisse projeter aucune image dans cette mer grise avant la seconde phase. Chaque fois avant de m’endormir, je vois passer des images de personnes ou d’objets. Quand elles apparaissent, je sais que je suis sur le point de sombrer dans le sommeil, mais si elles ne viennent pas, je sais que je vais passer une nuit blanche.

Je vais décrire une autre expérience étrange pour montrer que mon imagination joua un très grand rôle dans mon enfance. Comme la plupart des enfants, j’adorais sauter et j’avais de plus en plus envie de flotter dans les airs. Occasionnellement, un vent très violent et richement chargé d’oxygène se mettait à souffler depuis la montagne ; il rendait mon corps aussi léger que le liège, et alors je sautais et flottais dans les airs pendant un bon moment. C’était une sensation délicieuse et ma déception fut grande, lorsque, plus tard, je perdis mes illusions.

C’est durant cette période que je contractai beaucoup de penchants, d’aversions et d’habitudes dont certains sont imputables à des impressions extérieures, alors que d’autres sont inexplicables. J’avais une profonde aversion pour les boucles d’oreilles des femmes ; toutefois, d’autres bijoux, comme les bracelets, me plaisaient plus ou moins selon leur forme. J’étais au bord de la crise à la seule vue d’une perle, mais le scintillement des cristaux ou d’autres objets aux bords acérés et aux surfaces planes me fascinait. J’aurais été incapable de toucher les cheveux d’une autre personne, sauf, peut-être, sous la menace d’une arme. Je faisais une poussée de fièvre à la seule vue d’une pêche et s’il y avait dans la maison le plus petit morceau de camphre, j’éprouvais un profond malaise. Aujourd’hui encore, il m’arrive d’avoir quelques-uns de ces comportements compulsifs bouleversants. Lorsque je fais tomber des petits bouts de papier dans une coupelle remplie d’eau, je ressens dans ma bouche un goût bizarre et détestable. Je comptais le nombre de pas que je faisais en marchant, et je calculais le volume des assiettes à soupe, des tasses de café et des aliments, car si je ne le faisais pas je n’avais aucune envie de manger. Toutes mes opérations, ou tout ce que je faisais de manière répétitive, devaient être divisibles par trois et si ce n’était pas le cas, je me sentais dans l’obligation de tout recommencer à zéro, même si cela me demandait des heures.

Jusqu’à l’âge de huit ans, j’avais un caractère faible et inconstant. Je n’avais ni le courage, ni la force de prendre une décision ferme. Mes émotions arrivaient par impulsions et ne cessaient de passer d’un extrême à l’autre. Mes désirs avaient une force brûlante et ils se multipliaient, comme la tête des hydres. J’étais opprimé par des pensées de souffrance liées à la vie et la mort, et une peur religieuse. J’étais gouverné par des superstitions et angoissé par l’esprit du diable, de fantômes et d’ogres, et autres monstres terribles des ténèbres. Et puis, tout à coup, les choses ont changé du tout au tout et le cours de toute ma vie en fut altéré.

Ce que j’aimais par-dessus tout, c’était les livres. Mon père avait une grande bibliothèque et dès que je le pouvais, j’essayais d’apaiser ma soif de lecture. Toutefois, il me l’interdisait et il rageait lorsqu’il me prenait en flagrant délit. Il cacha les bougies lorsqu’il découvrit que je lisais en cachette. Il ne voulait pas que je m’abîme les yeux. Néanmoins, je réussis à me procurer du suif, et je me suis fabriqué une mèche, j’ai coulé des bougies dans des formes en étain, et chaque nuit, je bouchais le trou de la serrure et les fentes dans la porte ; c’est ainsi que je pouvais lire toute la nuit pendant que les autres dormaient, jusqu’à l’heure où ma mère reprenait ses tâches ménagères pénibles. Un soir, je tombai sur une histoire intitulée « Abafi » (le fils d’Aba), une traduction serbe de l’auteur hongrois bien connu, Josika. Cet ouvrage réussit à réveiller mon pouvoir de volonté latent, et je commençai à pratiquer le self-control. Au début, mes résolutions fondirent comme neige au soleil, mais après quelque temps, je réussis à maîtriser ma faiblesse et ressentis une jouissance inconnue jusque là : celle de pouvoir faire exactement ce que je voulais. Au fil du temps, ces exercices mentaux rigoureux devinrent ma seconde nature. Au début, je dus maîtriser mes désirs, mais progressivement mes aspirations et ma volonté ne firent plus qu’un. Des années de discipline m’ont permis d’atteindre à une parfaite maîtrise de moi-même et je m’adonnais à des passions qui, même pour les hommes les plus forts, auraient pu être mortelles. À une époque donnée, je fus pris par la manie du jeu, ce qui inquiéta beaucoup mes parents. Toutefois, jouer aux cartes était pour moi la quintessence du plaisir. Mon père menait une vie exemplaire, et il ne pouvait pas me pardonner ce gaspillage irraisonné de temps et d’argent. J’étais très fort dans mes résolutions, mais ma philosophie ne valait rien. Je dis à mon père : « Je peux m’arrêter quand je veux, mais faut-il que j’abandonne quelque chose que je ne voudrais échanger contre toutes les joies du paradis ? » Il donnait souvent libre cours à sa colère et son mépris, mais ma mère réagissait différemment. Elle comprenait le caractère des hommes et elle savait que leur propre salut ne pouvait être atteint qu’au prix d’efforts personnels. Je me rappelle qu’un après-midi, alors que j’avais tout perdu au jeu et que je réclamais de l’argent pour un dernier jeu, elle s’avança vers moi avec une liasse de billets et me dit : « Va et amuse-toi. Plus vite tu auras perdu tout ce que nous possédons, mieux ce sera. Je sais que cela te passera. » Elle avait raison. C’est à ce moment précis que je domptai ma passion, et la seule chose que je regrette, c’est qu’elle ne fût pas cent fois plus forte. Je l’ai non seulement vaincue, mais je l’ai arrachée de mon coeur, au point qu’il ne resta pas une seule trace de désir. Depuis ce jour-là, je me moque des jeux comme de ma première chemise.

À une autre époque, je fumais énormément, tant et si bien que ma santé fut menacée. Là encore, ma volonté s’imposa et j’ai non seulement arrêté de fumer, mais j’ai tué tout ce qui entretenait ce mauvais penchant. Il y a longtemps, je souffrais du coeur, jusqu’à ce que je découvrisse que la cause en était la tasse de café innocente que j’avalais tous les matins. Je me suis arrêté net, bien que, je l’avoue, ce ne fut pas chose facile. C’est de cette même manière que j’ai vérifié et mis un frein à d’autres habitudes et passions, et j’ai non seulement sauvé ma vie, mais j’ai aussi éprouvé une énorme satisfaction de ce que la plupart des hommes appelleraient privation et sacrifice.

À la fin de mes études à l’Institut Polytechnique et à l’Université, je tombai dans une grave dépression nerveuse, et pendant tout le temps de ma maladie, je vécus de nombreux phénomènes bizarres et incroyables.

——————————————————

( À Suivre )

MES INVENTIONS de Nikola Tesla.

© 2006-2013 - Terre Nouvelle : www.terrenouvelle.ca/Messages
Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source.
         

Partager cet article

Published by Lazare - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog