Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 juillet 2012 1 16 /07 /juillet /2012 10:52

mouvement perpetuel

 

 

 

A ce jour, on peut lire sur le mouvement perpétuel que son impossibilité découle des lois de la thermodynamique.

Néanmoins, le mouvement perpétuel en question n'a rien à voir avec ces dernières, car il découle de la loi la plus fondamentale de la nature, le principe unificateur de l'univers, la condition même de la connaissance scientifique, la relativité, et plus précisément le principe de relativité générale "d'échelle de grandeur" autrement exprimé : violation du principe d'équivalence.

Le mouvement perpétuel est la transformation physique d'un système réversible et cyclique pour faire du travail sans consommation d'énergie.
Il se présente sous la forme d'une roue sur laquelle sont fixés des mécanismes réversibles, ce qui la rend automatiquement réversible.

Chaque mécanisme est équipé d'un levier de commande qui se déplace dans un angle de 22,5 degrés, ce qui détermine suivant sa longueur, l'espace dans lequel il peut évoluer, et d'un poussoir qui permet de transformer sous la pression du levier de commande actionné par l’énergie sous forme de moment cinétique introduite dans la machine, un mouvement rotatif en mouvement rectiligne, provoquant ainsi le déplacement d'une masse " invariante " et la compression d'un ressort, ce qui rend automatiquement cette dernière positivement mais inversement chargée.

Il y a 2 butées pour obtenir le mouvement de chaque levier de commande : une en bas de la roue, et l'autre en haut.

Au passage de la butée du bas, la masse, par l'intermédiaire du levier de commande et du poussoir, est positivement rapprochée du barycentre de la roue mais inversement du centre de la terre, une biellette fonctionnant par gravitation la maintient dans cette position; la roue, en tournant, rencontre la 2ème butée qui se trouve en haut. Le levier de commande, à ce moment précis, permet à la biellette de se dégager par gravitation et au ressort de renvoyer la masse à sa position initiale de départ, mais une deuxième fois éloignée du centre de la terre, ce qui explique la réversibilité d'un mécanisme et, par là même, de la machine.

Au moment où la masse du bas est rapprochée du barycentre de la roue, et que celle du haut est revenue en arrière à sa position de départ initiale, ces dernières se trouvent en superposition d'états
.
La roue, en tournant, permet, dans une unité de temps, à la masse qui se trouve en haut, plus loin et en bas en tournant plus près du centre de la terre, de parcourir une distance plus grande que celle qui se trouve en haut plus près et en bas en tournant plus loin du centre de la terre. Et comme la relativité "d'échelle de grandeur", par rapport au barycentre de la roue, est restreinte pour 2 masses elle devient générale pour toutes les masses.

Il se produit une dichotomie au profit des masses éloignées du barycentre de la roue, ce qui explique l'énergie sous forme de moments cinétiques (balourds additionnés), et par là même sa conservation.

Le barycentre de la roue se trouvant relativement déplacé, cette dernière se trouve en perpétuelle recherche d'un impossible équilibre.

Seul le déport des masses permet de définir le nombre de mécanismes pour que le couple moteur surpasse le moment antagoniste, et cela sur la base de la loi de la gravitation universelle.

Cette loi de la gravitation universelle dit :

Que la matière attire la matière, en raison directe des masses, ce qui signifie qu’une masse double, triple, quadruple exerce à la même distance une attraction double, triple, quadruple.
La matière attire la matière, en raison inverse du carré des distances, ce qui signifie qu’une masse placée successivement à une distance double, triple, quadruple du corps attiré, exerce sur lui, une attraction quatre fois, neuf fois, seize fois moins intense.
Une masse sphérique attire comme si toute sa substance était réunie à son centre, vers lequel, le corps attiré, tend à se diriger et se dirige en effet, si aucune cause ne l'en empêche.

La masse ayant un poids de 2,240Kg a donc un demi-produit de 1,120Kg, ce dernier le demi-produit 1,120Kg face à 4,480Kg devient 1/4 de produit parce que le moment antagoniste est composé d'une masse et d’une compression qu'il faut monter (en somme le poids de 2 masses) l'inverse carré de 4 est bien 1 : 4 = 1/4 et 1 x 4 = 4, mais étant donné que la roue est réversible, on peut très bien l’expliquer par une simple démonstration géométrique, ce qui permet de supprimer toutes sortes d'équations.

 

Lire la suite sur : link

 

Audio : link

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog