Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 avril 2020 3 29 /04 /avril /2020 03:57
Et si le #Coronavirus était sorti du labo P4 de Wuhan ?
 
 

Trois informations ont retenu mon attention. Les sources sont publiques, consultables et citées en fin d’article : il n’y a aucun conspirationnisme, c’est en béton armé.

 

1 – 5 mai 2013. Le Parisien publie un article au titre particulièrement préoccupant, en pleine pandémie mondiale de virus chinois : « Un virus inquiétant créé en Chine ». Créé, fabriqué de la main de l’homme (1).

L’article dit ceci – extraits :

Des scientifiques tirent la sonnette d’alarme après avoir appris que des biologistes chinois ont créé un dangereux virus hybride de la grippe aviaire.

Une équipe de chercheurs de l’université agricole du Gansu a donné naissance à un nouveau virus, mélangeant des gènes de H5N1 et de H1N1.

• Le premier, le H5N1, a contaminé 628 personnes depuis 2003. Il est mortel dans 60% des cas, et peut être transmis à l’homme par les oiseaux, mais pas d’humain à humain.

• L’autre, le H1N1, est apparu au Mexique en 2009. Il n’est pas réputé plus mortel qu’une grippe ordinaire mais il est hautement contagieux. Il aurait infecté un cinquième de la population mondiale lors de la pandémie de cette année-là, tuant 18 000 personnes.

• L’hybride made in China a pris le pire des deux, avec cette caractéristique inquiétante : il se transmet très facilement via les voies respiratoires. Par un simple éternuement, par exemple.

• L’Institut Pasteur alerte : « Une erreur de manipulation, une fuite, une mauvaise intention et un virus OGM de ce genre peut aisément contaminer les gens, provoquer entre 100 000 et 100 millions de morts», estime Simon Wain Hobson de l’Institut Pasteur.

La conclusion de l’article n’est pas moins inquiétante :

Il y a deux ans, des recherches similaires, conduites aux Pays-Bas et aux Etats-Unis, s’étaient vues interdites de publication, par peur de récupération terroriste, et un moratoire décrété

http://www.leparisien.fr/archives/un-virus-inquietant-cree-en-chine-05-05-2013-2779705.php
 
 

Levée du moratoire

 

Le 21 juin 2013, la revue scientifique Nature (2), évoquait le danger potentiel de telles études, tout en reconnaissant leur utilité scientifique.

À la suite d’un débat animé sur les questions de biosécurité soulevées par ces travaux, la communauté des scientifiques de la grippe a instauré un moratoire volontaire d’un an sur la recherche qui produirait d’autres souches transmissibles.

Les expériences de Chen [Hualan Chen, virologiste à l’Institut de recherche vétérinaire de Harbin de l’Académie chinoise des sciences, qui a dirigé l’étude] étaient toutes terminées avant l’entrée en vigueur du moratoire, mais on peut s’attendre à d’autres travaux de cette nature maintenant que le moratoire a été levé.

« Je crois que ces recherches sont essentielles pour comprendre la grippe », a déclaré Jeremy Farrar, directeur de l’unité de recherche clinique de l’université d’Oxford à Ho Chi Minh Ville, Vietnam.

« Mais de tels travaux, où que ce soit dans le monde, doivent être étroitement réglementés et menés dans les installations les plus sûres, qui sont enregistrées et certifiées selon une norme internationale commune ».

https://www.nature.com/news/scientists-create-hybrid-flu-that-can-go-airborne-1.12925

Malgré les risques, les recherches sur la souche artificielle mortelle du virus H5N1 reprirent, précisait le South China Morning Post du 25 janvier 2013 (3) :

Des expériences controversées utilisant une souche artificielle mais mortelle de grippe aviaire vont reprendre après que les scientifiques aient accepté de suivre de nouvelles directives strictes en matière de biosécurité.

Les expériences avec une version mortelle et mutée artificiellement du virus de la grippe aviaire devraient reprendre dans quelques semaines, mettant fin à une suspension d’un an de la recherche provoquée par un tollé mondial sur les risques.

https://www.scmp.com/news/hong-kong/article/1135461/research-resume-deadly-artificial-strain-h5n1-virus
 

2
La Chine accuse : « les Etats-Unis ont créé une arme biologique »

 

Préambule : aucun homme n’accepte librement et de plein gré de vivre dans un régime communiste. La contrainte physique et morale, la propagande, la terreur et la censure sont indispensables pour anéantir toute résistance des citoyens ainsi emprisonnés dans ce système.

La Chine, dictature communiste ne fait pas exception. Je suis surpris de devoir constamment le rappeler, tant mes confrères de la grande presse font comme s’il s’agissait d’une démocratie ouverte de type occidental, un pays libre, et non l’une des trois formes de régime totalitaire que la terre ait connu, sans liberté d’expression, sans droits de l’homme, où toute information est strictement contrôlée par le parti et ses organes de presse, à des fins de propagande.

Rien de ce que publie la Chine n’est laissé au hasard. Tout a une raison.

Et donc, le 9 avril 2013, quand les médias occidentaux rapportaient l’inquiétude des scientifiques sur la fabrication d’un nouveau virus chinois, et se demandaient, de la façon la plus politiquement correcte qui soit, pour quelle raison la Chine avait créé ce virus mutant, elle a accusé l’administration Obama d’avoir fabriqué une arme biologique et de l’avoir dirigée contre la Chine.

 

Alors que personne – j’ai vérifié – n’avait accusé la Chine d’avoir fabriqué une arme biologique, la Chine passait à l’offensive et accusait. Et vous le constatez tous les jours dans vos médias : lorsque quelqu’un à gauche accuse, c’est qu’il est lui-même coupable des fautes qu’il reproche au camp opposé.

  • Le colonel Dai Xu de l’Armée populaire de libération a déclaré que les États-Unis ont libéré le virus H7N9 de la grippe aviaire en Chine, un acte de guerre biologique, selon un article publié sur son blog samedi (4).
  • L’accusation a d’abord été rapportée dans le Southern Metropolis Daily, un journal d’État de la ville de Guangzhou, puis reprise par plusieurs organes de presse en Asie.

 

3
Le coronavirus est probablement né dans le laboratoire P4 de Wuhan, pas au marché alimentaire

 

Le très à gauche Washington Post ne se risquerait pas à accuser la Chine, son voisin idéologique, sans de bonnes et solides raisons. Et tout en affirmant que les responsables des services de renseignement américains ne pensent pas que la pandémie ait été causée par une action délibérée, il affirme désormais (5), que le marché aux poissons de Wuhan est de moins en moins la source la plus crédible de l’origine du virus chinois.

Le principal suspect est la transmission « naturelle » des chauves-souris à l’homme, peut-être par l’intermédiaire de marchés insalubres. Mais les scientifiques n’excluent pas qu’un accident survenu dans un laboratoire de recherche à Wuhan ait pu propager un virus de chauve-souris mortel qui avait été collecté pour une étude scientifique.

https://www.washingtonpost.com/opinions/global-opinions/how-did-covid-19-begin-its-initial-origin-story-is-shaky/2020/04/02/1475d488-7521-11ea-87da-77a8136c1a6d_story.html

« Bonne science, mauvaise sécurité », c’est ainsi que le sénateur Tom Cotton (Républicain de l’Arkansas) a formulé son hypothèse dans un tweet du 16 février, parlant d’une brèche dans le laboratoire de Wuhan comme la cause la plus probable, et non une fuite accidentelle d’une « arme biologique » ou une « diffusion délibérée ».

1. Natural (still the most likely, but almost certainly not from the Wuhan food market)

 

2. Good science, bad safety (eg, they were researching things like diagnostic testing and vaccines, but an accidental breach occurred)

Sérieux doute sur le marché de Wuhan

 

S’appuyant sur quatre arguments, le Washington Post émet des réserves sur le narratif généralement admis que le coronavirus provient du marché aux fruits de mer de Wuhan.

Que le virus ait été propagé par des personnes ayant mangé des animaux contaminés aux marchés aux fruits de mer Huanan de Wuhan – est douteux, écrit le journaliste David Ignatus.

https://www.washingtonpost.com/opinions/global-opinions/how-did-covid-19-begin-its-initial-origin-story-is-shaky/2020/04/02/1475d488-7521-11ea-87da-77a8136c1a6d_story.html
  1. Par séquençage génétique, les scientifiques ont identifié la source du coronavirus comme étant la chauve-souris.
  2. Sauf que les chauves-souris ne sont pas en vente au marché aux fruits de mer. Même s’il est vrai que ce marché ou d’autres aient pu vendre des animaux qui ont été en contact avec des chauves-souris.
  3. Le magazine Lancet a noté (6) dans une étude de janvier que près de la moitié des premiers cas de covid-19 chinois à Wuhan n’avaient eu aucun lien ni contact avec le marché aux fruits de mer.
  4. Les chercheurs du laboratoire de recherche et de l’Institut de virologie de Wuhan, situé à proximité, ont publié des articles sur la collecte de coronavirus de chauves-souris dans toute la Chine, afin de les étudier pour prévenir de futures maladies. L’un de ces échantillons a-t-il fui, ou des déchets dangereux ont-ils été déposés dans un endroit où ils pourraient se propager, interroge le WaPo ?

 

Le laboratoire de recherche est à 250 mètres du marché !

 

 

Dans un article publié le 18 février 2020, le Daily Mail britannique (7) se demande si le virus est né dans le laboratoire du gouvernement chinois de Wuhan, et il fait remarquer que ce laboratoire ne se trouve qu’à moins de 300 mètres du marché aux poissons.

L’un des chercheurs du laboratoire a déclaré s’être mis en quarantaine pendant deux semaines après que le sang d’une chauve-souris se soit déposé sur sa peau. Ce même chercheur s’était précédemment mis en quarantaine après qu’une chauve-souris ait uriné sur lui (7). Il a également évoqué la découverte d’une tique vivante provenant d’une chauve-souris – un parasite connu pour sa capacité à transmettre des infections par le sang d’un animal hôte.

 

Une chauve-souris a mordu un chercheur

 

Le Daily Mail explique :

Selon un nouveau document choc de l’Université technologique de Chine du Sud, parrainée par Pékin, le Centre de contrôle des maladies de Wuhan (WHCDC) pourrait avoir engendré la contagion dans la province de Hubei.

« Les origines possibles du coronavirus 2019-nCoV », un article rédigé par les chercheurs Botao Xiao et Lei Xiao, affirme que le WHCDC a conservé des animaux malades dans ses laboratoires, dont 605 chauves-souris.

Il mentionne également que les chauves-souris – qui sont liées au coronavirus – ont attaqué un chercheur et que « du sang de chauve-souris était sur sa peau ».

https://www.dailymail.co.uk/news/article-8009669/Did-coronavirus-originate-Chinese-government-laboratory.html
 

D’autres arguments contredisent la thèse du marché aux poissons

 

  • Selon le rapport de l’Université technologique de Chine du Sud mentionné par le Daily Mail, « les séquences du génome des animaux du laboratoire sont identiques à 96% ou 89% au coronavirus Bat CoV ZC45 trouvé à l’origine dans Rhinolophus affinis (chauve-souris en fer à cheval) ».
  • Problème : les seules chauves-souris de cette catégorie se trouvent à environ 1000 km du marché aux fruits de mer de Wuhan, et la probabilité que des chauves-souris viennent des provinces du Yunnan et du Zhejiang est minime.
  • De plus, il semble que la population locale ne mange pas de chauves-souris, comme en témoignent 31 résidents et 28 visiteurs interrogés à l’époque par l’université.
  • Enfin, le laboratoire est adjacent à l’Union Hospital où le premier groupe de médecins a été infecté.

 

Les doutes de Richard Ebright, microbiologiste et expert en biosécurité

 

Richard Ebright dans un email publié par le Washington Post (6), explique que l’infection « pourrait aussi avoir eu lieu comme un accident de laboratoire, avec, par exemple, l’infection accidentelle d’un employé de laboratoire

En appui de cette hypothèse, l’expert apporte des précisions très importantes que je ne crois pas avoir croisées dans la presse habituelle, et que je vous indique ici.

  • Il note que le coronavirus des chauves-souris a été étudié à Wuhan à dans un environnement de biosécurité de niveau 2, « qui n’offre qu’une protection minimale », par rapport à la biosécurité maximum de niveau 4 supérieure.
  • Ebright dit avoir vu une vidéo de décembre [2019] du CDC de Wuhan qui montre des employés « collectant des coronavirus de chauves-souris avec un équipement de protection personnel inadéquat et des pratiques opérationnelles dangereuses ».
  • « Séparément, j’ai passé en revue deux articles chinois de 2017 et 2019, dit Ebright, décrivant « l’héroïsme » de Tian Junhua, chercheur au CDC de Wuhan, qui, lors de la capture de chauves-souris dans une grotte, a « oublié de prendre des mesures de protection » de sorte que « l’urine de chauve-souris s’écoulait du haut de sa tête comme des gouttes de pluie ».
  •  

Une étude chinoise étrangement supprimée

 

En février, un site appelé ResearchGate a publié un article signé par Botao Xiao et Lei Xiao de l’Université de technologie du sud de la Chine à Guangzhou [une ville aux origines européennes marquées, dans laquelle l’auteur de cet article aime se rendre – en temps normal].

L’étude maintenant supprimée commence par ces mots :

Nous avons remarqué deux laboratoires effectuant des recherches sur le coronavirus des chauves-souris à Wuhan, dont l’un se trouvait à seulement 280 mètres du marché aux fruits de mer.

Nous avons brièvement examiné les antécédents des laboratoires et avons proposé l’idée que le coronavirus provienne probablement d’un des laboratoires.

Notre proposition prévoyait une autre origine du virus, en plus de la recombinaison naturelle et de l’hôte intermédiaire.

En plus des origines de la recombinaison naturelle et de l’hôte intermédiaire, le coronavirus tueur provient probablement d’un laboratoire de Wuhan. Le niveau de sécurité pourrait devoir être renforcé dans les laboratoires à haut risque biologique », conclut l’article.

https://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:gsyImTwt2DkJ:https://wattsupwiththat.com/wp-content/uploads/2020/02/PDF-The-possible-origins-of-2019-nCoV-coronavirus.pdf+&cd=1&hl=en&ct=clnk&gl=us&client=safari

Botao Xiao a déclaré au Wall Street Journal (9)en février qu’il avait retiré l’article parce qu’il « n’était pas étayé par des preuves directes ». Vous pouvez le consulter dans le cache de Google (8).

Voici les arguments que les universitaires avancent :

  1. Un article publié sur The Lancet rapporte que sur les 41 personnes de Wuhan atteintes du syndrome respiratoire aigu, seulement 27 d’entre elles ont été en contact avec le marché aux poissons Huanan.
  2. Le CoV-2019 n’a été trouvé que dans 33 des 585 échantillons prélevés sur le marché après l’apparition du foyer.
  3. Les chauves-souris portant le virus se trouvent dans le Yunnan et la province du Zhejiang, deux régions situées à plus de 900 kilomètres du marché aux fruits de mer de Wuhan.
    1. Les chauves-souris vivent généralement dans des grottes et des arbres.
    2. Mais le marché aux fruits de mer se trouve dans un quartier très peuplé de Wuhan, une métropole de 15 millions d’habitants. La probabilité que les chauves-souris volent jusqu’au marché est très faible.
    3. Selon les rapports municipaux et les témoignages de 31 résidents et 28 visiteurs, la chauve-souris n’a jamais été une source de nourriture dans la ville, et aucune chauve-souris n’a été vendue sur le marché.

L’étude poursuit :

Y avait-il une autre source possible ?

Nous avons examiné la zone autour du marché aux fruits de mer, et identifié deux laboratoires menant des recherches sur le coronavirus des chauves-souris.

• À environ 280 mètres du marché se trouvait le Centre de contrôle et de prévention des maladies de Wuhan (WHCDC). Le WHCDC accueille des animaux dans des laboratoires de recherche, dont l’un était spécialisé dans la collecte et l’identification des agents pathogènes. Dans l’une de leurs études, 155 chauves-souris, dont Rhinolophus affinis, ont été capturées dans la province de Hubei, et 450 autres chauves-souris ont été capturées dans la province de Zhejiang.

De plus, sur des journaux et des sites web nationaux en 2017 et 2019, il est indiqué qu’un des chercheurs a été une fois attaqué par des chauves-souris (10).

Il savait que le sang d’une chauve-souris était extrêmement dangereux et il s’est donc mis en quarantaine pendant 14 jours.

Lors d’un autre accident, il s’est remis en quarantaine parce que des chauves-souris lui ont uriné dessus. Il a par ailleurs déclaré avoir été ravi d’avoir capturé une chauve-souris portant une tique vivante.

Les animaux en cage étaient opérés et des échantillons de tissus étaient prélevés pour l’extraction et le séquençage de l’ADN et de l’ARN. Les échantillons de tissus et les déchets contaminés sont une source d’agents pathogènes. Ils se trouvaient à seulement 280 mètres du marché aux fruits de mer. Le WHCDC était également adjacent à l’Union Hospital où le premier groupe de médecins a été infecté au cours de cette épidémie.

• Le second laboratoire se trouve à environ 12 kilomètres du marché aux fruits de mer, et appartient à l’Institut de virologie de Wuhan, Académie chinoise des sciences.

Ce laboratoire a signalé que les chauves-souris à « fer à cheval » sont des réservoirs naturels du coronavirus du syndrome acuterespiratoire grave (SRAS-CoV) qui a causé la pandémie de 2002-2003.

 

L’étude conclut par cette recommandation

 

En résumé, quelqu’un est empêtré dans l’évolution du coronavirus 2019-nCoV.

En plus des origines de la recombinaison naturelle et de l’hôte intermédiaire, le coronavirus tueur est probablement originaire d’un laboratoire de Wuhan.

Le niveau de sécurité pourrait devoir être renforcé dans les laboratoires à haut risque biologique.

Des réglementations peuvent être prises pour déplacer ces laboratoires loin du centre-ville et d’autres lieux densément peuplés.

https://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:gsyImTwt2DkJ:https://wattsupwiththat.com/wp-content/uploads/2020/02/PDF-The-possible-origins-of-2019-nCoV-coronavirus.pdf+&cd=1&hl=en&ct=clnk&gl=us&client=safari
 

Soyons clairs

 

  • Les responsables des services de renseignement américains pensent qu’il n’y a, à la date d’aujourd’hui aucune preuve que le coronavirus a été créé en laboratoire comme arme biologique.
  • Plusieurs recherches scientifiques affirment que le virus n’a pas été créé par l’homme et qu’il provient de chauves-souris.

 

Conclusion

 

Mon métier n’est pas de spéculer – je laisse ça aux journalistes du Monde et de France Inter – mais de vous informer, honnêtement. Je ne fais pas d’hypothèses, pas d’attaques vicieuses ni de brosse à reluire, et je ne protège personne. Je fournis l’information, les faits, strictement les faits, et je vous les présente. Ça sert à ça, un journaliste. C’est le contraire de ce que font les médias, qui vous demandent de croire ce qu’ils vous disent et surtout de ne pas réfléchir.

  • Il est possible que le virus soit sorti du labo de Wuhan. De plus en plus de journalistes le pensent, après qu’ils aient traîné dans la boue et accusé de complotistes les sites internet qui en avançaient l’hypothèse au mois de février.
  • Il est probable qu’il s’agisse d’un virus accidentellement libéré dans la nature, la probabilité est si forte que les scientifiques avaient exigé – et obtenu – un moratoire de deux ans en 2013.
  • Il est possible, même si c’est moins probable, selon les premiers comptes rendus des revues scientifiques, que le coronavirus soit lui aussi un virus fabriqué.

Mais en supposant que tout ce qui précède soit vrai, et ce n’est pas totalement fantaisiste, rien de tout cela ne permet de dire que la Chine a intentionnellement libéré une arme bactériologique dans l’atmosphère. Là se trouve la ligne rouge, et je la trace avec force.

Dire que la Chine aurait intentionnellement empoisonné le monde, c’est de la spéculation, et je me répète, je n’en fais pas, je le laisse aux sites conspirationnistes. C’est toute la différence entre les faits et les théories du complot. Très peu pour moi, vous ne trouverez jamais cela sous ma plume.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info

 

  1. http://www.leparisien.fr/archives/un-virus-inquietant-cree-en-chine-05-05-2013-2779705.php
  2. https://www.nature.com/news/scientists-create-hybrid-flu-that-can-go-airborne-1.12925
  3. https://www.scmp.com/news/hong-kong/article/1135461/research-resume-deadly-artificial-strain-h5n1-virus
  4. https://freebeacon.com/national-security/the-american-flu/
  5. https://www.washingtonpost.com/opinions/global-opinions/how-did-covid-19-begin-its-initial-origin-story-is-shaky/2020/04/02/1475d488-7521-11ea-87da-77a8136c1a6d_story.html
  6. https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(20)30183-5/fulltext
  7. https://www.dailymail.co.uk/news/article-8009669/Did-coronavirus-originate-Chinese-government-laboratory.html
  8. https://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:gsyImTwt2DkJ:https://wattsupwiththat.com/wp-content/uploads/2020/02/PDF-The-possible-origins-of-2019-nCoV-coronavirus.pdf+&cd=1&hl=en&ct=clnk&gl=us&client=safari
  9. https://www.wsj.com/articles/coronavirus-epidemic-draws-scrutiny-to-labs-handling-deadly-pathogens-11583349777
  10. Tao P. Expert in Wuhan collected ten thousands animals: capture bats in mountain at night.Changjiang Times 2017

Partager cet article

Repost0

commentaires

christian 30/04/2020 09:35

Bonjour, un virus manipulé par l homme fais pour tuer , voila pour moi la réponse

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog