Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 avril 2020 4 23 /04 /avril /2020 05:32

Le 24 mars, Bill Gates a accordé une interview très révélatrice de 50 minutes à Chris Anderson. Anderson est le conservateur de TED, l’organisation à but non lucratif qui dirige les TED Talks.

L’interview de Gates est la deuxième d’une nouvelle série d’interviews quotidiennes « Ted Connects » centrées sur le COVID-19. C’est ce que l’on peut lire sur le site web de la série :

 

TED Connects : Community and Hope est une série de conversations quotidiennes, gratuites et en direct, avec des experts dont les idées peuvent nous aider à réfléchir et à traverser cette période d’incertitude avec un sens des responsabilités, de la compassion et de la sagesse ».

Anderson a demandé à Gates, vers 3:49, dans la vidéo de l’interview – qui a été visionnée plus de trois millions de fois – de parler d’un article de Gates intitulé « Perspective », publié le 28 février dans le New England Journal of Medicine.

« Vous avez écrit que cela pourrait être la pandémie unique en son genre que les gens craignent depuis un siècle. C’est toujours comme ça que vous l’envisagez », a demandé Anderson.

« Eh bien, c’est terrible de dire cela mais, nous pourrions avoir un virus respiratoire dont le taux de létalité serait encore plus élevé. Si c’était quelque chose comme la variole, cela tuerait 30 % des gens. C’est donc horrible », a répondu M. Gates.

« Mais, en fait, la plupart des gens, même ceux qui attrapent la maladie COVID, sont capables de survivre. C’est donc une maladie très infectieuse, bien plus infectieuse que le MERS [Syndrome respiratoire du Moyen-Orient] ou le SRAS [Syndrome respiratoire aigu sévère]. Mais ce n’est pas aussi fatal qu’ils ne l’étaient. Et pourtant, les perturbations que nous constatons pour le faire tomber sont vraiment sans précédent ».

Plus loin dans l’interview, M. Gates réitère les conséquences désastreuses pour l’économie mondiale.

« Nous avons besoin d’un message clair à ce sujet », a déclaré M. Gates à partir de 26:52.

« Il est vraiment tragique que les effets économiques de cette situation soient très dramatiques. Je veux dire que rien de tel n’est jamais arrivé à l’économie de notre vivant. Mais… ramener l’économie et faire de l’argent, c’est plus réversible que de ramener les gens à la vie. Donc nous allons prendre la douleur dans la dimension économique, une douleur énorme, afin de minimiser la douleur dans la dimension de la maladie et de la mort ».

Toutefois, cela va directement à l’encontre de l’impératif d’équilibrer les avantages et les coûts des mesures de dépistage, de test et de traitement de chaque maladie – comme cela a été promulgué avec succès pendant des années par la campagne « Choisir judicieusement« , par exemple – afin d’offrir le maximum d’avantages aux patients individuels et à la société dans son ensemble

Comme l’indique un article paru le 1er avril dans OffGuardian, il pourrait y avoir beaucoup plus de décès dus à l’effondrement économique qu’au COVID-19 lui-même.

« Au dire de tous, l’impact de la réponse sera important, de grande portée et durable, »

Kevin Ryan a écrit dans l’article. Ryan a estimé que plus de deux millions de personnes vont probablement mourir des suites du verrouillage et d’autres mesures drastiques visant à renforcer la « distanciation sociale ».

Des millions de personnes pourraient potentiellement mourir de suicide, de toxicomanie, d’absence de couverture médicale ou de traitement, de pauvreté et de manque d’accès à la nourriture, en plus d’autres problèmes sociaux, médicaux et de santé publique prévisibles découlant de la réponse au COVID-19.

Gates et Anderson n’ont évoqué aucune de ces séquelles. Ils se sont plutôt concentrés sur la mise en place rapide de tests et d’interventions médicales pour le COVID-19.

M. Gates a déclaré vers 30:29 dans l’interview que lui et une grande équipe s’activaient rapidement pour tester les antiviraux, les vaccins et d’autres produits thérapeutiques et les mettre sur le marché le plus rapidement possible.

La Fondation Gates et le Wellcome Trust, avec le soutien de Mastercard et maintenant d’autres, ont créé cet accélérateur thérapeutique pour vraiment trier les [candidats thérapeutiques]…

Des centaines de personnes se présentent et disent : « Essayez ceci, essayez cela ». Nous examinons donc les essais en laboratoire, les modèles animaux, et nous comprenons ainsi quelles sont les choses à privilégier pour ces essais humains très rapides qui doivent être réalisés partout dans le monde ».

La phase d’accélération a eu lieu le 10 mars avec un financement d’amorçage d’environ 125 millions de dollars. Trois jours plus tard, Gates a quitté Microsoft.

Peu de temps avant, le 23 janvier, l’organisation de M. Gates, la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI), a annoncé qu’elle financerait trois programmes pour développer des vaccins pour le COVID-19. Il s’agit de l’avancement des candidats vaccins à ADN contre le MERS et la fièvre de Lassa, du développement d’une plateforme de « clamp moléculaire » qui « permet une production ciblée et rapide de vaccins contre de multiples pathogènes viraux », et de la fabrication et de l’étude clinique de phase 1 d’un vaccin à ARNm pour le COVID.

« Ces programmes s’appuieront sur des plateformes de réponse rapide déjà soutenues par la CEPI ainsi que sur un nouveau partenariat. L’objectif est de faire passer le plus rapidement possible les candidats vaccins nCoV-2019 à l’étape des essais cliniques », selon un communiqué de presse.

Puis, vers 32:50 dans la vidéo, Anderson a demandé si le sérum sanguin de personnes ayant récupéré d’une infection par le COVID pouvait être utilisé pour traiter d’autres personnes.

« Je vous ai entendu mentionner qu’une possibilité pourrait être les traitements à partir du sérum, le sérum sanguin de personnes qui ont eu la maladie et qui ont ensuite récupéré. Je suppose donc qu’ils sont porteurs d’anticorps », a déclaré M. Anderson.

« Parlez un peu de cela, de la façon dont cela pourrait fonctionner et de ce qu’il faudrait pour accélérer le processus. »

[Notez qu’Anderson n’a pas demandé à Gates de laisser la majorité de la population – à part les personnes les plus vulnérables aux maladies graves dues à l’infection, qui devraient être mises en quarantaine – être exposée au COVID-19 et, par conséquent, très probablement récupérer et développer une immunité à vie. Comme l’a fait remarquer au moins un expert, « jusqu’à quatre-vingt-dix-neuf pour cent des cas actifs [de COVID-19] dans la population générale sont « bénins » et ne nécessitent pas de traitement médical spécifique » pour se rétablir].

« Cela a toujours été discuté comme, ‘Comment avez-vous pu faire cela?' » a répondu Gates.

« Il semble donc que les personnes qui se rétablissent ont des anticorps très efficaces dans leur sang. Vous pourriez donc les transfuser et ne retirer que les globules blancs, les cellules immunitaires ».

Cependant, poursuit M. Gates, ses collègues et lui ont écarté cette possibilité parce que c’est « assez compliqué – comparé à un médicament que nous pouvons fabriquer en grand volume, vous savez, le coût de son retrait et de sa remise en place n’est probablement pas aussi élevé ».

Puis quelques secondes plus tard, vers 33:45, Gates lâche une autre bombe :

Nous ne voulons pas avoir beaucoup de personnes récupérées…

Pour être clair, nous essayons – par le confinement aux États-Unis – de ne pas atteindre un pour cent de la population infectée. Nous sommes bien en dessous de cela aujourd’hui, mais avec une exponentiation, vous pourriez dépasser les trois millions [de personnes ou environ un pour cent de la population américaine infectée par le COVID-19 et dont la grande majorité se rétablit]. Je pense que nous pourrons éviter cela en ayant cette douleur économique ».

Il semble que plutôt que de laisser la population être exposée au virus et que la plupart développent des anticorps qui leur confèrent une immunité naturelle et durable contre le COVID-19, M. Gates et ses collègues préfèrent de loin créer un nouveau système vaste et extrêmement coûteux de fabrication et de vente de milliards de kits de test, et parallèlement développer et vendre très rapidement des milliards d’antiviraux et de vaccins.

Et puis, lorsque le virus revient quelques mois plus tard et que la majeure partie de la population n’est pas exposée et donc vulnérable, il vend à nouveau des milliards de kits de test et d’interventions médicales.

Juste après cela, vers 34:14, M. Gates a parlé de la façon dont il envisage le déroulement des choses à partir de là.

Il nous faudra éventuellement des certificats indiquant qui est une personne rétablie, qui est vaccinée…

…Parce que vous ne voulez pas que les gens se déplacent dans le monde où il y aura des pays qui n’auront pas la situation sous contrôle, malheureusement.

Vous ne voulez pas empêcher complètement les gens d’aller là-bas, de revenir et de se déplacer.

Il y aura donc à terme cette preuve d’immunité numérique qui contribuera à faciliter la réouverture du monde ».

[Dans l’après-midi du 31 mars, la dernière phrase de cette citation a été supprimée de la vidéo officielle de TED de l’interview. Heureusement, les enregistrements de l’interview complète sont archivés ailleurs].

Dans le cadre de la simulation de pandémie de coronavirus d’octobre 2019, « Event 201 », coparrainée par la Fondation Bill & Melinda Gates, le Forum économique mondial et une division de la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health, un sondage faisant partie de la simulation a révélé que 65 % des Américains seraient impatients de prendre un vaccin pour le COVID-19, « même s’il est expérimental ».

Ce sera extrêmement lucratif.

Les vaccins sont une très grosse affaire : cet article de CNBC du 23 février, par exemple, décrit le marché des vaccins comme étant six fois plus important qu’il y a 20 ans, avec plus de 35 milliards de dollars par an aujourd’hui, et offrant un rendement de 44 dollars pour chaque dollar investi dans les 94 pays les plus pauvres du monde.

En particulier, la Fondation Bill & Melinda Gates – qui dispose d’une dotation de 52 milliards de dollars – a donné plus de 2,4 milliards de dollars à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) depuis 2000, selon un article de Politico datant de 2017. (Alors que dans le même temps, les pays ont réduit leurs contributions à l’organisme mondial, en particulier après la dépression de 2008-2009, et représentent désormais moins d’un quart du budget de l’OMS). L’OMS coordonne actuellement environ 50 groupes dans le monde entier qui travaillent sur des vaccins candidats contre la COVID-19.

L’article de Politico cite un représentant d’une ONG basée à Genève qui affirme que M. Gates est « traité comme un chef d’État, non seulement à l’OMS, mais aussi au G20 », et que M. Gates est l’une des personnes les plus influentes en matière de santé mondiale.

Pendant ce temps, les responsables du monde entier font leur part pour s’assurer que chacun prenne ses distances sociales, s’isole et/ou reste enfermé.

Par exemple, voici le médecin hygiéniste de Toronto, la Dre Eileen DE Villa, lors de sa conférence de presse du 30 mars avec le maire de Toronto, John Tory :

« Nous nous trouvons au milieu d’une pandémie mondiale. Nous devons nous attendre à ce que d’autres personnes tombent malades – et pour certaines, malheureusement, meurent. »

C’est pourquoi il est si important de rester chez soi pour réduire la propagation du virus. Et de protéger les travailleurs de première ligne, les travailleurs de la santé et nos travailleurs essentiels, afin qu’ils puissent continuer à nous protéger. Les gens ne devraient pas avoir à mourir, les gens ne devraient pas risquer de mourir en s’occupant de nous parce que d’autres ne pratiqueront pas la distanciation sociale ou physique« .

Pourtant, regardez à quel point le médecin hygiéniste en chef de l’Ontario, le Dr David Williams, est proche de Haley Chazan, directrice principale des relations avec les médias, pour Christine Elliott, vice-première ministre et ministre de la Santé de l’Ontario.

C’était le vendredi 27 mars, juste avant le début de la conférence de presse quotidienne du Dr Williams et du médecin hygiéniste adjoint de l’Ontario, la Dre Barbara Yaffe :

Ils étaient assis à deux sièges, ou juste à quelques mètres l’un de l’autre. Peu de temps après, Chazan s’est levée et s’est tenue encore plus près du Dr Williams pendant un petit moment :

 

Le Dr Williams et Chazan ne vivent pas ensemble. Au contraire, le Dr Williams sait très probablement – tout comme Gates – qu’il n’y a guère de raison de s’inquiéter d’être en contact étroit avec d’autres personnes, à moins que vous ou elles ne soyez vulnérables au développement d’une maladie grave due au COVID-19. Il sait aussi certainement que si vous contractez le COVID-19 et que vous êtes par ailleurs en bonne santé, vous aurez très probablement peu de symptômes, voire aucun, et vous vous rétablirez rapidement. Et que cette exposition est en fait bénéfique car, dans le processus, vous développerez des anticorps contre le virus et vous aurez une immunité naturelle et durable contre celui-ci.

Pourtant, lors de la conférence de presse du 27 mars, comme toutes les autres auxquelles il a participé pendant la crise du COVID-19, le Dr Williams a fait un exposé au public sur le maintien de la distance sociale. Il a dit aux gens de ne pas sortir le week-end prochain pour profiter du beau temps, car sinon, ils risqueraient de passer devant quelqu’un et de ne pas être à deux mètres l’un de l’autre.

Le Dr Williams fait partie du large groupe de puissants fonctionnaires qui ont fait s’effondrer l’économie mondiale en forçant des dizaines de millions de petites et moyennes entreprises à fermer leurs portes au nom de la nécessité d’une distanciation sociale et d’un verrouillage forcés et sévères.

Ils ont brisé la société, suspendu la plupart des libertés civiles et interdit la plupart des activités et des relations qui permettaient aux gens de rester en bonne santé mentale et physique. Dans le même temps, les fonctionnaires ont donné la priorité aux soins des patients atteints de COVID-19 sur tout le reste et, par conséquent, ont gravement limité l’accès de milliards de personnes à des services de santé vitaux, allant de l’acquisition de médicaments et de transfusions sanguines à des transplantations d’organes et à des opérations chirurgicales contre le cancer.

 

Le Dr Williams et Chazan ne vivent pas ensemble. Au contraire, le Dr Williams sait très probablement – tout comme Gates – qu’il n’y a guère de raison de s’inquiéter d’être en contact étroit avec d’autres personnes, à moins que vous ou elles ne soyez vulnérables au développement d’une maladie grave due au COVID-19. Il sait aussi certainement que si vous contractez le COVID-19 et que vous êtes par ailleurs en bonne santé, vous aurez très probablement peu de symptômes, voire aucun, et vous vous rétablirez rapidement. Et que cette exposition est en fait bénéfique car, dans le processus, vous développerez des anticorps contre le virus et vous aurez une immunité naturelle et durable contre celui-ci.

Pourtant, lors de la conférence de presse du 27 mars, comme toutes les autres auxquelles il a participé pendant la crise du COVID-19, le Dr Williams a fait un exposé au public sur le maintien de la distance sociale. Il a dit aux gens de ne pas sortir le week-end prochain pour profiter du beau temps, car sinon, ils risqueraient de passer devant quelqu’un et de ne pas être à deux mètres l’un de l’autre.

Le Dr Williams fait partie du large groupe de puissants fonctionnaires qui ont fait s’effondrer l’économie mondiale en forçant des dizaines de millions de petites et moyennes entreprises à fermer leurs portes au nom de la nécessité d’une distanciation sociale et d’un verrouillage forcés et sévères.

Ils ont brisé la société, suspendu la plupart des libertés civiles et interdit la plupart des activités et des relations qui permettaient aux gens de rester en bonne santé mentale et physique. Dans le même temps, les fonctionnaires ont donné la priorité aux soins des patients atteints de COVID-19 sur tout le reste et, par conséquent, ont gravement limité l’accès de milliards de personnes à des services de santé vitaux, allant de l’acquisition de médicaments et de transfusions sanguines à des transplantations d’organes et à des opérations chirurgicales contre le cancer.

Source: Off Guardian, le 4 avril 2020Traduction par Aube Digitale

Lazare : Bill Gates, volontairement ou involontairement, lache le morceau.

Que nous dit il ?

- Ce virus est bien une création des forces de l'ombre.

- Il n'a pas été choisie pour sa virulence mais pour sa contagiosité.

  Peu de gens atteint en meurent, même non soignés, par contre il se répand facilement.

- Le puçage des gens est fait pour lutter contre sa contagiosité.-

Contre sa virulence, ça ne servirait à rien.

- La dépopulation prévu ne sera pas du à l'épidémie proprement dite mais à la crise économique résultant du confinement.

- Cela permettra des créer des Lois liberticides

- Les profits liés aux vaccins ne sont finalement qu'accessoires mais Bill Gates est particulièrement impliqué au point d'avoir quitté Microsoft pour s'en occuper. il est informaticien, il n'est pas spécialiste en vaccin mais en puce informatique.

 

Vous comprenez que face à un tel plan diabolique, le Professeur Raoult fait figure de grain de sable dans un engrenage lorqu'il démontre que le coronavirus, non seulement se soigne, mais qu'il est guéri facilement.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog