Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 février 2020 3 19 /02 /février /2020 13:34
Des Juifs s’expriment à propos de Jésus

Albert Einstein écrivait en 1929 : « Personne ne peut lire les évangiles sans ressentir la présence réelle de Jésus » !

 

Heinrich GRAETZ, né en 1817 en Poznanie (Pologne actuellement) obtient son doctorat à l’Université d’Iéna. D’abord directeur de l’Ecole juive de Breslau (Wroclaw) il enseigne ensuite l’histoire au séminaire théologique et fonde le mouvement massorti. Son ouvrage majeur « L’histoire juive » est traduit dans diverses langues et suscite un grand intérêt dans le monde entier. En 1872, H. Graetz se rend en Palestine mandataire pour étudier sur les sites bibliques.

Dans ses recherches, H. Graetz affirme que l’identité juive de Jésus est incontestable. Les enseignements de Jésus trouvent selon lui leur fondement dans la bible juive et la littérature prophétique. Si les sources du christianisme ne permettent pas de lui accorder une originalité absolue, Jésus est néanmoins un maître réellement inspiré, et ses enseignements sont d’une grande portée spirituelle.

Voici comment H. Graetz décrit le tournant propice au christianisme en Judée :

« A cette époque où la Judée tremblait encore sous la menace de nouveaux coups et pouvait craindre à tout moment le retour de nouvelles calamités publiques, il surgit un météore, si insignifiant à son début qu’il fut à peine remarqué, mais qui devait plus tard, les circonstances aidant, jeter des lueurs brillantes et laisser des traces lumineuses dans l’histoire de l’humanité. C’est que le temps était venu où les vérités fondamentales du judaïsme, enveloppées dans un système d’observances, de lois et d’institutions dont quelques hommes d’élite comprenaient seuls la signification et la valeur, devaient se dégager de tout lien et se manifester librement pour s’introduire dans le monde païen et pénétrer l’humanité entière. Les sublimes pensées dont le judaïsme est la source abondante et qui ont pour but dernier la sanctification de la vie individuelle et sociale, devaient enfin déborder et remplir les sociétés païennes, vides de toute croyance moralisante. Israël, chargé d’enseigner aux peuples les voies de la Providence, devait sérieusement commencer sa mission universelle. Mais cette antique doctrine d’une vie deux fois sainte, devait, pour ouvrir les cœurs et les esprits, pour trouver accès dans un monde qui avait presque perdu le sens moral et religieux, prendre de nouveaux noms et revêtir de nouvelles formes.

G. FRIEDLANDER s’intéresse au Sermon sur la Montagne. Il répond en 1911 aux théologiens chrétiens qui affirment que ce texte est absolument supérieur à l’enseignement traditionnel des sages d’Israël. Il écrit : « nous devons comparer les enseignements du Sermon sur la Montagne non seulement avec l’Ancien testament et avec les gloses rabbiniques conservées dans la Mishna, la Tosefta, la Guemara, les Midrashim et les Targoumim, mais également avec la littérature judéo-hellénistique, laquelle inclut la Septante et les écrits apocryphes. Sans cette littérature, le Nouveau testament n’aurait jamais été écrit ! »

Quant à Claude MONTEFIORE, il définit les caractéristiques de Jésus qui correspondent selon lui à un enseignement héroïque illustré par une demande éthique extrême et un idéalisme passionnant. Une éthique de l’action dans laquelle l’homme prend l’initiative d’entreprendre sans rester passif face aux circonstances de l’existence. Un enseignement vecteur d’une double éthique : une très haute exigence pour soi qui va de pair avec une très haute exigence pour autrui. Son analyse de l’éthique de Jésus l’amène à penser qu’il voulait accomplir la loi sans ériger une nouvelle halakha. Il puisait ses sources dans l’eschatologie du Royaume à venir.

Joseph KLAUSNER est né en Lithuanie en 1874 mais a grandi et étudié à Odessa. Sioniste convaincu, il fréquente Théodore Herzl, et il rejoint la Palestine mandataire en 1919, où il enseigne l’histoire juive – en particulier la période du second temple – à l’Université hébraïque de Jérusalem.

En 1929, lors des révoltes arabes, sa maison est attaquée et sa bibliothèque est détruite par des incendiaires musulmans. A la suite de son doctorat en histoire soutenu en Allemagne, Joseph Klausner écrit un livre aux informations très fouillées sur la personne de Jésus. Un prêtre anglican de Terre Sainte, touché par cette démarche le traduit en anglais. Son « Jésus de Nazareth » qui le rend célèbre présente le prédicateur galiléen comme un juif fervent et réformateur. Il écrit : « Il y a dans le code éthique de Jésus une sublimité, une spécificité et une originalité dans la forme, qui n’ont de parallèles dans aucun autre code éthique hébreu ». (1925)

 Joseph KLAUSNER désire donner une approche la plus authentique possible de la doctrine de Jésus dans la conjoncture qui est celle du Second Temple. Il écrit au sujet de l’environnement local qui a marqué Jésus :

« Cette beauté majestueuse inspirait le respect et la crainte et elle n’a pas manqué sans doute d’exercer son influence sur Jésus sans qu’il en eût conscience… Des récits assez tardifs nous racontent que Jésus s’isolait dans la montagne, sous le ciel parsemé d’étoiles, passant la nuit en prières, prières qui s’accompagnaient certainement d’examen et de méditations sur l’homme et l’univers. C’est ainsi que se forma sa jeune âme, inquiète de son père céleste. Il pensait aux souffrances de l’âme humaine et au royaume des cieux, ce Royaume qui n’était pas de ce monde… »

David FLUSSER

David Flusser est né à Vienne en 1917. Il passe sa jeunesse en Tchécoslovaquie et fréquente l’Université de Prague. Sa rencontre d’un pasteur protestant éveille en lui un intérêt particulier pour Jésus et la foi chrétienne. En 1939, il émigre en Palestine mandataire et termine son doctorat en sciences des religions à l’Université hébraïque de Jérusalem en 1957. Il forme des chercheurs dans le département d’études comparatives des religions.

David Flusser est un juif orthodoxe qui connaît parfaitement la Torah ainsi que les manuscrits de la mer morte. Il est convaincu de la racine juive du christianisme. Il cherche à retrouver le Jésus historique par-delà les formules convenues des milieux chrétiens. Son travail l’amène à vraiment considérer Jésus comme un juif authentique. Le professeur Satran, un de ses collègues à l’Université hébraïque et bon connaisseur de ses travaux déclare à son sujet : «Le professeur Flusser était assez remarquable par sa forte insistance sur le fait que non seulement Jésus a été un juif de sa naissance à sa mort, mais qu’il n’a rien fait qui pourrait être interprété comme une révolte contre les principes fondamentaux du judaïsme à cette époque ». En effet, David Flusser considérait Jésus comme un tsadik avec des vues spirituelles très profondes.Il retrouvait en lui des expressions semblables à celles d’Hillel dans le talmud ou à celles du Maître de Justice dans les manuscrits de la mer morte.

Au moment du jugement d’Eichmann, David Flusser déclare au jerusalem Post : « Je ne sais pas qui est le dieu au nom duquel Eichmann a juré. Mais je suis certain que ce n’est ni le Dieu d’Israël, ni le Dieu de l’Eglise chrétienne. Il devrait maintenant devenir clair aux juifs qui s’opposent le plus au christianisme que le plus grand crime contre notre peuple n’a pas été commis au nom de la foi chrétienne ». Il publie son livre « Jésus » en 1965 dont l’édition a été actualisée en 1998, deux ans avant sa mort.

Amos OZ (2004) écrit :

« Je suis sûr mon cher petit, qu’on vous apprend à l’école à exécrer ce juif tragique et admirable, et j’espère bien qu’on ne vous apprend pas à cracher sur son image ou sa croix chaque fois que vous passez devant, m’avait-il dit un jour. Quand tu seras grand, mon cher enfant, tu liras le Nouveau Testament au nez et à la barbe de tes maîtres et tu t’apercevras que cet homme était de notre chair et de nos os, que c’était une sorte de juste ou de thaumaturge, un rêveur dépourvu de toute compréhension politique, qui trouverait parfaitement sa place au panthéon des grands hommes d’Israël ! »

Shalom BEN CHORIN (1983)

« Le judaïsme pharisaïque du temps de Jésus est marqué par deux grandes écoles, Hillel et Shammaï, qui ont contribué à donner sa forme définitive à la Halakha. Je n’hésite pas à dire que je considère Jésus de Nazareth comme une troisième autorité à placer aux côtés des interprétations de Hillel et de Shammaï. Il me semble en effet qu’une tendance particulière se fait jour dans l’interprétation de Jésus : il s’agit de l’intériorisation de la Loi, où l’amour devient l’élément décisif et moteur ».

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Abbé Alain René Arbez, prêtre catholique, commission judéo-catholique de la conférence des évêques suisses et de la fédération suisse des communautés israélites, pour Dreuz.info.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog