Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 janvier 2020 3 15 /01 /janvier /2020 12:30
Et à présent, ce pape veut désarmer militairement l’Occident

Nous avons un pape qui vit dans sa bulle, à des années-lumière des réalités de ce monde menaçant,  mais qui adore faire de la politique et se mêler de sujets qu’il maîtrise peu.

Le pape s'en est pris à la dissuasion nucléaire. "La véritable paix ne peut être qu'une paix désarmée."

Il nous parle de désarmement et de paix durable, alors que depuis 1945, il y a eu près de 230 conflits plus ou moins intenses, dont 180 ont pris fin, mais dont 50 perdurent, parfois depuis des décennies.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_guerres_contemporaines

Notre pape ne me paraît pas très au fait de la géopolitique mondiale. Depuis la nuit des temps, le monde s’est construit dans les guerres et il en sera ainsi pour l’éternité.

Tout sépare les peuples, les races, les religions, les cultures, les civilisations, les intérêts, l’Histoire et les traditions, sans parler de la cupidité et de la jalousie, souvent ressenties face à l’insupportable réussite des autres. Les guerres sont gravées dans l’ADN des humains.

Comment peut-on espérer la paix entre des peuples différents, quand un même peuple peut connaître une guerre civile dévastatrice ?

Il est vrai qu’au Vatican, on est loin du fracas des bombes et des guerres locales multiples, loin du terrorisme islamique, qui a fait  147 000 victimes avec 31 220 attentats depuis le 11 septembre 2001. ( Global Terrorism  Database )

Quand le Bisounours du Vatican n’appelle pas les Occidentaux à ouvrir largement leurs pays à des peuples qui refusent de s’intégrer, ne partagent pas leur culture mais veulent  imposer la leur, il s’en prend à l’arme nucléaire, « qui envenime les relations entre les peuples et empêche tout dialogue possible ».

https://www.lefigaro.fr/actualite-france/la-charge-antinucleaire-du-pape-francois-a-nagasaki-20191124

C’est ainsi qu’à Nagasaki, il a mené une charge sans précédent contre la dissuasion nucléaire, qui serait une « dichotomie perverse », un moyen non éthique pour garantir la paix, ce qui crée une « fausse sécurité ».

Alors que le monde n’a jamais connu la paix, que les ventes d’armes pulvérisent les records année après année, pour atteindre 1 820  milliards de dollars en 2018, notre pape voudrait remplacer « l’équilibre de la terreur » par un nouvel équilibre fondé sur la « confiance et la solidarité », lesquelles seraient seules capables d’assurer une véritable paix internationale.

« Une paix internationale vraie et constante ne peut se fonder sur l’équilibre des forces militaires, mais uniquement sur la confiance réciproque ». On croit rêver !

C’est un virage à 180° de l’Église catholique, qui jugeait jusqu’à présent l’arme nucléaire comme « un mal nécessaire ». Ce pape est totalement inconscient.

Non seulement il condamne l’utilisation des armes nucléaires, mais il juge également que leur possession est « immorale » et que leur fabrication est un « crime ». Par conséquent, c’est bien la dissuasion nucléaire qui est visée.

« La paix et la stabilité internationales sont incompatibles avec toute tentative de compter sur la peur de la destruction réciproque ou sur une menace d’anéantissement total ; elles ne sont possibles qu’à partir d’une éthique globale de solidarité et de coopération au service d’un avenir façonné par l’interdépendance et la coresponsabilité au sein de toute la famille humaine d’aujourd’hui et de demain » .

C’est donc à  l’Atomic Bomb Hypocenter Park de Nagasaki que le pape a mené sa charge contre l’arme atomique, devant les victimes ayant survécu au feu nucléaire du 9 août 1945.

Et il a enfoncé le clou un peu plus tard à Hiroshima, ajoutant que « La véritable paix ne peut être qu’une paix désarmée ».

Rappelant « l’horreur indescriptible » vécue par les populations, il a déclaré : « La paix et la stabilité internationales sont incompatibles avec toute tentative de compter sur la peur de la destruction réciproque ou sur une menace d’anéantissement total… »

Nul ne conteste les effets dévastateurs de l’arme nucléaire et l’horreur vécue par les populations d’Hiroshima et de Nagasaki, mais à qui la faute ?  Encore une fois, le pape fait indirectement le procès des États-Unis, que beaucoup accusent de crimes contre l’humanité.

Mais cet épisode douloureux ne saurait faire oublier quelques  réalités historiques :

Rappelons avant tout que c’est le Japon qui fut l’agresseur, par la lâche attaque de Pearl Harbor le 7 décembre 1941. Une infamie qui fit  2 500 morts et 1 200 blessés. Par miracle, les trois porte-avions américains de la flotte du Pacifique n’étaient pas à quai lors de l’attaque japonaise, menée par 400 avions partis de 6 porte-avions.

Au cours de ses conquêtes en Asie, l’armée impériale s’est vautrée dans la barbarie, massacrant les vaincus sans états d’âme et commettant les pires atrocités en pays conquis. Une sauvagerie sans nom qui restera à jamais une tâche indélébile sur le Japon impérial. Une armée de barbares à des années-lumière de l’honneur légendaire des Samouraïs !!

Le pape a-t-il oublié le massacre de Nankin, en 1937, qui vit les soldats japonais assassiner et violer des centaines de milliers de Chinois ? Une abomination qui émut le monde entier.

A-t-il oublié les dizaines de milliers de femmes asiatiques, souvent mineures, devenues les esclaves sexuelles des soldats japonais, au cours des guerres expansionnistes de l’armée impériale ? Les « femmes de réconfort »…

A-t-il oublié que le peuple japonais, fanatisé comme jamais, a toujours applaudi aux conquêtes de son armée ? Même les femmes et les adolescents se préparaient à défendre le sol japonais contre l’invasion terrestre programmée par le commandement américain.

A-t-il oublié qu’aux multiples demandes des Américains, les officiers japonais ont toujours refusé une capitulation sans conditions, y compris après le premier bombardement sur Hiroshima ?

A-t-il oublié que le peuple américain, qui menait deux guerres de front, contre le Japon et contre l’Allemagne, était las de ces guerres interminables ?

A-t-il oublié que pour envahir le Japon et le forcer à capituler, il aurait fallu sacrifier 500 000 GI, face à l’armée japonaise, mais aussi face à une population fanatiquement hostile ? Et les pertes japonaises, militaires et civiles, auraient été bien pires.

Pour toutes ces raisons, la décision de recourir à l’arme nucléaire était  justifiée.

C’est ainsi que le 6 août 1945, le bombardier B-29  « Enola Gay »,  larguait  « Little boy », la première bombe atomique de l’Histoire, sur la ville d’Hiroshima.

Suite au refus obstiné des Japonais de capituler, une deuxième bombe fut larguée sur Nagasaki le 9 août 1945.

Ces deux bombardements nucléaires ont fait 300 000 victimes, tuées dans l’explosion ou décédées des suites des radiations subies.

Ce fut le prix à payer pour obtenir la paix. Un prix fort, certes, mais contrairement aux délires du pape, on ne gagne pas les guerres à coups  de solidarité et de coopération.

Quoi qu’en pense le pape, c’est l’arme atomique qui a amené la paix. Dès le lendemain, le 10 août 1945, l’orgueilleux et indomptable Japon acceptait la capitulation sans conditions devant le général Douglas Mac Arthur.

Une guerre prenait fin, l’ère atomique commençait.

Et force est de constater que l’équilibre de la terreur, tant décrié par le pape, a permis de préserver la paix en Europe depuis 1945.

C’est précisément l’arme nucléaire et la « peur d’un anéantissement total » qui nous a évité le pire durant la guerre froide.

C’est la peur du feu nucléaire qui empêche le Pakistan musulman et l’Inde polythéiste de s’entretuer.

C’est la possession de l’arme atomique qui protège Israël des agressions des pays musulmans qui rêvent de le rayer de la carte.

C’est la colossale course aux armements menée par Ronald Reagan, qui a mis l’URSS à genoux et a permis aux États-Unis  de gagner la guerre froide et de libérer l’Europe de l’Est du joug soviétique.

300 000 morts sous le feu nucléaire, certes, mais combien de guerres dévastatrices évitées depuis 1945 ? Combien de vies sauvées grâce à l’arme atomique, destinée à terroriser pour ne jamais servir ?

J’ajoute, pour terminer, que les deux pays ayant les Constitutions les plus pacifistes, le Japon et l’Allemagne, ne veulent pas entendre parler du nucléaire. Mais tous deux sont des inconditionnels du parapluie américain !

Le pacifisme n’interdit pas la prudence !

Les Japonais aiment se poser en martyrs de l’arme atomique, mais face à la menace chinoise, ils ne refusent pas la protection des États-Unis, lesquels maintiennent 50 000 soldats sur le sol nippon.

Le dialogue, la confiance et la solidarité, qui sont les clés de la paix dans le monde selon le pape, c’est bien, mais le parapluie nucléaire américain, c’est quand-même beaucoup plus sûr !

Jacques Guillemain

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog