Vous avez bien lu : 24,7 milliards d’euros en une semaine !

Rappelons que pour empêcher l’effondrement total du système européen, la BCE est obligée de racheter :

  • des obligations d’État pourries, qui n’ont plus aucune valeur,
     
  • et aussi des obligations d’entreprise, dont la valeur dépend de la soi-disant « croissance économique », qui ne cesse de baisser en Europe.

Lancé en 2014, ce programme dit d’assouplissement quantitatif (QE, quantitative easing) est passé de 60 à 80 milliards d’euros par mois . Mais 24,7 milliards en une seule semaine, c’est un record jamais atteint qui en dit long sur l’état du système financier européen.

Problème :

  1. Les QE généreux de la BCE n’ont donné absolument aucun résultat économique probant. À part en Allemagne, les entreprises privées de la zone euro ne connaissent pas la soi-disant “croissance économique”, qui aurait dû créer des millions d’emplois.
     
  2. Les pays membres de la zone euro sont en faillite et ne pourront jamais rembourser leur dette publique…
     
  3. … et il n’y a plus que les milliards planche-à-billet de la Banque centrale européenne pour empêcher l’effondrement du système.
     
  4. Malheureusement, une banque centrale n’a jamais pu, ne peut pas, et ne pourra jamais empêcher une crise financière. Lors de la prochaine crise financière, c’est toute la zone euro qui explosera, et sa banque centrale avec elle.

=> Source de l’info : Reuters via Boursorama

 

Lu sur CDY