Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 11:14
Japonais à Pearl Harbor : des condoléances mais pas d’excuses

Certes, je n’attendais pas d’excuses du premier ministre japonais pour la lâche attaque de Pearl Harbor, qui fit 2400 morts parmi les soldats américains, sans la moindre déclaration de guerre préalable, le 7 décembre 1941 ( “jour marqué du sceau de l’infamie”  dira Franklin D. Roosevelt).

L’agression japonaise, symbole de la fourberie et de la perfidie les plus machiavéliques qui soient, restera à jamais une tache indélébile dans l’histoire du Japon. La marque du déshonneur, véritable insulte au code moral légendaire des Samouraïs.

21 navires et 328 avions de combat furent détruits en deux heures par un raid aérien de 400 chasseurs et bombardiers japonais,  partis de 6 porte-avions en deux vagues successives.

En quelques décennies, le Japon a réussi l’exploit de se débarrasser du rôle d’agresseur de Pearl-Harbor  pour endosser l’habit de victime d’Hiroshima !

Depuis les années 30, l’armée impériale japonaise s’est pourtant illustrée par sa sauvagerie et ses atrocités, qui n’ont rien à envier à la barbarie nazie.

En matière de férocité envers les vaincus, les hordes de Gengis-Khan n’ont pas fait pire.

Aucun responsable japonais ne s’est excusé officiellement et par écrit, de la cruauté bestiale dont ont fait preuve les soldats de l’empire japonais à travers toute l’Asie jusqu’en 1945.

Aucune excuse pour le massacre de Nankin en 1937, qui fit 200000 victimes.

Des milliers de soldats chinois désarmés exécutés, 80000 Chinoises violées.

Certains négationnistes japonais nient la réalité de cet épisode barbare, alors que depuis 2014, la Chine rappelle ce massacre par une journée commémorative.

Aucune excuse pour les centaines de milliers d’esclaves sexuelles, enrôlées de force pour devenir les “femmes de réconfort” des soldats de l’armée impériale.

Coréennes, Philippines, Malaisiennes, Chinoises, ont subi cette ignominie sans nom.

De 1905 à 1945, l’armée impériale a géré des milliers de maisons closes à travers son empire.

Aucune excuse pour les horribles souffrances vécues par les cobayes humains, au cours des expériences pratiquées par des médecins barbares, au sein de l’Unité 731, véritable laboratoire de l’épouvante et de l’inhumanité créé en 1932 !

Vivisections sans anesthésie, inoculation de virus, peste typhus, choléra, amputations pour étudier la gangrène etc.  etc.. Il aura fallu attendre 2002, donc 70 ans après sa création, pour que les autorités japonaises reconnaissent enfin l’existence de cette unité criminelle.

Aucune excuse pour les traitements inhumains  infligés aux prisonniers, tortures, famines ou décapitations en série. Malheur aux vaincus !

Les Allemands ont tué six millions de Juifs et 20 millions de Russes, les Japonais ont massacré pas moins de 30 millions de Philippins, Malais, Vietnamiens, Cambodgiens, Indonésiens et Birmans. Qui en parle ?

Un prisonnier aux mains des Occidentaux avait un risque de mortalité de 4%.

Un prisonnier aux mains des Japonais avait un risque de mortalité de 30%.

Aucune excuse pour la colonisation de l’Asie depuis les années 30.

La repentance est un mot inconnu au Japon.

Rappelons aussi que le peuple japonais a toujours applaudi aux conquêtes de son armée et qu’en 1945, acculé par les forces américaines, il s’apprêtait à repousser l’invasion, l’empereur et ses généraux ayant rejeté  l’ultimatum de Postdam.

Par conséquent, ceux qui accusent aujourd’hui les Américains de crime contre l’humanité à Hiroshima et Nagasaki, oublient qui fut l’agresseur et qui refusa de capituler sans condition.

Ce n’est pas de gaité de cœur que Truman ordonna le feu nucléaire sur le Japon.

Mais un débarquement et la conquête du pays, défendu par un peuple fanatisé à l’extrême, aurait coûté la vie à 500000 GI’s.

Un prix trop lourd pour le peuple américain, lassé par 4 années de guerre sur deux fronts simultanés, en Europe et dans le Pacifique.

La première bombe, “Little Boy”, fut larguée d’un B29 et raya Hiroshima de la carte le 6 août 1945.

La deuxième, “Fat Man”, rasa totalement Nagasaki le 9 août 1945.

Car après la destruction d’Hiroshima, l’empereur et son état-major rejetèrent le second ultimatum, qui exigeait une reddition sans condition.

Voici le message que les Américains avaient diffusé au peuple japonais :

” L’ATTENTION DU PEUPLE JAPONAIS “

“L’Amérique demande que vous prêtiez immédiatement attention à ce que vous allez lire sur cette feuille.

Nous sommes en possession de l’explosif le plus destructeur jamais conçu par l’homme. Une seule de nos bombes atomiques, que nous avons récemment développées, est équivalente à la puissance explosive de 2 000 B-29 lors d’une seule mission……”

Hélas, dirigé par des généraux jusqu’au-boutistes, le Japon s’entêta… ne cédant qu’après Nagasaki.

Le 2 septembre 1945, le général Mac Arthur recevait la capitulation sans condition du Japon.

Une guerre se terminait, et l’ère atomique commençait…

Jacques Guillemain

Partager cet article

Repost 0
Published by Lazare - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog