Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2016 2 25 /10 /octobre /2016 03:56
La Grande pyramide va bientôt livrer un nouveau secret

La mission ScanPyramids révèle qu’un chemin mystérieux menant vers le coeur de la pyramide de Kheops cheminerait derrière les chevrons de la face Nord de l’édifice. La zone intrigue depuis longtemps les archéologues.

 

pyramide-chevrons-2

 

Quelle peut être la fonction de ces énormes chevrons, seule structure interne de Kheops à être visible en raison de l’excavation de la zone ?

Explication traditionnelle : il s’agit d’un dispositif lié à l’entrée de la pyramide.

 

Sous les 4 blocs débute en effet le couloir descendant de la pyramide. Celui–ci rejoint le circuit connu qui, après le couloir ascendant et la grande galerie, conduit à la chambre du Roi située à 43 mètres de hauteur (voir ci-dessous le plan de la pyramide). Son accès est aujourd’hui condamné : les visiteurs pénètrent dans le monument par ce qu’on appelle « l’entrée des voleurs », une sape que l’on attribue, sans certitude, au calife Al–Mamoun qui l’aurait percée vers 820 pour violer le monument.

 

 

pyramide

 

Une structure largement surdimensionnée

Problème : les chevrons servent habituellement à protéger des pièces de grande taille des forces de pression verticales. Ils apparaissent pour la première fois dans l’architecture d’une pyramide avec Kheops. Et pas n’importe où : au–dessus de la Chambre dite du roi et de celle dite de la reine.

 

Or, ici, ils ne sont censés protéger qu’un couloir d’une section de 1,05 mètre de largeur sur 1,20 de hauteur. Lequel se trouve à 2,50 mètres plus bas que le dernier appui des chevrons !

Plus étonnant : en observant la zone, on aperçoit des appuis obliques et des morceaux de blocs. Sans doute les restes de chevrons supplémentaires, démantelés comme de nombreuses pierres de la pyramide après le Moyen Age pour construire palais et mosquées du Caire.

Le dispositif semble donc largement surdimensionné.

La découverte d’un nouveau circuit par ScanPyramids pourrait permettre d’éclairer sa véritable fonction. Peut–on l’imaginer connecté au circuit découvert par les muons ?

La mission scientifique internationale ScanPyramids, a annoncé la découverte de deux cavités inconnues et précise que de nouveaux tests permettront d’en savoir plus.

Le ministère des Antiquités égyptien évoquait de son côté deux « anomalies » détectées dans la pyramide du pharaon Khéops, précisant que « d’autres tests seront effectués pour définir la fonction, la nature et la taille de ces anomalies ».

Le projet ScanPyramids, lancé en octobre 2015, a recours à plusieurs technologies mêlant « la thermographie infrarouge, la radiographie par muons et la reconstruction en 3D », pour tenter de « révéler la présence de structure internes méconnues à ce jour dans les monuments antiques »

« L’équipe de #ScanPyramids peut confirmer la présence d’une cavité inconnue sur l’arête Nord-Est de la pyramide, à une hauteur d’environ 105 mètres du sol, indique le communiqué de la mission scientifique.

Nous pouvons confirmer l’existence d’une ‘cavité’, cachée derrière la face Nord, qui laisse deviner un ou plusieurs couloirs superposés qui s’enfoncent dans le cœur de la Grande Pyramide. La forme précise, la taille et la position exacte de cette structure doivent encore être affinées ».

muonsScanner par un télescope à muons

Les muons, « sorte d’électrons lourds, peuvent traverser très facilement des roches de grande épaisseur, telles les montagnes, explique le communiqué. Des détecteurs, placés à des endroits judicieux (par exemple à l’intérieur de la pyramide, sous une possible chambre encore non détectée), permettent, par accumulation dans le temps des particules, de discerner les zones de vide (que les muons ont traversé sans interagir) et les zones plus denses où certains d’entre eux ont pu être absorbés ou déviés. »

pyramide-chevrons

En 1987, l’architecte français Gilles Dormion a supposé la présence d’un couloir méconnu sous les chevrons qui, selon lui, aurait pu servir de zone de manœuvre.

En 1988, des chercheurs de l’université de Waseda ont, quant à eux, grâce à une campagne radar, émis l’hypothèse qu’un second corridor doublerait sur 30 mètres celui qui mène à la chambre de la reine.

Selon l’architecte français : Jean–Pierre Houdin, il existerait deux antichambres inconnues reliées à la chambre du Roi. Un ensemble funéraire qui débuterait derrière les chevrons.

A l’automne 2015, les autorités égyptiennes ont lancé des analyses dans la tombe du pharaon Toutankhamon, dans la Vallée des Rois près de Louxor, dans le sud de l’Egypte, dans l’espoir d’y découvrir une chambre secrète qui pourrait bien abriter le tombeau de la reine Néfertiti. Depuis, le débat s’enlise et de nouvelles analyses au scanner sont toujours attendues.

 

Le mécanisme hydraulique secret de la grande pyramide d’Egypte

 

 

La pyramide restera un « mystère » tant que l’on continuera à la considérer comme un tombeau et comme un monument aussi peu ancien, ce qu’elle n’est pas, dans les deux cas. Quant à la théorie qui voudrait que des milliers d’ouvriers aient travaillé à sa construction pendant plus de 20 ans, avec les outils simples qui étaient les leurs à cette époque, en utilisant des méthodes sur lesquelles nos grands « égyptologues » ne s’accordent même pas, pour un résultat qui égale ou surpasse en précision nos constructions les plus modernes, il y a de quoi être sceptique…

Avec les incroyables découvertes de Göbekli Tepe qui font pourtant reculer de plusieurs milliers d’années, de façon irréfutable, l’apparition des « premières civilisations » dans cette région du monde, rien n’y fait, on s’accroche, comme un mollusque à son rocher, à ce que les « spécialistes » de l’Égypte nous martèlent depuis des années : les pyramides ont entre 4 et 5000 ans, un point c’est tout.

En 2013, deux archéologues allemands ont volontairement vandalisé la demeure des pharaons afin de prouver que celle-ci était beaucoup plus âgée qu’on ne le pense. Cette initiative a provoqué l’ire des autorités égyptiennes. (…) Pour étayer leur théorie, les deux étudiants ont gratté un cartouche (symbole hiéroglyphique, NDLR) de couleur rouge, située au-dessus de la chambre d’enterrement du pharaon Khéops, afin d’en extraire un échantillon qu’ils ont ensuite analysé en Allemagne. Une fois l’expertise faite, les jeunes archéologues ont affirmé que les fragments rapportés confirmaient leur théorie selon laquelle les pyramides de Gizeh sont bien plus anciennes que le règne de Khéops et que celles-ci ont simplement été « rénovées » durant la période pharaonique…

 

Les grandes pyramides d’Egypte vont-elles dévoiler de nouveaux secrets ? Documentaire Complet

 

Commentaire de la vidéo :
Le projet ambitieux, intitulé « Scan Pyramids » a été dévoiléet sera mené jusqu’à la fin de 2016 auprès des pyramides de Khéops et de Khéphren, situées sur la nécropole de Gizeh, ainsi que sur celles du site de Dahchour. A la recherche des chambres secrètes L’objectif est de déceler de nouveaux éléments cachés qui auraient échappé à l’attention des égyptologues durant toutes ces années.

« Ils vont étudier ces pyramides pour voir si elles contiennent des chambres secrètes ou révéler d’autres de leurs secrets », a ainsi expliqué lors d’une conférence de presse Mamdouh al-Damati, ministre des Antiquités.

Pour cette vaste entreprise, l’équipe pourra compter sur les performances d’instruments infrarouges de pointe et des détecteurs sophistiqués. L’intérêt de cette technologie réside avant tout dans son monde de fonctionnement. Le protocole de cartographie est à la fois efficace et non-invasif. Une exploration non destructive Grâce à ces dispositifs, les chercheurs seront en mesure d’obtenir un aperçu de l’intérieur des pyramides et ce qui se trouve sous la surface sans avoir à les endommager. Une opportunité incroyable qui devrait pouvoir leur permettre de mieux comprendre le mode de construction de ces incroyables structures.

Les deux pyramides de Dahchour ont été érigées par le Pharaon Snéfrou, premier roi de la IVème dynastie. Celui-ci a régné aux alentours de 2600 av. J.-C. A sa mort, c’est son fils Khéops qui lui a succédé. La pyramide de Khéops est la plus grande du trio de Guizeh qui compte également celle de Khéphren construite par son fils.

La technologie infrarouge utilisée pour chacun de ces monuments pourrait également servir à explorer les confins de la tombe de Toutankhamon. Celle-ci fait l’objet d’un nouvel engouement médiatique après que l’archéologue britannique Nicholas Reeves a exposé sa théorie selon laquelle des chambres secrètes y seraient dissimulées et pourraient notamment cacher la tombe de la reine Néfertiti.

 

 

Sources :

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2016/ Elishean mag

 

Partager cet article

Published by Lazare - dans Archéologie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog