Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2016 2 25 /10 /octobre /2016 07:53
Interview de NIKOLA TESLA pour la revue "Immortality" en 1899

Tout est Lumière. Dans l’un de ses rayons se trouve le destin des nations. Chaque nation a son propre rayon dans cette grande fontaine de lumière que nous percevons comme le soleil. Et rappelez-vous qu’il n’y a aucun homme qui ait existé et qui ne soit mort !
JOURNALISTE : M. Tesla, vous avez remporté la gloire de l’homme qui s’est intéressé aux processus cosmiques. Qui êtes-vous, monsieur Tesla ?
TESLA : La question est juste, M. Smith, et je vais essayer de vous donner la réponse juste.
JOURNALISTE : On dit que vous venez de la Croatie, de la zone appelée Lika, où les arbres, les roches et le ciel étoilé grandissent à côté des gens. On dit que votre village natal porte le nom des fleurs de la montagne, et que la maison dans laquelle vous êtes né se trouve à côté de la forêt et de l’église.
TESLA : Tout ce que vous dites est vrai. Je suis fier de mon origine serbe et de ma patrie croate.
JOURNALISTE : Les futuristes disent que le XXème et le XXIème siècles sont nés dans la tête de Nikola Tesla. Ils célèbrent le champ magnétique rotatif et chantent des hymnes au moteur à induction. 

Son créateur fut appelé "le chasseur qui attrapa la lumière dans ses filets depuis les profondeurs de la terre", et "le guerrier qui captura le feu du ciel".
On dit qu’il est le père du courant alternatif et que vous ferez que la Physique et la Chimie dominent la moitié du monde. L’industrie le proclamera comme son saint suprême, un banquier pour les plus grands bienfaiteurs. Dans le laboratoire de Nikola Tesla, on a brisé un atome pour la première fois. On a créé une arme qui produit des vibrations sismiques. Là, on découvrit des rayons cosmiques noirs.
Cinq races lui adresseront des prières dans le temple du futur, parce qu’il leur a enseigné un grand secret : on peut arroser les éléments d’Empédocle avec les forces de vie des éthers.

TESLA : Oui, voilà quelques-unes de mes découvertes les plus importantes. Malgré cela, je suis un homme vaincu. Je n’ai pas atteint le plus grand de mes objectifs. 

JOURNALISTE : Quel est-il, M. Tesla ?
TESLA : Je voulais illuminer toute la Terre. Il y a suffisamment d’électricité pour créer un deuxième soleil.
La Lumière apparaîtrait autour de l’Équateur, comme un anneau autour de Saturne. L’humanité n’est pas prête pour la grandeur et le bien.
À Colorado Springs, j’ai imprégné la terre d’électricité. Nous pouvons aussi arroser les autres énergies, comme l’énergie mentale positive. Elles sont dans la musique de Bach ou de Mozart, ou dans les vers de grands poètes. À l’intérieur de la Terre se trouvent les énergies de la Joie, de la Paix et de l’Amour, qui s’expriment par exemple au travers d’une fleur qui pousse sur la Terre, de la nourriture que nous lui soutirons et tout ce qui fait de la Terre le foyer de l’homme.
J’ai passé des années à chercher le moyen d’influencer les gens avec cette énergie. La beauté et le parfum des roses peuvent être utilisés comme médicament et les rayons du soleil comme nourriture. La vie a un nombre infini de formes et la tâche des scientifiques consiste à les trouver dans toutes les formes de la matière.
Trois choses sont essentielles là-dessus. Je ne fais que les chercher. Je sais que je ne les trouverai pas, mais je ne perdrai pas espoir. 



 

 

 


JOURNALISTE : Quelles sont ces choses ?
TESLA : La nourriture est un problème. Quelle énergie, stellaire ou terrestre, peut alimenter les affamés de la Terre ? Avec quel vin peut-on arroser toute la soif pour que les personnes puissent animer leur cœur et comprendre qu’ils sont des dieux ?
L’autre chose est de détruire la puissance du mal et la souffrance par laquelle passe la vie de l’homme ! Parfois, il y a comme une épidémie dans les profondeurs de l’espace. Dans ce siècle, la maladie s’est étendue de la Terre jusqu’à l’Univers.
La troisième chose est : y a-t-il un excès de lumière dans l’Univers ? J’ai découvert une étoile qui pourrait disparaître, selon les lois astronomiques et mathématiques, et malgré cela, rien ne changerait. Cette étoile est dans cette galaxie. Sa lumière peut se diffuser à une telle densité, qu’elle tiendrait dans une sphère plus petite qu’une pomme et serait en même temps plus lourde que notre Système Solaire.
Les religions et les philosophies enseignent que l’homme peut arriver à être le Christ, Bouddha, et Zarathoustra. Ce que j’essaie de démontrer est révolutionnaire et presque inaccessible. C’est ce qu’il faut faire dans l’univers pour que chaque être naisse comme Christ, Bouddha ou Zarathoustra.
Je sais que la gravité est contraire à tout ce qui doit voler et mon intention n’est pas de faire des dispositifs de vol (avions ou missiles), mais d’enseigner à l’individu à récupérer la conscience de ses propres ailes…
En plus, je suis en train d’essayer d’éveiller l’énergie contenue dans l’air. Il y a des sources d’énergie principales. Ce que l’on considère comme étant de l’espace vide n’est qu’une manifestation de la matière qui n’est pas éveillée.
Il n’y a pas d’espace vide sur cette planète, ni dans l’Univers…Les trous noirs, dont parlent les astronomes, sont les plus puissantes sources d’énergie et de vie.
JOURNALISTE : À la fenêtre de votre chambre de l’hôtel Waldorf-Astoria au trente-troisième étage, chaque matin viennent les oiseaux.
TESLA : Un homme doit être sensible aux oiseaux. C’est à cause de leurs ailes. L’être humain en avait autrefois, réelles et visibles.
JOURNALISTE : Vous n’avez pas cessé de voler depuis ces jours lointains à Smiljan !
TESLA : Je voulais voler depuis le toit et je suis tombé. Les calculs des enfants peuvent être faux. Rappelez-vous que les ailes de la jeunesse veulent tout avoir dans la vie !
JOURNALISTE : Avez-vous déjà été marié ? On ne sait pas si vous avez de l’affection pour l’amour ou pour une femme. Les photos de votre jeunesse montrent que vous étiez un homme attractif.
TESLA : Non, jamais. Il y a deux points de vue : ou bien on a beaucoup d’affection ou pas du tout. La voie du milieu sert pour rajeunir la race humaine. Pour certains hommes, les femmes nourrissent et fortifient leur vitalité et leur esprit. Chez d’autres personnes, être seul produit le même effet. J’ai choisi ce deuxième chemin. 



JOURNALISTE : Vos admirateurs se plaignent du fait que vous attaquez la relativité. Votre affirmation selon laquelle la matière n’a pas d’énergie est étrange. Tout est imbibé d’énergie, où est-elle ?
TESLA : Il y eut d’abord l’énergie et ensuite la matière.
JOURNALISTE : M. Tesla, c’est comme quand vous avez dit que vous êtes né de votre père et non de vous.
TESLA : Exactement ! Que se passe-t-il avec la naissance de l’Univers ? La matière est créée à partir de l’énergie originelle et éternelle que nous connaissons comme la lumière. Elle brillait et les étoiles, les planètes, l’homme et tout ce qu’il y a sur la Terre et dans l’Univers apparurent peu à peu.
La matière est une expression des formes infinies de la lumière, parce que l’énergie est plus vieille qu’elle.
Il y a quatre lois de la Création.
La première est que le mental ne peut pas concevoir ou mesurer mathématiquement la source de tout le plan déconcertant et obscur. Dans ce plan s’intègre tout l’Univers.
La deuxième loi réside dans l’obscurité expansive, qui est la véritable nature de la lumière, depuis l’inexplicable et qui est transformée en lumière.
La troisième loi est la nécessité de la lumière de devenir une matière de la lumière.
La quatrième loi est : il n’y a ni début ni fin ; les trois lois précédentes ont toujours lieu et la Création est éternelle.

JOURNALISTE : Dans l’hostilité à la Théorie de la Relativité, vous en arrivez même à donner des conférences contre son créateur les jours de ses anniversaires…
TESLA : Rappelez-vous : ce n’est pas l’espace qui se courbe, mais le mental humain qui ne peut pas comprendre l’infini et l’éternité !
Si la relativité était bien comprise par son créateur, il gagnerait l’immortalité, même encore physiquement, si cela était son désir.
Je fais partie d’une lumière qui est la musique. La lumière remplit mes six sens : je la vois, l’entends, la palpe, la sens, la touche et la pense. Penser à elle est mon sixième sens. Les particules de lumière sont des notes écrites. Un rayon peut être une sonate entière. Mille boules d’éclairs sont un concert. Pour ce concert, j’ai créé une boule d’éclairs qu’on peut entendre sur les pics gelés de l’Himalaya.
À propos de Pythagore et les mathématiques, un scientifique ne peut et ne doit pas les enfreindre. Les nombres et les équations sont des signes qui marquent la musique des sphères. Si Einstein avait écouté ces sons, il n’aurait pas créé la Théorie de la Relativité. Ces sons sont des messages dirigés au mental sur le fait que la vie a un sens, que l’Univers existe en parfaite harmonie et sa beauté est la cause et l’effet de la Création. Cette musique est le cycle éternel des cieux stellaires. L’étoile la plus petite a complété la composition et fait aussi partie de la symphonie céleste. Les battements du cœur de l’homme font partie de la symphonie de la Terre.
Newton apprit que le secret se trouve dans la disposition géométrique et le mouvement des corps célestes. Il reconnut que la loi suprême de l’harmonie existe dans l’Univers. L’espace courbe est le chaos, le chaos n’est pas la musique. Einstein est le messager de l’époque du bruit et de la furie.

JOURNALISTE : M. Tesla : Entendez-vous cette musique ?
TESLA : Je l’entends tout le temps. Mon ouïe spirituelle est aussi grande que le ciel que nous voyons au-dessus de nous. J’ai augmenté mon ouïe naturelle avec le radar.
Selon la Théorie de la Relativité, deux lignes parallèles se donneront rendez-vous dans l’infini. C’est pour cela que la courbure de l’espace d’Einstein se redressera.
Une fois créé, le son dure pour toujours. Il peut disparaître pour un homme, mais il continue à exister dans le silence qui est le plus grand pouvoir de l’homme. Non, je n’ai rien contre M. Einstein. C’est une personne très aimable et il a fait beaucoup de bonnes choses, certaines d’entre elles feront partie de la musique. Je vais lui écrire et essayer de lui expliquer que l’éther existe et que ses particules sont celles qui maintiennent l’Univers en harmonie et la vie dans l’éternité.

JOURNALISTE : Dites-moi, s’il-vous plaît, quelles conditions un Ange réunit-t-il sur la Terre ?
TESLA : J’en dénombre dix. Maintenez un bon enregistrement, et attentif.
JOURNALISTE : Je vais documenter toutes vos paroles, cher M. Tesla.
TESLA : Le premier prérequis est une haute conscience de sa mission et du travail à faire. Il doit, même si ce n’est que vaguement, exister dans les premiers jours.
Ne soyons pas faussement modestes : le chêne sait qu’il est un chêne ; un arbuste, à son côté, sait qu’il est un arbuste. Quand j’avais douze ans, j’étais sûr que j’arriverais aux chutes du Niagara. Je savais dès mon enfance que j’atteindrais la plupart de mes découvertes, même si ce n’était pas bien clair…La deuxième condition à réunir est la détermination. Tout ce que j’ai pu, je l’ai terminé.

JOURNALISTE : Quelle est la troisième condition de l’ajustement, M. Tesla ?  

TESLA : L’orientation de toutes les énergies vitales et spirituelles en œuvre. Par conséquent, la purifiation des nombreux effets et nécessités que l’homme a. Je n’ai donc rien perdu, j’ai seulement gagné. Je profite ainsi de chaque jour et de chaque nuit.
Prenez note : Nikola Tesla fut un homme heureux…Le quatrième prérequis est d’ajuster l’assemblage physique avec un travail.

JOURNALISTE : Que voulez-vous dire, M. Tesla ?
TESLA : Premièrement, le maintien de l’assemblage. Le corps de l’homme est une machine parfaite. Je connais mon circuit et ce qui est bon pour lui. Des aliments que presque tout le monde mange sont pour moi nocifs et dangereux. Parfois, je visualise les cuisiniers du monde tous en train de conspirer contre moi… Touchez ma main.
JOURNALISTE : Elle est froide.
TESLA : Oui. Le torrent sanguin peut être contrôlé, et beaucoup de processus à l’intérieur et autour de nous. Pourquoi avez-vous peur, jeune homme ?
JOURNALISTE : Mark Twain a écrit L’étranger mystérieux, un livre merveilleux sur Satan, inspiré par vous.
TESLA : Le mot "Lucifer" est plus enchanteur. Mark Twain aime blaguer. Quand j’étais enfant, j’ai une fois été guéri en lisant ses livres. Quand nous nous sommes rencontrés ici et je le lui ai dit, il était si ému qu’il a pleuré. On est devenus amis et il venait souvent à mon laboratoire. Une fois, il m’a demandé de lui montrer une machine qui, par sa vibration, provoque un sentiment de joie. C’était l’une de ces inventions pour se divertir, ce que j’aime faire parfois. J’ai prévenu M. Twain de ne pas rester sous ces vibrations. Il ne m’a pas écouté et il demeura plus longtemps. Il se transforma en une fusée agrippant ses pantalons et il entra dans une salle. C’était diaboliquement amusant, mais je suis resté sérieux.
Mais, pour ajuster le circuit physique, en plus des aliments, le sommeil est très important. Après un travail long et épuisant, qui requiert un effort surhumain, je serais complètement rétabli après une heure de sommeil. J’ai acquis l’habileté d’administrer le sommeil, m’endormir et me réveiller au moment désigné.
Si je fais quelque chose que je ne comprends pas, je m’oblige à penser dans mon rêve pour trouver une solution.
La cinquième condition d’ajustement est la mémoire. Peut-être que chez la plupart des gens, le cerveau est le gardien des connaissances sur le monde et la connaissance acquise au travers de la vie. Mon cerveau est occupé à des choses plus importantes que remémorer. Il rassemble ce qui est requis à un moment donné, c’est-à-dire, tout ce qui nous entoure. Il suffit de l’intérioriser.
Tout ce que nous avons vu, écouté, lu et appris, nous accompagne sous la forme de particules de lumière. Pour moi, ces particules sont obéissantes et fidèles. Quand j’étais étudiant, j’ai appris par cœur Faust de Goethe, mon livre préféré, en allemand, et je peux le réciter au complet maintenant. J’ai retenu mes inventions durant des années "dans ma tête" avant de les réaliser.

JOURNALISTE : Vous mentionnez souvent le pouvoir de la visualisation.
TESLA : Je vais devoir remercier la visualisation pour tout ce que j’ai inventé. Les événements de ma vie et mes inventions sont réels à mes yeux, comme n’importe quelle chose ou article.
Dans ma jeunesse, j’avais peur parce que je ne savais pas ce que c’était, mais plus tard, j’ai appris à utiliser ce pouvoir comme un talent exceptionnel et un cadeau. Je le nourrissais et le protégeais jalousement. Aussi, j’ai fait les corrections dans mes inventions au moyen de la visualisation et je les finissais de cette façon. Au travers de la visualisation, je résous mentalement des équations mathématiques complexes. Grâce à ce don que j’ai, je vais recevoir la distinction de Haut Lama du Tibet. Ma vue et mon ouïe sont parfaites, et j’ose dire qu’elles sont plus aiguës que chez les autres. J’entends le tonnerre à 150 kilomètres de distance et je vois des couleurs dans le ciel que d’autres personnes ne peuvent pas voir. J’ai cette amplification de la vue et de l’ouïe depuis que je suis enfant. Plus tard, je l’ai développée consciemment.

JOURNALISTE : Dans votre jeunesse, vous avez été plusieurs fois gravement malade. La maladie est-elle un prérequis pour s’adapter ?
TESLA : Oui. Souvent, c’est le résultat de l’excès d’épuisement ou de la force vitale, mais souvent c’est la purification du mental et du corps des toxines qui se sont accumulées. Il est nécessaire qu’un homme souffre de temps en temps. La source de la plupart des maladies est dans l’esprit. Par conséquent, l’esprit peut guérir presque toutes les maladies.
Quand j’étais étudiant, j’ai attrapé le choléra qui a ravagé la région de Lika. Je me suis rétabli parce que mon père m’a finalement permis d’étudier la technologie, qui était ma vie. L’illusion pour moi n’a pas été une maladie, mais la capacité du mental à pénétrer au-delà des trois dimensions de la Terre. J’ai eu des illusions toute ma vie, et je les ai reçues comme tous les autres phénomènes qui nous entourent.
Une fois, dans mon enfance, je marchais le long de la rivière avec mon oncle et je lui ai dit : "Une truite va sortir de l’eau, je vais jeter une pierre et la couper". Et c’est ce qui se passa. Apeuré et surpris, mon oncle s’exclama : "Vade retro, Satana !". C’était une personne éduquée et elle parlait en latin… J’étais à Paris quand je vis la mort de ma mère. Dans le ciel, rempli de lumière et de musique, des nuages flottaient ; c’étaient des créatures merveilleuses. L’une d’elles avait le caractère de la mère qui me regardait avec un amour infini. À mesure que la vision disparaissait, je sus que ma mère était morte.

JOURNALISTE : Quel est le septième ajustement, M. Tesla ?
TESLA : Savoir comment transformer l’énergie mentale et vitale en ce que nous voulons, et arriver au contrôle de tous les sentiments.
Les hindous l’appellent Kundalini-Yoga. Cette connaissance peut être apprise, ce qui requiert beaucoup d’années, ou on peut aussi l’acquérir de naissance. Pour la plupart, je l’ai acquis de naissance. C’est en étroite relation avec l’énergie sexuelle, qui est l’une des plus étendues dans l’Univers.
La femme est le plus grand voleur de cette énergie, et par conséquent du pouvoir spirituel. Je l’ai toujours su. C’est pour cela que j’ai été vigilant. J’ai créé de moi-même ce que je voulais : une machine réflexive et spirituelle.

JOURNALISTE : Neuvième ajustement, M. Tesla ?
TESLA : Faire tout notre possible, quelque soit le jour, quelque soit le moment, pour ne pas oublier qui nous sommes et pourquoi nous sommes sur la Terre. Il y a des personnes extraordinaires qui sont en train de lutter contre la maladie, la privation, ou la société qui les blesse avec sa stupidité, l’incompréhension, la persécution et d’autres problèmes dont le pays est rempli. Il y a beaucoup d’anges chutés sur la Terre.
JOURNALISTE : Quelle est la dixième adaptation ?
TESLA : C’est la plus importante. Écrivez dans la revue que M. Tesla a joué. Et toute sa vie, il a joué et il en a profité.
JOURNALISTE : M. Tesla ! Que ce soit en relation avec vos conclusions ou avec votre travail, ceci est un jeu ?
TESLA : Oui, cher jeune homme. Combien j’ai voulu jouer avec l’électricité ! Je frissonne toujours quand j’entends l’histoire du grec qui vola le feu. Une histoire terrible avec des clous et des aigles qui dévorent son foie. Zeus n’avait-il plus de foudres et de tonnerres et il fut blessé par la ferveur ? Il y a un malentendu…
Les foudres sont les jouets les plus beaux qu’on puisse trouver. N’oubliez pas de souligner dans votre texte que Nikola Tesla fut le premier homme qui découvrit la foudre.
JOURNALISTE : M. Tesla, vous êtes en train de parler des anges et de leur adaptation sur la Terre.
TESLA : En réalité, c’est la même chose. Vous pouvez écrire ce qui suit : il osa prendre sur lui les prérogatives d’Indri, de Zeus, et de Pérun.
Imaginez-vous l’un de ces Dieux avec un costume de soirée noir, avec le chapeau melon et avec des gants blancs en coton, en train de préparer des éclairs, des feux et des tremblements de terre pour l’élite de New-York !
JOURNALISTE : Les lecteurs adorent l’humour de notre journal. Vous me confondez quand vous dites que vos découvertes apportent d’énormes bénéfices pour les personnes et qu’en même temps, elles représentent un jeu. Beaucoup verront cela en fronçant les sourcils.
TESLA : Cher M. Smith, le problème est que les gens prennent tout trop sérieusement. S’ils ne prenaient pas tout trop sérieusement, ils seraient plus heureux et vivraient beaucoup plus longtemps. Un proverbe chinois dit que le sérieux réduit la vie. Mais pour que les lecteurs du journal ne froncent pas les sourcils, retournons aux choses que vous considérez importantes.
JOURNALISTE : Ils seraient ravis de connaître votre philosophie.
TESLA : La vie est un rythme qui doit être compris. Je sens le rythme, je le dirige et je me fais plaisir en lui. C’était très agréable et cela me donna la connaissance que j’ai. Tout ce qui vit est profondément et merveilleusement lié : l’homme et les étoiles, les amibes et le soleil, le cœur et la circulation d’un nombre infini de mondes. Ces liens sont incassables mais on peut les dompter, pour rendre possible et commencer à créer des relations nouvelles et différentes dans le monde, et qu’elles ne violent pas les vieilles.
La connaissance vient de l’espace. Notre vision est l’ensemble le plus parfait. Nous avons deux yeux : le terrestre et le spirituel. On recommande qu’ils deviennent un seul œil. L’Univers est vivant dans toutes ses manifestations, comme un animal pensant. La pierre est un être pensant et sensible, tout comme les plantes, les bêtes et l’homme. Une étoile qui brille demande à être vue et si nous n’étions pas si égocentriques, nous comprendrions son langage et son message. La respiration, les yeux et les oreilles de l’homme doivent être en accord avec la respiration, les yeux et les oreilles de l’Univers.
JOURNALISTE : Quand vous dites cela, il me semble entendre les textes bouddhistes, des paroles ou "Parazulzusa" taoïstes.
TESLA : C’est ainsi ! Ceci signifie qu’il existe une connaissance générale, et que la Vérité que l’homme a toujours possédée existe. Selon mon sentiment et mon expérience, l’Univers a une seule substance et une énergie suprême avec un nombre infini de manifestations de la vie. Le mieux est que la découverte d’une nature secrète révèle l’autre. On ne peut pas les cacher. Elles existent autour de nous mais nous sommes aveugles et sourds pour elles. Si nous nous attachons émotionnellement à elles, elles viennent à nous d’elles-mêmes. Il y a un tas de pommes, mais seulement un Newton. Il n’eut besoin que d’une pomme qui tomba face à lui.
JOURNALISTE : Je vous pose une question que j’aurais pu vous poser au début de cette entrevue : que fut l’électricité pour vous, cher M. Tesla ?
TESLA : Tout est électricité.
D’abord, il y eut la lumière, source sans fin d’où provient le matériel et qui est distribuée vers toutes les formes que représentent l’Univers et la Terre avec tous leurs aspects de la vie.
Le noir est le véritable visage de la Lumière, c’est juste que nous ne le voyons pas. C’est une grâce remarquable pour l’homme et les autres créatures.
Chacune de ses particules possède de la lumière, des radiations, de l’énergie thermique, nucléaire, chimique, mécanique et une énergie qui n’est pas encore identifiée. Elle a le pouvoir de conduire la Terre sur son orbite.
Elle est l’authentique levier d’Archimède.
JOURNALISTE : M. Tesla, vous êtes trop biaisé vis-à-vis de l’électricité.
TESLA : Je suis l’électricité. Ou si vous préférez, je suis l’électricité sous forme humaine. Vous êtes l’électricité aussi, M. Smith, mais vous ne vous en rendez pas compte.
JOURNALISTE : Est-ce pour cela que vous avez la capacité de supporter des décharges d’un million de Volts à travers votre corps ?
TESLA : Imaginez un jardinier attaqué par les herbes. En fait, ceci serait une folie.
Le corps de l’homme et le cerveau sont faits d’une grande quantité d’énergie. En moi existe la plupart de l’électricité.
L’énergie, qui est différente chez chacun, est ce qui fait de l’humain le "moi" ou "l’âme". Pour d’autres créatures, dans leur essence, l’âme de la plante est l’âme des minéraux et des animaux.
La fonction cérébrale et la mort se manifestent dans la lumière.
Quand j’étais jeune, mes yeux étaient noirs, maintenant ils sont bleus et avec le temps, comme la tension du cerveau s’accroit, ils s’approcheront du blanc. Le blanc est la couleur du ciel. À travers ma fenêtre, un matin, une colombe blanche arriva. Je lui donnai à manger. Elle voulait me dire qu’elle était en train de mourir. Des jets de lumière sortaient de ses yeux. Je n’avais jamais vu autant de lumière dans les yeux d’aucune créature comme j’en vis chez cette colombe.
JOURNALISTE : Le personnel de votre laboratoire parle d’éclairs de lumière, de feu et de tonnerres qui se produisent si vous êtes en colère ou en danger.
TESLA : C’est la décharge psychique ou un avertissement pour être vigilant. La lumière a toujours été de mon côté.
Savez-vous comment j’ai découvert le champ magnétique rotatif et le moteur à induction, qui me rendit célèbre quand j’avais 26 ans ? Un soir d’été, à Budapest, je regardais avec mon ami le coucher de soleil. Des milliers de feux faisaient des tours dans des milliers de couleurs flamboyantes. Je me suis souvenu de Faust et j’ai récité ses vers et ensuite, comme dans un brouillard, j’ai vu le champ magnétique tourner et le moteur à induction. Je les ai vus dans le soleil !
JOURNALISTE : Le service de l’hôtel dit que lorsqu’il y a des éclairs, vous avez l’habitude de vous isoler dans votre chambre et de parler tout seul.
TESLA : Je parle avec l’éclair et le tonnerre.
JOURNALISTE : Avec eux ? Dans quelle langue, M. Tesla ?
TESLA : Surtout dans ma langue maternelle. Elle a les mots et les sons, surtout en poésie, raison pour laquelle elle est appropriée.
JOURNALISTE : Les lecteurs de notre revue seraient très reconnaissants si vous expliquiez cela.
TESLA : Le son n’existe pas seulement dans le tonnerre et l’éclair, mais aussi dans sa transformation vers l’éclat et la couleur.
On peut écouter une couleur. La langue appartient aux mots, ce qui signifie qu’elle provient des sons et des couleurs.
Tous les tonnerres et les éclairs sont différents et ont leurs noms. J’appelle certains d’entre eux par les noms de ceux qui étaient proches de moi dans ma vie, ou bien de ceux que j’admire. Dans l’éclat du ciel et le tonnerre vivent ma mère, ma sœur, mon frère Daniel, un poète : Jovan Jovanovic Zmaj et d’autres personnes de l’histoire serbe. Des noms tels que Asisaiah, Ézechiel, Léonard, Beethoven, Goya, Faraday, Pouchkine et tous les bancs de feux ardents et enchevêtrements d’éclairs et de tonnerres, qui ne cessent pas de toute la nuit, apportant la pluie précieuse à la Terre, brûlant des arbres ou des villages. Il y a des éclairs et des tonnerres, et ils sont les plus brillants et les plus puissants, ils ne s’évanouiront pas. Ils reviennent et je les reconnais parmi des milliers.
JOURNALISTE : Pour vous, la science et la poésie sont une même chose ?
TESLA : Ce sont les deux yeux d’une personne.
On enseigna à William Blake que l’Univers naquit de l’imagination, qu’il se maintient et existera tant qu’il y aura un dernier homme sur la Terre. C’était la roue avec laquelle les astronomes ont pu rassembler les étoiles de toutes les galaxies. C’est l’énergie créatrice, identique à l’énergie de la lumière.
JOURNALISTE : Pour vous, l’imagination est plus réelle que la vie elle-même ?
TESLA : Elle donne de la lumière à la vie.
Je me suis nourri avec ma pensée, j’ai appris à contrôler les émotions, les rêves et les visions. J’ai toujours apprécié la façon dont j’ai nourri mon enthousiasme. Durant toute ma vie, j’ai passé beaucoup de temps en extase. Voilà la source de ma joie. Elle m’a aidé durant toutes ces années à travailler, ce qui fut suffisant pour cinq vies.
Le mieux est de travailler la nuit, à cause de la lumière stellaire et du lien étroit.

JOURNALISTE : Vous avez dit que je suis, comme tout être, la Lumière. Ceci me complimente, mais j’avoue ne pas très bien comprendre.
TESLA : Pourquoi est-il nécessaire de comprendre, M. Smith ? Il suffit de croire.
Tout est lumière. Dans l’un de ses rayons se trouve le destin des nations. Chaque nation a son propre rayon dans cette grande fontaine de lumière que nous percevons comme le soleil. Et rappelez-vous qu’il n’y a aucun homme qui ait existé et qui ne soit mort ! Il s’est transformé en lumière et il existe toujours en tant que tel. Le secret réside dans le fait que les particules de lumière rétablissent son état originel.

JOURNALISTE : C’est la résurrection !
TESLA : Je préfère l’appeler retourner à une énergie antérieure.
Le Christ et beaucoup d’autres connaissaient le secret. Je suis en train de chercher la manière de conserver l’énergie humaine. Il s’agit des formes de la lumière, parfois directement comme lumière céleste. Je ne l’ai pas cherchée pour mon bénéfice propre, mais pour le bien de tous. Je crois que mes découvertes rendent la vie des gens plus facile et plus supportable, et elles conduisent les gens vers la spiritualité et la moralité.

JOURNALISTE : Pensez-vous que le temps puisse être aboli ?
TESLA : Pas totalement, dû au fait que la première caractéristique de l’énergie est qu’elle se transforme. Elle est en constante transformation, comme les nuages des taoïstes.
Néanmoins, on peut tirer profit du fait que l’homme conserve la conscience après la vie terrestre.
Dans tous les recoins de l’Univers, l’énergie de la vie existe ; l’une d’entre elles est l’immortalité, dont l’origine est hors de l’homme et l’attend.
L’Univers est spirituel, comme notre moitié. L’Univers est plus moral que nous, parce que nous ne connaissons pas sa nature et la façon d’harmoniser notre vie avec lui.
Je suis un scientifique, la science est peut-être la façon la plus appropriée de trouver la réponse à la question qui me poursuit toujours et qui fait que mes journées et mes nuits se transforment en feu.

JOURNALISTE : Quelle est cette question ?
TESLA : Comme vos yeux brillent ! Je voulais savoir ce qu’il se passe pour une étoile fugace quand le soleil s’éteint… Les étoiles tombent comme de la poussière ou des semences dans ce monde ou dans d’autres, et le soleil se disperse dans nos esprits, dans les vies de beaucoup d’êtres, ce qui renaîtra comme une nouvelle lumière ou comme le vent cosmique dispersés dans l’infini.
Je comprends qu’il est nécessaire d’inclure cela dans la structure de l’Univers. Par contre, le problème est que l’une de ces étoiles et l’un de ces soleils, même le plus petit, se conserve.

JOURNALISTE : Mais M. Tesla, vous rendez-vous compte que ceci est nécessaire et est inclus dans la constitution du monde ?
TESLA : Quand un homme devient conscient, son objectif le plus élevé doit être de courir vers une étoile fugace et d’essayer de l’attraper. Il devra comprendre que sa vie lui a été donnée pour cela et il sera sauvé. Un jour, il sera possible d’attraper des étoiles !
JOURNALISTE : Et qu’arrivera-t-il alors ?
TESLA : Le Créateur rira en disant : "Elles tombent uniquement pour que tu les poursuives et que tu prennes possession d’elles".
JOURNALISTE : Tout cela n’est-il pas contraire à la douleur cosmique que vous mentionnez si souvent dans vos écrits ?
Et la douleur cosmique, qu’est-ce c’est ?

TESLA : Non, parce que nous sommes sur la Terre… C’est une maladie dont la plupart des gens ne sont pas conscients et qui est à l’origine de beaucoup d’autres maladies, la souffrance, la misère, le mal, les guerres et tout le reste, ce qui rend la vie de l’être humain absurde et horrible.
On ne peut pas guérir cette maladie complètement, mais la conscience la rend moins compliquée et dangereuse.
À chaque fois que l’un de mes proches a été blessé, j’ai senti de la douleur physique. Ceci est dû au fait que nos corps sont faits de matériel similaire, et notre âme est reliée avec les filaments incassables.
La tristesse incompréhensible qui nous abat parfois signifie que quelque part, de l’autre côté de la planète, un enfant ou un homme généreux est mort.
Parfois, l’Univers tout entier est malade de lui-même et de nous.
La disparition d’une étoile et l’apparition des comètes nous affectent plus que ce que nous pouvons nous imaginer.
Les relations entre les créatures de la Terre sont encore plus fortes, à cause de nos sentiments et de nos pensées. La fleur sentira encore plus ou bien elle tombera en silence. Nous devons apprendre ces vérités pour être guéris. Le remède est dans nos cœurs et aussi dans le cœur des animaux que nous appelons Univers. 



 

8 phrases célèbres de Nikola Tesla :

 


Peut-être vaudrait-il mieux, dans notre monde présent, qu’une idée révolutionnaire ou une invention, au lieu d’être aidée et applaudie, soit entravée et maltraitée dans son adolescence.

Nos vertus et nos défauts sont inséparables, comme la force et la matière. Quand on les sépare, l’homme cesse d’exister.

Le développement de l’homme dépend fondamentalement de l’invention. C’est le produit le plus important de son cerveau créatif

La compréhension mutuelle serait beaucoup plus facile si on utilisait une langue universelle.

J’ai investi tout mon argent dans des expériences pour faire de nouvelles découvertes qui permettront à l’humanité de mener une vie un peu plus facile.

Il n’y a pas d’émotion plus intense pour un inventeur que de voir l’une de ses inventions fonctionner.

Le scientifique ne cherche pas un résultat immédiat. Il n’espère pas que ses idées avancées soient acceptées facilement. Son devoir est d’asseoir les bases pour que ceux qui viennent montrent le chemin.

Un instrument bon marché, pas plus grand qu’une montre, permettra à son propriétaire d’écouter n’importe où, sur la mer ou sur la terre, des musiques ou des chansons, ou un discours d’un dirigeant politique, donné dans n’importe quel autre endroit lointain. De la même façon, n’importe quel dessin ou impression pourra être transférée d’un endroit à un autre.

 


Sources : http://www.vopus.org/fr/ & http://www.elishean.fr/

Partager cet article

Published by Lazare - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog