Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2016 3 28 /09 /septembre /2016 02:14

Les Bâtisseurs des Pyramides en Bosnies et dans le Monde connaissaient les Lois de Résonance et des Techniques Avancées sur les Propriétés de Matériaux

Pyramides de Bosnies : Construites pour Vibrer

Par Yves Herbo

Les recherches archéologiques et géophysiques sur des pyramides monumentales dans le monde entier ont amené un tournant important dans notre compréhension collective de la grande antiquité de la civilisation humaine sur cette planète.
Parmi les nombreuses découvertes récentes de pyramides enfouies dans plusieurs régions du monde, quelques pays européens densément peuplés ont donné une série de surprises spectaculaires.
Des complexes entiers de monuments anciens du Paléolithique ont été découverts par la reconnaissance de leurs caractéristiques très géométriques. 

Un trio de pyramides à faible angle en grès synthétique ont été identifiées vers Montevecchia, Italie, dans les contreforts des Alpes, tandis qu'un plus grand complexe de six structures monumentales en pierre avec des tunnels d'interconnexion a été découvert par le Dr S. Osmanagic dans la Vallée de Visoko en Bosnie, en 2005. 


 



La reconnaissance internationale des nombreuses études archéologiques et géophysiques effectuées dans la vallée des pyramides de Bosnie a inspiré des centaines de milliers de visiteurs à visiter le lieu, qui est depuis devenu le plus grand projet de fouilles archéologiques concertées dans le monde. 
Après des dénégations initiales par les autorités archéologiques dans les milieux gouvernementaux et de l'égyptologie, le Dr Osmanagic a présenté de façon très convaincante et a découvert un remarquable ensemble de structures architecturales artificielles.
Les caractéristiques géométriques les plus remarquables du site de la Vallée Sacrée de Visoko peuvent facilement être appréciées à partir de relevés aériens de l'ancien complexe de structures de pierre de résonance, chacune ayant été façonnée, disposée en terrasses selon un plan de conception clair qui a accompagné le paysage naturel. 

Anciennement nommée Visocica Hill, elle est maintenant reconnue comme la plus grand pyramide du monde, s'élevant à 220m de hauteur à un angle de 45 °. 
Le site a été immédiatement reconnu par Osmanagic grâce à l'orientation exacte des trois faces planes de la pyramide dans les directions cardinales. 
Désignée comme la Pyramide du Soleil, des découvertes ultérieures ont révélé un grand complexe de monuments permettant actuellement d'inclure la Pyramide de la Lune, le Temple de la Terre, la Pyramide de l'Amour, la Pyramide du Dragon et le Tumulus Vratnica.
Ces bâtiments massifs anciens en pierre ont fonctionné collectivement avec les autres et avec tous les autres sites monumentaux mégalithiques du monde, (ceux) géopositionnés précisément en alignement avec un schéma de répartition défini par l'auteur au cours de la même période de la découverte du complexe de la vallée de Visoko. 

Le mandala sanskrit représente ce modèle de résonance mondiale à laquelle tous les sites sacrés sont conformes, identifié dans les études antérieures comme la fonction quadratique [ zn +1 = Zn 2 ], correspondant à la projection sphérique d'ondes stationnaires d'infrasons transductées par les pierres piézoélectriques de la Grande Pyramide de Gizeh, en Égypte. 

 

 


 

La pyramide bosniaque du Soleil (43,977 ° N 18.176 ° E) est à 1,199 miles de la Grande Pyramide (d’Égypte), faisant 4,82%, soit environ 1/21 de la circonférence moyenne de la Terre de 24,892 miles. 
Cet intervalle de distance sacré correspond également à 1/4 de la distance de Fibonacci de 19,1%, de la Grande Pyramide (d’Égypte) aux temples d'Angkor Wat (19,1 / 4 = 4.775). 
Cette relation géospatiale permet une résonance acoustique entre ces monuments géants, conçus pour la transduction des infrasons planétaire sur 33 fréquences discrètes, bien en dessous de la gamme audible de la perception humaine. 
Des enregistrements des infrasons ont été obtenus par le professeur P. Debertolis (> 10 Hz limite), montrant une intensité plus élevée dans les fréquences ultra-basses. 
Ces fréquences imperceptibles se développent dans une structure légèrement fluctuante à intervalles harmoniques au-dessus de 5,6 Hz et au-dessous de 7.83 Hz.
Ce seuil de fréquence spéciale de 7,8 Hz correspond aux ondes alpha cérébrales mesurables par EEG et associées à la relaxation, la guérison, la visualisation lucide et le seuil des états de rêve. 

La résonance infra sonique fondamentale du réseau des pyramides du monde est actuellement ancrée à 1,45 Hz, dans la gamme des battements du cœur humain à la longueur d'onde de 233 m sur laquelle la longueur de la base de la Grande Pyramide a été calibrée. 
Un système de pompe à cavitation acoustique de l'eau, désormais inutilisable, a autrefois conduit la Grande Pyramide à 1,45 Hz.

Des feux de sols induits par les infrasons ont ravagé la ville de Peschici, sur la péninsule de Gargano en Italie, en Juillet 2007 (entourée ci-dessus), après avoir été spontanément enflammés par les vagues émises par la Grande Pyramide :
La seule chose qui les surprit, était de reconnaître que ... les flammes semblaient jaillir de la terre elle-même. 

Sans avertissement, tout en marchant, on pouvait voir de la fumée et immédiatement après, des flammes provenant de la terre. 
C'est ça, de nulle part. 
Ils ont réussi à corriger la situation en faisant des allées et venues pendant des heures, avec des seaux d'eau à la main, afin d' éteindre les feux mystérieux qui semblaient sortir de sous la terre.
Peschici, Italie ( 41.95 ° N 16.01 ° E) est à 1,182 miles de la Grande Pyramide, comprenant 4,74% de la distance moyenne de la circonférence de la Terre. 

Les observations d'ultra-basses fréquences peuvent être facilement effectuées pour vérifier cette conclusion, mais les autorités scientifiques chargées d'enquêter sur ces feux piézo-électriques n'ont pas été en mesure de résoudre la chose, totalement ignorants des dangers imperceptibles qui menacent de nombreuses communautés dans des circonstances similaires à l'Italie, surtout en Sicile, et des centaines d'autres endroits à travers le monde. 

 

 



Une autre série de tendances claires dans la distribution locale des divers monuments mégalithiques de la vallée des pyramides bosniaques confirment également un étalonnage efficace d'une énergie acoustique contenue dans la gamme ultra-basse fréquence des battements du cœur humain. 
La longueur de la base de 440m de la pyramide du Soleil et sa hauteur de 220m dotent le monument d'une fréquence de résonance fondamentale de 1,5 Hz, correspondant à la fréquence cardiaque de repos pour l'induction de l'entraînement tri-thalamique et la conscience collective télépathique.
Les distances entre les sites de construction retenues pour ces monuments psychoacoustiques sont conformes à des multiples entiers de cette cruciale longueur d'onde du pouls de 220m. 

Par exemple, le Tumulus Vratnica est à 3,960 m directement au nord de la Pyramide du Soleil (ci-dessus), une distance qui est de 18 fois la hauteur de la pyramide du Soleil (220 x 18 = 3,960). 
À son tour, le sommet de la pyramide du Soleil est à 2200m du sommet de la pyramide du Dragon ( ci-dessous), soit 10 fois la longueur d'onde de résonance choisie ( 220 x 10 = 2200).
Poursuivant ce modèle distinct de dispersion de la longueur d'onde du pouls, le sommet de la pyramide de l'Amour a été construit à 440m du sommet de la pyramide du Soleil, soit deux fois la longueur d'onde de 220m choisie. 

Le sommet de la pyramide de l'Amour est à 1,320 m du sommet du Temple de la Terre, une distance qui comprend 6 fois la longueur d'onde choisie (220 x 6 = 1,320). 
En outre, les axes centraux de ces trois structures monumentales, consacrées au Soleil, l'amour et la Terre, sont conformes à un alignement linéaire parfait. Un plan géométrique sous-jacent de l'ensemble du complexe a été superbement aménagé. 



 



Le sommet de la pyramide du Dragon est situé précisément à 2,200 m du sommet de la pyramide de la Lune. 
Construit exactement le long de cet alignement se trouve le temple de la Terre, à une distance de 880m de la pyramide du Dragon (220 x 4 = 880) et à 1,320 m de la Pyramide de la Lune (220 x 6 = 1,320). 
Ces alignements répétitifs et rapports proportionnels s'appliquent à toutes les principales structures de la vallée.
Deux tumulus à faible angle récemment découverts près du village de Ginje forment un prolongement sud-est du complexe de la vallée. 

La distance de la pyramide du Dragon au premier Tumulus de Ginje est de 1,760 m, soit 8 fois la longueur d'onde choisie (220 x 8 = 1760). 
En continuant sur le même axe, le second Tumulus Ginje est situé à 440m du premier, et à 2.200 m de la pyramide du Dragon (ci-dessus). 

 


 

 


 
La grande majorité des blocs en forme de boite irrégulière et des multi-couches de dalles de béton artificiel répliquent efficacement une formation volcanique naturelle de conglomérat de brèches, comprenant de la roche du dessous de la Vallée des Pyramides. 
Les nombreux kilomètres de pierres arrondies dans la rivière et des couches d'argile qui bordent la vallée ont été exhumés d'un système complexe de tunnels sous les pyramides, qui sont suspectés relier chacune des cinq pyramides de montagne façonnée l'une à l'autre, comme c'est le cas dans beaucoup de ces complexes. 

 


 

Pendant la construction de nombreux temples monumentaux, des milliers de tonnes de pierres de rivière arrondies ont été excavées pour créer les tunnels et transportées au dessus du sol pour une utilisation comme matériau de remplissage piézoélectrique, dans les centaines de milliers de tonnes de dalles de ciment de haute qualité en 'brèches' entourant les montagnes. 
Les couches de sable fin sous le fond de la vallée ont contribué aux cristaux de quartz piézo-électriques qui ont été mélangés avec divers réactifs et versés en grès synthétiques à grain fin pour former de vastes terrasses à plusieurs niveaux.
Plusieurs plates-formes longues recouvertes de ciment ont été fouillées sur les quatre pyramides, ainsi que sur la structure de la pyramide de terre conique nommée le Tumulus de Vratnica (ci-dessous). 

Les analyses effectuées sur ces pierres en 2009 par l'Université de Zenica, en Bosnie-Herzégovine, ont déterminé que les blocs massifs sont d'origine synthétique, étant composés de gravier, terre cuite et de dolomite / carbonate de calcite qui sont mélangés avec de l'eau pour former le composant chimique actif de l'hydrate de chaux. 

 

 


 
L'extrême dureté de ces ciments de haute qualité a été mesurée entre 100-140 Mpa, présentant près de deux fois la force de mélanges de ciment industriels fabriqués aujourd'hui. 
Ces résultats parallèles aux recherches antérieures du Dr J. Davidovits sur les géopolymères en pierre artificielle de la Grande Pyramide de Gizeh, présentent une polarisation magnétique Nord-Sud figée lors du processus de mise en place.


 



Comme le coulis de ciment a été bien mélangé, les réactions chimiques ont lieu entre la chaux vive et d'eau qui produisent de la chaleur, qui conduit au processus d'évaporation et de mise en place rapide. 
Après l'avoir versé dans un épais moule humide de la forme souhaitée tapissé d'argile, on laisse sécher à la dureté voulue, des changements de couleurs apparaissent en raison de l'absorption de l'eau et du fer. 
Le long de l'interface ciment-moule, une bande a été teintée en brun-orangé par le fer qui a migré dans la suspension liquide par l'eau qui a été absorbée par les argiles riches en fer utilisées pour sceller les surfaces intérieures des moules renforcés (ci-dessus et ci-dessous). 

 



Des fouilles étendues et la documentation photographique des dalles de béton produites artificiellement, de toutes tailles, à partir de quelques kilos jusqu'à plusieurs tonnes, ont donné des échantillons de matières organiques qui peuvent être facilement datés par des mesures Radio Carbone-14 conventionnelles. 
Un calendrier approximatif pour la construction de la Pyramide du Soleil a été établi par des tests au radiocarbone des échantillons organiques noyés dans le béton lors de son dépôt par les anciens constructeurs des "pyramide Atlantes". 
Au fond de l'excavation de la tranchée 4A sur la Pyramide du Soleil, la face inférieure d'un grand bloc de pierre a conservé une feuille partiellement fossilisée qui a donné un âge approximatif de 24.800 années (± 200 ans).
Cette détermination de l'âge paléolithique étonnamment très éloignée a confirmé les conclusions du Dr Osmanagic en fonction de la profondeur importante du sol qui s'est accumulé sur le dessus de ces structures au cours des millénaires, depuis leur abandon. 

Les excavateurs, grâce aux efforts collectifs sur la recherche, ont enlevé les petites sections des plates-formes de ciment pour révéler les techniques anciennes de construction. 
Chaque niveau de couche de ciment a été séparé par une mince couche d'argile, s'étendant à 3m en profondeur (ci-dessous). 




 

 


La structure des couches de plaques de ciment et d'argile alternatives forme un matériau composite qui imite la structure de l'os, qui est renforcée par des couches de plaquettes dures d'hydroxyapatite dans une matrice de collagène souple. 
En plus de la plasticité et adhésion apportées par les couches d'argile, de leur capacité à absorber et à retenir l'eau améliore également les propriétés piézoélectriques des monuments massifs.
Ces résultats clairs et cohérents des tests des ciments des pyramides bosniaques, et leur cohérence avec les analyses menées sur des structures pyramidales et mégalithiques partout dans le monde indiquent que toutes les grandes civilisations du passé humain possédaient une connaissance extrêmement avancée de la chimie des géopolymères, pour l'optimisation de l'induction de résonances piézoélectriques planétaires. 

 

 

 


Les découvertes simultanées d'une multitude de sphères de pierre géantes, situées dans les rivières et les forêts de la région autour de la vallée des pyramides de Bosnie et en parallèle des découvertes très similaires dans les environs de sites de pyramides de la péninsule du Yucatan et du Guatemala, suggèrent un lien technologique direct entre les structures des pyramides et les sphères de pierre. 
En outre, les études de géopolymères susmentionnées seront éventuellement appliquées pour clarifier l'origine des sphères de pierre, qui sont assez susceptibles d'avoir été coulées dans des moules sphériques par les anciens et ces mêmes experts géopolymères Atlantes. (YH : le terme "atlante" ne peut être que générique sans correspondance clairement établie...) 


 



Un autre parallèle entre la vallée des pyramides bosniaques et les complexes de pyramides mésoaméricaines est la présence de systèmes de tunnels souterrains sous les structures monumentales. 
Chaque ancien site de pyramides bien excavé dans le monde a été associé à des passages souterrains qui fonctionnent comme des extensions des chambres de guérison construits dans les pyramides. 
Utilisés pour beaucoup plus qu'un contrôle d'accès à des parties particulières de ces sites, ces tunnels ont été connus pour leur influence sur la guérison liée à bio-électrification du corps humain et la purification des sources d'eau souterraines sacrées.
Les fouilles en cours en dessous de la vallée des pyramides de Bosnie ont repéré, enlevé et étayé des dizaines de kilomètres d'un réseau complexe de tunnels qui semble avoir été construit comme un labyrinthe. 

Maintenant connue sous le nom de Ravne, l'entrée du tunnel se trouve à seulement deux kilomètres de la Pyramide du Soleil, et s'étend dans un labyrinthe sinueux menant dans la direction générale de la pyramide (ci-dessus).

Plusieurs années de fouilles et dégagement des légers débris rocheux qui ont rempli le labyrinthe de Ravne, ont révélé de nombreuses surprises, notamment une eau pure et potable, l'apparition banale d'orbes de plasma sur les photos au flash, et le premier dilemme est de savoir quand et pourquoi le système de tunnel a été entièrement bouché au cours d'une phase d'occupation secondaire. 

L'origine ancienne des artefacts enterrés dans les tunnels par les travaux de remplissage a été déterminée à partir d'un fragment de bois gorgé d'eau récupéré à partir de l'une des parois du tunnel.
Les Analyses effectuées par le professeur Ana Pazdur au laboratoire de radiocarbone Gliwice ont retourné une date pour les fragments de bois noirci estimée vieille de 34.800 années ( ± 1500 ans). 

D'Autres essais sur les matériaux ont été réalisés par A. Lawler au Laboratoire de recherche de datation radiométrique et isotopes stables de Leibniz, à l'Université Christian Albrecht de Kiel, en Allemagne, en fournissant une estimation de l'âge de 30.600 années ( +540 / -510 ans ). 
Étant donné que la précision de ces techniques de datation au radiocarbone est limitée par la grande antiquité des échantillons de bois de Ravne, les résultats obtenus par deux laboratoires différents sont compatibles les uns avec les autres, en fournissant les dates approximatives de la construction des tunnels. 

 



Les fragments de bois testés ont été photographiés avant leur enlèvement de la couche compacte de matériaux de remplissage qui a été enlevée sur une zone de 10 m où plusieurs grands blocs arrondis se trouvaient sur le plancher du passage initial. 
Alors que la première était supposée être une pierre de sédiment naturelle, ces éléments énigmatiques ont été identifiés plus tard comme des dalles mégacéramiques qui ont été sculptées par les anciens bâtisseurs du labyrinthe de Ravne (ci-dessus). 
En forme de coussins géants ondulants, leurs formes lisses reflètent des qualités ergonomiques compatibles avec une fonction pratique de plates-formes semi-conductrices piézo-électriques pour une pratique bioélectrique Qi de guérison. 


 
 

 

Les analyses des échantillons provenant des plates-formes en céramique lisses menées à l'Institut Boskovic Rudjer de physique atomique à Zagreb, en Croatie, ont déterminé la composition en céramique fine pour avoir une origine artificielle. 
La même composition chimique caustique qui induit le thermo-durcissement dans les ciments géopolymères était probablement adaptée pour solidifier les plates-formes mégacéramiques, dont certaines d'un poids de 8 tonnes, mais qui ne présentent pas de décoloration généralement causée par les procédés de cuisson au four.



 

 




Les plates-formes massives résonnent perpétuellement à des fréquences comprises entre 28 à 33 kHz, avec des transductions des concentrations en ions négatifs mesurés à différentes positions à l'intérieur du système de tunnel de Ravne par M. Osmanagic et B. Bric, en utilisant un compteur classique d'ions de l'air : 
À l'entrée du tunnel de Ravne, la concentration a été enregistrée à 400 ions négatifs par centimètre cube d'air. 
À une distance de 40 mètres dans le tunnel, la concentration a été enregistrée à 3000 ions négatifs par centimètre cube d'air. 
À la distance de 220 mètres dans le tunnel, la concentration a été enregistré à 18.000 ions négatifs par centimètre cube d'air.
Beaucoup de blocs mégacéramiques sont inscrits avec des glyphes paléo-sanskrits qui ont subi des dommages et qui sont illisibles, bien que quelques passages clés du texte peuvent être observés clairement et traduits selon le déchiffrement Schildmann. 

Ces quelques sections lisibles d'écriture marquant les mégacéramiques fournissent des preuves solides de leur fonction bioélectrique avancée dans les tunnels et les chambres de la pyramide. 


 



Un exemple de survie des textes de glyphes sur les mégacéramiques a été photographié lors de la découverte d'une couche de sol sablonneux, ce qui témoigne d'une véritable antiquité des marques. 
Comme beaucoup de ces textes anciens en pierre, l'inscription spécifie la fonction de l'objet lui-même, dans ce cas la lecture : adhi kara kar-as raua-as kar-as - comme "Délivrant l'action de fonctionnement pour les travaux du tonnerre ( ci-dessus). 
Cette phrase identifie directement les mégacéramiques à la concentration des ions négatifs, encore mesurables de nos jours, comme des transducteurs piézoélectriques très efficaces d'infrasons dans les systèmes étendus de tunnels.
En plus de la haute teneur en quartz des pierres dures de la rivière, qui composent le conglomérat de la roche de la vallée, les mégacéramiques transducteurs contribuent de manière significative à la résonance acoustique remarquable du système de Ravne, qui a été étudiée dans le contexte des résonances vocales humaines par des chercheurs en 2012. 

Les enregistrements de haute qualité de chants anciens réalisés par Denise Myriam Cannas démontrent les conditions acoustiques extraordinaires qui informent sur le but principal derrière l'ensemble du complexe monumental, à cet endroit de résonance où les couches de pierres cristallines forment un socle épais.
Tout le matériel utilisé par ces bâtisseurs antiques de la "culture atlante" a été sélectionné à partir de dépôts naturels ou fabriqués avec soin pour leurs caractéristiques de résonance qui bénéficieraient au corps humain. 

En effet, chaque outil pratique et toutes les œuvres d'art ont été conçus comme des "dispositifs résonnants de soins électriques sans fil" qui pourraient avoir servi des fonctions secondaires, chacune en fonction de sa forme particulière. 


 


 

Le labourage des champs cultivés autour de la pyramide bosniaque du Soleil a découvert des artéfacts de grès synthétiques qui répètent les mêmes phrases énigmatiques incorporées dans le design et composition pictographique des artéfacts en Paleo-sanskrits provenant des archives des Grottes de l'Illinois et de La Caria, collection Italie. 
Un bloc de calcaire rectangulaire découvre une colonne verticale de glyphes répétitifs se lisant : kar-as kar-as kar-as kar-as kar-as upama - qui signifie "construction, construction ... de la plus haute" (ci-dessus). 
Les motifs géométriques spécifiques de lignes exprimées en bas-relief sur ce bloc de grès synthétique sont également intégrées dans une "statue Atlante" de calcaire de Caria, en Italie d'une femme tenant une plante, identifiant l'influence bénéfique de la résonance des infrasons planétaires axés sur les endroits spécifiques de la Grande pyramide. 


 


 

Un modèle (maquette) en terre cuite d'une pyramide a également été découvert en 2008 par des étudiants de l'Université Christian-Albrecht de Kiel, Allemagne dans une excavation à Donje Mostre dans la vallée des pyramides. Partiellement fragmenté, l'artefact sous la forme d'une pyramide à quatre côtés inscrits a été daté au radiocarbone à la période néolithique, soit environ 6.500 ans. 
Chaque face de la pyramide présente un motif répétitif clairement inscrits de glyphes paléo-sanskrits qui ont échappé à la reconnaissance par les archéologues et les épigraphistes aussi.
Les lignes répétitives de glyphes décrivent l'intensité décroissante de résonance des infrasons planétaires transductés par le réseau de la pyramide mondiale, en lisant : ris kar ris kar ris kar ris kar - qui signifie " les travaux diminuent, diminuent les travaux, diminuent les travaux ... " (ci-dessus). 

Cette phrase fait écho à la répétition des sentiments de regrets de nombreuses "cultures Atlantes" descendantes qui ont conservé la connaissance du fonctionnement du réseau de la pyramide et se sont exprimés encore dans des langages en langue paléo-sanskrite. 
Cette référence à l'état dysfonctionnel les pyramides suggère que ces habitants du néolithique de la vallée des pyramides étaient chargés de remplir les segments des tunnels de Ravne renouvelant l'usage des installations.


 


 

Une amulette géométrique révélant des chiffres paléo-sanskrits a également été récemment récupérée dans des champs près de la pyramide du Soleil de Visoko. 
Fait d'un ciment-céramique composite, la petite amulette affiche un ensemble de trois glyphes qui se lisent : nau ya-as upama - " Les Vaisseaux spatiaux luttent pour le plus haut " (YH : ou " les navires combattent pour le plus élevé ") (ci-contre). 
De taille similaire aux amulettes portées sur des colliers découverts dans plusieurs autres sites d'occupation paléo-sanskrite, ce jeton votif aurait plutôt été tenu à la main ou dans la poche de quelqu'un et peut-être utilisé comme sceau pour l'estampage de textes ou de glyphes dans l'argile humide (en étant lu de droite à gauche) .
La considération ergonomique de la forme sculpturale vue dans les plates-formes en mégacéramique est également connue dans la conception de petits jetons personnels faits par les "cultures de l'Atlantide" (YH : entendez : les cultures survivantes à la destruction et en décadence) dans chaque partie du monde. 

Les éléments qui tiennent dans la paume de la main ou sous les pieds étaient toujours formés pour caresser la forme humaine, et transduisent la puissante résonance des infrasons qui était autrefois axée sur la Pyramide du Soleil par le flux à tri- fréquences des pyramides de Gizeh dans leur pleine activité. 
La majorité des vastes terrasses et trottoirs de ciment du complexe de la pyramide bosniaque n'étaient pas plats, mais avaient été coulés individuellement avec un léger gondolement en surface qui se conforment aux contours du pied, pour un meilleur contact avec la plante des pieds nus, pour l'électrification. 



 


 

Les sculptures piézo-électriques portatives renforçaient les effets sur le terrain à travers le corps humain, agissant comme une extension de la guérison induite par les pierres de la pyramide. 
Un petit artefact de grès de Visoko affiche un motif régulier de crêtes régulières qui s'adapte très confortablement sous l'emprise de l'autre main, montrant trois crêtes parallèles ressemblant au glyphe paléo-sanscrit pour "tonnerre" : Raua (ci-dessus). 
Les conceptions artistiques "Atlantes" comprennent généralement des ligatures de glyphes enroulés qui décrivent la fonction ou le sens de la question. 

 


 

Le motif de glyphe Raua fait une apparition plus subtile dans le dessin simple d'une sculpture en grès de la taille d'un pied humain qui a été excavée d'une profondeur de 1m sur le Tumulus de Vratnica ( ci-dessus). 
Les lignes délimitant les cinq orteils du pied s'étendent sur toute la longueur de la pierre orange, dont trois se démarquent clairement de l'ensemble et peuvent peut-être représenter le glyphe « tonnerre ». 
Cette interprétation reflète l'étroite association des contacts pieds nus avec les pierres de la pyramide, pour l'induction bioélectrique par le tonnerre de résonance des infrasons planétaires.
Le sens de ces références artistiques subtiles est certainement ouvert à l'interprétation, mais ces schémas culturels répétitifs évidents exprimés dans leur choix de matériaux piézoélectriques de résonance, un alignement étroit avec d'anciennes méthodes de guérisons védiques et prescrivant les modes de vie "sacrés", ont été strictement respectés par les communautés autochtones dans de nombreuses parties du monde. 

La sagesse naturelle des manières antiques sonne vrai en ce qui concerne les aspects les plus profonds de la conscience humaine qui refont surface avec notre unification actuelle des divers domaines de la recherche scientifique.

La prise de conscience circulaire puissante de nos ancêtres paléo-sanskrits a été fermement ancrée par leurs racines sensibles aux cycles de réincarnation qui régissent la migration humaine et spirituelle à travers le temps en fonction des rythmes du cosmos. 

Notre intérêt croissant et la sensibilité de la technologie très avancée de ces pyramides gigantesques qui étaient endormies sous notre nez depuis des milliers d'années, sans remuer la mémoire Atlante des événements catastrophiques qui ont englouti une civilisation autrefois puissante dans l'oubli total.
Le système civile atlante complexe a été soigneusement entretenu par les anciens mayas de la région du Yucatan, conçus pour suivre les interactions cycliques des planètes et leur domination sur la conscience humaine à travers leur octroi de la guérison bioélectrique naturelle. 

Notre plaisir intuitif des champs électromagnétiques de chutes d'eau, des sommets des montagnes et des cavernes est étroitement lié à notre fascination et au plaisir de l'environnement électromagnétique des pyramides monumentales. 
La poursuite des études expérimentales de l'effet bénéfique du contact physique direct avec les plates-formes de labyrinthe de Ravne et des pyramides bosniaques vont inspirer des expériences de guérison qi et d'autres études sur le potentiel piézo-électrique du corps humain, qui relie la fonction Kundalini primaire à nos monuments anciens.

http://www.human-resonance.org/visoko.html

YH : mes propres conclusions m'amènent déjà à penser fortement que les anciens avaient effectivement réussi à domestiquer les ondes et fréquences d'une bien meilleure façon que nous, y compris l'utilisation de la foudre pour façonner et découper des blocs durs (phénomène naturel déjà prouvé et restant à contrôler) et leur transport pour les constructions...

Un reportage intéressant et récent en français : http://fr.ulule.com/pyramides-de-bosnie-reportage/


Yves Herbo 

Traductions FR-SFH-18-11-2013
par Alex Putney for Human-Resonance.org 
Photos Copyright 2013 Alexander Putney  
En savoir plus sur http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/resonance-dans-la-vallee-des-pyramides-bosniaques.html

Partager cet article

Published by Lazare - dans Archéologie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog