Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 février 2016 1 01 /02 /février /2016 15:42
L’acharnement administratif contre le policier suspendu pour avoir dit du mal des terroristes continue
L’acharnement administratif contre le policier suspendu pour avoir dit du mal des terroristes continue

 

En octobre 2015, je rapportais le scandale dont Sébastien Jallamion, ce policier suspendu 24 mois pour avoir dit du mal des terroristes islamistes est victime.

 

 

Et bien… l’acharnement continue !

 

 

En mars dernier, ce n’était ni SOS Racisme, ni la LICRA, ni le MRAP ou la LDH qui avaient déposé plainte contre lui, mais le parquet, qui l’avait poursuivi « provocation à la discrimination raciale » pour des commentaires qu’il n’avait pas écrit, qui étaient publiés par un de ses « amis » sur sa page Facebook, et qui visaient non les musulmans mais les terroristes.

Mais le parquet a fait un amalgame. Il a considéré que mal parler des terroristes, c’est mal parler de l’ensemble des musulmans. Le parquet pense sans doute que tous les musulmans sont des terroristes. Cela ne passera pas inaperçu à l’avocat de Jallamion.

Conséquence de sa suspension administrative le 6 octobre 2015, Sébastien Jallamion est en détresse financière : il est obligé de quitter son logement du fait de sa perte de salaire, et il a de graves difficultés.

Le Parquet de Lyon a fait appel de sa première condamnation, car il estime qu’une peine d’amende n’est pas suffisante.

Mais la suspension administrative, la perte de salaire, le procès en appel, la mise au ban de la société, rien de cela ne semble suffire à l’Etat qui a décidé de broyer le policier, pourtant exemplaire et en exercice depuis 20 ans.

Voilà maintenant Jallamion convoqué le 2 février prochain par l’Inspection Générale de la Police Nationale (IGPN), plus connue sous l’appellation « police des polices », pour une « audition administrative » consécutive à des « manquements aux obligations professionnelles de réserve et de compte-rendu ».

 

Jallamion explique que la liste des fonctionnaires suspendus, révoqués ou en disponibilité parce qu’ils ont accordé des interviews aux médias est longue, mais aucun d’entre eux n’a jamais été convoqué pour être entendu administrativement.

L’acharnement dont ce policier, bouc émissaire du politiquement correct, est victime, dans ce pays dont les représentants s’essuient les pieds avec bonne conscience sur la Constitution et sa protection de la liberté d’expression est indécent.

Je n’ai pas seulement quitté la France parce qu’elle n’a pas fait ses preuves en matière de respect de mes droits fondamentaux, mais cela a beaucoup compté.

Mon seuil de tolérance au respect qui m’est dû, je ne l’ai jamais attendu des autres : je l’ai toute ma vie fixé. Je ne vais pas vous mentir : ce qui arrive à ce policier me fait de la peine, mais cela ne me surprend pas du tout. Je rapporte régulièrement que des Français, loin d’être protégés comme un diamant précieux par leur pays, sont pris en tenaille et broyés par un gouvernement peu respectueux de l’individu.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Partager cet article

Published by Lazare
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog