Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 16:23
Comment Cayrol ose-t-il utiliser les Pieds-noirs pour justifier les clandestins ?

LETTRE OUVERTE A MONSIEUR ROLAND CAYROL ET POUR INFO A FRANCIS HUSTER QUI NE CONNAIT PAS L’HISTOIRE DE FRANCE

Nous sommes nombreux à regarder l’émission C dans l’air, sur la chaîne France 5.

Les participants sont toujours plus ou moins les mêmes lorsqu’il s’agit d’un sujet politique et nous sommes habitués à y voir et écouter, entre autres, Roland Cayrol, s’exprimer en sa qualité de « politologue ».

Lundi, 7 septembre 2015, le sujet politique à débattre était d’autant plus important qu’il s’agissait de commenter les déclarations du Président de la République, lors de sa conférence de presse qui venait de s’achever.

Deux sujets d’importance pour les Français venaient d’être exposés par notre président : la participation de la France dans la guerre en Syrie et les « réfugiés » que M. Hollande et Mme Merkel ont décidé de partager.

Soit un nombre de 120 000 dont 24 000 seront accueillis en France. Et dont la majorité des Français ne veut pas !

Oui, M. Cayrol, les Français ont une peur irrationnelle de cet afflux d’immigrés compte tenu de la situation économique actuelle de notre pays.

Mais, surtout, compte tenu de la religion islamique de ces réfugiés qui – ils le constatent depuis plusieurs années – n’est en rien compatible avec notre société.

Et vous dites, à ce sujet :

« A qui voudrait-on faire croire qu’on ne peut pas recevoir 24 000 personnes, essentiellement syriens dotés de formation, ce ne sont pas des illettrés, ils n’arrivent pas tout droit du désert ! »

Et de rajouter :

« Il y a à peu près 50 ans, la France, beaucoup moins peuplée, moins riche, a accueilli un million de pieds-noirs et ça a été plutôt utile pour son développement économique. »

Oh ! Quelle horreur ! Et quelle honte, pour un politologue, de dire, dans la même phrase, tout et son contraire.

Rappelez-vous, Monsieur, si vous n’êtes pas amnésique !

Nous, Français d’Algérie, c’est la France qui nous a abandonnés, il y a 53 ans. Nous n’étions pas des réfugiés.

Quel autre recours avions-nous, sinon quitter un pays où nous n’étions plus acceptés et où, seules la torture et la mort nous étaient destinées ? Je vous renvoie aux « heures les plus sombres de l’Histoire de l’Algérie française », à Oran, les 5/6/7 juillet 1962, entre autres horreurs !

Vous n’auriez jamais dû évoquer, dans le contexte actuel, cette période traumatisante de notre vie que nous avons des difficultés à surmonter, encore aujourd’hui.

Mais, peut-être avez-vous, à cette époque, rejeté les dépatriés que nous étions comme l’a fait une majorité de Français.

Regretteriez-vous de vous être trompé sur votre capacité de futur politologue à juger de notre capacité à nous intégrer malgré les conditions d’accueil que vous nous aviez réservées ?

Ces « pieds-noirs » comme vous nous appelez, étaient des Français à part entière. Malgré tous vos efforts à nous considérer complètement à part !

Auriez-vous dit, de la même manière : «  La France a accueilli un million de parisiens ou un million de marseillais ou un million de guyanais ? » Parce que, comme eux, nous habitions la France !

Et, vous oubliez de dire, Monsieur, que donc, nous étions un million de Français !

Nous étions, oui, un million de citoyens français qui habitaient trois départements français en Algérie.

Un million de patriotes dont les grands-pères, les pères, les frères ont donné leur vie pendant les deux dernières guerres mondiales et l’Indochine, portant haut le drapeau de la France durant les huit ans de terrorisme que nous avons subis.

Nous n’avons jamais été des « réfugiés ». Avec nos cartes d’identité française, nos livrets militaires français, nous sommes revenus vers la mère patrie espérant qu’elle nous accueillerait puisque nous avions perdu le pays qu’elle venait de rayer, d’un trait, de l’Histoire de l’Empire français.

Et, à la différence de ces « réfugiés économiques, essentiellement musulmans, que vous transformez en réfugiés de guerre,» qui se déversent sur nos côtes, nous n’avons jamais fui notre pays parce qu’il était en guerre.

Certains, totalement désarmés, vieillards et enfants, l’ont subie, d’autres s’y sont engagés pour la défense de notre drapeau. La guerre, nous l’avons affrontée durant huit années de ce terrorisme musulman que vous connaissez aujourd’hui, en Métropole.

Non, nous n’étions pas des illettrés sortis du désert. Nous étions, pour la plupart de ceux qui ont eu la chance d’avoir la vie sauve, des ouvriers, des petits commerçants, des fonctionnaires… Comme vos parents, M. Cayrol !

Comme vos parents, qui sont nés en Algérie et donc étaient de la même condition que nous… des pieds-noirs. Et, parce que leur vie professionnelle ou d’autres raisons les ont poussés à quitter l’Algérie bien avant les évènements, pour s’établir au Maroc, là où vous êtes né en 1941, vous avez eu la chance de ne pas faire partie du lot de pieds-noirs arrivé en France, il y a 53 ans !

Mais, n’oubliez jamais que c’est la France qui nous a contraints à l’exode, M. Cayrol.

Et oui ! A cette époque la France était moins peuplée donc elle a pu se permettre d’accueillir un million de personnes qu’elle a dispatché aux quatre coins de l’hexagone. Des Français qui ont pleinement participé à son essor économique. Ce qu’elle ne peut pas se permettre de faire aujourd’hui. Elle est non seulement surpeuplée, elle est, surtout, extrêmement endettée. Là, réside toute la différence.

demographiealgerie

Évolution de la démographie entre 1960 et 20101. Population en millions d’habitants.

Il y a des comparaisons idiotes. C’en est une !

Même un illettré arrivant du désert saurait vous dire que vous racontez n’importe quoi !

D’autre part, vous nous parlez de « réfugiés », essentiellement Syriens, éduqués, diplômés, que nous devrions recevoir ! Arrêtez de prendre les enfants du Bon Dieu pour des canards sauvages, M. Cayrol. Que faites-vous donc de cette engeance qui pullule à nos frontières ?

Croyez-vous que les Français n’ont pas eu accès à toutes sortes de reportages de la presse étrangère qui nous montrent des bateaux emplis de clandestins qui n’ont rien de syriens ? Ce sont pour la plupart des noirs ou des arabes(1) et les rares femmes entrevues y sont voilées.

Et ces vidéos filmées dans les rues d’Italie, de Grèce ou de Calais où l’on voit des sauvages, en colère, brisant tout, refusant l’aide et la nourriture apportées par les bénévoles ? Ce sont des Syriens, éduqués, diplômés, aussi ?

Je laisse aux spécialistes économistes (désintéressés) le soin de vous répondre quant au parallèle que vous faites de la France des années 60 et de celles que nous vivons dans le XXIème siècle et de sa capacité à intégrer, aujourd’hui, des milliers d’hommes et de femmes étrangers qui ne parlent pas notre langue et qui n’ont pas les mêmes coutumes ni la même religion. Des étrangers qui arrivent dans un pays où, seuls les politiques et ceux qui les côtoient ont une vie confortable, aisée et dont le seul souci est de faire croire aux « sans dents » que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Des étrangers qui comprendront très vite dans quel traquenard vous les avez piégés.

Non, M. Cayrol. Vous vous dites politologue et, à ce titre, vous occupez l’espace télévisuel pour dispenser votre idéologie.

Je pense que vous n’êtes pas un simple intervenant en politique à l’instar des autres invités politologues sur les plateaux de télévision.

Vous êtes un homme du Gouvernement, M. Cayrol. Un homme du président.

Vous êtes un homme de gauche et, comme il se doit, un homme de gauche doit toujours donner raison à ceux qu’il sert.

Et vous, vous servez M. Hollande et sa politique immigrationniste dictée par l’Europe. Comme lui, vous dites n’importe quoi pour passer le temps.

Ce rappel vaut pour le très illettré Francis Huster, qui cite Montaigne mais ne connait rien à l’Histoire de la France. Qui affirme que les pieds-noirs sont devenus Français après l’indépendance de l’Algérie.

Cf/ http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/accueil-des-migrants-il-ne-faut-pas-se-laisser-submerger-par-l-emotion-florian-philippot-629161.html)

 

(1) Arabes : par défaut et quelle que soit leur nationalité, nous parlons des musulmans.

Partager cet article

Published by Lazare
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog