Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2015 1 28 /09 /septembre /2015 15:38
Banque : « Je cherche quelqu’un de compétent au Crédit Agricole. »

Par Gérard Faure Kapper

C’est une affaire que nous avons déjà évoqué dans ce blog.

Une affaire simple, navrante, banale.

Une bonne cliente du Crédit Agricole, c’est-à-dire avec de faibles revenus pour permettre une taxation sans limite, m’a présenté le problème.

Le 26 juin 2015, elle reçoit un virement de 964€. Sur le libellé, celui-ci provient d’un huissier de sa ville, donc qui a une compétence territoriale pour agir.

Le 3 juillet 2015, le Crédit Agricole lui prélève ce montant pour le verser à un huissier d’un département voisin, non compétent territorialement.

Pour les employés de banque abonnés à mon blog, la faute est évidente.

Cris d’indignation de la part de cette banque verte. Nous n’avons pas le droit d’expliquer ça au public. La liberté d’expression est réservée à un tout petit nombre dûment autorisé.

Ils nous proposent un entretien avec la cliente et en présence d’un membre du bureau national de l’Aplomb.

Avec les banquiers, c’est toujours pareil et j’ai souvent eu ce problème.

Ceux qui sont compétents pour discuter de ces sujets sont les directeurs d’agence, seulement ils n’ont aucun pouvoir.

Par contre nos interlocuteurs ont tous pouvoirs… mais aucune compétence pratique.

Nous avons toutefois appris certaines pratiques de cette banque mutualiste.

Début de l’entretien, on nous rappelle le postulat de base : la banque à raison, le client à tort. C’est sur cette base que la banque accepte de discuter.

Ils reconnaissent, l’air embêté, que la banque a pu faire une erreur.

Pas d’accord. La banque n’a pas fait d’erreur, elle a commis une faute.

Ensuite, notre banquier de nous expliquer que cette somme a été versée par erreur sur son compte, et qu’en référence à un article du code civil sur le paiement de l’indu, ils lui ont repris.

Peut-être, seulement le client a touché une somme versé par un huissier de sa ville et pas par le Crédit Agricole. Si c’est une erreur, alors cet huissier doit engager une procédure simple, relance amiable puis injonction. La cliente aurait bien entendu remboursé si la preuve lui est apportée.

Mais ce n’est pas ce qui s’est passé. L’huissier en question n’a jamais relancé la cliente. Pour lui, tout était donc normal (il faut savoir que la cliente était en affaire avec lui).

Celui qui estime la somme indue est la banque, le Crédit Agricole pour ne pas le nommer.

Seulement il n’est pas directement impliqué. Il n’est que mandataire des paiements. Pourtant, c’est lui qui prélève cette somme de 964€ sur le compte du client.

FAUTE

Ce n’est pas fini, que fait la banque de cet argent ? Question pour un champion.

1°) Elle la reverse à l’huissier à l’origine de l’opération.

2°) Elle la garde.

3°) Elle la reverse aux p’tits frères des pauvres.

4°) Elle la verse à un huissier d’un autre département n’ayant rien à voir.

Vous avez 10 secondes… chronomètre.

La bonne réponse est… la 4.

Le Crédit Agricole reverse ces fonds à un huissier d’un autre département, non compétent territorialement et totalement étranger à ces affaires.

Dès lors, fin de la discussion. La cliente va demander l’arbitrage du tribunal. Le Crédit Agricole aura tout loisir de raconter sa vie.

Partager cet article

Published by Lazare
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog