Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2015 3 18 /02 /février /2015 03:36
Non, les ondes gravitationnelles du Big Bang n'ont pas été détectées

Sur cette image, une zone du ciel proche du pôle Sud galactique. Les couleurs représentent l’émission de la poussière qui baigne la Voie Lactée. La région indiquée par le pointillé blanc est celle qui a été observée par les expériences Keck array et BICEP2, ayant conduit à l'annonce de la détection des ondes gravitationnelles du Big Bang. Crédits : ESA / collaboration Planck Remerciements : M.-A. Miville-Deschênes, CNRS – Institut d’Astrophysique Spatiale, Université Paris-Sud, Orsay, France

Contrairement à ce qui avait été annoncé en mars 2014 par la collaboration américaine Bicep2, les traces laissées par les ondes gravitationnelles émises à l'issue du Big Bang n'ont pas été détectées, révèle aujourd'hui la collaboration européenne Planck.

C'est évidemment une immense déception, mais qui vient confirmer de nombreuses rumeurs qui avaient de toute façon cours depuis quelques mois déjà : contrairement à ce qui avait été annoncé en mars 2014 par l'équipe américaine Bicep2, les effets laissés dans le rayonnement fossile émis 380 000 ans après le Big Bang par les ondes gravitationnelles émises lors du Big Bang n'ont en réalité pas été détectées. Une annonce faite par la collaboration européenne Planck, suite à de patients travaux menés en partenariat avec Bicep2 sur les données qui avaient conduit à cette première annonce.

Les ondes gravitationnelles du Big Bang ? Ces ondes prédites par la théorie de la relativité générale de Albert Einstein sont en quelque sorte des "tremblements" dans l'espace-temps, qui auraient parcouru l'Univers primordial juste après sa naissance.

Or, l'équipe (principalement) américaine Bicep2 avait annoncé en mars 2014 avoir pour la première fois détecté les traces laissées par ces ondes gravitationnelles dans la toute première lumière émise dans l'Univers : le rayonnement fossile (pour se rappeler plus en détail de cette annonce, lire sur Pour la Science "Ondes gravitationnelles primordiales : la preuve décisive de l'inflation cosmique se rapproche"). Une annonce qui avait stupéfié les scientifiques, et fait la une des médias du monde entier pendant plusieurs jours.

Mais en réalité, ces "traces" de ces ondes gravitationnelles détectées dans le rayonnement fossile par l'équipe Bicep2 n'en sont pas : il s'agit simplement de signaux générés par la poussière galactique, cette poussière qui circule en permanence dans notre Voie Lactée. Un résultat obtenu grâce à une analyse poussée des données qui avaient conduit à cette annonce, augmentées et enrichies par les observations réalisées par le satellite Planck.

Il est à noter que les collaborations Planck et Bicep2 insistent sur le fait que ce nouveau résultat ne signifie pas que le signal que Bicep2 avait cru détecter n'existe pas, mais qu'au vu des données actuellement en main de ces deux équipes scientifiques, il leur est impossible d'en conclure qu'il s'agit là des traces laissées dans le rayonnement fossile par les ondes gravitationnelles.

Pour en savoir plus sur ce nouveau résultat (forcément un peu décevant!), nous vous invitons à consulter cet article publié aujourd'hui sur le site du CNRS : "Planck et BICEP2/Keck collaborent et imposent une limite supérieure sur l’intensité des ondes gravitationnelles primordiales"

Partager cet article

Repost 0
Published by Lazare - dans Science
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Lazare
  • Le Blog de Lazare
  • : Etude des Prophéties, Fin des Temps et préparation à l'ère nouvelle.
  • Contact

Recherche Dans Le Blog